Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Relisons Marcuse pour comprendre la France de Sarkozy

Relisons Marcuse pour comprendre la France de Sarkozy

Les élections récentes ont marqué, à travers les résultats des deux scrutins, une rupture dans la vie politique. En deux mots, l’opposition historique gauche/droite, celle issue de la Troisième République, puis refondue après 1971 et le congrès D’Epinay, elle-même héritée du clivage gaullisme/communisme, n’est plus. Cette opposition a non seulement fourni du sens aux individus, à travers les pratiques discursives, mais elle a constitué une force historique, une puissance de transformation de la société, accompagnant les nouvelles aspirations nées de la civilisation et du progrès matériels. En vérité, cette opposition n’a pas disparu mais son impact a fortement diminué. Pour preuve, les résultats très médiocres de la gauche antilibérale qui pourtant n’a pas démérité dans la campagne. Le Pen s’est effrité avec son nationalisme dépassé (et sa morale récupérée par la droite républicaine) alors que Sarkozy l’a emporté au premier puis second tour en proposant une synthèse pragmatico-morale et historique.

Les analystes politiques n’ont pas vraiment brillé, tant pendant la campagne qu’après les résultats, lorsque la passion une fois éteinte, la pensée reprend ses droits et ses prérogatives sur un réel qu’elle sonde pour en saisir la vérité. Par contre, le commentaire de style sportif ne nous a pas été épargné. Madame Royal et sa distance avec les gens, son attitude moderniste, les éléphants ci, les militants ça, les réactions à chaud de DSK, pas très à propos le soir du vote, les atermoiements des Lang et Fabius, les récriminations contre Hollande, l’observation du positionnement, les guerres de clans. Vous êtes archaïques au PS, vous avez été ringardisés, vous n’avez pas écouté vos mentors, Rocard, Kouchner, vous n’avez pas réformé vos idées, vous n’êtes plus dans le coup, etc. Voilà la vulgate que répandent les médias. Allégoriquement parlant, c’est comme si on avait assisté à une compétition de saut en hauteur avec un parti pratiquant le saut dorsal, et un autre, le PS, adoptant le ciseau ou le rouleau, comme on faisait sur les stades en 1960.

Pourtant, quelques ouvrages de penseurs permettent de comprendre les grandes lignes de ce qui s’est passé en France et ailleurs ces dernières années. Je verrais bien Foucault convoqué au procès de l’histoire présente pour témoigner sur la théorie politique et les glissements de pouvoirs, sur l’Etat, l’individu, le droit etc. Mais si je devais en choisi un seul, c’est Marcuse que j’inviterais à la barre, avec son livre majeur, L’Homme unidimensionnel. Marcuse est connu comme l’un des acteurs de l’école de Frankfort où s’est développée la théorie critique. Mais que signifie critique, mot issu du grec krisis signifiant décision ? Critiquer, c’est donc trancher mais aussi, séparer. En distillation, le point critique permet de séparer les substances d’une solution, l’alcool du vin par exemple.

Dans le cas de l’analyse effectuée par Marcuse, la critique sépare un ensemble relativement homogène, celui du système intégrateur, technique, social et politique, créateur de normes et directives, d’un autre ensemble, celui des forces sociales amenées à faire « éclater » le système en vue d’une émancipation généralisée de ses membres. Il n’a échappé à personne le lien entre ce propos édité en 1964 et les mouvements de la jeunesse qui, par coïncidence des dates, ont commencé en 1964 à Berkeley pour culminer en 1966 puis décliner dans cette localité alors qu’à l’échelle mondiale, la rébellion juvénile et critique devait durer une bonne décennie, entrecoupée de l’emblématique Mai 68. Voici quelques citations du maître livre de Marcuse

« Le progrès technique renforce tout un système de domination et de coordination qui, à son tour, dirige le progrès et crée des formes de vie (et de pouvoir) qui semblent réconcilier avec le système les forces opposantes, et de ce fait rendre vaine toute protestation au nom des forces historiques, au nom de la libération de l’homme » (L’Homme unidimensionnel, Minuit, p. 18)

« L’originalité de notre société réside dans l’utilisation de la technologie, plutôt que la terreur, pour obtenir la cohésion des forces sociales dans un mouvement double, un fonctionnalisme écrasant et une amélioration croissante du standard de vie » (p. 16)

« A mesure qu’il se développe, il façonne l’univers du discours et de l’action, de la culture sur le plan matériel et intellectuel. Par le truchement de la technologie, la culture, la politique et l’économie s’amalgament dans un système omniprésent qui dévore et repousse toutes les alternatives » (p. 22)

« L’indépendance de pensée, l’autonomie, le droit à une opposition politique sont privé de leur fonction essentiellement critique dans une société qui, par son organisation, semble chaque jour plus apte à satisfaire les besoins individuels. Une telle société peut exiger l’acceptation de ses principes et de ses institutions ; il faut débattre des alternatives politiques et les rechercher à l’intérieur du statu quo, c’est à cela que se réduit l’opposition (...) La fin de la rationalité technologique est un objectif que pourrait réaliser la société industrielle. C’est la tendance contraire qui s’affirme actuellement (...) Le totalitarisme n’est pas seulement le fait d’une forme spécifique de gouvernement ou de parti ; il découle plutôt d’un système spécifique de production et de distribution parfaitement compatible avec un pluralisme de partis, de journaux, avec la séparation des pouvoirs » (p. 28-29)

On pourrait multiplier les citations à souhait tant ce livre de Marcuse colle de près aux tendances de notre époque, de 2002 à 2012. Pourtant, ce propos a été pensé par l’auteur sur la base d’une observation minutieuse d’une société particulière, celle des Etats-Unis, à une période décisive, les années 1960. A souligner l’excellente traduction dont a bénéficié ce livre, supervisée par Marcuse lui-même. En un clin d’œil, l’esprit qui connaît l’histoire du XXe siècle se saisit du sens des élections en 2007. On sait que dans les années qui ont suivi Mai 68, les forces émancipatrices ont gagné un peu de terrain et quelques batailles. Mais en 2007, c’est bien un anti-mai que représente l’élection de Sarkozy. Non pas une liquidation comme il s’est plu à le dire pour satisfaire le ressentiment populiste droitier lors des meetings de campagne, mais plutôt une synthèse hégélienne qui dépasse Mai en le niant mais en conservant quelques traits, ceux qui peuvent s’intégrer dans la conduite du système technicien. Autant dire que le retour en grâce de Marcuse (et quelques autres) s’annonce si l’on veut comprendre ce qui va se passer les prochaines années. Deux ou trois traits essentiels peuvent être soulignés en faisant coïncider les extraits ci-dessus et le cours actuel des événements.

Le trait dominant est certainement l’emprise de la technologie sur la société, au point que l’opposition politique soit condamnée à une alternative, ou bien se radicaliser, comme le fait la gauche antilibérale avec ses archaïsmes hélas, ou bien s’accorder aux tendances à l’efficacité, au pragmatisme, chose qu’a tentée le PS et qu’a mieux réussi la droite qui, elle, n’a pas peur de foncer dans la culture du progrès technique. Pour illustration, on mentionne cette idée de franchise annuelle dans les soins médicaux, additionnée à la franchise à l’acte déjà en vigueur. Le vocabulaire est le même que celui des assurances automobile. Une maladie est un accident de la vie qu’on va réparer dans un garage de soins et qui sera remboursé avec une assurance prévoyant une franchise.

D’où un second trait, corrélé au premier. Celui d’un discours intellectuel et politique façonné selon les nécessités du système. On l’a constaté dans les interventions des socialistes et encore plus dans les discours de droite. Résultats, évaluation, performance, efficacité. Le travail crée du travail. Gagner plus en travaillant plus. Bouclier fiscal, compétitivité, effort. Gestion, réforme, pilotage. Formation, employabilité... Et j’en passe. Tous les observateurs auront constaté l’évolution de cette novlangue technico-politique adaptée à l’usage du système technicien. On est parfaitement dans la conjoncture tracée par Marcuse (p. 22), celle d’un amalgame du discours au système technologique qui absorbe en le façonnant le politique, le culturel, l’intellectuel (à noter un constat similaire dès 1932 par Jünger. Le travailleur n’a pas besoin d’un langage riche et subtil).

D’où le troisième constat, celui du positionnement de l’opposition, en l’occurrence, la gauche qui, à l’occasion de ses élections, a laissé transparaître son impuissance. Marcuse avait déjà constaté ce problème dans les années 60 ; allant même jusqu’à évoquer un totalitarisme technologique parfaitement compatible avec un pluralisme politique et médiatique. Actuellement, l’opposition est désarmée et n’a même plus accès à la critique. Si bien que son marasme, elle tente de l’expliquer et le conjurer en surestimant largement les velléités d’un Sarkozy portant son emprise sur les grands médias. L’échec de la gauche n’est seulement politique ; il est culturel, il est social, il est anthropologique. Les citoyens sont sensibles aux émotions, aux commentaires sportifs, aux discours techniques ; mais ils ont perdu le sens de la radicalité critique, cette faculté qui, selon les dires de Marcuse, constitue la réelle opposition à l’emprise du fonctionnalisme technologique. De ce fait, les sympathisants réformistes de gauche et les partisans de Royal n’ont fait que se situer à l’intérieur du système, sans recul critique. Et les mêmes de pleurer et pester contre quelques supposés fautifs. La presse, tant contestée, n’est pas tant que ça aux ordres du politique, comme dans l’ancienne URSS ; elle se soumet tout simplement aux règles du fonctionnalisme, satisfaisant les goûts moyens d’une majorité de citoyens. L’impuissance de gauche ne veut pas être examinée, alors on cherche ailleurs l’explication de ses propres failles et échec, on diabolise l’adversaire. Pourtant, c’est bien le système qu’avait décrit Marcuse, ce système technologique devenue encore plus puissant, qui explique l’impuissance de la gauche à s’y opposer.

Il n’y aura pas de nouvelle ère politique, à gauche, sans ce travail critique portant sur la société technologique et l’économie qui a été décidée, pour mettre fin à cette rationalisation technique sans vergogne, comme le suggérait Marcuse ; auteur que l’on peut recommander et dont le maître livre, longtemps épuisé, a été réimprimé en 2006.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 30 mai 2007 10:34

    Non,il y a eu à la base une grave erreur de casting :

    SEGOLENE ROYAL

    Le résultat est à l’image du personnage : CATASTROPHIQUE

    Donc,il convient tout simplement au PS à faire sa révolution en changeant la direction actuelle qui s’appui sur des « technos » et des ex-troskistes.

    Les uns sont déconnectés de la réalité.

    Les autres ne sont que des ex-troskistes reconvertis dans la communication-publicité (vendeurs de vent !)


    • Nicolas Nicolas 30 mai 2007 10:40

      C’est tout de même scandaleux de reprendre à si bon compte les délire technophobique du philosophe NAZI Heidegger !

      Ce n’est par ce que, comme il dit (c’est quoi la formule exact, déja ?) que génocider les juifs et repandre de l’engrais dans un champs, c’est la même chose, qu’il faut le croire !

      En fait ce type est décu d’avoir perdu la guerre, point barre. Les armes Hitlérienne ont échoué, d’ou son discours contre ces mauvaises armes pas efficaces !

      Tous ca est hypocrite au possible, et ce type devrait être interdit en France, pays des droit de l’Homme.

      Quand à Marcuse, c’est un peu dépassé, non ?


      • TTO TTO 30 mai 2007 10:58

        Tout à fait d’accord avec le principe de (re)lire les grands auteurs pour comprendre la France, et plus largement, le monde d’aujourd’hui. Pour ma part je m’attache à (re)lire Arendt, d’explorer son oeuvre et de la confronter avec d’autres recherches et textes plus récents. « Il n’y aura pas de nouvelle ère politique, à gauche, sans ce travail critique portant sur la société technologique et l’économie ... » Tout à fait d’accord. Quelques auteurs intéressant : Illich ; Jean-Pierre Dupuy, Gunther Anders,...

        http://tto45.blog.lemonde.fr


        • Leveque 30 mai 2007 16:05

          La gauche moderne s’oppose désormais à TOUT, elle est anti-libérale, anti-discrimination, anti-sarko , etc...

          C’est devenue une forterresse assiégée par une France en marche....


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 30 mai 2007 16:45

            Le problème principal de la difficulté de construire une pensée réformiste socialement progressiste réside dans le fait que cette intégration des individus dans le système techno-marchand capitaliste généralisé dont vous parlez après Marcuse est rendu possible par ce que cet auteur appelait la dé-sublimation répressive (et/ou régressive), à savoir par le fait que la contrainte sociale que résume excellemment la formule de NS « travailler plus pour gagner plus » est (re)présentée comme consentie et fait écho au désir de consommer sans limites et tabous donc au seul progrès dans le pouvoir ou la puissance d’agir l’on puisse avoir dans ce système, en tant qu’individu dés-intriqué de tout devoir sociétal désintéressé ou de toute activité et relation sociale gratuite. Ce désir régressif fondamental s’exprime dans l’orientation de tous les désirs particuliers, sans vergogne moraliste ou religieuse, sans perte sacrificielle apparente, dans la consommation d’objets symboliques de la valeur narcissique que chacun désire affirmer aux yeux des autres et à ses propres yeux (Dieu n’est plus là pour promettre le salut en un autre monde).

            Mais la condition impérative de cette dé-sublimation du désir d’être, libéré de la tutelle sourcilleuse de Dieu et de la morale sacrificielle transcendante du salut, est de se soumettre au travail, ou plutôt à l’employabilité, c’est à dire à la discipline et à la loi du profit, présentée comme une loi quasi-naturelle. La loi des marchés est, en effet, anonyme (fonds d’investissements liquides), sans lieu (délocalisée), omniprésente et aveugle à tout ce qui n’est pas l’intérêt et le profit que l’on peut tirer de l’exploitation instantanée ou à très court terme de la force de travail.

            Cette aliénation libératrice du désir dans la relation marchande est au coeur de la difficulté à (re)construire du collectif et de la conscience citoyenne. Seule la précarisation, y compris des couches sociales intermédiaires, peut faire prendre conscience de la nécessité de la solidarité au travers de règles moins inégalitaires de répartition partagée des risques et des richesses mais aussi et surtout des chances. C’est ce point que doit porter en priorité la réflexion sur une réforme de la vision de gauche (réduction des inégalités et prise en compte de la solidarité vis-à-vis des plus fragiles en vue d’une plus grande égalisation des chances).

            Mais c’est au travers d’une évolution du désir d’être et d’agir vers des activités autonomes créatrices qui concernent la vie privée plus que la vie économique, ce qui implique la réduction du temps de la contrainte qu’est le temps de travail (de l’employabilité) au profit du temps libéré, que l’on peut faire le mieux échec à l’idéologie du travail servile comme voie d’accès à la puissance d’être et au désir universel de reconnaissance.

            Je vous rejoins sur ce point : il faut reconstruire une pensée du non travail ou mieux de l’activité libérée de l’employabilité et de la mythologie anti-écologique de la croissance pour la croissance, voire une pensée du loisir créatrice de sens relationnel et de culture, pour faire advenir des formes de désirs qui fassent rupture avec cette dé-sublimation répressive qui brise les capacités de résistance au système et aux possibilité qu’il provoque lui-même de le détourner vers la gratuité créatrice et l’auto-dévelopement personnel (ou « capabilité » selon le terme de A.Sen) dont parle Marcuse.

            Je suis en train de travailler sur ce thème pour une forum à Bruxelles en Novembre. Merci de votre article qui m’a fait me ressouvenir de l’importance de la pensée critique de Marcuse que les socialistes ont grand tort de ne pas revisiter pour refonder un discours de gauche intellectuellement (et donc philosophiquement) critique et alternatif à celui de la nouvelle droite qu’incarne NS..


            • Nicolas Nicolas 31 mai 2007 06:44

              tOUS CA C4EST BIEN JOLIE, mais l’argent ne pousse pas sur les arbres : pour vivre décement, il faut du pognon, donc travailer.

              En plus, c’est quoi exactement les plus lourde dépense d’un ménage ? Protection sociale et Logement. Education des gosses. Constitution d’une retraite. Pas de quoi « se la péter » nouveau riche, comme vous semblez l’affirmer (sans doute à partir de votre propre mode de consomation ?).

              Alors certes, la racaille s’achéte du Lacoste et des Ipod, mais ces guignols ne sont pas du tous la majorité !

              L’entoussiame des paysans chinois a devenir ouvrier, pour pouvoir s’acheter le dernier DVD à la mode, c’est aussi une réalité. Faut bien voir qu’on préfére avoir un dvd que crever de faim, c’est humain. Votre position est celle d’un homme repu, voila tous. Mais si l’on vous suprimez tous vos biens, curieusement, vous seriez tout à coup beaucoup moins d’accord avec vous même..


            • La Taverne des Poètes 30 mai 2007 19:26

              Mon avis est que la critique radicale (réaliste : pas l’extrême-gauchisme) passe aujourd’hui par le mouvement démocrate.


              • moebius 30 mai 2007 21:59

                L’administration, l’état, ses acteurs et ses clercs ne veulent décidemment rien admetre de la société privé ou civile. Elle a pour elle le mépris chrétien quel a toujours eux pour le marchand et la marchandise, l’argent, la technique. Mépris métaphysique heideggerien du religieux pour le profane Sarkosy et ses bateaux. Tout les oppose mais elle ne crache pourtant pas sur la bonne chére la gueuse.


                • moebius 30 mai 2007 22:03

                  Quand à la critique « radicale », nous n’en sommes plus là, plus personne, depuis longtemps en fait de radicelles on se contentera des fruits, ce qui n’est pas plus mal aprés tout


                • moebius 30 mai 2007 22:05

                  Plus gouteux...


                • le pen la vie la vraie 30 mai 2007 23:15

                  Wolinsky « en 68, le matin je travaillais pour la pub et l’après midi pour la révolution » (ou l’inverse) phrase ignoble, synthèse effroyable du monde dégueulasse qui a ouvert la boite de Pandore, que plus personne ne pourra refermer.

                  Pour faire tomber Babylone, il aurait fallu lui couper les vivres, la frapper à la tête, c’est à dire au mental, l’empêcher de se propager, lui couper la pub, l’écraser au sol et la finir à coups de hache.

                  Aujourd’hui c’est trop tard, le moloch est trop fort, c’est plus la peine de « réfléchir », vous avez perdu. Ce ne sera qu’une branlette intellectuelle de plus depuis 30 ans. Moi je vote le pen pour sauver ce qu’il reste à sauver.


                  • glop 31 mai 2007 06:46

                    Merci à l’auteur,

                    Je me suis, moi aussi, posé quelques questions sur la dernière élection, en particulier sur « l’émergence » du « ni droite, ni gauche » de Bayrou et, à ce propos, j’ai relu (c’est très rapide) le petit pamphlet de H Gunsberg : « Le parti gris » ( JJ Pauvert 1966)... Très intéressant et surtout décapant, en plus, il suffit de changer les noms pour actualiser l’ouvrage...


                    • Bof 1er juin 2007 08:15

                      L’opposition gauche/droite n’a jamais fourni de sens aux individus comme vous l’affirmez . Dans de nombreuses régions les patrons à taille encore humaine se « démerdaient » pour aider leurs ouvriers dans le besoin cf Gaudin, Durand avec sa cristallerie à Arc ,..et les nombreux du nord qui n’ont pas hésité à construire avec leur propre argent la première autoroute (les Toulemonde...de Lille ,Roubaix ,..). Cette opposition a même cassé un processus de progrès pour nous autres ouvriers et ainsi vous pouvez écrire que 1968 fut indispensable . Je n’oublie pas le blocus fait autour de la maison de Monsieur Seydoux ( dans les années 1933 !)il me fut raconté par ma Grand’mère et mes parents et des amis de mes parents et des habitants de mon village ,et pourtant cette famille faisait progresser le niveau de vie de nos pauvres villages de l’époque et de 2007 du reste car cette famille chassé de cette ville est parti de la France .

                      Donc, si vous voulez vous instruire et relire ...voyez en face ce qu’il s’est réellement passé ,svp.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès