Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Renault, P.S.A., Equipementiers : pour un stalingrad de l’emploi (...)

Renault, P.S.A., Equipementiers : pour un stalingrad de l’emploi industriel !

TOUS ENSEMBLE, BLOQUONS LES PROFITS DES ACTIONNAIRES DE L'AUTOMOBILE ET DE LA MÉTALLURGIE ! 

Malgré les énormes subventions versées sans contrôle aucun par l'Etat sous Sarkozy, les capitalistes de l'automobile rivalisent de mauvais coups contre l'emploi, les acquis, les salaires et le "produire en France".

* Chez PSA (Aulnay, Rennes, Sochaux.....)

* Chez RENAULT (Douai, Sandouville, Guyancourt, Le Mans....)

* Quant aux équipementiers, ils dégraissent de plus en plus et désertent notre pays (Durisotti, etc.)

A tout cela, s'ajoute la valse des délocalisations : pour produire en France, il n'y a plus un rond, mais pour fabriquer d'énormes usines au Maroc en surexploitant nos frères de classe marocains, là il y a tout l'argent (public ! ) qu'on veut !

Si ça continue comme ça, l'outil industriel français disparaitra. Nos jeunes seront réduits, à vie, aux petits boulots dégradants. LA FRANCE DISPARAÎTRA EN TANT QUE PAYS INDÉPENDANT, car elle importera tout et n'exportera rien ! NOUS N'AVONS PAS LE CHOIX, IL FAUT SE BATTRE !

Déjà pour Renault, la production française ne représente que 17 % de sa production mondiale, contre 35 % il y a dix ans. Seulement 20% des voitures Renault vendues en France sont produites en France ! Sandouville et Douai sont menacés de disparition à l’horizon 2020, si les objectifs de Ghon approuvés par le pouvoir socialiste (et Montebourg !) ne sont pas combattus. Il en est de même pour PSA qui est pressé par le gouvernement EYRAULT d'appliquer la "stratégie" Renault.

LES "NEGOS", où l'on ferme les usines en achetant le silence des "anciens", se font sur le dos de la jeunesse, du pays, de toute la classe ouvrière. Nous perdons parce que nos directions politiques et syndicales ont abandonné le COMBAT DE CLASSE, parce que nous-mêmes nous avons trop cru à Mitterrand, à Jospin, au PS, au lieu de soutenir le PARTI COMMUNISTE et la CGT rouge, parce que les dirigeants du PCF et de la CGT ont, eux-mêmes, baissé pavillon devant le PS et l'Europe. C'est d'abord dans notre tête qu'il faut regagner le combat. Nous serons fort si nous réapprenons à dire NON, comme nos jeunes ont dit non au CPE en 2006 et comme notre classe a dit NON à la constitution européenne en 2005 !

D'autant que notre combat ne vise pas seulement à sauver l'emploi POUR NOUS ; il y va de notre pays. Au moment où les richards capitalistes, comme Bernard Arnauld désertent la France qui leur a tout donné, au moment où le triste Depardieu oublie Danton, Obélix, Cyrano pour ramper devant Poutine et planquer son magot, C'EST À LA CLASSE OUVRIÈRE DE DÉFENDRE ET DE SAUVER NOTRE PAYS qui va dans le mur, détruit qu'il est par la "construction" européenne et par le tout-profit des capitalistes.

C'est pourquoi la commission luttes du PRCF qui est composée exclusivement de travailleurs, de retraités, de jeunes et non de bureaucrates défendant leurs bonnes petites places, vous demande de réfléchir par vous-mêmes aux propositions combatives suivantes :

* Unité d'action des RENAULT, des PSA, des équipementiers, non pour trouver le meilleur "plan social" conduisant à la mort douce, mais pour BLOQUER LA PRODUCTION et frapper au cœur le profit capitaliste TOUS ENSEMBLE ET EN MÊME TEMPS. LES CAPITALISTES VEULENT NOUS FAIRE CROIRE QUE NOUS SOMMES CONCURRENTS, C'EST FAUX ! EUX sont concurrents, grand bien leur fasse, mais NOUS LES OUVRIERS, TECHNICIENS, EMPLOYÉS, INGÉNIEURS, INTÉRIMAIRES, nous sommes solidaires. Nous coulons séparément ou nous nous sauvons TOUS ENSEMBLE.

De même, ne nous laissons pas opposer entre Français et immigrés, un ouvrier immigré qui défend la France en défendant sa classe est plus français qu'un gros patron qui fout le camp en Belgique pour planquer l'argent volé aux travailleurs d'ICI ! Et en défendant le boulot ici, nous aidons aussi les ouvriers chinois, marocains, etc. à se défendre LA-BAS. Défendre la classe ouvrière mondiale et défendre la France, c'est la même chose !

* Assez d'argent public pour Renault et PSA, il faut NATIONALISER LA FILIÈRE AUTOMOBILE FRANÇAISE, organiser les synergies pour sauver l'emploi, produire en France, reconquérir le marché intérieur en faisant des choix tournés vers le peuple.

* Interdire les délocalisations et les réimportations en France de voitures et d'équipements en provenance de boites délocalisées.

* Vu que l'Union Européenne interdira les nationalisations, vu que « l'euro fort », POUR ce clone du deutschemark qui ne sert qu'aux capitalistes allemands, interdit d'exporter en dévaluant le franc, vu que la "concurrence libre et non faussée" imposée par Maastricht, par le Traité de Lisbonne et par le TSCG interdit toute réindustrialisation planifiée de notre pays, Il faut CESSER DE CROIRE LES DIRECTIONS TRAITRES qui rampent devant Hollande et qui nous promettent mensongèrement depuis vingt ans "l'Europe sociale". NOUS DEVONS SORTIR DE L'UNION EUROPÉENNE, il faut quitter UNILATÉRALEMENT LA ZONE EURO, il faut reconstruire notre souveraineté économique, monétaire, budgétaire ; sans cela, impossible de reconstruire notre pays. 

* Il faut une nationalisation des secteurs clés de l'industrie et de l'ensemble du crédit ; seul un secteur public fort, contrôlé par les travailleurs et par la nation, pourra réindustrialiser la France en affrontant les saboteurs du grand capital ;

*il faut contrôler le flux des capitaux aux frontières, confisquer l'argent des mauvais Français qui veulent échapper à l'impôt, organiser une coopération internationale équilibrée, non déficitaire, comme le font les pays latino-américains de l'ALBA. Ce n'est pas là "s'isoler", comme le prétendent les menteurs de la fausse gauche, c'est EXISTER pour mieux ÉCHANGER À ÉGALITÉ.

* Il faut s'unir aux autres travailleurs d'Europe, aux Espagnols, Italiens, Grecs, Portugais, qui mènent de grandes luttes sociales contre l'euro-austérité. Le SALAIRE EST L'AMI de l'EMPLOI, plus les patrons baissent nos salaires, soi-disant pour sauver l'emploi, moins le peuple peut acheter de produits industriels et plus le chômage gagne !

* Il faut faire revivre la perspective du SOCIALISME POUR LA France ; quand la France disposait d'un grand Parti communiste français qui était clairement marxiste et tourné vers les ouvriers, quand la CGT était clairement "rouge" et "de classe", nous avions des acquis, c'est le patronat qui reculait et notre pays qui avançait vers le progrès. Avec les militants franchement communistes du PRCF, il faut reconstruire la "machine-outil" du progrès social : un vrai parti communiste, un syndicalisme de classe, un large rassemblement populaire, patriotique, internationaliste pour virer l'UE capitaliste, botter les fesses aux frères ennemis de l'UMP et du PS maastrichtien, renvoyer dans sa niche les racistes du FN qui font semblant d'aimer la France, alors qu'ils ne songent qu'à nous diviser en fonction de notre religion ou de notre couleur de peau. Il faut, au contraire, retrouver les valeurs VICTORIEUSES de la Commune de Paris, du Front populaire, de la Résistance : le combat de classe, l'antifascisme, le patriotisme républicain, l'amour de notre pays et de tous les peuples du monde !

Ils ont déjà cassé les mines, la sidérurgie lorraine, le textile du nord, maintenant, ils veulent faire la peau de la métallurgie et de l'automobile.

Nous n'avons plus le choix, si nous ne voulons pas que nos gosses - qui n'ont pas demandé à naître - soient tiers-mondisés et aient une vie de m.... !

En 1943, à Stalingrad, l'Armée rouge des ouvriers et des paysans a dit : "on ne passe plus". Au prix de sacrifices immenses, elle a stoppé l'Armée nazie, fer de lance du capitalisme mondial. En 2013, montrons-nous dignes de nos grands-parents et de nos parents, des combats du CNR, de mai 68, du grand héritage de la Révolution française. ON NE PASSE PLUS !

JPEG - 55.8 ko
Manifestation à Paris le 9-10-2012 PSA Aulnay - Photo afp.com/Mehdi Fedouach
Manifestation le 9 octobre 2012 à Paris contre la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-bois

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Yvance77 25 janvier 2013 09:54

    Salut,

    Déjà faudrait que vous commenciez par changer de nom, car se réclamez du communisme est une idiotie sans limite. Je ne sais pas si vous avez vu les ravages causés par cette idéologie (moi si et je suis Front de Gauche) mais vous en reviendrez. Et puis faire référence à Stalingrad ou les capos russes s’en sont donnés à cœur-joie pour tuer aussi leurs semblables est très délicat de votre par.

    Maintenant sur le fond, je me fiche de ce qui va arriver au gus de Renault, PSA et de toutes ces industries de merde, qui n’ont :

    1) pas su prendre le virage qui s’imposait pour faire des véhicules propres, et ainsi être à la pointe et de ne rien perdre.

    2) pas eu les couilles de se battre avec les autres et non quand leurs jobs sont en jeu

    3) pas envoyer sur les roses des syndicats qui les ont enfilés au papier de verre gros grains (hors Sud)


    • taktak 25 janvier 2013 21:38

      "faire référence à Stalingrad ou les capos russes s’en sont donnés à cœur-joie pour tuer aussi leurs semblables est très délicat de votre par."

      Le sens historique de ce qu’a été la bataille de Stalingrad vous échappe totalement. Là c’est joué une grande partie de la défaite du 3e Reich, et donc aussi de la libération de la notre pays de l’occupation.

      Il n’est donc pas étonnant qu’avec aussi peu de sens des réalités vous en soyez à déverser votre bile sur les victimes (les travailleurs) plutôt que sur leurs bourreaux (la classe dominante).


    • spartacus spartacus 25 janvier 2013 15:04

      Un peu d’histoire CGT et PCF :



      Jusqu’à la chute de l’URSS, le PCF et la CGT ont été financés avec l’argent de Moscou. Sans jamais qu’ils s’en expliquent…

      De sa création en 1920, lors du fameux congrès de Tours, jusqu’à l’effondrement de l’Union soviétique, en 1989, PCF et CGT touchent tous les ans sa (grosse) gamelle du « grand frère » moscovite. 

      Les sommes étaient transférées la plupart du temps de la Gosbank (banque d’état soviétique) au PC via des valises de liquide ou de lingots d’or remises par le KGB. Ainsi, comme l’a révélé l’ouverture d’archives, ces 6 M$ délivrés par le PCUS à la CGT, juste avant l’invasion de l’Afghanistan, « étant donné la situation extrêmement difficile du Parti ».

      Le 13 octobre 1983, c’est Gaston Plissonnier, l’un des pontes du PC français, qui reçoit la valise ainsi qu’en témoigne un compte-rendu à en-tête « très secret » du KGB : « Conformément à vos instructions du 23 septembre dernier, la rencontre a eu lieu à Berlin avec le camarade Plissonnier et son homme de confiance, lors de laquelle nous avons remis aux amis français la somme de 1M$ qui leur a été assignée. »

      En 1988, a aussi révélé L’Express, la campagne présidentielle du candidat du PC, André Lajoinie, a été entièrement financée par l’URSS. à raison, moyenne estimée, de 5 M$ par an, ce n’est pas moins de 350 M$ dont a bénéficié le PCF et la CGT entre 1920 et 1989. Un quart de cette somme aurait été attribuée à la CGT et à ses satellites, soit près de 90 M€ dans les caisses de la Centrale ! Laquelle, en outre, va aussi se servir directement à Moscou si nécessaire.

      Les archives soviétiques relèvent : une « réunion de dotation » du Politburo (mars 1985) : « Le secrétaire général de la CGT Henri Krasucki, membre du bureau politique du PCF, a demandé au conseil central des syndicats de l’URSS d’accorder à son syndicat une aide urgente de 10 millions de francs (1 million deroubles convertibles). 
      Cette demande a un caractère strictement confidentiel et seuls les dirigeants de la CGT membres du comité central du PCF ont été informés de cette demande. Cette aide sera accordée en deux versements en 1985 et 1986 de 500 000 roubles provenant du Comité du tourisme et d’excursion. 

      Après l’effondrement de l’ex-URSS, Cuba reprend en main « l’international socialiste », avec le pétrole du voisin Venezulien elle « arrose » les membres « frères » de 600 millions de USD, dont CGT, PCF et FdG

      En 2007 une enquête révèle que le syndicat du livre CGT, envoie tous les mois 200 tonnes de papier vers CUBA

      En 2012 la CGT organise le financement actif d’un candidat à la présidentielle Melenchon avec l’argent des adhérents destiné à son fonctionnement.

      Et vous voulez que ces gens liés au communisme international vous représentent ?
      A part vous utiliser à des fins médiatiques pour de la propagande, leur intérêt c’est le conflit. Vous ils n’en ont rien a faire.

      • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 26 janvier 2013 09:40

        Je vois que certains confondent le PCF et le PRCF Pôle Renaissance Communiste en France... L’explication des difficultés de l’industrie est étroitement liée aux Traités européens.

        * Ce sont les articles du TFUE qui interdisent d’interdire les délocalisations.
        * Idem pour les frontières ouvertes aux 4 vents des importations.
        * Même chose pour le contrôle des capitaux, qui n’existe plus.

        Avant les Traités, un financier ou une entreprise ne pouvait sortir des capitaux pour les investir ailleurs qu’avec l’aval du Ministre des Finances et de la Direction du Trésor public.

        C’est terminé, l’ UE c’est la libre circulation des marchandises, des capitaux et des hommes. Et la libre concurrence, ce que la plupart des autres pays du monde n’appliquent pas, dont la Chine et les USA.

        L’industrie automobile est en outre handicapée par l’ euro, sous évalué pour des pays comme l’ Allemagne, mais sur évalué d’environ 30% pour des pays comme la France, ce qui plombe les exportations. L’euro ne peut être dévalué.

        Sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN est une nécessité, afin de protéger les entreprises et l’emploi. Sont favorables à cet objectif et à la nécessité d’un nouveau Conseil National de la Résistance :
        * Le M’PEP
        * Le PRCF
        * l’UPR d’ Asselineau
        * Le Front syndical de classe
        * Les Clubs « Penser la France »
        * et semble-t-il aussi le POI.
        Malheureusement, beaucoup d’européistes voient d’un mauvais oeil cette union provisoire, et s’ingénient à faire croire que l’ UE est réformable et qu’il n’y a pas urgence à en sortir.


        • Aris 26 janvier 2013 10:34

          On a droit ici à des textes qu’on pourrait croire signé momies des années 30 : or de Moscou, Cuba finançant les partis frères ou au contraire recevant de l’aide de ceux ci, quand on prétend parler d’histoire, encore faut il la connaître et l’étudier ailleurs que dans des poubelles des flics.Bref les vieilleries anti-communistes sont très vite ressorties et à défaut d’arguments rationnels on nage dans les fantasmes berlusconiens de communistes mangeurs d’enfants ou les raclures de poubelle de S. Courtois.On a droit aussi à des donneurs de leçons qui se prétendent de gauche mais dont les idées et le style ressemble plutôt au FN : criminalisation du communisme, insultes aux travailleurs etc Pour ne rien dire de ceux qui, revenus de tout, retournent au néant d’une pensée politique du café du commerce, reprenant toutes les insanités de l’idéologie dominante sur le communisme comme utopie à ne pas confondre avec le stalinisme démoniaque. Outre que ces propos sont la doxa de « Minute » à « l’Huma », de France2 à TF1, un minimum d’esprit critique suffirait à éviter de dire beaucoup de bêtises.
          Mais mener pour la millième fois le débat sur Staline n’apporte rien que nous ayons tous déjà dit et redit. Idem pour Robespierre attaqué par Marion Le Pen, l’UMP et France3....un hasard, bien sûr.
          Bref regardons notre société ici et maintenant, réfléchissons à ce qui pourrait la changer en bien, en mieux, en essayant de réfléchir non à partir d’apriori mais de la réalité. C’est à cela que le PRCF auquel j’ai l’honneur d’appartenir invite nos concitoyens. Il fait des propositions politiques, il tente d’ouvrir une perspective politiques aux luttes de classe qui se mènent quotidiennement, « les yeux ouverts en grand sur le réel », il travaille à l’unité des communistes, il travaille à la constitution d’un vaste Front populaire, progressiste et patriotique. Oui certains sentent la naphtaline : ceux sont ces pauvres hères qui traînent leur drapeau noir sans faire trembler un instant la bourgeoisie, ceux qui ont renié histoire, pensée et principes pour....rien, ceux qui se résignent, ceux qui désertent. Nous, communistes, sommes le vie car comme le disait le père Hugo « ceux qui vivent sont ceux qui luttent ».


          • Oliver HACHE Oliver HACHE 31 janvier 2013 21:35

            Bloquer la production pour relancer l’industrie... C’est pas con, on n’y a jamais pensé.. !

            Ce ne sont pas les patrons qui tuent l’emploi et fuient la France. Ce sont les syndicalistes obtus et les les partisans d’une doctrine hors d’âge qui mettent sur la paille les ouvriers et conduisent aux délocalisations massives.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès