• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Représentation de la femme dans la culture pop

Représentation de la femme dans la culture pop

Dans un discours prononcé à l’Elysée le 25 novembre 2017, Emmanuel Macron a présenté son plan d’action pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes ainsi que le harcèlement sexuel et les violences subies par les femmes. Les « trois priorités » de son quinquennat sont donc « l’éducation et le combat culturel en faveur de l’égalité », un « meilleur accompagnement des victimes » et enfin un « renforcement de l’arsenal répressif ». Parmi les mesures qui seront mises en place, un « module d’enseignement » consacré à la prévention prendra forme dans toutes les écoles du service public dès 2018. Cette sensibilisation sera progressivement élargie dans le secteur public, auprès des professionnels et cadres. Une régulation des contenus vidéos sur Internet et des jeux vidéos par le CSA sera également mise en place. Lorsque l’acte de violence a déjà été commis, la victime pourra dorénavant se tourner vers des unités hospitalières spécialisées et le délai de prescription pour les victimes mineures de violences sexuelles sera prolongé à trente ans. En dernier lieu, un « délit d’outrage sexiste » sera instauré afin de réprimer le harcèlement sexuel de rue.

Des mesures pour quel résultat ?

Les organisations et associations féministes saluent les avancées mais dénoncent le manque de financement pour obtenir un quelconque résultat lorsque ces mesures seront mises en place. Même avec un budget supérieur à celui annoncé - d’environ 420 millions d’euros répartis entre différents ministères », une évolution positive des mentalités reste difficile à imaginer. En effet, à titre de comparaison, malgré les recommandations, sensibilisations et restrictions pécuniaires voire pénales, la consommation d’alcool augmente, tout comme celle du tabac et du cannabis1. Comment alors résoudre ou du moins diminuer les inégalités et violences faites aux femmes ?

Un phénomène culturel

Il existe un fait sur lequel (presque) chacun est conscient et qu’un très grand nombre d’articles scientifiques dénoncent. C’est l’image négative de la femme d’une partie de la production culturelle qui est exposée et commercialisée sans crainte de conséquences. Sachant qu’un jeune écoute en moyenne2 3 1h30 à 2h30 de musique par jour, n’existe-t-il aucune conséquence sur l’image des femmes auprès des jeunes lorsqu’un titre (classé numéro 1 des ventes du 06 au 12 octobre 20174) contient des paroles telles que « Grosse salope, quatre pattes sur le bitume », « J'nique des mères pour la dînette », « La même bitch qui me tournait le dos m'a en photo dans l’appareil »5  ? Une étude6 portant sur 12 étudiants américains n’ayant pas ou peu de lien avec la musique « Gangsta Rap » a démontré qu’une brève écoute de quelques dizaines de minutes a significativement augmenté l’opinion hostile envers les femmes sans pour autant influencer le comportement. A fortiori, une écoute prolongée serait-elle sans conséquence ? Le « Gangsta Rap » n’est néanmoins pas le seul genre de musique contenant des paroles portant atteinte aux femmes. La musique rock contient une majorité de titres (57%) présentant la femme comme sotte, en objet sexuel ou en victime et 8% exposent des violences envers les femmes . Il est vrai que tuer sa compagne n’empêche pas de continuer 7 une carrière de chanteur en France8

Des paroles aux actes

Selon Victor C. Strasburger, professeur de médecine adolescente à l’université du Nouveau-Mexique, « les influences médiatiques sont subtiles, cumulatives, et elles adviennent sur une longue période de temps, parents, pédiatres et éducateurs peuvent ne pas être conscients de leurs impacts »9. De nombreuses études démontrent comment notre cerveau réagit aux informations qu’il reçoit. En effet, la répétition d’images violentes finit par habituer nos neurones et diminue nos réactions émotionnelles10. Là se trouve peut-être une des clés du comportement de certains hommes envers les femmes. Lorsque la production culturelle inonde l’espace d’images, paroles et attitudes dégradantes envers les femmes, comment ne pas agir de même ? En quoi les mots d’un collègue ou supérieur hiérarchique seraient-ils différents de ceux prononcés par Eminem dans son album « The Marshall Mathers LP », auréolé d’un Grammy Award ? Certes, les paroles sont en anglais donc la jeunesse française est sans doute moins influencée. Mais c’est sans compter sur l’élégance dans les mots prononcés par nos artistes comme Booba, La Fouine, Orelsan …11

On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs

En conclusion, le scandale levé par l’affaire Weinstein et les réactions suscitées devraient nous inciter à considérer le problème d’un point de vue plus global. Vouloir lutter contre la violence faite aux femmes est une chose. Encore faut-il ne pas adopter une attitude ambivalente en promouvant un comportement qu’on souhaite réprimer par la suite. Donner une audience sur les plateaux de la télévision et de chaînes de radio publiques à certains artistes se révèle alors contreproductif pour faire avancer "la grande cause nationale"12. Le module de prévention à l’école de quelques heures aura sans nul doute toutes les peines du monde à faire évoluer les mentalités face aux centaines d’heures passées à entendre des noms d’oiseaux proférés à l’encontre des femmes à longueur d’ondes dans les médias et réseaux sociaux.

1 http://www.drogues.gouv.fr/comprendre/chiffres-cles/en-population-generale

2 Exposure to Degrading Versus Nondegrading Music Lyrics and Sexual Behavior Among Youth Steven C. Martino, Rebecca L. Collins, Marc N. Elliott, Amy Strachman, David E. Kanouse and Sandra H. Berry Pediatrics 2006 ;118;430-441 DOI : 10.1542/peds.2006-0131

3 http://www.bva.fr/fr/sondages/les_francais_et_la_musique.html

4 http://www.chartsinfrance.net/charts/1741/singles.php

5 « Mwaka Moon » de Kalash

6 The Influence of Sexually Violent Rap Music on Attitudes of Men with Little Prior ExposurePsychology of Women Quarterly - Stephen R. Wester, Cynthia L. Crown, Gerald L. Quatman, Martin Heesacker, 1997

7 Weitzer, R., and C. E. Kubrin. “Misogyny in Rap Music : A Content Analysis of Prevalence and Meanings.” Men and Masculinities 12 (n.d.) : 3–29.

8 Bertrand Cantat

9 Media, Council on Communications And. “Children, Adolescents, and the Media.” Pediatrics 132, no. 5 (November 1, 2013) : 958–61. https://doi.org/10.1542/peds.2013-2656.

10 Desmurget, Michel, 2011, TV lobotomie : La vérité scientifique sur les effets de la télévision - Essais - documents. Max Milo. page 304-305

11 « Journée de la Femme : pot-pourri du rap misogyne », evous.fr, 26 mars 2015 https:// www.evous.fr/Journee-de-la-Femme-Les-declarations-d-amour-d-Orelsan-et-de-ses-copains, 1174787.html

12 Égalité entre les femmes et les hommes ; Programme d’Emmanuel Macron


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Albert123 12 février 18:16

    énième article femelliste qui vise à dénoncer le comportement stupide de certains (beaucoup ?) hommes sans bien évidement aborder le comportement de nombreuses femmes tout aussi néfaste (pour les hommes comme pour elles même) et pourtant mis en valeur par les associations qui prétendent les représenter.


    Dans les rapports homme / femme, il faut un homme et une femme, ce que tous les articles néo féministo / anti sexistes mettent de coté,

    se faisant tous ces articles déresponsabilisent en permanence une des composantes de cette relation qui est pourtant celle qui a le plus besoin d’apprendre à se responsabiliser pour justement pouvoir s’émanciper.

    c’est toute la différence entre un discours femelliste que vous même vous mettez en avant (par idéalisation de la femme, celle que l’on retrouve chez tous les jeunes hommes pas assez expérimentés) et un discours en faveur de l’émancipation véritable des femmes qui n’est plus porter par aucune institution et certainement pas par les Schiappa, les de Haas et compagnie.

    Personnalités mises en avant par le pouvoir et les médias qui font pourtant la démonstration quotidienne de leur paralogisme, de leur 2 poids 2 mesures permanent et de leur incapacité à comprendre et à fournir des arguments viables car fondés sur le logico cognitif. 

    Personnalités qui cultivent une hypocrisie insupportable autour de l’affaire Weinstein, portée en flambeau tout en omettant sciemment le caractère hypergame de toute les femmes et leur rapport ambiguë aux hommes de pouvoir et d’argent pour la plupart d’entre elles.

    Ambiguïté qui se retrouve jusque dans ces plaintes vomies en place publique 10, 15 voir 30 ans après les faits présumés qui ne seront certainement jamais jugés dans un tribunal (on sait déjà pourquoi) mais sur la place publique au gré des émotions et des indignations suscitées.

    Car il ne faut pas se voiler la face, ce femellisme hypocrite et dominateur actuellement en vigueur est en plus en train de saccager les derniers restes de cohérence de l’état de droit.



    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 12 février 18:19

      N’oubliez pas de censurer Chopin, les femmes ont un faible pour lui.


      • Antoine 12 février 20:38

        l’éducation et le combat culturel en faveur de l’égalité »
         
        Comprendre par « éducation en faveur de l’égalité » = « éducation à la sexualité dès le plus jeune âge. »
        https://www.youtube.com/watch?v=i_7GdXned0Q


        • Antoine 12 février 20:40

          Sur le fond : il ne sera possible de diminuer la violence faites aux femmes qu’en diminuant la violence de la société dans son ensemble.
          Il n’y a qu’une voie pour cela : faire des femmes des mères.


          • troletbuse troletbuse 12 février 21:32

            Est-ce que Macaron a parlé de l’Islam ? Ou bien de la PMA ?Ou bien de la GPA ?


            • zygzornifle zygzornifle 13 février 11:01

              Emmanuel Macron a présenté son plan d’action pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes.


              Tout le monde sera au minimum social et réduit a la limite de la misère comme cela il n’y aura plus d’inégalité ....
              La misère est en marche .....

              • Odin Odin 13 février 12:15

                 « les mots prononcés par nos artistes comme Booba, La Fouine, Orelsan »

                Un artiste est une personne qui crée ou interprète des œuvres d’Art, les personnes que vous indiquez ci-dessus ne sont que des saltimbanques et ne peuvent donc être classées dans la même catégorie qu’un Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Chopin, Liszt… ou, comme dans votre activité, avec une Martha Argerich.

                Ce n’est pas l’Europe mais la Culture, taureau aux pieds d’argile et celle-ci devrait normalement commencer à l’école pour plus d’égalité, ce qui n’est pas le cas.

                https://www.taurillon.org/l-europe-taureau-aux-pieds-d-argile


                • antiireac 13 février 14:05

                  Encore un article mal rédigé rempli des lieux communs bref chiant au possible.

                  L’auteur devrait tourner son pouce sept fois avant d’écrire de pareilles nullités.

                  • Buzzcocks 13 février 16:43

                    Je ne vois pas bien ce que l’allusion à Cantat vient faire.... Le mec a été jugé et il a purgé sa peine.
                    Sa dispute n’a rien à voir avec la musique. Si il a envie de composer des chansons, pourquoi ne le pourrait il pas ?
                    Si il trouve des gens pour l’écouter, qu’est ce que ça peut vous foutre.

                    Sinon, à chaque drame du style Colombine, c’est toujours la faute de la musique, des jeux vidéos, des jeux de rôle, ou des films violents.
                    Donc oui, n’écoutons plus que la danse des canards (et encore WWF va demander des crédits pour lutter contre les barjots qui veulent faire danser des canards), ne jouons plus aux soldats, ça rend violent, etc...

                    Ras le cul de cette société aseptisée par les féministes, les pacifistes, les moralistes, les anti-racistes, les vegans etc....


                    • foufouille foufouille 13 février 16:56

                      « Une régulation des contenus vidéos sur Internet et des jeux vidéos par le CSA sera également mise en place »
                      j’ai pas encore vu de jeux vidéos consistant à tabasser des femmes.
                      les FPS existent depuis plus de 20 ans et on a pas encore vu d’armée de joueurs se massacrer dans la rue.


                      • zygzornifle zygzornifle 14 février 13:30

                        Après la culture pop elles finiront a la soupe pop .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->