Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Représentation politique à la radio : le déséquilibre persiste

Représentation politique à la radio : le déséquilibre persiste

Les média français ont été fortement critiqués lors de la dernière campagne présidentielle pour leur couverture apparemment biaisée en faveur de certains candidats. Suite aux différents appels faits au Conseil supérieur de l’audiovisuel, et aux avis émis par celui-ci, une brève analyse des émissions phares des grandes radios généralistes indique que le problème persiste.

La couverture des partis politiques dans les médias fait l’objet de nombreuses contestations, qui sont rarement argumentées. Et quand des chiffres sont disponibles, comme ceux provenant du CSA, ils sont souvent remis en question, en raison des méthodes de calculs employées. Afin de vérifier si l’apparent ressenti de nombreux citoyens, indiquant un fort déséquilibre de la couverture médiatique des personnalités et mouvements politiques, était confirmé par les faits, je me suis livré à une brève petite analyse au cours du mois dernier.

La méthode

Ne disposant pas des moyens du CSA, j’ai effectué cette analyse à partir des éléments suivants :

- Le média : j’ai choisi les quatre chaînes de radio généralistes les plus connues : RTL, Europe 1, RMC et France-Inter. Plus précisément, plutôt que de comptabiliser l’ensemble des temps de parole des intervenants, ce que prend en compte le CSA, je me suis focalisé sur 4 émissions de grande audience, correspondant aux interviews matinales réalisées par ces chaînes. Toutes ces radios ont en effet une émission matinale basée sur le même format, au cours de laquelle elles ont un invité interrogé par un chroniqueur vedette. Ces émissions, qui se déroulent au moment du pic d’audience vers 8 h 30, sont très représentatives et ne souffrent pas du biais lié à la façon dont les événements sont présentés : les invités sont largement traités de façon similaire, et libres de leurs propos qui ne sont donc pas déformés par les journalistes.

- Les critères : la comparaison a été effectué en fonction de la provenance des invités, selon 5 catégories : gouvernement, majorité présidentielle hors gouvernement, Mouvement démocrate, Parti socialiste et apparentés, autres partis politiques (FN, Verts, PC, etc.).

- La période : l’analyse a porté sur la période du 15 novembre au 15 décembre inclus. Cette période a été choisie en raison de sa richesse en événements politiques : conflits sociaux, période pré-électorale, événements de politique extérieure, création d’un nouveau grand parti politique (MoDem), sortie du livre de Ségolène Royal, remous au PS, congrès national de plusieurs autres partis, etc. De ce fait, la grande majorité des invités matinaux de ces quatre chaînes de radio ont été des personnalités politiques.

Il est important de souligner que cette analyse est largement qualitative et non statistiquement pleinement significative. Pour plus de rigueur, il faudrait bien entendu effectuer cette étude sur une plus longue durée en ajoutant d’autres critères que je commenterai par la suite. Néanmoins, la comparabilité des émissions et le nombre d’invités permet de tirer un certain nombre de conclusions avec un faible risque d’erreur.

Les résultats

Les résultats bruts de cette étude sont résumés dans le tableau suivant :

Gouvernement

Majorité

MoDem

PS

Autres partis

RTL

(JL Aphatie)

6

1

0

5

0

Europe 1

(JP Elkabach)

6

3

0

5

0

RMC

(JJ Bourdin)

10

4

1

2

1

France-Inter (N Demorand)

7

1

1

5

0

Total

29

9

2

17

1

L’analyse

La première chose qui frappe à la lecture des résultats est bien sûr la sur-représentation d’invités du gouvernement. À eux seuls, ces invités représentent environ la moitié du total. Quand on ajoute à ce nombre celui des représentants de la majorité hors-gouvernement, on arrive à environ les deux-tiers, proportion recommandée par le CSA (mais dans un ratio plus équilibré, un tiers gouvernement, un tiers majorité, un tiers opposition).

Face à cette présence massive de membres du gouvernement, la réplique est quasi-exclusivement donnée par des invités du Parti socialiste. La seconde caractéristique de cette analyse est en effet l’absence quasi-totale de représentants des autres partis politiques, malgré l’actualité politique importante les concernant. On peut d’ailleurs penser qu’en l’absence du congrès fondateur du Mouvement Démocrate pendant la période considérée, le nombre d’invités de ce parti aurait sans doute été diminué de moitié, au moins.

La couverture politique des grandes radios généralistes, telle qu’elle apparaît lors de leurs émissions phares, se traduit donc par une parole très généreusement donnée aux représentants du gouvernement, et par une vision uniquement bipolaire du paysage politique (UMP et apparentés contre PS). Si la présence de nombreux représentants du gouvernement est parfois compensée par celle de représentants syndicaux (ouvriers et patronaux, les second en moindre proportion), 30 à 40 % des électeurs français, qui ne votent pas pour les deux partis principaux, ne sont eux quasiment jamais représentés par leurs élus dans ce type d’émission.

Et les autres média ?

Mon intention première était d’effectuer une analyse comparable sur un certain nombre d’émissions-clés, à forte audience, des chaînes de télévision : journaux d’information du soir, grand journal de Canal+, etc. Malheureusement, ces émissions n’étaient pas disponibles en libre accès sur la période considérée (les archives sont généralement disponibles sur les quinze derniers jours). Cette étude sera donc effectuée pour le mois de janvier. Néanmoins, une analyse très rapide des informations disponibles a permis de noter quelques éléments communs :

- Pour une émission à invités politiques comme Le Grand Journal de Canal+, comparable dans son concept aux émissions radio analysées précédemment, les invités se répartissent dans les différentes catégories définies ci-dessus de façon très similaire aux matinales des radios : surabondance de représentants du gouvernement, et quasi-absence de représentants hors UMP-PS.

- Pour les grands journaux d’information du soir, on retrouve en première approximation environ deux reportages centrés sur le président de la République, deux sur le gouvernement, et un peu moins d’un pour l’opposition (PS quasi-exclusivement) par journal.

Quant à la presse écrite, l’excellent site de Jean Véronis (http://sites.univ-provence.fr/veronis/Presse2007/ ) permet d’effectuer une analyse intéressante de la présence médiatique des principaux leaders politiques dans la presse quotidienne. Le critère considéré est ici le nombre de citation de ces personnalités dans les différents articles parus. Il n’y a donc pas de critère d’importance (« titres », « unes »), mais plutôt une image globale du « buzz » des différentes personnalités.

Au cours de la période disponible sur son site actuellement (11 au 18 décembre inclus), sur environ 1 150 citations, j’ai ainsi pu constater la répartition suivante :

Nicolas Sarkozy : 40%

Membres du gouvernement : 35 %

Membres du PS ou apparenté : 13 %

Membres du MoDem : un peu plus de 4 %

Membres de la majorité présidentielle : 4 %

Membres d’autres partis : environ 3,5 %

Il faut noter dans cette répartition quelques biais, dus à l’absence de certaines personnalités non encore répertoriées dans le moteur de recherche (comme JF Copé pour la majorité présidentielle par exemple). D’autre part, certains membres du gouvernement s’expriment aussi en tant que responsables de partis (Hervé Morin par exemple). Le pourcentage de citations de membres du gouvernement est donc sans doute légèrement surestimé, tandis que celui des membres de la majorité présidentielle est assez nettement sous-estimé. Plusieurs personnalités du PS ne sont aussi pas répertoriées, mais d’autres sont encore considérée comme PS alors qu’elles interviennent comme responsables en dehors de ce parti (comme Dominique Strauss-Kahn).

 

Ces réserves une fois indiquées, on peut cependant noter que la proportion de citations de personnalités du pouvoir en place dans la presse quotidienne atteint environ 80 %, proportion qui paraît assez similaire à celle entre-aperçue dans les journaux télévisés du soir.

Conclusions

L’objectif de cette analyse très préliminaire était de vérifier si le ressenti, souvent exprimé par de nombreux internautes, d’un « matraquage » médiatique en faveur d’un camp politique, était effectivement corroboré par les faits. En effet, les données très exhaustives du Conseil supérieur de l’audiovisuel ne tiennent pas compte de l’indice d’écoute, et donc de l’impact réel des interventions et reportages des émissions analysées (ce qui serait tout à fait réalisable en utilisant les données de Médiamétrie). Pour circonvenir cet inconvénient, il était donc intéressant de s’intéresser à un nombre certes plus restreint d’émissions, mais dont l’audience et l’impact sont importants.

Effectuée dans un premier temps au niveau des grandes radios généralistes, ces mesures tendent à confirmer le déséquilibre ressenti. La surreprésentation constatée de représentants du gouvernement, et la très forte sous-représentation de personnalités situées en dehors des partis dominants ne peut que renforcer les thèses de maîtrise des médias par des intérêts proches du pouvoir. Il est notamment frappant de constater la très faible représentation du nouveau troisième parti politique français, lancé au cours de la période analysée. Ceci tend à étayer l’analyse exprimée récemment par Alain Duhamel dans une chronique de Libération, où celui-ci indique « François Bayrou avait envisagé d’observer une année de silence après la victoire de Nicolas Sarkozy. C’était inutile, les médias s’en chargent. Depuis le 6 mai, Bayrou n’existe plus à la télévision. La presse sérieuse l’enterre, les médias de masse l’ignorent. Bayrou a disparu  ».

(http://www.liberation.fr/rebonds/chroniques/chronique_politique/297358.FR.php).

Pour autant, il faut se garder d’interpréter de façon définitive les résultats de cette étude encore très succincte. Au-delà de la nécessaire analyse des émissions de télévision, qui ont le plus fort impact auprès du public, deux questions encore non résolues se posent :

· cette situation est-elle nouvelle ?

· cette situation est-elle comparable à celle qui prévaut dans les autres démocraties européennes ?

Pour répondre à la première question, il faudrait analyser les résultats obtenus à partir d’émissions diffusées, par exemple, peu après l’élection de Jacques Chirac en 1995 et 2002, et après le changement de majorité politique en 1997.

Quant à la seconde, l’idéal serait donc d’étudier les résultats pour des émissions comparables chez nos voisins allemands, britanniques, espagnols et italiens, par exemple.

Enfin, il serait aussi très intéressant de regarder la représentation politique sur les principaux sites d’information internet, afin de voir si celle-ci, au sein de médias a priori moins liés au pouvoir, est fondamentalement différente.

Si ces premiers résultats laissent entrevoir l’existence possible d’un problème au sein des médias français, ce qui peut expliquer le malaise ressenti par nombres d’électeurs, il faut néanmoins être prudent avant de conclure à un véritable déni de démocratie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 19 décembre 2007 16:43

    Non, mais c’est pas vrai, en réalité. Sarkzoy a dit que les médias était impartiaux, c’est donc la vérité, forcément...


    • ju ju 19 décembre 2007 21:34

      forcément...

      En parlant de forcément et en rapport avec le sujet de l’article, voir le très bon documentaire de Pierre Carles : JUPPÉ, FORCÉMENT... (le documentaire date de 1995)

      Petit résumé du documentaire :

      « Comment s’exerce la démocratie quand un ministre en fonction, secrétaire général d’un parti politique de première importance, brigue la mairie d’une grande ville de province ? Comment les médias locaux traitent-ils l’illustre parachuté ? Que devient le beau principe de l’égalité de traitement entre les candidats ? Juppé, forcément... décortique une campagne électorale à travers le regard des journalistes et montre à quel point la politique, comme le reste, fonctionne à deux vitesses, »selon que l’on soit puissant ou misérable..."

      Texte très facilement applicable à la dernière élections présidentielle en changeant quelques mots :

      Comment s’exerce la démocratie quand un ancien ministre, président d’un parti politique de première importance, brigue la fonction de président de la République ? Comment les médias nationaux traitent-ils l’illustre parachuté ? Que devient le beau principe de l’égalité de traitement entre les candidats ? Sarkozy, forcément... décortique une campagne électorale à travers le regard des journalistes et montre à quel point la politique, comme le reste, fonctionne à deux vitesses, « selon que l’on soit puissant ou misérable... »


    • jps jps 20 décembre 2007 10:17

      il n’y ’a pas que le quantitatif à prendre en considération mais aussi le qualitatif, et également le non-dit : http://poly-tics.over-blog.com/categorie-1257952.html


    • snoopy86 19 décembre 2007 17:02

      @ Voltaire

      Je ne résiste pas au plaisir de me faire moinsser avant Lerma :

      La seule formation qui soit correctement représentée en fonction de son poids (4 députés) dans votre étude, c’est le Moudem...


      • vivelecentre 19 décembre 2007 18:12

        ET encore, vous surestimez artificielement le modem de 25% ! au derniere nouvelle, il n’ya que trois deputés modem à l’an et si Bayrou qui est contre le cumul des mandats demissionne en cas d’election à Pau, il y en aura plus que deux...


      • vivelecentre 19 décembre 2007 18:18

        «  »« La création du Modem est un événement majeur de la politique nationale »«  »

        un non evenement !! simplement un tour de passe passe pour remplacer l’udf ou certain ne voulaient pas rentrer dans le moule bearnais

        si vraiment vous croyez ce que vous dites , c’est que votre tour de tête a autant tendance a enfler que celui de votre patron !!

        La creation du Nc et du Modem sont les deux plus important non evenement de l’année 2007 !!!

        Il s’agit juste d’un redecoupage de feu l’udf et la revolution centriste euh centrale soit disant hors du clivage droite qauche, une nouveauté qui date de ....1965 avec Lecanuet !!

        Si vous avez envie d’y croire, c’est vrai qu’il y en a eu d’autre avant vous !!


      • FrihD FrihD 19 décembre 2007 23:00

        En fait 4, c’est 133% de 3, et non 125%. Je crois malheureusement que vous comptez comme nos nos ministres font notre budget :D .


      • vivelecentre 20 décembre 2007 00:24

        J’ai parlé de 25% pas 125 !

        4 c’est 100% de 4

        3 c’est 75% de 4

        100 - 75 = 25 , camarade orange !!


      • tvargentine.com lerma 19 décembre 2007 17:13

        Vous dites « j’ai choisi les quatre chaines de radio généralistes les plus connues : »

        A l’heure d’internet et de la web-radio c’est faire beaucoup de bruit et valoriser un peu trop c’est 4 radios que pas grand monde écoute

        Encore un article pour ne rien dire

        Moi j’écoute http://www.radioparadise.com

        et vous ?


        • BuZardinho BuZardinho 19 décembre 2007 17:17

          « Que pas grand monde écoute »... ah bon... Mais une chose est sûre trop de monde vous lit.


        • Hervé Torchet 19 décembre 2007 17:21

          C’est édifiant et scandaleux, merci de le signaler. smiley


          • Imhotep Imhotep 19 décembre 2007 17:47

            Cet article fort édifiant et intéressant et particulièrement inquiétant.


            • morice morice 19 décembre 2007 17:51

              Seb59 : si on les voit pas c’est parce que devant y’a un paravent. 1,69 m de haut le paravent. Mais ça suffit pour cacher tout le reste. Mais celui là est toujours en PREMIER. Ça vient, là, où il faut expliquer autrement ? Souvent un paravent ça n’a rien à dire d’important. C’est le cas. Mais il est toujours DEVANT. Vous allumez votre télé, qui habite dedans ? L’opposition ou le squatteur en chef ? Arrêtez de joeur au c... ça devient risible à ce stade.


              • marc berger marc berger 19 décembre 2007 17:51

                Trés bon article ! Malheureusement je vois mal comment il pourrait en être autrement. Nous vivons dans une société où la majorité des médias n’ont de libertés que celles octroyées par ceux qui les possèdent !

                Heureusement le web existe, mais je doute que la majorité des français puisse se permettre d’aller rechercher l’information sur le net !

                Au plaisir de vous lire

                marc


                • chris chris 19 décembre 2007 17:53

                  Cet article, d’un intérêt quasi nul (et encore je suis bon prince) ou l’art de comptabiliser des carottes et des navets... Allez, je choisis une bonne quinzaine de jours , mettez moi donc 4 radios, une émission de télé, quelques liens internet et notre grand philosophe éclairé nous pond une analyse d’une insipidité rare pour en conclure que les Le Pen, Bayrou et autres Buffet ont disparu du PAF !

                  Mais est ce vraiment un mal ?

                  Quant à égaliser l’exposition médiatique de personnalités politiques aux audiences électorales diverses et variées, c’est tout simplement absurde et sans aucun intérêt, comme celui de l’existence de cet article.


                  • Philippe D Philippe D 19 décembre 2007 17:55

                    Tout d’abord on peut constater que les 4 radios citées ont des résultats assez identiques. Cela peut s’expliquer car les radios font de l’actualité immédiate et traitent pratiquement des mêmes sujets en même temps.

                    Dans la période que vous analysez, l’opposition, PS n’a pas eu énormément d’actualité, mis à part la sortie du livre de S. Royal qui a du être l’invitée des 4 radios.

                    Pendant les grèves SNCF / RATP j’ai souvent entendu les différents représentants syndicaux. Il est vrai qu’ils sont difficiles à placer dans votre tableau mais ils représentaient au moins à cette période 1 forme d’opposition au gouvernement, qui lui aussi était pressé de s’expliquer sur les négociations en cours (Xavier Bertrand et René Soubie ont été très présents à cette période)


                    • Imhotep Imhotep 19 décembre 2007 18:10

                      La création du Modem est un événement majeur de la politique nationale. Le 3é parti de France. Il a été traité dans les journaux par dessus la jambe. Le JDD a traité en 1ère page de Ségolène Royal et avec des grandes pages. Le parti de Jean Marie Bocquel qui doit représenter environ 3 adhérents a eu droit à deux pages ailleurs alors que le Modem une demi page. Dans Libération le même jour le lundi il y a eu pas moins de 7 articles sur Royal et le PS et 2 seulement sur le Modem dont un des deux était la compilation des insultes dans anciens UDF contre Bayrou. Le Figaro 9 articles pour la majorité et un seul sur Bayrou...


                    • Philippe D Philippe D 19 décembre 2007 18:25

                      A part Bayrou qui peut s’exprimer au nom du Modem ?

                      Et il ne peut pas être présent le même jour à 8h30 sur les 4 radios citées non ?


                    • snoopy86 19 décembre 2007 19:01

                      @ imhotep

                      « La création du Modem est un événement majeur de la politique nationale »

                      L’événement politique majeur c’est la renaissance du PDER, lundi, ici-même, sur Agoravox, un parti qui rassemble depuis prés de 50 ans tous les déçus de la gauche et les sceptiques de la droite.

                      Trés forte implantation en Bourgogne, en Languedoc-Roussillon et en Poitou-Charentes. Parti européen, comportant immédiatement des adhérents belges et suisses.

                      http://www.youtube.com/watch?v=ZrbT9e42IHA

                      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=33157

                      Seul bémol, il semblerait qu’en Poitou-Charentes, comme chez d’autres, des ambitions personnelles se manifestent de manière....furtive


                    • Philippe D Philippe D 19 décembre 2007 19:48

                      @ Snoopy

                      J’ai suivi votre lien et je msuis trouvé une chouette idée de cadeau à souffler l’air de rien à ceux qui voudraient me faire une surprise qui me fasse plaisir.

                      L’article m’avait échappé, dommage.


                    • morice morice 19 décembre 2007 18:22

                      Imhotep, respectez les règles et arrêtez de balancer des articles en post, c’est énervant. Quel que soit le contenu ! vous allez finir par fiche en l’air le principe de parution ,et empêcher aussi les commentaires. Ç’est déjà la deuxième fois, c’est deux de trop !


                      • Imhotep Imhotep 19 décembre 2007 18:30

                        A ce que je vois vous avez fait supprimer le commentaire donc votre commentaire est ici nul et non avenu.


                      • snoopy86 19 décembre 2007 18:30

                        C’est vrai imhotep, faîtes comme Morice ou Taverne, publiez vos articles au lieu de les balancer en commentaires ; 2-3 par jour, pas plus...


                      • Imhotep Imhotep 19 décembre 2007 18:31

                        Je ne vous ai pas lu après le même exercice d’un certain Dugué.


                      • Imhotep Imhotep 19 décembre 2007 18:34

                        @ snoopy Effectivement je ne le ferai plus. mais dans ce cas précis c’était par flemme de reprendre des arguments et non pour mettre un article. Cela correspondait à un raisonnement et non à la volonté de caser quoi que ce soit. Mais j’arrête là car cela devient - et j’y prends part - du hors sujet qui prend trop de place et nuit à cet article qui mérite mieux.


                      • snoopy86 19 décembre 2007 19:03

                        @ imhotep

                        C’était une boutade où vous n’étiez pas le plus visé...


                      • C.C. C.C. 19 décembre 2007 18:44

                        Et sur Agoravox, sans aucune malice de ma part, avez vous fait le test ?

                        Dans un autre style, avez vous compté le nombre de unes du très peu sarkozyste Marianne consacrées au bruyant locataire de l’Elysée plutôt qu’à son opposition ?

                        Si je suis d’accord avec vous (et d’autres) pour trouver Sarkozy, et dans une moindre mesure son gouvernement (sauf Fillon smiley ) trop présents dans les médias, il me semble qu’il y aurai moins d’écho si il y avait un peu plus de bruit autour ...


                        • Proudhon Proudhon 19 décembre 2007 19:57

                          En fait sur Agoravox, c’est pas du Sarko que l’on bouffe le plus. Et quand on en bouffe c’est plus souvent contre lui que pour lui. Par contre qu’est ce qu’on bouffe comme anti-Chavez.

                          On croirait presque à du parti-pris.


                          • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 19 décembre 2007 20:03

                            A Voltaire,

                            votre analyse est une démarche fort intéressante, qui révèle d’indiscutables inégalités de représentativité. Je pense également que les lacunes de votre enquête - que vous avez au demeurant scrupuleusement présentées et analysées, ce qui est tout à votre honneur - ne peuvent remettre en cause le constat général : la sur-représentation du gouvernement et la sous-représention de l’opposition « hors-PS ».

                            Et pour terminer une petite question. Pardonnez l’ignorance d’un belge à ce sujet (mais il tente de se soigner smiley ), mais pourriez-vous m’expliquer succintement la tendance politique généralement attribuée aux radios concernées par votre étude ?


                            • ZEN ZEN 19 décembre 2007 20:29

                              La radio, comme la presse, ne s’intéresse qu’aux trains qui déraillent, pas à ceux qui arrivent à l’heure...


                              • Rabelais Rabelais 19 décembre 2007 21:06

                                Très bon article, qui a le mérite de chiffrer ce que nombre d’entre nous ressentons.

                                Pour des raisons professionnelles, j’observe ce déséquilibre/contrôle des médias avant, pendant et après une OPA, dont c’est une clé de la réussite. Intéressant.

                                Je vais réfléchir à d’autres analogies éventuelles, et éventuellement ferai un papier là-dessus.


                                • lilyy0971 19 décembre 2007 21:21

                                  Excellent article. L’analyse met en avant la bipolarisation de l’opinion politique que doit souhaiter M. Sarkozy grand admirateur du modèle américain avec l’antagonisme démocrates / républicains. A croire que les médias veulent formater la pensée dans ces 2 moules : gouvernement / opposition - bons / gentils. Quelles tristesse pour la démocratie et pour la diversité des opinions. L’extrême droite a été avalée par l’UMP, le Modem est en train de l’être, la gauche n’est qu’un épouvantail qui s’agite dans son coin, sans parler de l’extrême gauche ...


                                  • drzz drzz 19 décembre 2007 21:25

                                    Et le déséquilibre entre le journalisme citoyen et le journalisme professionnel ? smiley

                                    http://leblogdrzz.over-blog.com/article-14777623.html


                                    • Jocrisse Jacques 19 décembre 2007 21:29

                                      Cher Maître,

                                      Vous avez effectué un gros travail objectif qui ne fait que confirmer la course à l’audience des grandes radios généralistes. Ne perdez pas de temps avec LCI, LCP, I Télé et les chaines nationales = même résultat (au pif, plus grave)


                                      • moebius 19 décembre 2007 21:47

                                        Absolument subjectivement en mélomane et avec mes seules oreilles qui tentent... la rumeur ou le bruit dominant sonne plutot clairement la note de l’opposition indépendamment de la sticte mesure des présences tonitruantes aux antennes nettement en faveur du concerto majoritaire. Cette inégale partition joue t’elle mieux la partie de l’opposition ?. Elle y gagne ! ne serait ce deja pour en dénoncer les couacs.


                                        • brieli67 19 décembre 2007 21:53

                                          même 3o micros de tendus ne changeraient rien à votre centre

                                          Les rad-socs se battaient sous les préaux ! Vous que des déclamations de bureau... Quel fantassin que vous faites Arrouette ! Changez donc de pseudo ou aiguisez votre rapière.

                                          C’est à vous de répondre à votre compagnon de route LERMA ou au bleu West. qui ont tourné casaque.

                                          vous en êtes où vous ?


                                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 décembre 2007 23:31

                                            Bonsoir,

                                            Je vais m’inscrire en faux contre le fond de cet article. La représentativité des partis politiques importe peu, puisque ces gens n’ont rien à dire. Il faut voir les discours de Hollande Bayrou etc... insignifiant. Alors pour ma part, je dirais que le temps d’antenne alloué aux politiques n’a aucune importance particulière, du moment que les différences s’expriment. Le nerf de la démocratie, c’est le neurone des gens sensés, intelligents et pertinents, on ne les entend pas, par la faute d’une médiarchie qui croit que les masses veulent bouffer de la merde


                                            • Black Ader 19 décembre 2007 23:57

                                              Le probléme surtout, c’est le manque de journaliste UMP et FN dans les média.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès