Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Résistance, tous ensemble et maintenant !

Résistance, tous ensemble et maintenant !

Face à la tenaille politique qui broie la France, FAIRE LA BRECHE et PRENDRE L’OFFENSIVE

Osons regarder les choses en face : notre peuple est pris en tenaille dans plusieurs étaux potentiellement mortels.

Sur le plan politique, notre pays est sommé de choisir entre… deux genres de mort également déshonorants : se suicidera-t-il en suivant le Parti Maastrichtien Unique (P.M.U.) des Hollande, Sarko, Borloo, Duflo et Cie, qui rampent devant le M.E.D.E.F. et A. Merkel, qui arasent les acquis du C.N.R. et qui veulent diluer la République française une et indivisible dans l’Europe fédérale des régions et des métropoles ? Ou bien le peuple français s’abandonnera-t-il à la voie fascisante que porte l’U.M.’ Pen en gestation sur fond d’appel bonapartiste à la dictature de l’ « homme fort », de xénophobie, de haine des « assistés », des fonctionnaires, des « cocos » et des syndicalistes ?

Sur le plan institutionnel, le démontage de la République s’accélère. Que pèseront le monde du travail et le peuple de France, qui ont déjà tant de mal à défendre leurs intérêts vitaux, quand feu le territoire national aura été découpé en 15 Länder dialoguant directement avec Bruxelles (et Berlin !), court-circuitant « Paris » et abandonnant peu à peu la langue commune – cette langue française que le P.M.U. harcèle de toutes parts (Charte européenne des langues, loi Fioraso instituant l’anglais à l’Université) – au profit de «  langues minoritaires et régionales  » coiffées par le tout-anglais indispensable à l’Union transatlantique en construction ?

Sur le plan syndical, les luttes dures menées par nombre d’ouvriers du privé et d’agents du service publics sont abandonnées à elles-mêmes par des états-majors syndicaux vassalisés par ces courroies de transmission patronales que sont la direction de la C.F.D.T. et la Confédération européenne des « syndicats ».

Pourtant (et les militants franchement communistes – au premier rang duquel ceux du P.R.C.F. –, les républicains anti-Maastricht et les syndicalistes de classe n’y sont pas pour rien !) des possibilités nouvelles apparaissent qu’il faut mettre d’urgence à profit ensemble pour faire naître un large Front de résistance antifasciste, populaire, patriotique et populaire.

En Europe, un nombre grandissant de P.C. et de forces progressistes condamnent désormais l’U.E. du capital, se détachent du Parti de la Gauche Européenne (présidé par P. Laurent) et dénoncent le mensonge de l’ « Europe sociale » et de l’ « euro au service des peuples ». Le P.R.C.F. s’est affilié à L’Initiative, qui regroupe 30 organisations communistes d’Europe et qui appelle à sortir de l’euro, de l’U.E. et de l’O.T.A.N. dans la perspective du socialisme. Cela n’est pas sans impact sur certaines forces social-démocrates de « gauche » puisque des personnalités comme Tony Benn (aile gauche du Labour anglais) et Oskar Lafontaine (Die Linke, R.F.A.), se prononcent désormais contre l’U.E., au grand dam de leurs partis respectifs.

En France, le « bougé » des forces communistes sur l’U.E. est prometteur. Déjà les Assises du communisme avaient appelé la classe ouvrière à revendiquer les quatre ruptures (euro, UE, OTAN, capitalisme). Désormais nombre de communistes opposés à la direction euro-formatée du P.C.F.-P.G.E. font mouvement vers le boycottage des élections européennes, comprenant qu’un tel appel offensif serait une déclaration de guerre du peuple français à la dictature supranationale du capital. Le PRCF qui, en 2005, militait déjà contre TOUTE constitution européenne et qui, en 2009, appelait par affiches à l’abstention citoyenne, se félicite de cette prise de conscience euro-critique qui peut permettre aux vrais communistes, membres ou pas du P.C.F., de prendre la tête du rassemblement populaire majoritaire contre l’U.E.. Quitte à affronter la direction hollando-dépendante du PCF et des confédérations syndicales à la dérive !

Quant aux francs républicains, ils se regroupent de diverses manières. Il y a d’abord eu l’appel de Limoges au boycott des européennes, lancé en commun par le P.R.C.F., le M.’p.e.p. et les Clubs Penser la France. Une action offensive qui ferait la brèche dans le dispositif politique du grand capital. Boycotter l’UE et l’institution destinée à la légitimer – le « parlement » européen – ce serait OSER AFFRONTER EN BLOC TOUTES les forces du système, non seulement celles du P.M.U. mais aussi celles du F.N. : lequel a le culot de se dire euro-critique mais ne manque pas de se goberger grassement aux frais du « parlement » potiche de Strasbourg !

Par ailleurs, nombre d’intellectuels français connus, les économistes F. Lordon, J. Sapir et bien entendu, J. Nikonoff, les sociologues E. Todd et Pinçon-Charlot, se prononcent ouvertement contre l’euro. Le tabou européen est en train de tomber à gauche et le débat fait rage au sein du Parti de gauche. On a vu récemment Daniel Mermet donner la parole au sociologue euro-critique A. Bernier ; de même le journal « Marianne » vient-il d’opèrer un recentrage éditorial euro-critique en publiant un numéro spécial dirigé contre l’euro.

La balle est donc dans NOTRE camp, et d’abord dans celui des communistes. Comment s’unir plus fort sur les « quatre sorties », comment aller ensemble sur cette thématique à la porte des usines, comment empoigner sans complexes les deux drapeaux de la tradition communiste française, le rouge et le tricolore, pour appeler à boycotter cette U.E. de malheur tout en refusant le racisme, le communautarisme, le régionalisme et la xénophobie ? Comment fédérer notre peuple sur les principes actualisés d’un nouveau C.N.R. affrontant concrètement, non dans des incantations « anticapitalistes » à la Krivine, mais DANS LA PRATIQUE, le grand capital et ses laquais de l’U.M.P.S., de l’U.M.’.Pen et de l’euro-régionalisme ?

Comment faire en sorte que sans tarder, les républicains anti-euro s’expriment ensemble, qu’ils soient communistes ou pas, de manière à briser l’étau médiatique qui présente la « gauche » comme acquise à l’U.E. et la droite comme seule garante du patriotisme ? Pour cela il faudra briser le tabou de l’anticommunisme qui pèse encore sur le regroupement des républicains. Raison de plus pour que les communistes anti-UE s’expriment tous ensemble vite et fort !

Le P.R.C.F. continuera de mener sa propre lutte sur ces sujets tout en multipliant les « mains tendues » unitaires. Mais que chacun mesure bien l’urgence : quand tout le social sera détruit, quand le cadre territorial « jacobin », quand le cadre linguistique francophone, les plus propices à l’unification des luttes sociales et civiques, sera démoli, il sera trop tard : « Quand les blés sont sous la grêle / Fou qui fait le délicat / Fou qui songe à ses querelles / Au cœur du commun combat » (Aragon).

Alors, unité d’action MAINTENANT pour que vive la France, la République et le combat du monde du travail pour l’émancipation des peuples !

Par Georges Gastaud et Antoine Manessis (Pôle de Renaissance Communiste en France).

source : www.initiative-communiste.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

174 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 19 février 2014 09:19
    Résistance.. ?
    Avec quoi..avec qui..le peuple s’en fout et pense aux prochaines vacances pour aller encombrer les routes de France...et ses plages pour se baigner dans une mer polluée..bouffer de la merde car les restos sont trop cher...mais revenir bronzé et content d’avoir pris quelques kilos...sans oublier les photos envoyées sur facebook..Remarquez votre résistance vous pouvez toujours la mettre dans votre fer à repasser.. ?
    Si l’armée (ou la police) ne sont pas avec vous...pas la peine de résister..c’est foutu d’avance.. !

    • taktak 19 février 2014 09:41

      « pas la peine de résister..c’est foutu d’avance »

      C’est sûr qu’avec cela on avance ! votre discours défaitiste n’est qu’un écho de celui de l’oligarchie capitaliste, du There’s no alternative que vous avez totalement intégré.

      Résister et se libérer cela commence par sa propre mentalité, à commencer à vivre debout plutôt que couché. La dignité, la responsabilité et le courage c’est de savoir se lever, quand bien même on est le premier.


    • claude-michel claude-michel 19 février 2014 09:45

      Par taktak ...Vous racontez des sornettes peu convaincantes...essayez en CM1 p’être qu’ils vous écouterons...un peu.. !


    • lsga lsga 19 février 2014 17:58

      « Le peuple », ce concept réactionnaire bon pour les jacobins...

       
      Rappelez moi, comment détermine-t-on si quelqu’un appartient ou non à l’ensemble « Peuple » ? C’est quoi votre critère ?
       
      Je vous propose le terme : « Prolétariat » (ou ’salariat’), bien mieux défini : l’ensemble des personnes dont les revenus proviennent de la vente de leur force de travail.
       
      Cela s’oppose au concept de « Bourgeois » : l’ensemble des personnes dont les revenus proviennent du profit.


    • Allexandre 19 février 2014 18:23

      Ce n’est pas totalement faux, mais il faut se battre. On peut sensibiliser les Français. Ils sont déjà de plus en plus nombreux à savoir ce qui se passe en coulisse. Internet a un peu modifié la donne. Je regrette que les auteurs de l’article soient dans l’esprit partisan tout communiste. Les vrais problèmes sont plus complexes. Et si on veut parler des problèmes de la France aujourd’hui, il ne faut pas négliger le rôle et le pouvoir du sionisme.


    • lsga lsga 19 février 2014 18:28

      les français ? Mais c’est qui ça ??? T’as une définition précise, exact ? Un critère indiscutable ?
       

      Et puis, François Hollande il est français non ? Donc tu penses qu’il n’est pas au courant de ce qu’il se passe en coulisse ???
       
      Hey : le peuple, les français, etc. sont des concepts bourgeois idéalistes, sans définition précise. 
       

    • lsga lsga 19 février 2014 18:31

      ah saint just, il parle comme un jeune gauchiste des années 60 (on est en 2014 hein...) :

      Il nous faudrait donc immobiliser le pays de manière calme et pacifique en nous regroupant en silence par millions dans toutes les villes de France, chaque jour à la même heure, baillonnés de manière à faire comprendre au monde que notre gouvernement n’est pas le gouvernement du peuple mais celui des lobbys qui ne respectent même plus la liberté d’expression.
       
      En 2014, tu fais s/france/europe/r 
      ça donne :
      Il nous faudrait donc immobiliser l’EUROPE ENTIÈRE de manière calme et pacifique en nous regroupant en silence par millions dans toutes les villes d’EUROPE, chaque jour à la même heure, baillonnés de manière à ... 
       
      RENVERSER LA BOURGEOISIE, RENDRE LE CONTRÔLE DE L’APPAREIL DE PRODUCTION AU SALARIAT !
       
      là, tout de suite, c’est



    • JL JL 19 février 2014 18:39

      Isga,

      vous oubliez les salariés rentiers. C’est à ça qu’ont servi les primes d’intéressement et de participation.


    • lsga lsga 19 février 2014 18:40

      désolé, j’aime trop la précision du langage pour la brader contre des métaphores.

       
      Rentier == NON salarié. 
       


    • lcm1789 19 février 2014 21:02

      le division gauchiste ne sert à rien.

      Le peuple recouvre le prolétariat, mais il ajoute les artisan commerçant agriculteurs marin pécheurs etc.... et prend en copte une vérité historique et géographique.

      Quand le gauchisme cessa-t-il dont de laisser la Nation au FN ?

    • lsga lsga 19 février 2014 21:35

      alors, en France, dans les années 30, plus de 60% de la population était petite bourgeoise (artisans, commerçants, agriculteurs, etc)

       
      Aujourd’hui : on est à 80% de salariés. Dans 10 ans, on en sera à 90% de salariés.
       
      Donc, rassure toi : les petits bourgeois vont disparaître. Capitalism in progress...

    • epicure 20 février 2014 03:25

      @Par lsga (---.---.22.105) 19 février 17:58

      oui et quand les classes auront été abolies, comment tu appelleras le collectif des individus formant la société ?
      puisque tes étiquettes n’auront plus de valeur.
      Alors que le peuple est justement le terme qui convient, il est universel, dépasse les contingences locales, historiques.

      petit rappel, les jacobins qui ont écrits que le peuple était souverain dans une constitution démocratique, non réservée à une oligarchie, l’ont fait aevc al pressino du peuple justement, des petites gens qui attendaient justement que al révolution aille vers plus d’égalité, et non juste un régime de privilège pour la bourgeoisie.
      en fait le prolétariat ça n’existait pas encore à l’époque de la révolution, puisqu’on était encore en régime féodal.
      Donc tu fais de l’anachronisme, et tu te trompes.
      Le peuple est une notion de gauche, l’idéologie bourgeoise a horreur de la notion de peuple, c’est pour ça qu’elle a décrétée la nation comme souveraine, car en restreignant le pouvoir politique par la possession économique, suffrage censitaire, la nation c’était la bourgeoisie au final.


    • mortelune mortelune 20 février 2014 07:54

      l’appel à résister ne résiste pas longtemps si l’on tait à quoi il faut résister et surtout à qui. Les peuples européens sont forts et n’ont peur de rien sauf de l’inconnu et finalement on ne peut pas les blâmer.

      Si j’en crois les témoignages de l’histoire il devrait y avoir un résistant solide et fort qui montrera comment faire et contre qui le faire. Est-il déjà nait ou naitra-t-il demain nul ne le sait. Patience !...
      En attendant il suffit de s’instruire et se préparer à recevoir des coups et à en donner ; TOUS les peuples savent le faire.

    • lsga lsga 20 février 2014 10:38
      @épicure
      On appelera cela : « La population ». C’un concept sociologique et scientifique clairement défini. 
       
      Je ne juge pas moralement les Jacobins du 18ème siècle. En effet, seule la bourgeoisie pouvait à l’époque l’emporter contre la bureaucratie. Je critique ces personnes en France qui se prétendent « de gauche » tout en continuant à faire référence au Jacobinisme plutôt qu’à la Commune.
       
      Le Peuple est un concept idéaliste, mal défini, sans assise scientifique. Il s’agit donc nécessairement d’un concept réactionnaire, d’extrême droite. 
       
      La gauche révolutionnaire a créé un concept matérialiste, scientifique, fondé sur l’analyse matérielle des rapports d’exploitation : LE PROLÉTARIAT.



    • bleck 19 février 2014 09:24

      Ce ne sont certainement pas les communistes qui me feront descendre dans la rue

      Je n’ai pas oublié ce que leurs nervis de la CGT ont fait à Billancourt


      Ce sont eux qui ont fermé les vannes des lances à incendie dont se servaient les ouvriers pour maintenir les CRS à distance

      Je ne vous raconte pas ce qui s’ensuivi : il est facile de l’imaginer

      Non je n’ai pas oublié

      • claude-michel claude-michel 19 février 2014 09:46

        On est deux...


      • taktak 19 février 2014 09:49

        tiens le FN Calmos qui essaye de s’appuyer sur les calomnies trotskystes qui refont l’histoire de façon très orientée.... Pas à une contradiction près le bonhomme.

        Et sa conclusion, bien sûr, cohérente avec son anticommunisme primaire qui n’est que sa seulle boussole, NE SURTOUT PAS RESISTER.


      • claude-michel claude-michel 19 février 2014 10:12

        Par taktak...Arrêtez donc de vous mettre des plus pour paraitre plus intelligent..c’est complètement stupide.. !


      • bleck 19 février 2014 10:30

        @ Tactac - Sissyphe


         Oui ; il faut résister ; mais pas avec vous

        Il faudrait avoir des yeux dans le dos pour le faire 



      • JL JL 19 février 2014 10:59

        Bleck,

        si votre analyse se résume à Tactac = sysiphe, alorspermettez moi de vous dire que vous n’avez rien compris à rien.

        Si nous parlons du même Sysiphe, Tactac en clairement est l’opposé.


      • JL JL 19 février 2014 11:02

        Bis repetita, pour la faute :

        Bleck,

        si votre analyse se résume à taktak = sisyphe, alors permettez moi de vous dire que vous n’avez rien compris à rien.

        Si nous parlons du même sisyphe, taktak en est clairement est l’opposé.


      • lsga lsga 19 février 2014 17:57

        « Le peuple », ce concept réactionnaire bon pour les jacobins...

         
        Rappelez moi, comment détermine-t-on si quelqu’un appartient ou non à l’ensemble « Peuple » ? C’est quoi votre critère ?
         
        Je vous propose le terme : « Prolétariat » (ou ’salariat’), bien mieux défini : l’ensemble des personnes dont les revenus proviennent de la vente de leur force de travail.
         
        Cela s’oppose au concept de « Bourgeois » : l’ensemble des personnes dont les revenus proviennent du profit.


      • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 19 février 2014 21:21

        Et un bourgeois ruiné, bascule-t-il alors dans la case « prolétaire » ???


      • lsga lsga 19 février 2014 21:38

        non, cela n’a rien à voir avec l’argent (l’argent est un concept mal défini, préféré lui celui de Capital).

         
        Un salarié ingénieur qui gagne 6000€ par mois est un prolétaire. 
        Un petit patron qui gagne 700€ par mois est un bourgeois. 
         
        Le petit patron a en effet les mêmes intérêt que les grands patrons : moins d’impôts, des salaires plus bas pour pouvoir embaucher, un temps de travail plus long pour rentabiliser l’embauche.
         
        Les salariés, eux, ont tous intérêt à une diminution du temps de travail, à une augmentation des salaires, et à un accès le plus large que possible à des biens et des services qui ne soient pas des marchandises (services dit « publics »).

      • bleck 19 février 2014 09:33

         « Il faut savoir terminer une grève » qu’il ont dit ces vendus à la suite de cet exploit


        Alors que je lis ce que je lis sur cet article de la part de ces gens-là

        Qui ont fait élire Hollande et vont à la gamelle PS pour pouvoir perdurer

        Je me dis qu’ils prennent vraiment le populo pour un con et ce depuis toujours

        • César Castique César Castique 19 février 2014 09:44

          C’est fini, le communisme, les gars. Marx a été très bien dans l’analyse des mécanismes de l’économie, mais les conclusions qu’il en a tirées étaient pratiquement toutes fausses, si bien que ces prévisions se sont pratiquement toutes aussi avérées fausses.


          Par ailleurs, les aspirations (liberté, émancipation, solidarité planétaire, etc.) qu’il a prêtées à la classe laborieuse, étaient celles d’un bourgeois bohème déclassé, sponsorisé par Engels, n’ayant jamais marné de sa vie. 

          C’est ce qui fait que pour le gros de la clientèle des PC du monde entier, le communisme, c’était des salaires plus élevées, moins de temps de travail et davantage de vacances, mais cela non plus ne s’est jamais vérifié nulle part. 

          Et il me paraît que les travailleurs ont compris, consciemment pour les uns inconsciemment pour les autres, que cela ne se produira jamais et, pour les plus futés, qu’avant d’améliorer leurs conditions de vie, on exigera qu’ils se défoncent, presque bénévolement, pour -. leur dira-t-on - relever le niveau de vie de « leurs camarades » des pays foireux de la planète.

          D’où un « Non merci, sans façon », sec et sonnant smiley

          • taktak 19 février 2014 10:28

            C’est fini, le communisme, les gars. Marx a été très bien dans l’analyse des mécanismes de l’économie, mais les conclusions qu’il en a tirées étaient pratiquement toutes fausses, si bien que ces prévisions se sont pratiquement toutes aussi avérées fausses.

            Affirmation péremptoire qui mériterait d’être argumentée. Car Marx est bien le première économiste à avoir expliqué pourquoi le capitalisme nous condamne à la crise perpétuelle, en raison de l’accumulation de capital et de la baisse tendancielle du taux de profit. Cette analyse n’est pas démentie.
            Qui plus est, outre que ses conclusions générales sur le fait que le capitalisme c’est la dictature d’une petite oligarchie (qu’il appelle la classe capitaliste) sur le peuple (ces travailleurs, qu’il appelle le proletariat, et que l’on nomme maintenant parfois les 99% pour représenter leur nombre), je vous engage à ne pas vous arrêter en si bon chemin, et pour réfléchir aux problématiques d’aujourd’hui, sans vous cantonner aux livres certe visionnaires de Marx, mais d’aller voir aussi tout le corpus de l’analyse marxiste moderne qui a fait bien des progrès....

            Dernière chose, merci de nous parler des prévisions de Marx, exercice auquel il ne s’est pas livré et qui est en contradiction d’ailleurs avec son analyse sur le matérialisme historique...

            Par ailleurs, les aspirations (liberté, émancipation, solidarité planétaire, etc.) qu’il a prêtées à la classe laborieuse, étaient celles d’un bourgeois bohème déclassé, sponsorisé par Engels, n’ayant jamais marné de sa vie.

            Réécriture de l’histoire. Qui plus est, selon vous les travailleurs n’ont pas d’aspiration à la liberté, à l’émancipation, à la solidarité qui serait réservée à l’élite ? belle mentalité, de ce fascisme méprisant la multitude et écrasant le peuple.
            Pour quelqu’un qui n’a jamais travaillé, il a pourtant généré une production intellectuelle comme peu d’intelectuels.... Qu’avez vous fait dans votre vie ? quelle est votre oeuvre ?


            C’est ce qui fait que pour le gros de la clientèle des PC du monde entier, le communisme, c’était des salaires plus élevées, moins de temps de travail et davantage de vacances, mais cela non plus ne s’est jamais vérifié nulle part.

            Vous voulez que l’on compare le niveau de vie d’un ouvrier en URSS, le pays qui a envoyé le premier homme dans l’espace, et le niveau de vie d’un ouvrier sous le Tsar et maintenant avec le rétablissement du capitalisme ?
            Idem à Cuba ? Vous voulez que l’on compare les temps de travail et de loisir, l’accès à l’éducation, à la santé etc ??? Vous voulez que l’on compare les taux de chômage ?vous avez pas peur du ridicule. Parceque la vérité c’est qu’en revenant au capitalisme les pays de l’Est ont fait un GRAND BOND EN ARRIERE
            Vous voulez que l’on se livre à cette exercice en RDA par exemple ? c’est pas pour rien qu’une majorité d’Est Allemand considère que la RDA avait d’avantage de bon cotés que de mauvais. Et oui, ça c’est la réalité des faits, pas votre idéologie.


            Qui plus est, la clientèle des partis capitaliste, (UMP, PS, FN....) c’est bien le patronat qui est pour la baisse des salaires, l’absence de droit du travail, en un mot le retour au 19e siècle et l’exploitation massive des travailleurs. Ce que vous avez fait avec Pétain par exemple quand vous avez eu les mains libre....
            Et il me paraît que les travailleurs ont compris, consciemment pour les uns inconsciemment pour les autres, que cela ne se produira jamais et, pour les plus futés, qu’avant d’améliorer leurs conditions de vie, on exigera qu’ils se défoncent, presque bénévolement, pour -. leur dira-t-on - relever le niveau de vie de « leurs camarades » des pays foireux de la planète.

            Et voilà encore quelqu’un qui explique doctement que le sort d’esclaves des 99% de la population est immuable, et donc qu’il faut laisser l’oligarchie capitaliste exploiter tranquillement et ne pas remettre en cause l’ordre établie de la dictature du capital dans laquelle nous nous trouvons, dictature dont nous sentons de plus en plus les fers au fur et à mesure que les travailleurs refusent de résister

            Contrairement à vous, moi je dis comme Tillon lançant le première appel à la résistance le 17 juin 40, « Non, jamais notre peuple ne sera un peule d’esclave ».
            Au travailleurs de relever la tête et de renverser ce système, au peuple de prendre le pouvoir, Résistance. Tous ensemble, on gagne, l’histoire le prouve.
            La virulence des marchés financiers, du patronat, et de ses serviteurs Sarkolande et Le Pen, n’est que le symptome de leur grande faiblesse.


          • César Castique César Castique 19 février 2014 15:13

            Ce qu’il s’est passé est assez amusant :

            Comme votre réponse était assez longue, j’avais entrepris d’y répondre, dans l’ordre de vos arguments, au fur et à mesure que j’en prenais connaissance. Et puis j’ai dû m’interrompre pour le repas de midi, suivi d’un rendez-vous. A mon retour, je jette un œil sur la fin de votre tartine et je tombe là-dessus « …le sort d’esclaves des 99% de la population… », qui est grotesque et puéril eu égard à tout ce que nous observons autour de nous.

            J’ai donc décidé d’en rester là, après avoir jeté en vrac et sans relecture, le brouillon que j’avais entamé.

            « Dernière chose, merci de nous parler des prévisions de Marx, exercice auquel il ne s’est pas livré et qui est en contradiction d’ailleurs avec son analyse sur le matérialisme historique... »

            La révolution a éclaté dans des pays non industrialisés, la paupérisation annoncée ne s’est pas produite dans les pays industrialisés, et l’avènement de la "société sans classes" est renvoyé sine die. Quant au matérialisme historique, c’est de la divagation d’intellectuel qui ne tient aucun compte des réalités profondément « idéalistes » de la nature humain.

            « .. selon vous les travailleurs n’ont pas d’aspiration à la liberté, à l’émancipation, à la solidarité qui serait réservée à l’élite ? »

            Pourquoi voudriez-vous que la nature humaine de ce que vous appelez l’élite soit différente de celle de la classe ouvrière.

            « Qu’avez vous fait dans votre vie ? quelle est votre oeuvre ? »

            Je pourrais vous le dire, je n’ai pas à en rougir, bien au contraire, mais rien ne vous empêcherait de relever que je peux produire n’importe quoi, alors à quoi bon énumérer ? Et il reste que s’agissant du feignant de Trèves, on sait clairement à quoi s’en tenir.

            « Vous voulez que l’on compare le niveau de vie d’un ouvrier en URSS… »

            Vous parlez d’un type qui vivait à huit dans un appartement de trois pièces, qui payait quatre mois de salaire une paire de souliers de médiocre qualité, dix mois de salaire, un costard qu’on n’oserait pas donner à Emmaüs et qui faisait la queue pendant trois heures pour obtenir un kilo d’un bas morceau de boeuf, qu’il ne pouvait pas choisir parce qu’il n’y avait rien d’autre.

            « …et le niveau de vie d’un ouvrier sous le Tsar et maintenant avec le rétablissement du capitalisme ?  »

            Ca n’a aucune espèce d’intérêt. Ce qu’on peut constater par nous-même, sans spéculer ni sonder les reins et les cœurs pour savoir ce que pensent les gens, ce sont les résultats des élections. Législatives 2011 : Parti communiste de la Fédération de Russie, 19.19 % des suffrages exprimés, et 11.55 % des inscrits Il n’y a rien à ajouter.

            « Idem à Cuba ? Vous voulez que l’on compare les temps de travail et de loisir, l’accès à l’éducation, à la santé etc ??? Vous voulez que l’on compare les taux de chômage ?vous avez pas peur du ridicule. »

            On saura qui de nous deux est ridicule dix ans après l’enterrement des Castro brothers

            « Parce que la vérité c’est qu’en revenant au capitalisme les pays de l’Est ont fait un GRAND BOND EN ARRIERE  »

            Reste à explique pour quelles raisons ils rejettent le communisme lors d’élections aux résultats sans équivoque.

            « Vous voulez que l’on se livre à cette exercice en RDA par exemple ? c’est pas pour rien qu’une majorité d’Est Allemand considère que la RDA avait d’avantage de bon cotés que de mauvais. Et oui, ça c’est la réalité des faits, pas votre idéologie. »

            Vous n’avez sans doute pas vu dans quel état était l’outil de production et l’Allemagne de l’Ouest a en quelque sorte hérité d’un pays à la fois sous-développé et sinistré. Mettez donc côte à côte une Mercedes ou une BMW et une Trabant,, et vous constaterez…

            Fin du brouillon et de notre échange.


          • taktak 19 février 2014 15:51

            C’est bien ce que je pensais, vous êtes dans l’idéologie là ou je vous parle de fait

            Alors dans le désordre :
            les économistes sérieux savent parfaitement que l’industrie Est allemande (par exemple dans le domaine de l’électronique et de l’informatique) était parfaitement au niveau. Oui les pays de l’est ne faisait pas dans la voiture de luxe (encore que, faut juste regarder ailleurs que trabant), mais l’ouvrier français dans les années 80 il avait une 4l ou une 2CV.... ou plusieurs années de crédits.

            Les résultats électoraux en Russie ? vous êtes bien le seul à leur accordé crédit. Je vous rappelle que les communistes, selon le 1er ministre Russe Medvedev ont ainsi en réalité gagné les élections présidentielle en 1996....

            Quand à vos allégations sur les niveaux de vie en URSS, elles relèvent de la même propagande que celle de tintin au pays des soviet.
            Pour voir le grand bon en arrière, il suffit de regarder l’espérance de vie qui a chuté dans les ex pays de l’est. Quand au PIB et au niveau de vie c’est la même chose. Le capitalisme ne résiste pas à la comparaison en terme de chiffres

            Dernière chose sur les « prévisions » de Marx... on voit que vous ne l’avez pas lu, mais ne faite que colporter des propos de comptoir.
            Car Marx n’a fait aucune prévision. Il s’est contempter d’indiquer qu’il serait plus aisé de passer à une société communiste dans un pays développé. L’histoire des pays socialistes au 20e siècle lui a donné raison, car l’histoire de ces pays est avant tout celle du développement tout en devant supporter les couts d’une guerre permanente avec les pays capitalistes déjà développé appuyés qui plus est sur leur puissance coloniale.
            La paupérisation : regarder donc les USA, ou même tout simplement la france : les inégalités ne cessent de se creuser....
            Et quand à l’avénement d’une société sans classe, Marx n’a jamais écrit que c’était ineluctable mais que sans renversement du capitalisme, nous allions vers « un effroi sans fin ». Crise écologique, crise économique, guerre qui se multiplie, oui le capitalisme nous emmène dans le mur.


          • César Castique César Castique 19 février 2014 17:03

            « ...vous parle de fait. »


            Tiré du même tonneau que les 99 % d’esclaves ? Pour ma part, j’en reste là... Les caricaturistes ne sont pas des interlocuteurs que je pratique.

          • bleck 19 février 2014 10:36

            @ Tactac


            Charles Tillon : grand résistant ; mais seulement après que les nazis aient attaqué son « Petit Pére des Peuples » , comme l’ont fait tous les autres communistes


            Ils ne résistaient pas pour la France : ils résistaient pour l’Union Soviétique

            • taktak 19 février 2014 10:57

              L’appel de Tillon depuis Bordeaux date du 17 juin 1940
              La demande d’armée le peuple faite par Politzer date de 1940 etc....

              Donc non les communistes n’ont pas attendu 41 et que les nazis attaquent l’URSS pour résister. Ils ont défendu, en premier, leur pays, là ou vous anticommunistes primaires vous vous êtes jettez dans la collaboration, allant jusqu’à vous engager dans l’armée nazie pour combattre contre l’URSS, dans la milice pour combattre la résistance communiste.

              Qui plus est, c’est bien les gens comme vous, qui par anticommunisme ont proclamé plutot Hitler que le front populaire, refusant l’alliance militaire proposée inlassablement par l’URSS à la France et l’Angleterre, ont pratiqué la politique Munichoise qui a permis à l’Allemagne Nazie de se renforcer

              C’est bien l’extrème droite qui a fait le choix de la défaite puis de la collaboration


            • Julien30 Julien30 20 février 2014 08:51

              S’allier avec l’URSS ? Un pays qui massacrait déjà ses civils par centaines de milliers, ouais, à l’époque les nazis faisaient bien moins peur. Patton avait raison après les nazis il fallait attaquer l’URSS et libérer son peuple.


            • taktak 19 février 2014 11:00

              Contre les mensonges de l’extrème droite anticommuniste, voici une singlante réponse de L Landini, FTP MOI

              Lettre ouverte pour Ardisson, Société de production de l’émission (Salut les terriens) du 2 mars dernier où était invité Onfray.

              Bagneux, le 25 mars 2013

              Lettre ouverte

              Teleparis 4 bis, rue Descombes 75017 Paris

              Monsieur,

              C’est avec retard que nous avons pris connaissance de votre émission, dans laquelle vous permettez au sieur Onfray, de vomir son anticommunisme, mettant en cause les FTP-MOI (Franc-Tireur et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée) et en offensant les communistes que nous sommes.

              Cet individu, affirme que les communistes français (dont les FTP-MOI étaient un des bras armé) ne sont entrés en Résistance qu’après l’attaque allemande contre l’Union Soviétique et que pendant deux ans ils ont collaboré avec les nazis et qu’ils étaient anti-juifs. Et cette crapule ose ajouter : « Nous leur accorderons tout de même le bénéfice du doute sur les horreurs de la Shoah. En avaient-ils connaissance ? Les idolâtres les plus fanatisés vous diront que non… ». Oser prétendre, comme il l’a dit, que peu ou prou nous aurions participé à la Shoah, relève de la diffamation.

              Il est intolérable que vous rendiez ces vilénies publiques et cela ne vous honore pas de permettre à cet histrion de se donner en spectacle dans votre émission. Pendant la guerre, même les collaborateurs les plus pourris n’ont jamais accusé les communistes et les FTP-MOI d’être anti-juifs, bien au contraire, ils nous désignaient sous l’appellation de judéo-communistes. D’après Onfray, ceux qui nieraient ses fausses révélations ne seraient que « des idolâtres les plus fanatisés ».

              En ce qui nous concerne, nous anciens FTP-MOI faisons partie de « ces fanatisés là », qu’il ait donc le courage de venir raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités.

              Il convient de rappeler, que les combattants FTP-MOI des bataillons Carmagnole-Liberté (unité que des historiens désignent aujourd’hui comme « Le fer de lance de la Résistance armée française ») ont été créés à l’initiative du Parti Communiste. Les premiers engagés dans ces unités étaient des anciens des Brigades Internationales en Espagne et la majorité des dirigeants de la M.O.I. ainsi qu’une partie de ses combattants étaient d’origine juive, comme le prouve le nom des fusillés de l’Affiche Rouge.

              Dans les cinq premiers créateurs de Carmagnole, il y avait, trois anciens des Brigades Internationales, mais tous les cinq étaient d’origine juive. Nous accuser de porter une part de responsabilité dans la Shoah, c’est nous accuser d’avoir participé à la déportation de nos propres familles, car à la libération combien d’entre nous se sont retrouvés tout seuls, leurs familles ayant totalement disparu dans les fours crématoires d’Auschwitz. Ces affirmations sont innommables et tous les mots orduriers figurant sur les dictionnaires sont encore faibles pour dire ce que nous pensons de votre hôte parasite.

              Afin que vous sachiez, afin que vous connaissiez les falsifications historiques et les vilénies que vous avez permis de rendre publiques à l’odieux Onfray, nous allons vous démontrer par des preuves incontestables, que les communistes sont entrés les premiers en Résistance contre les nazis.

              Oui ! Nous disons bien les premiers ! Et ci-dessous nous allons vous le démontrer. Voici quelques unes des prises de position et d’opérations militaires effectuées bien avant l’attaque contre l’Union Soviétique.

              Commençons par le début.

               Dès 1936, beaucoup de communistes Français à l’appel de leur Parti, s’engagèrent comme volontaires dans les Brigades Internationales afin de porter secours au peuple espagnol agressé par le général Franco, qui s’était insurgé contre son propre gouvernement. Ce général renégat, était aidé dans ses combats contre la République espagnole, par les nazis et les fascistes italiens venus lui prêter main forte. Bien des années après, le gouvernement français reconnaissait que ceux qui s’étaient engagés et battus dans les Brigades Internationales, n’avaient pas seulement combattu pour défendre la République espagnole, mais qu’ils avaient également été les premiers à prendre les armes pour la défense de la liberté de notre pays. En reconnaissance des services rendus à leur Patrie, le gouvernement Français leur a attribué la Carte de Combattant.

               Le 6 Juin 1940 : Le Parti Communiste Français, charge le philosophe Georges Politzer (qui sera fusillé par les nazis) de remettre au ministre Anatole de Monzie un texte en cinq points rédigé par Benoît Frachon. Le dernier point est ainsi libellé : « Il faut armer le peuple et faire de Paris une citadelle inexpugnable ». Il s’agit en fait du premier appel à la Résistance ouverte alors que la France n’a pas encore été envahie. On retrouve l’esprit et parfois la lettre de ce texte dans les tracts clandestins qui seront plus tard diffusés par les militants communistes (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

               Le 16 juin 1940, les communistes brestois constituent leur premier dépôt d’armes au Bouguen, provenant d’armes abandonnées par l’armée anglaise. Le 17 juin 1940 : Charles Tillon, responsable national du PCF et futur commandant en chef de tous les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) était chargé par la direction du PCF, de réorganiser le Parti Communiste dans le Sud-ouest après les nombreuses arrestations, opérées dans les rangs de PCF. Il lance, un véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien. Voici quelques phrases de cet appel :

              « Mais le peuple français ne veut pas d’esclavage, de la misère et du fascisme… Nous sommes pour un gouvernement, rétablissant la légalité du Parti Communiste, luttant contre le fascisme hitlérien. Nous sommes le nombre, nous seront la force. Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les armes, unissez vous dans l’action. »

              Il s’agit bien là du premier véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien lancé après l’occupation de notre pays. Il est utile d’ajouter que des milliers de tracts reproduisant cet appel, furent distribués dans les rues de Bordeaux par des militants communistes.

               En Juillet 1940 : à Nantes une famille d’instituteurs communistes nommée Leroy, à saboté une centrale électrique et participé à une distribution de tracts appelant à la Résistance. Le 10 juillet 1940 : L’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos qui déclare : « Un peuple comme le nôtre ne sera jamais un peuple d’esclaves ».

               En août 1940 :

              « Dans le Nord, les communistes, Eusebio Ferrari, les frères Martel, les frères Camphin, Debarge et quelques autres incendient plusieurs véhicules de l’armée d’occupation et font sauter un train allemand. »

               Le 29 septembre 1940 : Le commissaire central du département, adresse un rapport au préfet de l’Aube :

              « Activité du Parti communiste, j’ai l’honneur de vous signaler que le Parti Communiste aurait organisé le ramassage sur tout le territoire, des armes abandonnées par l’armée française pour en constituer des dépôts clandestins. »

               Le 5 octobre 1940 : Un rapport de Vichy fait état : « Que le communisme est devenu le symbole de l’indépendance nationale par contraste avec la résignation générale ». Octobre 1940 Le SS Sturmbahfuhrer Karl Bomelburg, chef de la Gestapo à Paris, signale à ses supérieurs le danger important auquel l’occupant est confronté : « Quoiqu’interdit, le Parti Communiste est le seul des anciens Partis qui déploie encore une forte activité. ».

               Le 30 octobre 1940 : L’O.S. (l’Organisation Spéciale du Parti communiste) qui combattait déjà depuis quelques temps contre les occupants, a été officiellement homologuée « Unité Combattante le 30 octobre 1940 » par le ministère des Armées Françaises. Ces groupes spéciaux, constitués par le PCF en 1939, pour la protection des militants communistes recherchés par la police de Vichy, étaient des hommes aguerris, beaucoup avaient servi dans les Brigades Internationales en Espagne. Parmi les premiers animateurs de l’O.S. se distingueront des hommes qui paieront de leur vie la gloire des premières opérations militaires contre l’occupant.

              La liste des survivants artisans de l’O.S. est moins longue que celle des morts. Tous fusillés en 1941 et 1942. Novembre 1940 : « Julien Hapiot, dirigeant communiste dans le Nord et Georges Capel incendient un parc automobile Allemand ». Le 4 décembre 1940 : « Roger Landini, dirigeant des jeunesses communistes dans le Var, avec ses camarades a fait dérailler en gare de triage de Fréjus-Plage, un train chargé de produits alimentaires destinés à Allemagne ». Le même mois : Eusebio Ferrari et Félicien Joly font sauter un train allemand et dynamitent la génératrice et la station de Bénory-Cumichy. Le 11 décembre 1940 Au sud-est de Dijon, les groupes de l’O.S. dirigés par Jean Mahon, Chalon et Grillot, font dérailler un train de marchandise, partant pour l’Allemagne. Le 10 mars 1941, un groupe de l’O.S. abat trois soldats allemands au port de commerce de Brest. Le 30 avril 1941 un sous officier allemand est abattu à Lambersart dans le Nord par le groupe de l’O.S. d’Eusebio Ferrari. Le premier mai 1941 les groupes de l’O.S. sont dissouts et remplacé ce même jour par les FTPF et les FTP-MOI, qui eux ont officiellement été homologués « Unité Combattante » à partir de ce premier mai 1941, par le ministère des armées. Début mai 1941, à nouveau le groupe d’Eusebio Ferrari abat des soldats hitlériens à Lambersart. Toujours en mai 1941, les FTP détruisent un parc à voitures allemand à Saint-Die dans les Vosges. Fin mai début juin 1941, déclenchement de la grande grève des mineurs. Grève organisée par les communistes : Auguste Lecœur, Michel Brûlé, Julien Hapiot, Charles Debarge. Dans le Pas-de-Calais cette grève rassemble 100.000 mineurs et prive les nazis d’une importante quantité de charbon. Le 26 mai 1941, dans un numéro illégal de l’Humanité on peut lire : « A bas l’antisémitisme ! ». Et ce ne sont là que quelques unes des multiples actions menées par les communistes.

              Ces quelques exemples démontrent que les communistes, contrairement à ce qu’affirme Onfray n’ont pas attendu l’attaque contre l’Union Soviétique pour prendre les armes contre les nazis et les fascistes. Au sujet de la scandaleuse calomnie à l’encontre de Guy Môquet, voici quelques documents prouvant le contraire de ce qu’à écrit Onfray : le 30 mars 1939, sous le titre : « La dernière chance de la paix », Maurice Thorez, Secrétaire général du Parti Communiste Français écrit dans l’Humanité :

              « Le fascisme c’est la guerre. La marche des évènements depuis quelques années confirme absolument cette vérité première… Que faire devant la menace ? Sinon unir tous les peuples de bonne volonté et en premier lieu la France, l’Angleterre, l’Union soviétique et par delà l’océan, les États-Unis d’Amérique ? »

              Ces phrases furent déterminantes dans l’attitude à avoir pour tous les communistes. Il fallait s’unir et combattre le fascisme. Guy Môquet, son père député communiste fut arrêté en octobre 1939. Cette arrestation est un évènement marquant qui renforce l’ardeur militante de Guy. Avec l’occupation de Paris et l’instauration du gouvernement de Vichy, Guy déploie une grande activité pour coller des « papillons » et distribuer des tracts qui reflètent la ligne politique de son Parti. La ligne étant celle qu’avaient définie Maurice Thorez et Jacques Duclos, il fallait se battre contre le nazisme et le fascisme et ses vils serviteurs du gouvernement de Vichy

              Les diffamations du répugnant Onfray prouvent que Guy Môquet et ses camarades ne pouvaient qu’avoir appliqué les directives de la direction de leur Parti et prétendre autre chose comme il le fait, relève de la salissure volontaire d’une des figures les plus emblématiques de la résistance française. Notre lettre aura eu entre autre comme tâche de vous démontrer qu’Onfray n’est qu’un vulgaire falsificateur et que par ses calomnies, il porte atteinte à tout le monde de la Résistance. Vous devriez à l’avenir choisir un peu mieux les personnes que vous présentez car nous sommes contraints de penser que vous partagez leurs avis en les présentant avec tant d’égards. Conclusion : Onfray n’est qu’un salopard [1]. Cela n’est pas une insulte mais une constatation.

              Léon Landini

              Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI des Bataillons Carmagnole-Liberté, Officier de la Légion d’Honneur – Médaille de la Résistance – Grand Mutilé de Guerre (suite aux tortures endurées pendant son internement), membre du Comité d’Honneur du Musée de la Résistance Nationale de Champigny.


              • taktak 19 février 2014 14:44

                Considérer ces gens du parti radical ou de la SFIO comme de gauche, cela est aussi idiot que considérer que Hollande, Bayrou ou Borloo et co sont de gauches

                Ce sont ces gens là d’ailleurs qui ont interdit le Parti Communiste Français....


              • taktak 19 février 2014 17:33

                Réécrire l’histoire ne la change pas, c’est juste mentir.
                Ce que vous faites.

                Vous parlez de front populaire ? rappelez moi où était Blum pendant la guerre ? vous raccontez n’importe quoi.
                Daladier, les radicaux de gauches et leurs séide de la SFIO ne sont pas la gauche, mais bien une partie de cette droite soutenant les 200 familles
                Quand à la milice de Darlan, à Laval, à Pétain etc... ce sont bien des gens de droites et d’extrème droite. Bref, assumez vos gouts politiques.


              • Laulau Laulau 19 février 2014 17:39

                Les communistes majoritaires chez les collabos ? A ce niveau de connerie ou d’ignorance ou sans doute des deux, il vaut mieux rigoler. Pétain était sans doute un crypto communiste de la même cellule que l’amiral Darlan. C’est vrai que Doriot fut au parti communiste qui l’a exclu cinq ans avant la guerre, mais cela suffit à certains jobards de répandre que les communistes étaient les alliés des nazis. Si s’était vrai, je vois mal pourquoi, après la guerre le PCF faisait 25% des voix malgré une propagande anticommuniste sauvage. A ce temps là, les amis de J.M. Le Pen se cachaient dans des trous à rats, tellement ils s’étaient bien conduit pendant la guerre.


              • Laulau Laulau 19 février 2014 18:01

                @Patriote

                 Ludovic-Oscar Frossard n’était plus au PCF depuis 20 ans. C’est un peu comme si vous considériez que dans les années 1970 Chirac était communiste. Cette liste est celle du gouvernement Pétain de la 3eme république, aucun communiste ne peut y figurer puisque les députés PCF avait été envoyé en Algérie par le gouvernement précédent. Ce qu’il faut considérer c’est l’attitude des gens dans les années qui ont suivi. De Gaulle à qui l’ondes patrons demandaient pourquoi il ne les aimait pas beaucoup avait répondu « Je n’ai vu aucun de vous, Messieurs, à Londres ».


              • lsga lsga 19 février 2014 19:28

                Patriote : tout à fait, enfin LA GAUCHE NATIONALISTE. 

                 
                Rappelons donc ici que la scission entre PCF et SFIO à lieu avant la première guerre mondiale. Les Fauxsialos, nationalistes, étaient pour que la France participe à la 1ère Guerre mondiale. Les communistes rappelaient que les prolétaires allemands étaient prolétaires avant d’être allemand.


                La Gauche NE PEUT PAS être nationaliste, sinon, elle dérive en Fascisme.
                C’est une bonne chose que de le rappeler.
                 


              • epicure 20 février 2014 04:05

                Petit rappel sur un gouvernement d’un gouvernent de droite, qui a mené une politique économique de droite :

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Gaston_Doumergue_%282%29

                Il y a deux noms intéressants dans cette liste.

                Celle là les fachos manipulateurs il ne la présente jamais cette liste d’un gouvernement de droite.
                De plus cela situe bien politiquement le PRS, qui comme le PS d’aujourd’hui était capable de manger à tous les râteliers politiques à partir du moment où ils étaient au pouvoir. Ce même PRS qui a fait avorter le front populaire et empêché une politique vraiment de gauche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès