Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retirons vite le volant à Hollande !

Retirons vite le volant à Hollande !

La situation de la France est grave.

Pour des raisons que vous savez déjà.

Mais aussi pour des raisons que vous ignorez peut-être encore.

Une rapide mobilisation du peuple est indispensable pour palier le stupéfiant silence de la classe politique et éviter une gigantesque spoliation des citoyens.

Le plus grand scandale politico-financier de l’histoire de France a été soigneusement escamoté par les médias et les partis pendant les deux dernières campagnes électorales.

Et pourtant, sans l’éclatement de ce scandale, nous avons déjà assisté à l’effondrement de l’ensemble des partis de gauche et à l’émergence d’un Front National conquérant devenu premier parti de France.

Malgré la baisse des abstentions, a eu lieu une vaste mutation électorale quasi tectonique : En ajoutant les 13,9% du PS, les 8,9% des Verts, les 6,3% du front de gauche et l’ensemble des voix d’extrême gauche, on tourne autour de 30% pour toute la gauche, avec aucune unité gouvernementale possible entre eux.

Face à ce gâchis, François Hollande a balayé les évidences le lendemain, lors d’une intervention d’à peine cinq minutes. En résumé caricaturé :

« Français, dégagez, il n’y a rien à voir, je continue sans me laisser distraire par des « circonstances », car tout cela est la faute aux institutions européennes trop éloignées des citoyens ».

Mais le scandale des « subprimes » à la française » va éclater tôt ou tard, dans deux à six mois, pas plus. Un dossier véritablement explosif de 20 milliards d’Euros.

Tous ces derniers mois, François Hollande a essayé de casser, par voie parlementaire, les décisions de justice jurisprudentielles de 2013 et mars 2014, a comploté pour contourner la décision du Conseil Constitutionnelle de Janvier 2014, a tenté de donner tort aux Tribunaux et aux 2.000 communes spoliées en soutenant les banques délinquantes et en défendant les prêts arnaques aux taux variables abusifs.

Grâce aux manœuvres répétitives de Hollande et au temps gagné, les banques risquent paradoxalement d’obtenir gain de cause. D’où la pétition en cinq points pour réveiller l’opinion public (texte en pièce jointe) et proposant une solution financière crédible et « gagnant-gagnant ».

Par nos milliers de tracts sur pare-brise et nos communications sur le web, nous avons proposé que ce soient les banques qui payent leur immoralité et cupidité. Non les communes et non l’Etat (puisque dans les deux cas, ce sont les contribuables qui payeront en définitive).

Les banques ne pourront pas non plus payer tout d’un coup (sous peine de s’effondrer avec une conséquence financière globale à charge des contribuables, comme pour le Crédit Lyonnais ou Dexia). Il faudra leur laisser du temps. Un crédit sur 20 ans, soit un milliard par an. Elles pourront largement payer ce milliard annuel avec leurs profits (d’autant que Hollande et son « union de la gâche » a toujours refusé de taxer les flux spéculatifs... pour une raison encore inconnue).

Ce que nous avons aussi proposé, c’est que les prêts arnaques au taux variables abusifs soient clairement interdits. Et que la nouvelle décision jurisprudentielle s’applique également pour défendre les citoyens qui ont été spoliés de la même manière.

A cette pétition, se rajoute notre appel auprès des parlementaires pour une application de l’article 68 de la constitution : 

La complicité de François Hollande officiellement affichée avec les banques délinquantes (coûtant 20 milliards d’Euros aux collectivités et aux contribuables) et son action parlementaire têtue et intensive dans le seul but de contourner la morale, les décisions de justice et d’obtenir l’impunité des banques non-éthiques spoliatrices, représente clairement un « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

 

Mai 2014 est la date où toutes les infos sont largement disponibles (lire précédent article sur AGORAVOX). Les décisions de justice sont parfaitement claires. Impossible pour un élu de prétendre ne pas être au courant et continuer à soutenir Hollande et l’action parlementaire en faveur des crédits arnaques. A partir de cette date, ceux qui soutiendront secrètement ou publiquement les prêts à taux variables abusifs et les complices (de droite et de gauche) de cette arnaque bancaire devront être automatiquement traduits en justice. Non pour délit d’opinion, mais pour soutien à « récidive d’escroquerie en bande organisée ».

Pour finir, Hollande n’aura pas la noblesse d’esprit et le sens de l’honneur du Général de Gaulle. Il n’acceptera jamais de faire comme feu le général, c’est-à-dire de démissionner malgré ce formidable cumul d’échecs électoraux. Il s’accrochera au pouvoir jusqu’au bout, en exigeant le respect de la constitution et la fin de son mandat.

Par conséquent, si son entourage veut limiter la « casse électorale », François Hollande devra être clairement lâché par son parti bien avant 2017. Y compris sous la menace infamante qu’il soit légalement présenté devant la Haute Cour de la République (en vertu de l’article 68 de la Constitution.

Plus tôt aura lieu cette démission ou destitution, plus tôt aura lieu cette élection Présidentielle anticipée, mieux cela vaudra pour la véritable sauvegarde des institutions et des valeurs de la République. Car la guerre civile et le désordre général peuvent découler de cette incroyable échec, incompétence, cynisme et impunité présidentielle.

La situation politique est véritablement grave. Je vous invite à lire, réfléchir et donner votre avis sur cette pétition et sur cet appel aux parlementaires.

=> Soit en venant à l’une des prochaines réunions parisiennes (notamment le jeudi 29 mai à 18h30, métro République. (Inscription indispensable par courriel).

=> Soit via le site « AGORAVOX ».

Dans l’attente de faire le point ensemble,

Recevez mes meilleures pensées.

Ronald REMY

 


PETITION

CONTRE LA "VALIDATION RETROACTIVE" DES ARNAQUES BANCAIRES

 

Nous, citoyens, réclamons

1=> L’interdiction des prêts à taux variables abusifs.

2=> La négociation entre l’Etat et les banques d’un futur taux fixe généralisé à l’ensemble des dossiers contentieux et d’un futur barème contextuel de taux maximum (taux dit usuraire) ne pouvant en aucune manière être dépassé.

3=> Un moratoire national par décret sur les hausses abusives des taux d’intérêts découlant des prêts à taux variables. (Les prêts continuant d’être remboursés par les emprunteurs en appliquant uniquement le taux légal en vigueur pratiqué par le Trésor Public lui-même).

4=> Un crédit d’impôts et un prêt de la Banque Centrale permettant aux banques coupables d’étaler dans le temps leur inévitable perte financière découlant du moratoire et de l’accord définitif.

5=> L’extension de ce moratoire et processus d’accord, négocié au bénéfice des collectivités, à toutes les entreprises, à toutes les personnes morales (syndicats, hôpitaux, etc .) et à tous les citoyens escroqués de manière similaire par les banques.

6=> La remise d’une doléance populaire aux médias en vue d’activer l’article 68 de la Constitution (réunion du Parlement afin de valider ou non l'incroyable démarche unilatérale de François Hollande en faveur des banques pratiquant des taux variables abusifs).

 

Ici, sur AGORAVOX, sur vos blogs ou dans votre quartier, soyez nombreux à faire signer la pétition autour de vous, avant que Hollande ne donne quitus aux banques aux frais du contribuable !!!


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 28 mai 2014 12:13

     comme en Ukraine ?


    • REMY Ronald REMY Ronald 28 mai 2014 13:19

      Bonjour Emmanuel Aguéra.
      Nous ne désirons pas de manifestations, parfois sources de violence.
      D’autant que certaines violences peuvent être soigneusement manipulées...
      Nous ne voulons pas une « solution à l’Ukrainienne » mais une « solution à la Française », en respectant scrupuleusement la constitution :
      => Pétition (long et ingrat parcours militant)
      => Débat médiatique (pas évident à générer)
      => Mobilisation du Sénat et de l’Assemblée Nationale (très difficile à obtenir)
      => Débat au Parlement (il risque d’être... très très court ce jour là, par volonté de ne pas ébruiter les responsabilités parlementaires des complices de Hollande)

      NB 1 / Si les parlementaires ne veulent pas boire le bouillon face aux extrémistes, ils doivent clairement choisir le « tirbouchon » de l’article 68 avant 2017.
      NB 2 / Certains envisagent la destitution de François Hollande justement pour éviter la dissolution de l’Assemblée nationale (exigée notamment par le Front National).
      A+
      Cordialement.


    • Pere Plexe Pere Plexe 29 mai 2014 09:26

      En petit putschiste vous nous proposez d’invalider le résultat de la présidentielle.

      Si nous devons nous assoir sur le résultat d’elections pourquoi ne pas s’assoir sur le résultat des européennes ?

      Il ya quelques semaine c’est l’UMP qui triomphait aux municipales

      Aujourd’hui le FN

      On fait quoi ? On change le président (les députés senateurs maires conseillé géneraux...) tous les 15 jours ?


    • Pere Plexe Pere Plexe 29 mai 2014 14:14

      ...moinssez tant que vous le voulez.

      Mais essayez de répondre !


    • REMY Ronald REMY Ronald 30 mai 2014 14:28

      Bonjour « Perplexe ».

      Je ne refuse aucunement le débat. Je suis l’un des auteurs de ce site AGORAVOX à réagir le plus soigneusement aux arguments pour ou contre des intervenants. J’avais répondu à votre question en répondant à d’autres internautes. Cela ne me gêne pas de mieux préciser ma pensée. Votre question réitérée prouve que c’était nécessaire.

      => Un chef d’Etat peut décider ou non de démissionner.
      Le « grand Charles » avait démissionné pour un simple référendum sur l’organisation des régions. François Hollande n’est pas du genre à démissionner, même si, avec 13,9 % il n’a plus de majorité pour gouverner (Les Verts, le Front de Gauche et l’extrême gauche ne veulent pas participer à son gouvernement devenu ultra-minoritaire).

      La raison pour laquelle des citoyens demandent légalement aux parlementaires d’appliquer l’article 68 de la constitution se résume en une phrase de cette même constitution :

      « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

      => Les citoyens sont (encore et heureusement) libres de pétitionner.
      => Les Députés et Sénateurs sont (heureusement) libres de voter pour ou contre l’application de cet article 68.

      Le noyaux dur des affidés de François Hollande
      (banquiers délinquants ou non, complices ou non, autistes politiques ou non)
      difameront et insulteront parfois cette légitime révolte démocratique, légale et pacifique, en le cataloguant de « putschiste ». En se gardant bien de préciser l’origine particulièrement légitime de cette doléance populaire :

      La complicité de François Hollande officiellement affichée avec les banques délinquantes (coûtant 20 milliards d’Euros aux collectivités et aux contribuables) et son action parlementaire têtue et intensive dans le seul but de contourner la morale, les décisions de justice, le Conseil Constitutionnel et d’obtenir l’impunité des banques non-éthiques et spoliatrices.

      Entre nous, sérieusement et sans polémique, le « putshiste » qui tente de manière répétée et par divers moyens d’utiliser sa position présidentielle pour s’opposer aux milliers d’élus de droite et de gauche, aux milliers de communes spoliées et aux juges (au profit des prêts arnaques et des banques prédatrices condamnées), c’est qui ?

      A+
      Cordialement.


    • claude-michel claude-michel 28 mai 2014 13:05

      heu..vous additionnez des revenants..des fantômes.. ?
      Y a plus de gauche..plus de droite..Y a que ça...le FN.. !



      • CASS. CASS. 28 mai 2014 22:18

        eh oui il y a un certain fn un petit produit des extrémistes de droite de gauche une combinaison urss sionnazis et fascistes madin les rothschilds et cie usuriers consanguins anti sémites anti goys anti etc,bref la caste sionistes madin des dégénérés skyzo etc machin pervers qui eux ne sont surtout pas enfermés car eux bouffent encore avec des fourchettes en argent pire saloperie et malades, ça n’existe pas demandez par ex à leur vatican talmudo sionards


      • claude-michel claude-michel 29 mai 2014 07:50

        Par CASS.....Ce sont les moins pourris de la caste politique pour l’instant...ça dérange les margoulins qui votent pour les voleurs en col blanc..mais c’est ainsi..faudra vous y faire !


      • Spartacus Spartacus 28 mai 2014 13:31

        La tare des gauchistes.

        La culture de l’irresponsabilité personnelle.

        « Responsable mais pas coupable » une vraie phrase de gauche !

        Cette tare est le produit d’un endoctrinement des profs Marxistes de l’éducation nationale, une culture de la « responsabilité collective » qui se passerait au dessus de la responsabilité individuelle. 

        La primauté donnée a priori à la « responsabilité collective » génère en contrepartie une irresponsabilité personnelle. « Rien n’est grave dans mon action, c’est la faute de tous ». L’administrateur du service public ne doit pas être mis en cause.

        Ce mode de traitement de la dette est habile, il dédouane le demandeur du contrat et évacue la responsabilité de celui qui a répondu au marché de prêt.


        • Pere Plexe Pere Plexe 29 mai 2014 09:31

          Il est fort peu probable que quelqu’un qui ne fait pas de différence entre responsabilité et culpabilité puisse comprendre que la responsabilité collective est inhérente à toute forme de société.


        • zygzornifle zygzornifle 28 mai 2014 13:37

          mais non il n’a pas de volant ....


          • Croa Croa 28 mai 2014 13:57

            « sous peine de s’effondrer avec une conséquence financière globale à charge des contribuables »

            Pas obligé, il suffit de les renationaliser : Redevenues bien national elles ne s’effondreraient plus et les conséquences financières pourraient être couvertes en temps réel par une légère inflation plutôt que par une augmentation des impôts (il faut bien sûr reprendre la main sur la monnaie afin de pouvoir créer l’escompte nécessaire.)


            • Croa Croa 28 mai 2014 14:05

              « François Hollande devra être clairement lâché par son parti bien avant 2017. »

              C’est probable mais plutôt à l’échéance, je pense, et non « bien avant ». Dans l’attente FHromage ordinaire aura atteint ses objectifs (non ce ne sont pas ceux que vous espériez !) et Monsieur Valls (ou un autre) sera prêt à les poursuivre.


              • REMY Ronald REMY Ronald 28 mai 2014 14:54

                Bonjour « Croa ».
                1°) Aucune nationalisation de banque n’est jamais gratuite.
                2°) Quels que soient les pays qui l’on pratiquée (y compris au sein de l’OCDE, y compris récemment), la facture est toujours très lourde.
                3°) La facture, c’est toujours les citoyens qui la payent, jamais les responsables (il faudrait que cela change, non ?)
                4°) Par cette pétition, nous voulons que les banques payent cette fois-ci, jusqu’au dernier centime. Surtout pas les communes, surtout pas les contribuables qui en ont assez de payer l’incompétence.
                5°) Nous voulons interdir le comportement prédateur au sein de ce service public vital, où doit être restauré une charte éthique et des règles bancaires au service de l’économie réèlle, pas au service de la spéculation et de la spoliation.

                En sus de ce légitime débat « nationalisation ou non »

                6°) Nous voulons que le « GRAND » responsable pris « la main dans le pot de confiture » (du soutien aux banques prédatrices et aux prêts arnaques à taux variables abusifs) soit sanctionné légalement par le Parlement.
                7°) Par cette démarche citoyenne hors partis, nous voulons donner encore une chance à notre démocratie (hélas imparfaite), aux institutions actuelles (nécessitant visiblement des réformes) et aux élus qui ont très majoritairement et spectaculairement fauté (Le vote en faveur de l’application de l’article 68 leur permettra d’espérer une rédemption électorale).


              • Un_lecteur 28 mai 2014 18:47

                La démocratie entraîne la responsabilité.

                Nous avons collectivement élu hollande comme président, nous sommes tous co-responsables de ce qui se passe.
                Sinon, voter n’a plus aucun sens.
                S’agissant de ces « emprunts toxiques » c’est à ceux qui ont élu les maires qui les ont pris de payer les conséquences.
                Si j’ai bien compris, ces emprunts ont la particularité de ne rien coûter les premières années, et de coûter très cher ensuite : c’est le principe « n’emprunte pour acheter des voix aux élections, et après moi le déluge » .
                Le clientélisme, la démagogie et l’irresponsabilité sont en train de tuer la démocratie en France.

                • REMY Ronald REMY Ronald 28 mai 2014 22:25

                  Les prêts toxiques à taux variables ont mis neuf millions de familles américaines à la rue. Les dossiers d’acheteurs non solvables étaient certes trop nombreux et ont fait l’objet d’un scandale, d’enquêtes et même de sanctions. Mais ces dossiers ne représentaient que 7% de l’ensemble. 93% des saisies ont été consécutives à une explosion des taux d’intérêt montant jusqu’à 25, 30, 37% ! De la folie furieuse que les spécialistes et les Tribunaux appellent enfin maintenant « arnaques » ou « spoliation ».

                  Les Tribunaux ont jugé à deux reprises (2013 et Mars 2014) contre ces prêts.

                  Le Conseil Constitutionnelm a validé en Janvier 2014 la décision des Tribunaux.

                  Pourquoi François Hollande (« homme normal »/ « respectueux de la chose jugée ») et certains internautes visiblement présents sur ce site, décident qu’il ne faut pas appliquer ces décisions de justice confirmées par le Conseil Constitutionnel ? En vertu de quelle autorité supérieure auculte empêcheraient-ils l’interdiction (hélas bien tardive) de ce qui a causé la plus grave crise financière et économique de l’histoire ?

                  Les prêts à taux variables abusifs doivent être interdits par le législateur avec encore plus de clareté, afin de faciliter à l’avenir le travail des Tribunaux (Sur ce plan précis, les Parlementaires doivent faire le job qu’ils n’ont pas fait jusqu’ici).

                  A partir de Mai 2014, toute tentative d’obstruction de ce choix politique de salubrité bancaire et public doit être sévèrement sanctionné. Les notions « d’association de malfaiteurs dans une entreprise favorisant la récidive d’escroquerie » et « d’atteinte à l’ordre public » ne seront pas au même niveau juridique que la pseudo liberté d’opinion et d’action politique gouvernementale revendiquée par les délinquants en col blanc et tous leurs complices politiques.

                  A la demande des citoyens (plus nombreux que les prédateurs sans foi ni loi), les institutions vont donc sagement remettre le système bancaire dans le droit chemin, afin d’éviter que n’éclate une légitime révolte violente généralisée. Nombre de Parlementaires ne sauveront leurs fauteuils qu’à ce prix, avec ou sans usage de l’article 68.


                • Ouallonsnous ? 28 mai 2014 23:32

                   Après les dernières manifestations électorales !    Sourd à la déception populaire, Hollande ne change rien !

                   

                  François Hollande a confirmé lundi soir ne rien changer à sa politique austéritaire et sa soumission à l’UE et l’Empire anglo-yankee, que les Français et les électeurs de gauche viennent de désavouer par deux reprises aux élections municipales et européennes, ceci après le non à l’UE du référendum du 29 mai 2005, foulé aux pieds par les représentants de l’oligarchie en place l

                  1) il prend la victoire du FN comme un encouragement à continuer sa politique.

                  2) Il veut que le FN monte encore.

                  En Ukraine on envoie au peuple les néo-fascistes de Svoboda et Pravy sektor.

                  En Grèce on envoie les fascistes de Aube Dorée ...

                  En Syrie, on a envoyé les djihadistes entraînés par l’OTAN et l’Arabie Saoudite

                  En France, on nous envoie le FN.

                  On ; c’est le grand patronat et la finance internationale  qui veut continuer la même politique que celle mise en œuvre par l’UE.

                  Nous c’est le peuple qu’on veut mater.

                  Si ça continue, le FN au nom de l’Empire anglo-USraélien va lui donner un susucre . ( Valls en temps que sayanim inféodé au sionisme a déjà eu son kilo de susucre).

                  Les français doivent en conclure qu’ils ont mis au pouvoir des gens travaillant pour l’étranger, et ne sont plus gouvernés pour eux-mêmes  et pour la France,  mais pour les intérêts de l’UE et de la banque internationale anglo-yankee, exit donc ce gouvernement, ce président et ce parlement incapables et corrompus !

                  Sortons de cette cinquième république qui est devenue une oligarchie politique gouvernée par l’UE/OTAN de Bruxelles, rompons tous les traités qui nous lient à l’UE/OTAN anglo-yankee, rétablissons nos frontières et retrouvons notre espace national  !

                  Abrogeons les lois dictées par Bruxelles, refondons notre législation françaises sur le modèle élaboré au cours des phases de notre histoire, ancien régime et république, et du programme du Conseil National de la Résistance de 1944, appliquant son modèle social, laïc et solidaire, sortons de l’Euro et retournons au Franc et à notre souveraineté monétaire et nationale pleine et entière !

                  Ce dernier épisode parmi toutes les trahisons de la classe politique nous autorise, nous, le peuple français à, des maintenant, démettre les gouvernants actuels et les remplacer par un gouvernement provisoire de la République jusqu’à ce qu’une assemblée constituante ait été réunie pour doter notre pays d’une nouvelle constitution lui permettant de poursuivre son développement !

                   


                • Denzo75018 29 mai 2014 09:28

                  Les particuliers depuis les années 80 ont appris à leur dépens qu’un prêt à taux variable indexé sur un cours ou un indice pouvait s’avérer catastrophique ! Je m’étonne pourquoi nos élus sont tombés dans le piège alors même qu’ils disposent des conseillers financiers internes !!! Le problème est surement que ces mairies sont insolvables et n’ont eu accès qu’à ce type de prêt risqué !!!!


                • plexus plexus 29 mai 2014 18:39

                  @un lecteur :
                  « si j-ai bien compris », dites vous.
                  Ben, tout est là...vous n’y connaissez rien...comme les élus qui ont signé les clauses toxiques de leurs emprunts.
                  En face de l’emprunteur, il y a un financier qui connaît parfaitement la formule, toute simple, des intérêts composés, la base de tout calcul.
                  La connaissez-vous ? mais « l’école » a autre chose à faire que de vous l’apprendre !!
                  Là dedans, on inclut une variable, qui va garantir le capital du prêteur et / ou lui permettre de gagner du fric, indexation sur le franc suisse, par exemple.
                  ça inspire confiance.
                  Là dessus, il y a l’attitude des banques :
                  - dure et pure comme les banques US, on applique le contrat, vente forcée, gens à la rue, effondrement de l’immobilier, et l’état renfloue les banques.
                  -intelligente, comme chez nous : le crédit foncier et d’autres, après un an de reflexion et vu la catastrophe en route, (en 1980) ont raisonné différemment, qqchose comme :
                  nous avons en face de nous des gens de bonne volonté, et solvables, jusqu’à présent, et la solution apportée a été d’étaler le surcoût en allongeant la durée des remboursements.
                  Pour nos emprunts territoriaux, il y a certes, l’ignorance des contractants, mais il y a aussi la volonté du pouvoir de soutenir la position des financiers....tiens...on nous avait affirmé le contraire, avec des airs de matamore...
                  Finalement, ce mec, c’est une carpette ?
                  Plexus


                • REMY Ronald REMY Ronald 30 mai 2014 15:08

                  Bonjour « Plexus ».
                  Merci pour votre complément d’explication d’une situation grave que beaucoup de citoyens ont du mal à comprendre.
                  Vous avez employé le terme de « carpette » pour notre Président de la République. Nombre de citoyens y voient de l’entêtement à la duplicité, à la manipulation, à la trahison des intérêts que François Hollande est censé défendre en tant que Président de la République. Prendre systématiquement la défense des prêts arnaques et des banquiers prédateurs condamnés par les Tribunaux, pour un dignitaire socialiste, ex animateur de l’union de la gauche, franchement, cela fait effectivement plus que bizarre...

                  Heureusement, de plus en plus de Parlementaire commencent à prendre conscience du danger et du caractère explosif de ce soutien contre nature aux banques jugées et condamnées. Quand on propose des lois de « validation rétroactives » (dixit l’actuel projet de loi au Sénat), cela sent le souffre et la république bananière...

                  La sagesse des Sénateurs devrait nous éviter l’explosion sociale et politique (qui arriverait fatalement si les parlementaires de gauche décidaient de soutenir le projet de loi incroyablement scélérat de François Hollande).
                  A+
                  Cordialement.


                • Ouallonsnous ? 31 mai 2014 17:47

                  Ouhlàlà, 0 à ce qui n’est que l’expression de la réalité, les trolls du système européiste et de l’UMPS réunis sont vraiment à l’ouvrage sur Avox !
                   2 votes moins, ce n’est qu’un début, mais un début qui révéle la justesse du billet !


                • Un_lecteur 28 mai 2014 22:30

                  A Rémy Ronald.

                  J’essaie de comprendre « aucune nationalisation de banque n’est jamais gratuite »
                  C’est un peu du genre « inversion de la décroissance négative »
                  Comme deux négations valent une affirmation, cela devrait pouvoir se simplifier en « les nationalisations de banques sont toujours gratuites ».
                  Aurais-je loupe quelque chose ?
                  Ceci-dit, quand une banque est en cessation de paiement, on peut :
                  - la laisser faire faillite, vendre ce qui peut l’être pour rembourser partiellement les créditeurs. C’est ce qu’à fait l’Islande, qui a aussi mis quelques banquiers en prison.
                  - faire appel aux contribuables pour boucher le trou. Ce que nous avons fait.
                  - faire appel aux contribuables pour boucher le trou, tout en nationalisant.
                  Les deux dernières solutions ont le même coût pour le contribuable, mais avec la nationalisation il peut espérer revendre et récupérer au moins une partie de ce qu’il aura payé.
                  La nationalisation (sans indemnités dans ce cas puisque cessation de paiement) à aussi l’avantage de faire tout perdre aux actionnaires, et de remettre de virer les dirigeants (sans indemnités bien sur, pour faute lourde). On peut alors espérer que les autres banquiers feront un peu plus attention par la suite.
                  La seconde solution est la pire puisqu’elle organise la non responsabilité des banquiers, qui vont pouvoir s’en donner à cœur joie par la suite.
                  Dans le cas des « emprunts toxiques » on a à la fois l’irresponsabilité des électeurs qui ont voté librement pour des maires incompétents et/ou malhonnêtes, et l’irresponsabilité des banquiers : c’est l’irresponsabilité généralisée.
                  Et la mort de la démocratie.

                  • REMY Ronald REMY Ronald 29 mai 2014 12:03

                    Lecteur inconnu, bonjour.

                    Je vous réponds un peu longuement car je réponds aussi en même temps à d’autres internautes.


                    Oui, vous avez raison et nous pouvons aller encore plus loin.

                    => L’irresponsabilité est un des fléaux à combattre.

                    => Le non respect de la morale et des lois est aussi un fléau.

                    => Les prêts à taux variables sévissent aux USA, en France et dans presque tous les pays de l’OCDE. Ce fléau financier doit aussi être combattu.

                    Des Tribunaux français soutenus par le Conseil Constitutionnel français sont enfin allés plus loin en 2013 et 2014 que les tribunaux US.

                    Mais ce n’est pas encore suffisant. Il faut des lois plus claires pour faire gagner du temps aux Tribunaux.

                    Nationaliser des banques en déconfiture (nationaliser les pertes) ou délinquantes (prêts arnaques, manipulations des cours, etc.) ? Oui, il faut parfois s’y résoudre, malgré les coûts directs et indirects successifs (empilées tels des poupées russes) qu’il ne faudra jamais sous-estimer. Même dans le cas d’une nationalisation sans indemnisation du capital, les coûts indirects qui s’enchaineront peuvent être redoutables.

                     

                    Mais nous voulons aller beaucoup plus loin dans le nettoyage « au karcher » de la profession : nous voulons restaurer la notion de « service public » (privatisé ou non, avec cahier des charges reprécisé par le législateur, une charte éthique fondamentale (comme dans le corps médical), etc..

                    Un exemple clair et précis :

                    Au-delà d’un délai d’adaptation sagement fixé par les législateurs, nous voulons retirer le statut de banque à toute institution financière ayant une activité majoritairement spéculative. Les « ex-banques » pourront continuer à spéculer librement. Mais plus avec l’argent qui ne leur appartient pas. Ces ex-banques n’auront plus la capacité de création monétaire et auront des charges sur la spéculation similaires aux gains des… casinos.


                    Sous la poussée des Tribunaux et du peuple souverain, les législateurs devront faire leur job (par prise de conscience de l’intérêt public, ou simplement pour effacer leurs compromissions antérieures et conserver leurs sièges). Prendre le contrôle démocratique de ces « bastilles modernes de tyrannie financière et d’immoralité » est une question de salubrité bancaire et publique, mais aussi de survie économique et civilisationnelle.

                    Les banques ne doivent pas demeurer ces actuelles entreprise prédatrice sans foi ni loi mettant à genoux des millions de familles, d’entreprises et épuisant des nations entières.

                    Le système bancaire doit redevenir un solide « cœur » financier bien géré au service de la consommation, de la production et de l’économie réelle. En deux mot, cela s’appele une révolution que nous, citoyens, nous voulons non violente. Les tribunaux, le Conseil Constitutionnel, les élections, les débats médiatisés et les pétitions devraient suffire à mettre aux pas la haute direction bancaire devenu délinquante dans l’âme et dans les faits quotidiens.

                    Oui, certes, cette révolution va toucher très durement quelques centaines de très haut dignitaires bancaires. Ceux-ci vont tout faire pour briser cette révolte populaire des nations. Leur capacité de réaction et de nuisance financière sera terrible. Mais cette grande réforme aboutira un jour ou l’autre, car elle est indispensable au développement de la société, de la recherche, de l’emploi et au futur bien-être des centaines de millions de citoyens se réapropriant le pouvoir démocratique.


                  • Yohan Yohan 28 mai 2014 23:06
                    Fable de la Bedaine.

                    ll faut, autant qu’on peut, fermer sa gueule quand on n’a pas les couilles 

                    On a souvent besoin d’un plus riche que soi. 
                    De cette vérité un fable fera foi, 
                    Tant la chose en preuves abonde. 
                    Entre les nageoires d’un squale décontenancé par la crise des subprimes
                    Un MoiJe sortit de terre assez à l’étourdie. 
                    Le MoiJe, en cette occasion voulu montrer ce qu’il était 
                    et promis de lui couper l’aileron pour en faire soupe ordinaire. 
                    Cette promesse ne fut pas oubliée du bon peuple 
                    Quelqu’un aurait-il jamais cru 
                    Qu’un MoiJe bedonnant et teinté puisse réellement dompter un squale ? 
                    A force il advint qu’à mi mandat
                    MoiJe fut pris dans les filets de son mensonge 
                    Toutes ses explications ne le purent défaire de sa promesse mensongère. 
                    Sire Squale accourut, et fit tant par ses dents 
                    Qu’une maille rongée libéra la Marine à quai. 
                    Douze pieds de tirades d’un MoiJe
                    Font plus de dégâts qu’un Cahuzac en Bastille.

                    • Un_lecteur 28 mai 2014 23:12

                      A Rémy Ronald.

                      J’ai du mal à comprendre votre dernier message.
                      Au débuts, il s’agit de prêts à des familles aux USA.
                      Après quoi vous parlez de jugements de tribunaux puis du conseil constitutionnel.
                      Tribunaux français ou US ?
                      Et que vient faire le conseil constitutionnel (français) dans une affaire qui concerne des familles américaines ?
                      J’ai l’impression que vous mélangez deux choses :
                      - des prêts à des familles américaines, avec des formules complexes, trop complexes pour des particuliers, en faisant le pari de la hausse des prix de l’immobilier. Dans ce cas, on peut considérer que l’organisme financier à mal conseillé des particuliers. 
                      - des prêts à des municipalités en France, souvent des municipalités de grandes villes, qui elles ont les moyens de comprendre ce dont il s’agit (directeur financier par exemple). Dans ce cas le partage des responsabilités entre banques et municipalités est moins évident.
                      Maintenant Si la chose a été jugée, et le jugement confirme par le conseil constitutionnel, l’exécutif est la pour exécuter je jugement du judiciaire.
                      Je ne vois pas en quoi un emprunt à taux variable est scandaleux ou abusif. C’est un pari (une spéculation) sur l’évolution future des taux, et un risque que chacun est libre de prendre ou non.
                      Personnellement je ne prendrai pas ce risque, mais c’est ma responsabilité.
                      Et si je le prenais et que je perde, j’assumerais. Je ne demanderais pas aux autres de payer pour moi.
                      Mais bon, je dois être un libéral, à associer liberte, responsabilité et démocratie.
                      C’est plutôt mal vu en France.

                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 29 mai 2014 05:47

                        Dans les années 80, la gôche encourageait déjà la tromperie en autorisant l’arnaque du Crédit Foncier avec les prétendus PAP (Prêt d’Accession à la Propriété).
                        Concernant la pétition, existe-t-elle en ligne... vous n’en donnez pas le lien ? Ce serait un aboutissement logique à cette info diffusée sur les sites personnels.
                        « Hollande, président de la Frinance, DÉMISSION ! »
                        « Sarko au violon ! »
                        « Vivement la Vième République ! » 


                        • REMY Ronald REMY Ronald 29 mai 2014 12:33

                          Rebonjour Jean-François Dedieu.

                          Contrairement à l’incitationde mon entourage associatif, je ne désire pas m’occuper et centraliser cette pétition. Même si chacun d’entre vous peut me l’envoyer directement : remy_ronald@yahoo.fr (mes coordonnées sont également sur l’en-tête du site AGORAVOX).

                          J’ai souhaité que la pétition en bas de ce texte puisse être reprise par n’importe quel citoyen ou groupe désirant s’en occuper sérieusement dans la plus grande transparence, sans aucun esprit de manipulation ou récupération.
                          Un ordinateur « Brig-Brother » centralisant la pétition quelque part en France ? : Risque de panne ou de sabotage.
                          Ma préférence va pour une décentralisation et autonomie complète du processus de pétition avec des cyber-liens entre chaque site ou blog avec compteur reprenant cette pétition.
                          A signaler : 
                          Certains internautes préfèrent publier une pétition consensuelle à cinq points, sans le 6eme point très sensible (c’est-à-dire sans la demande d’activation parlementaire de l’article 68).
                          D’autres internautes préfèrent tout publier mais en séparant complètement le 6eme point du reste. Mon sentiment est que chaque site peut s’organiser comme il veut et que plus il y aura d’internautes et de sites reliés entre eux s’occupant ouvertement de la pétition, plus il y aura de réseaux de gens qualifiées techniquement, moins il y aura de risque de récupération ou sabotage.
                          Bon courage à tous.
                           


                        • eric 29 mai 2014 09:42

                          D’accord sur l’analyse politique : nous n’avons plus de pouvoir, mais des interimaires en charge des affaires courantes. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/europeennes-vacance-du-pouvoir-et-152410
                          Ils ne peuvent plus reformer, mais ils peuvent encore nuire. Vos 20 milliards, plus les 14 milliards (50% !) « d’erreur » dans l’évaluation des rentrees fiscales http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140528.OBS8694/les-impots-rapportent-14-6-milliards-de-moins-que-prevu-en-2013.html
                          Plus la hausse continue du chômage alors que le monde sort de la crise.
                          Le milliards de cadeaux aux riches, électeurs du PS ( baisse de l’IR pour la classe moyenne sup, alors qu’il n’est paye que par 50% les plus riches).
                          Ils en sont réduit a compromettre,entre autre notre défense. Les femmes de militaires au mali en sont réduites a leur acheter des chaussures de leur poche...

                          En Abkhazie, mon pays d’adoption il existe des solutions http://www.ntv.ru/novosti/996440/, le peuple est insatisfait de son président.
                          Une « sxod » devait se réunir juste après notre départ il y a trois semaines,sur le champ traditionnel qui jouxte les ruines traditionnelles du château royal traditionnel. Une assemblée traditionnelle ouverte du peuple convoquant le président pour lui faire part des motifs d’insatisfaction. Le président n’étant pas venu a la sxod, la sxod est venu a lui et le centre ville est occupe par des hommes et femmes bien décidés a se faire entendre....


                          • Piotrek Piotrek 29 mai 2014 12:16

                            Tous ces derniers mois, François Hollande a essayé de casser, par voie parlementaire, les décisions de justice jurisprudentielles de 2013 et mars 2014, a comploté pour contourner la décision du Conseil Constitutionnelle de Janvier 2014, a tenté de donner tort aux Tribunaux et aux 2.000 communes spoliées en soutenant les banques délinquantes et en défendant les prêts arnaques aux taux variables abusifs.

                            Vous auriez du souligner vos dires avec la tentative de passage d’une partie de l’article 60 de la loi des finances de 2014
                            analyse
                            un des échange à l’assemblée nationale
                            rapport de l’assemblée nationale

                            C’est important de mettre des liens, car ça a l’air tellement gros, tellement ubuesque, que le commun des mortels n’y croirait pas et n’y verrai qu’une critique purement politicienne sans fondements. Pourtant c’est vrai.

                            Les banques dirigent tout et ne perdent jamais car si vous les chatouillez, elles vous font très vite remarquer qu’elle détiennent tout ce que vous possédez.


                            • REMY Ronald REMY Ronald 29 mai 2014 12:39

                              Merci Piotrek pour votre précision complémentaire et remarque.
                              Mea Culpa.
                              On a tous nos qualités et faiblesses. On voit de suite que je suis plus distributeur de tracts militant que juriste.
                              C’est le travail de groupe avec les capacités complémentaires de chacun qui peut créer des synergies positives.
                              L’idéal serait que ce texte soit repris, amélioré, complété et diffusé par d’autres internautes et sur d’autres sites.
                              Encore merci.
                              A+ 
                              Cordialement.


                            • soi même 30 mai 2014 01:35

                              j’ai toujours salue ses utopiques intelligents, qui en appel au gros bras et qui sont incapables de se tremper le cul dans l’eau froide !


                              • laurentgantner laurentgantner 30 mai 2014 07:11

                                Ni François Hollande, ni Manuel Valls ne doivent démissionner malgré les résultats des Municipales et des Européennes car le processus Pau Bismuth qu’ils ont enclenché doit se poursuivre...


                                Si les comptes de campagne de l’Ump fuient à ce point c’est que le combat contre la finance enclenché par le Président Hollande est bien réel... C’est peut-être là l’une des première promesses respectées mais personne ne veut le voir, tout le monde politique tremble sur ses bases face aux menaces des contrôles fiscaux !


                                Son action sur les trois ans qu’il reste au quinquennat du PS doit se poursuivre et nous dévoiler encore bien d’autres tricheries alors ne nous privez pas de ce plaisir...


                                • soi même 30 mai 2014 08:36

                                  Vous confondez volonté de l’indépendance de la justice avec volonté politique. Deux entités en guerre.
                                  A propos de l’efficacité de Hollande, la Cour des Comptes vient de le retoqué sur le bilant de 2013, il manque 12 Milliards de recette fiscal, pour d’autre surprise !
                                  Jje suis d’accort nous allons en avoir, elle pourrait être bien des boas à avaler.


                                • soi même 30 mai 2014 12:05

                                  Au vue de ce qui est en train de se passer, la fausse révélation de la monté du FN, le brasier qui flambe à l’UMP fait que le PS détourne intentionnellement nos yeux de ce qui se prépare en catimini.
                                  Manque de bol Hollande , c’est planté de 12 Milliards de rentré fiscal en 2013, la pseudo monté du FN va servir d’alibi pour nous faire croire que tous ceux qui houspilles le Gouvernement sont des extrémistes de droite.
                                  Au point on en est, ces salauds de chômeur soutiennent l’extrême droite , qu’attend le Maréchal des Logis Walls pour sévir ?
                                  Que veux dire 26 % sont sanctifiais de Walls ?
                                  Pour les prochaines élections doit ton avaler le boas Walls comme Président ?

                                   


                                  • Le421 Le421 30 mai 2014 21:49

                                    Au fait !!

                                    On vire Hollande (encore que c’est constitutionnellement difficile ou infaisable), bien !!

                                    On mets qui ??

                                    Un repris de justice (passé ou à venir) par exemple ??

                                    Ah là là !! Y’a qu’à et faut qu’on !! Et un sondage du Figaro par dessus (plus indépendant, tu meurs !!).

                                    Tiens !! Balkany !! En voilà un qui serait bien comme président. Ou le papy Dassault aussi.
                                    Pourquoi pas Copé... Allez té !! La blonde aussi. Avec Wallerand De Saint Just Premier Sinistre. Là, on serait au top !!


                                    • REMY Ronald REMY Ronald 31 mai 2014 13:10

                                      Bonjour « Le421 ».

                                      Oui, vous avez raison de dire que remplacer François Hollande ce sera pas si simple (d’où ma réponse trop longue ci-dessous).

                                      D’abord parce que les gros intérêts bancaires (qu’il défend contre vents et marées judiciaires) veulent continuer à être défendu et vont tout faire pour que le Président actuel reste en place. Les forces de la haute finance spéculative et prédatrice ont des ressources énormes et une terrible capacité d’influence des autres partis et des autres élus. Oui, vous avez raison, l’activation de l’article 68 ne voudra même pas dire qu’il sera démis de ses fonctions. Le scénario qu’il reste de justesse au pouvoir malgré la mobilisation parlementaire sur la base de l’article 68 permettrait uniquement que des élus sauvent moralement la face et nettoient leurs propres compromissions à bon compte en prévision des élections futures.

                                      Pour les « bisounours » un peu trop optimistes comme moi, l’effet "boules de billard" permettrait d’espérer le vote en parallèle de l’interdiction des prêts à taux variables abusifs, voire (on peut rêver), un vote favorisant le retour de la profession bancaire dans le giron du service publique (privatisé ou non), c’est-à-dire au service de tous les partenaires économiques (et non au seul service d’actionnaires et délinquants en col blanc). Oui, on peut rêver. On peut espérer. Le rêve et l’espoir permet d’éviter la dépression ou de « péter les plombs ».

                                      Je n’élude pas votre difficile question : qui mettre à la place ?

                                      Les hommes d’Etat sont très rares à l’échelle d’un continent comme l’Europe et encore plus, de facto, à l’échelle d’un pays.

                                      La faute à qui ? Aux filtres générés par les systèmes politiques en place  ? Aux peuples eux-mêmes ? A la religion, à la culture ou à l’éducation  ? Aux évènements et aux crises économiques ou de civilisations ?  Des milliers de pages d’avis pourraient être écrites à ce sujet par les internautes.

                                      Certains internautes me connaissent pour mon franc parlé (ou manque de diplomatie). Je vais donc donner mon avis ici, sur ce sujet très délicat sans charcher à influencer votre propre choix, car mon avis ci-dessous ne tient pas compte de personnalités que je ne connais pas encore (ou pas assez bien).

                                      Pour la droite, celui qui a le plus tendance à foncer et à "mouiller sa chemise", tout en s’efforcer de rassembler le plus largement possible, c’est évidemment Nicolas Sarkozy. Vous voyez vraiment quelqu’un d’autre à droite ? Restera pour lui à savoir s’entourer de « maréchaux » dynamiques, francs et vifs d’esprit, ayant un état d’esprit de bâtisseurs d’empire. Sarkosy devra éviter le savant équilibre politicien amalgamant des badernes et notables politiques, des « Gamelins » prétentieux, incompétents et lâches (voire corrompus), déconnectés de l’imagination, de l’action et des citoyens. Le pourra-t-il ?...

                                      Pour la gauche, celui qui a bénéficié de mon soutien public depuis longtemps, c’est Emanuel Valls.

                                      Aujourd’hui, il a une "grenade prête à exploser dans son pantalon de 1er Ministre" (le soutien des prêts toxiques aux taux abusifs et le soutien des banques délinquantes, imposé par Hollande). Pour sa carrière (et pour le pays), valls doit se débarrasser au plus vite de ce dossier explosif.

                                      Certes, plusieurs gouvernements portent la responsabilité de cette anarchie bancaire (y compris depuis la fameuse « union de la gâche » de Lionel Jospin).

                                      Je pense qu’Emanuel Valls a la capacité de faire évoluer positivement la situation économique et financière du pays. Mais...

                                      => il doit pour cela mettre au pas les banques. Et pour y arriver à cette réforme (que beaucoup estime utopique sans révolution),

                                      => il aura besoin d’une majorité de parlementaires de gauche ET de droite. Afin obtenir cette difficile et fragile majorité parlementaire,

                                      => il devra soigneusement veiller à ce que Hollande soit le seul « fusible » constitutionnel du scandale bancaire.

                                      L’alternative à cette démarche politique difficile et périlleuse, à cette réforme bancaire et éventuel « avancement » de la prochaine élection présidentielle ? :

                                      C’est la dissolution de l’Assemblée Nationale que le Front National réclame !!!

                                      Une arme de « dissuasion massive » (et suicidaire) que peut dégainer François Hollande à tout moment, car il fera tout pour ne pas démissionner et fera également tout pour empêcher la réunion du Parlement sur la base de l’article 68 de la Constitution.

                                      Le délai pour obtenir quelques réformes bancaires et pour se détacher de la « grenade Hollande » ? :
                                      Avant les prochaines élections régionales qui vont être... « particulièrement éprouvantes ».

                                      A part cela, chers internautes, qui voyez-vous d’autres ? : Martine Aubry ?  Les écolos divisés ayant perdu la moitié de leurs électeurs ? Mélenchon que la moitié de ses propres électeurs ont également fui ? Chevènement ?  L’extrême gauche ? Le Front national ? Le débat vous appartient et… nous intéresse au plus haut point !
                                      A+
                                      Cordialement.


                                    • lsga lsga 31 mai 2014 13:13

                                      et encore un soumis châtré qui cherche un homme providentielle pour le sauver...

                                       
                                      Hey : il n’y aura plus JAMAIS d’homme providentielle pour guider la nation, pour la simple raison que les nations vont disparaître, et que la gestion civilisationnelle va devenir beaucoup trop complexe pour pouvoir être maîtrisée par une seule et unique personne. 
                                       
                                      La période des grands hommes est passée, nous sommes à la période de l’intelligence collective : faites-vous à cette idée.

                                    • REMY Ronald REMY Ronald 31 mai 2014 13:55

                                      Bonjour « Isga ».
                                      Je m’estime nulement soumis et châtré, d’autant que je milite solitairement depuis 40 ans pour des idées et propositions concrètes dont certaines n’ont été reprises par aucun parti et d’autres reprises bien trop tardivement (le droit de vote et à l’aide judiciaire pour les SDF, par exemple).
                                      On peut donc avoir été SDF, être une sorte de « Diogène » moderne avec son courage, sa tenacité et son franc parlé (voire sale caractère) pour tenter d’améliorer la société, sans esprit de soumission et de castration. Les insultes ne touchent guère les nombreuses personnes comme moi que compte ce beau pays et qui donne encore de l’espoir en un avenir meilleur.
                                      Si j’ai pris la peine de vous répondre, c’est pour vous donner raison sur un point important et très précis :
                                      Oui, nous sommes à la période de l’intelligence collective.
                                      Je partage à fond ce point de vue qui mériterait d’être...
                                      ...plus souvent partagé et...
                                      ...mis en pratique.
                                      A+
                                      Cordialement.


                                    • lsga lsga 31 mai 2014 13:56

                                      bon, pourquoi cherchez vous un homme providentiel alors ? 


                                    • REMY Ronald REMY Ronald 31 mai 2014 14:46

                                      Rebonjour « Isga ».

                                      Si Emanuel Valls était un homme providentiel, cela se saurait.
                                      Je doute d’ailleurs qu’il se considère comme tel.
                                      Cependant, j’espère que les socialistes le choisiront lors de la primaire pour l’élection présidentielle (une élection anticipée que je souhaite aussi).

                                      Nicolas Sarkozy ? Idem. Tous deux (à l’heure où vous me posez la question) sont largement, de très loin, les moins mauvais candidats à la présidentielle.

                                      Chercher, espérer l’émergence d’un grand chef d’Etat ? 
                                      Rien de honteux à cela.
                                      Si la stature n’est pas encore là au départ, la fonction peut permettre cette émergence face aux épreuves. Les deux hommes cités ont probablement cette dernière capacité.

                                      Et pour François Hollande ? J’ai la générosité de vous en laisser juge...

                                      En conclusion :
                                      Oui, la France et l’Europe ont besoin de grand Hommes d’Etats, avec un grand « H » et un grand « E » (Rien à voir avec la notion d’hommes « providentiels » ou avec la dangereuse personnalisation démentielle type, Hitler, Staline, Mao, etc).
                                      A+
                                      Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès