Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retour à la « normalité » à droite

Retour à la « normalité » à droite

Ne revenons pas sur le ridicule affiché par l'UMP en face de ses difficultés, mais plutôt sur les réalités que recouvre cet épisode douloureux pour la droite modérée.

L'UMP a été un avatar créé par Juppé,Chirac, Balladur, Monod and co alors qu'ils étaient en possession des manettes du pouvoir pour essayer d'enrayer le vieillissement des formations politiques de la droite : l'UDF et le RPR. L'opération n'a d'ailleurs pas été inefficace, puisqu'elle a permis l'élection de Sarkozy en 2007. Ce n'était pas d'emblée évident ; les mémoires sont courtes.

Il faut ajouter que dans cette nouvelle « construction factuelle », les anciens du RPR se sont taillés la part du lion, trustant les commandes de la nouvelle formation. C'est d'ailleurs un ancien RPR, Nicolas Sarkozy qui en tira les bénéfices et pas un ressortissant de l'ancien UDF. Questions de personnalités en présence et en "situation" diront les optimistes sans trop y croire eux-mêmes. Il paraissait évident que retrouvant l'opposition, cette construction sans fondations ne pourrait guère rester solide bien longtemps.

Que l'on ne croît pas pour autant que la droite est minoritaire dans notre pays ; c'est tout le contraire. A l'image des autres pays européens, il y a même chez nous une droitisation des opinions publiques. C'est « l'organisation » de cette droite, son expression « partisane » qui n'est pas en accord avec les quêtes citoyennes.

Une partie de la gauche d'ailleurs, celle qui occupe le pouvoir, est bien consciente de ces évolutions idéologiques puisqu'elle n'oublie plus d'aborder les questions d'ordre, de responsabilité, de sécurité, d'immigration. On voit même actuellement les considérations de coût du travail et de compétitivité reprises par cette gauche "Hollandaise" au pouvoir sous l'emprise du "dogme européen"

Les véritables clivages qui traversent notre société touchent beaucoup moins les questions emblématiques d'il y a 40 ans, mais plutôt celles qui environnent l'organisation du monde et plus spécifiquement celle de l'Europe. Combien de temps faudra-t-il encore pour, non pas sortir de l'Europe comme le revendique le FN, mais simplement remettre à plat sa construction actuelle aberrante.

L'Europe fédérale est un mythe absurde. Contrairement à une idée reçue, ce « mythe » a déjà fait couler beaucoup de sang. Il n'est absolument pas synonyme de paix comme on essaye de nous le vendre. Il peut, à nouveau à moyen terme être accolé à la guerre, « civile » ou larvée sous des aspects économiques aux conséquences sociales très graves.

Les « fous d'Europe », de tous les pays et de toujours, ont d'abord essayé de la faire avec des soldats et des canons et ce furent les drames Napoléoniens et ceux du siècle passé : la folie des "empires"

Devant l'échec cuisant, les méthodes fortes ont laissé la place à des méthodes « douces » sur base économique. Douces au départ, ces méthodes modernes (mondialistes) peuvent se révéler redoutables. Elles sont insidieuses ; se parent de l'altruisme, de la raison ; se renforcent d'une mondialisation qui ne préoccupe en fait qu'un petit tiers de la population mondiale. Ce « masque » les rend au début indécelables par le plus grand nombre : c'est le pernicieux de la méthode. Ce sont ces clivages qui régissent les "vrais positionnements politiques"

Après ce détour par l'Europe pouvant paraître incongru ici ; il faut en revenir à l'organisation de la droite.

Les dix petites années de l'UMP représentent la véritable « verrue politique ». Bayrou d'ailleurs l'avait bien senti dès le début. Il n'a pas su ou pu prendre les moyens de donner un véritable autre horizon crédible alternatif à la droite. Il a fait l'erreur de croire à « l'ailleurs », c'est à dire à « nulle part », alors que son électorat était à droite. Mais sur le fond il avait perçu l’inanité de la « construction UMP »

Il reste maintenant un gros travail à cette droite, pour se restructurer sur des bases correspondent à ses différences. Pour ce qui concerne les personnalités capables de l'incarner dans une présidentielles, ce sera une autre « affaire »

Plus qu'à la mort de l'UMP, c'est à la deuxième mort du RPR à laquelle nous assistons et comble de l'ironie nous la devons à deux ressortissants de cette ancienne formation.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Mwana Mikombo 26 novembre 2012 12:12

    @l’auteur

    « Plus qu’à la mort de l’UMP, c’est à la deuxième mort du RPR à laquelle nous assistons ».

    Il n’y aura pas de deuxième mort du RPR car on ne meurt qu’une fois. Quant à l’UMP, une solution se profile. C’est la solution que l’UMP, avec Sarkozy et Fillon, ont appliqué en Côte d’Ivoire pour départager Laurent Gbagbo, le président sortant et son rival, ancien premier ministre de l’ancien régime. La logique, non seulement de ce parti, mais de la politique Française, voudrait donc qu’il y ait une intervention militaire extérieure pour départager les deux rivaux.

    En effet, pour les spectateurs extérieurs et désintéressés comme nous, la dispute entre Jean François Copé et François Fillon ressemble au conflit en Côte d’Ivoire entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. Copé, président sortant, c’est Laurent Gbagbo et Fillon, ancien premier ministre de Sarkozy, c’est Ouattara. Copé, président sortant s’appui comme Gbagbo sur la légitimité constitutionnelle du parti. Fillon s’appui sur la loi extérieure au Parti, en quelque sorte sur la Communauté Internationale.

    A mon avis, sur le plan de la légalité, Jean François Copé a pleinement raison et mérite de rester à son poste. Sinon, à quoi servent les statuts d’une association ou d’un parti politique s’il faut les mettre à la poubelle au moment de résoudre les conflits qui y sont prévus et traités ? C’est ni plus ni moins du putschisme.

    Fillon aura peut-être le soutient de l’extérieur, c’est-à-dire du pouvoir socialiste gérant l’Etat, qui, par le biais de la justice (un peu comme l’ONU) choisira probablement d’appuyer Fillon en envoyant la Force Licorne débarquer Copé et son épouse pour aller les boucler à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Au passage, la Force Licorne envoyée par Hollande laissera des milliers de morts dans l’UMP land. C’est d’ailleurs cette solution que Fillon et son mentor Sarko avaient appliqué en Côte d’Ivoire. Comme quoi l’Histoire peut se répéter en se retournant sur ses acteurs.


    • leypanou 26 novembre 2012 12:30

      Copé n’est pas président sortant, mais secrétaire général sortant, nuance.


    • Mwana Mikombo 26 novembre 2012 12:54

      @leypanou

      Si vous y voyez une différence par rapport à la scène de théâtre, autant pour moi.


    • jef88 jef88 26 novembre 2012 15:35

      AAAAAH !
      la question !
      qui va t-on envoyer au TPI ?


    • jef88 jef88 26 novembre 2012 15:40

      La légalité è l’UMP  ?
      un candidat tient les rênes du parti !
      il « organise » des élections internes ....
      il place ses potes dans les commissions internes
      il se proclame vainqueur ......

      n’y aurait il pas vice de forme ?


      • Mwana Mikombo 26 novembre 2012 16:01

        Mes dames, mes demoiselles, messieurs !

        Voici le journal !

        Tout d’abord, sachez que les informations suivantes sont à prendre au conditionnel, en tout cas doivent encore être vérifiées. Elles viennent juste de tomber sur notre rédaction.

        La République barbare de la Sarkoland est toujours en proie aux massacres inter-ethniques encouragés par le dictateur non démocratique Jean François Copé qui s’accroche aux pouvoir malgré le désaveu infligé par son peuple suite à l’élection organisée par lui sous les auspices de l’ONU. Il paraîtrait que Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires Etrangères, à la diligence de François Hollande, président de la république métropolitaine, de Ban Ki-Moun, Secrétaire Général de l’ONU et Barack Obama président de l’ONU, se présentera cette nuit au Conseil de sécurité de l’ONU, pour obtenir le mandat autorisant une intervention militaire à la Sarkoland pour sauver le peuple sarkolandais menacé de génocide par le dictateur non démocratique Copé. La Force Licorne est déjà positionnée sur les toits des immeubles, assistée par la Force de l’ONU-Sarkoland qui entraine les commandos invisibles pro-Fillon opérant dans les quartiers de la Sarkoland depuis deux semaines. Le Chef de l’Etat, Hollande a déjà sommé Copé et son épouse de quitter le pouvoir sans délai. Faute de quoi, ils s’exposent à finir le restant de leurs jours aux arrêts à Fleury-Mérogis pour crime contre l’Humanité car l’intervention de la Licorne et des forces de l’ONU-Sarkoland laissera un vaste champ de morts sur le terrain.

        Encore une fois, n’oubliez surtout pas de vérifier ces informations de dernière minute.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès