Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retour sur le débat Le Pen-Mélenchon

Retour sur le débat Le Pen-Mélenchon

Le débat qui a opposé Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon restera dans les annales de la télévision française... l'intérêt de la confrontation ne résidait pas dans le contenu des idées déployées par les deux candidats (pour être honnête, par Jean-Luc Mélenchon seul, Marine Le Pen optant pour la politique de "la parole vide").

L'intérêt de ce débat résidait dans les postures que chaque candidat a pris :

Marine Le Pen, la présidentiable outragée

Marine Le Pen a usé durant le vrai-faux débat d'arguments qui étonnamment, ne sont pas ceux que l'on pourrait attendre d'une candidate d'un parti qui se considère comme diabolisé depuis son émergence dans les années 1980.

Le reproche qu'elle fait à la direction de France 2 et à David Pujadas est un argument classique du Front national : il y aurait une différence de traitement entre les partis dits de gouvernement et le FN, au détriment de ce dernier. Ici, on lui aurait imposé un adversaire qui l'aurait insultée. Toutefois, il n'y aurait pas une nouvelle tentative de diabolisation (preuve de la connivence entre médias et partis de gouvernement) dans cette iniquité, mais plutôt la recherche de l'audience.

L'insulte n'est pas quelque chose qui aurait fait reculer son père, qui aurait vu une occasion dans cette émission, de 'bouffer du communiste". C'est peut-être ça le "FN new look" : il fait moins peut, parce que sa présidente est au moins en apparence moins agressive.

Marine Le Pen assure avec aplomb que ce débat n'a pas de sens étant donné les sondages qui lui donnent entre 15 et 20 % tandis que Jean-Luc Mélenchon oscille entre 8 et 9 %. Voilà un drôle d'argument qui fait fi des précédentes élections où le niveau du FN était plus modeste et se rapprochait de celui du FG et qui donne une légitimité populaire aux sondages. Dans la mesure, où les sondages d'opinion participe à la fabrique de l'opinion et de son consentement, en stratifiant des couches de population, tout en abaissant la politique au niveau du marketing (dont le but est de discriminer, cibler et fidéliser les individus transmués en consommateurs), le raisonnement de Le Pen participe au nivellement par le bas de la politique, qui n'est plus le substrat qui assoit le fonctionnement et l'organisation d'une communauté d'individus voués à un destin commun, mais plutôt un terrain de bataille entre partis cherchant à s'accaparer des parts de marché, pour assurer leur survie.

Le Pen a une tendance, pas assez soulignée, à personnifier son combat politique : elle nous promet une vague bleu marine, comme si le changement ne pouvait venir que d'elle et non pas du peuple, quand on l'insulte, on insulte ses électeurs, comme si une adhésion même partielle à ses idées s'apparentait à s'identifier à elle. Pour montrer que cela n'a rien de ridicule, elle invoque les 40 % d'ouvriers qui pourraient voter pour elle dès le premier tour d'après les sondages. Je ne sais pas si l'on a bien compris les motivations du vote FN depuis 30 ans et il me semble que Marine Le Pen elle-même ne le comprend pas. Je vais essayer d'avancer une idée :

Le vote Le Pen est particulièrement élevé dans les régions industrielles et/ou en difficulté de reconversion post-industrielle et où la présence d'immigrés est importante. Quelle est donc la stratégie de l'électorat FN ?

Bourdieu dans La distinction avait eu l'idée pour expliquer les goûts et styles de vie de la population française de construire à l'aide d'une analyse des correspondances multiples un espace orienté selon deux axes. Le premier permettait de répartir la population selon leur capital économique et le deuxième selon leur capital culturel. La spécificité des classes populaires, c'est qu'elles tendent à ne posséder aucun de ces deux capitaux. Ces caractéristiques structurent même leur identité de classe, et si ce n'est pas une source de fierté, ce n'est pas non plus une source de frustration. Dans la classe politique, les détenteurs du capital économique sont situés à droite, c'est ainsi qu'ils se targuent d'être les meilleurs en économie et en finances. La gauche détient symboliquement le capital culturel, se prévalant dans les domaines sociaux et culturels d'une supériorité sur tous les autres grands courants. Dans un contexte de diabolisation du FN rejeté de toutes les alliances gouvernementales et de dégénérescence du PC dont les cadres sont souvent perçus comme trop "intellos", le FN est devenu le réceptacle du vote ouvrier. On vote ouvrier dans les classes ouvrières car il est le parti qui leur ressemble le plus : le programme économique du FN est assimilé à la ruine de la France et son programme social et culturel connote des époques et des personnages (Robert Brasillach, par exemple) qui ont fait les frais de l'épuration en 1945. 

De même, le vote FN dans les zones de forte immigration correspond à une stratégie de distinction par rapport aux immigrés : le travailleur immigré est dans l'imaginaire perçu comme l'élément le plus bas de la pyramide sociale. Or, le quotidien et le mode de vie s'apparente grandement à celui de l'ouvrier français de souche. Le vote FN est le piédestal de l'ouvrier qui peut se distinguer franchement de l'ouvrier immigré, qui peut symboliquement s'élever dans la pyramide sociale et retrouver un peu d'une dignité bafouée par le chômage, les bas salaires et plus généralement la mal-vie.

Est-ce que les ouvriers ont pu se reconnaître dans l'attitude de Marine Le Pen, refusant le débat tout en méprisant son contradicteur en lisant son journal, en refusant de le regarder droit dans les yeux à la manière d'un patron annonçant la délocalisation d'une usine, tout en mettant en avant une différence de statut ? Elle a pris le risque de transformer Jean-Luc Mélenchon en ouvrier méprisé.

Jean-Luc Mélenchon, l'outsider déclassé 

Jean-Luc Mélenchon s'était préparé à un débat d'idées, il a voulu éviter les thèmes qui fâchent comme l'immigration (thème qui ne lui permettra très vraisemblablement pas de grignoter des voix chez les ouvriers), ou des thèmes comme la crise grecque (de peur de ne pas être distinguable et audible, de se faire passer pour un Le Pen de gauche) préférant celui des droits de la femme.

Tactique intelligente quand on sait que Marine Le Pen a su féminiser l'électorat FN, de par ses choix de vie, ou son attaque de l'Islam présentée comme une religion féminine et donc un danger pour la condition de la femme en France. Il a su présenter intelligiblement les contradictions du FN et le risque plus imminent qui menacerait la femme si Le Pen devait être élue. Marine Le Pen a préféré s'emmurer dans un silence qui n'en était pas un, dans une politique de la chaise vide qui n'en était pas une : je qualifierais sa prestation de parole vide.

Jean-Luc Mélenchon a su faire rire le public dans ce débat absurde, ce qui est dans un certain sens un bon point pour lui. Agressif sans être insultant, il n'a pas su briser le rideau de fer qu'elle avait virtuellement disposé entre eux. Ce qui fait que l'on pouvait ressentir des moments de flottement entre les monologues de Mélenchon. 

Quand elle a voulu le faire passer pour le lièvre de Hollande, il a su contenir l'attaque, rappelant en fin de compte que face à l'extrême-droite, les gauches seront toujours prêtes à faire union, comme en 1936.

Lorsque elle a évoqué la désaffection des ouvriers envers les partis de gauche et le FG en particulier, il a su montrer les paradoxes de ce vote : la gauche est toujours majoritaire chez les ouvriers au second tour. Cela montre que le vote ouvrier pour le FN n'est pas un vote d'adhésion pour les idées du FN, mais plutôt un vote témoin pour un parti que l'on traite parfois comme eux, un vote contestataire pour faire rapide.

Drôle de renversement de situation : on avait l'impression que Marine Le Pen avait peur de Jean-Luc Mélenchon (lui-même insiste sur ce point), ce qui est assez cocasse quand on se souvient que c'était son père qui inspirait la peur autrefois. Ce qui laisse songeur, car Mélenchon pourrait être malgré lui le nouveau Jean-Marie Le Pen, c'est-à-dire le personnage qui fait peur et dont le vote n'est pas revendiqué ; ce qui supposerait que le vote Mélenchon pourrait être sous-estimé. On verra bien le 22 avril. 

Conclusion

Il n'y a pas de réels vainqueurs dans ce vrai-faux débat : Jean-Luc Mélenchon ne réussira probablement pas à capter le vote ouvrier de Marine Le Pen. Les ouvriers ayant vu ce débat et qui hésitaient entre la candidate du FN et Sarkozy seront peut-être déçus par la tournure du débat, ce qui constitue une bonne chose pour Sarkozy. Jean-Luc Mélenchon a sans aucun doute réussi sa prestation aux yeux des gens de gauche, et va peut-être attirer un électorat féminin qui lui fait défaut pour le moment. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

189 réactions à cet article    


  • Achéron 25 février 2012 08:23

    « l’Islam présentée comme une religion féminine »


    J’avoue avoir un doute quant à cette affirmation, n’y aurait-il pas une erreur ?
    Pour moi, l’Islam, à l’instar de son pendant catholique d’ailleurs, est plutôt « masculine » au vu de la place laissée à la femme... Non ?

    • heliogabale boug14 25 février 2012 10:47

      erratum, je voulais dire le contraire.


    • appoline appoline 25 février 2012 12:39

      Si en plus vous vous mélangez les crayons, vous voyez ainsi qu’il n’est pas si facile de faire passer ses idées et encore vous n’êtes pas en direct.


    • MUSAVULI MUSAVULI 26 février 2012 09:33

      Ce « débat » a été d’une indignité sans nom. Les dernières marques d’estime que j’avais pour Jean-Luc Mélenchon ont fondu comme neige au soleil ce soir-là. Comment peut-on se conduire de manière aussi grotesque et solliciter un bail à l’Élysée ? Et dire que près de 10% de nos compatriotes s’apprêtent à voter pour un tribun aussi agressif... Nous avons vraiment un problème !


    • flesh flesh 25 février 2012 09:40

      Oui, mais tu vas quand même voter pour lui, et pas pour Asselineau (qui lui n’aura jamais l’occasion de nous décevoir en prime time sur les télés du Système) n’est-ce pas ?


    • flesh flesh 25 février 2012 10:02

      Oui, mais toi comme beaucoup de gens intelligents de gauche ici et ailleurs, ne voulez pas comprendre que Méluche, malgré son discours et son programme qui me séduit aussi, est un pion du système. Il a soutenu l’invasion de la Libye. Réveillez-vous putain !


    • amiaplacidus amiaplacidus 25 février 2012 10:28

      @ Kerjean qui écrit : « Meluche est mon vote utile. Si j’avais voté selon mon coeur, j’aurai voté NDA. ».

      Je crois que l’on appelle cela le grand écart idéologique. Quelle magnifique confusion intellectuelle !


    • hacheii 25 février 2012 10:37

      La vraie gauche ça n’a jamais existé que dans vos rêves.
      .
      Le PS a toujours trahit son électorat, sauf ..... en ce qui concerne les fonctionnaires pour qui voter PS = augmentation de salaires, réflexe pavlovien, ce sont eux qui soutiennent le PS par intérêt, les 25% d’intention de vote pour Hollande, ce sont des fonctionnaires en majorité. 


    • Joko 25 février 2012 10:51

      « Prolo-metallo » au chômage (délocalisation vers la Pologne : merci l’Europe !) je confirme le contenu de votre texte : je vais voter FN pour la 1ère fois, alors qu’avant je votais à « gauche » (notez mes guillemets ).
      Votre message est d’une lucidité troublante. Cette affaire d’avortement était simplement ridicule. D’ailleurs, comme l’a dit ensuite dans le débat MLP, je préfère voir du fric dépensé pour de vrais malades plutôt que pour quelques inconcients qui ne savent pas utiliser des moyens de contraceptions gratuits (ou presque). Mélenchon est, et restera, l’idiot utile du la gauche caviar (ne vous en déplaise). Et je ne suis même pas sur qu’il aura ébranlé certains des « partisans » (ouch le vilain mot) de MLP.


    • heliogabale boug14 25 février 2012 10:56

      J’ai dit qu’il ne ravirait pas le vote prolétaire à Marine Le Pen mais que celui-ci serait peut-être déçu par Le Pen et se porterait sur Sarkozy...


      Parmi les anti-lepénistes de gauche, il a marqué des points...

      Parmi les femmes qui hésitent entre le PS et le FG, aussi...tout comme parmi les féministes plus généralement. Parmi les jeunes femmes adultes aussi.

    • Alin Tranca 25 février 2012 12:06

      @ flesh : Non, il n’a pas soutenu l’invasion en Libye. Il a voté une résolution du Parlement Européen appelant l’ONU à s’en saisir, mais n’a pas soutenu l’intervention de l’OTAN en Libye : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/03/23/l%E2%80%99onu-rien-que-l%E2%80%99onu-toute-l%E2%80%99onu/ 




    • Olmo 25 février 2012 12:33

      Tu mens, Mélenchon n’as pas soutenu l’intervention de l’OTAN en Lybie il l’a même condamnée, ce qu’il a soutenu, c’est la résolution de l’ONU pour l’interdiction de l’espace aérien, point. Arrêtez d’essayer de discréditer Mélenchon en lui prêtant vos propres fantasmes !!!


    • flesh flesh 25 février 2012 12:35

      Mais oui, mais oui... donc nous on avait compris mais pas lui ? Il est con, c’est ça ?


    • appoline appoline 25 février 2012 12:42

      Mélenchon est en franc-maçon qui en tant que tel suit la mouvance de sa loge ou d’une partie de ses frères et soeurs, son intolérance flagrante on sait maintenant d’où il la tient.


    • logan 25 février 2012 12:46

      Marine Lepen est catholique, tout comme Sarkozy, elle roule donc pour Sarkozy dans un vaste complot catholique.


    • MPEK 25 février 2012 14:50

      Mélenchon ce pseudo défenseur des travailleurs...

      Je vous invite à consulter sa biographie sur Wikipédia, édifiant !!!
      Quelques mois salarié du privé, puis encore quelques mois enseignant et puis...

      30 ans de pantouflage à nos crochets de contribuables (collectivités locales, mairie, sénat, ministère, etc...)

      En fait ce clown grotesque, qui éructe plutôt qu’il ne parle, n’a que très peu travaillé dans sa vie et se permet de parler en notre nom....

      30 ans de PS, et puis trahison.

      Bel exemple d’idiot utile, utilisé par le pouvoir et ses serpillières médiatiques que sont Pujadas et ses pairs, pour tenter de siphonner les voix de MLP .

      Mais nous ne sommes plus des veaux et ces manipulations grossières de propagande risquent fort de se retourner contre ses initiateurs.


    • Jicé Jicé 25 février 2012 15:32

      "J’attendais Meluche justement sur l’économie, le social, le politique. J’attendais qu’il atomise la posture de « gauche » et défendeuse des prolos de Le Pen. J’attendais qu’en l’atomisant il fasse revenir à la vraie gauche les prolos désespérées des trahisons socialistes ET communistes de ces trente dernières années. J’attendais qu’il dise "ne l’écoutez pas, pour cette raisons là, celle ci, et encore telle autre, et même celle là, vous voyez bien que cette nana est l"ennemie du prolo« . »
      Vu le temps imparti aux intervenants, la formule de débat retenue, les autres parties de l’émission (Lenglet, pour ou contre, etc...) je ne vois pas en quoi cela aurait servi ; comme les Le Pen l’ont fait avant l’émission, les gens peuvent se procurer à prix cassé le Programme Partagé ou autres ouvrages écrits par Jean-Luc Mélenchon dans lequel ils trouveront les réponses à ces interrogations ; en ciblant sur une problématique très précise et très concrète (« qui parle aux gens ») et à partir du programme écrit et vérifiable du FN, sans aller dans des généralités qui en auraient découragé plus d’un (« encore des discours, des promesses ou du bla-bla ! ») il a pu capter un auditoire... Les réponses le lendemain, de citoyens lambdas dans un quartier populaire (La Courneuve) sont éloquentes quant à la pertinence de l’intervention de Jean-Luc Mélenchon...


    • therasse therasse 25 février 2012 15:35

      La vraie droite par contre, on sait très bien qui elle est. Et aucun risque qu’elle ne trahisse son électorat fidèle, ou plûtôt devrais-je dire ses mécènes, sa clientèle, ses « parrains » au sens « Corleonesque » du terme.


    • sebinho94 25 février 2012 17:11

      @Kerjan, je pense que vous êtes un imposteur.

      Certes, ce n’est pas la meilleure intervention de M Mélenchon mais ce n’est pas ça qui va décevoir les gens qui le suivent. Ces idées restent les mêmes ! Puis, parler à un interlocuteur qui lit son journal et qui essaye de se faire passer pour la victime du système...


    • mojique mojique 25 février 2012 21:10

      Mélenchon n’est pas un prolo. Il lui manque donc ce truc en plus pour toucher les prolos au cœur sans faire du poulisme qui consiste à toucher au tripes.


    • mojique mojique 25 février 2012 21:11

      Pas poulisme mais populisme


    • Annie 25 février 2012 22:02

      @Kerjean,
      Pour quelqu’un qui monte au créneau à chaque fois qu’il s’agit de condamner la prostitution ou défendre une cause féministe, je vous trouve bien tiède quand il s’agit de l’avortement. Vous avez peut-être raison en disant que cela n’intéresse pas grand monde, bien que j’imagine que la moitié de la population se sente concernée, ayant eu ou ayant pu avoir ou vouloir un avortement et envisager que cette porte soit fermée. Bien sûr qu’il y a des tas de sujets tout aussi importants, mais celui-ci l’est aussi et est totalement escamoté et dénigré par rapport à d’autres.


    • Annie 25 février 2012 22:11

      Un point que je voulais quand même soulever et que j’ai oublié concerne votre allusion à l’avortement comme recours des « nanas » comme vous dîtes qui en sont à leur troisième avortement, ce qui constitue le meilleur argument que l’on puisse trouver pour le combattre. Comme quoi on peut défendre la cause des femmes et la desservir en même temps, parce que cela ne reflète pas la réalité.


    • appoline appoline 26 février 2012 12:47

      @ Logan,


      Pour votre gouverne, Sarkosy est juif, celui a été transmis par sa mère mais s’il a été baptisé, ce qui est un comble puisqu’’il n’a pas renié son ancienne religion, non, il essaie une fois de plus de bouffer à tous les râteliers. On n’est pas catho et juif.

    • tupolev tupolev 25 février 2012 09:34

      Tout ça pour ça !
      Ramasser des voix de gauche et les refiler à Hollande au 2ème tour.
      Au cas où ça marche pour la gauche, il n’aura pas volé son strapontin, Mélanchon !


      • oncle archibald 25 février 2012 11:28

        Hors sujet ?? Vous pensez que de susciter l’espoir des travailleurs sur la base d’un discours « révolutionnaire » pour finalement les « livrer » tout chaud bien emballés à François Hollande ça ne mérite pas quelque réflexion sur l’utilité du vote Mélanchon et sur l’honnêteté de l’autoproclamé pourfendeur de capitalistes, bouffeur de banquiers et redresseur de torts ??


      • Alin Tranca 25 février 2012 12:13

        Oui, hors sujet. Tu penses quoi, que les électeurs ayant voté pour Mélenchon sont des moutons, qu’on fait venir au bureau de vote de force pour voter pour Hollande ? Pourquoi ne-voulez vous pas comprendre cet aspect, alors qu’il l’a dit et redit tant de fois : « je n’ai pas à appeler à voter pour Hollande, les voix appartiennent aux gens, ils n’iront pas voter sur un claquement de doigt » ? Pourquoi refusez-vous de l’entendre quand il dit que les gens ne voteront pour Hollande que si celui les convainc et que pour l’instant ce n’est pas gagné ? 


        Hors sujet parce que nous ne sommes pas encore au 1er tour. Et parce que nous nous battons pour le gagner, à la place d’Hollande. Et ça, ça ne vous a pas échappé.

      • appoline appoline 25 février 2012 12:45

        Hors sujet ? Mais vous plaisantez, quand vous analyser le programme de Hollande, qui entre nous à la langue aussi lourde que son cul, cela fait peur. Il faut serrer les boulons et lui prend la clé de 12 pour réouvrir les vannes, je vous le dis, nous allons morfler grave.


      • Carida 25 février 2012 14:51

        On voit des choses désespérantes sur Avox parfois...
        Faut-il rappeler à certains que les élections présidentielles se déroulent en deux tours ?
        Quand Mélenchon a « appelé » à voter Hollande au second tour, ce qu’il fallait comprendre qu’il faut voter contre Sarko !
        Encore une fois : nous savons très bien la position que Mélenchon a au sujet de Flamby. Surtout depuis que ce dernier a appelé à l’abstentionnisme dans le vote pour la ratification du MES.
        Mélenchon n’est pas à la botte de Hollande !
        Hollande est juste « moins » pire. Si à la place de Hollande, en tête des sondages, on avait Aubry, Mélenchon aurait appelé à voter, au second tour et si lui-même n’y accédait pas, pour Aubry ! Pour autant que je sache, il n’est pas à la botte de Aubry.

        C’est si difficile à comprendre ça ? Si votre candidat ne passe pas le premier tour, vous allez vous abstenir au second, c’est ça ? Quel est l’intérêt dans ce cs d’avoir DEUX TOURS ?

        Alors oui, Hollande est ultra libéral pour un politique de gauche, oui Hollande n’est pas vraiment quelqu’un en qui j’ai confiance car faux gauchiste, selon moi. Mais bordel, les conséquences seraient certes néfastes mais seraient aussi et surtout moins pire avec un Flamby président qu’avec un second mandat de Pipole 1er !!

        Faut arrêter de fantasmer, maintenant...

        Pour rappel, en France comment ça marche :
        -Premier tour, tu votes pour tes idées, ou tu votes blanc pour exprimer un mécontentement.
        -On second tour tu ELIMINES. Tu ne votes surtout pas blanc !!


      • Jicé Jicé 25 février 2012 15:52

        « la mission de Mélenchon est d’attirer les »cons« (comme dirait Frêche) et de les faire voter Hollande au se »cond tour !« 

        Carida, louable est votre effort d’argumenter, d’expliquer, d’essayer de convaincre ; mais en une phrase péremptoire Eole fait mieux que des bataillons de sociologues prenant le temps et la patience de décortiquer et comprendre les tendances qui caractérisent les groupes ou sociétés humaines, ou autres experts en communication : il possède la vérité et l’assène ; ce n’est pas du fantasme ; c’est de la provocation pour cacher la méconnaissance de la complexité et richesse humaine ; pour s’éviter de trop creuser ou réfléchir on parasite les échanges en rabâchant cette »vérité" auto-proclamée pour empêcher les autres de creuser ou réfléchir ; on se met au niveau de la Le Pen qui prend pour argent comptant les 40% du vote ouvrier promis par des sondages (comme on croirait à la lecture de l’avenir dans les entrailles des volailles), le répétant mécaniquement comme formule magique pour exorciser le vilain démon Mélenchon qui la torturait...


      • oncle archibald 25 février 2012 17:23

        Le sujet n’est pas le comportement des électeurs qui en pincent pour Mélanchon mais le comportement du sieur Mélanchon lui même, vieux routier de la politique et qui a oublié d’être con. 

        Contrairement à vous il sait très bien qu’il ne sera pas en finale, et que quand bien même il y serait il ne pourrait pas être élu. Les Français éliminent les extrêmes, ça c’est vu avec l’extrême droite en 2002, ça se verrait de la même façon avec l’extrême gauche, ou à nouveau l’extrême droite d’ailleurs, en 2012.

        Mélanchon roule pour Hollande, il sait parfaitement ce qu’il fait, personne ne saurait le lui reprocher. En revanche on peut lui reprocher de nous jouer le grand air de la Traviata lorsqu’il fait de grands moulinets de bras, se présente en pourfendeur de banquiers et de patrons, c’est à dire qu’il présente un soi disant programme « véritablement de gauche » alors qu’il oeuvre pour mettre au pouvoir un homme de gauche très molle qui va devoir louvoyer entre tous les courants qui le porteront au pouvoir, des centre droit façon Tony Blair  jusqu’aux trotskystes en passant par les verts foncés et les verts clairs ...

        Alors laissez moi me marrer in péto lorsque vous dites « nous nous battons pour gagner, à la place d’Hollande » ce qui aurait pour résultat de porter au pouvoir celui qui vous serait opposé, quel qu’il soit. Si vous ne le savez pas, Mélanchon lui le sait ! Et il veut faire élire Hollande. 

      • mojique mojique 25 février 2012 21:21

        Je pense que voter mélenchon qui n’arrivera pas au second tour c’est un risque de voir Hollande éliminé. Un Lepen Sarko en perspective ?


      • Croa Croa 25 février 2012 22:17

        Vous avez mal écouté !

        Il soutiendra Hollande s’il devait faire barrage à Le Pen. Dans les autres cas de figure (duel Hollande-(X sauf Le Pen)) il laissera Hollande se débrouiller pour séduire ses électeurs. (Conformément à plusieurs de ses déclarations lors d’autres soirées.)

        à mon avis il est très con vu que Sarkozy est bien pire que Le Pen mais bon, tout le monde a le droit de se tromper !


      • onetwo onetwo 25 février 2012 23:22
        À Oncle Archibald

        Si Mélenchon arrive au 2d tour, il est certain de l’emporter.

        Face à Le Pen, il gagne, avec les voix du PS et de Bayrou. La detestation du FN est plus forte que la détestation des communistes.

        Face à Sarko, il gagne, avec les voix du PS seulement. Mais Sarko est le président le plus détesté de l’histoire.

        Il n’y a que face à Bayrou ou Hollande que Mélenchon perd au 2d tour.


      • oncle archibald 26 février 2012 09:38

        " Si Mélenchon arrive au 2d tour, il est certain de l’emporter."

        Vous faites semblant d’ignorer que l’addition des voix allant de l’extrême droite au centre droit dépasse déjà 50% et donc qu’un candidat de l’extrême gauche qui fera fuir non seulement les électeurs de Bayrou mais également la partie de l’électorat du centre gauche qui aura voté Hollande n’a aucune chance de l’emporter ...

        Pour être élu il faut au minimum bénéficier d’une bonne partie des voix du centre ... A moins qu’un candidat du centre arrive en finale auquel cas il est à peu près certain d’être élu contre qui que ce soit ... Et c’est ce que je souhaite pour faire entrer un peu d’air frais dans le jeu politique français qui tourne en rond depuis trop longtemps.

      • gordon71 gordon71 25 février 2012 09:34

        @l’auteur

        I’slam présentée comme une religion féminine

        pouvez vous expliquer ?

        • heliogabale boug14 25 février 2012 10:58

          erratum...


          Quoique dans certaines régions du monde musulman comme en Indonésie, on peut rencontrer des sociétés matriarcales...

        • gordon71 gordon71 25 février 2012 09:38

          la stratégie de mélenchon 


          il nous l’a déjà faite avec ségolène et le PS

          un fois je sors ...

          une fois je rentre...

           pour agiter les bras en postillonant, et baiser les électeurs, très fort le méluchon

          • jefseb 25 février 2012 10:38

            ....et ce qui est navrant, c’est l’habituelle arrogance des militants d’extrême gauche .... voire leur sectarisme .... vous voyez, on peut toujours continuer à se balancer des idées reçues à la figure et avancer par slogan ... c’est le meilleur moyen de ne pas être constructif et favorise l’insulte facile. ...Déjà, je trouve toujours dommage qu’en France, le clivage Droite/Gauche soit toujours aussi fort, comme si l’un détenait la Vérité sur l’autre, le SAvoir que l’autre n’aurait pas. ...or on le sait bien, dès que le JE/NOUS prend le pas sur le TU/VOUS, c’est la base même du sectarisme .... en paradoxe avec toutes les valeurs démocratiques.
            Je ne pense pas que ce soit la réalité. L’idéologie capitalistique extrême montre ses limites et ses dérives ...l’idéologie d’extrême gauche qui nécessite de revenir à un état souverain de tout a déjà montré également ses dérives dans l’histoire. A quand un parti réellement neutre et au dessus de ces luttes de clans ? la politique, au vu de ses enjeux, mérite pourtant mieux que ça ... mais je sais, je suis hors contexte sur l’article.
            Sur l’article lui même, je n’ai pas gd chose à dire. Je ne partage pas les idées de l’auteur mais je trouve la réflexion intéressante, déduction faite de la prise de partie partisane.
            Sur le fond, j’ai trouvé pathétique l’attitude des 3 : Mélanchon, car on ne peut pas à la fois se poser en candidat crédible en affichant une attitude aussi insultante, ça laisse présager le pire s’il était élu ... Le Pen , car on ne peut pas non plus jouer les outragés quand on base sa stratégie sur le jugement facile et les raccourcis raccoleurs, et enfin et surtout les médias, qui malheureusement, sombrent de plus en plus dans cette tendance « caniveau » de la politique pour tenter de la rendre abordable à tous ....


          • Olmo 25 février 2012 12:39

            Tout d’abord on écrit MélEnchon, ensuite il n’est pas d’extrême gauche mais de gauche tout simplement et enfin il n’a pas insulté MLP mais dresser un diagnostique, certes sévère mais vrai de « semi-démence ». Comment ne pas qualifier de semi-démence le racisme, le non remboursement de l’IVG etc... Cessez de vouloir faire croire que MLP soit fréquentable, elle est bien la représentante d’une droite extrême, fascisante, qui glorifie la collaboration (cf Brasillac)

            JLM ne défend que des idées humanistes celle issues du siècle des Lumières... Allez lire le programme avant de débiter des âneries qui vous décrédibilisent ici même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

heliogabale

heliogabale
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès