Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retour sur les universités d’été de l’UMP

Retour sur les universités d’été de l’UMP

Les Universités d’été UMP de Marseille ont été suivies par des polémiques parfois virulentes entre certains journalistes et quelques blogeurs « accrédites » qui furent mis en cause pour une prétendue inertie voire même une certaine complaisance vis à vis des organisateurs. AgoraVox ne fut pas vraiment touchée par cette polémique stérile malgré la participation de deux de ses rédacteurs qui eurent quand même envie de faire une petite mise au point .... Mais au delà des petites querelles, Okan L. Germiyanoglu dressa très vite un bilan de sa participation alors que Nicolas Voisin se donna le temps de la réflexion... Il nous livre aujourd’hui un reportage vidéo très riche et original qui illustre sa perception de cet évènement, forcément subjective, mais non moins intéressante. Ce travail de montage est d’autant plus remarquable quand on sait qu’il a été mené de manière bénévole par deux véritables « professionnels-amateurs » qui ont sacrifié tout leur temps libre et leurs nuits pour le mener à terme. [NDLR]

C’est le genre d’exercice de style dont l’échéance se repousse d’elle-même par l’exigence que vous avez de l’honorer dignement et, au fur et à mesure qu’elle recule (ou approche, question de paradigme) la "pression" monte de plus en plus.

C’était il y a un mois. Les "Jeunes Pops", après les MJS, nous invitaient à leur Université d’Été. La première fut "chronologiquement traitée", contée avec le plus "d’exactitude historique" possible. A juste titre, sans doute, vous nous avez reproché notre manque de subjectivité. "Qu’en as-tu pensé, toi ?" nous demandais dès les premiers commentaires, José.

Hors à l’instar de cette première expérience d’immersion dans un évènement majeur de la campagne de ces présidentielles, nous avons fait le choix pour ce PoliTIC’Date d’une autre échéance. Celle de la subjectivité. Celle sur laquelle il nous a semblé que vous nous attendiez. Un récit fidèle donc personnel, de ce que l’on a vécu et entendu. Nous ne vous dirons jamais "quoi penser", mais ici nous avons souhaité porter le regard qui a été le notre tout au long de ce week-end, conté dans le blog-note de campagne à l’UMP, et d’autre part mettre en lumière un discours "étonnant", le mot est faible mais reste neutre, du vraisemblable candidat de l’UMP à la prochaine élection présidentielle, Nicolas Sarkozy.

Ceci est donc le deuxième PoliTIC’Date couvert et rapporté par nos soins. Comme dit précédemment Julien Villacampa a passé plus de 150 heures à monter ce reportage qui dure environ 21 minutes. Nous souhaitons ouvrir avec vous un débat et entamer une véritable discussion.

Voilà ce que nous avons vécu, vu, et retenu de ces 48 heures d’immersion à l’UMP, à Marseille et notamment au stade Vélodrome avec les membres du gouvernement (Dominique de Villepin excepté, puisque passé furtivement la veille). Récit de ce premier week-end de septembre. Il y a un mois, quasi jour pour jour ...

Vous avez rendez-vous avec de jeunes militants, des blogueurs, des artistes, des hommes et des femmes politiques qui nous gouvernent et ceux qui aspirent à nous présider, rendez-vous également avec un moment-clef d’une campagne. De cette campagne. L’année précédente, Nicolas Sarkozy intronisait à La Baulle sa "Rupture"...


PoliTIC’Date # 2 à Marseille / UMP
envoyé par politicshow

Musique : Mélodie Marcq / Réalisation, Images et idée(s) : Julien et Nicolas.


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (83 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • maman (---.---.243.229) 7 octobre 2006 01:24

    Ce chapeau était important, très important. Merci à Agoravox et merci à ces deux loustics de ce travail « citoyen ». De ce travail, tout court. Eux, vous, n’avez pas démissionné. D’autres médias ont l’oeil creux et la muselière facile. Fond. Forme. Audace. (je signe « maman » ce sera plus drole)


    • Michael (---.---.132.2) 7 octobre 2006 01:47

      C’est très bon comme vidéo. C’est pro, c’est beau, c’est effectivement neutre. C’est pris dans le vif, sans fioriture, sans emrobage, sans entourloupe...

      J’adore

      Si j’avais le temps et/ou de l’argent, je vous donnerais mon aide et mes moyens. Peut être un jour.... Et même si c’est neutre, ca dépasse les merdes aseptisées et/ou engagées, mal ficelées qu’on nous présente sur les chaines publiques. La véritable révolution de l’audiovisuelle, c’est celle là. Du vif, sans concession mais sans détournement.

      Brevo une nouvelle fois.


      • Prêtresse Prêtresse 7 octobre 2006 02:24

        « sans entourloupe... »

        Sorko use de ficelles persuasives tellement énorme...

        Quelle joie !

        — -


      • Prêtresse Prêtresse 7 octobre 2006 10:18

        tellement enormeS.


      • Dafrey (---.---.119.77) 8 octobre 2006 12:01

        « C’est effectivement neutre » ???? Les lecteurs d’Agoravox doivent avoir une sacrée idée de la neutralité alors !

        Ce n’est pas neutre du tout, ou alors les films de Michael Moore sont aussi des « points de vues objectifs ».

        Bref, on reste dans l’idéologie anti-sarko et on se gargarise parce que « nous au moins, on est pas manipulés comme tous les médias, nous, on est anti Sarko » !

        Posez-vous plutôt la question de savoir si le politiquement correct aujourd’hui, c’est justement pas d’être « anti Sarko ». Par mode, uniquement.


      • lt2ab (---.---.183.67) 7 octobre 2006 02:05

        Super boulot, bravo.


        • Prêtresse Prêtresse 7 octobre 2006 02:15

          « On ne peut anthousiasmer les natures flegmatiques qu’en les fanatisant » Nietzsche.


          • Laurent Bervas Laurent Bervas 7 octobre 2006 09:41

            Nicolas

            Magnifique travail (et tu sais que je suis fan), cependant je m’interroge sur le danger d’un trop gros effort de montage. En découpant, en ajoutant de la musique, tu (vous) transmettez des émotions et cela finit par me gêner.

            Ce que l’on reproche aux « spin doctors » c’est justement de jouer avec nous sur les émotions. Dans l’exercice du politique et des journalistes je préfère l’approche de John-Paul Lepers qui fait des interviews « brut », avec un minimum de coupe. Il fait, (en tout cas c’est comme ça que je le ressent) alors appel à notre intelligence en nous laissant remplir les blancs.

            Je ne dis pas que ce que vous faites n’est pas intelligent (au contraire) mais je ne peux m’empêcher de me demander ce que tu veux nous transmettre.


            • Nicolas (---.---.243.229) 7 octobre 2006 10:48

              Lolo > Pour une émission sans aucun montage ni coupe, reviens voir le politicshow (les tête à tête, interview des présidentiables). Mais je sais que tu avais compris qu’il s’agit là d’un autre exercice.... La prochaine interview « tunnel » est tournée le 21 avec Françaois Bayrou.


            • machinchose (---.---.129.40) 7 octobre 2006 10:06

              avant de regarder je me permets juste de remarquer suite à la lecture d’un commentaire et à la présentation de l’article que l’objectivité n’existe pas à partir du moment ou il y a un point de vue, un montage et a fortiori, une musique.... Attention ce n’est absolument pas un reproche. L’objectivité étant impossible la valeur cardinale est plutôt l’honnêteté de la démarche, la deontologie. QUe quelqu’un ait un point de vue est plutôt plus riche mais la croyance en une vision objective qui se répend de plus en plus est quelque chose qui relève de la capacité à se laisser manipuler et je voulais donc simplement le souligner.

              Je répète que je n’ai pas vu le film et que cette remarque n’est pas un jugement a priori car, encore une fois, je ne crois pas à l’objectivité mais à la deontologie et à l’honnêteté.


              • Laurent Bervas Laurent Bervas 7 octobre 2006 10:35

                Tout a fait d’accord et je rajouterai que concernant la « deontologie et l’honnêteté » de Nicolas Voisin (que je connais personellement) je n’ai aucun doutes, mais pour pouvoir dire cela il faudrait que tout le monde le connaisse, ce qui est impossible pour tout le monde.


              • machinchose (---.---.129.40) 7 octobre 2006 10:40

                en tout cas je viens de le voir... et heu... je ne vois pas l’interet. c’est de la pub. rien de génant, trois chansons pour faire rebelle à la fin, aucune remise en question (sur le fait d’être embeded par exemple). Rien sur les coulisses, trop de montages, trop d’effets, du coup perte totale de sens au profit d’une imagerie à l’américaine, totalement tournée autour de la personne du petit sarko présenté en héro (ralentis, double plan, plans serré, tension, espace, titres accrocheurs-maladroits d’ailleurs- etc.) .

                Aucune « enquète » seulement une prise de la parole officielle, donc un film qui n’offre rien de plus in fine qu’un reportage TF1 avec un peu de jeunisme dedans.


              • machinchose (---.---.129.40) 7 octobre 2006 10:43

                par exemple aucune confrontation du discours largement relayé (et monté) avec la réalité de l’action... les questions sont faussement rebelles parce qu’elles sont finalement pauvres et qu’elles sont toujours suivi de réponses « cohérentes » (même si aussi pauvres) ça c’est du montage. ça n’a aucun interet.


              • debonsens (---.---.8.96) 7 octobre 2006 10:07

                @ laurent— pour ma part,je pense que c’est tres tres intelligent ;quand a savoir ce qu’il veut transmettre je n’ai aucun doute la dessus


                • Cochonouh Cochonouh 7 octobre 2006 10:29

                  Reportage vidéo de qualité. Bravo !

                  Le découpage speed et la musique ne me gène pas du tout, ça change un peu de LCI, mais sans dénaturer le contenu.

                  Dans le générique de fin, vous avez oublié de signaler que Michèle était habillée par les 3 suisses.


                  • kesed 7 octobre 2006 10:40

                    Demat,

                    Très bonne vidéo, il a du talent Sarko...Maintenant une vidéo sur Sarkosette...

                    Breizh va c’havel


                    • machinchose (---.---.129.40) 7 octobre 2006 10:45

                      et aussi : que fait ce genre de non-info - non-analyse (revendiquée) mauvaise pub (mal assumée, probablement involontaire) qui ne nous apporte rien en Une ???

                      je ne comprends pas l’interet... Si quelqu’un pouvait m’éclairer...


                      • Nicolas (---.---.243.229) 7 octobre 2006 10:57

                        t’es tellement brilant machinchose... tellement pertinent... tellement objectif... tellement utile au débat... Demian, à l’aide je vais lui dire ce que je pense sans cela à cet anonyme !


                      • machinchose (---.---.129.40) 7 octobre 2006 11:01

                        je rejette précisemment l’objectivité... n’hésite pas à me dire ce que tu penses. Tes sarcasme démontre pour le moment surtout une incapacité chronique à débattre calmement... moi le reste je m’en fous...

                        et cette attaque maladroite sur mon anonymat... oh la la le truc genre « wèèè t’es pas courageux tu dis pas ce que tu penses la honte... » (je ne PEUX PAS professionnellement, et comme quand je vote je me protege)... ce goût de l’interdiction de la contradiction et cette hargne et ce désamour de la protection de l’anonymat d’approche un peu plus de M. Sarkozy...


                      • vigie (---.---.78.183) 7 octobre 2006 11:17

                        Oui, bon !, belle grande messe, de belles paroles, mais quand restera t’il dans quelques mois après les élections. Je ne veux pas juger seulement a l’aulne des images, pan, pan, pan, ok, mais pan, pour qui ?

                        On ne peut qu’être d’accord, avec quelques propositions qui tombent sous le sens, mais dans ses discourt successifs quelques contradictions quand même, je vous livre un article ci-dessous.

                        Paru sur Marianne2007.info

                        Sarkozy et la République : le discours en trompe l’œil jeudi 5 octobre 2006

                        Publication originale le dimanche 3 septembre 2006 Le 8 mars 2006, le journal Le Monde titrait « M. Sarkozy : les communautés, c’est moi ». Effectivement, les proches du président de l’UMP ne cachent rien sur les pourcentages de voix escomptés aux présidentielles dans chaque communauté ethnico-religieuse et n’hésitent pas à faire part de leur principal souci : « La communauté noire où Sarkozy doit être à 20% et encore... » M. Abderrahmane Dahmane, président des démocrates musulmans et « secrétaire national de l’UMP chargé des relations avec les associations des Français issus de l’immigration » (sic) dévoile tout sur le clientélisme outrancier du président du mouvement mais on sait que le rejet du modèle républicain est aussi partagé par de nombreux responsables de l’UMP. Le maire d’Asnières, Manuel Aeschlimann, « n’hésite pas à proclamer l’échec du sacro-saint principe de l’intégration républicaine » et à décréter : « Il faut segmenter tout cela et cibler chaque groupe. » Après avoir chaleureusement agrémenté de sa présence l’inauguration du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) en compagnie de Patrick Devedjian, Madame Roselyne Bachelot, vice-président de l’UMP, déclare également avec une belle assurance que « la nostalgie du creuset républicain n’est en aucun cas opérationnelle et que le phénomène communautaire est inévitable dans une société globalisée » avant de remercier chaleureusement le CRAN pour son invitation à passer de l’indifférence à la différence. Enfin, en guise de cerise sur le gâteau, le sociologue Michel Wieviorka, grand prêtre du multiculturalisme, voit dans Nicolas Sarkozy l’homme politique qui a le mieux compris qu’on était dans une configuration post-républicaine et qui « s’y installe ». Dans l’entourage du président de l’UMP certains conseillers se sont également déclarés effrayés par les réactions de satisfaction à la décision du Conseil d’Etat refusant l’intégration des écoles Diwan dans le public, y voyant l’image de la « République casquée » face aux enfants de « l’esprit nouveau » .

                        Nul doute donc, après tout ce que l’on sait déjà de l’engouement de Nicolas Sarkozy en faveur des discriminations positives et des préfets musulmans , que la rupture essentielle proposée par le candidat UMP devrait être celle du modèle républicain. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir les affiches du ministère de l’Intérieur qui s’étalent déjà sur les murs des Facultés de droit pour vanter une police « aux couleurs de la République », lesquelles ne sont plus « bleu, blanc, rouge », mais « black, blanc, beur »...

                        Après un tel credo bien enraciné en faveur des thèses post-républicaines, les récents discours tenus le 9 mai à Nîmes, le 22 juin à Agen et le 3 septembre à Marseille, ont de quoi surprendre et ont effectivement surpris. Voila soudain que la France, l’Etat-Nation, l’intérêt général, le service public, la langue française, Charles Martel, Napoléon, Jaurès, Blum et de Gaulle se sont retrouvés au goût du jour et que Nicolas Sarkozy nous a fait le numéro « Plus républicain que moi tu meurs ! » Nous eûmes le droit à des formules incroyables : « D’où vient la tentation communautariste qui s’oppose à l’idée que je me fais de la nation ? » (Nîmes) ou encore « Sans elle [(la République] vous aurez le communautarisme, la loi des tribus, chacun renvoyé à ses origines ethniques, à sa religion » (Marseille). Adieu Bachelot, le CRAN, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) et Wieviorka ?

                        Sans doute lesdits propos sont-ils noyés dans des discours-fleuves d’une saisissante démagogie, dont la caractéristique dominante réside dans un ego surdimensionné et passablement narcissique. Il est rare que le je soit à ce point présent dans des discours-programme. Il n’en demeure pas moins que ce retour de la rhétorique républicaine montre que le président de l’UMP a été averti du risque de rejet par les Français de ses thèses communautaristes et qu’il a peut-être enfin compris que, dans une démocratie digne de ce nom, ce n’est pas en courtisant des minorités que l’on obtient la majorité. Les conseillers de Nicolas Sarkozy sont peut-être convaincus de la décrépitude du cadre stato-national mais les résultats du référendum du 29 mai 2005 ont démontré l’attachement du peuple français à l’Etat, que ce soit l’Etat régalien pour le non de droite ou l’Etat providence pour le non de gauche. Il n’est jamais trop tard pour apprendre à lire un scrutin passé, surtout lorsque le suivant se profile. Ne pouvant toutefois pas risquer de déplaire subitement à ses clientèles communautaires, le président de l’UMP s’est trouvé contraint de faire le grand écart et de multiplier les assertions parfaitement contradictoires.

                        Ainsi a-t-on entendu le candidat à l’élection présidentielle indiquer à Marseille qu’il ne transigerait sur aucun de nos principes fondamentaux et notamment celui de « l’égalité des droits » avant d’affirmer aussitôt qu’il restait « partisan de la discrimination positive » alors que celle-ci se définit précisément comme une rupture de l’égalité de droit destinée à réaliser une égalité de fait. Il ajoute qu’« on ne portera pas atteinte à nos principes fondamentaux en donnant plus ceux qui ont moins » alors qu’il a cependant déclaré à Agen : « au fond, depuis vingt-cinq ans, on fait une politique qui se résume tout entière à prendre aux uns pour donner aux autres, à pénaliser les uns pour favoriser les autres, à déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Et le même de dénoncer « on crée des ZEP soi-disant pour réduire les inégalités »... mais les ZEP reposent précisément sur l’idée de discrimination positive !

                        En proposant, à Agen, à « ceux qui au lieu de se donner du mal pour gagner leur vie préfèrent chercher dans les replis de l’histoire une dette imaginaire que la France aurait contractée à leur égard et qu’à leurs yeux elle n’aurait pas réglée et qui préfèrent attiser la surenchère des mémoires pour exiger une compensation que personne ne leur doit plutôt que de chercher à s’intégrer par l’effort et par le travail » de quitter le territoire national, et aux autres de se satisfaire de « l’égalité des droits et des devoirs », Nicolas Sarkozy anéantit tout l’argumentaire victimaire qui sert précisément à justifier les discriminations positives dont il se réclame.

                        L’élitisme républicain et l’apologie du mérite occupent une place de choix dans les trois discours mais ils figurent déjà en toutes lettres dans notre Constitution à travers l’article 6 de la Déclaration de 1789 qui dispose : « Tous les citoyens étant égaux à ses yeux [la loi] sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leurs capacités et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. » Or c’est précisément à ce principe que déroge la discriminations positive en introduisant la prise en compte des distinctions d’origine, de race, de sexe ou de religion par ailleurs expressément prohibées par l’article 1er de la Constitution. Monsieur Borloo n’annonce t-il pas déjà qu’il réfléchit, pour l’après 2007, à une révision constitutionnelle « nécessaire pour permettre la discrimination positive, aider massivement les populations défavorisées, ouvrir les concours de la fonction publique, etc. » .

                        Et que penser du couplet agenais : « On sait où nous ont menés par le passé l’idéologie de la terre qui ne ment pas et l’apologie des anciennes sociétés provinciales, étriquées, repliées sur elles-mêmes et dominées par les notables » ? N’est-ce pas cette idéologie qui imprègne justement les régionalismes corse, breton, basque ou alsacien ainsi que la charte européenne sur les langues régionales et minoritaires que le président de l’UMP se propose quand même de ratifier après celle sur l’autonomie locale ? Et d’où Monsieur Sarkozy sort-il qu’il y aurait des dispositions de la constitution européenne qui « n’auraient pas fait l’objet de contestation » et qui pourrait donc être reprises dans un mini-traité ratifié par voie parlementaire ? Le « non » des Français portait sur l’intégralité d’un texte et non sur une partie seulement et c’est bafouer non seulement la République mais la démocratie que de passer outre le veto populaire. Manifestement, Nicolas Sarkozy ne sait pas très bien ce qu’il veut ou alors souffre de confusion conceptuelle et de carence philosophique graves. Le journal Le Monde n’a pas manqué de relever la contradiction entre la « reconnaissance de la diversité » et les références à la IIIe République et au gaullisme .

                        Renaud Dutreil détient peut-être l’explication de ces géantes incohérences en laissant tomber : Nicolas veut gagner, il doit donc rassembler et élargir. Peu importe la sincérité de son discours ... On a tort, en effet, de trop vouloir opposer Nicolas Sarkozy à Jacques Chirac alors qu’ils sont absolument de la même école, celle de l’absence de conviction véritable et de l’opportunisme, et qu’il n’y a donc, sur ce point essentiel, absolument aucune rupture à attendre .

                        Chargé par l’article 5 de la Constitution de veiller au respect de celle-ci, le président de la République actuel n’a pourtant eu de cesse que d’attenter au régime de la Ve République d’abord et à la République tout court ensuite. On ne compte plus les révisions constitutionnelles orchestrées sous son égide, dans le but de porter atteinte soit aux « conditions essentielles de la souveraineté nationale » (révisions de 1999 et 2005 sur l’Europe et la Cour pénale internationale), soit aux principes d’unité et d’indivisibilité de la République et d’égalité devant la loi (révisions de 1998 sur la Nouvelle-Calédonie, de 1999 sur la parité sexuelle, de 2003 sur l’organisation décentralisée de la république). Les sévères remontrances de deux présidents du Conseil constitutionnel, Yves Guéna puis Pierre Mazeaud, gaullistes authentiques, et même les critiques publiques de Jean-Louis Debré, n’ont pas dissuadé Jacques Chirac de continuer de brader la République . On a souvent observé la capacité de l’actuel président à dire une chose dans un discours et son contraire absolu dans le discours suivant, tandis que se succèdent aussi les contradictions majeures à l’intérieur d’un seul et même discours. On l’a entendu prôner à la fois l’équivalence des cultures et l’excellence de la culture française, défendre le caractère irremplaçable de l’institution départementale et proposer la suppression des départements corses et antillais, trouver inconvenant de chercher un préfet musulman mais s’empresser d’en nommer un, et même juger que le oui au quinquennat serait bien mais que le non serait bien aussi !

                        On n’est donc pas dépaysé devant les contradictions sarkozystes : le tribalisme c’est bien, la République aussi ! Maurice Couve de Murville disait de Robert Schumann « Il ne veut déplaire à personne et, ce faisant, mécontente tout le monde » ... La leçon n’est pas suffisamment méditée. On peut juger que le modèle républicain est révolu et qu’il faut proposer aux Français une société postmoderne multiculturaliste. Mais il faut alors avoir le courage d’affronter sa conviction et, s’agissant de bouleverser le contrat social des Français, de leur proposer, par référendum, de changer de Constitution en abandonnant la référence à la Déclaration de 1789. C’est à ce texte, en effet, dans lequel se concentrent toute la philosophie des Lumières et la pensée révolutionnaire française que sont directement contraires les projets communautaristes et les discriminations positives de Monsieur Borloo et de Madame Bachelot, qui devraient mieux lire les décisions du Conseil constitutionnel.

                        Nicolas Sarkozy ne pourra indéfiniment se réfugier dans la duplicité qui a valu à l’actuel président le mépris des Français. La lassitude de ceux-ci devant l’opportunisme généralisé et l’érection de la politique en produit est extrême. Il y a des limites au mépris du peuple.

                        Anne-Marie LE POURHIET

                        Gardons nous quand meme d’un angélisme béat,sinon....

                        PAN,PAN,PAN...


                        • bernard29 candidat 007 7 octobre 2006 13:38

                          A vous de juger ? c’est fait. C’est digne d’un Club super 8 des anciennes Maison de jeunes des années 80. Juste bon a être vendu aux jeunes militants « Sarko-fans » de l’UMP, et encore.

                          Vous pourrez faire une soirée diapos-vidéos entre vous, en souvenir, parce que malheureusement pour vous, l’actualité va trop vite. Et « Mam » rend votre truc encore plus obsoléte. Un « journaliste-citoyen » doit être plus rapide.

                          Et puis vous n’êtes pas tellement bons négociateurs, puisque vous n’avez même pas réussi à vous faire défrayer de mois de création(! !) et de montage de la vidéo . A moins que !! , mais ce n’est pas dit dans le générique.


                          • Nicolas Voisin Nicolas Voisin > Nues Blog 7 octobre 2006 13:54

                            Bon... Ce forum nécessite des mises en garde que je n’imaginais même pas... café pris, je vais tenter des réponses calmes à des accusations douteuses.

                            - Notre démarche est PLURALISTE, nous tentons de couvrir l’essentiel des évènements de cette campagne (politicdate) et d’interroger TOUS les candidats (politicshow, pas de montage, discussion intégrale d’une heure) ainsi que les « citoyens lambdas » (politicroad, à suivre). Ce reportage est celui sur 48h d’immersion à l’université d’été de l’UMP, il suit celui réalisé au PS à La Rochelle. Que vous y voyez Nicolas Sarkozy n’a donc rien de surprenant (ni MAM, n’en déplaise à ceux qui préfèreraient réécrir l’histoire). Il est dommage que donner un regard distinct du « pret à penser » médiatique puisse être pris pour de la propagande. Le montage, notre vision, le « message », puisque d’aucun en cherche un, est plus « fin » que cela : écoutez, soyez attentifs, ayez la mémoire vive, c’est sur ces projets (seront-ils tenus ?!) que seront élus ou non ceux qui se présenteront en avril prochain au suffrage universel direct.

                            - Nous sommes transparent. Le PS n’avez pas pris en charge les frais des blogueurs accrédités, l’UMP (comme l’UDF qui recevait le même week-end) en ont décidé autrement. Nous le précisons. C’est la moindre des choses.

                            - Cet exercice est fait en dormant moralité 2 à 4 heures par nuits des semaines durant et a un côut considérable. C’est notre choix, mais cela a des conséquences. D’où parfois le manque de diplomatie de certaines réponses quand les coups-bas sont si faciles et semblent si peu justifiés. Effectivement et au sens propre, chacun son point de vue.

                            - Nous cherchons ou acceptons bien évidemment la critique (constructive) pour avancer, afin de vous proposer des contenus de qualité croissante et tenter d’éclairer différemment ce qui souhaitent l’être sur les projets politiques des acteurs de ces présidentielles. Notre démarche n’est juste PAS LA MEME que celle des médias traditionnels. Nous tentons d’inventer autre chose. On apprend. C’est passionnant. Mais que les commentaires portent essentiellement sur la forme et de prétendus intérets partisants (c’est absoluement faux, allez donc faire un saut sur nos blogs pour vous en rendre compte) est vraiment dommage.

                            Et si on parlait plutôt du projet de l’UMP, de celui qui semble être son futur candidat et des réflexions que nous avons essayer de vous signaler ?!  smiley


                          • Pelletier Jean Pelletier Jean 8 octobre 2006 12:07

                            Votre travail est tout à fait remarquable. Je me demande d’ailleurs comment vous le financez. Je vois bien le temps considérable que vous avez pu y passer, mais cela nécessite malgrè tout quelques moyens matèriels. Personnelement j’ai été « pris » par le rythme, les séquences et la mise en perspective. Cela nous change des médias traditionnels. Poursuivez cette inovation, puisque vousen avez visiblement les moyens, et cela pour notre plus grand plaisir. smiley


                          • T.B. (---.---.21.162) 8 octobre 2006 14:48

                            A cet endroit précis fut liquidé un de mes commentaires. Dit autrement j’ai été censuré par AgoraVox qui ne m’a toujours pas donné la raison, suite à mon mail, de ce coup de balai.

                            J’y parodiais, dans un allemand très approximatif certes, Goebbels très satisfait de la vidéo de Voisin. J’y parlais de « désert total de la pensée critique » et de « jeunesse dorée formatée » concernant les jeunesses sarkoziennes. Je terminais par un Heil Zsark ... ! Et je le pense toujours ! Ou est le problème ? C’est mon opinion citoyenne, point barre. Agora ajoute : alors barres-toi.

                            Je pensais, naïvement, qu’il existait une grande diffèrence entre « désirsd’avenir » et AgoraVox dont la définition est, je vous le rappelle, la Voix du Public (de la place publique)... toutes les voix, tous les avis y compris le mien.


                          • (---.---.141.235) 7 octobre 2006 13:57

                            Comme quoi faut être informé,parce que le petit monsieur il donne envie quand même. C’est moche ! Et c’est pas la télé ou la radio qui arrange ça.

                            Faut pas s’arrêter, bien joué les gens. Il est très bon votre reportage.


                            • Prêtresse Prêtresse 7 octobre 2006 15:42

                              « le petit monsieur il donne envie quand même » IP:xxx.x13.141.235

                              Envie de quoi ?

                              — -


                            • Prêtresse Prêtresse 7 octobre 2006 16:20

                              « Nous sommes transparent » Nicolas Voisin.

                              Comme un éléphant perdu dans un « cloaque »...

                              — -


                            • Yann (---.---.14.171) 7 octobre 2006 16:50

                              Envie de voter Le Pen..


                            • (---.---.108.105) 7 octobre 2006 16:56

                              @Prêtresse « Envie de quoi ? »

                              Faut suivre un peu ,la réponse est dans le film de Nicolas

                              « donner l’envie d’avoir envie »

                              ...Mouaaahhhhhahahahahh , le slogan de ouf .Vivement qu’on vire cette droite des manettes en 2007 smiley


                            • kesed 7 octobre 2006 17:27

                              Demat,

                              Ne vous en privez pas...

                              Breizh va c’havel


                            • kSpEr (---.---.40.100) 7 octobre 2006 16:44

                              Alalala... je peux pas finir ce truc .

                              C’est..comment dire..ininterresant. Je ne voa pas le but de faire un telle reportage, et j’en suis dsl vu que son auteur à passé apparement bcp de temps à le peaufiner.


                              • kSpEr (---.---.40.100) 7 octobre 2006 17:31

                                Moa ce que je prefère à l’UMP ce sont ceux avec les grosses lunettes de VIP qui disent, quoi qu’ils arrivent, des choses qui les depassent


                              • (---.---.108.105) 7 octobre 2006 17:06

                                Excellent la vidéo .

                                Ils font peur les militants de l’UMP ...vous êtes sûr qu’ils sont bien de la planète Terre ? smiley


                                • kesed 7 octobre 2006 17:32

                                  Demat,

                                  Un rien ne vous fait peur, Allez voir au F.N ou ligue communiste révolutionnaire là vous verriez des fachos en chair et en os, des vrais, genre Islamiste...

                                  Breizh va c’havel


                                • (---.---.108.105) 7 octobre 2006 17:52

                                  par kesed « ... Allez voir au F.N ou ligue communiste révolutionnaire »

                                  ça va pas la tête ,j’ai le coeur fragile et j’ai pas envie de mourrir d’une crise cardiaque . Tout sauf l’extrême gauche ,l’extrême droite ...et l’ump de ns smiley


                                • Bonjour Tristesse (---.---.159.78) 7 octobre 2006 17:53

                                  De la propagande !!! De la lèche Sarko !!! Pire encore que les articles de complaisance pro Bayrou. Le journalisme à la mode Agoravox !!


                                  • (---.---.108.105) 7 octobre 2006 18:00

                                    N’importe quoi !

                                    Cette vidéo est à l’antipode d’une propagande pro sarko .J’y vois du brut , du nature , du qui casse avec une violence inouie et de la plus simple façon l’ump de ns smiley


                                  • Bonjour Tristesse (---.---.159.78) 7 octobre 2006 19:08

                                    (IP:xxx.x18.108.105) Je persiste : De la propagande... On ne peut pas se faire payer les frais par l’organisateur et exercer l’esprit critique.


                                    • Nicolas Voisin Nicolas Voisin > Nues Blog 8 octobre 2006 01:40

                                      n’importe quoi...


                                    • FredSud37 (---.---.114.163) 7 octobre 2006 19:30

                                      La preuve en vidéo : ICIsmiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès