Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retour sur une vénération regrettable

Retour sur une vénération regrettable

Je reviens rapidement sur un drame humain qui a déjà fait beaucoup causer. Même un esprit indépendant comme Renaud Dély n’a pas hésité à écrire :

« Inconnu du grand public, c’est un personnage considérable de l’histoire de l’extrême droite contemporaine qui vient de se suicider en l’église Notre-Dame de Paris. »

Ne connaissant ni d’Eve ni d’Adam ce personnage considérable, je me suis donc livré à une petite enquête.

1 L’œuvre, la geste et le geste

"Je suis sain de corps et d'esprit, et suis comblé d'amour par ma femme et mes enfants. J'aime la vie et n'attend rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit », écrit le vieillard dans sa lettre testamentaire.

Je suis forcé d’admettre que je n’ai pas beaucoup de considération ce souci de la « race ». Je suis plus touché par ces remarques liminaires du Voyage au bout de la nuit, écrites par un homme de 38 ans en 1932 :

« La race, ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français. »[1]

Mais peut-être ai-je tort de m’arrêter à un mot qui vient d’être rayé de la constitution française. Dominique Venner se présentait comme historien et avait même lancé une Nouvelle Revue d’Histoire. Peut-être emploie-t-il le mot « race » et le Maurras comme le font les monarchistes ? Bon sang ne saurait mentir, nom de dieu !

Je ne me suis pas arrêté là et j’ai trouvé sur la toile quelques traces de l’historien récemment disparu :

« N’est-il pas frappant, en effet, que, dans l’histoire européenne, les défaites glorieuses plus que les victoires soient à l’origine des grandes sagas et des plus belles légendes ?. »

http://www.dominiquevenner.fr/2013/05/glorieuses-defaites-et-grandes-sagas/

 

Portée par le printemps français, la révolution conservatrice est à la mode. L’un de ses plus brillants théoriciens mérite d’être rappelé, même si son nom fut longtemps décrié.(…) Machiavel ne se risque pas à une réflexion religieuse, mais seulement à une réflexion politique sur la religion, concluant : « Je préfère ma patrie à mon âme ».

http://www.dominiquevenner.fr/2013/04/machiavel-et-la-revolution-conservatrice/

 

« En ce temps-là, il ne faisait pas bon ironiser sur la Mort et le Diable, terreur des braves gens et des autres, entretenue par ceux qui en tiraient profit. (…)

Il est vrai que je suis un cœur rebelle et que je n’ai pas cessé de m’insurger contre la laideur envahissante, contre la bassesse promue en vertu et contre les mensonges élevés au rang de vérités. Je n’ai pas cessé de m’insurger contre ceux qui, sous nos yeux, ont voulu la mort de l’Europe, notre civilisation millénaire, sans laquelle je ne serais rien. »

http://www.dominiquevenner.fr/2013/04/salut-a-toi-rebelle-chevalier/

 

En Europe, depuis l’Antiquité la plus ancienne, avait toujours dominé l’idée que chaque individu était inséparable de sa communauté, clan, tribu, peuple, cité, empire, à laquelle il était lié par un lien plus sacré que la vie elle-même.(…) le discours de la société marchande, par le truchement de la publicité, fait à chacun l’obligation de jouir, plus exactement de n’exister que pour jouir.(…) L’ancienne obligation de « servir » a donc été remplacée par la tentation générale de « se servir »

Il est dans ces extraits des opinions que je pourrais soutenir ou des inclinations où je pourrais me reconnaître : la critique de la « société marchande », d’une part ; et, d’autre part, la sympathie pour le « cœur rebelle » et les « défaites glorieuses », voire même les causes perdues. Mais l’Europe dont se réclame Dominique Venner me semble plus imaginaire qu’historique. Cependant, comme il se présente comme historien, j’ai voulu consulter son œuvre d’historien. J’avais déjà noté un titre qui semblait carrément idéologique : Histoire et tradition des Européens : 30 000 ans d'identité . On aurait dû lui faire lire le petit livre de Roy Lewis : Pourquoi j’ai mangé mon père. « Back to the trees ! Back to the roots ! » S’il avait vécu à l’époque, le défunt aurait pu écrire une défense identitaire des Néandertals européens contre les envahisseurs homo sapiens[2]. Mais en consultant sa bibliographie, je me suis aperçu que ces monographies tenaient de la monomanie : 32 de ses 50 titres sont consacrées aux armes et à leur champ d’application, d’implication, d’« impact »[3] : les guerres, les terrorismes, les assassinats. La moitié de sa bibliographie ressemble même à un catalogue de représentant de commerce[4].

D’un côté, Dominique Venner est resté fidèle au message de l’évangile de Mathieu : « Celui qui prend l'épée périra par l'épée ». D’un autre côté, même s’il a voulu donner à son acte un sens de « sacrifice christique », il a aussi pris le contre-pied de la morale chrétienne en donnant l’exemple du suicide et semblant proposer à tout un chacun le droit à la mort volontaire. Mais il aurait rétorqué qu’il n’était plus chrétien et se réclamait d’un paganisme post-moderne. Il s’est aussi conformé au bon sens populaire : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même ». Et on peut conclure provisoirement en disant que son geste a couronné sa geste.

http://www.vodkaster.com/Films/Little-Big-Man/40065

http://www.youtube.com/watch?v=7GthOic6JnY

 

2 Le poids du nom

Le 26 mai, j'avais commencé de murir l'idée de ce petit texte et je regardais une de ces chaines d'information continue. C'était le jour d'une nouvelle « manif du printemps pour tous les cons »[5] et une bande déroulante en bas de l'écran reprenait une déclaration à ce sujet. Je ne me souviens plus du texte de cette déclaration. Je me souviens seulement qu'elle était signée F Venner.

Damned, me dis je en sortant mon colt de l'encrier ! Qui est ce F ? Furax ? 

Certes, les liens de parenté ne sont pas établis entre Dominique et Fiona. Mais le patronyme Venner n’est pas excessivement répandu en France.Depuis 1890 368 personnes auraient portées ce nom à leur naissance, dans 34 départements[6].

L’étymologie du nom serait « une variante de vennet, nom topographique dérivé de l'ancien francais venne designant la clôture, la haie et caractérisante la maison, par extension l'habitant. »

Dominique a dû souffrir de savoir ce nom qui fleure tant l’identité française porté par une activiste lesbique. C’est peut-être d’ailleurs ça aussi qui l’a rongé, lui qui consacré sa fin de vie à la lutte contre la gaie décadence. Il n’a pas hésité à écrire juste avant de de donner la mort :

« Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère. Une loi infâme, une fois votée, peut toujours être abrogée.

Je viens d’écouter un blogueur algérien : « De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et il supprimeront cette loi ». Non pour nous faire plaisir, on s’en doute, mais parce qu’elle est contraire à la charia (loi islamique).

C’est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l’islam (qui ne la respecte pas). Mais l’affirmation péremptoire de cet Algérien fait froid dans le dos. Ses conséquences serraient autrement géantes et catastrophiques que la détestable loi Taubira. »

 

Cependant l’étymologie n’est pas tout. Il y a aussi ce que l’oreille entend dans ce nom Venner : vénérable ? vénérien ? Odon Valet a osé un rapprochement entre ces mots.

« Quel rapport entre « vénérable » et « vénérien », « caresse » et « charité », « Testament » et « testicule », etc. ? La proximité des mots qui évoquent la passion amoureuse et l'enthousiasme religieux a toujours quelque chose d'insolite, tant les choses du sexe et celles de la religion paraissent appartenir à deux univers opposés - et pas seulement dans notre tradition chrétienne. »[7]

 

Mais fi de ces billevesées ! Dominique nique nique a mené sa croisade jusqu’au bout de la raison. Il savait bien, lui, que l’homosexualité ne peut pas s’épanouir dans les liens sacrés du mariage. Elle ne peut se considérer que dans les liens tout aussi sacrés des corps constitués pour une cause qui dépassent l’individu. De toute éternité, les soldats, les moines, et les moines-soldats, ont su concilier l’amour de leur patrie, de leur sang, de leur race, de leur dieu, avec leurs amitiés particulières, dans la bienveillance de leurs hiérarchies.

 

http://www.dailymotion.com/video/x49d5q_thibaud-ou-les-croisades-generique_fun#.Uah6CvJaE3s

http://www.youtube.com/watch?v=_N8w5bdTGcI



[1] Pour celles et pour ceux qui se revendiquent de Louis Ferdinand ou qui le condamnent sans l’avoir lu, je cite un peu plus longuement le passage incriminé : « Tiens, voilà un maître journal, le Temps" qu'il me taquine Arthur Ganate, à ce propos. "Y en a pas deux comme lui pour défendre la race française ! – Elle en a bien besoin la race française, vu qu'elle n'existe pas ! que j'ai répondu moi pour montrer que j'étais documenté, et du tac au tac. Si donc ! qu'il y en a une ! Et une belle de race ! qu'il insistait lui, et même que c'est la plus belle race du monde et bien cocu qui s'en dédit ! " Et puis, le voilà parti à m'engueuler . J'ai tenu ferme bien entendu. »

C'est pas vrai ! La race, ce que t’appelles comme ça, c’est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des quatre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C’est ça la France et puis c’est ça les Français. »

[2] Voir le dernier numéro de Sciences et Avenir, écrit par les envahisseurs et intitulé : « Néandertal : pourquoi il a disparu et nous Sapiens avons vaincu ».

[3] Comme on dit maintenant dans le management des ressources humaines qui sont « impactées » par une réforme ou une délocalisation.

[4] Pistolets et revolvers et Monsieur Colt (1972) ; Armes de combat individuelles (1974) Les Armes blanches du IIIe Reich (1977) ; Les Armes américaines (1978) ; Les Armes à feu françaises (1979) ; Les Armes russes et soviétiques et Le Grand livre des armes (1980) ; Le Mauser 96 ( 1982) ; Dagues et couteaux (1983) ; Histoire des armes de chasse (1984) ; Les Armes blanches : sabres et épées (1988) ; Les Armes de poing : de 1850 à nos jours (1988) ; L'Arme de chasse aujourd'hui (1990) ; Le Couteau de chasse (1992) ; Les armes qui ont fait l'histoire et Revolvers et pistolets américains : l'univers des armes (1996).

[5] Je ne fais là que conjuguer (c’est bien le moins s’agissant de la question du mariage) les propos des tribuns Béatrice Bourges et Jean François Copé.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • OMAR 4 juin 2013 21:53

    Omar 33

    @schweizer :"Aurait-on titré, à la mort de Jean-Paul Sartre : « un théâtreux, militant de l’extrême gauche radicale  »..".

    Comparez ce qui est comparable.. ;
    Jean-Paul Sartre est un écrivain et philosophe politiquement dans son siècle, également dramaturge, romancier, novelliste et essayiste..
    C’était aussi un patriote et en tant que soldat, a été déporté en Allemagne...
    Intransigeant et fidèle à lui-même et à ses idées, il a toujours rejeté les honneurs ; il a notamment refusé (1964) le prix Nobel de littérature.
    Et s’il avait soutenu le FLN de l’époque, c’était juste en accord avec ses convictions anticolonialistes..

    Par contre, votre D. Venner était un néo-fasciste, membre de Jeune Nation, accoquiné à d’anciens SS français, dont Jean Castrillo, Pierre Bousquet et Saint-Loup (pseudonyme de Marc Augier), des rescapés de la Collaboration comme Henry Coston, Jacques Ploncard (dit d’Assac) ou Saint-Paulien (pseudonyme de Maurice-Yvan Sicard),
    Rien que ça....

    http://tempspresents.wordpress.com/2013/05/23/dominique-venner-renouvellement-racisme-stephane-francois-nicolas-lebourg/

    Juste pour vous informer que son grand-père s’appelait Charles Schweitzer, homme à la personnalité imposante..

    Alors, c’est l’occasion pour vous de changer votre avatar.
    Car, dorénavant, je vous nommerai Venner....
    Cela rime parfaitement avec Hitler...


  • gordon71 gordon71 4 juin 2013 12:37

    l’auteur


     on aimerait savoir combien dheures de travail acharné, ou de semaines épuisantes ont nécessité cette grandiose analyse truffée de concepts d’une finesse abyssale :
    « Dominique nique »
    « Venner , vénérien, vénérable... »


    une oeuvre majeure qui devrait marquer l’histoire de la pensée, au contraire de D Venner, qui à côté de notre énorme penseur fait figure d’écrivaillon du dimanche 

    • LE CHAT LE CHAT 4 juin 2013 14:36

      Cet ancien des jeunesses communistes pessimistes est carrément devenu dépressif pour avoir le temps d’écrire de telles conneries


    • dom y loulou dom y loulou 4 juin 2013 13:54

      le texte d’un fou


      il n’y a rien d’autre à en dire, un vrais cas psychiatrique

      • Nuccia Nuccia 4 juin 2013 19:22

             Remarquable déversement de qualificatifs injurieux à votre égard Mr Jules ! Quelle image très dégradée d’eux -mêmes encombre à ce point ces auteurs qu’ils se sentent contraints à la projeter en bloc , en vrac et en désespoir d’arguments ? 



          • Crab2 23 juin 2013 09:10
            Le monde entier est matière

            ...quand bien même cela se Dispute


            …tel l’esclave, une sculpture laissée inachevée, de Michel Ange ou la vérité s’extirpe de la matière, l’expression même de la vie toujours en mouvement ( la vérité d’un mouvement qui est entrain de se faire )

            Suite :

            http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/06/23/le-monde-entier-est-matiere.html





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès