Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retraite à 60 ans : c’est oui pour Aubry et Hollande

Retraite à 60 ans : c’est oui pour Aubry et Hollande

Le droit au départ à la retraite à 60 ans sera rétabli, ont affirmé les deux candidats restés en lice pour le second tour de la primaire socialiste. Avec cependant une décote pour ceux qui n’auront pas atteint 41 années de cotisations.

Au cours du débat, ferme, qui a opposé Martine Aubry et François Hollande, sur la télé gouvernementale France 2, mercredi soir, l’un et l’autre ont été amenés à prendre position sur la question qui préoccupe plus de 8 millions de Français, dont près d’1 million qui sont immédiatement touchés par la loi scélérate de Sarkozy-Fillon, votée contre la volonté du peuple pour refiler le juteux marché de l’assurance vieillesse aux assureurs privés.

Hollande : « …on rétablira l’âge légal »

Une loi d’inspiration ultralibérale défiant toute logique comptable, s’appuyant sur des critères spécieux, comme l’allongement, très discutable, de la durée de vie, au mépris de ce qui fait la force du régime de répartition français, lequel repose sur la solidarité intergénérationnelle, un système « humain » mis en place à la Libération, grâce au CNR (Conseil National de la Résistance).

A l’évidence tous les Français concernés, à gauche mais aussi à droite, poussent un soupir de soulagement, même s’il convient d’apporter un bémol aux propositions faites par les deux candidats socialistes. En effet, si le droit est à nouveau inscrit dans la loi, Hollande a toutefois précisé que ceux qui n’auront pas leur nombre de trimestres se verront appliquer une décote.

"La première décision que je prendrai sur cette question des retraites, c’est de permettre à ceux qui ont cotisé 41 années et qui ont 60 ans de partir". Ça veut dire qu’on rétablira l’âge légal. Les salariés qui n’ont pas cumulé 41 annuités pourront partir en retraite à 60 ans, mais ils auront une décote", a-t-il déclaré.

Aubry : « je suis d’accord, mais je vais plus loin »

En total accord avec son rival (et néanmoins pas ennemi), sur le rétablissement de la retraite à 60, Martine Aubry a indiqué que cette décote ne concernerait pas les emplois pénibles qui ne cumuleront pas le nombre d’annuités nécessaires.

"Non seulement je suis d’accord mais je vais plus loin, c’est-à-dire que je pense qu’il faut aussi donner cette possibilité de partir à 60 ans aux salariés qui ont des emplois pénibles", a-t-elle précisé.

S’agissant de la retraite à aux plein, Martine Aubry s’est dite défavorable à la mesure du gouvernement de repousser les droits de 65 à 67 ans : "Je suis pour revenir à 65 ans, et à 60 ans comme une liberté".

Le flou entretenu jusque-là sur cette question cruciale pour des millions de Français semble enfin dissipé. L’engagement pris devant près de 6 millions de téléspectateurs doit à présent d’être tenu.

« Un droit, pas une obligation, mais un droit pour tous »

Ce que ne manqueront pas de rappeler au vainqueur de dimanche soir, et Arnaud Montebourg et Ségolène Royal, tous deux ayant clairement pris position en faveur du retour à 60 ans.

Sans oublier les ténors de la vraie gauche, Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) et la cheffe de file des Ecologistes, Eva Joly, lesquels, s’ils sont associés à un gouvernement socialiste, feront entendre, comme le dit, Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, expert en la matière, que « Le droit légal de prendre sa retraite à 60 ans, c’est un droit, pas une obligation : mais c’est un droit pour tous, pas découpé en rondelles. »

La retraite question majeure pour la primaire, comme pour la présidentielle

Verdi

Jeudi 13 octobre 2011


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • bluerage 14 octobre 2011 08:45

    « Le droit de départ à la retraite à 60 ans sera rétabli ont affirmé les deux candidats... »

    Mon pauvre, si vous croyez ces promesses là, les socialos ont bien raison de vous prendre pour une poire...


    • Kalki Kalki 14 octobre 2011 11:30

      Wikileaks et Morice vient de fournir des preuves : Hollande est proche de l’extrême droite !!!



    • Kalki Kalki 14 octobre 2011 12:27
      Il n’y a pas de crise de la dette, il n’y a pas de crise économique.

      Il y a une crise de compétitivité qui est une fausse crise : la robotique et les systèmes informatiques existent ( et l’avancé de ceux ci dépendent aussi d’intelligence économique : et un travailler plus ne change rien en ce cas précis ). Il y a une crise politique globale, mais qui n’a rien à voir avec l’économie réelle …, soit la crise sociale … qui sert pourtant de fondement pour assoir un pouvoir totalitaire, sans réflexions DÉMOCRATIQUES sur la forme et le fond.

      • IL y a des choses qui ne doivent pas se marchander.
      An assessment of the costs and benefits of a great debt-write off for European countries

      Le professeur Evans a déclaré que ce que lui et ses collègues ont constaté « est stupéfiant ».

      • Les pays européen peuvent réduire leur dette totale de 64% grâce à l’annulation de la dette croisée interconnectés, prenant la dette totale de 40,47% du PIB à 14,58%
      • Six pays – Irlande, Italie, Espagne, Grande-Bretagne, France et Allemagne – peuvent amortir plus de 50% de leurs encours de la dette
      • L’Irlande peut réduire sa dette de près de 130% du PIB à moins de 20% du PIB
      • La France peut pratiquement éliminer sa dette – en la réduisant à seulement 0,06% du PIB

      Solutions :


    • Fergus Fergus 14 octobre 2011 10:05

      Bonjour, Verdi.

      Effectivement, les deux candidats se sont prononcés de manière claire sur le retour de l’âge légal à 60 ans, et ils ont eu raison de le faire. Tiendront-ils leur engagement ? Bluerage semble penser que non, mais il a probablement tort car ce point sera déterminant pour le futur gouvernement en termes d’image, et il ne pourra courir le risque de se plomber d’emblée avec un tel engagement non tenu.

      Ce n’est d’ailleurs pas cet âge légal qui pose problème, et Sarkozy en le supprimant à voulu casser un « marqueur » de la gauche pour ressouder sa majorité, mais la durée de cotisation pour partir à taux plein. Que cette durée augmente raisonnablement avec l’allongement de la vie n’a d’ailleurs rien de scandaleux : comment contester qu’une personne qui vit un an de plus doive passer trois mois de plus au travail ? Ce qui en revanche est scandaleux dans la réforme Sarkozy, c’est le maintien au travail au delà du raisonnable de tous ceux qui ont eu une carrière pénible ou de ceux (surtout celles) qui ont eu une carrière incomplète.

      Que ce soit Hollande ou Aubry le vainqueur de la primaire et celui de la présidentielle, il (ou elle) devra impérativement remettre de la justice dans le traitement de ce dossier emblématique. Dans le cas contraire, il (ou elle) lancera son quinquennat dans un climat vicié incompatible avec la nécessaire confiance du peuple.
      Cordiales salutations.


      • Verdi Verdi 14 octobre 2011 12:13

        Bonjour Fergus,

        J’ai lu hier votre papier sur le Siècle. Très instructif. Bien entendu, un papier sur un tel sujet ne pouvait qu’inciter certains à vous chahuter, ce qui m’a fait sourire, car leur argumentation m’a paru légère.

        Pour revenir à la retraite à 60 ans, j’ai placé le lien sur le papier de Gérard Filoche qui me semble un des plus étayés sur la question. Un droit est un droit.

        Je ne veux pas revenir, ici, sur les 150 dernières années de conquêtes sociales. Vous le savez aussi bien que moi, toutes ou presque, y compris celles qui nous paraissent aujourd’hui tomber sous le sens, comme l’interdiction du travail pour les enfants, le repos hebdomadaire, ou les congés payés ont été conquises dans la lutte parfois sanglantes contre les conservateurs et les patrons les plus réactionnaires. 

        Je maintiens, que l’allongement de la durée de vie n’est pas un bon argument. Il faut raisonner en tranche de vie. Tous les retraités disent que les meilleures années sont celles pendant lesquelles ils restes valides, c’est-à-dire immédiatement après 55 / 60 ans. C’est cela le progrès social.

        Excepté les politiciens, qui se sentent éternellement « jeunes » parce qu’ils ont su voter les lois qui les mettent à l’abri du besoin, les autres, pénibilité ou pas, subissent (au sens le plus large) pour la plupart un travail qui n’est qu’alimentaire. La fatigue n’est pas que physique, elle est aussi et le plus souvent psychologique.

        Bonne journée


      • Salade75 14 octobre 2011 13:50

        @fergus,
        « comment contester qu’une personne qui vit un an de plus doive passer trois mois de plus au travail ? ».
        Belle remarque d’un déjà retraité qui vivra certainement de longues années de plus que ceux à qui s’appliquera l’allongement des durées de cotisation.
        Vous avez un système pour prédire l’age de décès d’un individu ?
        La belle affaire que d’arriver à la retraite à 70 balais, après avoir stressé les 15/20/25 dernières années de chômage en intérim ou d’intérim en CDD. Santé ruinée, retraite misérable basée sur un salaire qui n’aura été correct que quand la personne avait 30/40 ans.
        Vous me faites penser à ces politicards retraités, par ex ministre des affaires étrangères, qui après avoir fait valoir leurs droits de travailleur ereinté à 59 ans viennent faire la morale aux feignants de 65 qui trouvent anormal de devoir partir à 67.


      • Fergus Fergus 14 octobre 2011 17:04

        Bonjour, Salade75.

        Vos arguments sont justes, encore qu’à raison d’un trimestre par an, il faille un allongement de la durée de vie de 10 ans pour rester en poste 2,5 années de plus.

        Comme Verdi et vous, j’étais très hostile à tout allongement de la durée du travail. Et c’est le discours de personnes actives qui m’a d’abord ébranlé puis convaincu que rien n’est simple. Un discours qui mettait en avant deux problèmes : d’une part la diminution des revenus en passant d’un salaire à une pension ; d’autre part la terrible peur de l’ennui qui effraye plus de gens qu’on ne croit. Cela ne vaut pas pour tous, et notamment pas pour les catégories moyennes, demandeuses d’un départ le plus précoce possible ; mais il n’en va pas de même dans toutes les composantes des classes populaires.

        Cela étant, je vous accorde volontiers que le risque avec l’allongement est surtout de porter un coup supplémentaire à l’embauche des jeunes ou des chômeurs, et là il y a véritablement un problème aigü, au point qu’il faudra peut-être rendre toute mesure d’allongement caduque. Je n’ai pas de position dogmatique sur le sujet.

        Cordialement.


      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 14 octobre 2011 12:59

        Bonjour surfsun.

        La seule certitude c’est que cette (bonne) question ne se posera jamais si l’abominable Sarkozy est réélu.

        On sait ce qu’il nous reste à faire.


      • Robert GIL ROBERT GIL 14 octobre 2011 11:47

        De l’argent il y en a, il y en a même beaucoup, et en allant le prendre là où il se
        trouve on pourra sans difficulté payer de bonnes retraites à 60 ans et assurer une
        protection sociale de haut niveau à l’ensemble des français. Une nouvelle fois le
        problème de la répartition des richesses est au coeur du débat. Le fruit du travail
        d’une majorité est automatiquement confisqué par une minorité dont le seul but est
        d’emmagasiner et de ne jamais participer au projet commun. Cette minorité agit en
        véritable parasite sur la société. Il serait temps de se poser des questions : a-t-on
        besoin de ces gens là ? À quoi servent-ils ?
        lire :
        http://2ccr.unblog.fr/2011/09/23/retraites-le-grand-bluff/


        • De la hauteur 14 octobre 2011 12:16

          Comment cela s’ appelle les campagnes promotionnelles dans les grands surfaces commerciale ?
          Ce n’es pas pas hasard du marketing.
          Tablé sur le seule critère le retours à l’age de la retraite à 60 ans et de ne pas voir plus loin, c’est une belle naïveté pour attrapé les papillons de nuit qui vont rappliqué sur le phare PS.

          Le PS à vendue sont âmes aux diables à se titre il n’y a rien à envies à l’UMP et au FN mis au FG mis au E E.

          Tous des margoulins de la politique chacun à leurs manières vont nous entubés.

           
           


          • De la hauteur 14 octobre 2011 14:03

            @ Calmos, ce que tu n’as pas encore compris que le FN est dans la même salade que les autres.
            Tu me fais rire avec tes prises de positions de collégien, le FN est une grosse verrue politique.


          • De la hauteur 14 octobre 2011 18:18

            j’en ai aucune de raison de voter socialiste.


          • Salade75 14 octobre 2011 13:23

            « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent »
            Surtout en politique !
            Je pourrais éventuellement croire celui qui s’engagera à quitter son fromage si la loi n’est pas votée et les décrets d’application passés dans les 1 an...
            ... et sans effectivement rallonger la durée de cotisation pour compenser !


            • volpa volpa 14 octobre 2011 17:46

              Demain on rase gratis.

              Deux coupes pour le prix d’une et qui dit mieux ?.


              • Proudhon Proudhon 14 octobre 2011 20:23

                Vous savez quoi ? Le week-end passé en cherchant des papiers, j’ai retrouvé le papier que la Cram envoie aux personnes ayant atteint les 50 ans. C’était en 2007 pour moi. Vous savez combien de trimestres j’avais en décembre 2007, 132. Ce qui fait 33 ans. Donc en Juin 2012 j’aurais atteint 37 ans 1/2 de versements ce qui au vu de l’ancienne loi était le nombres d’années demandées. Donc je suis le gros baisé parmi les baisés et vous voulez que je sois motivé au boulot. Mon cul oui !!!!
                J’ai 54 ans en fin de cette année et aurait 43 ans (si je continue à travailler normalement) de cotisations à 60 ans.

                Qui oserait dire que je ne mérite pas de partir en retraite, en plus une retraite merdique d’ouvrier ????????????????????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès