Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retraites, il est temps de stopper la casse !

Retraites, il est temps de stopper la casse !

1993, 1995, 2003, 2007, 2010, et maintenant 2013 : cela fait 20 ans que les gouvernements successifs s’acharnent contre notre système de retraite, satisfaisant ainsi les revendications patronales. Leur volonté permanente est de brader les acquis sociaux, gagnés grâce aux luttes syndicales passées. Le nouveau projet de loi sera présenté début septembre, mais nous connaissons déjà son orientation : faire payer les salariés, les chômeurs, les retraités, les jeunes en formation. Le pouvoir socialiste veut aggraver cette politique, faire payer la crise aux travailleurs et retraités et gaver davantage le grand patronat. Soi-disant en douceur (conférence sociale) pour contourner la montée des luttes, il utilise les mêmes moyens, Pour bénéficier d’une pension à taux plein, la durée de cotisations sera portée progressivement à 43 ans en 2035, les cotisations salariales et patronales augmenteront, mais parallèlement une nouvelle baisse du cout du travail est a l’étude. Une réforme, une vraie, se serait attaquée aux racines du mal, mais la, une fois de plus le capitalisme se frotte les mains ! Il n’y a pas de problème de financement des retraites. Il n’y a que la volonté des grands groupes capitalistes de mettre la main sur les sommes qui transitent aujourd’hui par le système par répartition.

Travailler plus longtemps, ce serait naturel ? L’argument a été employé à chaque contre-réforme : on vit plus vieux, on doit donc travailler plus longtemps ! C’est oublier le chômage, la précarité, le recul de l’espérance de vie en bonne santé… et surtout le fait que la productivité et les profits ne cessent d’augmenter. Il n’y a nul besoin de travailler plus longtemps, sauf pour remplir toujours plus les poches des patrons et des actionnaires. L’allongement de la durée de cotisations conduit à une retraite plus tardive et à des pensions plus faibles pour tous et toutes !

Un problème de financement ? Non, de répartition de la richesse ! Conseil d’Orientation des Retraites, rapport Moreau, gouvernement, tous mettent en avant le besoin de 20 milliards d’euros pour 2020. 40 milliards d’euros ont déjà été pris dans les poches des salariés (en activité, au chômage ou en retraite) par l’allongement de la durée de cotisations, le recul de l’âge de la retraite, l’instauration de la décote, la désindexation des pensions par rapport aux salaires, l’augmentation du nombre d’années prises en compte pour le salaire de référence, la baisse du rendement des complémentaires. Ce sont les salariés qui produisent la richesse collective. Nous ne devons rien à celles et ceux qui nous la confisquent en s’appropriant le fruit de notre travail. Imposons une autre répartition des richesses, et les 20 milliards pour les retraites seront bien vite trouvés ! 20 milliards d’ici 2020 ? La fraude fiscale, c’est 80 milliards par an !

En 1990, il y avait 9,5 millions de retraités, en 2030, il y en aura 21 millions Oui, et alors ! C’est la spéculation financière qui est un poids mort pour l’économie, pas les retraites : les pensions sont réinvesties dans l’économie parce que les retraités consomment, comme tout salarié (alimentation, transport, tourisme…), générant une activité locale productive d’emplois, et contribuent à l’impôt (sur le revenu et TVA). Et si quatre actifs cotisaient pour un retraité en 1960, alors que seulement deux actifs cotisent pour un retraité en 2010…on ne nous dit pas tout ! Car entre-temps la productivité du travail a augmenté de l’ordre de 3% en moyenne par an, autrement dit un salarié produit 3% en moyenne de richesses supplémentaires chaque année.

Depuis 1993 les contre réformes de la droite approuvées malheureusement par des syndicats, telle que la CFDT, sous des arguments fallacieux en utilisant différents moyens (années de référence, allongement durée de cotisation, désindexation, décotes, suppression demi-part …) ont conduit à l’objectif poursuivi par Bruxelles, le MEDEF et leurs commis politiques : baisse des pensions, ouverture aux fonds de pension, aux assurances et donc à la capitalisation. Et maintenant c’est un soit disant gouvernement de gauche qui va poursuivre le travail de sape. Cette réforme va réduire les salaires et, de façon déguisée, les pensions de tous dès l’an prochain. À terme, elle diminuera également les retraites, ou obligera les travailleurs à s’épuiser à la tâche, jusqu’à 63, 65 ou 67 ans.

Yan HAMAR pour Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2013/08/30/retraites-il-est-temps-de-stopper-la-casse/

Pour en savoir plus : RETRAITES, ON NE NOUS DIT PAS TOUT…


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • efzed 3 septembre 2013 11:29

    « le pouvoir socialiste veut aggraver cette politique »

    Les socialistes n’ont aucun pouvoir car c’est Bruxelles qui souhaite l’allongement de la durée de cotisations. Les socialistes ne sont que des marionnettes, c’est pour cela qu’ils appliquent une politique libérale dirigée par la commission européenne.

    http://www.lefigaro.fr/retraite/2010/07/07/05004-20100707ARTFIG00472-les-europeens-devront-tous-travailler-plus-longtemps.php

    Ce qui est d’autant plus drôle, c’est que aucun parti politique accépté par les médias ne le fait remarquer ( UMP, FN, Front de gauche, etc...)

     


    • Robert GIL ROBERT GIL 3 septembre 2013 11:40

      Vous avez du lire cet article un peu trop vite et loupez cette phrase : " l’objectif poursuivi par Bruxelles, le MEDEF et leurs commis politiques : baisse des pensions, ouverture aux fonds de pension, aux assurances et donc à la capitalisation."


    • efzed 3 septembre 2013 12:14

      J’avais vu cette phrase en fin d’article. Mais cela n’explique pourquoi dans le début de l’article on prête un quelconque pouvoir à la gauche.


    • Croa Croa 4 septembre 2013 08:40

      Nos élus ont les pouvoirs qu’ils veulent bien se donner.
      C’est juste une question de priorités
       : Ou le maintien dans l’Europe ou le progrès social.

      Le PS a choisi l’Europe. Il ment lorsqu’il prétend que smiley « sa priorité » smiley est le chômage (par exemple !)


    • Nums Nums 3 septembre 2013 16:19

      Voyons Robert,


      Vous savez bien que chaque réforme a permis de sauver le système de retraites... smiley

      • Croa Croa 4 septembre 2013 08:43

         smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley (jaune)


      • Akerios 3 septembre 2013 17:18

        C’est vrais .....qu’est ce qu’il sont gentils quand même.........savent plus quoi faire pour nous aider.

        Ce sont des saints.


        • auguste auguste 3 septembre 2013 17:26

          @ ROBERT GIL

          Je vais tirer sur des corbillards, mais je ne vois pas d’autres moyens pour dénoncer l’arnaque dont les plus faibles d’entre nous ont été victimes.

          Tous ceux qui ont mon âge (70 ans) et un minimum de formation en droit savent que la retraite à soixante ans n’était qu’une promesse à visée strictement électorale.
          En l’état, le texte initial était totalement inepte, car il garantissait une retraite à taux plein à tous ceux qui avaient cotisé 37,5 ans, alors qu’à cette époque la majorité des électeurs de gauche relevant du régime général ou du régime agricole travaillaient depuis leurs 14 ans

          Exiger d’eux 40 ans de cotisations n’aurait rien changé à l’issue du scrutin, tout en créant un précédent bénéfique à notre système par répartition.
          Ce qui fut écrit au pouvoir en place par des syndicalistes qui n’étaient pas béni oui-oui et qui entendaient bien conserver leur liberté de pensée.

          Bien entendu, tous les signataires furent exclus de leurs responsabilités par leur état major, Blondel en tête de liste.
          Ceci n’est qu’anecdotique, le plus grave était à venir.

          Dès le 1er juin juin 1983, le code de la sécurité a été modifié :
          Article L341-15

          La pension d’invalidité prend fin à l’âge prévu au premier alinéa de l’article L. 351-1. Elle est remplacée à partir de cet âge par la pension de vieillesse allouée en cas d’inaptitude au travail.

          La pension de vieillesse substituée à une pension d’invalidité ne peut être inférieure au montant de l’allocation aux vieux travailleurs salariés.

          Toutefois, lorsqu’ils atteignent l’âge prévu au premier alinéa de l’article L. 351-1, les titulaires d’une pension d’invalidité liquidée avant le 31 mai 1983 peuvent prétendre à une pension de vieillesse qui ne peut être inférieure à la pension d’invalidité dont bénéficiait l’invalide à cet âge.

          Sachant qu’une pension d’invalidité est liquidée sur la base des 10 meilleures années de la carrière d’assurance et une retraite sur les 25 dernières années, le pauvre handicapé
          qui est resté invalide mais néanmoins vivant pendant 20 ans (plus 3 ans d’indemnités journalières) se retrouve avec des ressources diminuées de 50%.

          Aucun gouvernement n’est revenu sur cette mesure abjecte et l’actuel veut nous prendre nos derniers centimes.

          Bruxelles ne s’en est pas inquiétée.

          Je suis concerné depuis 10 ans et plus pauvre de jour en jour.

          Que l’on ne me parle pas d’espérance de vie qui s’allonge, j’ai peur.

          LIEN


          • chmoll chmoll 3 septembre 2013 18:14

            http://www.youtube.com/watch?v=L1S-zW5QlO0

            qui veut m’héberger !? j’ramène l’pinard et ma cochonne


            • jeanclaude 3 septembre 2013 18:45

              On se demande bien comment vous arriveriez à imposer votre solution. Comme c’est impossible, faut bien équilibrer autrement, dans la logique du système actuel.


              • chmoll chmoll 3 septembre 2013 18:47

                faut pas battre retraite les frenchies !!!!!


                • eric 3 septembre 2013 19:05

                  Il va falloir renouveller. Quand les « profits » des entreprises sont tels que l’economie se casse la gueule, quand meme les organismes publics osent publier la vérité, http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/jaunes/Jaune2012_pensions.pd f c’est a dire que ce qui nous plombe ce sont les salaires et retraites du public, il devient urgent de trouver d’autres arguments pour justifier le maintient de ces privilèges exorbitant.


                  • Croa Croa 4 septembre 2013 08:57

                    « Travailler plus longtemps, ce serait naturel ? »

                    C’est le plus gros mensonge de la propagande actuelle : Pour les raisons cités plus loin la durée de la vie active diminue (en moyenne ) et continuera à diminuer. Donc vouloir la faire augmenter tient, a minima, de la méthode Coué et en ce qui concerne les gens compétents en économie d’un énorme mensonge, CQFD !

                    Il s’agit donc d’exiger l’impossible (en moyenne : quelques uns de plus en plus rares y arriveront) ce qui constitue là la base principale de l’arnaque.


                    • Crab2 4 septembre 2013 15:31

                      Retraites
                      - saison 3


                      Selon Mélenchon la réformes des retraites ou tout ce que peut faire le gouvernement : un « attrape-nigaud »


                      Suite :

                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/09/04/retraites-saison-3-5155741.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès