Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Retraites : Martine Aubry prône la renégociation plutôt que le (...)

Retraites : Martine Aubry prône la renégociation plutôt que le retrait

Invitée hier soir de l’émission A vous de juger, Martine Aubry a joué la carte de la responsabilité sur le dossier des retraites en réclamant une renégociation du projet et non son retrait pur et simple. La Première secrétaire du PS en réponse au mouvement social demande la suspension des débats parlementaires et l’ouverture d’une réelle concertation avec les syndicats et l’opposition.

Une réforme oui, mais pas celle-là. C’est en substance le message délivré par la Maire de Lille qui remet ainsi adroitement le caillou des retraites de la rue dans la cour de l’Elysée. “La France ne veut pas de cette réforme. Je m’adresse au président de la République : je lui demande de suspendre ces discussions au Sénat, mais aussi de mettre aussitôt les syndicats autour de la table, de remettre tout à plat”. “Il faut une réforme des retraites, on est tous d’accord. Pour la faire, il faut discuter, négocier et il faut surtout la justice. L’opposition aidera à trouver des solutions. Nous avons un projet, nous sommes tout à fait prêts à en débattre“.

Sans dévoiler le détail des contre-propositions socialistes, au-delà du fait que le projet socialiste inclue l’allongement de la durée de cotisations, Martine Aubry formalise le sentiment général des manifestants et grévistes lorsqu’elle demande équité et équilibre dans la réforme.

Voilà Nicolas Sarkozy habillé pour ces froides journées d’octobre, accusé de servir en priorité les intérêts “des riches” et de porter la responsabilité des mouvements sociaux : il n’y a “qu’un seul responsable, celui qui ne veut pas entendre“.

Le gouvernement, et c’est une erreur, a adressé par la voix d’Eric Woerth, une fin de non recevoir . Comment accuser le PS de ne pas être crédible et de na pas avoir de solutions sans le contraindre à dévoiler ses cartes ? La stratégie de la course de vitesse choisie par l’Elysée n’avait pas prévu que la réforme des retraites cristalliserait tous les malaises de la société.

Le lapin Sarkozy est rejoint par la tortue Aubry dans un coude à coude inattendu. Le Roi de la réforme est aujourd’hui celui par lequel la sclérose arrive. Englué dans les affaires Nicolas Sarkozy a perdu toute marge de manœuvre en dehors d’un passage en force, efficace dans l’instant mais, stérilisant pour l’avenir. Le roi soleil s’est mué en sanglier dans un champ de blé.

Et ce ne sont pas les nouvelles révélations de Mediapart qui vont arranger le climat. Petit média mais à l’origine de gros scandales, le site internet d’Edwy Plenel fait état d’une stratégie au sommet de l’Etat visant à ce que la réforme des favorise les intérêts du groupe Malakoff Médéric, dont le délégué général n’est autre que Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l’Etat. L’information, si elle était avérée, confirmerait ce que beaucoup d’opposants à la réforme déclarent à voix basse depuis longtemps. A savoir que cette dernière viserait à faciliter l’émergence d’un système parallèle par capitalisation géré par des grands fonds de pension dont le groupe Malakoff Médéric.

Et la France dans tout ça ? Différents économistes se désespèrent de voir notre pays rester dans sa bulle, autiste à l’évolution du monde, recroquevillé sur des schémas surannés. Le monde a changé, notre pays doit faire de même.

A ce titre l’opposition doit faire sa révolution culturelle pour ne plus apparaître, à front renversé, comme les “conservateurs” de paradigmes dépassés. Le PS de Martine Aubry doit notamment (re)devenir le parti du mouvement en démontrant que réformer ne rime pas obligatoirement avec régresser mais peut et doit être synonyme de progrès et de sécurisation.

Cette mutation ne se fait pas sans douleurs. Martine Aubry a fini par se ranger derrière l’avis de l’aile droite du PS contre les sirènes de l’aile gauche, enivrée par le mouvement social, favorable à un retrait pur et simple.

Jeudi matin, le chef de file des députés PS, Jean-Marc Ayrault, avait défendu une position de parti de gouvernement susceptible de revenir rapidement aux affaires en expliquant que tout n’était pas forcément à rejeter dans le projet gouvernemental, hormis les principales mesures d’âge, et surtout qu’il fallait s’orienter vers la recherche d’un compromis dans “l’intérêt général du pays”. Un sentiment notamment partagé par Manuel Valls et François Hollande. Et désormais Martine Aubry.


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Jean Claude DUSSE 15 octobre 2010 12:22

    Ne travaillez jamais !


    • Maldoror Maldoror 15 octobre 2010 12:29

      De toute façon ils se sont déjà mis d’accord lors de leur dernière réunion du Siècle.


      • liberta 15 octobre 2010 17:46

        @ maldoror

        justement à propos du Club « LE SIECLE », il est important de faire connaitre son existence à ceux qui pourraient ignorer ces think tank qui nous gouvernent et faire découvrir ceci :

        http://r-sistons.over-blog.com/article-qui-sont-les-maitres-du-monde-le-gouvernement-mondial-societes-secretes-57227495.html


      • Ariane Walter Ariane Walter 15 octobre 2010 22:34

        @ liberta
        Excellente récapitulation.


      • LE CHAT LE CHAT 15 octobre 2010 12:39

        Tartufferie et cie !!!!!

        si la gauche et les syndicats sont contre les mesures d’austérité , c’est uniquement parce que le gouvernement de Talonette 1er est de droite !

        j’ai causé longuement ce matin avec un portuguais qui m’a dit qu’en Espagne et au Portugal , les socialistes et les syndicats acceptaient tout des gouvernement de gauche sans protester ! il en serait de même en France avec un gourvernement de gauche , pour garder le triple AAA , le gouvernement de gauche à la solde du NWO ferait avaler toutes les couleuvres !


        • Gabriel Gabriel 15 octobre 2010 13:55

          Salut le chat,

          Si c’est là que se trouve toute l’opposition, ben on est pas dans la M..... !

        • LE CHAT LE CHAT 15 octobre 2010 14:47

          Salut Gabriel ,

          oui , tous pourris ou presque , la preuve  !

          nos élus refusent que leur régime de retraite soit aligné sur celui de leurs concitoyens !


        • UltraLord 15 octobre 2010 15:33

          Effectivement, la France est un pays de privilèges ... et tous s’y accrochent ... Et c’est là le problème qu’il faudra régler avec celui des retraites ...

          Parce que dans l’absolu, si on me dit de bosser 5 ans de plus pour permettre à tout le monde de bouffer à sa faim ... clairement, ça me fait chier, mais pourquoi pas, un jour, j’aurai peut être du mal à me payer à bouffer ...

          Maintenant, bosser 5 ans de plus pour permettre à une élite de se payer des bons restos sur ma gueule ... faut pas pousser. Et là, comme le dit Le Chat, à gauche, comme à droite, c’est des pourris ...


        • pissefroid pissefroid 15 octobre 2010 12:39

          Puisque la productivité des prolétaires (donc des entreprises) à crû depuis 1945, il faut moins d’heures (donc moins d’emploi) pour produire la même richesse.
          Cela signifie que l’assiette des cotisations doit être actualisé en incluant ce qui n’existait pas en 1945.

          Si on continue à raisonner comme le primate de l’élysée, quand les robots remplaceront les humains il n’y aura plus de sous pour la retraite (puisque les cotisations concernent le travail et pas l’outil de travail, enrichi par le travail des générations précédentes).

          Puisque l’argent est productif il faut aussi donc taxer le capital et le revenu du capital.

          Ce qui a été perdu en heures de travail par les prolétaires doit être récupéré là où il est passé.

          Le raisonnement des socialistes (Martine Aubry) est conforme au raisonnement de l’ump, c’est décevant.


          • Fergus Fergus 15 octobre 2010 13:11

            Oui, Pissefroid, et n’oublions pas qu’en 30 ans, sous la pression libérale, la part du salaire a diminué de 10 % au profit des actionnaires. 10 % sur lesquels ne pèsent plus de cotisation retraite !

            Et que dire de la scandaleuse niche Copé (30 milliards !) sur les cessions de filiales qui, au lieu d’aider les PME et PMI, seules véritables créatrices d’emplois dans le pays, va dans les poches des groupes multinationaux ?


          • galien 15 octobre 2010 15:05

            Résultat des courses on surproduit des m*rdes en Chine que l’occident achète dans une fuite en avant consumériste et à crédit, puisque l’occident ne produit plus rien.
            Et les services me direz vous, et bien c’est du baratin, de la mousse, à part les services à portée sociale et culturelle c’est sans aucun intérêt pour l’humanité.
            Pendant ce temps là on s’empoisonne avec une environnement et une alimentation toujours plus nocive.


          • ber0464 15 octobre 2010 13:10

            Je ne suis pas d’accord avec le titre de votre article.

            Aubry a dit hier soir que les français ne veulent pas de cette réforme et qu’il fallait mettre les syndicats autour d’une table pour arriver à une réforme juste acceptée par une majorité.

            Elle n’a pas parlé de « renegociation » ,cela d’ailleurs aurait été difficile car pour renegocier il faut au préalable qu’il y ait eu une negociation ... ce qui n’est pas le cas.

            Aujourd’hui on a un projet UMP/MEDEF écrit sans concertation aucune avec les syndicats, qui a été validé par le parlement UMP et qui est en train d’être validé par un senat UMP/NC, et tout cela sans en avoir etait mandaté par le peuple Français (reforme retraite absente du prog du candidat Sarkozy) , et contre l’avis majoritaire de la population.

            Donc pour en revenir à la déclaration de Aubry, je ne vois pas comment aujourd’hui on pourrait faire un « Grenelle des retraites » (c’est bien de cela qu’il s’agit) sans au préalable passer par un retrait du projet en cours





            • Yohan Yohan 15 octobre 2010 13:20

              Prestation médiocre, avec beaucoup de danse du ventre politicienne. Il est clair que cette réforme est un terrain de jeu pour le PS qui veut laminer Sarko, en vue de la présidentielle.

              Vu l’état des finances des caisses de retraite, les marges de manoeuvre, il est certain que la gauche ne pourra pas revenir sur la réforme, sinon pour faire des modifs de façade.

              Où est le courage quand elle cherche à se dérober sur les régimes spéciaux que ni le PS ni l’UMP n’ont osé convier aux rejouissances ?. Ces régimes spéciaux sont pourtant assez gras pour donner à ceux qui n’ont rien et qui vont devoir travailler deux ans de plus, alors qu’ils sont pour certains déjà sur le pont depuis 40 ans


              • Yvance77 15 octobre 2010 14:00

                Salut,

                Je prétends être de gauche, et j’affirme que ce P.S. n’est pas la gauche. Un ersatz alors ? Même pas !

                Bon post qui confirme qu’il y a peu de différence entre le PS de droite, et la droite de droite.

                A peluche


                • cmoy patou 15 octobre 2010 14:15

                  Mr Moreigne une petite coquille dans votre billet je pense «  à ce que la réforme des favorise les intérêts »


                  Pour le reste je suis assez d’accord avec le fond de votre article avec une réserve quand même concernant Mme Aubry que je n’ai pas trouvée très a l’aise sur les projets du PS. 

                  • galien 15 octobre 2010 14:51

                    Ne pas oublier 1983, ne jamais oublier la trahison.

                    Si seulement le PS était à gauche.
                    A la rigueur on penserait voter pour lui.
                    Les bonnes places étant ce qu’elles sont.
                    On est pas au bout de nos surprises.
                    Pour la misère du peuple elle sert les puissants.
                    Embastiller les tous !


                    • nataraja 15 octobre 2010 15:29

                      si yavait pas eu le tournant de 83 la france serait meme pas invitée au G20 aujourd hui


                    • galien 15 octobre 2010 23:41

                      En fait tout ceci n’était que prétexte à un acrostiche.

                      Quand au G20, le seul pour moi qui vaille la peine c’est celui au coin de ma rue. 


                    • Tiberius Tiberius 15 octobre 2010 14:56

                      Bref, au final, que ce soit Aubry ou Sarkozy, il faudra travailler plus longtemps.

                      Le reste n’est que marketing politique en vue de la présidentielle, du bavardage pour les gogos qui n’ont rien compris au problème et croient encore à la retraite à 60 ans...


                      • galien 15 octobre 2010 15:01

                        Ce que tu n’a rien compris c’est que l’automatisation et l’informatique nous impose de revoir tout le système économique et de réévaluer complètement le concept de travail productif et de rémunération.
                        Mais ceci implique une nécessaire redistribution des cartes, choses que les puissants combattrons jusqu’à la mort, la notre.


                      • epapel epapel 15 octobre 2010 16:52

                        Malheureusement, à partir du moment où on est dans un système qui a la possibilité de faire travailler ailleurs plus longtemps pour moins cher et que nos partenaires européens ont pris le pli, on ne peut pas faire autrement.

                        Et ce n’est pas terminé, la cible suivante c’est la sécurité sociale qui est aussi en déficit, et ensuite ça sera la baisse généralisée des salaires ou la faillite parce que les pays émergents ont encore à peine émergé par rapport ce qui va suivre.


                      • epapel epapel 15 octobre 2010 17:07

                        Parlons de l’informatique : mon fils travaille dans une grande SSI et celle-ci (comme toutes les autres) externalisent à marche forcée leurs activités vers les pays à faible coût. La direction explique aux salariés qu’ils vont devenir experts au lieu de faire du développement, mais je crois plutôt que ça finira comme pour autres industries.

                        Le plus fort c’est que les salariés français apprennent tout le boulot aux étrangers parce que pour le moment ceux ci n’ont pas le niveau, ce qui veut dire qu’à la base il n’y a pas problème de concurrence mais qu’on est train de la créer de toute pièce.

                        Ne vous faites pas d’illusion, tout ce qui est dé localisable sera délocalisé et il ne restera chez nous que des activités de service de proximité à faible valeur ajoutée. En moins de 30 ans la France a déjà perdu la moitié de ses activités industrielles, même la chirurgie est en train de partir à l’étranger parce qu’au lieu de former des médecins et des infirmières français ont a préféré former des étrangers qui finissent par retourner chez quand des grands groupes créent des hôpitaux dans leur pays pour soigner des européens.

                        Quand le processus sera terminé, le tiers monde ça sera nous et les pays développés ça sera les pays émergents actuels.


                      • Tiberius Tiberius 15 octobre 2010 17:57

                        @ galien

                        Arrêtez donc avec ces vieilles Lunes !

                        Depuis les années 80 on se fait peur avec les robots venus remplacer les humains. En attendant, les entreprises continuent de délocaliser à tour de bras vers des pays ou la main d’œuvre vaut moins que le coût de fonctionnement des fameux robots. Si le pire que nous avions à craindre c’était l’automatisation de l’industrie, au fond, ce ne serait pas grave car les robots n’ayant pas d’intelligence, il leur faut nécessairement des armées d’ingénieurs pour programmer la moindre de leurs opérations. Car un système automatisé ça demande du boulot à concevoir, ça demande de l’entretien et encore du boulot au moindre changement dans le processus. sans parler de l’obsolescence qui guette... 


                      • Croa Croa 16 octobre 2010 00:02

                        « Bref, au final, que ce soit Aubry ou Sarkozy, il faudra travailler plus longtemps. »

                        Pourquoi écrire en gras une aussi grosse bêtise ? smiley

                        Non, nous ne travaillerons pas plus longtemps et ils le savent. Nous serons plus longtemps au chômage !

                        (En moyenne évidemment, sachant qu’il y en aura quelques uns tout de même qui travailleront 2 ans de plus mais que la tendance de fond est à une réduction de la durée effective de la vie active ; Donc en moyenne ce sera + de chômage, CQFD.)


                      • galien 16 octobre 2010 09:25

                        @epapel
                        Donc le rétablissement des barrières douanières, cad le remise en cause de la libre circulation des marchandises, des capitaux et des hommes est la seule chose à faire.

                        Nous sommes revenu à une époque proche de celle de la traite négriere.

                        « entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime, la loi qui libère (la formule, ou à peu près, est de Lacordaire, et a servi de programme aux catholiques sociaux) » (Carbonnier, Droit civil, Paris, PUF, t. IV, no 11, p. 41 (7e éd., 1972).


                      • BEBE 15 octobre 2010 17:02

                        ce qu’il faut négocier ce sont les conditions de notre maintien au sein de l’U.E
                        http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/marine-le-pen-denonce-la-loi-27981


                        • emile wolf 15 octobre 2010 17:23

                          C’est pitoyable Aubry veut faire de l’or en réformant les retraites après avoir abusé des 35 heures, et de la Mairie de Rome en expulsant les Lilles. La chti du PS devrait apprendre à compter au lieu de Hurler avec son ami DSK.
                          La donzelle devrait apprendre à compter et lire Agoravox http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-medef-1er-assiste-de-france-82686&nbsp ;


                          • leypanou 15 octobre 2010 17:55

                            Le PS n’est pas à une trahison près. Il ne faut pas oublier que la direction actuelle a voté en majorité pour le TCE, a accepté que le traité de Lisbonne soit voté par le parlement au lieu d’un référendum, etc, etc, la liste serait trop longue. La proposition phare du PS, et à un degré moindre de la CFDT, ce sont les problèmes de pénibilité ainsi que pour les personnes qui ont commencé à 18 ans : c’est du foutage de gueule. Combien de personnes en 2010 commencent à travailler à 18 ans ? Fabius a fait des milliards de baisse d’impôts, DSK n’en parlons même pas : il est à fond pour le report de l’âge légal ainsi que de l’augmentation du nombre d’annuités. Comme le gouvernement apparemment ne veut pas céder, ces traitres sont prêts à se contenter de mesures minimales : toutes les personnes qui ont fait bac + 5 devront trimer jusqu’à 65ans minimum et si elles arrêtent, la décote leur coutera cher. De toute façon, ils ne vont pas s’arrêter là : d’ici quelques années, ils vont rebeloter çà pour l’amener à 65 et 70 ans respectivement. Combien de personnes partent à la retraite sans avoir le nombre d’annuités ? Ils n’en parlent jamais.


                            • Axel de Saint Mauxe Nico 15 octobre 2010 18:47

                              Mais quand donc verra t-on la vérité en face ?


                              La réformette minable du gouvernement, qui provoque des manifestations étonnantes, n’est rien à côté de ce qu’il faudrait faire !

                              Si l’on souhaite rester dans le système par répartition il y a 2 leviers à manœuvrer simultanément :
                              1) baisser les pensions (au moins les plus élevées)
                              2) augmenter l’âge de départ à taux plein, non pas à 62, ni à 65, mais à 67 ans.

                              Par ailleurs il faut préparer absolument une évolution vers un système par capitalisation : les plus jeunes doivent commencer à épargner dès aujourd’hui et il faut le leur dire.

                              La gauche ferait mieux de fermer sa grande bouche, elle qui n’a rien fait. 

                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 15 octobre 2010 19:04

                                ça m’ en fout j’ suis retraité ...... smiley


                                • jaja jaja 15 octobre 2010 19:20

                                  Les seuls mots d’ordre juste, sont ceux portés par les cortèges de manifestants. C’est le retrait pur et simple de ce projet de loi scélérat sur les retraites et le retour aux 37,5 annuités de cotisations pour toucher le taux plein...

                                  Tout le reste du genre « il est nécessaire d’augmenter la durée de cotisations » n’est que jérémiades de faux-culs. Et au PS il y en a un paquet !

                                  Toutes et tous encore dans la rue demain et le 19 octobre, le 20 on continue....


                                  • tvargentine.com lerma 15 octobre 2010 19:21

                                    Martine Aubry ????

                                    Mais elle a fait quoi quand elle était au pouvoir ?????

                                    Elle n’a jamais pensé que les réformes étaient nécessaires et principalement en abolissant les régimes spéciaux des fonctionnaires qui ont coulé le système de répartition des retraites

                                    http://www.tvargentine.com


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 octobre 2010 19:28

                                      «  »Le PS de Martine Aubry doit notamment (re)devenir le parti du mouvement en démontrant que réformer ne rime pas obligatoirement avec régresser mais peut et doit être synonyme de progrès et de sécurisation.«  »

                                      Est-ce seulement possible ? Le parti de Madame est mort, comme le socialisme est bien mort sur cette planète ! Le Socialisme, grande idéologie humaine qui avait porté l’espérance pendant quelques décennies au siècle dernier est aujourd’hui enfoui dans l’inconscient collectif, on s’en souvient mais on ne regrette rien : le monde a changé mes petits, nous sommes dans l’océan de l’individualisme, le gouffre de l’égoïsme et dans l’effritement totale des sociétés !

                                      Le monde d’aujourd’hui est celui de Marcuse, il est unidimentionnel, batard et irreversible, il va vers sa fin. Quand il y’a plus de principes, quand il n’ya plus de programme à moyen et à long terme, quand tout se décide, se négocie et se marchande en temps réel et dans tous les domaines, il est certain qu’il ne peut y avoir d’opposition ! S’opposer à quoi finalement, à la personne, au groupe de personnes ou au idées, mais ces « idées » viennenty d’où ? S’oposer quand tout le monde doit se remettre en cause continuellement ? Non, l’opposition est un mot mort, il ne veut rien dire !

                                      Un chose est sûre : CE QUI EST APPELE « OPPOSITION SOCIALISTE » DOIT ETRE ETRE CONSIDEREE COMME UN PARASITE POLITIQUE, UNE NUISANCE.... Le socialisme avait ses principes fondamentaux, ses preceptes et ses lois. Mais comme les faux socialistes d’aujourd’hui ne diffèrenent des autres faux capitalistes que par les initiales de leurs sigles, il vaut mieux donc les oublier définitivement !

                                      Mohammed MADJOUR.


                                      • Proudhon Proudhon 15 octobre 2010 20:17

                                        Tant que les abrutis de pauvres n’auront pas compris que le PS n’est pas de gauche et qu’il faut l’éliminer totalement de la vie politique française, on ne s’en sortira pas. Il existe d’autres partis réellement de gauche.
                                        Les pauvres ont le choix !


                                        • barbapapa barbapapa 16 octobre 2010 00:35

                                          La renégociation avec qui ?


                                          Des syndicats qui ne représentent que des fonctionnaires, des services publics, et des entreprises en situation de monopole ?

                                          Qui discute avec le PS, le parti politique de représentation des fonctionnaires ?

                                          Des syndicats corporatistes qui ne négocient que des avantages catégoriels face à des élus à 80% issus des services publics.

                                          Belle Perspective de merde. Encore des avantages en perspective pour les catégories protégées. Un futur festival de l’injustice.

                                          • ali8 16 octobre 2010 12:50

                                            les gouvernements successifs n’ont pas d’idée

                                            au lieu de modifier des lois il faut obliger les retraités à jouir de leur temps restant à vivre dans un pays ou la vie est 2 ou 3 fois moins chère qu’en France

                                            celà générerait des devises pour les pays d’accueils et tout le monde y trouverait son compte, et le MEDEF pourrait même envisager de demander une diminution des cotisations car les CHARGES sont LOURDES, LOURDES à porter


                                            • vinvin 17 octobre 2010 08:49

                                              De toutes façons MARTINE AUBRY est une « branque ». ( Il suffit de se rappeler du bordel qu’ elle a foutu il y a quelques années avec ses 35 heures !....).


                                              Elle aurait mieux fait de commencer par appliquer les 35 heures pour elle-même car en travaillant moins d’ heures, elle aurait forcément eu moins de temps pour faire et dire des conneries.

                                              Donc en 2012 je ne voterais par pour MARTINE, mais pour MARINE ! ( Chat s’ écrit presque pareil, il faut juste enlever la lettre T !....).


                                              Bon dimanche .




                                              VINVIN.

                                              • Hieronymus Hieronymus 17 octobre 2010 09:08

                                                Question :
                                                que signifie pour l’auteur « media inter actif » ?
                                                Henry Moreigne lit il seulement les commentaires qui lui sont adresses ?
                                                ou est il un auteur reclus en sa tour d’ivoire qui juge tout dialogue inutile ?
                                                sa derniere reponse a un auteur date d’il y a > 1an et consiste en a peine une phrase :
                                                http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-president-peut-il-mentir-62527#forum2253086
                                                alors il discuterait sur son blog ?
                                                nenni, c’est encore plus le desert, a peine de commentaires et aucune reponse ..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès