Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Rêves de plomb

Rêves de plomb

Mona Chollet a retroussé ses petites manches et s’est attaquée, brillamment, comme d’hab’, au décorticage de l’imaginaire sarkozyste, celui-là même qui a convaincu des millions de prolos qu’il fallait voter pour ceux qui leur maintiennent la gueule dans la fosse à purin.

JPEG - 41.6 ko
Rèves de droite
Par Mona Chollet

Mona a eu l’extrême gentillesse de bien vouloir pointer un flingue sur la tempe de son éditeur préféré afin que celui-ci consente à m’envoyer un exemplaire de son dernier opus. Qu’elle en soit remerciée. D’abord parce que mes finances ne me permettent plus depuis longtemps de m’adonner à mon vice préféré, à savoir sniffer langoureusement l’odeur enivrante du bouquin fraîchement sorti de presse. Et ensuite parce que des bouquins du calibre du sien ne sont pas de tristes pensums qui se contentent d’assener une vérité prête à penser, mais ouvrent des univers insoupçonnés de réflexions et cogitations nouvelles.
Qu’elle en soit encore remerciée.

Le bouquin de Mona n’apporte pas de révélations fracassantes sur un système propagandaire dont nous sommes nombreux à dénoncer les rouages. Elle y apporte un point de vue, une base de réflexion, tisse des associations d’idées pertinentes qui ne nous avaient pas forcément crevé les yeux jusqu’à présent. Elle y pratique la psychologie sociale à l’usage du plus grand nombre et y analyse de son angle journalistique la fabrique des représentations sociales qui corsètent la pensée capitaliste libérale depuis plus de vingt-cinq ans en se focalisant sur le dernier chef-d’œuvre de la machine à rétrécir les rêves  : le modèle sarkozyste.

Dans les bons morceaux, rapportons en vrac l’usage du storytelling pour l’édification des masses abruties, la crucifixion des petits valets de la pensée étroite comme Michel Houellebecq et un portrait ô combien lucide et cruel de la vraie gauche, celle qui ne transige pas avec le dogme et qui se condamne donc à commenter des coulisses la parade triomphante des vendeurs de rêves frelatés.

Le rabotage des imaginaires est partout à l’œuvre, tout le temps, et n’est pas seulement l’émanation localisée d’une aspiration brutale au pouvoir. Il n’y a pas fondamentalement d’imaginaire sarkozyste, mais une norme de vie mondiale sécrétée tout le temps à tous les niveaux, partout dans le monde. La mondialisation, ce n’est pas juste la danse des yaourts et des stocks options autour du globe, c’est l’appauvrissement global des représentations sociales en une sorte d’ersatz de way of life universel. Pub, ciné, livres, discours, telenovelas, films, infos, art, tout ce qui porte du sens ne cesse de projeter le même modèle normatif, une sorte de cliché de la vie, non pas telle qu’elle est, mais telle que nous devons impérativement la désirer. Il n’y a pas de possibilité de créer son propre projet de vie, il faut adhérer au modèle universel du bonheur.

Et quand la réalité se met à nier avec vigueur cette norme artificielle, alors il convient de plier la réalité à cet imaginaire racorni.

Le petit bout de la lorgnette

Le travail, c’est l’épanouissement et le socle de l’intégration sociale. Consommer, c’est se réaliser et s’affirmer dans son mode de vie à soi tout seul. Exister, c’est posséder.
N’oublions pas la jolie femme, le couple d’enfants parfaits, la maison lumineuse, la voiture spacieuse et modulable, les collègues sympas et les soldes deux fois par an.

Le reste, c’est de la littérature de pisse-froid qui sont rien que des losers et des ratés et qui sont jaloux de ne pas accéder à toutes ces jolies choses qui font rêver... surtout ceux qui ne les ont pas !

​​​Le taux d’inflation aux États-Unis est environ deux fois plus élevé que celui indiqué dans le rapport du gouvernement. Afin d’empêcher l’augmentation des paiements de la Sécurité sociale, le gouvernement a modifié sa façon de mesurer l’inflation. Dans l’ancienne méthode, le taux d’inflation mesurait le coût nominal d’un standard de vie défini. Si le prix du steak montait, le taux d’inflation montait avec. Aujourd’hui, si le prix du steak augmente, le gouvernement présume que les gens l’échangent contre des hamburgers. L’inflation ne monte pas. À la place, c’est l’étalon du niveau de vie qui descend.

Regarder mourir le dollar, par

Je tombe hier sur ce bout de texte et je repense à nos propres problèmes de perception de l’inflation.
Cela fait des années, depuis le passage à l’euro, qui a relativement bien coïncidé avec le passage à droite du gouvernement, que les gens se plaignent de la vie chère. Ce qui est reporté depuis toutes ces années par les journalistes de cette manière : les consommateurs ont l’impression (ou le sentiment !) que les prix augmentent. Autrement dit, les gens couinent, mais c’est dans leur tête que ça se passe, voyez les chiffres officiels de l’inflation, aussi plats que l’encéphalogramme d’un électeur le matin du 6 mai 2007...
Les chiffres, les études, les reportages, tout montre une réalité présentée comme objective qui nie la somme des expériences individuelles, forcément subjectives. Quand les gens, cette entité floue et mal définie, se plaignent de devoir raboter le budget bouffe, on leur rétorque doctement que c’est parce qu’on ne peut avoir en même temps l’i-Phone et l’écran plasma !

Puis vient la révélation, subitement reprise partout : oui, les prix à la consommation ont explosé, oui, il devient difficile d’acheter son jambon Herta et ses yaourts Danone. Et voilà enfin le spectre du pouvoir d’achat qui envahit l’espace public de communication.

Et le storytelling qui prend immédiatement le relais pour reconstruire cette vérité qui dérange.

Rapidement, on remarque que le discours médiatique se focalise sur le ménage de Français moyens qui n’arrive plus à boucler son budget. Chaque média présente SON ménage de Français moyens et, pourtant, ils se ressemblent tous : un couple urbain d’actifs avec deux enfants qui n’a que 3 000 €/mois de revenus.

Rewind : que 3 000 €/mois de revenus !!!

Un ménage moyen !

Je sens que si j’étais un ménage moyen, je n’aurais pas tant de problème que cela à boucler mon budget. Surtout que je ne biche ni sur l’i-Phone ni sur l’écran plasma ni sur les vacances au ski à Courchevel ni sur un 4x4 Cayenne et autres petits accessoires standards de la normalité familiale.

En fait, en deux jours de zapping mou sur les grandes messes de l’info, j’ai fait le tour de la famille moyenne type... selon les médias. Dans la presse d’info, même combat : tout le monde avait une famille moyenne sous le bras qui ne s’en sort pas avec 3 000 €/mois. Soit déjà deux personnes qui gagnent chacune 1,5 Smic... À chaque fois, c’est le catalogue de la débrouille, la litanie des sacrifices, avec des vacances assignées dans la résidence secondaire, parce que plus de fric pour les voyages, les courses au discounter (haaaa, c’est trop affreux !) parce que sinon, on doit zapper le petit resto, la modération sur les achats coup de cœur...

Franchement... et après ça chouine pour le prix du litron de lait ?

Bref, la mise en scène de ces ménages moyens est créatrice d’un double discours : regardez comme on se préoccupe de la vie des vrais gens... comme vous et m’enfin, soyons sérieux, c’est pas si grave dans le fond, hein, bande de grands enfants gâtés qui veulent le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière ! Jusqu’au petit glissement insignifiant vers l’idée qu’on ne peut pas avoir les RTT ET l’écran plasma.

Ce que, du coup, les médias ne montrent pas, c’est la réalité croisée d’une forte hausse des produits de première nécessité avec la forte baisse des revenus d’une part croissante de la population précarisée. Nous sommes invités à compatir avec les difficultés d’une famille qui, selon toute logique, devrait blaser plus de 60 % des spectateurs, afin de mieux zapper l’impact de la situation économique sur ces millions de personnes qui surnagent vaguement avec un Smic partiel, un RMI ou que dalle... La famille moyenne en panne de pouvoir d’achat est la construction d’un objet médiatique destiné à nous faire oublier la question centrale qui est celle de la répartition des revenus et de la paupérisation galopante des classes moyennes.

Ainsi, on réduit les difficultés réelles d’une part croissante de la population à accéder au minimum, comme de quoi bouffer ou se loger, à une problématique de réduction des loisirs... Une pure négation du réel vendue comme une vérité, avec une histoire de vrais gens à l’appui.

Et ainsi, on n’évoque pas le moins du monde le transfert de 10 % du PIB des revenus du travail à ceux du capital, l’impact des nécrocarburants sur le prix des matières premières agricoles mondiales et sur notre nourriture en particulier, le fait que le prix des loyers a rattrapé celui des salaires, que la hausse du prix du pétrole est surtout un problème de baisse du dollar et devrait peu nous affecter, etc.

Bref, ce n’est pas l’imaginaire sarkozyste qui est au pouvoir, mais une vaste entreprise globale de négation de la réalité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • denis84 25 mars 2008 12:11

    Que pourrait on rajouter ?

    Rien,à part

    Merci


    • tvargentine.com lerma 25 mars 2008 12:18

      Permettez moi d’affirmer que ce discours est réducteur car il ne tient pas compte des contraintes extérieurs que d’ailleurs la gauche de Mai 1981 avait connu

      Nicolas Sarkozy n’est pas responsable des marchés des matières premières (blé,pétroles,......)

      Nicolas Sazkozy n’est pas responsable du passif des années de destruction d’emplois industriels durant les "restructurations" des années noires 83 avec la suppression de pan entier d’industrie lourde en les substituant par des emplois pauvres dans les services

      La misère c’est accèlerée sous la gauche au pouvoir et remerciez le gouvernement de mettre en place des outils comme le RSA pour permettre à des personnes dans de grandes difficultés de pouvoir resortir du système de l’exclusion et du RMI

      Avant de faire le procès de Sarkozy,faite donc le procès des élus locaux (comme JP HUCHON) qui externalise à l’internationnal les fonds publics


      • La Zélie 25 mars 2008 12:54

        excellent, rien à ajouter

         

        Ah si ! Lerma quand je vois votre nom je passe sans lire : continuez donc à vous fatiguer à écrire, je ne me fatigue plus à vous lire.


        • sisyphe sisyphe 25 mars 2008 13:08

          Excellent article.

          Et le pauvre lerma qui s’obstine à vouloir à tout prix revenir en arrière, pour dénier la réalité d’aujourd’hui.

          A l’attention de l’ineffable lerma, un petit graphique tout à fait édifiant sur, par exemple, la dette extérieure de la France, qui, malheureusement, s’arrête en 2005, parce que, depuis, ça continue à monter exponentiellement..

          [url=http://www.imagehotel.net/?from=upovtz4f1b.jpg][img]http://images.imagehotel.net/upovtz4f1b.jpg[/img][/url]

           

              A propos de la dette publique française ....

          Ceci expliquanr en partie (en partie seulement, hélas) cela....


          • sisyphe sisyphe 25 mars 2008 13:08

             


            A propos de la dette publique française ....


          • sisyphe sisyphe 25 mars 2008 13:10

            http://images.imagehotel.net/p90ncuwz1g.jpg

             

            Je ne sais pas si je finirai par y arriver : désolé ...


          • Bretzel man 25 mars 2008 13:25

            Imaginez que nous soyons tous les deux dans une voiturfe. Je suis au volant et je me met à accélérer comme un dingue ver sun mur. A 50m, je vous file le volant...

            On trouvera des gens pour dire que vous êtes responsable de l’accident.

            Vous auriez pu par honnêteté nous montrer la courbe du chomage selon le même point de vue.

            Pui celle de l’immigration.

            Puis celle de la croissance internationale.

            Et vous auriez un tableau plus clair de la situation.

            La gauche a laissé à la droite 3 millions de chomeurs, une immigration incontrôlée qui coute chaque année 300 milliards à l’état, une assurance maladie en déficit. Et la croissance mondiale forte en 95 a juste permi à Jospin de ne pas agraver la situation.

            Bien sur, on pourrait lire les chose de la manière opposée.

            L’intelligence ne serait-elle pas de considérer que nous avons été très mal gouvernés depuis 50 ans. D’arrêter de justifier ls problèmes en rendant els autres responsables, puis d’essayer d’aplliquer de nouvelles méthodes.

             ?

            A votre avis ?

            Parce que votre querelle ridicule "c’est la droite qui a tout cassé", c’est la "gauche qui a tout cassé", je la subit depuis 20 ans, et ca me casse les roubignoles.


          • Ceri Ceri 25 mars 2008 13:10

            bon article

             

            pour ce qui est de la "pensée libérale", si évidente d’après nos chers dirigeants, il faut remonter aux années 20 et 30, quand les fondations Rockefeller, Carnegie, Ford et d’autres du même style, se sont mis à financer qui la London School of Economics, qui l’université de Chicago, qui le Mont Pèlerin, qui l’Institut d’Histoire Sociale (ici) etc.
            Et comme par hasard, tous ces think tank (appelons un chat un chat) répandent la même vision de la société et de l’économie, et comme par hasard les médias dominants répercutent à l’envie les Dogmes libéraux traditionnels. Et ce malgré qu’on voit chaque jour les magnifiques résutatts de ce système...


            • Bretzel man 25 mars 2008 13:27

              Vous pourriez remontre jusqu’à Rome... Mais votre inculture ne vous le permet pas. Depuis l’aube des temps, les riches exploitent les pauvres. Bon, vous avez 20 ans et vous venez de le découvrir. C’est bien, mais ca ne sert à rien.


            • Ceri Ceri 25 mars 2008 13:32

              quelle condescendance de la part d’un libéral dogmatique.

              J’aime qu’on m’accuse d’être ignare car, comme disait Courteline : passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet...


            • sisyphe sisyphe 25 mars 2008 13:45

              par Bretzel man (IP:xxx.x8.53.109) le 25 mars 2008 à 13H25

               
              Imaginez que nous soyons tous les deux dans une voiturfe. Je suis au volant et je me met à accélérer comme un dingue ver sun mur. A 50m, je vous file le volant...

              On trouvera des gens pour dire que vous êtes responsable de l’accident.

              Vous auriez pu par honnêteté nous montrer la courbe du chomage selon le même point de vue.

              Pui celle de l’immigration.

              Puis celle de la croissance internationale.

              Et vous auriez un tableau plus clair de la situation.

               

              Oui : j’aurais très bien pu, effectivement.
              On se serait rendu compte du nombre de chomeurs AVANT le gouvernement JOSPIN, et celui APRES : 2 millions en moins.

              Par ailleurs, l’immigration est stable en France depuis environ 20 ans : elle est même en régression, et un des taux les plus faibles de l’Union Européenne (ne parlons même pas des Etats-Unis)

              Pour ce qui est de la croissance internationale, celle de la France, sous le gouvernement Jospin, était AU DESSUS de la moyenne européenne, alors que, depuis, elle est systématiquement EN DESSOUS.

              Et le reste à l’avenant.

              Sans parler de l’explosion, depuis quelques années, des emplois à temps partiel, de l’explosion de la précarité, des sdf, des problèmes de logement, de la bausse du pouvoir d’achat, etc...

              Je suis prêt à comparer avec vous absolument tous ces chiffres.

              Bref, les gouvernements de droite ne sont pas seulement ceux qui favorisent les élites au détriment de TOUS les autres : classes défavorisées, comme classes moyennes, ce sont, en plus, de très mauvais gestionnaires, qui ne font qu’aggraver les choses chaque fois qu’ils sont au pouvoir.

              Quant à "refiler le volant" une fois la machine emballée, ils ne font rien d’autre, et qu’accélerer, en plus, droit dans le mur.

              Ceux qui veulent s’aveugler sur la réalité, et continuent de nier ces éléments largements démontrés par les faits et les chiffres, sont : - soit des cyniques qui y trouvent leur compte personnel , - soit des irresponsables aveuglés par leur idéologie : - soit des ignorants bernés par les trompettes médiatiques à la solde des sabordeurs de la France.


              • Alberjack Alberjack 25 mars 2008 13:48

                Merci pour cet excellent article.

                Je n’avais jamais entendu parler des "nécrocarburants"... manger ou conduire il faudrait donc choisir.

                Par contre les commentaires "cours de récré" plus haut (c’est pas nous c’est eux) sont assez lamentables. smiley


                • Monolecte Monolecte 25 mars 2008 14:07

                  Pour aller acheter/lire le bouquin de Mona !

                  Sinon, bien que je ne sois pas chez moi ici, j’apprécie quand les débats contradictoires se concentrent sur les idées (les idées sont là pour être discutées, critiquées, argumentées et démontées) et non sur les personnes.

                  Chacun d’entre nous est habilité à penser que l’autre est un con, mais c’est un peu mou du genou comme argument de débat... vous ne trouvez pas ?


                  • Céphale Céphale 25 mars 2008 14:16

                    Excellent article sur un excellent bouquin que je vais m’empresser de lire.

                     

                    Pour compléter l’article, voici une précision sur le « ménage français moyen ». Sur le site de l’INSEE, j’ai trouvé les revenus fiscaux des ménages français. Il en ressort notamment que :

                     

                    50% des ménages ont un revenu net inférieur à 16.571 Euros par an (1.300 Euros par mois)

                     

                    10% des ménages ont un revenu net inférieur à 5.960 Euros par an (497 Euros par mois)

                     

                    10% des ménages ont un revenu net supérieur à 35.615 Euros par an (2.968 Euros par mois)


                    • Alberjack Alberjack 25 mars 2008 14:38

                      @ l’auteur

                      je voulais vous répondre mais nos commentaires ont disparu. ???

                      Par contre je viens de commander le bouquin.


                      • Alberjack Alberjack 25 mars 2008 14:39

                        Ils réapparaissent tout d’un coup ! C’est bizarre.


                      • Monolecte Monolecte 25 mars 2008 14:56

                        Simple problème de rafraîchissement, sans compter qu’AgoraVox s’appuie sur la technologie SPIP, excellente, certes, mais avec un cache qui permet de limiter les requêtes au serveur mais implique parfois une maj du contenu légèrement différée dans le temps.

                        Donc, en cas de soucis d’affichage des commentaires, avant de reposter ou de convoquer la théorie des complots smiley, pensez tout simplement à lancer un rafraîchissement forcé : ctrl+F5 !


                      • Céphale Céphale 25 mars 2008 14:50

                        Excellent article sur un excellent livre que je vais m’empresser de lire.

                         

                        Pour compléter l’article, voici des données sur le « ménage français moyen » que chacun peut trouver sur le site de l’INSEE. Les revenus nets imposables par ménage (revenus fiscaux) sont les suivants :

                         

                        50% sont inférieurs à 16.571 Euros par an (1.381 Euros par mois)

                         

                        10% sont inférieurs à 5.960 Euros par an (497 Euros par mois)

                         

                        10% sont supérieurs à 35.615 Euros par an (2.968 Euros par mois)

                         


                        • Céphale Céphale 25 mars 2008 14:52

                          @Alberjack

                           

                          J’ai eu le même problème !


                        • Le péripate Le péripate 25 mars 2008 20:50

                          Ravi de retrouver ici cet article que j’avais eu l’occasion de lire "à la source". Pour le livre, j’attendrais que ma bibliothèque se le fournisse.... hélas. J’ai la perception que je ne peux plus m’offrir tous les livres que j’aimerais lire


                          • vieuxcon vieuxcon 26 mars 2008 09:13

                            Merci monolecte,

                             

                            pour cet article d’abord, et pour votre site sur lequel je suis allé faire un tour.

                             

                            Dommage, je vous ai raté à Nantes, mais j’avais décidé de fêter l’arrivée du printemps en Suisse.( et j’ai vu l’hiver et la neige).

                             

                            Comme vous le dites si bien, sa suffisance nous prend pour des nigauds. Effrayant les reportages sur les familles moyennes, qui pour 60 % des Français, sont des familles aisées. Étonnante simplification mathématique, qui permet de voir la vie en rose, là où elle n’est parée que de gris. Mais je sais que mes voisins trouvent aussi ces reportages insultants, quand on est veuve avec 800€ par mois, ou "bien payé" à 9€ de l’heure au lieu du 8.5€ habituel.

                             

                            Sa suffisance a décidé de surveiller nos sites : que son sbire lui relate ceci : Oui, la France s’enfonce dans la misère, pendant que sa suffisance parade dans l’insolence. Oui, sa Sufisance et bien au-dessous de la moyenne dans l’esprit de nombreux Français, qui ne l’intègre même plus dans leurs pensées. Sarkoland est terminé, les Français sont déjà passés à autres choses.


                            • dom y loulou dom 26 mars 2008 21:31

                              merci pour cette belle lucidité. 


                              • TSS 29 mars 2008 14:34

                                vu à la station Jean Jaurès,ce tag sur une affiche :

                                "les bio carburants,conduire ou mourir(de faim) il faut choisir !!"


                                • tvargentine.com lerma 29 mars 2008 16:23

                                  Oui entièrement d’accord avec vous ,car bien souvent les arguments sont de prendre des esprits contradicteurs pour des trolls,comme d’autres en Chine considère comme ennemie du communisme tout opposant qui n’a pas la pensée unique à la place du cerveau

                                  Je suis d’accord en espérons vous lire plus souvent et je ne manquerais pas de voter pour vos articles à la place des DUGUE ,MORICE LA TAVERNE

                                   


                                  • moebius 29 mars 2008 22:28

                                    gnin gnin agonie agonie vox tibet libre

                                     


                                    • common decency 24 avril 2008 00:20

                                      Ce qu’on appelle mettre dans le "mille"...et avec quelle plume !

                                      Merci


                                      • E-fred E-fred 24 avril 2008 09:14

                                        Bonjour Monolecte.

                                        Bravo pour vos articles et pour vos conseils ( ctrl+F5).

                                        Sur le net (fracture numérique !)et Avox depuis quelques mois, je découvre jour après jour des articles de grandes qualités.

                                        Merci de proposer un livre qui dénonce la "culpabilisation" de ceux qui ne peuvent ou ne veulent s’inscrire dans le moule : "la jolie femme, le couple d’enfants parfaits, la maison lumineuse, la voiture spacieuse et modulable, les collègues sympas et les soldes deux fois par an." Et le très juste : Consommer, c’est se réaliser et s’affirmer dans son mode de vie à soi tout seul. Exister, c’est posséder."
                                        Etre ou Avoir ?
                                         

                                         


                                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 avril 2008 09:26

                                          Le pessimisme est la doctrine opposée à l’optimisme. C’est un état d’esprit selon lequel la somme des maux de ce monde dépasse celle des biens. En particulier, d’après cette doctrine, la vie humaine est une perpétuelle douleur (Schopenhauer), parce que notre destination est d’agir et qu’agir consiste à obtenir ce que nous n’avons pas. Le pessimisme nie le progrès de la civilisation et de la nature humaine.

                                          « Il faut allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté » — citation d’Antonio Gramsci (1891-1937), qui se serait inspiré de celle de Romain Rolland : « Pessimisme de l’intelligence, mais optimisme de la volonté. »


                                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 avril 2008 09:29

                                            L’optimisme désigne chez l’être humain un état d’esprit qui perçoit le monde de manière positive. Une personne optimiste a tendance à voir « le bon côté des choses », à penser du bien des gens, et considère que des évènements, même fâcheux, prendront quoi qu’il arrive une tournure positive en fin de compte.

                                            L’optimisme est le contraire du pessimisme. Cette opposition est métaphoriquement illustrée par la question de savoir si un verre donné doit être considéré à moitié plein (vision optimiste) ou à moitié vide (vision pessimiste).

                                            L’optimisme est un sentiment positif en tant que moteur de l’initiative. Toutefois le suroptimisme (ou surconfiance) est un biais cognitif (et émotionnel) pouvant conduire à des prévisions hasardeuses, un excès de confiance et des comportements dangereux


                                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 avril 2008 09:42

                                            J’ capte rien , j’ ai pas la tnt ...

                                             

                                             1960 rapport aux millénaires passés et à venir est minime ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès