Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Révolutions dans le monde arabe : et nous ?

Révolutions dans le monde arabe : et nous ?

Pourquoi la France a besoin d'une révolution démocratique. 

Comment effectivement, rester de marbre face à ce qu'il se produit dans le monde arabe, et qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la chute du mur de Berlin, à l'exception faite de ceux qui sont tombés au nom de la liberté ?

Ainsi, la chute du régime Ben Ali, plus rapide que n'ont pu le croire politiciens et commentateurs, a entraîné aussi celle de Moubarak, quant à la Lybie, tout indique que tôt ou tard, le dictateur lybien Khadafi finira lui aussi par connaître le même sort. Dans les pays autour, comme le Yemen, le Bahrein, ou même l'Iran, en attendant la Syrie, la contestation reprend de plus belle. Ainsi, nous avons la preuve que tout régime dictatorial ne peut plus tenir dans le monde d'aujourd'hui, avec les moyens modernes de communication que sont facebook, internet... et nous pourrions nous prendre à rêver que dans notre pays aussi, nous assistions à un évènement similaire...

Comment donc ? Nous vivons en démocratie ! Nous avons un Parlement élu ! Nous avons les droits de l'homme, la laïcité ! Allons, me dirait-on, vous vous emportez ! En effet... mais nous avons aussi un modèle social à bout de souffle, dépassé par l'usure des temps, qui produit des millions de pauvres, de chômeurs, de mal logés. Nous n'avons plus d'ascenseur social, mais un descenseur social, entraînant le plus grand nombre vers le bas, le déclassement. Nous avons un système fiscal et règlementaire inique, pénalisant les plus faibles, les classes moyennes (comparez le coût de la vie de certains pays avec le nôtre !). Sans même parler d'une classe politique pléthorique, qui est toujours la même depuis plus de 30 ans, ne se renouvelle pas, n'a pas d'idées neuves... Ainsi, en France, nous avons le choix entre des énarques de droite et des énarques de gauche, bien souvent, tous responsables du déclin de notre pays, des déficits, de sa faillite, des taux élevés de précarité, de chômage, etc... et tout indique que cela risque de durer longtemps, tant certains veulent à tout prix conserver leur poste.

N'oublions jamais que la plupart des hommes politiques que nous voyons aujourd'hui à la tête de ministères, ou même dans l'opposition, étaient déjà là sous les gouvernements Chirac et Balladur, à l'époque même de la présidence de Mitterrand, en 1993 ! Or nous sommes en 2011 ! Soit presque vingt ans d'écart ! Ne serait-il pas temps, enfin, de tout remettre à plat, de renouveler intégralement nos élites, de reconstruire un pays qui ne cesse de faire fuir ses riches, ses cerveaux les plus talentueux sous d'autres cieux ? Ne serait-il pas temps de permettre à notre pays de sortir plus fort de la crise, en se montrant plus volontariste que ses voisins, comme l'ont fait bien d'autres en Asie, afin d'attirer des investisseurs étrangers, de susciter la création de millions d'entreprises et de fait, d'emplois ? Ne pourrait-on pas sortir d'une logique comptable inepte qui consiste à deshabiller Paul pour habiller Jacques, et laisser Paul et Jacques tranquilles, en réformant une bureaucratie qui coûte des dizaines de milliards chaque année ? Si, certainement ! Mais cela demande-t-il de passer par une Révolution ? La question est posée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 23 mars 2011 09:44

    chez nous la revolution a aussi commencé, de façon moins violente et moins voyante, mais elle se met en place inexorablement, la preuve dans cet article....

    http://2ccr.unblog.fr/2011/02/06/en-france-aussi-la-revolution/


    • parity parity 23 mars 2011 10:06

      Tout d’abord, très bonne réflexion.
      Quelques questions se posent : les Français sont-ils prêts ?

      Prêts à sacrifier leur confort relatif pour faire bouger les choses, s’investir, se dépasser et renoncer (temporairement) à certains plaisirs pour être dans le mouvement.

      Comme disait l’autre : il faut mettre un frein à l’immobilisme !

      Je ne pense pas que la majorité soit prête à se soulever pour bouter nos vieilles élites hors de leur place. Ne serait-ce que parce que le peuple se contente du fameux panem et circences.

      Les gens s’investissent de moins en moins, et pourtant contestent dans leur coin de plus en plus.

      Il faudra nécessairement quelqu’un qui soit assez incorruptible et bon leader pour mener tout ça !


      • dominique 23 mars 2011 11:13

        A gauche ou a droite les éléphants sont partout. C’est évident, à voir tous les avantages dont disposent nos politiques, ils seraient bien idiots de ne pas en profiter. Ils se font payer grassement sur le dos de leurs concitoyens ou de leurs adéhrents suivant qu’ils soient élus au pouvoir ou élus dans l’opposition. Et le Français tel les moutons de Panurge laisse faire. On nous dit tous les jours que les caisses sont vides mais pas pour tout le monde. A voir nos élus de tout bord, nationaux ou locaux, ont ne voit pas la crise. En avez vous déjà vu un qui roulait en 106 ou en saxo ou en twingo ? Non bien sur pas assez bien il faut bien assurer son standing et sa classe sociale....


        • terreetciel terreetciel 23 mars 2011 12:23

          C’est fait.. pour la première fois dans l’histoire nous avons un président de la république d’origine étrangère. C’est vraiment une révolution


          • gaijin gaijin 23 mars 2011 12:56

            " Ne pourrait-on pas sortir d’une logique comptable inepte qui consiste à deshabiller Paul pour habiller Jacques, et laisser Paul et Jacques tranquilles, en réformant une bureaucratie qui coûte des dizaines de milliards chaque année ?« 
            Mais si bien sur il ya longtemps que la bureaucratie n’ à pas d’autre effet que de produire toujours plus de bureaucratie.
            Pas seulement au niveau étatique mais également dans les entreprises ou on constate une prolifération de la hiérarchie intermédiaire et des procédures documentaires ineptes.
            Quand a la réunnionnitte il en est comme la peste de Mr de la Fontaine : »Tous n’en mourraient pas mais tous étaient atteints « 

             »Mais cela demande-t-il de passer par une Révolution ? La question est posée."
            Si par révolution vous voulez signifier mettre en place une nouvelle élite je ne crois pas.
            La révolution que je souhaite c’est qu’individuellement chaque personne comprenne qu’un berger ne mène son troupeau que dans deux directions : la tonte ou l’abattoir.
            il est peut être enfin temps que nous cessions d’être des moutons ?
            mais non ?
            mèèèèè si !!


            • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 23 mars 2011 16:17

              Des solutions existent pour faire avancer les choses :

              • Limiter à un mandat renouvelable une seule fois.
              • Obliger les fonctionnaires à démissionner s’ils sont élus.
              • Retirer aux haut-fonctionnaires le privilège de l’emploi à vie, ainsi que le poste automatique à la sortie de l’ENA.
              • Exiger des syndicat une transparence totale sur leurs compte et en contre-partie, élargir leurs missions (gestion autonome des assurances chômage, assistance aux salariés pour le choix des assurances santé, des caisses de retraite et d’épargne). La plupart des salariés devront donc être syndiqués pour pouvoir bénéficier des ces prestations dans les meilleures conditions.
              • Faire sortir l’état de toutes les activités non régaliennes.
              • Permettre à chaque citoyen de choisir librement l’âge de son départ à la retraite, l’école pour son enfant, son assurance santé, les arts et spectacles qu’il veut financer.
              • Interdire toute subversion aux entreprises.

              Voilà déjà un bon début. Les citoyens se réapproprient le pouvoir. Les décisions partent du citoyen vers l’état et non le contraire.

              • Peretz Peretz 28 mars 2011 18:11

                Donc changer de Constitution : il n’y a pas d’autres méthode pour que le citoyen se réapproprie ce qui lui a été confisqué depuis longtemps, le pouvoir souverain pourtant promis dans le préambule.www.voiescitoyennes.fr


              • terreetciel terreetciel 21 avril 2011 14:41

                Un frein à l’immobilisme smiley
                ce serait peut être un accelerateur smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès