Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Royal, Bayrou et Le Pen ont déjà accepté le principe d’un débat sur (...)

Royal, Bayrou et Le Pen ont déjà accepté le principe d’un débat sur Internet

Plusieurs interventions publiques témoignent que Ségolène Royal et
François Bayrou ont d’ores et déjà adopté le principe du débat sur
Internet (les vidéos proviennent du blog de la campagne présidentielle sur le net tenu par la Générale de Production ; voir aussi cette vidéo de Mémoire Vive). Ségolène Royal déclare qu’elle accepte l’invitation et regrette l’éventuelle absence de M. Sarkozy.

M. Le Pen a récemment confirmé qu’il participerait "avec plaisir" à un tel débat sur Internet.

Nous sommes donc dans l’attente de la réponse du candidat de l’UMP.




Rappel : Les internautes appellent les candidats à débattre le 16 avril


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (149 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Marianne Marianne 12 avril 2007 17:20

    Pouvez-vous nous en dire plus sur les modalités ? Qui animera le débat ? est-ce en temps réel ou en différé ?Les internautes interviendront-ils ? Minutage du temps de parole ? Il faut que cela reste assez naturel...


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 12 avril 2007 18:43

      Toutes ces modalités sont en train d’être discutées en ce moment. Aucun partenaire technique nous assure le direct sur Internet si on pas la certitude d’avoir les 4 candidats... Nous partons donc sur une solution avec un léger différé et on pourra toujours passer en direct si les 4 sont là. Le tout sera diffusé en marque blanche et duplicable partout.

      Nous venons de mettre un sondage à droite de l’écran pour nous aider à choisir les thèmes qui seront abordées lors de ce débat. N’hésitez pas aussi à poser ici des questions précises. Dans tous les cas, on analyse aussi les commentaires des anciens articles d’AgoraVox.


    • PCCE 13 avril 2007 05:00

      Carlo,

      1°) merci la prochaine fois de ne pas vous exprimer au nom des internautes. Pour mémoire EUCD.INFO avec près de 175 000 signatures ne l’a pas fait. Nous voyons mal comment avec quelques 1500 signatures vous seriez légitime pour le faire. En tant qu’internautes, nous ne nous souvenons d’ailleurs pas vous avoir autorisé à parler en notre nom.

      2°) difficile de contredire le porte-parole de Philippe De Villiers quand il affirme : « L’organisation actuelle constitue un véritable déni de démocratie. Elle restreint également l’espace de liberté qu’est Internet en le rendant similaire aux autres médias, soumis aux « grands » partis politiques et aux instituts de sondage ».

      3°) faire un coup, c’est bien humain mais un peu de recul aurait été utile. Nous vous renvoyons ici au dernier communiqué de la Ligue Odebi : « avec une telle proposition, les organisateurs du projet jouent avec le feu : Odebi rappelle la lutte et l’engagement de nombreux internautes contre la tentative de mise sous tutelle CSA du net lors de l’examen du projet de loi pour la confiance dans l’économie numérique. En optant pour une solution permettant effectivement de contourner une règle au demeurant légitime et fondée du CSA, les organisateurs démontrent donc une absence de mémoire, mais aussi de vision prospective : Un tel contournement pourrait inciter le législateur à étendre le domaine d’intervention -actuellement existant via la définition des services de radio et de télévision- du CSA sur le net, comme permet d’en présager une récente déclaration de Nicolas Sarkozy ».

      4°) En choisissant finalement cette forme inique de débat, vous sabordez sans doute vous même cette initiative : aucun candidat ne pourrait impunément rentrer dans ce jeu dans ces conditions. Mais puisqu’a priori rien n’est certain, de deux choses l’une : soit le débat à quatre (enfin trois pour l’instant) a lieu et les participants pourront s’enorgueillir d’avoir fait le jeu de sondocrates ; soit ce débat n’a pas lieu et vous voilà Gros-Jean comme devant.

      P. Cohet, C. Espern

      Rem peragit nullam Sertorius, inchoat ommes
      hunc ego, cum futuit, non puto perficere.


    • citoyen citoyen 13 avril 2007 08:07

      La question essentielle est que la nécessité de ce débat avant le premier tour soit posée, aujourd’hui l’idée en est acceptée mais on avance ici des arguments soit techniques, soit de principe pour ne pas y aller, seul Sarkozy et son entourage osent prétendre que ce n’est pas conforme à l’idée de l’élection présidentielle (cf site de François Fillon) où j’ai laissé deux coms

      A suivre donc


    • Carlo Revelli Carlo Revelli 13 avril 2007 09:32

      Pascal, je comprends ta remarque et je partage certaines des choses que tu dis. Cela dit, j’aimerais que tu resitues le contexte (mettre d’accord X partenaires) et le timing (1 semaine). Dans ces conditions, les choix étaient trois : ne rien faire (ce qui peux encore arriver comme tu le soulignes), faire uniquement un truc à 4 (ce qu’on proposé la plupart des partenaires) ou bien tenter une solution hybride avec ses imperfections (ce qu’on a proposé). Pour une raison ou pour une autre, toutes les autres possibilités n’avaient aucune chance d’aboutir.


    • parkway (---.---.18.161) 13 avril 2007 13:59

      à carlo revelli

      « Cela dit, j’aimerais que tu resitues le contexte (mettre d’accord X partenaires) et le timing (1 semaine) »

      quand on se dit impartial, il faut se donner les moyens de l’être.

      un spécialiste de la comm comme vous se doutait bien qu’une semaine ne suffiraît pas à mettre en place une réunion politique à 12 personnes.

      l’impartialité voudraît que vous abandonniez cette idée de jouissance à 4 hyper-médiatisés pour ce 1er tour ;

      c’est ce qu’il pense le parkway...


    • (---.---.95.101) 13 avril 2007 20:01

      3°) faire un coup, c’est bien humain mais un peu de recul aurait été utile. Nous vous renvoyons ici au dernier communiqué de la Ligue Odebi : « avec une telle proposition, les organisateurs du projet jouent avec le feu : Odebi rappelle la lutte et l’engagement de nombreux internautes contre la tentative de mise sous tutelle CSA du net lors de l’examen du projet de loi pour la confiance dans l’économie numérique. En optant pour une solution permettant effectivement de contourner une règle au demeurant légitime et fondée du CSA, les organisateurs démontrent donc une absence de mémoire, mais aussi de vision prospective : Un tel contournement pourrait inciter le législateur à étendre le domaine d’intervention -actuellement existant via la définition des services de radio et de télévision- du CSA sur le net, comme permet d’en présager une récente déclaration de Nicolas Sarkozy ».

      Mdr. En résumé, pour éviter que le CSA viennent nous les briser sur le net respectons scrupuleusement ce qu’il pourrait nous imposer !!! En gros, auto-censurons nous !!!


    • Voltaire Voltaire 12 avril 2007 22:54

      Excellente suggestion


    • Vincent 12 avril 2007 17:42

      Bien, bien, bien.

      C’est une excellente nouvelle n’en déplaise à certains. Pour aller dans le sens de la remarque précédente, il serait intéressant de connaître les modalités ainsi que nos éventuelles participations et / ou intervention dans ce débat, ne serais que pour des questions d’organisation personnelles.

      Effectivement si certains d’entres-nous souhaitent se rendre à Paris lundi prochain pour prêter main forte à l’équipe d’organisation (je veux bien faire des sandwichs ou autres tâches qui pourrait aider)il serait opportun d’expliquer en détail les modalité car pour poser une journée de congé c’est pas lundi matin qu’on le fera alors c’est demain ou jamais.

      Car malgré les différents mails envoyer, jusqu’à maintenant pas de réponse de votre part, d’autre part plus de lien sur la page pour les inscrits au débat.

      Merci de nous répondre si possible sur le fil de ce post.


      • roman (---.---.241.10) 12 avril 2007 20:15

        Je peux amener de la terrine de foie frais de sanglier si ça peux aider pour faire les sandwichs. J’ai ma glacière dans la voiture, il n’y aura donc pas de problèmes pendant le trajet.


      • roman (---.---.241.10) 12 avril 2007 20:29

        Plus sérieusement je trouve très honorable les candidats qui acceptent de débattre, beaucoup moins ceux qui n’acceptent pas, et vraiment pas du tout ceux qui critiquaient le duel Sarko-Ségo manipulés par les médias et qui font de même aujourd’hui avec des candidats désignés par des méthodes anti-démocratiques quand leur favori en fait parti. Que de l’hypocrisie ! C’est bien de réagir, mais c’est pas la peine de brasser de l’air pour se faire remarquer. A moins que... la sensation ou l’envie de pouvoir ne soit plus forte !


      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 12 avril 2007 17:44

        Salut Carlo

        Bonne nouvelle, je suis très heureux pour ton ( notre ) site.

        Parait qu’il y aura un absent pas sur !

        Aller juste pour l’agacer,... au fait Sarkozi, qui c’est celui là !( déjà qu’il à fait un ******* ( censuré par P@py ) un cht’iot caprice, parce qu’il n’y avait pas les pontes de france 3 pour l’accueillir l’autre jour ! )

        @+ P@py


        • lolokerino (---.---.236.181) 12 avril 2007 17:49

          Facile d’accepter le debat quand on sait qu’il ne se fera pas

          Ces trois candidats qui se serait prononcé ainsi font oeuvre de demagogie en apparaissant comme democrate, ouvert et acceptant le risque en ...ne risquant pas grand chose !

          Demander leur s’ils accepteraient un debat à temps de parole egal avec Bové, Shivardi, besancenot par exemple ?

          Ou Voynet et de Villier ? Bien sur que non, ils prendraient ainsi le risque de credibiliser la candidatures de ces challengers et se mettre à la même « hauteur », c’est à dire risquer un nivelement par le bas !

          Soit un debat à douze sur une chaine publique soit rien du tout !!!!!!!!!!!!!


          • Vincent 12 avril 2007 17:57

            Le nivellement par le bas, c’est peut-être pour cette raison que le p’tit Nico ne veut pas participer.....

            Il a peur de faire baisser le niveau....

            Donc la chaise vide est tout à son honneur, est puis franchement il ne va pas courir le risque de se mettre en danger.

            D’après les sondages il serait assuré du second tour, donc je pense qu’il va rester en retrait, étant donné sa dernière démonstration de courage à Lyon......

            Et regarder s’étriper ses concurrents directs


          • énrico (---.---.140.146) 13 avril 2007 10:30

            Oui, et puis surtout, à ceux pour qui ce ne serait pas encore évident, il n’a pas de c......es, un point, c’est tout !

            Ps : Il faut appeler un chat un chat


          • jujubinche (---.---.162.94) 13 avril 2007 12:11

            C’est surtout que sarkozy est nul dans cet exercice. Sa methode du mensonge de la volte face permanente ne tient pas deux seconde face a des contradicteurs autres que les journalistes du figaro.

            Je suis persuadé qu’il se ferait ridiculiser par Mme Royal et encore plus par mr Bayrou. Il ne peut tenir que face à lepen, et encore, grâce à l’image de ce dernier.

            Il esquive donc, il balaie d’un revers de main, comme il l’a toujours fait.

            Le plus triste étant cette masse aveugle d’aigris prête à le suivre même dans les bas fonds sordides des ses pensées crasseuses. La france a touché le fond, elle râcle maintenant la merde.


          • Hervé Torchet 12 avril 2007 18:08

            Merci de ces info. Cette campagne de soliloques manque de débats.


            • Julot (---.---.97.120) 12 avril 2007 18:17

              A moins que ce débat soit un piège et qu’il ne soit pas assez con pour y tomber...


            • prout (---.---.146.2) 12 avril 2007 18:46

              Ben Julot-passe-moi-le-pot !


            • minijack minijack 12 avril 2007 19:06

              Bien vu, Tall !

              Peut-être est-ce que ça lui ferait réviser ses préjugés.


            • minijack minijack 12 avril 2007 19:19

              Je parierais volontiers que Sarkozy ne cédera pas à la pression, et ne consentira pas à ce débat face à un monde d’internautes qu’il combat disons-le carrément, et dont il sait très bien qu’ils ne lui sont pas favorables dans leur majorité.

              Néanmoins, quelle que soit la suite donnée par les autres candidats, je me ferai un plaisir de répercuter sur gazettedorleans.fr

              Et tant pis pour les absents !

              Croisons les doigts pour que ce débat voie le jour.


            • matozzy (---.---.30.69) 12 avril 2007 21:03

              — -"S’il ne participe pas, les médias vont le sucrer là-dessus, je serais journaliste, je lui demanderais : Mr Sarkozy, pensez-vous que la lâcheté est génétique ?"---

              Oui... ce serait une belle question. Même s’il est probable que tu recevrais ta lettre de licenciement dans les 24h qui suivraient...


            • Dedalus Dedalus 12 avril 2007 18:12

              Un ministre de la République démissionne à grand fracas du gouvernement à la veille des élections présidentielles et publie dans la foulée un livre intitulé Un mouton dans la baignoire dans lequel, entre autres choses, il raconte que l’ex-ministre de l’Intérieur, actuel candidat à la Présidence de la République, l’a insulté - Tu es un connard, un déloyal, un salaud ! - et menacé de représailles physiques - « Je vais te casser la gueule » ; on s’attendrait à ce que le monde médiatique soit en émoi, que l’information fasse les gros titres, que les journalistes tentent d’en savoir davantage, enquêtent, posent des questions, s’interrogent, fassent leur boulot en somme. Mais non, il ne se passe pas grand chose. Service minimum. Visiblement, « on » a choisi de ne pas faire trop de vagues. Alors le citoyen s’interroge : la pluralité de la presse est-elle en France si mal en point que les journalistes n’osent plus, ou ne peuvent plus faire déontologiquement leur travail ? Notre démocratie est-elle déjà à se point gangrénée, en état de décomposition avancée ? Car, on le sait bien, quand la presse n’est plus tout à fait libre, ce sont nos libertés individuelles qui sont menacées.

              Un ex-ministre, tout juste démissionnaire, explique qu’un autre ex-ministre, candidat à la Présidence de la République, l’a insulté et menacé. Mais voilà, l’un se nomme Azouz Begag (faut-il prendre un arabe au sérieux, fut-il ministre ?) et l’autre Nicolas Sarkozy (faut-il se fâcher avec un homme qui a le bras si long, la rancune si tenace et une conception de la liberté de la presse toute personnelle ?), et voilà cette presse, qui n’en manque jamais une occasion de faire des gorges chaudes de son indépendance, qui se couche lamentablement, évoque rapidement le sujet et passe rapidement à autre chose en serrant les fesses. Mais au-delà de cette pitoyable démission, c’est le scandale qu’il est nécessaire de souligner.

              On se souvient en effet des chous-gras dont cette même presse s’était empressé de faire lorsque Eric Besson a publié son brûlot contre Ségolène Royal.

              Et puis on se souvient des procès en incompétence qui ont été dressés à l’encontre de cette même Ségolène Royal, et du silence assourdissant autour des déclarations d’un Nicolas Sarkozy encore Ministre de l’Intérieur et néanmoins incapable de dire si les dirigeants d’Al Qaïda étaient sunnites ou bien chiites, pour ne citer que cet exemple.

              On se souvient également qu’après avoir glosé pendant de longues semaines sur un programme de Ségolène Royal, qu’on en finissait pas d’attendre, disait-on, il n’y eut pas un mot concernant celui de Nicolas Sarkozy qui n’a finalement été publié que... il y a moins de dix jours !!!

              Et puis il y a eu ce comuniqué de presse de la Société des Journalistes de France 3, dénonçant les propos tenus par M. Sarkozy à l’égard d’une rédaction qu’il fallait selon lui « virer » :« Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder ». On n’a alors que peu entendu leurs confrères, à ces journalistes-là. Peu se sont empresser pour relayer leur déclaration d’indépendance. Soudain, la solidarité professionnelle n’a plus exister et chacun de baisser pudiquement les yeux, gardand des doigts tremblants sur la couture de pantalons qu’on devine dégoulinants.

              Tout récemment, Nicolas Sarkozy dérape vers l’eugénisme, évoque sa conviction selon laquelle il y aurait pour l’homme un déterminisme génétique : « On nait pédophile », ne craint-il pas d’affirmer. Le suicide chez les adolescents ? C’est « parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable ». Bref, conclut-il, « la part de l’inné est immense », rejoignant ainsi sans nuance des théories « sceintifiques » en vogue principalement au sein de l’extrême-droite et dont on connait les dérives potentielles. Là encore, service minimum de la part des médias traditionnels. On se garde bien d’appuyer, on évite de soulever la question, on contourne le débat. Surtout, pas de vagues...

              Il semble même que le monde politico-médiatique dans son ensemble bruisse des colères et écarts de langages de M. Sarkozy, lesquels auraient tendance à se multiplier ces derniers temps. On en glose dans les salons et les dîners en ville, le candidat de l’UMP serait allé jusqu’à qualifier les citoyens en général, et les hommes de presse en particulier, « d’enc... », dit-on dans les milieux informés. Et chacun là encore de préférer se taire. Mais passons...

              Un ministre de la république, délégué auprès du Premier Ministre et chargé de la Promotion de l’Egalité des Chances, nous confie que son collègue de l’Intérieur l’a traité de « salaud », a menacé de lui « casser la gueule », lui a demandé de « ne jamais plus lui serrer la main à l’avenir », évoque en prime le mépris dont lui témoignaient les proches du candidat de l’UMP, l’assaillant de violences verbales telles que « Allez, fissa, sors de là ! Dégage d’ici, je te dis, dégage ! », allant jusqu’à lui marcher volontairement sur les pieds ; pour dire les choses clairement, cet homme nous confie en réalité qu’il a été traité au sein même du gouvernement de la République comme un « sale arabe » - c’est-à-dire comme sont traités quotidiennement nombre de nos concitoyens dont les origines peuvent se retrouver de l’autre côté de la Méditerranée -, mais ça n’interpelle pas ceux qui sont chargés d’informer les citoyens et de les éclairer quant au choix qu’ils auront bientôt à faire à l’occasion des présidentielles. Ça s’appelle une démission, ça s’appelle baisser son pantalon, c’est une honte et c’est un scandale. Honte pour une profession et scandale pour notre démocratie.

              Ils ne sont pas responsables ? Ce sont les patrons de presse qui sont aux ordres, eux qui définissent la politique éditorial de leurs canards ? Qu’à cela ne tienne : rien n’empêche les journalistes d’ouvrir « le blog de la presse libre » et d’y publier, éventuellement sous un pseudo, les articles et les reportages qu’on leur a refusés. Ou qu’ils les adressent à Agoravox. Après tout, les journalistes sont aussi des citoyens, non ?

              On comprend mieux alors que Nicolas Sarkozy refuse de débattre - ces adversaires seraient sans doute moins enclin à l’épargner que les journalistes -, qui plus est sur internet - où règne une liberté qu’il ne saurait tolérer.

              Sa chaise vide serait pour lui encore un masque qui tomberait.

              (article d’origine ici : http://sarkononmerci.fr/files/sarkozy%20presse%20journalistes.html )


              • birambo (---.---.241.159) 12 avril 2007 21:30

                Oui, il faut un débat sur le net. Si Sarkozy le refuse, fort bien. Les internautes et les électeurs jugeront.


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 12 avril 2007 18:14

                Bonne nouvelle et belle réussite, enfin quelque chose d’innovant capable de rompre l’ennui dans lequel tombe cette campagne, à cause notamment des règles strictes du CSA qui ne servent par forcément la qualité de la campagne.


                • pfff (---.---.0.79) 12 avril 2007 18:15

                  on s’en fout de Schivardi, il battra meme pas Cheminade Au fait, qui se souvient de Cheminade ?


                  • parkway (---.---.18.161) 13 avril 2007 14:09

                    PFF,

                    on ne se souviendra pas de toi non plus !

                    Parce que schivardi n’a rien d’intéressant à dire ?

                    et toi, qu’est-ce que tu dis donc de si intéressant ?

                    hein ? duchmol la joie !


                  • h2b1 12 avril 2007 18:21

                    pourquoi attendre Sarko ? il n’a pas plus d’intérêt que beaucoup, et de toute façon, on ne va pas l’obliger à débattre, qui part à la chasse perd sa place


                    • (---.---.140.223) 12 avril 2007 18:22

                      Merci, Carlo, de nous tenir informé de l’évolution de ce débat, bien que je doute encore du résultat !

                      Questions :

                      Serait-il judicieux de le réaliser sans l’un des acteurs ? Un peu dangereux pour ceux qui se mouillent ? Non ?

                      Quelle est votre liste de questions avec leurs degrés de pertinence ?


                      • bernard29 candidat 007 12 avril 2007 18:25

                        J’espère que vous n’attendez pas la réponse de Sarko pour faire le débat. Vous le saviez déjà qu’il ne viendrait pas lorsque vous avez lancé l’idée du débat.

                        Donc si le débat est entre BAYROU et ROYAL, le thème de la VI éme république devient d’autant plus intéressant qu’il s’agit là d’une revendication commune pour une révolution démocratique. Nouvelle république, nouvelle constitution et nouvelle démocratie.


                        • barba-papa (---.---.22.240) 12 avril 2007 18:29

                          j’espere que sarkosy n’acceptera pas de participer a ce cirque mediatique de plus.. Mais Ca sera rigolo de voir les trois guignols se battre entre eux et chercher a se placer pour la seconde place  smiley


                          • Calmos (---.---.253.195) 12 avril 2007 18:37

                            Pourvu qu’Il ne vienne pas... !!!!..

                            Vous devrez vous contenter de Ségo, de Bayrou et autres candidats en mal de démagogies...

                            Quel intéret pour lui ???? ...AUCUN .

                            Ici :les dés sont pipés ...

                            Suffit de lire les commentaires.


                            • Alex (---.---.52.62) 12 avril 2007 19:02

                              Honte à Sarkozy l’anti démocrate ! Nous avons le droit à un débat ! Que craint-il au juste ???


                              • Alx (---.---.253.69) 12 avril 2007 19:11

                                il serait intéressant de demander à Bayrou et Sarkozy pourquoi ils ont rendu visite à Omar Bongo (dictateur du Gabon depuis environ 40 ans...). Voir le site de Survie : http://www.survie-france.org/article.php3?id_article=914

                                Sarkozy a dit (mais ce fut peu (ou pas) repris par les médias français) qu’il venait demander conseil à un ami... Qui a parlé de rupture avec la Françafrique ?


                                • birambo (---.---.241.159) 15 avril 2007 22:58

                                  tout à fait d’accord !


                                • Justin Themiddle Justin Themiddle 12 avril 2007 19:15

                                  Je pense que pour le déroulement du débat (thème, présentation ect...) tout doit se décider avec les acteurs pour arriver à une formule qui fasse l’unanimité parmis les présents.

                                  J’espère que plusieurs thèmes seront débattus.

                                  Ma seule question serait : combien de temps durerait un débat ? Quels sont les candidats qui à l’heure actuelle sont ok sur la date et l’horaire fixé ? Ils devront modifier leur emploi du temps non ?


                                  • Thomas Roussot Thomas Roussot 12 avril 2007 19:52

                                    Excellente nouvelle, les absents ont toujours tort...


                                    • toto1701 (---.---.111.54) 12 avril 2007 19:59

                                      on n’est jamais trop vigilant en politique,les machines a voter ne pourraient t’ils pas servir de caution a des sondages bidonnés moi je sens comme une arnaque ...il y a trop d’assurance chez ce candidat et de plus il refuse le debat comme si les électeurs etaient son compte en banque perso !!!


                                      • ManUtopiK (---.---.36.141) 12 avril 2007 20:00

                                        Sincèrement, pensez-vous que ce débat soit réellement démocratique ? 4 candidats sur 12, c’est pas un vrai débat pour moi...

                                        Vous dites que ce débat est à l’initiative des internautes ! Qui à réellement été consulté ? Ce débat est une tricherie et dévalorise l’idée d’un réel 5ème pouvoir sur Internet. Vous êtes en train de corrompre la blogosphère !!!! Avec de tel principe je considère que la blogosphère est manipulée !!!

                                        Je rappelle que Carlo Revelli est le PDG de la société Cybion à l’origine d’Agoravox. Ce débat est une initiative des médias privés !!!!!

                                        N’étiez-vous pas les défenseurs des petits médias ??? Pourquoi alors parlez-vous de « principaux candidats » ???

                                        Je suis déçu par ce site Agoravox, qui n’est plus réellement le média des citoyens.


                                        • Carlo Revelli Carlo Revelli 12 avril 2007 20:27

                                          Oui Cybion (société privé que j’ai créé avec Joël de Rosnay en 1996 et dont nous sommes les principaux actionnaires) est l’éditeur d’AgoraVox. C’est indiqué partout sur le site, notamment dans la rubrique « Qui sommes-nous ? ».

                                          Où est le problème ? Le plus grand et connu média citoyen au monde (OhMyNews) est aussi détenu par une société privé. Et alors ?

                                          Pour la polémique sur le 4 candidats, notre position est différente par rapport aux autres médias. On a demandé de faire aussi deux autres tables rondes avec les autres candidats. Je l’explique ici http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22156

                                          La solution n’est pas parfaite, j’en conviens, mais difficile de faire mieux dans un lapse de temps si réduit, sans moyens et avec plein de partenaires différents chacun avec sa vision des choses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès