Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Royal, une candidate virtuelle

Royal, une candidate virtuelle

C'est ça, ciao!Ainsi donc Ségolène Royal a ouvert un nouveau comité Désirs d’avenir dans Second Life, le jeu dans lequel vous vivez, devant votre écran, la vie que vous n’avez pas dans le réel.

Elle l’annonce dans une vidéo dûment signalée aux blogueurs - pour laquelle, cette fois, FatCat et l’équipe de Ségolène Royal ont choisi d’abandonner les artifices amateurs professionnels. Je vous avouerai que je n’y ai, de prime abord, prêté qu’une attention très relative, avant de voir certains admirer la modernité du procédé et, au premier chef, mon camarade Versac, qui célèbre l’initiative de Ségolène Royal, au contraire de celle de Nicolas Sarkozy dont le site sarkozy.fr, est à divers égards pathétique voire témoigne du mépris pour sa recherche personnelle. Natacha, de Mémoire-vive, est plus factuelle, quand Eolas s’interroge sur le respect des normes environnementales dans un monde virtuel.

Vous l’aurez compris, mes dispositions personnelles ne m’incitent pas outre-mesure à la ségolâtrie. Au demeurant, j’aurais eu la même approche que Vincent Feltesse, secrétaire national-adjoint aux Nouvelles Technologies du PS, selon lequel l’Internet est certes un outil de marketing, il ne faut pas que la fascination pour le high-tech affaiblisse et dévalorise le discours politique. La dévalorisation du politique, celle qui veut que la campagne soit ludique - et mette des petits noeuds dans les cheveux des enfants - n’en a cure.

Mais j’ai surtout été pris d’un fou rire dans mon bus matinal lorsque l’opportunité de ce choix stratégique m’est apparu, comme en vision : Ségolène Royal a le cran de s’affirmer en candidate virtuelle.

De la part d’une candidate dont le programme est toujours on ne peut plus évanescent, à moins de cent jours du premier tour, et dont on peut penser que le silence sur le fond est stratégique, c’est un tour de force qui suscite l’admiration ! Un petit rappel, pour les moins attentifs ? Ségolène Royal c’est, tout de même : J’ai l’opinion des Français sur l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, c’est le C’est ce que j’ai appelé l’ordre juste, aux Français de s’en saisir et de me dire ce qu’ils entendent par ordre juste, c’est la candidate qui, en vingt-cinq ans de vie politique, n’a pas eu le loisir de se forger une opinion sur l’amnistie des PV, c’est celle dont le livre participatif en ligne est resté en rade au chapitre 2, celle dont le livre physique annoncé pour le printemps dernier est toujours en précommande à la Fnac et ailleurs, et devrait paraître... après les présidentielles !

Bref, assurément, de la part de celui qui lui a suggéré de s’installer dans Second Life, c’est un choix stratégique osé que d’insister lourdement sur la virtualité de sa pensée.

Citer Vincent Feltesse était, de ma part, une perfidie, je l’admets. That’s life... the real life, comme the second one. Il se trouve malheureusement pris à contre-pied par la candidate de son parti. Pour autant, je partage pleinement son appréciation, d’autant plus utile qu’elle émane de celui qui est chargé des questions de Nouvelle Techno : la fascination pour le high-tech, pour l’Internet, ne peut pas, ne doit pas, faire oublier la real life. Que ceux dont le Web est le métier voient midi à leur porte, ou plutôt dans le menu Démarrer de leur ordinateur, est une chose, mais qu’ils en oublient que la vraie vie des gens n’est pas connectée est regrettable. De la même manière que Vincent Feltesse (comment ça, j’enfonce le clou ?), je pense qu’Internet est un outil, fabuleux, et je serais bien mal placé pour en critiquer l’utilisation, mais qui ne doit pas remplacer le vrai contact avec le pays, les gens, etc.

Au-delà de tout cela, je suis même assez subjugué par le fait qu’une telle initiative est diamétralement opposée à l’idée que je me fais d’une campagne typique de gauche. Certes, il ne faut pas se laisser piéger par le poids des traditions. Mais tout de même, on avait l’habitude d’entendre la gauche revendiquer les préoccupation des vraies gens...

Natacha relevait que l’équipe de Ségolène Royal avait acquis le pseudo Ségolène Royal. Soit. Avec 100$. 100 vrais dollars. Car dans Second Life - pour le peu que j’en sais - on peut claquer son vrai pognon pour obtenir de l’argent virtuel, permettant d’acheter des objets tout aussi virtuels. Ceux qui s’aviseraient de penser on est d’la baise, donc, n’auraient pas complètement tort... Et parce que le système reproduit tout de même le real world, les grandes entreprises y ont fait leur entrée, pour pouvoir y afficher leurs publicités tout pareillement. Un vrai monde de gauche, donc.

Je m’en voudrais d’empêcher certains d’entre vous de penser, par analogie, qu’en votant Ségolène Royal, ils pourraient avoir avec un vrai bulletin, une présidente virtuelle, et d’en tirer les conséquences...

Et puis, allez, stratégie pour stratégie, si l’on refuse l’hémiplégie consistant à ne voir que le Net, on relèvera que, au moment où Ségolène Royal annonçait son emménagement dans le monde virtuel, Nicolas Sarkozy, lui, célébrait devant 60 000 à 100 000 vraies personnes, la république réelle :

"Si nous voulons que la république redevienne un projet partagé, il nous faut passer de la république virtuelle à la république réelle."

De fait, et quoique cela ne soit qu’un sondage, on apprenait dans, là aussi, une remarquable simultanéité, que Nicolas Sarkozy était perçu comme prenant davantage en compte que Ségolène Royal les préoccupations des catégories populaires...

Alors, stratégie pour stratégie, il reste matière à discuter de l’opportunité de l’une et de l’autre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (179 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • frigobus 16 janvier 2007 13:47

    Je pense personnellement que les JT vont en parler, trouver ça super, dire que SL est une utopie, ça va être présenté positivement, et donner une image moderne.

    Mais moi, je vois plusieurs limites :
    - Le Front National l’avait déjà fait. Pour un truc aussi inutile et supeficiel, être 2eme n’a AUCUN avantage.
    - Le Front a fait une permanence, Ségolène s’invente un avatar. C’est différent, et qu’un président ait un avatar, c’est pas une idée lumineuse (elle va imanquablement devenir la “candidate virtuelle”, et donne du poids à la république réelle de Sarko.)
    - Une façon de voir les choses, c’est que Ségo paye un éditeur de jeux vidéo pour apparaître dans leur produit. La marque Ségolène existe donc, elle vend son image pour faire la promotion d’un produit.

    Erreur tactique qui ne méritera pas d’être tournée en ridicule. Mais ces petites erreurs sont du pain blanc pour l’ump : en quelque jours, le PS est le camp des attaques ad hominem, et le PS est allé plus loin que Sarkozy dans la communication sur le personnage.

    Quelle plus belle réponse faire au militant qui dit “Sarko le mégalo” que : c’est pas lui qui paye un éditeur pour apparaître officiellement dans un jeu pour ados”


    • seb59 (---.---.180.194) 16 janvier 2007 14:05

      Candidate virtuelle, programme virtuel, politique virtuelle.

      J’espere que notre avenir et notre bonheur ne sera pas virtuel lui...

      Votre article m’a donné envie d’aller y faire un tour, pour rigoler. smiley


      • patrick patrick 16 janvier 2007 14:30

        Ainsi donc Marie Ségolène avoue donc sa virtuitude ! Enfin i

        Nous etions nombreux à le penser mais son voyage en Chine lui ayant apporté bravitude la voici donc flanquée d un avatar !

        Bientôt son nouveau slogan « la farce tranquile » !


        • (---.---.52.252) 16 janvier 2007 14:38

          C’est tout simplement pathétique, que viennent faire des partis politiques dans un jeu virtuel. Par définition dans ce jeu on s’invente la vie que l’on veux avec les règles que l’on souhaitent, à moins que Ségo propose un programme de droite.....

          Question : si je crée un personnage, que le l’envoie faire flamber la nouvelle maison écolo en bois de Ségo, aurai-je des risques d’être poursuivit dans la justice réele.

          De même si je crée un entarteur à gage, prendrai-je 3 mois de condamnation en TIG.

          Si je cree une multitude d’avatars, et que je crée une manif virtuelle devant le Ségolo-dream-land-show, serai-je évacué par les CRS ?

          Avons-nous le droit dans second life de nuire à ceux qui ne nous plaisent pas.... Ou aux moins à ceux dont l’attitude ne nous convient pas ?

          En tout cas si c’est possible ça va pourrir ce jeu, à priori bon enfant.

          Ce sera fort dommage pour ce jeux et dommageable pour le PS.


          • (---.---.140.3) 16 janvier 2007 14:42

            Enfin ! un peu de réalisme dans la politique-fiction !

            Vivement le gouvernement virtuel !avec des salaires réels !

            Nous ne verrons même pas la différence !


            • Lartiste (---.---.12.234) 16 janvier 2007 16:47

              « Si nous voulons que la république redevienne un projet partagé, il nous faut passer de la république virtuelle à la république réelle. »

              Vous faites fausse route... « redevienne » on ne peut faire marche arrière, c’est soit la fuite en avant soit rien du tout. « C’est Marche ou Crève (de Stephen King) version 3ème millenaire et non pas XXIème siècle » = « Sprint ou crève »

              On est ma foi plus chanceux que les Américains, pour lesquels la réalité a rejoint la fiction en 2001 et où le Terminator est devenu gouverneur. Il faut voir l’avenir proche comme la robotique et la conquête spatiale et s’y investir de toute urgence avant de se teleporter sur Alpha de Centaure et je ne plaisante pas.

              Bientôt un Robot égalera une voix, mais si tous les robots sont des terminators en fin de vie, je n’ai pas de doute qu’il voteront pour leurs semblables : les Borgnes.

              L’auteur du moment c’est lui : http://www.mauricedantec.com/


              • Barbenoire (---.---.58.248) 16 janvier 2007 20:12

                Mme Royal est par définition une candidate virtuelle, avec ou sans site. C’est pour cela qu’il faudra lui donner une poignée de bit (unité de mesure informatique et non pas...) à la place de notre vote le jour de l’élection. smiley


                • Lartiste Lartiste 16 janvier 2007 20:17

                  Très bon article « Que ceux dont le Web est le métier voient midi à leur porte, ou plutôt dans le menu Démarrer de leur ordinateur, est une chose, mais qu’ils en oublient que la vraie vie des gens n’est pas connectée est regrettable. »

                  La Vraie vie des gens est entièrement connecté... par la feuille d’impot virtuel, la même feuille qui permet de devenir locataire. Le Web, c’est la vraie vie, plus que celle des embouteillage. Le Web fait gagner du temps >>> le temps c’est de l’argent >>> et le pouvoir d’achat et le temps libre, c’est plus de loisir pour sortir le week-end avec les enfants. Le Web c’est un Médium de communication commun entre les générations >>> C’est la Vraie Vie de pouvoir parler de Spiderman avec son Grand-Père...etc

                  Voyez le Buraliste du coin,, celui qui était sensé animer un quartier en réunissant les gens autour d’une Chope et d’une cigarette et voyez ce qu’il est devenu. Très précisément il fait parti d’un réseau, et ce réseau c’est celui de la Française des Jeux. C’est très frustrant pour un distributeur de boisson d’être à ce point dépendant d’un système informatique dont il ignore les subtilités.

                  Le Net n’a rien de Virtuel, c’est devenu le seul endroit où l’on peut discuter en toute sérénité en faisant abstraction « de nos attributs » et j’insiste. Pensez aux éleveurs, aux agriculteurs isolés, au monde rural, à Marly Gaumont. A -t- on en son temps qualifié la Télé de virtuel ? Non !


                  • koz koz 16 janvier 2007 22:28

                    Si je tiens activement un blog depuis 1 an 1/2, c’est que je trouve au Net quelque vertu. Mais il me suffit de discuter autour de moi pour voir qu’un nombre remarquable de personnes n’a jamais mis les pieds sur un forum ou sur un blog...


                  • javier España (---.---.203.253) 16 janvier 2007 22:12

                    Ya es la tercera vez que pongo este comentario aquí. Lo veo pero después no lo veo. Amig@s de AgoraVox, ¿qué sucede ?

                    ¡Bravo ! ¡Enhorabuena ! Un hombre no se habría atrevido a dar un paso tan innovador en su trayectoria política, y menos aún en plena campaña electoral. ¡Bien por sus asesor@s de imagen y por Usted !

                    En SecondLife hace falta vida política. No sólo actuaciones para ganar votos en el « exterior ». SecondLife está esperando una verdadera revolución social : económica, intelectual y moral.

                    Estoy tratando de organizar un Partido Comunista Libertario de SecondLife (PCLSL). Usted, dirigente del PSF, podría organizar una Sección del PSF en SecondLife. ¡Necesitamos militantes de izquierda en SecondLife !


                    • Arturo Bandito Arturo Bandito 16 janvier 2007 23:18

                      Je suis quant à moi très favorablement impressionné par cette initiative.

                      Pour un investissement ridicule de 100 Dollars touche une des cibles les plus difficiles à atteindre de France.

                      Réunir 70.000 personnes acquises d’avance en leur promettant du pinard contre une participation de 10 Euros est une chose, atteindre le marais peu politisé des jeunes technophiles gamers est autre chose.

                      Cette cible est difficile à atteindre car consomme peu de médias hors Internet et même sur le Net se révèle très exigeante quand elle n’est pas rivée devant un jeu.

                      Il faut de plus ajouter que cette cible est a priori un peu refroidi par le pouvoir en général et par les deux candidats principaux en particulier :
                      - Sarko le sécuritaire (piratage, P2P, etc.)
                      - Ségo la catho (opposition au jeu vidéo, valeurs familiales, etc.)

                      Pour 100 Dollars Ségo se paie le luxe de se rapprocher de cette cible et de corriger son image auprès des joueurs. Hillary Clinton passionaria anti-gamers devrait d’ailleurs s’en inspirer.

                      Remarquez qu’une simple recherche Google vous montrera également la couverture majeure accordée par les médias traditionnels à ses incartades virtuelles de Ségo (comme du FN d’ailleurs).


                      • koz koz 17 janvier 2007 09:46

                        En leur promettant du pinard ? Vous ne rechignez pas devant la caricature. J’y étais (en tant que blogueur) et je n’ai rien vu de tel. En revanche, en sortant, je suis tombé sur un couple qui venait de Sète. A mon avis, il faut un peu plus que pinard (si tel avait été le cas) pour motiver des personnes à venir de si loin.


                      • Arturo Bandito Arturo Bandito 17 janvier 2007 10:42

                        Il s’agissait d’une pointe d’humour bien sûr, ils venaient aussi pour la choucroute.

                        Attention la lemeurisation vous guette.


                      • olivg (---.---.249.159) 17 janvier 2007 08:58

                         smiley Je vous rappelle que Ségolène Royal a fait des propositions concrètes sur son site INTERACTIF desirsdavenir.org. Au moins elle, elle a choisi l’interactivité avec les citoyens par le biais de tous les supports le permettant.

                        C’est toujours mieux que la vitrine commerciale de Sarko et de ses sbires comme Le Meur.

                        Il faut savoir vivre avec son temps smiley


                        • koz koz 17 janvier 2007 09:46

                          Des propositions concrètes ? Formidable. Comment se fait-il que personne ne soit au courant ?


                        • seb59 (---.---.180.194) 17 janvier 2007 10:15

                          Si ! Elle propose des T-shirts gratuits smiley


                        • Jeff (---.---.216.56) 17 janvier 2007 12:06

                          peut-être simplement parce que nous sommes encore au stade de la consultation ? parce que le but de cette campagne n’était pas de promouvoir un modèle ou des propositions pour les imprimer dans le cerveau des gens comme auparavant autant de promesses non tenues, mais d’obtenir un recensement des doléances et de capitaliser les ambitions locales... je suis d’accord avec le fait qu’à terme il faudra forcément obtenir des propositions concrètes, mais la démarche de débat participatif a été proposée, et appliquée, griller les étapes ne ferait que ruiner son intérêt.


                        • koz koz 17 janvier 2007 12:14

                          Si la démarche est authentiquement participative, si les propositions sont sincèrement issues de la consultation des français, oui, elle peut avoir son intérêt et oui, Ségolène Royal aurait tort de se précipiter.

                          Pour autant, nous sommes à moins de 100 jours des élections, et les français ne savent toujours pas quelles sont ses idées ! N’a-t-elle donc jamais écouté ses concitoyens durant sa vie politique qu’elle se soit lancée là-dedans ?

                          Bref, je suis loin d’être son partisan, vous vous en doutez, donc je le dis en toute subjectivité (assumée) : je suis très méfiant vis-à-vis d’une méthode qui me paraît être très bardée de comm’, très marketing et je n’oublie pas tous les cas dans lesquels les politiques ont lancé de grandes consultations pour mieux prétendre appuyer leurs propositions sur la volonté populaire alors qu’en fin de compte, ils ne font que reprendre les idées qu’ils ont toujours eues.

                          Bref, je me demande à quel point les français se font instrumentaliser dans cette affaire.


                        • Jeff (---.---.216.56) 17 janvier 2007 14:43

                          C’est donc en toute subjectivité moi aussi que je vais tâcher de répondre à votre commentaire smiley

                          la démarche me paraît primordiale, et effectivement il y a un enjeu derrière : soit on arrive à faire émerger en sortie de cette participation des idées qui sont effectivement issues de la consultation, et dans ce cas on peut espérer redonner un peu de sens au vote, à la participation politique, et par extension au gouverment - soit effectivement on n’obtient en sortie de débat qu’une resucée du programme socialiste ou des idées propres de S. Royal et dans ce cas je serai moi-même dégouté du procédé. L’idée (et l’enjeu) de ce débat est aussi, à mon sens, de provoquer un intérêt pour la politique mais aussi de permettre l’appropriation du programme, des idées, par les électeurs eux-mêmes. Il s’agit en fait d’une approche de bon sens, que l’on peut retrouver dans d’autres domaines (industriels par exemple, formations, management collaboratif, etc) dans laquelle la participation en comités aux débats permet de s’approprier l’objet développé en même temps qu’on le développe. Bon... c’est mon avis sur la question, simplement. Et il s’agit maintenant de voir comment les choses vont émerger de ce nuage qui s’établit en ce moment dans la campagne, mais ce qui me plait au moins dans ce modus operandi (et ce qui m’amuse certainement un peu aussi) c’est qu’on expose une démarche et qu’on puisse débattre de cette démarche elle-même. C’est certainement déjà une avancée du débat lui-même, la première proposition du programme : la consultation. Je ne vois pas un tel débat à droite, et je trouve particulièrement important d’essayer d’instauter un modèle collaboratif en repartant de la base, plutôt qu’une liste de propositions lancées à travers la salle démocratique et reprises à la volée par les électeurs.

                          En ce qui concerne l’aspect instrumentalisé ou médiatique de cette forme de campagne, il me semble qu’il faut prendre en considération trois choses : 1- sur les aspects médiatiques, cela me semble tout à fait normal de faire la promotion d’un nouveau modèle de débat, cependant je ferai tout de même remarquer qu’on a en face une machine médiatique tout aussi puissante et claironnante sur ses objectifs, ses moyens, son bilan etc. 2- cette campagne n’est en ce moment pas un exemple de matraquage médiatique, si on a pu observer un pic de représentativité au moment de la nomination de S. Royal, on remarque actuellement un flottement dans la campagne à gauche, vous l’aurez certainement remarqué vous aussi puisque c’est justement ce « manque de propositions » dont pas mal de gens ici semble s’offusquer. c’est que l’action est en train de se dérouler mais qu’on ne le crie pas sur tous les toits, et que ce travail s’opère pour le moment à un niveau local. Quand vous dites que la méthode est bardée de comm’ et de marketing, ce n’est donc pas tout à fait vrai, preuve en est que vous notez vous-mêmes un manque d’idées à 100 jours de l’élection. 3- il a fallu du temps à gauche pour faire émerger un candidat, et pour réussir à féderer les différentes attentes soulevées, mises à jour pendant notamment la campagne du référendum sur la constitution européenne. on aurait pu peut-être s’y prendre plus tôt, mais il se trouve que le travail de mise en branle du parti et de mobilisation a demandé beaucoup de temps. Et que les tensions révélées par avant ont posé pas mal de questions sur le rôle de la gauche et sur son union. De plus, l’électorat de gauche se trouve lui-même, en même temps que la grande partie des français, dans le flou en ce qui concerne S. Royal. Si nous approchons en effet à grand pas de l’élection, il me semble toujours important de bien prendre le temps de mobiliser les forces de gauche (j’en suis, donc je parle encore en toute subjectivité) pour réussir à redéfinir le socle commun de nos idées. C’est le temps que ça prend pour amener un Fabius et un DSK à la même table, et réussir encore une fois à agréger des idées, à construire un modèle commun plutôt qu’un programme marteau.

                          Voilà, mon opinion personnelle sur le sujet.


                        • seb59 (---.---.180.194) 17 janvier 2007 15:05

                          j’espere quand meme qu’elle va rapidement nous annoncer son programme, car se presenter ainsi devant les francais sans rien et dire « donnez moi vos idees » (ce qui est original, je l’accorde), ca ne fait pas tres serieux.

                          Quand on decide de se presenter pour la presidentielle, on travaille deja au prealable et on apporte un debut de quelque chose avec soi, non ?


                        • seb59 (---.---.180.194) 17 janvier 2007 10:14

                          Comme promis j’ai été faire un tour hier sur l’espace second life de Miss Bravitude.

                          Pas grand monde, on était 6. L’espace segolene est placé à coté d’une salle d’arcade, un escalier permet de monter à l’etage ou il n’y a rien à part le logo « desir d’avenir ».

                          La construction n’a pas de mur, c’est plutot triste. Les gens passent et disent « il n’y a rien », « on va voir ailleurs ? ». Je pense que pas mal d’internautes etaient dans mon cas, et sont passés jeter un coup d’oeil.

                          5 Panneaux permettent d’acceder au site « desir d’avenir » et il est possible d’avoir gratuitement des t-shirts virtuels noir et violet avec un slogan.

                          Acceder a l’espace fn , par contre, etait impossible, le serveur indiquant à plusieurs reprises qu’ il y avait trop de monde dans la zone. Manifestation, guerre ou afflux de partisants, impossible de le savoir.


                          • Frédéric Mahé Frédéric Mahé 17 janvier 2007 10:47

                            Hier j’ai vu Marie-Ségolène à la télé. Soudainement, j’ai eu comme un décrochage, et j’ai vu la vraie réalité : je voyais et j’entendais les rouages à l’intérieur de la belle, comme dans un roman de Dick, cette ombre sous sa joue... un fil électrique ? Sa voie atone, son sourire figé, ses épaules rigides, son absence totale d’émotions... C’est un androïde, c’est sûr. Alors, maintenant, un avatar, pourquoi pas ? Un avatar vide pour une candidate creuse.


                            • Lartiste Lartiste 17 janvier 2007 11:38

                              Souvenez-vous des îcones dans les églises, et voilà... Il faut resembler à une icône pour que l’on vous bénisse.

                              Nicolas a du travail, mais il peut y arriver si il se laisse pousser les cheveux et la barbe, et qu’il s’achète - je sais pas - un Kilt ?


                            • (---.---.249.159) 17 janvier 2007 11:52

                              Il vaut mieux peu de propositions mais qui sont applicables que des propositions qui se contredisent. Sarko n’est-il pas le roi de l’oxymore. De l’art de promettre tout et son contraire. Tiens, ça rappelle Chirac... smiley


                              • m-a (---.---.36.157) 17 janvier 2007 13:42

                                Voilà certainement tout ce qu’il y a de plus détestable dans le journalisme, cet article, que nous apprend-il ? que vise-t-il ? à réduire encore l’image de Ségolène Royal, à la réduire à de petites phrases, toujours les mêmes, toujours plus petites ? Personnellement je n’aime pas vraiment S. Royal, mais cela fait longtemps que j’ai arrêté de prendre les politiques pour des idiots, des simplets. On voudrait qu’ils soient simples, clairs, unique, « proche des français », mais plutôt mourrir que de voir mon voisin accéder au pouvoir ! Je ne comprends pas ce que l’auteur de cet article veut dire, il s’attaque à une personne, comme si on élisait une silouette, il ramène des petites phrases entendues cent fois (alors que S. Royal doit bien prononcer quelques milliers de nouveaux mots chaque jours), ça me dégoûte, je voudrais apprendre quelque chose de sérieux, d’ample, du complexe, pas du rétrécis ou du simplifié. Cet article est inintéressant au possible, il ne parle ni de Me Royal, ni de politique, ni de Second life, mais de quoi parle-t-il ? Candidate virtuelle... ouah quel titre ! A par du mépris je ne vois ce que j’ai lu d’autre. Bref, pour finir je signalerai simplement que ce comité ou ce lieu de débat est le 748e créer par le PS, 747 dans des villes réelles (en a-t-on parlé ? S. Royal, candidate à 747/748e réelle ?) et un seul virtuel (mais combien de visiteurs potentiels dans second life déjà ? on aurait aimé avoir le chiffre, car je suis sûr qu’il équivaut en nombre à la population d’une ville française moyenne) Voilà, bon ben, y a du boulot on dirait Dommage car en général j’aime beaucoup ce site


                                • clairette (---.---.13.253) 17 janvier 2007 14:11

                                  @ m-a : d’accord avec vous, et si bien dit que je n’ai plus rien à ajouter !

                                  Je crois que c’est le deuxième article sur ce même sujet ? Le premier ayant déjà disparu !!! (où j’avais pris la peine de m’exprimer !!!) Inutile de polémiquer sur ce deuxième article virtuel !


                                • (---.---.249.159) 17 janvier 2007 19:03

                                  Entièrement d’accord avec toi. Il suffit de suivre d’un peu plus près cette précampagne pour se rendre compte que certains commentaires en restent au niveau du café du commerce. Pour un site qui se prétend sérieux ça fait moche ! smiley


                                • koz koz 17 janvier 2007 19:41

                                  Vous êtes assez visiblement adeptes de la généralisation hâtive, à mon égard comme à celui de ce site. Mais c’est assez classique.

                                  Précision : je ne suis pas journaliste, donc laissez le journalisme en dehors de tout ça.

                                  Ensuite, lorsque l’on voit l’importance donnée à cette démarche - Ségolène Royal a-t-elle fait diffuser des podcasts pour l’ouverture de ses autres comités ? - jusqu’à lui consacrer un blog entier, il me semble que cela peut mériter quelques lignes ironiques, surtout quand un certain nombre de commentaires qui vous ont échappé s’extasient sur la modernité du procédé, procédé que je trouve pour le moins déplacé.


                                • (---.---.249.159) 17 janvier 2007 22:16

                                  Il me semble qu’un site de vente de T-shirt avec la tête de Sarkozy, c’est pas mal déplacé non plus. Ceci dit, je pense, comme tu le rappelles, que l’on ne peut pas parler de journalisme. smiley


                                  • m-a (---.---.116.145) 18 janvier 2007 00:21

                                    ok, koz avoue cependant que cet article est mauvais. Ne ramène-t-il pas de ces vieilles phrases que l’on a entendu cent fois ? et puis, un comité virtuel vaut bien que l’on s’adresse à une communauté virtuelle. bref, j’ai émis des généralités, soit, cependant S. Royal c’est qui ? J’aimerais en savoir plus. Une belle femme en tailleur blanc qui a pronocé trois phrases dans l’année ? ou quelqu’un autour de qui une équipe travaille à un véritable projet politique ? Quand on parle de S. Royal, j’aimerais que l’on cesse de voir la cruche qui balance sa « bravitude » ou autres phrases faites pour être répétées, j’aimerais qu’on parle de J-M Ayrault, de A. Montebourg, bref de l’équipe qui gouvernera si elle passe. S. Royal, pour les socialistes qui ne l’aime pas, faut la voir comme le fanion d’une équipe nouvelle, composée e gens sérieux, compétents, en ce sens elle est porteuse de renouveau. La personne est ce qu’elle est, démago, séduisante (c’est bizarre non ces deux adjectifs ?), il faut voir derrière, le fond. Je voudrais qu’on parle de fond.

                                    ps : pour les journalistes, j’avoue une tendance à la généralité, je sais.


                                    • koz koz 18 janvier 2007 07:31

                                      Ok, parlons de fond. Mais de quel fond ? A part vous reposer sur le fait qu’elle ait nécessairement une équipe autour d’elle, vous-mêmes ne faites que dire : « je voudrais que l’on parle de fond ». Le problème étant que je n’ai rien contre le fait de parler du fond de la pensée de Royal, ou de ses idées, mais que nul ne les connait à ce jour. Alors, lorsqu’en plus de cela, on s’affiche en candidate virtuelle, je me gausse...


                                    • m-a (---.---.116.145) 18 janvier 2007 11:33

                                      c’est bien ce que je dis, vous participez à la réduction du candidat à sa personne on reste dans l’anecdote, c’est tout ce que je voulais dire, on se moque, on se « gausse », comme vous dites, formidable ! mais tout le monde fait pareil, alors bon... sur le fond, je suis demandeur, pas détenteur, mais par exemple, entre autres choses qui m’intéressent j’aimerais savoir la place de la 6e république de Montebourg dans le projet socialiste, les idées d’autres pays européens qui sont reprises par ce projet, etc. pas la couleur du tailleur de machine, ni comment va son labrador. enfin bref, je n’en veux pas particulièrement à cet article mais il participe d’une manière de parler politique que je ne partage pas.


                                    • nouchema (---.---.100.136) 18 janvier 2007 14:58

                                      Second life, déjà une seconde vie pour le PS !?!

                                      Tout va vite dans notre monde actuel, Second life a déjà séduit 1 million de personne (octobre 2006), et le cap des 2 millions va être franchi dans les prochains jours, Ségolène Royale comprise.

                                      Déjà les marques les plus connues (marques de textile version Hype et deLuxe, de préférence...) s’y sont implantées avec rapidité et, on a pu voir que, la vie, fut-elle Seconde, ne s’écartait pas tant que ça de la vie première.

                                      Là avec l’entrée de la politique dans le virtuel, SL va bientôt vraiment trop ressembler à la vraie vie ! Déjà qu’on pouvait perdre tous ces $L dans une partie de poker, on pourra toujours noyer son chagrin dans un meeting politique.

                                      http://nouchema.blog.lemonde.fr/2007/01/18/second-life-deja-une-seconde-vie-pour-le-ps/

                                      Cordialement

                                      Nouchema

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès