Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Ruptures », le livre écrit par un magistrat qui stigmatise la politique (...)

« Ruptures », le livre écrit par un magistrat qui stigmatise la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy

A quelques jours du scrutin suprême, Nicolas Sarkozy reste pour de nombreux Français comme un homme qui fait peur. L’agressivité, la nervosité déployée dans ses meetings entretiennent cette image. Au travers son livre « Ruptures » un magistrat renforce ce sentiment d’inquiétude en dénonçant la vision sécuritaire du candidat évaluée à l’aune du bilan de celui-ci au Ministère de l’Intérieur. Plus grave, l’auteur, Serge Portelli, estime que le candidat est en rupture avec un certain nombre de principes républicains qui garantissent nos libertés.

"Ruptures" c’est d’abord l’histoire d’un livre jamais publié. En 2007, Serge Portelli, vice-président au tribunal de Paris, président de la 12ème chambre correctionnelle, membre du syndicat de la magistrature (les juges rouges comme les qualifient certains) écrit son livre qui dresse le bilan de Nicolas Sarkozy au Ministère de l’Intérieur. L’intention de l’auteur est claire, informer les électeurs sur la vision sécuritaire de Nicolas Sarkozy. Le livre doit donc être publié avant les élections. Un éditeur est trouvé, les éditions Michalon. Rebondissement le 20 avril. Par un communiqué les éditions indiquent qu’elles ne publieront pas l’ouvrage officiellement, parce qu’elles le jugent décevant sur le fond et la forme. Serge Portelli dénonce lui des pressions en mettant en avant que le propriétaire des éditions Michalon est un ami de Nicolas Sarkozy. Peu importe, l’auteur ne souhaite pas réaliser une opération commerciale, le livre est donc mis en ligne gratuitement en intégralité sur internet (www.betapolitique.fr/ruptures).

Alors, "Ruptures" c’est quoi, un brûlot, un ouvrage indigent ? Ni l’un ni l’autre. Sa centaine de pages se parcourt avec beaucoup de facilité. Le style est limpide, les propos étayés de statistiques. En revanche la vision sécuritaire de Nicolas Sarkozy est clouée au pilori. Le magistrat n’hésite pas à dénoncer une approche et des méthodes liberticides.

Serge Portelli stigmatise la vision simpliste du délinquant de Nicolas Sarkozy selon laquelle le déterminisme génétique l’emporterait sur la liberté de l’individu. Dans cette approche manichéiste, le candidat oppose ceux qui travaillent et se lèvent tôt à ceux qui fautent et qu’il faut châtier. Serge Portelli, en professionnel de la justice, accuse Nicolas Sarkozy de manipuler les statistiques, d’avancer sciemment des chiffres erronés. Nicolas Sarkozy n’aurait comme seule réponse à la délinquance que le tout répressif, le tout prison alors que la chaîne judiciaire, faute de moyens, est saturée et que les prisons, indignes d’une démocratie, connaissent une surpopulation alarmante.

Toujours selon Serge Portelli, le bilan de l’ex ministre de l’intérieur, c’est la multiplication des lois répressives, l’instrumentalisation des victimes, l’arbitraire avec le développement des détentions provisoires, la mise sous très haute surveillance de la société, la dégradation des relations entre la police et la population...

En conclusion, le magistrat estime que Nicolas Sarkozy représente une rupture avec des principes républicains qui garantissent nos libertés : la séparation des pouvoirs avec les interventions répétées sur l’institution judiciaire, la non rétroactivité des lois, l’individualisation de la peine avec l’instauration de peines plancher, la présomption d’innocence avec la multiplication du recours à la garde à vue, le droit d’asile avec la chasse aux étrangers, le respect de la vie privée et enfin le principe d’atténuation de la peine à l’égard des mineurs avec la volonté d’abaisser la majorité pénale.

"Ruptures", un ouvrage aussi éclairant qu’inquiétant.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 mai 2007 10:17

    Encore un publi-reportage sur quelqu’un qui index la vente de son bouquin sur le mot clé SARKOZY.

    C’est le même principe pour l’indexation d’un site web avec les mots-clés.

    Je n’ai jamais entendu ce « Serge Portelli » venir me défendre pour des PV et amendes distribuées à Paris alors que je n’y étais pas !

    D’ailleurs pourrait-il nous donner la procédure pour contester ce type de procédé sans que le citoyen ne puisse avoir le choix entre payer pour se défendre ou payer pour ne pas avoir de problèmes avec les huissiers ?

    Merci Monsieur Serge Portelli de votre collaboration

    PS : je suis pas sur qu’il va répondre smiley mais comment trouve t-il le temps pour écrire des bouquins sur ce qu’il ne semble pas connaitre ????????

    Non,franchement,ce « Serge Portelli » est encore un super démago qui veut se faire de l’argent !


    • Kelsaltan Kelsaltan 2 mai 2007 10:40

      Lerma,

      Parfois votre volonté de prendre la première place sur un maximum de fils vous conduit à écrire des sottises.

      Je vous invite à pianoter un peu moins et réfléchir un peu plus, voire lire vraiment l’article au sujet duquel vous intervenez.


    • maxim maxim 2 mai 2007 10:56

      chaque fois que j’ai pu voir des interventions televisées du juge Portelli ,c’est le messager d’un politburo qui essaye de defendre les restes d’un communisme pur et dur ....

      il faut se rendre à l’evidence qu’il exploite la sortie de son bouquin au moment opportun pour lui ,et pour un certain electorat....

      la ficelle est grosse ,personne ne mordera à l’hameçon .....


      • maxim maxim 2 mai 2007 11:40

        Mr Moreigne ,bien sur ,vous defendez votre chapelle ,mais qu’est ce qui nous prouve reellement l’intégrité des sources qui vous ont inspirées pour vos articles ????

        vous defendez votre point de vue,j’en defends un autre ....

        c’est l’interet d’un debat non ????


        • Henry Moreigne Henry Moreigne 2 mai 2007 13:15

          Tout à fait d’accord. « Du débat jaillit la lumière » (Jaurès)

          HM


        • nessoux 2 mai 2007 14:31

          Et du puits jaillit l’eau. J’ajoute que c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

          Ce magistrat est-il bien impartial ? Pour info, le Syndicat National de le Magistrature a appelé à voter SR ce qui indique clairement son impartialité...


        • Christophe Christophe 3 mai 2007 01:43

          Non, vous déformez les propos, ils n’ont simplement pas envie de voire l’indépendance de la justice bafouée.


        • alexis-LON 2 mai 2007 12:27

          Pour avoir lu le 1er chapitre, ce qui m’a interpellé en 1er, et ce qui devrait tous nous interpeller c’est les sources utilisées par S.Portelli : ministere de l’interieur. C’est quand meme le comble qu’un livre qui critique le bilan de N.Sarkozy en exercice au ministere de l’interieur utilise les chiffres du meme ministere. Ca vous frappe pas ?? Comme c’etait vraiment « gros », je suis allé sur le site du ministere de l’interieur ... et effectivement, les documents sont bien la, avec les memes chiffres. Et il n’est pas faux que plus on lit le rapport du ministere de l’interieur, plus on s’eloigne de la declaration de presse de N.Sarkozy sur les « baisses » de la delinquance. Pour les septiques (dont j’ai fais parti), le rapport du ministere de l’interieur : http://www.inhes.interieur.gouv.fr/fichiers/OND_ResultatsEnquete06_RappelJa nv07.pdf


          • La mouche du coche La mouche du coche 2 mai 2007 13:33

            Donc tout va bien alors smiley


          • Blastm 2 mai 2007 15:03

            Le fait est que le parti au pouvoir ces cinq dernières années à reussis à mettre jusqu’aux avocats dans la rue. (et je doute que ce soient tous de dangereux syndicalistes gauchistes fainéants ennemis du grand capital)

            Qui connais le nom du ministre de la justice ? pas grand monde ; il s’est montré incapable de défendre son ministère, phagocyté qu’il a été par le ministre de l’intérieur.

            Doit on cautionner cette façon de faire de la politique, qui stigmatise la justice, et qui l’accuse de ses échecs ? C’est ce que l’on ferait, en tombant dans le piège d’une campagne qui devrait son succès à une certaine vision de la sécurité et de la répression.

            La justice est un contre-pouvoir important. Si elle est armée et aveugle, elle ne doit pas pour autant laisser tomber sa balance sous la pression de lois comme celle qui devrait instaurer les peines plancher, qui lui ferraient perdre sa souplesse. On ne doit pas oublier non plus que notre justice est l’une des plus pauvre d’Europe, ainsi que l’une de celles qui offre les plus mauvaises conditions à ceux qu’elle condamne.


            • lorinc 2 mai 2007 15:41

              Le fait est en tout cas que la recette qu’à appliqué M. Sarkozy, et qu’il veut appliquer en tant que président, n’a pas du tout marché, chiffre du ministère de l’intérieur à l’appui.

              Je pense que c’est la portée de ce livre, ni plus, ni moins.

              Libre à vous maintenant et avec ce constat en poche de vous décider pour une recette aux problèmes que vous évoquez...


            • Christophe Christophe 3 mai 2007 01:56

              @Seb59,

              Les magistrats ne demandent qu’une chose : que les structures d’accueil, des primo délinquants en particulier, soient mis à leur disposition pour qu’ils puissent appliquer la loi. Sans structure en correspondance, ils savent qu’ils ont le choix entre la relaxe (70% de récidiviste) ou la prison (récidive quasiment à 100%).

              D’ailleurs, les juges ont de plus en plus de mal à opter pour l’incarcération ; Amnesty Internationale pointe depuis plusieurs année le délabrement et la surpopulation carcérale en France ... sans aucune réaction de nos gouvernants !


            • cilou 16 mai 2007 13:55

              Vous parlez au nom des victimes ou vous sentez-vous vous même une victime ? De quoi, du système, de la justice ... ?

              S’il souhaitait réellement se faire du fric, je crois qu’il ne mettrait pas en ligne gratuitement un ouvrage qui n’a d’ailleurs pas été publié ... à rapprocher d’autres faits.

              Une recette « contre les banlieues » ? Je ne savais pas que la société était contre les lieux qui sont en périphérie de grandes villes. S’il y avait eu des « recettes » contre par exemple les tournantes, celles-ci n’existeraient plus depuis les années 60 ! Mais des moyens seraient sans doute un bon début ...


            • Noesis Noesis 2 mai 2007 15:17

              Le bon reflexe est effectivement de vérifier les sources. Là, il n’y a pas débat, les chiffres n’ont été ni modifiés, ni manipulés par l’auteur. Faire un procès d’intention à ce magistrat devient alors le comble du synisme militant, tant il nous prouve ici que la politique répressive de Monsieur Sarkozy est contraire aux valeurs de la république.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès