Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sans DSK à la tête du FMI, la crise grecque ne serait pas pire…

Sans DSK à la tête du FMI, la crise grecque ne serait pas pire…

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international pour 500 000 dollars nets par an, s’était engagé initialement, selon ses collaborateurs, à « modifier la philosophie du FMI pour y insuffler un esprit plus keysianniste ».

Aujourd’hui,

force est de constater que le plan grec est dans la lignée des précédents plans internationaux du FMI. Et l’on aurait du mal à considérer qu’il vire à gauche, comme le rappelle James Galbraith, économiste à l’université du Texas : DSK a tenté un virage, « mais quand on regarde le contenu des conditions de prêts à la Grèce, cela reste finalement très orthodoxe »…

Le FMI a vu le jour en juillet 1944, lors d’une conférence des Nations Unies qui s’est tenue à Bretton Woods (New Hampshire, États-Unis). Les 45 gouvernements alors représentés voulaient établir un cadre de coopération économique conçu pour prévenir le retour aux politiques économiques désastreuses qui avaient contribué à la grande dépression des années 30.

Une règle, non écrite, veut que sa direction revienne à un européen de l’Ouest et la présidence de la banque mondiale à un citoyen des Etats-Unis. Les statuts du FMI prévoient une minorité de blocage de 15% des voix et les Etats-Unis disposent à eux seuls de plus de 17% ! Cela interdit de fait tout changement démocratique dès l’instant où il n’est pas désiré par les Etats-Unis mais DSK et ses amis feignent d’ignorer cette réalité…

Un rôle de gendarme du monde qui continue aujourd’hui en Grèce

Le FMI a bien réussi dans son rôle consistant à obliger les pays en voie de développement à s’ouvrir à la mondialisation libérale. Il utilise pour cela le levier de la dette que ces pays ont contracté auprès des banques.

Cette dette, bien souvent le fait initial de dictateurs (Chili, Brésil, Argentine, Philippines, Zaïre…) avait notamment étranglé ces pays lorsque le président des Etats-Unis Donald Reagan décida d’une augmentation brutale des taux d’intérêt en 1979. Pour faire face au paiement des intérêts colossaux de leur dette, les pays en voie de développement ont été obligés de solliciter des prêts auprès de la Banque Mondiale et du FMI. Ces prêts étaient chaque fois conditionnés à la mise en œuvre de « plans d’ajustement structurels » qui ont conduit à la misère des pans entiers de la population de ces pays et livré les banques locales, les entreprises publiques et privées, les forêts tropicales aux appétits des multinationales.

Mais si le FMI a bien tenu son rôle de gendarme du monde, il a par contre totalement échoué dans l’évitement de toute crise financière.

En 1997, les seuls pays émergents qui avaient échappé à la crise financière du Sud-est asiatique étaient ceux qui avaient refusé les remèdes préconisés par le FMI.

En janvier 1998, à Davos, Jeffrey Sachs, professeur d’économie à Harvard avait dressé le tableau de la crise financière du Sud-est asiatique en 1997. Il avait démontré, preuves à l’appui, que la monnaie de chacun des pays touchés (Thaïlande, Philippines, Corée du Sud, Indonésie…) s’était écroulée non pas avant, mais après l’intervention du FMI. Les seuls pays émergents qui avaient échappé à la crise financière du Sud-est asiatique étaient ceux qui avaient refusé les remèdes préconisés par le FMI : la Chine et la Malaisie.

Deux ans plus tard, l’autre « meilleur élève » du FMI, l’Argentine connaissait une crise financière sans précédent.

En 2008, le FMI sous la houlette de DSK n’a pas vu venir le krach qui a frappé les places financières mondiales et les pouvoirs publics ont renfloué à coup de centaines de milliards d’euros les banques et systèmes financiers en pleine débandade. Rares sont ceux qui ont vu dans la crise des crédits hypothécaires subprimes aux États-Unis le talon d’Achille d’un système financier étroitement dépendant de produits financiers de plus en plus complexes.

Aujourd’hui, le plan de rigueur draconien concocté pour la Grèce met à genoux le peuple grec, préférant sauver le système qui risque de faire couler l’Europe plutôt que de le repenser en intégrant le peuple grec. Le plan du FMI et celui de l’Union Européenne favorisent la libéralisation du marché, la baisse des dépenses du secteur public, la baisse du pouvoir d’achat des millions de travailleurs.

Salaires gelés jusqu’en 2014. Primes du 13e et 14e mois (Noël et Pâques) supprimées pour les salaires supérieurs à 3.000 euros par mois et plafonnées à 1.000 euros pour les salaires inférieurs à 3.000 euros par mois, alors que ces primes avaient déjà été réduites de 30% dans le cadre des précédentes mesures annoncées en mars. Baisse des investissements publics de 1,5 milliard. Taux de TVA, passé en mars de 19 à 21, relevé à 23%. Révision de la législation interdisant aux sociétés de licencier plus de 2% de leurs effectifs totaux par mois. Mise en place d’un nouveau salaire minimum applicable aux jeunes et aux chômeurs de longue durée. Réduction du nombre de départs anticipés à la retraite, avec comme objectif d’interdire ces départs avant 60 ans. Libéralisation des marchés des transports et de l’énergie Cette liste n’étant évidemment pas exhaustive.

L’ambiguïté du rôle de DSK à la tête du FMI altère sa crédibilité politique d’homme de gauche

Les pays émergents ont tiré depuis un certain temps les leçons des politiques mises en œuvre par le FMI et font tout pour ne plus se retrouver à nouveau entre ses griffes. Ils profitent pour cela de la conjoncture économique. Les prix élevés des matières premières et de certains produits agricoles depuis 2004 leur ont ainsi permis de constituer d’importantes réserves de change : 3 000 milliards de dollars en 2007, le double de celles des pays industrialisés.

Comme le constate Eric Toussaint du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde : « Les signes de distance par rapport à la banque mondiale et au FMI se multiplient : l’Equateur a expulsé le représentant permanent de la banque mondiale à Quito fin avril 2007 et le Venezuela s’est retiré de la Banque Mondiale et du FMI… »

Plusieurs gouvernements ont ainsi choisi de rembourser, de manière anticipée, leurs dettes envers le FMI. Neuf pays d’Amérique latine ont même décidé de créer une « Banque du Sud » pour financer leur intégration régionale et leurs projets sociaux.

Cette méfiance de l’Amérique Latine et le dernier plan d’aide à la Grèce sont révélateurs d’un système malade.

Le déficit de la Grèce est bien sûr l’œuvre des grecs eux-mêmes, de leur tendance à corrompre l’économie, à utiliser massivement la fraude fiscale, à avoir le deuxième plus important budget militaire du monde (en % du PIB), à abuser du système et de la confiance des européens. Mais cette crise est largement aggravée par les marchés et la spéculation. Et cela n’étonne personne d’entendre dire sans cesse que les mesures annoncées qui n’ont d’autre finalité que de faire payer la crise aux salariés plutôt qu’aux bénéficiaires des paradis fiscaux, sert à rassurer le marché.

En France, si DSK confirme son départ à la course présidentielle en 2012, il faudra qu’il s’explique un peu mieux sur sa position, son idéologie et son action au sein du FMI.

Aujourd’hui, ce dernier se dit « admiratif de l’extrême rigueur choisie par le gouvernement Papandréou » (Le Monde du 4 mai 2010) dont il est en grande partie l’instigateur et n’a qu’une idée en tête : rassurer le marché et diminuer le déficit.

Hier, sous le gouvernement Jospin, il préconisait une baisse du taux supérieur de l’impôt sur le revenu au profit des très hauts revenus. Il défendait également une défiscalisation sans limite des stocks options et voulait accélérer la privatisation du service public.

Le PS aura du mal à apparaître crédible comme parti du changement si DSK est son candidat en 2012 d’autant plus, qu’outre le Directeur du FMI, un autre « socialiste », Pascal Lamy, œuvre à l’OMC et ne cesse de prôner un libéralisme qui fait de plus en plus de ravages dans le monde…



Photo Flickr-cc : http://www.flickr.com/photos/worldeconomicforum/2296469277/


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 29 mai 2010 14:15


    Excellent article !

    Le FMI, instrument de domination, reste fidèle à lui-même.

    L’esclavage pour dette a été aboli dans les états modernes... mais seulement au niveau individuel.

    Le système de la Dette, au niveau des états-nations, est une forme nouvelle d’esclavage, dans bien des cas, ou en tous cas de sujétion, d’asservissement économique, fixant l’ordre de préséance des puissances, la hiérarchie des États.

    Tout en haut il y a les USA, qui ne sont plus qu’une démocratie de façade, contrôlés par ses oligarchies. Système pourri, prêt à s’effondrer...

    Où est l’espoir ?


    • BA 29 mai 2010 15:47

      Selon le nouveau baromètre Ipsos-Le Point, le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, n’a jamais été aussi populaire chez les sympathisants de droite, alors même qu’il suscite moins d’enthousiasme chez les sondés qui se disent socialistes.

      Selon l’étude, publiée mardi 25 mai, M. Strauss-Kahn obtient 76 % d’opinions favorables chez les personnes interrogées qui se disent proches de l’UMP, une hausse spectaculaire de 14 points.

      Au contraire, il enregistre une légère baisse parmi les sympathisants du PS, en se stabilisant à 66 % d’opinions favorables (- 3 %), et parmi ceux de la gauche radicale (PCF, extrême gauche) avec 33 % (- 11 points).

      http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/05/25/la-popularite-de-strauss-kahn-au-beau-fixe-chez-les-sympathisants-de-droite_1363017_823448.html#xtor=RSS-3208


      • stephanie stephanie 29 mai 2010 15:48
        Zone euro : l’analyse qui donne froid dans le dos

        Par Institut Turgot le dimanche 14 mars 2010, 17:01

        http://blog.turgot.org/index.php?post/Connolly


        • Le Gros Caillou Le gros caillou 29 mai 2010 16:00


          Trouver des idées de gauche chez DSK ?

          C’est comme le tamisage de l’or, il faut en filtrer des tonnes pour n’en trouver qu’un résidu de quelques microgrammes... Par contre c’est le contraire si on filtre son compte en banque...


          • Le Gros Caillou Le gros caillou 29 mai 2010 17:34

            Je reviens sur les 500 000 dollars de salaire net par an pour DSK

            Il gagne à lui tout seul le produit intérieur brut du Libéria en 2004

            http://www.pays-monde.fr/continent-afrique-1/donnee-economie-liberia-27/pib-exportation-importation-pouvoir-achat.html

            Ce à quoi se rajoute les tickets restaurants :

            http://archives.lesechos.fr/archives/2007/lesechos.fr/11/02/300215452.htm
            Plus une dotation annuelle de 75.350 dollars, plus les frais, selon le FMI.


            • FRIDA FRIDA 29 mai 2010 17:39

              DSK doit être hors jeu, on lui fera une faveur, il aura sa retraite à 60 ans, sans problème. Mais qu’il dégage.


              • Yoann Yoann 11 février 2011 23:53

                J’aimerais tellement que ce soit possible, mais je suis quasi certain qu’il va nous être intronisé dans peu de temps pour les élections de 2012. C’est ça la politique de nos jours : de la com ...

                Le FMI appauvri l’afrique


                • raissa 30 mai 2010 10:55

                  ce documentaire est insoutenable. j’ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens.


                • raissa 29 mai 2010 19:40

                  Surtout qu’il reste bien au FMI
                  ses collaboratrices sont très avenantes et coopératives.
                  Et le salaire semble intéressant.
                  Voila la gauche caviar dans toute sa splendeur !!!!
                  Il ne vaut pas mieux que notre nabot national et ne serait d’aucune utilité en temps que chef de l’état, Qu’il poursuive sa magnifique et inutile carrière au FMI . De toute façon, la France n’est plus qu’une nation obscure qui s’achemine tranquillement vers le tiers/mondisme , et qui a déjà un pied dans le totalitarisme
                  L’avenir en rose ???? du vrai pipeau.


                  • Pépé le Moco 29 mai 2010 21:23

                    En 2012, si Strauss-Con se présente aux présidentielles contre Naboléon, vous trouverez toujours une majorité de crétins capable de voter pour ces escrocs.
                    On obtient toujours ce que l’on mérite ?


                    • curieux curieux 29 mai 2010 23:43

                      Mais si le FMI a bien tenu son rôle de gendarme du monde, il a par contre totalement échoué dans l’évitement de toute crise financière
                      Moi, je ne suis pas si sûr que cela qu’il ait échoué


                      • raissa 30 mai 2010 10:40

                        Ah bon ?
                        Développez car on est peut-être passés à côté de quelque chose ??????


                      • Tassathée Tassathée 30 mai 2010 11:23

                        Il n’a pas échoué car elle a été provoqué afin qu’il puisse se remettre à son travail de nivèlement du niveau de vie des populations par le bas.
                        On a pas encore fini d’entendre parler de DSK et de le voir présenté aux JT nationaux comme une star internationale sauveur de l’euro.
                        Les discrédits des pantins de gauche d’Aubry à Valls lui laisse un boulevard pour 2012, c’est programmé. Ce sera un choix à la 2002 sauf que là, les 2 auront exactement le même projet.
                        Les élections ne sont plus qu’une façade démocratique faisant croire aux peuples qu’ils ont le choix.
                        Pensez-vous avoir encore une quelconque influence d’action par le biais du système existant ?


                        • Tassathée Tassathée 30 mai 2010 11:28

                          Gauche-Droite, ça n’existe simplement plus. Et ce n’est pas une question de pessimisme idéologique. Il s’agit simplement du fait que depuis Lisbonne, la politique extérieure de notre pays, ses positions sur la scène internationale régissent sa politique interne, celle qui nous touche.
                          Hors sur la scène internationale, droite et gauche ont une idée commune affirmée, assumée et déclarée (il suffit de les écouter).


                          • raissa 31 mai 2010 09:29

                            D’accord à 100% avec tassathée
                            Dailymotion - Les traders parient sur la chute de la France - une vidéo Actu et Politique Dailymotion - Une main de fer a saisi l’Europe - Nigel Farage - une vidéo Actu et Politique

                            C’est une évidence , il pratiquent la même politique sur le fond, il n’y a que la forme qui change.
                            ça me choque encore plus, venant de la gauche socialiste qui est censée défendre les peuples.
                            C’est sournois, on nous a privés de notre démocratie sans qu’on y prenne garde. Et DSK , ce carriériste hautain , tout grassouillet à force de bien profiter des plaisirs de la vie se verrait Bien Président ? C’est sûr, pour lui, ce serait la cerise sur le gâteau « prendre en main » la destinée de la France ???? Que nenni !!
                            Mais bon , même si on veut pas ça nous sera imposé d’une façon ou d’une autre. Depuis quand c’est le peuple qui décide non mais !!!!


                          • slipenfer 30 mai 2010 17:37

                            Le DSK il est complètement grillé, il trempe jusque au cou dans la combine,
                            ces type sont dinguent.

                            Le FMI détruit et L ’AMI reconstruit : Lien

                            a VOIRE aussi L’entreprise psychopathe : Lien

                             « The Corporation »  voir le film 

                            Réalisé par Jennifer Abbott, Mark Achbar
                            Avec Michael Moore, Noam Chomsky

                            Long-métrage canadien Durée : 02h25min Année de production : 2003

                            Synopsis : Si l’entreprise a, légalement, les mêmes droits qu’un individu, pourquoi se conduit-elle de façon si peu humaine ? Ce documentaire montre que le comportement de l’entreprise correspond en tous points à celui d’un psychopathe : égoïste, menteur, se moquant totalement du bien-être et du respect d’autrui... L’entreprise est-elle un monstre indomptable ?


                            • Bloggy Bag Bloggy Bag 18 juillet 2010 12:57

                              Arguments quelques peu miteux contre DSK de la part de la gauche qui aime perdre.

                              Je vous en propose un autre : sans DSK ma grand mère aurait moins d’arthrose. Succès assuré auprès des séniors !


                              • jaja jaja 18 juillet 2010 13:04

                                DSK le patron affameur du FMI est bien plus proche de Milton Friedman que de Marx ou Bakounine. Plutôt crever que de voter pour lui...

                                Il n’est qu’une marionnette de l’impérialisme Américain et du sionisme... Un ennemi des peuples de cette terre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès