Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarko bourreau ?

Sarko bourreau ?

A chaque société son troll : la France va beaucoup s’agiter autour de la question du rétablissement de la peine capitale. La faute à Karl Zéro, animateur privé de télé, qui signe son retour par une interview curieuse du père du petit Enis. De table ?

Les bonnes âmes hurleront qu’on ne peut se permettre ne serait-ce qu’un demi bon mot sur des sujets aussi graves. Mais de quoi parle-t-on, au fait ? Du retour de la peine de mort dans le débat public ou du retour du journalisme approximatif de Karl Zéro ? Les deux, mes généraux. Dimanche, sur karlzéro.tv, le site de l’ancien animateur de Canal+, diffusion d’une interview du père du petit Enis, enfant martyrisé par un pédophile récidiviste. Dans l’interview le père avoue être pour le rétablissement de la peine capitale, dans des cas de violence sur enfants uniquement, pas pour les voleurs, ni les braqueurs, argumentaire maintes fois entendu dans les bistrots de Navarre et d’ailleurs. « Et Sarkozy, vous lui avez dit que vous étiez favorable à la peine de mort ? » demande Karl Zéro, sérieux comme un pape recevant Bernadette, « oui », répond le père d’Enis, « Et qu’a-t-il répondu ? », enchaîne l’animateur, « Franchement, étonnamment, il m’a répondu que lui aussi, c’est ce qu’il aurait voulu. » Voilà, Mustafa Kocakurt a fait son effet, Karl Zéro aussi, la bombinette est amorcée, elle ne tarde pas à exploser, en fragments.

On revient là aux grandes heures du Vrai Journal, et à ses têtes nucléaires qui s’achètent comme des paquets de cigarettes, et aux lettres d’Alègre, le tueur en série de Toulouse, pas celui du PS, et aux confessions des prostituées qui accusent la haute société toulousaine d’un tas de sévices sans aucune preuve, on revient au bon temps du journalisme dit d’investigation et de ses limites. « Sarkozy favorable à la peine capitale », retour en grande forme pour l’animateur à lunettes, qui, quelques heures après le vacarme provoqué par sa vidéo avoue quand même au journaliste du Monde venu s’enquérir, que le père d’Enis s’est depuis rétracté, qu’il n’a pas dit ce qu’il a dit, en tout cas pas voulu dire ce qu’il a effectivement dit. Rien de très clair, pas plus que ce décor d’entrepôt choisi comme plateau de l’émission de Zéro. Rien de très clair, mais suffisamment de pistes en tout cas, pour las antisarkozistes primaires pour ressortir leur chapelet et égrener leur litanie « sarko-facho » mise en veilleuse depuis quelques semaines.

« Je suis opposé à la peine de mort. C’est pour moi une question de principe. Je crois que le monde doit continuer à cheminer vers son abolition totale. » Ces mots sont pourtant bien du président actuel lui-même, de janvier 2007, au sortir de l’exécution clownesque de Saddam Hussein, sponsorisée par ses amis américains. Alors, Sarkozy, girouette ? L’Elysée dans un bel ensemble (pour une fois) dément, et assure que le père du petit Enis est très « perturbé » (on le serait à moins) par ce qui est arrivé à son fils. Ses mots ont dépassé sa pensée. Soit. Mais la pensée de Sarkozy aurait-elle, dans un de ces moments d’égarement ou de compassion débordante qu’il affectionne tant, « dépassé ses mots » ? Difficile à croire, mais pas impossible à imaginer. L’homme veut enfermer les pédophiles dans des hôpitaux spécialisés, souhaite tout mettre en œuvre pour qu’ils ne sortent jamais, et considère que ces criminels-là ne sont pas curables. Il souhaite aussi que, dans d’autres affaires, aucune personne ne soit estimée trop irresponsable pour être jugée, et condamnée. Mais surtout, par-dessus tout, Sarkozy, comme il le dit lui-même dans le bouquin de Reza, sait faire, quand il le faut, dans le « gros rouge ». Qui tache.

Pas un pilier de comptoir en France qui ne vous dira que les violeurs d’enfants, il faudrait les zigouiller, pour rester poli. Tous ces braves gens qui remplissent les journaux de Jean-Pierre Pernaut et les plateaux de Julien Courbet, qui discutent hausse des prix du pain comme d’autres CAC 40, pas un de ces « bon sens »-là qui jettera la pierre au bourreau. Pour beaucoup, oui, les assassins ou les violeurs d’enfants méritent la mort. Ou en tout cas pas de vivre. Cette réalité-là du terrain, Sarkozy sait la flatter quand il faut. Son boulot de président c’est aussi de montrer, de temps en temps, d’une émotion l’autre, que cette France-là, il la comprend, il l’entend, et qu’il est capable de l’écouter, même, si on insiste un peu. Un vote est un vote.

Alors, oui, Sarkozy a peut-être dit au père d’Enis qu’il était lui aussi favorable à la peine de mort, « dans certains cas ». Ca ne jurerait pas avec le personnage, et ce qu’on en sait. Et oui, Sarkozy démentira avec force avoir prononcé de tels propos, et répondra par le dédain aux socialistes, entre autres, qui ne manqueront pas dans les heures qui viennent, de lui demander de « clarifier sa position ». Et oui, Karl Zéro est pour beaucoup dans ce petit scandale-là, dans cette nouvelle affaire Sarkozy. Il est comme le président, Karl Zéro, une seule chose compte à ses yeux : qu’on parle de lui. Le cas échéant, il pourra toujours se targuer d’avoir relancé le débat sur la peine de mort.

Un débat qui était devenu presque inévitable, ces dernières semaines, tant l’adresse aux victimes était devenue la norme élyséenne, pour tout et n’importe quoi. Mais « la justice n’est pas faite pour les victimes » rappelait un avocat, dans Libération, il y a quelques jours. Et la peine de mort n’a rien à voir avec la justice. Elle vient après, au moment de rendre des comptes, quand les « victimes », justement, crient vengeance. Quand la réflexion n’est plus là, que la peur, ou la haine. Elle ne résout rien et interdit le doute. Elle n’a donc, logiquement, raisonnablement, aucune utilité. Que Sarkozy, ou Bush, ou Hu Jintao (le président chinois) nous démontrent le contraire.


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • koton 4 septembre 2007 12:38

    c’est bien toi le lard du comptant pour rien....


  • Anto 4 septembre 2007 10:06

    Cela fait surtout parler de Karl Zero. Il n’ya pas besoin d’etre un grand journaliste(la preuve venant justement d’ un faux journaliste has been) pour flairer ce genre de polemique. Ca fait bientot un mois qu’on remet en question la justice et la constitution au moindre fait divers. Normal, a force de baser la com’ et le pouvoir sur l’image et l’emotionnel.Nos cimetierres vont finir labourres avec tout ceux qui se retournent dans leur tombe. Vive le progres, vive la croissance. Merci qui ?


    • Bouli Bouli 4 septembre 2007 10:08

      Très bien écrit comme souvent. Il faut se méfier effectivement de ce genre d’interviews à la Karl Zero, on se perd rapidement dans ce qui est vrai, dans ce qui ne l’est pas... Il a réussi son coup d’éclat comme vous le dites très justement. Ensuite que Sarko soit pour la peine de mort dans certains cas, effectivement de sa part je ne serai pas choquée mais le tout est qu’il soit clair. De toute façon l’abolition de la peine de mort en France est verrouillée par la Constitution maintenant... heureusement.

      Et si l’objet de votre article est bien la coup d’éclat de karl zero, la position de sarko et pourquoi il se serait éventuellement prononcé pour la peine capitale... Le fil risque de partir dans un débat entre les pro et les anti peine de mort... Garanti !!! Attendons que des gens comme Lerma arrivent pour dire qu’ils admirent le courage de Sarko 1er qui a raison de dire que les pédophiles méritent la mort et ça promet des heures de débat stériles...


      • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2007 10:17

        @BOULI

        Tout à fait d’accord avec toi ! un article trollofuge entre pro et anti peine de mort ....


      • Bouli Bouli 4 septembre 2007 10:19

        Je ne pense pas que c’était l’intention de l’auteur mais c’est le risque encouru avec les différentes personnes qui viennent sur ce site. smiley

        Soit dit en passant, j’adore votre nouvelle trombine ! smiley


      • Anto 4 septembre 2007 10:27

        c’est vrai que cet article attirera ce genre de debat. Moi je l’aime particulierement car il demonte bien l’engrenage dans lequel nous sommes tombes depuis le debut de l’ete. Il suffit de le lire correctement et on verra que le debat n’est pas pour ou contre la peine de mort, mais stop a l’emotionnel a outrance. Meme Sarko ne peut le maitriser


      • Gasty Gasty 4 septembre 2007 10:40

        Bien le costume « le Chat » tes bottes me botte. smiley


      • LE CHAT LE CHAT 4 septembre 2007 10:52

        @bouli et Gasty

        c’est la rentrée aujourd’hui , j’ai eu droit à de nouveaux habits ! smiley


      • koton 4 septembre 2007 11:48

        holé !!!!!!


      • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 4 septembre 2007 10:30

        Et alors ?

        Sarko est pour la peine de mort pour les pédophiles, et ...

        On vous dit, Sarko n’aime pas les brocolis, vous avez peur qu’il décide d’interdire leur culture ???

        Il y a une différence entre ce quelqu’un peut penser, et ce qu’il va appliquer. Sinon il y aurait des milliers de morts chaque jours sur les routes.


        • koton 4 septembre 2007 11:54

          étrange tout de meme,il a été viré de canal 1 an avant les élections.c’est vrai que jp pernaud c’est bien mieux,m’enfin...mouais la vérité dérange,comme toujours...


        • koton 4 septembre 2007 11:58

          tiens,calmos....

          je m’adresse à toi dans ton langage:va te faire m...... espèce de t... du c.. !


        • koton 4 septembre 2007 14:25

          miaou miaou...


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 septembre 2007 14:38

          LUDO

          Toujours sensible à vos commentaires sympas .

          C’est vrai que Lilian est discrêt dans ses tropismes politiques et ce qu’il dit mérite intérêt . Oui Sarko est démago personne ne peut le nier . Oui Karl a un pseudo qui le résume très bien . Je suggérerais même de le moinsser .

          Salut et fraternité .


        • Ancalimon Ancalimon 4 septembre 2007 10:33

          Très bon article qui illustre bien les dérives auxquelles nous assistons.

          Cette forme de « présidence de proximité », qui tend à laisser croire que nos problèmes concernent directement le Chef de l’État, et cette volonté d’être aimé de tous vont aboutir à ce genre de déclaration, à coup sûre vite démentie, mais provoquant le trouble dans les esprits. Dans une précédente interview le père du garçon avait déjà affirmé que le Président était « d’accord avec lui » et expliquait souhaiter faire changer les lois...

          Rien n’est plus dangereux que de laisser croire aux citoyens qu’ils ont le pouvoir de modeler la République en fonction de leurs désirs ou de leurs problèmes personnels


          • Gasty Gasty 4 septembre 2007 10:39

            que cette France-là, il la comprend, il l’entend, et qu’il est capable de l’écouter

            Et de lui balancer ce qu’elle a envie d’entendre. De sa bouche même EDF GDF ne seraient jamais privatisé.

            Pour la peine de mort, ce sera peut être aussi une question de pourcentage ou de degré.


            • Gasty Gasty 4 septembre 2007 10:48

              Bientot :

              Je suis contre la peine de mort, mais je vais établir un carnet de 10 point.

              Au bout de cinq point, pour en récupérer vous acceptez d’être torturer et vous signer des aveux.

              A zéro point, vous etes zigouillé, mais je ferais tout pour que ça n’arrive pas.


            • Marceau Marceau 4 septembre 2007 11:03

              Jusqu’où veut-on nous faire régresser dans la haine, la vengeance et le mépris mutuel ?

              Evidement, comme ça, nous serons plus faciles à manipuler.


              • alberto alberto 4 septembre 2007 11:22

                C’est vrai que cet envahissement de l’espace médiatique par de tel propos rend la preception du discours relativement inaudible : « je n’ai pas dit ça, ne me faites pas dire ce que vous voudriez que je dise, si vous pensez que j’ai dit ça, c’est que vous avez mal compris... »

                Dans ces circonstance, Il a peut-être pas dit qu’il ne voulait pas la peine de mort pour GDF, et non plus dénationaliser la Justice (ou réciproquement) mais on aura sans doute mal entendu...


                • koton 4 septembre 2007 14:27

                  chirac=super menteur

                  sarko=hyper menteur


                • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 5 septembre 2007 02:22

                  non non vous vous trompez complètement
                  Chirac = fossoyeur
                  Sarko = Dictateur


                • tarzoon 4 septembre 2007 14:48

                  tout comme sarkho non ?


                  • ddacoudre ddacoudre 4 septembre 2007 15:21

                    Bonjour.

                    C’est terrifiant de voir que ce type de drame donne cours à un voyeurisme médiatique lucratif. La vengeance est un comportement humain et animalier quand nous sommes dans la situation du dominant. Je précise cela pour rappeler que bon nombre d’humain en position de faiblesse ont subit des molestations, des sévices, avilissements même parfois du dominant politique, sans que la victime puisse se révolter. Heureusement la force publique permet à chacun du plus fort au plus faible par sa structure judiciaire d’être dans la situation du dominant en faisant appel à ses services pour faire face à un événement perçu comme un désagrément ou listé comme méfaits ou crime.

                    La peine de mort de Voltaire à Badinter est un ouvrage très éclairant sur cette idée veille comme le monde qui par un combat politique a suivit une longue marche jusqu’à son abolition.

                    La notion de œil pour œil dent pour dent avait pour but de maintenir la vengeance dans la limite du préjudice subit, elle présentait un progrès par rapport au débordement souvent mortel pour des causes minimes perçu émotionnellement comme essentielles.

                    Ainsi, quand nous réclamons la peine de mort pour un événement n’en ayant pas induite une nous sommes au-delà de la notion ci-dessus instauré par le judaïsme et que pratiqué Sargon le plus cruel des empereur babyloniens.

                    Je disais donc qu’il est terrifiant de voir l’inconsistance de certain média qui pour une star réputation et un audimat font commerce commode de l’émotion publique, au risque de refaire de chacun d’entre nous des citoyens pires que Sargon, alors qu’avec difficulté nous nous sommes extirpés de ce piége émotionnel plus cruel que ce que nous pouvons trouver dans le monde animalier que nous considérons être péjorativement des bêtes.

                    Exode 21 / verset 12, celui qui tue un être doit être mis à mort. Verset 24, œil pour œil dent pour dent, main pour main, pied pour pied. Lévitique 24 /verset 17, si un homme tue un autre être, il doit être mis à mort. Verset 19, si un homme blesse une autre personne, on lui infligera la même blessure : 20, fracture pour fracture, œil pour œil dent pour dent ; on lui rendra le mal qu’il a fait à l’autre. La bible. Édition Alliance biblique universelle. 1992. Il n’y a dans mes propos aucune animosité envers une quelconque religion. Notre violence même dans son expression vengeresse n’est que le résultat d’une construction biologique. Mais les schémas que nous construisons pour l’inhiber favorisent ou non son développement, et justifient l’exercice de la même violence sous un qualificatif qui l’en exonère, ce ne sont que des formules de style, pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de moyen idéal, parce qu’il repose sur un processus d’agressivité inné qui ne saisit pas les nuances culturelles en dehors de notre capacité cognitive qui en est en partie dépendante.

                    Pour illustrer ces différentes appréciations de valeurs quantitatives et qualitatives de l’image du monde j’ai choisi deux exemples diamétralement opposés. Les récits des voyages du capitaine Hearne rapportent que chez les Indiens du Nord-Ouest du Canada, ce qui est aujourd’hui l’Alberta, la tribu Athabasca n’a de cesse de s’entre-tuer avec celle des indiens « Côtes de chien ». Cette guerre est leur joie, leur gloire, de part et d’autre. Un tel comportement nous le jugeons « primitif » comme pour le rejeter dans les comportements naturels archaïques de l’Humain, sans être capable de discerner que ce que nous rejetons comme primitif, nous l’acceptons aujourd’hui recomposé faisant toujours la gloire et la joie de certains de part et d’autre

                    L’histoire psychanalytique de l’enfance à conduit à se demander quels types d’adultes les pratiques anciennes d’éducation pouvaient façonner ; car il ressort des études des historiens (David Hunt et Lloyd de Mausse) et de l’étude du journal de l’enfance de Louis XIII, qu’autrefois les enfants étaient considérés comme de petits animaux voraces et dangereux pour l’adulte, et qu’ils recevaient de la part de leurs éducateurs et parents une éducation contraignante et dure, d’où semblait bannie toute dimension d’amour ou de jeu. La prise en compte de l’enfance ne remonte qu’au milieu du XVIII siècle. Mais cela ne justifie pas qu’en leur nom l’on tue ou que l’on interne à vie.

                    Ainsi notre construction biologique cérébrale construit ses schémas en réponse aux perceptions émotionnelles qui se concrétisent par des projections extérieures. Il n’est donc pas anormal qu’une partie de la population songe à la peine de mort puisque elle est induite par une théâtralisation politico médiatique. Nous pouvons à juste titre dire alors que ces journalistes pousse le public au meurtre ou à l’assassinat, et tous ceux qui veulent rétablir la peine de mort sont de potentiel criminel car ils veulent attenter à la vie d’autrui et pourraient tomber sous le coup de l’apologie du meurtre ou de l’assassinat puisque la peine de mort n’est plus légale. Nous pouvons en faire des choses avec les mots ? Cordialement.


                    • corsu 4 septembre 2007 15:26

                      La question existentielle qui se pose ici est celle-là :

                      un non-article traitant du non-traitement d’un non-événement par un non- journaliste peut-il présenter un quelconque non-intérêt ?

                      Je rappelle qu’il est interdit (par qui, on se le demande) d’aller cherche du doliprane pour essayer de comprendre ce que je dis


                      • Leveque 4 septembre 2007 15:27

                        Est ce que ne serait pas une maniére de tater l’opinion et de faire entrer le débat par la petite porte, par la voix du pére d’un enfant violé ?


                        • maxim maxim 4 septembre 2007 16:26

                          Karl Zéro ,comme ce nom lui sied si bien actuellement ..... un kleennex de plus ,un en moins ,comme ceux qui ont eu leur heure de gloire se retrouvent au creux de la vague ,essaient de ressortir la tête pour respirer une ultime goulée d’air frais avant de sombrer à tout jamais ....et ça rime presque ..le bourreau et le zéro .....


                          • Thierry Thierry 4 septembre 2007 16:36

                            @Lilian M.

                            en émettant l’hypothèse que Sarkozy aurait pu quand-même malgré tout tenir ces propos, vous faites comme KZ : vous préférez le soupçon à l’information.


                            • biztoback 4 septembre 2007 17:23

                              Mettez vous à la place du père, ne voudriez vous pas le tuez vous même ce pédophile ? Ce n’est plus une question de justice mais de vengeance,

                              Sarkozy s’est dit d’accord avec le père, peut-être parce qu’il se mettait à sa place. * Vous soulevez un débat qui n’a pas lieu d’être.


                              • moniroje moniroje 4 septembre 2007 18:51

                                Assez surréaliste de voir la méthode Karl Zéro fonctionner si bien dans nos médias : de cette manière on a agi pour dégringoler le candidat Sarko (souvenez-vous le karcher ou la racaille détournés avec délectation par les anti-sarkos) et on en connaît les résultats : peuple pas si naïf à avaler des balivernes et des couleuvres et le PS qui devait gagner ce fruit bien mûr de la présidence : il l’a perdu !!! Bon, OK, pas que pour cette raison...mais là, chapeau le PS !!! faut le faire !!!

                                Aujourd’hui, on continue toujours de dégringoler le président Sarko et comme la manière est la même, le « on » est sans doute le même. Et la côte de popularité de Sarko grandit ! Faudrait peut-être que le « on » voit le c qui le précède. Je pense beaucoup à Karl Zéro qui mérite vraiment son indice.

                                Bien sûr que un violeur-tueur donne envie qu’on le trucide ! surtout aux proches de la victime. Mais personne ne le leur reproche ; alors pourquoi le reprocher à Sarkozy ? qui joue le rôle qu’attend son peuple.

                                Alors, au lieu de le vilipender d’après racontars déformés par un qui veut les projecteurs de la télé sur lui à n’importe quel prix, on ferait mieux de réfléchir à ce qui pourrait remplacer la peine de mort et éviterait des récidives et ferait réfléchir un peu ces malades.

                                Tiens, par exemple : tout violeur se verrait condamné à 10 masturbations par jour par des trayeuses électriques et automatiques pendant tout son séjour en prison. Ainsi, pas besoin de peine de mort et sujet calmé à sa sortie de prison : pas de récidive... ou beaucoup moins.

                                De même tout pdg malhonnête, licencieur et incompétent (il y en a pas mal réunissant ces trois qualificatifs), au lieu de partir avec parachute doré, serait condamné par la Justice à respecter les horaires de son entreprise en se tenant à l’accueil pour recevoir coup de pied au cul de tout le personnel : celui-ci gagnerait satisfactions et donc moral en hausse et meilleure productivité : l’entreprise aurait tout à gagner.


                                • Vilain petit canard Vilain petit canard 5 septembre 2007 14:10

                                  Le problème en l’espèce n’est pas Sarkozy, mais Karl Zéro. Ce contestataire de carnaval s’est déjà fait remarquer par ses tutoiements des politiques (quelle irrévérence !), et par quelques autres « unes » assez nauséabondes, celle des parties fines de Toulouse étant la plus grossière. A l’époque, il se vantait volontiers de ne pas avoir de carte de presse, comme si c’était un label de qualité.

                                  Ce rebelle de salon se fait du fric depuis des années à l’ombre de puissants employeurs (Europe 1, Vivendi Canal Plus, Endemol, ...), et avec des « scoops » sensationnalistes, qui ne ménagent ni le droit des victimes, ni le secret de l’instruction.

                                  Alors ce coup-ci, c’est sous sa houlette que le père d’Enis, à qui on pourrait foutre un peu la paix, franchement, qui dit que Sarkozy lui a dit que... Oulala quel scandale, foncez sur le site de Karl Zero, vite, pour bénéficier des bannières publicitaires !! Vous êtes dispensé de lire le texte, aucun intérêt, gardez votre cerveau disponible pour la pub des autres productions de Karl Zero, surtout...

                                  Malgré l’analyse assez nuancée présente dans cet article très bien écrit, je trouve qu’il alimente encore ce buzz malsain. Mais bon...


                                  • Jacquou Lecroquant 11 septembre 2007 21:02

                                    Je ne suis pas un pillier de bistrot même si j’aime bien, de temps en temps, boire un verre de rouge avec une rondelle de saucisson. Et il faut l’avouer, j’ai tendance à mépriser ceux qui méprisent un bon verre de rouge et un morceau de charcuterie. J’ai fait des études dites supérieures (classes préparatoires + ingénieur grandes écoles en mathématiques + 3eme cycle en gestion). Bien qu’ayant reçu une formation scientifique, je suis aussi amateur de littérature (Dostoïvsky, Tolstoi, Soljenitsine, Céline, Drieux la Rochelle, Houellebecq, etc, etc...). Et pourtant, chose incroyable, je suis totalement favorable à la peine de mort, notamment à l’encontre des pédophiles tueurs d’enfants. Ca me semble être un chatiment juste, gradué et proportionné au crime commis. La réclusion à perpetuité (la vrai) me semble bien plus inhumaine que la peine de mort. Et pourtant, chose encore plus incroyable, la plupart des gens que je connais pense la même chose. Du coup, chose incroyable, je pense qu’on est des millions dans ce pays à penser la même chose.

                                    Ce qu’il peut y avoir comme beauf dans ce pays, c’est à peine croyable. C’est à ce demander si la démocratie (ou l’hyper-démocratie comme disent le bobos) est encore un système adapté à conduire une telle masse de veaux.


                                    • Mysticman Mysticman 23 septembre 2007 01:25

                                      Sarko n’est pas pour la peine de mort même dans certains cas. Qui peut croire à cette grosse bêtise à part peut-être les anti-sarko primaires fanatiques et rouge-brun.

                                      Marc Tellene alias Karl Zero est animateur et n’a pas sa carte de presse, il n’est pas journaliste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès