Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarko malmène la santé publique, malmenons le !

Sarko malmène la santé publique, malmenons le !

Des familles ne se soignent plus....

Le gouvernement poursuit son action qui vise à détruire la sécurité sociale et dans un premier temps à détricoter l'oeuvre du CNR...

Des institutions très modérées en arrivent à protester...C'est le ras le bol qui commence à s'exprimer...Il faudra peut être passer à une autre phase active pour balayer ce gouvernement !?

48 % des Français ESTIMENT que les mesures de rigueur engagées par le gouvernement vont entraver leur accès aux soins dans les prochains mois,ils ont raison et aujourd'hui ce sont les principes de la solidarité qui sont remise en cause.

Ce régime vise au nom du libéralisme économique à balayer les réformes prévues par le Conseil National de la Résistance et mises en vie par les premiers gouvernements de la IV ème République.

Avec la réforme hospitalière et l'installation des ARS (Agences régionales de Santé), c'est tout l'édifice qui s'effrite.

Des hôpitaux de proximité jugés non rentables ferment certains de leurs services, des urgences chirurgicales de nuit qui sont abandonnés avec une double conséquence :

  • des accidentés sont parfois « promenés » d'un hôpital à l'autre avec les risques encourus

  • des malades sont obligés de « choisir » la clinique et les dépassements d'honoraires

Dans un communiqué commun portant sur : « l'Action sanitaire et sociale des CPAM : un filet face au désengagement de l’Assurance maladie ? », le Collectif interassociatif sur la santé, la FNATH ( association des accidentés de la vie) et la puissante et très modérée UNAF ( Union Nationale des Associations Familiales) expliquent bien que l'on passe d'une couverture légale régulière à une couverture « caritative » discrétionnaire.

Nous sommes à l'opposé des idéaux de l'assurance maladie fondée en 1945 :

Un accompagnement financier de plus en plus indispensable

Car la fragilité face à la maladie ne pourra qu’être aggravée par les évolutions récentes. Rien que pour l’année 2011 :

- les nouvelles baisses de taux de remboursement pour les médicaments à « vignette bleue » (de 35% à 30%) ;
 - l’augmentation du
seuil de déclenchement du forfait de 18 euros pour les actes coûteux ;
 - la restriction des conditions de
prise en charge des frais de transport des personnes en ALD ;
 - la régulation des
dépenses de transports pour tous les usagers des établissements de santé ;
 - l’augmentation des
cotisations dues aux organismes de complémentaires de l’ordre de 5% par an ;
 - et la création d’un
nouveau jour de carence dont les Français ne sont que 25 % à considérer que l’objectif est la lutte contre les arrêts de travail abusifs. Nos concitoyens croient plutôt, pour 60%2 d’entre eux, que cette mesure aura surtout pour conséquence une baisse de la couverture en entraînant une diminution de leurs revenus en cas de maladie, ce qui représente un préjudice pour les malades ne pouvant être justifié même par la crise pour 81 %2 d’entre eux.

Une autre orientation est nécessaire

Fixer l’objectif du droit à la complémentaire santé pour tous garantissant l’accès à un panier de soins de qualité.
 - Imposer la transparence totale sur la qualité et la composition des prix des appareillages et dispositifs médicaux, en particulier dentaires, optiques et auditifs, de façon à en faire baisser les coûts.
 - Harmoniser les conditions d’éligibilité (ressources et charges des demandeurs) aux aides attribuées par les commissions d’action sanitaire et sociale des CPAM. 
 - Mieux faire connaître l’existence de ces aides aux publics potentiellement bénéficiaires (seuls 26%2 des Français disent savoir que des aides exceptionnelles peuvent être sollicitées auprès de leur CPAM en cas de difficultés d’accès aux soins). »

 

D'autres revendications sont à rajoutées comme celles ci :

  • retour aux remboursements antérieurs permettant l'accessibilité de tous aux soins ;

  • abandon des forfaits hospitaliers et médicaux ;

  • interdiction du dépassement d'honoraires dans les hôpitaux....

Ce président si peu républicain et ce gouvernement sont les fossoyeurs de la République.

Certains commentateurs et militants pourraient même trouver que leur politique s'inspire de Vichy !?

Quoi qu'il en soit, les collectifs qui se développent pour la défense des hôpitaux de proximité et du service public de santé ont raison de se mobiliser.

D'après l'écho qu'ils rencontrent dans la population, il y a plus qu'une dichotomie entre l'aspiration de la population et la politique de Sarkozy....

Il faut poursuivre et amplifier la mobilisation contre ce gouvernement et préparer les voies permettant de renvoyer l'hôte de l’Élysée dans son foyer !

Jean-François Chalot
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 24 novembre 2011 09:33

    Bonjour Chalot,

    Pendant que sa grandeur monopolise tout l’étage d’une clinique pour l’accouchement de la  reine Carlita, des centaines de millier de nos citoyens n’ont plus accès aux soins. Les mutuelles sont de plus en plus inaccessibles de par leurs coûts et des taxes que le gouvernement applique. La sécurité sociale rembourse de moins en moins et de plus en plus mal. Les Sarkomafieux ont bien sclérosé le système qu’ils veulent abattre afin d’orienter à terme les individus vers les assurances privées (Le frangin et les amis du Fouquet’s club pourront lui dire merci …). Concernant notre modèle de santé, nous étions une référence dans le monde entier. A cause deces rapaces nous allons avoir un système de santé digne d’un pays du tiers monde. Notre démocratie était fondée sur la liberté et la solidarité (Accès aux soins et à l’éducation pour tous). Si ce clown est réélu pour un nouveau mandat de cinq ans, attendez vous à la mise à mort de la sécurité sociale, de l’assurance chômage et des retraites.


    • Jean 24 novembre 2011 10:59

      De Gaulle nous a donné une clé de sortie par la constitution de la Ve : voir mon com. dessous


    • Jean 24 novembre 2011 10:58

      En finir avec les partis donc les lobbies, les (fausses) luttes de la caste politique dont le citoyen a « soupé ». Ras le bol du "grenouillage de cette caste.

      Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

      La révolution a commencé en 1789, elle finira en 20..

      En finir avec les lobbies banquiers, pharmaceutiques, ..., medef, plus de prises pour eux sur les assemblées, plus de pouvoir personnel, de corruption (pas le temps, etc.)

      Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

      On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

      Re : Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

      http://www.democratiedirecte.fr/

      http://www.dailymotion.com/video/xl...

      http://www.dailymotion.com/video/xi...


      Un parti sans étiquette
      pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
      (y a du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

      On peut imaginer dans les petits bourgs, un conseil municipal sans élus, mais constitués des citoyens eux-mêmes, le maire est élu pour un court mandat en tant qu’ exécutant, et contrôlé.

      Les grandes villes ...un conseil de « tirés au sort », un maire élu (court mandat et non renouvelable ? ou une fois) exécutant et contrôlé.

      Idem au niveau de l’ Etat, un président élu (court mandat non renouvelable) exécutant des décisions d’ une constituante de "tirés au sort", aidé de ministres, et aux pouvoirs limités (par ex. urgence militaire avec compte à rendre), et très contrôlé.

      Bien étudier les thèses (liens) qui font leur chemin.

      Et les bienfaits de la démocratie, en perspective : les « jeunes » participent à la vie de la cité au lieu de brûler des voitures, parité homme/femme assurée (en moyenne par le tirage au sort), les luttes de classe disparaissent (ne reste que des sollicitations à la constituante), ...

      Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/


      • JPhilippe 24 novembre 2011 11:25

        Puisque la fermeture des hôpitaux se fait en disant que l’on créée des « pôles d’excellence », et poru « améliorer la qualité des soins », un seul slogan :

        « MIEUX VAUT ETRE MAL SOIGNE QUE PAS SOIGNE DU TOUT !! »


        • Taverne Taverne 24 novembre 2011 11:44

          A bas l’injuste austérité !

          Dehors Austérix !


          • foufouille foufouille 24 novembre 2011 12:48

            ca fait 20a que c’est comme ca


            • Robert GIL ROBERT GIL 24 novembre 2011 14:21

              S’il est un domaine où la notion de rentabilité devrait être relativisée, c’est bien
              celui de la santé. Il est loin le temps où le docteur Jonas Salk, créateur du premier
              vaccin contre la poliomyélite, déclarait à un journaliste lui demandant à qui
              appartenait le brevet : « Eh bien... au peuple. Il n’y a pas de brevet. Peut-on
              breveter le soleil ? »..........
              http://2ccr.unblog.fr/2010/10/29/medecine-sante-et-profits/


              • Richard Schneider Richard Schneider 24 novembre 2011 17:34

                Article « fort ». Des vérités qu’il faut marteler. Excellent. Voir aussi :


                Blog de Slovar :

                18 novembre 2011

                France du XXIeme siècle : 1 français sur 2 renonce à se soigner !

                 


                • JL JL1 24 novembre 2011 17:39

                  En même temps, quand on sait que la France est le pays champion du monde de la consommation de médocs ... !

                  De deux choses l’une : ou bien on privatise la Sécu, ou bien on nationalise Big Pharma !!!


                  • FYI FYI 25 novembre 2011 04:09

                    « Ce président si peu républicain et ce gouvernement sont les fossoyeurs de la République. »

                    Mais qui a bien pu placé cet enragé à la tête de l’Etat ? Les mêmes qui râlent ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès