Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy-Bayrou : une inimitié de trois ans (au moins !)

Sarkozy-Bayrou : une inimitié de trois ans (au moins !)

Un pacte secret Chez Jacques Chancel pour que Jacques (Chirac) chancelle. C’est ainsi que se résume la trame de l’évènement que relate le quotidien « Sud-Ouest ». Ce journal a recueilli le 16 mars les propos tenus par François Bayrou sur ce fait survenu il y a trois ans. Bien que Bayrou ait souhaité expressément que ces « propos off » ne soient pas publiés, le quotidien les a rendus publics cette semaine. Ils viennent confirmer l’inimitié qui oppose les deux hommes.

Des ennemis de trois ans (au moins). Ainsi apparaissent aujourd’hui le centriste et le candidat de l’UMP. La veille de la parution de l’entretien, François Bayrou avait "expressément" demandé au journal de ne pas le diffuser mais le quotidien est passé outre ce souhait. La raison : il faut éclairer "avec intensité le fossé qui sépare les deux hommes".

Je ne vais pas reprendre ici l’intégralité des faits puisque la version sonore de l’entretien peut s’écouter sur le site du quotidien régional Sud-Ouest (voir également la vidéo en fin de page).

Je rappellerai simplement l’essentiel : En février 2004, Sarkozy et Bayrou étaient invités dans la maison d’Adast de Jacques Chancel. Après le café, Chancel invite les deux convives à s’installer dans la bibliothèque. C’est là que Sarkozy propose à Bayrou un pacte secret contre Chirac. Les motivations avancées par Sarkozy sont l’âge du capitaine, selon lui trop avancé. "On va jouer les jeunes et on va le démoder, lui qui est vieux."

Bayrou a rejeté la proposition de Nicolas Sarkozy en lui faisant remarquer qu’une alliance uniquement fondée sur une telle base, la question de l’âge, ne lui paraissait absolument pas acceptable. Depuis ce jour, les deux hommes ne se sont plus adressé la parole.

Hier, mercredi 25 avril, Bayrou a tenu une conférence de presse pour préciser sa position dans le cadre du second tour des élections présidentielles. A cette occasion, les journalistes l’ont questionné sur cette affaire. Il a coupé court à toute explication, précisant qu’il n’aime pas que ces faits aient été publiés sans son assentiment. Néanmoins, il ne fustige pas la presse comme on peut l’imaginer. Sarkozy l’aurait fait.

A l’occasion de la révélation de ce désaccord profond, Bayrou a souligné les différences inconciliables qui le séparent de Sarkozy sur les méthodes. Mais hier, lors de sa conférence, il a enfoncé le clou en fustigeant le "goût de l’intimidation et de la menace" du candidat de l’UMP qui exerce des pressions du style "Si tu n"obéis pas, on te le fera payer" et, bien que ce ne soient pas là des propos cités exactement en ces termes, c’est bien ce que Sarkozy exprime en maintes occasions. On se rappellera à ce sujet la menace de répandre "du sang sur les murs" lors de l’élection européenne de 1999. Bayrou dénonce un autre procédé, celui consistant à dire aux députés UDF : "C’est avec vos voix que vous avez fait vos votes".

Ce que François Bayrou reproche aussi au candidat de l’UMP, c’est la pression aux débauchages (cinq députés viennent de rallier bruyamment le camp de Sarkozy) et surtout "une manière d’exercer le pouvoir", une "manière de gouverner des Hauts-de-Seine" dit-il pour appuyer.

Bayrou donna raison à un journaliste : oui, il trouve des ressemblances entre Sarkozy et Berlusconi. Le journaliste reprenait ici une observation exprimée par Daniel Cohn-Bendit. Cette conférence était aussi l’occasion pour Bayrou de rappeler la différence de projet de société qui l’oppose à Sarkozy. (Sur ce point, lire mon article du 10 avril : "Quelle France voulons-nous ?")

On le voit, le clivage est décidément trop ancré, trop profond, pour que Bayrou donne une consigne de vote pour le candidat de l’UMP. Il ne s’appête pas à voter non plus pour Royal sauf si des corrections importantes venaient bouger les lignes... Il n’en dira pas plus sur ce point. La rupture - pour reprendre un mot cher à Sarkozy - est donc consommée. Elle sépare deux hommes, non seulement sur le projet de société, mais aussi sur la manière de faire de la politique, et plus encore de se comporter dans la vie et en société avec les autres.


SARKOMPLOT ANTI-CHIRAC
envoyé par Republique-FR

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • zOoO zO 26 avril 2007 11:04

    De toute façon les politiques ne parlent jamais sans arrieres pensées et savent très bien que toutes les paroles dites, même non « officiellement » ressortiront un jour ou l’autre.

    Cette « révélation » le jour de la conférence de presse de François Bayrou ne peut être innocente, et sa réaction non plus.

     smiley


    • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 11:08

      Je suis d’accord avec vous. Il n’y a pas d’innocence en politique. Cela fait partie de la mise en scène. Mais quand la mise en scène sert le fond, sans être caricaturale néanmoins, elle est utile.


    • PasKal 26 avril 2007 14:32

      LES « CHIRAQUIENS » APPRECIERONT AU MOMENT DE METTRE LEUR BULLETIN DANS L’URNE...


    • PasKal 26 avril 2007 14:33

      ....LES (VRAIS) « GAULLISTES » AUSSI !


    • nessoux 26 avril 2007 11:05

      Bayrou a raconté plusieurs fois cette histoire au journalistes en leur demandant de ne pas la publier. Et il la ressort tout d’un coup entre les deux tours publiquement. Bien entendu, aucun témoin de ces discussions. La ficelle est un peu grosse non ?

      Le Béarnais est rusé et tenace. Venez faire un tour dans notre belle région pour voir de plus près.


      • JEanlOu JEanlOu 26 avril 2007 11:06

        Le seul interet de l’article est dans le jeu de mot dans le chapeau, le reste ... smiley smiley smiley

        JEanlOu


        • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 16:41

          Les lecteurs auront été épargnés de cet autre jeu de mots : « C’est dans la bibliothèque du journaliste, que Nicolas Sarkozy apprit à ses dépens que François Bayrou n’est pas un pion qu’il pourrait faire avancer à sa guise sur le grand échiquier politique ». Je me suis dit qu’un calembour suffisait ! Pour vous qui êtes jeune je précise que le « Grand échiquier » était une émission de Jacques Chancel.


        • admimot 26 avril 2007 11:30

          Décidémment la campagne anti-SARKO continue de battre son plein..

          je croyais que BAYROU n’était pas au 2° tour ...

          Mais c’est vrai que lui le grand démocrate, le donneur de leçon, le chevallier blanc, l’anti-système, refuse le verdict des urnes.

          Rappellez vous qu’il disait avant le 1er tour : « quand je serai Pt de la R ! » et non pas : « si je suis Pt de la R ! » Révélateur de l’état d’esprit du personnage et surtout de son égo exacerbé... BAYROU n’accepte pas de n’être pas qualifié.. Et il se revendique grand démocrate.. C’est lamentable..

          Comme moraliste, il n e sera pas non plus au 2° tour...

          Et voilà qu’ après avoir trahi son électorat de droite, faut il le rappeler, il se comprommet avec la gauche qui il y a encore quelques jours le méprisait !! Un peu décence M. le donneur de leçon...

          Qu’a t’il en commun avec cette gauche archaïque, qui rassemble autour de SR, prête elle aussi à toutes les compromissions, des BESANCENNOT, BOVE, BUFFET, LAGUILLER etc..

          BAYROU ne vous y trompez pas est un homme de droite, et le fait d’avancer masqué, ne changera rien à l’heure des choix.. Et il ne sera jamais accepté par les tenants de la ’vieille gauche’ ..

          Voilà qu’aujourd’hui puisqu’il n’est pas au 2° tour, il s’en prend à la personne de SARKOZY, alors qu’il y a quelques jours il dénonçait des méthodes inqualifiables ayant cours dans la sphère politique, disait-il, préférant « prendre de la hauteur » et parler de la préoccupation des français et de son prétendu programme !

          M. BAYROU faut il le rappeler est dans le gouvernement sortant, par la présence de DE ROBIEN qui l’a incité à accepter le portefeuille de ministre, pour ne cesser en suite de le critiquer . Tiens, décidémment c’est une habitude...

          La loyauté aurait commandé à M. BAYROU puisqu’il était dans un tel désaccord avec son rival, de ne pas faire partie de cette équipe, voire de quitter le gt, et de s’expliquer avec SARKO d’homme à homme, bien avant les élections. Il n’en serait que plus crédible aujourd’hui. Au lieu de cela, faute d’arguments pour contrer son ex-allié politique, on sort les cadavres du placard entre les deux tours ... Là, c’est vraiment indigne !!!

          Son électorat se souviendra de ce comportement au moment des législatives, et la gauche ne cèdera aucune circo. pour lui faire de la place..

          D’autant, que les éléphants du PS se méfieront de ce personnage qui aura trahi et qui à l’évidence n’a désormais qu’une seule ambition, les présidentielles de 2012..


          • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 12:16

            Nous sommes en démocratie et tout personne a le droit de s’exprimer, y compris François Bayrou. Mais tout le monde ne semble pas être d’accord puisque le syndicat de la presse régionale veut empêcher le débat public entre Royal et Bayrou alors que ce débat a été demandé par Ségolène Royal. Le PS et l’extrême-gauche veulent censurer aussi. Finalement est-on vraiment en démocratie ?


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 26 avril 2007 12:22

            « le syndicat de la presse régionale veut empêcher le débat public »

            N’exagérons rien. Il veut seulement que ne soit pas détournée une réunion prévue de longue date.

            Ségolène n’avait pas à disposer pour son usage personnel de cette réunion.


          • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 12:33

            Effectivement : « Le Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), organisateur d’un forum devant la presse régionale auquel participera Ségolène Royal vendredi, est opposé à ce que cette réunion se transforme en débat avec François Bayrou, a-t-il indiqué jeudi 26 avril à l’AFP »

            Affaire à suivre donc.


          • 1984 26 avril 2007 13:13

            Bien sûr que nous sommes en démocratie, mais ce débat est tout simplement anti-constitutionnel.


          • PasKal 26 avril 2007 14:36

            Le Président du « syndicat de la presse régionale » sortait pile-poil d’un entretien avec Sarkozy quand le « syndicat de la presse régionale » a refusé quelques minutes après que ce débat ait lieu...

            Coïncidence, sans doute.....Heum...... smiley


          • nessoux 26 avril 2007 14:44

            Ouais bien sur, c’est surement la faute à Sarko comme la fonte des neiges et le réchauffement climatique.

            Ségo et sa bande ont atteint le zéro absolu de la politique.


          • PasKal 26 avril 2007 14:45

            Sarkozy élu, la Presse en France va faire de sacrées économies : ils auront tous, de l’Humanité à Minute en passant par Le Monde, Libération et Le Figaro que les stricts mêmes articles (y’aura juste à changer le titre du journal en haut de page et le tour sera joué !), avec ceux des écrits par Devedjian pour les articles de ’propagande GoebelsoSarkosyste’, par Balkany pour les ’pages People’ : « Cécilia est partie... », « Cécilia est revenue... », « Cécilia est repartie... », « Cécilia à la plage... », « Cécilia est enrhumée... », « Cécilia, ça va, ça vient, ...donc tout va bien ! » ; Cécilia, de son côté, se réservant les ’pages littéraires’ : « Le denier ouvrage de Marc Lévy m’a bien plu..., je vous le recommande ! » ou les ’pages branchées’ : « Le génial publicitaire Richard Attia est de retour ».

            ....Ca va être gai !


          • PasKal 26 avril 2007 14:46

            « AU SECOURS ! » ; Jean-François : ....installe MARIANNE à l’étranger, vite !!!


          • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 12:40

            Rappel : François Bayrou s’est dit d’accord jeudi pour un débat avec la candidate socialiste devant la presse quotidienne régionale, à condition qu’il soit télévisé.

            - Selon l’AFP, François Hollande a affirmé jeudi matin qu’il n’y avait « pas de négociations » entre Ségolène Royal et François Bayrou, mais un « dialogue ». « Il n’y a pas de négociations avec l’UDF ou avec François Bayrou », mais « il y a un dialogue normal en République » et « Ségolène Royal a eu raison de le proposer à ceux qui veulent discuter avec elle de son engagement et de son pacte présidentiel », a affirmé à la presse le premier secrétaire du PS à l’issue de sa rencontre avec le numéro un du PCF, Marie-George Buffet.

            Interrogé sur un éventuel débat vendredi matin entre la candidate socialiste et le patron de l’UDF, il a répondu qu’il s’agirait d’un « dialogue », mais « ce n’est pas le débat du second tour » qui, lui, « aura lieu entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy ». « Nous ne sommes pas en négociation » mais « dans la clarification », a répété le patron du PS.


            • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 13:31

              Bayrou est dans une position de troisième homme qui cherche à devenir le premier.

              Evidemment qu’il va tout faire pour dénigrer Sarkozy.

              Evidemment qu’il va raconter le moindre fait pour tenter de le salir, tout en demandant évidemment aux journalistes de « ne pas en parler ». Mon oeil !

              Evidemment qu’il va essayer de faire passer Sarkozy pour un extrêmiste : ce serait tellement plus facile pour récupérer la place !

              Mais finalement, tout ce que vous racontez sur Sarkozy... c’est Bayrou qui vous l’a dit ?

              Ah ! C’est donc follement objectif.

              La politique amène les gens à se combattre, verbalement, parfois très durement. Les états d’âme d’un Begag, d’un Bayrou, ou de journalistes de gauche (je vous signale que ça existe, et pas qu’un peu), ne doivent pas masquer l’essentiel : à la fin, c’est entre deux projets politiques qu’il faut choisir.

              De temps à autre, il serait bon d’y revenir : http://www.koztoujours.fr/?p=270


              • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 14:25

                Pierce, on ne « raconte » pas les faits, on les relate. Que pensez-vous de Ségolène Royal qui accuse Nicolas Sarkozy de faire pression sur le Syndicat national de la presse quotidienne régionale (SNQPR) pour empêcher le débat ? Elle dit que le président du syndicat a été reçu par Sarkozy et que ce dernier a exercé des pressions sur lui pour interdire le débat. Cette nouvelle action de votre candidat ne vient-elle pas confirmer la véracité des propos de Bayrou lorqu’il dit que le président de l’UMP a le « goût de l’intimdation et de la menace » ?


              • nessoux 26 avril 2007 14:49

                Ce n’est qu’un mensonge de plus de SR. Quand on n’a pas un programme qui peut marcher on cherche à mystifier l’électeur. C’est la seule voie qui reste et elle n’hésite pas à la prendre.

                Je ne serais pas surpris qu’elle tente encore un coup fumant lors du débat télévisé avec Sarko


              • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 15:09

                Et si vous vous renseignez un peu ?

                La PQR devait rencontrer successivement Sarkozy et Royal.

                Royal a tenté de transformer cet événement en débat entre elle et Sarkozy. Il n’est pas étonnant que Sarkozy ait annoncé à l’organisateur du forum que si ça se passait comme ça, il ne viendrait pas.

                Royal a le droit d’organiser un débat avec Bayrou, mais pas à l’arrache, pas dans n’importe quelles conditions, pas en l’imposant au forum de la PQR.

                Résultat : ça a lieu samedi. Ce type de cafouillage ressemble terriblement à l’impréparation propre à la candidate socialiste.

                Aucune chance pour elle d’être élue le 6 mai : les 2-3 % de Français qui font la différence et ne votent pas pour un projet mais pour un homme / une femme capable, vont massivement préférer Sarkozy.

                Comme ils l’ont déjà fait au premier tour.


              • 1984 26 avril 2007 15:11

                Mais elle va lui faire le coup de la misogynie, elle à déjà commencée hier soir ! Je cite Colette : Une femme qui se croit intelligente reclame les memes droits que l’homme. Une femme intelligente y renonce


              • Lavande & Coquelicots Pierce 26 avril 2007 15:25

                Chacun aura rectifié de lui-même : « Royal a cherché à transformer cet événement en débat entre elle et Bayrou »


              • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 16:01

                Oui, j’avais rectifié...

                Bayrou, ayant terminé sa campagne, n’a pas d’intérêt personnel à exploiter cette info. D’ailleurs il ne l’a pas exploitée lors du premier tour alors qu’il le pouvait.

                Le fond de cette affaire n’a rien de très choquant : l’art de la politique passe par des alliances qui se font et se défont. Jacques Chirac en 1981 a trahi Giscard. Sarkozy a trahi Chirac pour Balladur ensuite. Cela dit, Sarkozy est passé maître dans l’art de gagner des opposants pour se coaliser contre ses adversaires : ainsi avec Besson contre Royal, et avec De Robien et Veil contre Bayrou.

                Mais le principal enseignement de cette affaire, c’est le refus net de Bayrou d’une telle collusion, attitude qui donne un éclairage intéressant à deux personnalités opposées.


              • IP115 27 avril 2007 12:38

                "Que pensez-vous de Ségolène Royal qui accuse Nicolas Sarkozy de faire pression sur le Syndicat national de la presse quotidienne régionale (SNQPR) pour empêcher le débat ?

                Que nous avons maintenant la preuve formelle que ce n’est qu’une menteuse.

                Et dire que cette sainte-nitouche avait commencé la campagne en déclarant qu’elle ne voulait pas entrer dans le jeu des attaques personnelles. Voila pourtant ce qu’elle se permet de déclarer gratuitement :

                « Ce n’est pas le président de la PQR qui, paraît-il, a été reçu ce matin par Nicolas Sarkozy, qui va empêcher le moindre débat »

                La PQR dément immédiatement avoir été l’objet de pression de la part de l’entourage de NS. Voila ce que lui répond le Président de la PQR, propos rapporté par le NouvelObs :

                « Le président du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), Michel Comboul, a déclaré jeudi 26 avril que les déclarations de Ségolène Royal accusant la presse régionale d’avoir subi des »pressions« pour ne pas organiser un débat Royal-Bayrou étaient »inacceptables" et il a démenti formellement avoir rencontré dans la matinée Nicolas Sarkozy, comme l’a affirmé la candidate socialiste.

                « Nicolas Sarkozy ne m’a pas reçu. J’étais toute la matinée au congrès de l’Inma (International Newspaper Marketing Association, à Paris). J’y ai pris la parole. Il y a 500 personnes qui étaient présentes au congrès et qui peuvent en témoigner », a déclaré à l’AFP Michel Comboul, président du Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR).

                « Je déments formellement toute pression. Il y a des choses qui sont inacceptables. La presse régionale n’est sous aucune influence » partisane, a déclaré Michel Comboul, qui est également président du groupe Nice-Matin. "

                Pourtant « le SPQR, compte tenu de l’actualité, était plutôt disposé à accepter ces nouvelles conditions : »même si ça favorisait Ségolène Royal, nous étions plutôt prêts à le faire. L’intervention de Ségolène Royal, en mettant en cause notre honnêteté professionnelle, a jeté un trouble dans l’esprit des éditeurs« , a observé Michel Comboul. »Nous sommes pris dans la tourmente électorale. Il n’y a pas eu la moindre pression« , a-t-il insisté. »

                Nous voila revenu aux pires magouilles politiciennes de l’époque Mitterrandienne de triste mémoire et dont SR et TOUS les éléphants qui l’entourent sont les (in)dignes héritiers.


              • La Taverne des Poètes 27 avril 2007 17:19

                Voici ce que déclare pourtant le Syndicat national des journalistes dans un communiqué : « L’arithmétique pointilleuse du CSA d’un côté, le poids des sympathies auprès du candidat Sarkozy de l’autre, font que le devoir d’informer subit une entrave insupportable dans une démocratie ».


              • zOoO zO 26 avril 2007 13:52

                @Adama

                Votre dernière phrase est réellement sans intérêt.

                 smiley


              • zOoO zO 26 avril 2007 20:36

                @ Adama

                Je vous signalais que vos propos étaient sans intérêts dans le présent fil, c’est de la digression pure qui ne sert a rien d’autre que de vous faire un petit plaisir. smiley


              • IP115 26 avril 2007 14:34

                Et ça continue avec la désinformation. Comment la rédaction peut elle laisser passer de tels articles qui ne fait que relater ce qui n’est pour le moment qu’un ragot sois disant dit par un perdant frustré qui ne l’assume même pas ! J’espère que Sarko le poursuivra en justice pour diffamation car c’est vraiment un peu facile et surtout désonorant pour ce « candidat » qui prétend rénover la politique en France !

                L’article dit lui même : « Jacques Chancel a confirmé la rencontre de deux heures entre les deux hommes dans la bibliothèque de sa maison, à Adast, mais a indiqué qu’il ignorait ce que les deux hommes s’étaient dit. », Donc finalement personne ne peut le confirmer ...

                Bayrou aurait « fait ces mêmes confidences à plusieurs reprises devant des journalistes, en les invitant à chaque fois à ne pas les publier. », c’est clair que on ne veut pas que des propos soient publiés le mieux est encore de les confier à des journalistes (tous les hommes politiques savent ça ... smiley )

                Soyons sérieux cette histoire invérifiable, qui se serait déroulé en 2004, ressort par le plus grand des hasards de calendrier le 16 mars 2007 (un peu avant les élections, mais c’est vraiment un hasard, d’ailleurs on entend bien que Bayrou le racontre vraiment à l’insue de son plein gré).

                Attendons que Sarkozy ait répondu, la présomption d’innocence MEME Sarkozy y a droit.


                • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 14:55

                  Extrait de l’article « François Bayrou : le hold-up ! » de Nicolas Domenach, directeur adjoint de la rédaction de Marianne.

                  « Plus de 500 journalistes dont 200 envoyés spéciaux et envoyées spéciales de la presse étrangère, parmi les plus belles, les abeilles du métier qui bourdonnent en anglais, tout ce beau monde qui se bousculait pour lui, François Bayrou, le battu, l’éliminé du second tour ! Et puisque chaque détail compte, cette conférence de presse inédite se tenait dans un très grand hôtel parisien, rue de Castiglione, où le parti chiraquien du temps de sa splendeur avait ses habitudes. Cette fois, les caméras, les appareils photos, les micros et même les chaînes américaines, japonaises diffusant en direct, tout ce charivari, c’était rien que pour lui. « Un véritable hold-up », jubilait-il tard dans la nuit. Jamais dans l’histoire de la Ve République on n’avait vu ainsi l’exclu d’un duel s’imposer dans le jeu, exiger et obtenir qu’on le regarde, qu’on l’écoute alors qu’on ne devrait n’avoir d’yeux et d’oreilles que pour les deux finalistes ! »

                  Verrait-on Sarkozy acclamé comme hier par des journalistes de toutes tendances et de tous pays ? Quelque chose est en train de naître dans ce pays...


                  • admimot 26 avril 2007 15:59

                    Bravo l’auteur ..

                    C’est la démonstration parfaite, que contrairement à tout votre charabia sur SARKO et sa prétendue mainmise sur la presse, c’est votre élu de coeur qui la manipule.

                    C’est donc bien la preuve par l’absurde que toute votre ’démonstration’ ne tient pas et que BAYROU est bien plus dangereux que SARKO ne semble l’être à vous entendre.

                    Il est bon pour un régime totalitaire. D’une certaine manième c’est une forme d’anti-démocratie que de ne pas se soumettre au résultat des urnes. Des dictatures ne pratiquent pas autrement.

                    BAYROU est quelque part dangereux, car il tente de brouiller les règles démocratiques du pays, pour les tourner à son avantage exclusivement.

                    Le danger n’est pas là où vous le croyez. OUVREZ les YEUX !

                    C’est pire que LE PEN !

                    SARKOZY ne vous remerciera jamais assez !


                  • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 16:05

                    Quelqu’un d’intelligent aurait tiré une conclusion opposée : Bayrou n’a nul besion d’exercer des pressions, des marchandages ou des menaces sur la presse ni de l’acheter pour se faire applaudir et respecter par elle.


                  • Simon 26 avril 2007 17:28

                    Ce qui est hallucinant, c’est que les adhérents, ou pro-UMP viennent hurler sur tous les articles qui montrent plus ou moins directement une tendance pro-Bayrou, qu’il y a manipulation ou haine envers Sarkozy. Un conseil, commencez déjà par ne pas prêcher la haine envers l’adversaire, envers un débat qui s’il est anti-constitutionnel, est en tout cas démocratique. Faut pas oublier que l’article n’est pas rédigé par un journaliste professionnel, et je pense qu’il a droit d’afficher sa préférence (même implicitement) comme les autres, même si sur Agora Vox, il semble y avoir une préférence pour Bayrou. smiley


                    • admimot 26 avril 2007 18:04

                      On voit à lire l’auteur qu’il est déja bien à ’gauche’. Tout ce qui n’est pas pour ’BAYROU’ n’est pas ’intelligent’. Vous êtes déja dans l’intolérance comme vos amis de fraiche date...

                      Quant à la presse, elle se déplace sur toutes les ’catastrophes’...

                      Et parler de débat anti-constitutionnel mais démocratique entre le looser et S.R. c’est le comble de la manipulation. Je rappelle à SIMON que la R.D.A était une république démocratique, comme la Chine, la Corée etc.. Bel augure !

                      Devons nous comprendre que les tenants de BAYROU et la gauche, qui n’ont pas gagné les élections me semble-t’il, ont tous les droits y compris celui de prendre des libertés avec les institutions sans que cela doive gêner personne ??

                      Belle leçon de démocratie et de tolérance !!

                      les électeurs jugeront sévèrement ces comportements indignes..


                      • Y. DESGREES 26 avril 2007 19:21

                        Je ne sais pour qui travaille la taverne des poètes, mais cet article me parait très tendancieux. Il ne fait que reproduire (partiellement et c’est là où le bât blesse...)une rumeur de plus contre Nicolas SARKOZY, sans autre preuve qu’une conversation « off », non vérifiable...

                        Il eut été plus honnête d’y ajouter le commentaire de l’hôte des deux personnages en question, qui donne de cette information peu crédible un sens tout différent :

                        Précision de Jacques Chancel :

                        « Discussion amicale ». Jacques Chancel, contacté lundi par « Sud Ouest », confirme : « C’était en février 2004, dans ma maison d’Adast, en dessous de Cauterets. Nicolas était à la maison pour quelques jours, avec toute la famille, Cécilia et les enfants. Après le café, je les ai installés dans notre bibliothèque. Nicolas souhaitait que je reste. J’ai refusé. Après deux heures de discussion, ils se sont quittés. » Des tensions auraient-elles émaillé cette rencontre ? « On avait l’impression que la discussion avait été de bonne qualité et amicale, s’étonne Jacques Chancel. Nicolas, qui est resté huit jours à la maison, ne m’a pas du tout parlé de ça... »

                        Toujours les mêmes méthodes : des rumeurs plus ou moins nauséabondes lancées sur le net par des opposants prêts à tous les coups pour pallier leur manque d’idées.

                        Yves Desgrées du Loû


                        • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 20:57

                          « Nicolas, qui est resté huit jours à la maison, ne m’a pas du tout parlé de ça... » : Qu’il est gentil ce Jacques Chancel ! Sarkozy n’allait pas se confier auprès de lui d’avoir comploté dans le dos du président...


                        • La Taverne des Poètes 26 avril 2007 21:59

                          Yves Desgrées du Loû, vous m’accusez à tort d’être tendancieux et nauséabond. Vos accusations sont ridicules et me font sourire. Vous me dites d’autre part que j’ai écrit ce papier pour dissimuler mon incompétence sur le plan des idées. Je suis à votre disposition pour échanger avec vous sur toutes les questions du programme de Sarkozy. Je ne crains pas le débat d’idées.


                        • torr-ben 26 avril 2007 19:26

                          Salut ô toi le grand poète des cavernes, euh pardon des tavernes. Dis donc, pour changer de sujet, t’aurais pas vu des fois Demianiaque et son marsupiau ? Où cé donc qu’ils sont passés ? Ils feraient quand même pas la gueule ? Demian serait dans sa peinturlure jusqu’au cou ? Ou dans les bras de Quitterie ? Qui sait... le veinard ...J’espère qu’il nous racontera çà par le menu...Matthao


                          • Ben 27 avril 2007 01:15

                            Il semblerait qu’une éventuelle proposition ait peut-être été faite par NS à FB. Comme dirait Coluche, quand ont en sait autant que cela on ferait mieux de fermer sa gueule !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès