Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy est un président visionnaire

Sarkozy est un président visionnaire

Pourquoi ne pas supposer que l’idée du grand emprunt proposée par Sarkozy est une mesure utile, répondant à des enjeux économiques que la France doit affronter. En ce cas, nous pourrions faire l’éloge d’un président visionnaire et déceler quelques horizons significatifs traçant la voie et le sens des orientations voulues par le président. Bien évidemment, on exclura toute idée d’un caprice politique car si Sarkozy a lancé ce grand emprunt conçu comme un arrosage financier de projets retenus, c’est parce qu’il sait que la course aux crédits est dans l’esprit du temps et que les mondes de l’industrie, de la recherche, de l’université, du développement, sont dirigés par des managers formés, pour ne pas dire formatés, à l’esprit de compétition qui marque de son sceau la globalisation. Ce n’est plus l’internationale mais la concurrence globale qui est devenue le genre humain. 35 milliards, ce chiffre a suscité l’écoute et l’intérêt de la plupart des acteurs pouvant prétendre recevoir quelques subsides moyennant la rédaction d’un projet bien ficelé. D’ailleurs, la présidence se félicite de la mise à l’écart de quelques présomptueuses stars de l’université s’imaginant que leur seul nom suffirait à faire passer un dossier sur le devant de la scène jouée dans les jurys où des personnalités étrangères ont siégé. Le grand emprunt se reflète dans quelques fondamentaux idéologiques et technologiques constituant le sens du devenir. Voyons cela en détail.

 Le grand emprunt répond au schéma universel régissant les volontés humaines. Ce schéma, c’est la carotte et le bâton. Mais dans une version réactualisée à la dimension des pays industrialisés. La carotte symbolise la récompense octroyée à ceux que la société ou le marché intronise comme les plus valeureux ou les plus méritants. Le bâton, c’est la sanction et pour un pays, la sanction principale sur la durée, c’est le lent déclin et l’effacement du rayonnement d’une nation qui peu à peu, s’efface du concert international et ne fait plus entendre sa voix. Et pour se faire entendre, rien de mieux que le dynamisme industriel et un PIB confortable, synonyme de second muscle diplomatique, qui justement seconde le premier muscle incarné par l’armée. On l’aura compris, le bâton qui frappe un pays, c’est l’inquiétude du déclin industriel, de la croissance atone dans un contexte mondial où les Trente glorieuses ont changé de place, se déroulant en Chine, en Inde, en Turquie, au Chili, au Brésil, pour ne citer que quelques exemples de réussites économiques effectuées au début du 21ème siècle. Le plus grand souci de Sarkozy, c’est de faire entendre la voix de la France et par personne interposée, de se mettre en scène au service de sa propre gloire, étant entendu que ce triomphe sera partagé avec des retombées pour tout un peuple, les uns épris de fierté nationale, les autres ravis des retombées financières. Car les deux bras de la politique contemporaine fonctionnent de pair, les armes et l’économie. Et sans économie dynamique, pas de développement de l’arsenal militaire. Il faudra les financer, ces 50 gros porteurs commandés par la France à Airbus. Entreprise qui justement, participe aux échanges économiques et permet à la France et l’Europe de faire entrer des tonnes de devises permettant de financer l’Etat et d’arroser les populations des retombées de pouvoir d’achat.

 Le grand emprunt devrait servir doublement, d’une part à financer des programmes d’ajustement technologique permettant un développement soutenu accompagné d’une politique énergétique, d’autre part créer des leviers pour soutenir les innovations et accompagner les chercheurs entreprenants et les PME innovantes sur le chemin de la croissance, de la création de richesse, de l’exportation de technologies d’avenir. La France n’a pas de pétrole, il faut bien qu’elle trouve des dispositifs pour réduire la facture énergétique tout en produisant des biens et services que le monde s’arrachera si tout va bien. C’est ce qu’on appelle le patriotisme économique. Terme bien compris par les dirigeants mondiaux et traduisible dans la plupart des langues. Le patriotisme économique se joue efficacement lorsqu’un pays dispose de ressources naturelles. C’est le cas du Venezuela mais aussi de la Russie. Vladimir Poutine, le grand copain de Sarkozy, l’a bien compris, ayant décidé de nationaliser le pétrole et le gaz russe pour ne pas le livrer à la rapacité des multinationales de l’énergie qui alimentent les fonds de pension des seniors. La France n’ayant que peu de ressources naturelles, elle doit proposer sur le marché le fruit de son innovation industrielle, des Airbus, des centrales nucléaires, des TGV, des hypermarchés, certes, mais cela ne suffit pas. La France cherche toujours son modèle économique, hésitant entre l’Allemagne pour la sobriété salariale et les PME, la Suède pour l’accompagnement vert et vertueux, la Russie pour le patriotisme énergétique. La France a trouvé néanmoins son contre-modèle, c’est la Grèce. Ce pays a accumulé de la dette sans investir, sans préparer l’avenir, pour payer les dépenses de fonctionnement, tel un ménage surendetté pour avoir voulu trop tôt s’offrir une berline. Maintenant, la Grèce ne peut plus rembourser, ni payer ses fonctionnaires. Autant dire que ce pays méditerranéen qui a vu naître la démocratie symbolise le cauchemar de toutes les nations avancées et suscite même la crainte d’un effondrement systémique de la finance, comme lors du dépôt de bilan de Lehman Brothers à l’automne 2008. 

 Le premier principe reconnu par Sarkozy, c’est qu’un pays qui n’avance pas recule en fait et finit par décliner. C’est sans doute un aspect du côté visionnaire de Sarkozy qui, mieux que ses adversaires socialistes, a compris que les sociétés étaient accrochées au niveau de vie matériel, avec la plupart des individus en état de dépendance, les uns pour finir leurs jours avec des soins grandissants, les autres pour occuper leurs jours en se goinfrant de plaisirs de plus en plus coûteux, prêts à dépenser plus sous réserve qu’ils gagnent plus. C’est d’ailleurs le style moral de Sarkozy qui selon Patrick Buisson, n’aime pas tant l’argent (comme par exemple DSK) que ceux qui réussissent à en gagner beaucoup. Sarkozy aime les natures entreprenantes fortes et se démarque de la démondialisation proposée par un Montebourg qui fait figure à côté de candidat pour petites natures désirant être protégées pour ne pas affronter la ligue 1 de la compétition économique mondiale.

 Si les Japonais et surtout les Américains sont les champions de l’innovation industrielle, la France et l’Europe ne doivent pas rater ce rendez-vous de la nouvelle croissance. Aux Etats-Unis, l’Etat sert de levier pour les industries en passant commande de matériel militaire tout en finançant les recherches de pointes dans les technologies d’armement et de surveillance. Le reste est l’affaire des banques, des chercheurs et autres entrepreneurs. Là bas, pas besoin d’accompagnement. Les types qui ont du savoir faire font rapidement fortune. Les innovations captées par le marché sont rapidement produites et les lois anti-trust ont été édictées, preuve s’il en est que le milieu est favorable à la croissance des grosses industries. En France, il faut que l’Etat dise aux activistes de l’économie de se bouger le cul. Il faut les pousser, quitte à mettre de l’argent sur la table. Sarkozy est bien visionnaire, lui qui gère le pays comme une entreprise et se pose comme un bon père de famille disant à son fils de s’activer pour les études, quitte à promettre quelques billets d’euros si les notes du bac sont correctes. C’est cela l’esprit du grand emprunt, inciter les acteurs de l’aventure économique à se dynamiser, se regrouper, partager leurs expériences et coopérer ensemble pour plus de conquête industrielle dans le contexte de l’économie de la connaissance, cette arlésienne de Lisbonne qui cette fois, se met en place grâce au volontarisme du président qui sait agir avec détermination, en s’appuyant sur les excellences et compétences françaises.

 Un pays qui veut être en première ligne dans un monde globalisé doit aussi s’adapter rapidement et pratiquer une sorte de darwinisme technique comme le fait n’importe quelle entreprise qui périt si elle ne change pas sa gamme et ne modifie pas ses productions. Sauf qu’un pays doit aussi modifier ses structures sociales. Le 20ème siècle a vu décroître le monde paysan comme jamais auparavant. L’agriculture intensive a suppléé aux besoins alimentaires. Actuellement, la France tente de faire face au déclassement, voire d’accompagner la diminution des travailleurs ainsi que des classes moyennes qui pour un Etat moderne, risquent de représenter un obstacle pour la productivité nationale. D’où la tâche de transformation socioprofessionnelle projetée par le président mais bien difficile à mettre en œuvre car les nouveaux emplois ne tombent pas du ciel. Peut-être alors les retombées des innovations liées au grand emploi permettront-elles d’absorber une partie des déclassés ?

 Sarkozy est un président visionnaire. En face, il y a essentiellement les socialistes, les uns tournés vers le futur s’efforcent de montrer qu’ils peuvent conduire la même politique que Sarkozy mais dans une version sociale, les autres tentent de faire croire qu’on peut maintenir l’ancienne structure sociale tout en faisant faire à la France un bon en avant. Sarkozy visionnaire, c’est du sérieux mais tout est relatif comme disait notre cher Albert. Relatif voulant dire ajusté, rapporté. Eh bien sûr, c’est rapporté au vide des espérances socialistes et collectives que Sarkozy apparaît comme visionnaire, mixant avec un savant dosage la cupidité contemporaine et le colbertisme du grand Louis. Sarkozy ne fait qu’adhérer à l’une des tendances fortes du moment. Croissance, consommation, dépendance technologique, élan industriel, arrivisme, globalisation et compétition. La gauche n’a rien d’autre à offrir qu’un modèle passéiste ou une copie plus présentable du sarkozysme. Le peuple français n’a plus d’élan alternatif, qu’il s’en remettre alors à Sarkozy ou à DSK dans 5 ans. Les historiens apprécieront et jaugeront sans doute notre époque à l’aune de la cupidité généralisé et de la démission des intellectuels et journalistes.

 Prenons donc acte que Nicolas Sarkozy est un président visionnaire, pas plus que Michel Rocard, Jacques Attali, Olivier Ferrand, Alain Minc ou Alain Juppé, mais il est président et visionnaire, un peu plus que d’autres qu’on jugera borgnes sans les désigner. La politique n’est plus l’art de gouverner mais un laboratoire où se joue l’expérience des hommes, avec leurs machines. La vision d’un homme d’Etat ne dure que le temps où elle assure une cohésion, une adhésion d’une majorité populaire et un fonctionnement du système avec des centrales qui ne partent pas en vrille, des trains qui arrivent à l’heure, des payes qui viennent chaque mois se créditer sur les comptes populaires. Dans dix ans, on en reparle. Et dans un an, je ne voterai pas pour Sarkozy.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • yoananda 29 juin 2011 09:23

    Non, au contraire, il va a l’envers de l’histoire.
    Alors que la démocratie 2.0 est l’avenir et la chance des peuples du monde, lui érode un peu plus tous les jours l’ancienne démocratie.
    Alors qu’il faudrait réformer (pour de vrai) l’état en simplifiant les démarches administratives et l’impôts, il rajoute des couches et des couches de lois « réformantes », mais en gardant la lourdeurs des anciennes et en n’accordant pas les moyens de la faire respecter.
    En matière d’innovation le futur est dans internet et l’OpenSource et la France fait partie des pays en pointe pour tuer tout ça dans l’oeuf.
    En matière énergétique, il faut mettre en place un programme répondant aux enjeux du pic pétrolier.
    Et sa gestion de la crise n’est qu’une fuite en avant alors qu’il faudrait réformer le capitalisme sauvage.

    Bref, il ne restera dans l’histoire que comme un brasseur de vent dont les gesticulations n’ont fait qu’aller contre le sens de l’histoire.


    • Kalki Kalki 29 juin 2011 11:10

      La démocratie 2.0 n’existera pas a l’échelle d’un état et sera au mieu athénienne, et avec des référundums ce qui n’est pas un critère de véritable démocratie

      a un moment meme le politique est dicté par des modèles scientifiques, aujourd’hui c’est un modèle économique

      par contre au niveau locale , la démocratie directe est possible

      Et puis la politique c’est question de valeur ... et si l’économique disparait en fait ou s’évapore et se virtualise : les valeurs ca peut être utile pour un néonapoléon comme assange pour rassembler et conquérir ... mais c’est surtout un modèle de société : liberté , égalité , fraternité

      Ce qu’on se rappellera aussi

      c’est que la gauche a « toutes » les villes de france : et qu’elle ne tente pas de faire autre chose de bas en haut

      qu’elle ne fait que du capitalisme, elle construit des marchés alors qu’il y a un grand marché et qu’il a gagné, aide des entreprises ( qui lui dit merde par la suite )

      qu’elle survit et meurt, comme la france

      Si on commençait a produire locale avec de l’hydroponie : mais pas « pour le marché » mais dans une monaie locale interconnecté ?


    • Calva76 Calva76 29 juin 2011 17:00

      Bien d’accord avec vous Yoananda !
      La France crève de la lourdeur de son administration (un peu à la Soviétique) mais surtout d’une multitude de textes de loi abscons et le tout couronné d’une impossibilité chronique à faire appliquer toutes ces contraintes (il parait que les Français seraient les champions du contournement légal).
      Je confirme aussi que toute velléité d’innovation dans notre beau pays est immédiatement étouffée dans l’œuf ou immédiatement écrasée au cas ou elle mettrait un tant soit peu en péril un monopole (d’état ou privé).
      Mais nous sommes libres... de partir, et c’est ce que font les innovateurs (j’ai pas mal de nom en tête).
      Dommage pour la France. smiley
      Dommage pour nous. smiley


    • yoananda 29 juin 2011 17:09

      et j’ai oublié aussi son visionnaire plan pour augmenter le nucléaire en France !!!
      Pour le coup faut vraiment être un ane baté après l’avertissement cinglant au Japon.


    • yoananda 30 juin 2011 16:57

      et bien oui, je suppose comme vous que la démocratie n’est pas adaptée a la taille d’un état ...
      par contre, rien ne nous oblige a rester démocrate. On pourrait peut-être faire de la sociocratie ou un autre système plus adapté ...


    • Le taulier Le taulier 29 juin 2011 09:25

      Je ne sais pas si Sarko est un président visionnaire par contre l’auteur de ce billet est un champion de la branlette intellectuelle. L’article n’a ni queue ni tête.


      • Gabriel Gabriel 29 juin 2011 09:36

        Sarkozy est un président visionnaire et Mère Teresa était ceinture noire de karaté. Faut arrêter de fumer la moquette Bernard ! Le Nabot n’est pas un visionnaire mais un libéral pur jus au service de ses amis du CAC40 !   


        • Jean 29 juin 2011 09:56

          Non, cet article : c’ était de l’ humour.


        • sonearlia sonearlia 29 juin 2011 23:17

          Alors pourquoi c’est pas dans la rubrique parodie ?


        • Jean 29 juin 2011 23:57

          Parce que c’ est une parodie jusqu’ à l’ extrême.


        • devphil30 devphil30 29 juin 2011 09:49

          Oui , c’est un grand visionnaire pour ses amis et sa famille à qui il sait donner avantages et promotions.
           
          Oui il est visionnaire pour son avenir , uniquement son propre avenir , il a atteint le poste qu’il convoitait et quel résultat pour la France , déficit accru , baisse des remboursements de la sécu , augmentation durée de cotisation retraite , c’est une privatisation rampante des retraites et des regimes sociaux.

          Combien il faut pour combler ce fameux trou de la sécu , combien il faut pour équilibrer les
          régimes de retraites ????
          Combien il a donner au travers du bouclier fiscal ??
          Qu’est que cela à apporter à la France ce bouclier fiscal ?

          Etre visionnaire , c’est pas agir au coup par coup dès que le feu prend dans un endroit mais être visionnaire c’est anticiper et former des gens pour éteindre les feux ...

          Que devient l’éducation nationale ? on abetise le peuple pour le rendre plus servile ...
          On baisse le nombre de policiers de proximité pour augmenter la délinquance et permettre sa reélection ...
          On augmente le nombre de radars pour augmenter les recettes fiscales sans résoudre les points dangereux sur les routes ... quelle vision des choses ....

          Cet article aura le seul mérite de faire réagir mais un président visionnaire est un président qui laisse à un pays des changements importants pour les générations à venir dont on pourra dire que cela à permis de modifier la vie des gens en bien.
           
          Et le grenelle de l’environnement qui a été progressivement mis à l’abandon et même repudié par Borloo pour les gaz de schistes , ça le grenelle de l’environnement aurait pu être une vision importante pour le futur et non pas la msie en place de reductions fiscales à tout va pour els changemenst de fenetres , de pompes à chaleur , de photo voltaique ou d’achat immobilier qui n’ont fait qu’augmenter les prix artificiellement de ces produits.
           
          Non , il n’est vraiment pas visonnaire et n’a rien tenu de ces promesses....

          Philippe 


          • Jean 29 juin 2011 10:00

            Certains suggèrent même la décroissance choisie, pour sauver la planète ; vision d’ avenir d’ autre envergure !


          • Alpo47 Alpo47 29 juin 2011 10:11

            Rappelons au passage que lorsque l’Etat emprunte, et il le fait souvent et beaucoup, il contribue à un transfert de richesse, de la part de ceux qui vont le rembourser avec leurs impots, la « classe moyenne », vers ceux qui y ont souscrit, les possesseurs de capitaux ou « rentiers-actionnaires ».
            C’est donc la continuité de la paupérisation de la majorité et de l’enrichissement d’une minorité.

            Alors, que l’impot, à condition qu’il soit REELLEMENT proportionnel au revenu, serait un moyen de financement beaucoup plus juste. Mais, par dogmatisme, le gouvernement s’y refuse.

            Juste une confirmation que l’Etat actuel est au service des plus riches, s’il était encore besoin.


            • jack mandon jack mandon 29 juin 2011 10:13

              Bernard,

              C’est curieux dés que l’on fait un éloge « relatif », de Nicolas Sarkosy, les têtes se ferment,
              la négation fuse et l’article se trouve contesté avant d’avoir livré son message.

              « Dans dix ans, on en reparle. Et dans un an, je ne voterai pas pour Sarkozy. »

              Le problème majeur qui se pose est pour qui voter ?


              • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 29 juin 2011 11:42

                Non, le problème majeur est « pourquoi voter ? ».


              • yoananda 29 juin 2011 17:10

                pourquoi s’en étonner après s’être moqué du peuple pendant près de 10 ans au pouvoir, et de s’en vanter en plus. Faut pas pousser mémé dans les orties.


              • pissefroid pissefroid 29 juin 2011 10:16

                C’est tellement stupéfiant que je pense que cet article est à classer dans la catégorie parodique.


                • Laurent_K 29 juin 2011 14:58

                  Je pense aussi que c’est une parodie (« Bien évidemment, on exclura toute idée d’un caprice politique »...) mais on hésite quand même un peu...


                • Taverne Taverne 29 juin 2011 10:21

                  Je comprends que, pour une fois que Sarkozy fait quelque chose de bien, on soit ébahi. Car c’est tellement rare. Mais de là faire son éloge, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir sous peine de se mordre les doigts plus tard.


                  • Taverne Taverne 29 juin 2011 10:24

                    Ce qu’a fait Sarkozy avec ce grand emprunt est bien mais cela n’a rien d’extraordinaire. C’est ce qu’aurait fait tout président de la république. Et on le voit pavoisier pour pas grand chose quand à côté de ça il continue d’enrichir les privilégiés et de taper sur tout ce qui est pauvre.


                      • lloreen 29 juin 2011 11:32

                        N’oubliez pas de faire tourner et de communiquer autour de vous...
                        Les « élections » approchent....et la petite mafia au pouvoir s’agite...Des fois que nous aurions des vues un peu « divergentes » des leurs...


                        • lloreen 29 juin 2011 11:43

                          N’oubliez pas :
                          Non seulement, en l’état, le système électoral est fait de telle façon que le vote ne serve à RIEN.
                          Rappelez-vous l’entourloupe du traité de Lisbonne...
                          Notre système dictatorial qui « s’appuie » sur ce traité de Lisbonne,est symbolisé par Herman van Rompuy, « président » (non élu, cela va de soi...) de l’union europénne...

                          Ces gens sont ILLEGITIMES.Leur monnaie est ILLEGITIME et leurs décisions sont donc ILLEGITIMES.

                          Il nous reste à créer notre propre monnaie.

                          Depuis quand une clique de particuliers peut-elle décider du sort du monde ?
                          Depuis la création de la FED. (Institution privée, comme sont privées la BCE et le FMI).

                          Dans sa première partie, le traité de Lisbonne stipule que la BCE (banque centrale européenne)
                          n’a aucun compte à rendre aux citoyens.....
                          On n’est jamais si bien servi que par soi-même, n’est-ce pas ?
                          Enfin, ça ne nous concerne pas nous, puisque nous n’avons pas le « droit » de nous servir nous-mêmes (nous sommes des esclaves, rappelez-vous...).

                          La solution est donc : la souveraineté personnelle.AUCUN LIEN DE SUBORDINATION A QUICONQUE.

                          Excellente lecture à ceux qui n’auraient pas encore pris connaissance de cette information.
                          N’oubliez pas d’informer autour de vous !

                          http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/67/15/03/Rothschild/Conf-Ed-Griffin-Creation-FED.pdf


                            • Pyrathome Pyrathome 29 juin 2011 12:55
                              Sarkozy est un président visionnaire smileyEffectivement, il n’aime pas la France et la France ne l’aime pas, qu’il dégage , donc  !....

                              • dom y loulou dom y loulou 29 juin 2011 13:37

                                à se demander si c’est vraiment Bernard Dugué qui a écrit cet article

                                vous vous transformez en officine de propagande sarkosienne ?? je peine à le croire

                                35 milliards de « grand emprunt » histoire de’suer de grands mots on fait croire qu’on fait de grandes choses

                                ah bon vous avez 35 milliards de dettes supplémentaires donc ? la grande nouvelle

                                et c’est sans doute ce que coûte jusqu’ici la barbarie en Libye

                                le schizo en chef visionnaire maintenant

                                mais oui, un vrais cauchemar qu’il colporte zélé pour ses copains de wall street, de Londres - les vrais banqueroute quand la Grèce doit éponger pour Goldmann Sachs

                                si personne ne leur prête ils peuvent bien sombrer !!!

                                tous les pays occidentaux vivent par les dettes qu’ils empruntent

                                c’est le fait que les banques soient aux ordres de wall street pour ne pas les renflouer les grecs, et les irlandais et les portugais et les espagnols, car les banques americaines n’ont plus rien à prêter alors les lords britaniques trouvent une très bonne idée de ruiner leurs alliés en lieu et place de leurs banquiers !!!

                                alors ils demandent au reste des nations d’europe d’éponger les dettes de ... Goldmann sachs... cherchez l’erreur

                                et si vous voulez la mort de Goldmann Sachs achetez tous au moins une pièce d’argent

                                c’est leur talon d’achille qui les oblige à retrouver des actifs valables... qu’ils n’ont pas... suite et fin de Goldmann sachs

                                grouillez-vous de participer au BELIER EN ARGENT MASSIF  ;)

                                EN PRISON AVEC CES GANGSTERS FINANCIERS


                                • Bernard Dugué Bernard Dugué 29 juin 2011 13:55

                                  L’article est bien sorti de ma plume

                                  C’est une sorte de mise en abime et quand on est face à l’abime, on a le vertige et on détourne le regard, si bien que le fond de l’article est masqué.


                                • dom y loulou dom y loulou 29 juin 2011 14:29

                                  oui je comprends Bernard

                                  et vous faites de votre mieux depuis longtemps et j’ai bien du respect pour vous à cet égard

                                  bonne journée


                                • dom y loulou dom y loulou 29 juin 2011 14:28

                                  vidons les trésors de banques en argent en achetant tous des pièces

                                  ils seront obligés de suivre le mouvement

                                  et acheter du vrais avec du faux N’EXISTE PAS

                                  fin de Goldmann Sachs

                                  allez, pour une fois, appliquez un remède potentiel


                                  • rosa luxemburg 29 juin 2011 15:17

                                    Sarkozy n’est pas un visionnaire pusiqu’il a livré toutes les pensions retraites,les allocations familiales, les remboursements sécu aux marchés obligataires de la city et les mutuelles des fonctionnaires à Malakoff-médéric ce qui fait qu’au prochain crash,qui arrive, les gens n’auront que leurs yeux pour pleurer.

                                    De plus faire un emprunt aux mêmes agents qui utilisent l’usure pour nous asservir est digne d’un psychopate,en effet il faudrait 150 milliards ,par an pendant 5 ans d’investissement dans les infrastructures ,avec une banque de france nationnalisé qui émettrait du crédit productif public à très bas taux d’interêts et à long terme,pour que l’économie minimaliste et le chômage s’arrêtent .

                                    Sarkozy et la droite ne sont pas Gaulliste sinon ils prendraient exemple du plan économique initié par le CNR et De gaulle pour nous sortir des 30 piteuses et nous éviter les 30 douloureuses.Les 30 glorieuses ne sont pas à l’ordre du jour dans l’umps mais la guerre de 30ans oui vu leur incompétence légendaire.

                                    A partir du moment où vous ouvrez certains livres d’économie politique comme ,allais ;cauwès ,rueff, wallrace ou Hamilton vous comprenez que Sarkozy n’est que mensonge et démagogie.N’a-t-il pas dit plusieurs fois qu’il n’y connaissait rien en économie et qu’il était contre le protectionnisme !

                                    Etre protectionniste et patriote ne veut pas dire être nationnaliste,c’est simplement protèger les peuples du cancer que sont les financiers et que le nabot sert allégrement

                                    SANS GLASS STEAGALL , SANS BRETTON WOODS ET SANS GRAND TRAVAUX A L’ECHELLE DE TOUT LE CONTINENT ET SANS LES BANQUIERS ACTUELS IL N’Y AURA AUCUNE CHANCE DE SURVIE ALORS STOP A LA DEMAGOGIE SARKOZY N’EST PAS LE MESSIE C’EST PLUTOT L’ENFER !!!


                                    • ykpaiha ykpaiha 29 juin 2011 15:35

                                      Tout ce que fait ou touche cet individu est pourri, et nauséabond.
                                      La seule vertu que je jui trouve c’est de ne pas etre francais (c’a rassure), les forces d« occupation khasars l’ont imposé.
                                      Quelque soit son discours ou ses choix il seront a notre détriment a breve écheance.
                                      Ce que les autres camoufflaient ; lui c’a se voit un peu trop, c’est pouquoi nos Khasars sont a la recherche d’un »enculeur« mais avec la vaseloche...voila pourquoi talonette 1er et sa nunuche partiront.
                                      Actuellement ;
                                      Pourriture 1er cherche non pas de nous convaincre, mais de convaincre ses mentors de le laisser faire joujou encore un peu...il y a encore un peu de déficit a creer afin de nous rendre plus dociles et c »a il sait bien faire.
                                      Voila le message tel que je l’entend !


                                      • latortue latortue 29 juin 2011 17:30

                                        Sarkozy un visionnaire mes fesses oui !!!!!!!!!!!!!!

                                        Philippe Seguin, avait chiffré à 70 milliards les économies à faire pour restaurer les comptes. Les pouvoirs publics ont fait quoi pour s’atteler à cette priorité c’est une question que je pose mais j’ai déjà la réponse ils ont fait des dettes supplémentaires

                                        a dire vrais je ne comprend pas très bien la France est en faillite au dire de Mr Fillon

                                        alors faire un nouvel emprunt pour soit disant relancer l’avenir ,je plains ceux qui vont y souscrire il ne doivent pas connaître l’histoire de Maurice

                                        ’’ Maurice se tourne et se retourne dans son lit, très angoissé. Il finit par avouer à sa femme qu’il doit 100.000 euros à son voisin, et qu’il ne sait pas comment le rembourser. Sa femme se lève, ouvre la fenêtre, et hurle au voisin  : "Raymond, tes 100.000 euros, on ne te les remboursera jamais  !« Elle se recouche, et dit à son mari : »maintenant, tu peux dormir tranquille. C’est lui qui ne peut plus fermer l’œil."

                                        moi j’ai envie de dormir tranquille alors le grand emprunt !!!!!!!

                                        un emprunt afin d’investir pour l’avenir. mais à cause de la dette, les futures générations ne pourront pas acheter ce que produira le pays, donc ce que cet emprunt va théoriquement permettre de développer, genre une voiture électrique ou des panneaux solaires sur le toit ou l’isolation de leur maison . Ces nouveaux pauvres préfèreront payer leurs impôts et éventuellement manger la conclusion c’est que tout ce qu’on paye comme impôts, taxes, redevances, ne sert à rien pour l’avenir. Beau bilan monsieur Sarkozy .la France vit a crédit et lance des emprunts, pour le quidam que je suis c’est droite ligne vers le surendettement non !!!!!! donc malgré Lagarde et ses prédictions imaginaires au FMI , ça veut dire note dégradée et la même punition que les Grecs.




                                        • Mor Aucon Mor Aucon 29 juin 2011 20:51

                                          Je suis d’accord avec l’article. Sarkozy est bel et bien un visionnaire et ceux qui arrivent à visionner ses rêves, des illuminés. L’auteur n’est pas de ceux-là, évidemment.


                                          • Mor Aucon Mor Aucon 30 juin 2011 14:18

                                            Cet article a un autre mérite, à part celui de faire une bonne critique du talent visionnaire tant prisé par les politiques. Il met en exergue la néfaste habitude, qu’ont les lecteurs des journaux, de s’arrêter sur les titres des articles et de n’en survoler les contenus que d’un œil distrait et oblique.


                                          • papi 29 juin 2011 21:01

                                            @ l’auteur

                                            Je ne lis même pas votre article ; que vous auriez du appeler :
                                            La voix de son maitre..


                                            • Perverseau 30 juin 2011 09:28

                                              Un politicien (sarko) visionnaire ... Hummmm ...

                                              Je fait un constat qui se révèle à moi de plus en plus vérifiable à plus d’un titre. Plus les hommes revendiquent être instruit, compétent, diplômé, etc... Plus leur vision du monde est limité, cramoisi et rétréci !

                                              Bernard Dugué aime peut être tout simplement se mettre en scène tout comme notre très chère Nicolas.

                                              et Papi vous m’enlevez les mots de la bouche.

                                              Il en devient presque insupportable de devoir s’asphyxier de ces flatulences intellectuelles et nauséabondes éventées par certain. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès