Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy : l’impôt sur la mauvaise fortune

Sarkozy : l’impôt sur la mauvaise fortune

En effectuant un rapide effet de loupe sur les propositions de Nicolas Sarkozy au sujet de l’impôt sur la fortune (ISF), on constate à quel point la solitude du prétendant à l’Elysée devient grande, non seulement au sein de la droite, mais aussi, plus étonnamment, au sein de son propre parti qui le dépasse désormais par son idéologie libérale. Tactiquement, et plus encore depuis la désignation sans appel de Ségolène Royal, Sarkozy a besoin de se « gauchiser » s’il veut rester dans la course. D’où des déclarations discordantes, depuis quelques jours, sur l’ISF.

D’abord un rapide retour sur les enjeux de l’ISF : cet impôt draîne environ 1% des recettes fiscales de l’État. Fin 2006, il devrait atteindre 3,6 milliards d’euros. Plus préoccupant pour la droite, cet impôt indexé sur le patrimoine touche plus de 450 000 foyers fiscaux désormais, soit 60 000 de plus que l’an passé. Un nombre dont la droite présuppose, sans grand risque, qu’il est puisé dans sa clientèle électorale.

L’ISF concerne les personnes physiques qui possèdent un patrimoine dont la valeur nette est supérieure à un seuil fixé en 2006 à 750 000 euros. Seule la fraction de la valeur du patrimoine dépassant ce seuil est imposée. La loi, à la suite d’un jugement, reconnaît toutefois une déduction de 20% pour la valorisation de la résidence principale. Par exemple, une personne possédant un patrimoine évalué à 768 000 euros ne sera imposée que sur les 18 000 euros dépassant le seuil des 750 000, soit 99 euros par an. Deux arguments principaux sont avancés par la droite pour répudier cet impôt « scélérat ».

Premier argument : la résidence principale entre en compte de l’imposition sur la fortune. Le « syndrome de l’île de Ré » a été utilisé pour illustrer la situation de nombreux contribuables : un agriculteur de l’île de Ré, redevable de l’ISF, ne disposait pas des revenus permettant de s’en acquitter. En effet, cet agriculteur est devenu imposable parce que le prix du terrain a augmenté autour de son exploitation. Dans ce cas, l’effet de l’ISF a été de forcer le contribuable à vendre son bien et à quitter son lieu de résidence. Ce cas particulier a été limité par l’adoption, par le gouvernement Villepin, du « bouclier fiscal », qui plafonne l’impôt du contribuable à 60 % de ses revenus.

Deuxième argument : « L’expatriation fiscale ». Les impôts sur la fortune ont été abolis dans plusieurs pays développés et sont inexistants dans bien d’autres, ce qui nuirait à l’attractivité de la France qui le pratique comme lieu de résidence et d’activité pour les étrangers ayant un patrimoine élevé. En sens inverse, cela contribuerait au départ d’une partie des fortunes et de leurs titulaires vers des pays à la fiscalité du patrimoine moins lourde (Suisse, Luxembourg, Belgique). Cela concernerait trois cents personnes par an en France, soit 0,1 % des contribuables payant déjà l’ISF.

Le 7 septembre 2005, Nicolas Sarkozy, lors de la convention sur l’économie de l’UMP, avait déclaré : « Quant à l’ISF, si son principe est juste, plus aucun responsable politique ne conteste que son régime est à l’origine de la délocalisation de nombreux entrepreneurs. Ayons le courage de le dire et de le réformer ». Il est donc logique, un an plus tard, que son parti suive la ligne de son chef. C’est pourquoi l’UMP a ajouté par amendement à son projet législatif pour 2007, « Les dix engagements de l’UMP », l’examen d’une exonération de la résidence principale de l’ISF : « Pour répondre à la question des cadres moyens et supérieurs qui paient l’ISF alors qu’ils n’ont pas de fortune, il faut explorer la piste de l’exonération de la résidence principale », a annoncé François Fillon devant le Conseil national de l’UMP du 16 novembre 2006.

Oui, mais voilà. Le même jour, 16 novembre 2006, Nicolas Sarkozy, président de l’UMP et très probable candidat à l’élection présidentielle, a affirmé qu’il n’était « pas question de supprimer l’impôt sur la fortune », lors d’un entretien avec des acteurs économiques dans Les Echos. « Je suis pour la taxation de ceux qui ont le plus d’argent. Pas question de supprimer l’impôt sur la fortune », s’est il exclamé, ajoutant, dans la foulée, et contre l’avis de son parti, qu’il était « contre une exonération totale de la résidence principale de l’impôt sur la fortune » : « Au nom de quel raisonnement faudrait-il exonérer totalement la résidence principale ? On ne peut pas déplorer que la France manque d’actionnaires et favoriser ceux qui ont investi dans la pierre. »

Comment expliquer ces discordances entre la base du parti et son chef ? Sarkozy a toujours affirmé qu’il s’octroierait le droit d’égrener son programme présidentiel au fil de la campagne en durcissant le ton des propositions des militants dans une logique plus libérale. Or, une campagne est surtout affaire de stratégie, et il prône aujourd’hui l’adoucissement. Face à la montée en puissance de Ségolène Royal, Sarkozy se doit d’adopter une ligne plus à gauche, puisque sa concurrente et adversaire chasse déjà sur ses terres, en particulier sur le thème de la sécurité. De plus, Sarkozy a besoin de rallier les tenants d’une « droite sociale » pas encore convaincus par son projet : Boutin et Borloo. Dans tous les cas, ces revirements sur l’ISF traduisent une certaine fébrilité, à ce moment de la course présidentielle où rien n’est encore éclairci à droite.

Cinq mois avant l’élection présidentielle, il est déjà possible sur www.sitoyen.fr de comparer les propositions de Royal et de Sarkozy dans un premier « face à face ». Décortiquer les projets des candidats est une façon rationnelle d’y voir plus clair sur leur stratégie présidentielle.


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (170 votes)




Réagissez à l'article

103 réactions à cet article    


  • mada (---.---.167.136) 24 novembre 2006 10:16

    sarko gauchit ! sego droitise !!


    • robin (---.---.89.182) 24 novembre 2006 18:12

      Nicolas Sarkozy > Le projet politique de Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy : sa France d’après, la France du pire !

      Depuis de trop longs mois maintenant, l’UMP et le gouvernement ne cessent de mettre en œuvre des mesures antisociales et démagogiques. Mais Nicolas Sarkozy et ses amis ne comptent pas s’arrêter là. Le président de l’UMP cherche à détruire tous les dispositifs de solidarité et de protection sociale. Sa France à lui, c’est la France du pire. mis en ligne le 1er mars 2006 - 1983 visites - 33 commentaires

      - disparition du service public de l’emploi “La réforme du service public de l’emploi est.impérative [...] Il ne faut pas hésiter à recourir à des sociétés de placement rémunérées aux résultats” (France 3, 26 mai 2005)

      - suppression de la limitation du temps de travail “La réforme des 35 heures doit reposer sur un principe, le libre choix, en permettant à ceux qui le veulent de travailler plus pour gagner davantage” (Le Monde, 11-12 juillet 2004)

      - suppression des Contrats à Durée Indéterminée (CDI) “Je souhaite que l’UMP propose un contrat de travail unique” (Convention sociale de l’UMP, 17 mars 2005)

      - suppression de la carte scolaire et des ZEP « Il faut déposer le bilan des ZEP. Cette politique a échoué ».” (30 novembre, 2005). « Je suis pour la suppression à terme de la carte scolaire” (Le Figaro, 20 février 2006)

      - suppression de la sécurité sociale “Je crois utile qu’un système de franchise soit mis en place comme pour tout processus d’assurance. Ainsi les 500 premiers francs [76,22 €] de dépenses de santé annuelles des assurés sociaux ne seraient pas remboursés, afin de responsabiliser ceux-ci” (Libre, 2001)

      - suppression du droit à la dignité des détenus “Les critiques du système américain dénonçant la surpopulation carcérale, je n’ai jamais compris cet argument car après tout, mieux vaut voir les délinquants en prison que dans la rue !” (Libre, 2001). “Il faut supprimer la possibilité d’accorder à un condamné une suspension de peine pour raison médicale” (Discours d’installation d’une délégation aux victimes, 11 octobre 2005) lol smiley


    • Ar Brezonneg (---.---.46.29) 24 novembre 2006 10:35

      Avec de tels procédés, un « riche » serait bien stupide de rester en Fance... Pays marxiste qui cultive la jalousie sociale sous prétexte d ’égalité républicaine. De même un entrepreneur entreprenant n a aucun intéret à entreprendre en France (charges sociale, CGT, Etat gaspilleur et fouineur, fonctionnaire parasites....), il vaut mieux aller entreprendre ailleurs !!!! Eh bien c est ce que font beaucoup de francais dégoutés par la duplicité des politiciens (Sarkosy, Royal, et autres....)


      • Bill Bill 24 novembre 2006 10:47

        Tout à fait d’accord avec vous ! Cet impot stupide nous fait perdre de l’argent par démagogie et il est en sus totalement injuste. Mais les français ne le comprennent pas tout occupés qu’ils sont à se jalouser les uns les autres ! Le retour de baton : une pauvre femme dans l’île de Ré qui touchait le minimum vieillesse contrainte à l’ISF parce que les terres de ses pères ont pris de la valeur. C’est du racket fiscal !

        Bill


      • Bruno de Beauregard (---.---.36.94) 24 novembre 2006 11:00

        Sans compter que Sarkozy n’est pas géné pour détruire une PME française en utilisant les RG et la DST qui dépendent de lui, juste pour aider un copain élu-voyou notoire, cf. l’affaire Mayetic. Rien qu’avec cette affaire il devrait être en tôle depuis belle lurette.


      • Jaimz (---.---.101.8) 24 novembre 2006 15:44

        Je ne suis pas d’accord avec votre commentaire, cet impôt n’est pas « stupide ». Il entre dans l’un des principes fondateurs de notre république : la FRATERNITE. Cependant ce sentiment ne semble pas vous affecter ;o)

        Sachez que cet argent pris chez les « plus » riches, sert à nourir des dixaine de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. Ce n’est pas parceque l’on prend 60 millions sur 100 que les grandes fortunes ne pourront pas survivre avec 40 millions...

        Si cette logique humaine ne vous convient pas je vous suggère de changer de pays, nous ne voulons pas d’égoïstes ici ! ! !


      • vinsou (---.---.122.205) 24 novembre 2006 15:52

        tu dois penser que les riches doivent etre plus riches et les povre encore plus


      • lameduze (---.---.95.74) 24 novembre 2006 17:34

        C’est bien ce que je disais l’autre jour à Nestor, je lui disais : « Nestor, mon ami, vous rendez vous compte que chaque année je paie plus de vingt fois votre salaire rien qu’en impot sur ma supposée fortune ».


      • Bill Bill 24 novembre 2006 17:39

        @ jaimz

        Vous ne comprenez pas : cet impot nous fait perdre de l’argent : les riches s’en vont et les entreprises aussi. Quelqu’un l’explique bien mieux que moi plus bas...

        @ Lameduse, c’est terrible ça, il n’y a plus de petit personnel !!! smiley smiley smiley

        Bill


      • Doumé (---.---.217.108) 24 novembre 2006 18:03

        L’un de mes anciens boss, soumis (évidemment) à l’ISF m’a dit un jour que Liberté, Egalité, c’était une connerie.

        Car d’après lui, l’égalité s’oppose à la liberté (de gagner du pognon sur le dos des autres).

        Désolé, le retour à la monarchie n’est pas pour tout de suite, il faudra vous contenter le la Royale.


      • robin (---.---.89.182) 24 novembre 2006 18:13

        Nicolas Sarkozy > Le projet politique de Nicolas Sarkozy Nicolas Sarkozy : sa France d’après, la France du pire !

        Depuis de trop longs mois maintenant, l’UMP et le gouvernement ne cessent de mettre en œuvre des mesures antisociales et démagogiques. Mais Nicolas Sarkozy et ses amis ne comptent pas s’arrêter là. Le président de l’UMP cherche à détruire tous les dispositifs de solidarité et de protection sociale. Sa France à lui, c’est la France du pire. mis en ligne le 1er mars 2006 - 1983 visites - 33 commentaires

        - disparition du service public de l’emploi “La réforme du service public de l’emploi est.impérative [...] Il ne faut pas hésiter à recourir à des sociétés de placement rémunérées aux résultats” (France 3, 26 mai 2005)

        - suppression de la limitation du temps de travail “La réforme des 35 heures doit reposer sur un principe, le libre choix, en permettant à ceux qui le veulent de travailler plus pour gagner davantage” (Le Monde, 11-12 juillet 2004)

        - suppression des Contrats à Durée Indéterminée (CDI) “Je souhaite que l’UMP propose un contrat de travail unique” (Convention sociale de l’UMP, 17 mars 2005)

        - suppression de la carte scolaire et des ZEP « Il faut déposer le bilan des ZEP. Cette politique a échoué ».” (30 novembre, 2005). « Je suis pour la suppression à terme de la carte scolaire” (Le Figaro, 20 février 2006)

        - suppression de la sécurité sociale “Je crois utile qu’un système de franchise soit mis en place comme pour tout processus d’assurance. Ainsi les 500 premiers francs [76,22 €] de dépenses de santé annuelles des assurés sociaux ne seraient pas remboursés, afin de responsabiliser ceux-ci” (Libre, 2001)

        - suppression du droit à la dignité des détenus “Les critiques du système américain dénonçant la surpopulation carcérale, je n’ai jamais compris cet argument car après tout, mieux vaut voir les délinquants en prison que dans la rue !” (Libre, 2001). “Il faut supprimer la possibilité d’accorder à un condamné une suspension de peine pour raison médicale” (Discours d’installation d’une délégation aux victimes, 11 octobre 2005)


      • (---.---.37.70) 27 novembre 2006 06:24

        « d’après lui, l’égalité s’oppose à la liberté (de gagner du pognon sur le dos des autres). »

        Effectivement, c’est contradictoire. Par ailleur, cette idée que l’on gagne de l’arent sur le « dos des autre » est de l’idéologie Marxiste. Mais c’est faux. Tout échange avantage les deux parti. Le salarié est payé pour son service, selon la Loi du marché, comme lui même paye ses service et bien selon cette même Loi. Personne ne doit rien au salarié.

        « Désolé, le retour à la monarchie n’est pas pour tout de suite »

         ??? Le rapport ??? Alors que, justement, l’idéologie de gauche est largement une nostalgie de la monarchie..


      • gem (---.---.117.250) 24 novembre 2006 10:35

        votre site « sitoyen » a déjà voté pour un duel sakosy-royal... pas très citoyen de rompre l’égalité de principe entre les candidats, surtout que Sarkosy n’est toujours pas investi par un parti, contrairement à Royal, Le Pen ou Bayrou !


        • (---.---.105.2) 24 novembre 2006 10:58

          Gem, Vous avez raison, Sarkozy n’est pas déclaré. Nous avons fait un pari sur l’avenir très risqué avant sa déclaration officielle la semaine prochaine... En ce qui concerne les projets de société des autres candidats, je vous invite à retourner sur la page d’accueil et à la lire : Prochainement, les 7 autres candidats (dont Bayrou et Le Pen)seront détaillés comme Sarkozy et Royal actuellement. L’idée est simplement de provoquer un premier face à face entre les 2 candidats les plus certains. L’initiative est citoyenne, indépendante,objective, mais dépendante de notre volonté et de nos moyens. Si vous souhaitez participer, ce sera bientôt possible en envoyant vos sources des propositions des candidats.


          • frc (---.---.141.42) 28 novembre 2006 21:11

            Je rappelle quand même que la dernière élection de ce type (c a d présidentielle) n’a placé le représentant du PS qu’en 3ème position. Il faudrait s’en souvenir avant de décider arbitrairement par avance quels seront les 2 prochains finalistes . Ou alors c’est du part pris


          • jp (---.---.229.231) 24 novembre 2006 11:08

            Je ne comprend pas très bien pourquoi un retrait de cet impot nuirait à la France (deuxième argument). Là faut qu’on m’explique.


            • Jaimz (---.---.101.8) 24 novembre 2006 15:47

              C’est très simple : le budget de l’état serait amputé de 1 milliard d’euro, ni plus ni moins.

              Et vu dans quel mesure la droite a augmenté notre déficit public en moins de 5 ans (dont trois ans de Sarkozy au Finance, beau bilan) je ne pense pas qu’il serait bon de supprimer un autre impot au risque de ne plus tenir le pacte de stabilité monétaire pour l’EURO et d’avoir à payer en sus des pénalités européennes...


            • Gerald (---.---.211.158) 24 novembre 2006 17:17

              Justement, le meilleur service qu’on puisse rendre à l’Etat, c’est qu’il ait le moins d’argent possible. Moins d ’argent, moins de sottises... Plus sérieusement, si nos voisins ont supprimé l’ISF chez eux, c’est qu’il sont un peu moins bornés que les français et ont, très pragmatiquement, considéré que le pays avait avantage à garder les riches chez lui que de les envoyer à l’étanger. Pas plus compliqué que cela. Et la fraternité, c’est pour les estrades de campagne électorale. Dans la réalité, cela n’existe pas, sauf, parfois, dans les familles.


            • Mimile (---.---.58.68) 24 novembre 2006 17:31

              En tout cas, contrairement à votre assertion, l’un des voisins de la France, la Suisse, connait bel et bien l’impôt sur la fortune. Pour le canton de Genève : 1 pour mille du montant de la fortune, avec un abattement de FS 100’000. C’est à dire un impôt sur la fortune infiniment plus fort que l’impôt français.

              Cela n’empêche pas la Suisse d’avoir une situation économique plus ou moins correcte. Il est vrai que la Suisse est dirigée par consensus et non pas sous forme d’affrontements stériles entre personnalités politiques qui gèrent essentiellement leur carrière, avant de penser au bien commun, ceci, quel que soit le bord politique dont elles se réclament.


            • (---.---.37.70) 25 novembre 2006 11:53

              « Et vu dans quel mesure la droite a augmenté notre déficit public en moins de 5 ans »

              Faux. La droite n’y ait pas pour grand chose, ce sont les dépenses socialistes qui sont responsable. Un type engagé en 1981 pour fêter mitterrand payé 8500F reste, et 40 ans plus tard touchera dans les 20000 ff, avant de prendre aprés sa retraite pour 20 ou 30 ans. Hors la gauche à engagé plus de 1 million de fonctionnaires suplémentaire (tous inutiles, bien sur) dans les années 90. Donc, quasi mécaniquement, les fonctionnaire coutent de plus en plus chér chaques années, et personne n’y peut rien. (Mais j’admire les français de payer si placidement 25% de leur popualtion à être fonctionnaire, chiffre extraordinaire par rapport aux autres pays.. Quelle belle réussite que l’endoctrinement Marxiste de l’Education Etatique française !)


            • Zvoltan (---.---.189.23) 29 novembre 2006 16:08

              Si je peux me permettre, il faut bien payer le salaire (11900euros) de nos ministre( une quarantaine) + les conseillers+ les sous ministres+.... Nous sommes le seul pays a avoir autant de gouvernants, qui se sont augmenté de 70% en recupérant le pouvoir en 2002. Mais bon, c’est vrai que les + riches, car à part quelques malheureuses exception, se sont eux qui payent l’ISF, aiment pleurés, et comme disait mr MER( ex ministre des finances sous Raffarin) « si ils sont riches, c’est qu’ils l’ont mérité, ceux qui sont pauvres, c’est qu’ils ne veulent pas etre riche. »


            • (---.---.37.70) 29 novembre 2006 17:40

              « et comme disait mr MER( ex ministre des finances sous Raffarin) » si ils sont riches, c’est qu’ils l’ont mérité, ceux qui sont pauvres, c’est qu’ils ne veulent pas etre riche.«  »

              Non, il a dit que s’il étaient riches, c’est qu’ils le mérité, et qu’ils n’avaient pas volé cette argent. ce qui est trés vrai. D’ailleur, plus il y a de riches dans un pays, moins il y a de pauvres, car ce sont les riches qui font vivre les sinon-pauvres.


            • Griffon (---.---.152.37) 11 décembre 2006 12:44

              1 pour mille (0,1%) c’est au contraire bien moins fort qu’en France où la tranche la plus élevée de l’ISF est à 1,8% !


            • AVEVA (---.---.201.2) 17 décembre 2006 11:46

              Réaction au commentaire de JP, je ne comprend pas pourquoi... ?

              L’ISF rapporte 3 M€ moins les frais de perception... les spécialistes estimes qu’il coûte 11M€ car 1 assujetti quitte la france chaque jour, il ne paie donc plus l’ISF en France mais non plus l’IRPP, la TVA, la TIPP etc.

              Depuis 25 ans les expatriés détiennent quelques 70Milliards d’€ qu’ils sont moins enclins à investir en France et davantage à l’international, hors pour créer des emplois il faut investir (pour créer 1 emploi en france il faut 200000€) faites le calcul.


            • Galib (---.---.0.8) 24 novembre 2006 11:47

              Ahhh ! La legende de l’ile de Re ! Je me souviens du reportage a la television. Cela m’avait interpelle. Et puis j’ai eu connaissance d’un fait dont la television n’a pas parle. Les terrains du papy etaient agricoles et ne valaient pas grand chose, et d’un coup, ils sont devenus constructibles ! Alors soit il a manifeste un interet pour que ses terres deviennent constructibles afin de ramasser un beau pactole et puis ne s’en etant pas occupe tout de suite il se retrouve imposable sur la fortune alors qu’il n’y etait pas prepare, soit des elus locaux ont oeuvres pour la modification du POS afin de l’amener a vendre (ca manque de place l’Ile de Re), pour realiser un projet quelconque, mais lui n’en a pas envie. Dans ce dernier cas, le procede est discutable : les elus ont ils le droit d’intervenir de cette maniere contre la volonte des gens ? Est-ce un projet pour le bien commun ou pour un betonnage supplementaire en vue d’accueillir un peu plus de versaillais en manque d’iode a la haute saison ? Tout ca pour dire que l’ISF ne lui est pas tombe dessus tout seul et que s’il vend, il devient de facto riche.


              • (---.---.124.129) 24 novembre 2006 12:06

                == >Tout ca pour dire que l’ISF ne lui est pas tombe dessus tout seul et que s’il vend, il devient de facto riche

                C’est clair que ça ne lui est pas tombé dessus-tout seul, maintenant s’il n’a rien demandé, je ne vois pas pourquoi il serait obliger de vendre ses biens !! Ca ressemble quand même à de l’expropriation (déguisée certe), mais quand même...Si ses terrains sont devenus constructibles, c’est qu’il y a une pression enorme de la part des promoteurs, de potentiels acquéreurs etc...

                En bretagne sud c’est le même combat, on se fait plus ou moins viré de chez nous à cause d’une majorité de francilien retraité ou pas qui font flamber les prix...Je ne trouve pas ça très normal, mais bon, que faire ?


              • Ar Brezonneg (---.---.46.29) 24 novembre 2006 12:28

                Sur la côte morbihannaise (Quiberon) , nous assistons aussi à ce genre de manipulations !

                Il y par ici a un maire très apprécié (et du pays en plus !)qui vient de se faire refuser linvestiture de l UMP pour les législatives 2007 par l UMP au profit d un parachutiste de l UMP. Il se dit par ci par la, sur les marchés, dans la rue, dans les bistrots, sur les quais des ports, etc... que c est tout simplement parcequ il n a pas voulu modifier le Plan local d Urbanisme pour rendre constructible des terrains situés en bordure de mer.

                Ces terrains sont très joliment situés. En 1990, ces terrains situés en bordure d un aérodrome en bordure de mer, servaient de camping municipal. (5 Ha en bordure de plage), lors de l arrivée d un parachutiste du RPR en 1989, curieusement, ces terrains municipaux ont été attribués par bail de 25 ans à une société de camping industriel qui par la suite les ont passé à une société britannique qui a commencé à modifier les lieux. Notre maire a -parait-il !!!- subi des pressions pour que ces terrains soient déclarés constructibles. Ce qui fait que la pointe de Conguel à Quiberon pourrait être urbanisée à terme..... De même, l aérodrome (piste de 800 metres), fait l objet d une sorte de propagande pour la faire fermer. Le but est semble -t- il de récupérer ces terrains Et alors adieu ce sites naturels !.....


              • LaEr (---.---.182.236) 24 novembre 2006 17:33

                Ha c marrant smiley .. Ma mère a justement un de ces terrain à coté de l’aérodrome de Quiberon, et j’ai travaillé quand j’étais étudiant pour ce fameux camping :D... Voila pourquoi j’aimerai compléter par ceci : la mairie de Quiberon rachète au prix de la terre agricole (cad proche du prix d’1 kilo de patate) tous ces terrains situés près de la mer, et tente par tous les moyens de dégouter les propriétaires restant en interdisant camping, caravane et en interdisant les raccordement en eau et électricité. Sous couvert de protection du littoral, je soupçonne le maire de Quiberon de se constituer un joli capital qui ne montrera sa valeur que lorsque la mairie déclarera ses propres terrains constructibles et les vendra au plus offrant...


              • LaEr (---.---.182.236) 24 novembre 2006 17:40

                A tous les mécontent de l’ISF : Donnez moi les moyens de payer beaucoup d’impôt : CE SERA AVEC PLAISIR. Je peux même dire que ce serait avec plaisir que je me soumettrait à l’impôt sur la fortune... Sérieusement, bien qu’ayant été a une époque contre tous ces formes d’impôts (héritage, ISF, etc...), je suis absolument POUR maintenant... Je trouve même qu’il n’y en a pas assez... Sinon, comment expliquer que ce soit toujours les mêmes familles qui se partagent les richesses de notre monde ?


              • Ar Brezonneg (---.---.46.29) 24 novembre 2006 18:06

                @ LaEr

                Mais cela sest déjà fait ! Des terrains situés derrière la colonie de vacances SNCF, qui ont été vendus dans les années 1980. De même une opération analogue est en cours, au même endroit sou couvert de la création d un practice de golf par une multinationale financière !... Et cela c est très discret ! Ne se discute même pas en conseil municipal mais en réunion des adjoints... Le journaleux de Ouest France n en rend même pas compte sur ordre dans son journal....


              • Stef (---.---.106.203) 24 novembre 2006 11:57

                Il faut abolir très vite l’impôt sur le revenu et l’ISF.... Il y a urgence !!!! Bizarre, y a que Le pen qui le propose , je vais p’t voter pour lui du coup, ou alors va falloir à la droite de vite réfléchir à cette option, si elle veut ma voix. Je ne parle pas de la gauche, car elle n’entretient que la haine du riche ( même celui qui gagne 2000e par mois, je suis vachement riche !!!)

                Je provoque et c’est fait exprès...

                Impôt sur le revenu -> taxe sur le travail = scandale ISF -> taxe sur les biens = scandale


                • Panama (---.---.198.59) 24 novembre 2006 12:01

                  Et vous trouvez où le budget de l’état ?

                  Qui va payer pour vos routes, l’école de vos enfants, votre sécu ?

                  A part le pillage d’autres pays...


                • Stef (---.---.106.203) 24 novembre 2006 12:39

                  L’impôt sur le revenu ne paye que les intérêts de la dette, pour le reste, il y a déjà suffisement de taxe sur le salaire (sécu, retraite etc...) (vous ne travaillez pas ?, pour ne pas le savoir !!!) Donc le travail est suffisament taxé comme ça !!! pour en plus venir plomber le contribuable avec l’impôt sur le revenu.


                • Bill Bill 24 novembre 2006 12:43

                  Et il faut comprendre aussi qu’en faisant fuir les entreprises et les plus riches d’entre nous, nous perdons finalement bien plus d’argent que nous n’en récoltons. Je ne sais pas si cela a été chiffré précisément, si quelqu’un a des chiffres...

                  Bill


                • LE CHAT (---.---.75.49) 24 novembre 2006 13:09

                  il faut quand même récupérer une partie des cadeaux fiscaux donnés aux entreprises et aux privilégiés en allégements de charges soit disant pour aider à l’embauche ,ce qu’elles n’ont pas fait ,et qui oblige maintenant les plus pauvres à devenir plus pauvres maintenant que les caisses sont vides ( médicaments non remboursés ,hausse des cotisations employés , hausse des impots locaux etc etc )


                • panama (---.---.198.59) 24 novembre 2006 14:27

                  @ Stef : mais je suis d’accord avec tout, le travail est trop taxé.

                  23% de charges salariales, autant voire plus de charges patronales.

                  Et l’IR : dans mon cas c’est 14 % : plus d’un mois de salaire qui part par an.

                  Supprimer l’IR, c’est augmenter soit la TVA, soit l’impôts sur les plus-values, soit la TPPIP.

                  Choisissez !


                • karg se (---.---.151.141) 24 novembre 2006 16:30

                  critique libéral des grandes fortunes et justification de l’ISF :

                  Les riches français sont peu entreprenants : achat dans la pierre, fort taux d’épargne.

                  Les entrepreneurs ont du mal à lever des fonds pour leurs projets.

                  Ces deux constations simple sont facile à vérifier :
                  - fort taux d’épargne des ménages à haut revenu
                  - défaut d’offre en France : forte importation, faible exportation

                  L’intérêt de l’ISF :

                  En taxant l’argent qui dors (sorte de taux d’intérêt négatif puisque que ce n’est pas un impôt sur le flux annuel) on met les contribuables devant un choix :

                  - Soit ses revenus lui permette de payer l’impôt et il maintient son mode de vie

                  - Soit il ne dégage pas suffisamment de revenu (soit de son travail ou de l’exploitation de son capital) et dans ce cas il doit se remettre en cause : investir, confier sa fortune a un meilleur gestionnaire.

                  Prenons le cas de l’agriculteur de Ré :

                  Son terrain devient constructible, il peut donc le revendre à un fort prix ou le mettre en location (en construisant des maisons de location dessus). Bref de quoi se faire un joli pécule (ou rente supplémentaire) pour sa retraite ou permettre à ses enfants de se payer une maison sur le continent.

                  Il faut être malin smiley


                • martin (---.---.147.216) 24 novembre 2006 18:32

                  et la décentralisation ?... n’est ce pas la démonstration de la substitution des Régions à l’Etat pour tout ce qui concerne l’équipement du territoire. l’Etat incompétent nous fait payer de manière détournée et puis il est trés imaginatif pour ce qui est d’inventer taxes, contributions, cotisations...


                • jlouis (---.---.206.161) 25 novembre 2006 04:58

                  pas d’accord ! La preuve est que l’ISF n’exonere pas le placement de l’argent dans des fonds financiers destines a la creation d’entreprise.

                  Prenons le cas de l’argriculteur : s’il vend son terrain soi-disant pour le laisser a la construction :
                  1) il aura non plus ses terrains mais du cash sur lequel il sera toujours impose. donc aucun interet a vendre.
                  2) la terre, c’est aussi autre chose qu’une valeur marchande, en tout cas pour un agriculteur.
                  3) voyez l’ile de re devenir une grande ville plein d’immeuble de vacance : encore un joli coin de nature qu’on va foutre en l’air...


                • Panama (---.---.198.59) 24 novembre 2006 11:59

                  Et qui va payer les 3,6 milliards d’impôts si l’ISF est supprimé ?

                  Résumons : 450 000 foyers fiscaux soit environ 900 000 électeurs. Voteront-ils à gauche si Sarkosy n’abroge pas l’ISF ? Peu de chance...

                  Et si S. abroge l’ISF, il perd la présidentielle, car l’ISF est un symbole fort en France.

                  la France n’est pas le seul pays européen à pratiquer un ISF. Je trouve personnellement que l’ISF est injuste car il taxe le capital et pas le revenu.

                  Mais tout cela est anecdotique. Ce qu’il faudrait, c’est taxer moins les revenus du travail, et plus les revenus financiers.

                  Mais grâce au capitalisme populaire et aux petits porteurs, cela n’arrivera pas à la France. Nos gros rentiers et banquiers peuvent souffler.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès