Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy, le chaisier de l’Europe !

Sarkozy, le chaisier de l’Europe !

 « Le monde retournera à temps à l’ère de la croissance économique positive, avec ou sans les vols de M. Sarkozy au-dessus de l’Atlantique trois ou quatre fois par semaine, indépendamment des sommets G20 ou des mesures coûteuses de MM. Paulson et Bernanke et des autres initiatives  similaires ».

 « C’est comme si on essaye de traiter une grippe... si on va chez le médecin, cela prendra une semaine, si on ne fait rien, cela prendra sept jours. »

« C’est impossible d’éviter le cycle des affaires et les gestes populistes ne l’aideront pas trop. »

On doit ces propos peu amènes sur Sarkozy au président tchèque, Vaclav Klaus, qui les prononça lors d’un discours le mercredi 10 décembre à l’université Dimitrie Cantemir de Bucarest. Certes, le futur président du conseil européen n’est pas forcement un exemple à suivre pour certaines de ses prises de position, mais il se trouve qu’en l’occurrence il a bien dépeint ce que fut la présidence française et la politique sarkosienne : de la politique spectacle, un remue ménage sans vrai résultat tangible.

 Cela avait déjà mal commencé car il y eut la fâcheuse affaire de l’Ossétie où le Président en exercice du Conseil européen a cru pouvoir régler seul les différents ; un fiasco ! Et pour éviter que cela se reproduise, il aura fallu qu’on lui adjoigne le président du parlement et Baroso pour qu’enfin les belligérants arrivent à un accord. On ne peut pas dire que Sarkozy soit sorti glorieux de cette médiation de politique étrangère. Cela laissait déjà entrevoir qu’elles étaient les limites du personnage. D’ailleurs les médias de l’Est s’en sont régalés, c’est ainsi que l’on verra en couverture d’un magasine polonais un Poutine appliqué en train administrer une fessée à Sarkozy… Heureusement pour le chef de l’Etat français que le ridicule ne tue pas. Mais, dont à quoi il n’avait pas fait attention c’est que déjà Obama l’observait et n’avait pas apprécié l’attitude de la France vis à vis des Etats-Unis impliqués indirectement dans cette affaire, à l’évidence le futur Président américain n’oubliera pas…

 Puis, avec la crise financière on verra dans un premier temps un Sarkozy complètement déboussolé. Eh oui, ça en fout un coup au moral quand on mise sur les subprimes pour rendre soi-disant les français propriétaires et que l’on s’aperçoit que ce système est en train de foutre le capitalisme à genou. Il était tellement désorienté qu’il prit la décision d’une réunion à quatre en oubliant les autres européens. Comme de bien entendu ce ne fut qu’un raté avec en plus la réaction de ceux qui ne furent pas invités et qui n’apprécièrent pas particulièrement, comme ce fut le cas de Zapatero et des Danois entre autres. Non content de ses « conneries » -puisque en tout réalisme l’on ne peut pas appeler çà autrement- il a remis cela avec le G8.

 Là, le plus grave à travers les ersatz de mesures qui furent l’apanage de ce sommet ce sera sans doute le compromis sur le paquet énergie-climat, qui fit pourtant pousser de grands « ouf » de soulagement à Sarkozy lorsqu’il fut signé. Que je te bise à droite, que je te bise à gauche, finalement qui trop embrasse mal étreint, et plus prosaïquement, qui trop embrasse manque le train de l’écologie. C’est peu de le dire, mais il y a tellement d’exceptions que le projet s’en est vidé de sa substance, si ce n’est à terme de renforcer la pollution.

 En effet, pour le marché des permis de polluer, l’immense majorité des industriels européens ne se verront pas appliquer le principe du pollueur-payeur et continueront à recevoir gratuitement des droits à polluer. Pour ne pas pénaliser les entreprises, cette décision fait jurisprudence sans preuve sérieuse que l’achat de ces droits réduirait la compétitivité internationale des industries européennes. Le meilleur exemple est dans les pays de l’Est, où à l’initiative de la Pologne qui a tempêté haut et fort pour conserver sa production électrique par l’énergie charbon, les compagnies électriques continueront également à recevoir 70% de leurs quotas gratuitement en 2013. Sans ternir compte d’ailleurs des profits extraordinaires qu’elles pourront réaliser en passant le coût des permis dans leurs prix, alors qu’elles ont reçu gratuitement ces derniers. Au final, les consommateurs paieront pendant que les producteurs d’électricité s’en mettront plein les poches ! Pourtant Sarkozy c’est réjoui d’avoir réussi à faire signer ce plan inique, lui le chantre d’une autre mascarade, le Grenelle de l’environnement.

 Il y aurait tant a dire sur les autres incompétences de son mandat européen que je n’épiloguerais pas, si ce n’est pour signaler aussi le raté de la PAC où les mesures prisent ne furent qu’illusoires n’ayant pas réglé la pérennité du concept dans les années à venir. On sait que les Anglais veulent s’en débarrasser, et l’attitude  insuffisamment ferme de la France et de son chef d’Etat à leur encontre augure mal de la suite pour l’agriculture de notre pays. Pourtant c’est avec une mine réjouie que Barnier a annoncé avoir en partie réglé le problème, bon, encore un coup de pipeau !

 Il est inutile de rappeler le cinéma de l’Agité de l’Elysée auprès de Busch pour le fameux et inutile premier G20. Cependant, Christine Lagarde, qui a un humour qu’elle est la seule à comprendre, dira que c’était une réunion historique. Peut être dans la mesure où c’était le premier de cette sorte réunissant des Chefs d’Etats, mais je ne suis pas sur que l’Histoire, elle, en gardera un souvenir impérissable. Il faut avouer que faire réunir les soi-disant vingt plus importants responsables mondiaux autour d’un Président des USA qui prend sa retraite n’était pas des plus judicieux. C’est du Sarkozy tout cracher, tout pour la frime, rien sur le fond. Si, il faut reconnaître une chose c’est qu’en matière d’effet d’annonce il est assez fort puisque avec le premier G20 il a réussi a amener un second G20 tout aussi inutile que le premier, mais créant ainsi un bel écran de fumée faisant croire à l’opinion public que ces grands dirigeants allaient réguler et moraliser le capitalisme. Ce qui est vrai c’est que ce genre d’attitude superficielle ne durera qu’un temps, et il y aura des lendemains qui déchantent.

 L’impression que l’on peut retirer de cette tartufferie, c’est que beaucoup prennent de plus en plus Sarkozy pour un rigolo, d’ailleurs Obama ne peut pas le regarder sans se fendre la pipe tellement il le prend pour un guignol, c’est triste pour la France qui est portée à dérision par son chef de l’état. Quant à la réunion de l’Otan, elle a confirmé ce que le Président américain pensait du fac-similé de Napoléon en ayant des propos finement dérisoires à son encontre, et surtout en lui laissant découvrir que le nouveau secrétaire de l’Otan avait aussi la nationalité étasunienne. Et surtout l’avoir embringué dans une aventure où le terrorisme n’est qu’un prétexte, dans laquelle la France sera néanmoins partie prenante, dans un premier temps financièrement, mais certainement activement dans le cas de conflit avec la Russie, la Chine, voire à la rigueur l’Iran.

 Et pour finir d’enfoncer le clou annonce haut et fort qu’il serait partisan de l’entrée de la Turquie dans l’UE sachant que celui qui se prend encore pour le président de ladite Europe y est opposé. Pourtant il est tellement minable qu’il a réussi toutefois à s’acoquiner avec les américains, pensant être protéger en cas de conflit majeur, ce qui prouve son incompétence face à la liberté d’être et de pensée de la France que lui avait donné de Gaulle !

D’ailleurs, pour mémoire, voilà aussi un extrait de la conférence de presse du 21 février précédant (1966) où le Général précise la position de la France, du moins sa position à lui car il avait tendance à ce prendre pour la France. Toutefois, en l’occurrence il avait raison, et le zigoto de l’Elysée ferait bien d’en prendre de la graine tant il rend ridicule notre pays à l’étranger.

"Enfin, la volonté qu’à la France de disposer d’elle-même, volonté sans laquelle elle cesserait bientôt de croire en son propre rôle et de pouvoir être utile aux autres, est incompatible avec l’organisation de défense où elle se trouve subordonné."

Il avait tout dit, et surtout laissé la porte ouverte à notre indépendance !

On est loin de cela avec Sarkozy car il s’agit dans son cas d’une politique étrangère qui discrédite notre pays à l’étranger avec de surcroit une politique intérieur absolument déplorable. L’énumération est longue, je ne ferais donc que l’effleurer…

Le chômage, le pouvoir d’achat, le tout sécuritaire, les heures supplémentaires, le bouclier fiscal, la loi internet et Hadopi, Mayotte, les DOM-TOM où rien n’est réglé, les délocalisations, la mascarade du Grenelle, l’affaire Colona, les pseudos anarcho-autonome, le traité de Lisbonne et le déni de démocratie, le ministère de la Honte, Christine Boutin, la laïcité positive, la diversité positive, l’immigration choisie, le RSA, les universités, l’école, les chercheurs, la destruction du code du travail, etc., j’en passe et des meilleurs.

Pour compléter le tout, la démocratie bafouée et les incessants mensonges d’Etat !!!

Si, une fois je l’ai vu compétant et il s’en est vanté à juste titre, c’est le jour de son bilan européen où il est allé chercher une chaise pour un invité de dernière minute. Il l’a trouvé tout de suite, au fond, pour une fois il n’a pas fait de « connerie » en la mettant à peu prés à la bonne place. Il en était fier d’ailleurs , on le comprend, on le serait à moins !

Finalement, il aurait sans doute fait un meilleur chaisier qu’un mauvais président….

le-ragondin-furieux.blog4ever.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 14 avril 2009 11:34

    Petite mise au point.

    Sarkozy n’est pas contre l’entrée de la Turquie en Europe. Il en est au contraire un fervent défenseur et pendant sa présidence du conseil européen on a ouvert 8 nouveaux chapitres de discussion avec la Turquie. Le dossier avance donc sans entraves particulières du côté français.


    • Mengneau Michel Mengneau Michel 14 avril 2009 11:43

      Vous devez confondre, entrée dans l’UE et partenaria ce qui n’est pas la même chose. Sarkozy est contre l’entrée de la Turquie dans l’UE, mais pour qu’elle soit partenaire actif de l’Union.


    • Internaute Internaute 14 avril 2009 13:51

      La Lettre de l’Expansion fait bien état d’élargissement. En particulier dans ce paragraphe :

      [Réponse du président du MPF : « Philippe de Villiers demande à Nicolas Sarkozy d’expliquer aux Français, pourquoi alors qu’il avait promis comme candidat à l’élection présidentielle de mettre un terme aux négociations d’adhésion de la Turquie, il les a accélérées lorsqu’il présidait l’Union Européenne avec l’ouverture de 8 nouveaux chapitres de négociation. »]

      http://www.euractiv.fr/la-france-et-lue/article/adhesion-turquie-a-ue-divise-a-nouveau-partis-francais-obama-001555


    • Mengneau Michel Mengneau Michel 14 avril 2009 14:20

      Vous avez pas du lire le lien que vous avez mis puisqu’il y a ceci d’écrit en toute lettre :

      Dans une interview accordée à TF1, le président français Nicolas Sarkozy a immédiatement redit son opposition à l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne,

      De toute façon, si vous voulez être correctement informé par Villiers on est pas près d’y arriver, c’est pas pour rien qu’on l’appelle l’Agité du Bocage !


    • civis1 civis1 14 avril 2009 14:24

      Je suis assez d’accord avec cette hypothèse de dire que l’opposition de Sarkozy à l’entrée de la Turquie dans l’Europe n’est, n’est de sa part, qu’une finasserie de plus.
      Une sorte de contre feu de paille pour masquer qu’il est là pour aligner la France sur les positions outre atlantique et celle des anglo-saxons (ce pas pour rien que Tony Blair est venu l’applaudir pendant sa campagne).
      1) Pour ce faire il a été choisi et aidé par un ténor de la communication et briffé suivant les méthodes US. Cf ses attaches familiales aux US que les canadiens n’arrêtent pas d’avancer, se demandant comment les français n’y accordent pas plus d’attention.
      2) Il a été choisi pour sa façon populiste de parler à ras de terre et sa capacité à dire ce qu’il faut pour l’emporter quoiqu’il en soit de la réalité et quoiqu’il en coûte aux français. La crise était prévue de longue date et les difficultés du dollar aussi.
      3)Au niveau politique il n’y a pas de pays dont les US se désintéresseraient. Au train où les lobbies en tout genre se ruent sur l’acquisition est la maîtrise des médias, la tactique de falsa flag a encore de beaux jours devant elle.


    • civis1 civis1 14 avril 2009 14:26

      NB : False flag : avancer sous une fausse bannière.
      Avancer une chose en pensant le contraire et pour mieux l’obtenir. 


    • Internaute Internaute 14 avril 2009 15:47

      La différence entre nous est que vous vous limitez aux paroles de bonnes intentions tandis que je constate les actes. Sarkozy peut raconter ce qu’il veut mais ce qu’il a fait sur ce sujet est en contradiction avec ses paroles.


    • wesson wesson 14 avril 2009 21:18

      @ l’auteur

      "Dans une interview accordée à TF1, le président français Nicolas Sarkozy a immédiatement redit son opposition à l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne"

      Aaaaah, ben si TF1 dit que c’est Sarkozy qui a dit, c’est donc que c’est vrai !

      Comme qui dirait l’autre, les promesses n’engagent que ceux qui y croient !


    • unandeja 15 avril 2009 10:18

      Enfin on doit la modification de la constitution annulant l’obligation de référendum pour tout nouvel entrant en UE à ce même Nicolas Sarkozy....en ajoutant ça a l’ouverture de nouveaux chapitres d’adhésion....


    • ASINUS 14 avril 2009 13:51

      le president US serait pour l entrée de la Turquie dans la CEE
      je me mele de quoi ? un vrai president français doté de « corones »
      aurait retorqué en se prononçant sur un traité usa mexique voir canada


      • Internaute Internaute 14 avril 2009 13:53

        Avec une jota svp !


      • civis1 civis1 14 avril 2009 14:33

        @ Asinus :
        J’aime bien votre remarque et justement ! Connaissant les réactions épidermiques du personnage qui n’a peur de rien et surtout pas de dire des bêtises et d’enfoncer les portes ouvertes, on s’y serait attendu ! Et il aurait bien dû le faire sauf à penser que le commentaire son commentaire mollasson cachait bien quelque chose.
        J’ai bien peur que les cojones n’aient rien à voir avec cette affaire. En tout cas elles ne servent pas de paires de lunettes ; celles qui seraient bien utiles pour lire entre les mots et faire entendre d’autres sons de cloches.


      • ASINUS 14 avril 2009 14:07

        mea culpa je parlais bien de « cojones »

        un asinus


        • Flanby Flanby 15 avril 2009 09:55

          Depuis 1949, l’OTAN gère ses réseaux de l’ombre en Europe


          • Warhouha Warhouha 15 avril 2009 10:58

            Bien sûr que Sarko, en bon américain, est favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.
            Seulement, en permanent candidat sans couille, il dit aux français ce qu’ils veulent entendre, et agit dans l’autre sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès