Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy : le naufrage populiste

Sarkozy : le naufrage populiste

A force de pencher à droite, Nicolas Sarkozy a fini par tomber dans la mare du populisme. Voir le chef d’Etat sortant d’une vieille démocratie tenter de sauver coûte que coûte son fauteuil en promettant notamment des référendums sur les obligations faites aux chômeurs et le traitement des étrangers a de quoi serrer le cœur de plus d’un républicain.

Très prompt à réagir, François Bayrou a parfaitement résumé la situation en évoquant un pouvoir dans le désarroi pour ne pas dire aux abois. Une "perte de contrôle" pour le candidat du Modem qui a qualifié de "dérive inquiétante" les annonces qui ont filtré sur le futur programme d’un président officiellement toujours pas candidat.

Retrouvant sa causticité, François Hollande a de son côté ironisé. "Que n'y a-t-il pas pensé avant" a déclaré le candidat socialiste en déplacement dans le Loiret, estimant que, "le référendum, c’est la présidentielle".

Au bord du précipice, Nicolas Sarkozy s’est donc abandonné à la face la plus sombre de son personnage. Celle qui a consisté pendant cinq années à souffler sur les braises et à opposer les français les uns aux autres pour régner dans un chaos idéologique indescriptible et un climat d’hystérie permanente.

C’est bien d’une Sarkorbanisation dont il faut parler avec la volonté affichée de passer outre les corps intermédiaires pour s’adresser directement au peuple dans un style qui rappelle de bien mauvais souvenirs. Il n’y a rien de gaulliste dans cette posture calculée. Plutôt du Néron avec le risque assumé de mettre à feu et à sang une France qui a perdu toute sa douceur.

Évidemment le positionnement outragé de François Bayrou n’est pas dénué d’arrière-pensées. Le député du Béarn espère mettre du kérosène dans son tracteur en se positionnant comme le seul recours possible pour la droite républicaine et modérée. Le chef du Modem n’aura pas à forcer son talent. En ressortant des cartons la promesse d’un autre référendum cette fois-ci sur la question si explosive de l’immigration, Nicolas Sarkozy a choisi la stratégie du ça passe ou ça casse.

Occultant soigneusement son bilan, le Chef de l’Etat veut construire sa campagne autour du thème des valeurs comme en attestera demain la Une du Figaro. Un grand journal relégué pour l’occasion au rang de gazette de l'Élysée. Car il ne s’agit pas d’une campagne traditionnelle avec un leader conservateur classique mais d’un président qui affiche clairement une compatibilité si ce n’est une complémentarité recherchée avec le FN.

Quand Nicolas Sarkozy de façon très policée dans les pages glacées du Figaro Magazine évoque un retour aux fondamentaux de la droite, il faut plutôt parler d’extrême droite. Son positionnement à cet égard sur les questions de société est éclairant. Il donne des gages aux ultras catholiques en se positionnant contre le mariage homosexuel et l’euthanasie. Un appel du pied de plus vers une clientèle fidèle au FN.


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • democradirect democradirect 10 février 2012 09:19

    Sarkozy promet (ou envisage de promettre) d’octroyer à son peuple un ou deux référendums sur des sujets que le roi aura choisi lui-même. Les démocrates attendent de Sarkozy qu’il lance immédiatement le processus pour introduire un véritable droit de référendum d’initiative :

    Si une proposition de modification de la Constitution est soutenue par un million de signatures de citoyennes et de citoyens inscrits sur les listes électorales réunies en 18 mois, alors cette proposition devra obligatoirement être soumise en une votation populaire dont le résultat s’imposera aux élus. De plus, toute modification de la Constitution – même voulue par les élus – devra obligatoirement être soumise en une votation populaire dont le résultat s’imposera aux élus 

    Voir ici un appel à diffuser et un argumentaire.

     


    • devphil30 devphil30 10 février 2012 09:44

      Hollande a raison , le référendum aura lieu le 22 Avril et le 6 Mai.


      Philippe 

    • Fergus Fergus 10 février 2012 09:45

      Bonjour à tous.

      Par exemple un référendum pour poser cette question aux Français :

      « Etes-vous d’accord pour que l’Etat, actionnaire à 15 %, accepte sans réagir que Renault aille faire construire au Maghreb des voitures qui viendront sur le territoire national concurrencer celles qui sortent des chaînes de production implantées en France ? »


    • Furax Furax 10 février 2012 11:07

      Le seul référendum qui nous intéresse est celui qui ferait ratifier par le peuple le prochain traité européen !
      Une pétition nationale devrait être lancée à l’adresse de tous les candidats.

      Si l’autre veut des référendums consensuels, on peut lui en suggérer :
      -Pour ou contre une réduction de 50% des salaires et des frais de fonctionnement de l’ exécutif ?
      -Pour ou contre une multiplication par trois des impôts de ceux dont le revenu dépasse 30 000 euros par mois.
      Etc...


    • gogoRat gogoRat 10 février 2012 15:15


      un référendum utile maintenant :
       ne faut-il pas (ré-)inventer un système officiel de « cahiers de doléances-propositions » (permanent, temps réel, désynchronisé des instants de prises de décision impliquant durablement la France et tous les Français ) ? 
      ( si cette proposition était mise en ouevre, le référendum pourrait être réservé au rôle qui lui est assigné aujourd’hui )

    • gogoRat gogoRat 10 février 2012 15:17

      un référendum pertinent maintenant :
       (ré-)inventer un système officiel de « cahiers de doléance » (permanent, temps réel, désynchronisé des instants de prises de décisions engageat durablement la France et les Français ...)

       ( Pour que le référendum puisse être réservé au rôle qui lui est officiellement assigné aujourd’hui )

    • CE TYPE NOUS FERA BOIRE JUSQU’ A LA LIE con calice béni au vatican.......pendant la der des der il aurait été nazi..........

      il a VRAIMENT UN COMPORTEMENT DE GANGSTER MAFIEUX...il est mouillé dans 81 affaires de fric de puis le début de sa carrière politique....

      sera T IL JUGE PAR UN TRIBUNAL POPULAIRE...IL RESTERA DANS L HISTOIRE COMME UN SUPERXCITE AVIDE DE GLOIRE ET D ARGENT....et comme le plus mauvais de nos présidents..........


      • penajouir penajouir 10 février 2012 09:24

        Je vomis avec les millions de pauvres de ce pays ce personnage, son entourage et tous ceux qui vote pour lui et me torche avec ce journal même pas digne d’être sur un étal de poissonnier !


        • eric 10 février 2012 17:35

          Écrit comme cela, cela laisserai penser que vous vomissez les millions de pauvres de ce pays. La lecture d’autres de vos commentaires irait assez bien dans le même sens. L’approbation massive dont vous faites l’objet pourrait laisser croire que vous n’êtes pas le seul dans ce cas.
          Cela correspond tellement aux attitudes concrètes des extrêmes gauches qu’on a du mal a n’y voir qu’un lapsus...


        • penajouir penajouir 10 février 2012 18:06

          Ben oui mon Riton, comme je l’ai déjà spécifié, je suis sur agoravox uniquement pour faire la chasse aux cons et quand ils sont pédants et prétentieux comme toi, je me délecte et me réjouis d’avoir accroché un spécimen hors concours. 


        • devphil30 devphil30 10 février 2012 09:43

          Il est dangereux , c’est un menteur qui n’a qu’un seul objectif se faire réélire et ensuite il va serrer la vis comme pas possible au risque de mettre le pays à feu et à sang.


          Je dis les choses comme je les pense sans parti pris mais ce type est dangereux , d’autant plus que les évènements internationaux ne sont pas rassurants alors avec ce psychopathe au commande je crains le pire car une fois le ticket signé pour 5 nouvelles années il aura le champ libre pour faire exploser le droit du travail etc .....

          Même si Hollande n’est pas la panacée , c’est un moindre mal à mon avis , le premier tour doit infligé à sarko un coup de massue voir même le sortir , c’est uniquement comme cela que nous retrouverons une peu de sérénité pour aborder le deuxième tour.

          Philippe
           

          • Fergus Fergus 10 février 2012 09:48

            Bonjour, Devphil.

            Entièrement d’accord. Et Sarkozy réélu serait d’autant plus dangereux que ce serait son dernier mandat. Il pourrait donc se lâcher totalement pour continuer, en l’amplifiant, le démantèlement des services publics et la casse des droits sociaux.


          • Imhotep Imhotep 10 février 2012 10:07

            Il y a deux aspects dans cette propagande du Figaro.

            La première est évidemment qu’un referendum sur les chômeurs est doublement inepte : a- ils ne sont pas la cause mais les victimes et c’est indécent de les montrer du doigt quand bien même il y a des escrocs et des fainéants pour certains ) au pouvoir on a bien les MAM, Juppé, Santini, Woerth, etc. - et dangereux en divisant la France et b- un referendum a pour objet un sujet qui concerne toute la France or si le chômage nous concerne effectivement tous, l’indemnisation ne concerne ni les retraités, ni les sans emplois non indemnisés, ni les étudiants, ni les fonctionnaires ce qui fait un paquet de monde et concerne l’action paritaire de ceux qui payent et de ceux qui sont indemnisés.

            La seconde est une stratégie du désespoir avec en ligne de mire la possible impossibilité de Marine Le Pen d’être présente. Cette absence - car la stratégie de se retrouver pour Sarkozy au second tour avec elle est définitivement enterrée - pourrait être la seule possibilité pour Sarkozy d’être présent au second tour. Il veut donc récupérer ses voix si justement elle est absente et pour cela il tape à droite toute. Elle absente cette stratégie est payante. Elle présente, c’est la garantie - du moins je l’espère, car j’espère que tous les modérés vont le quitter avec fracas, ce sera la chute vertigineuse tout en sachant que l’espérance n’est pas un pronostic.

            • Michel DROUET Michel DROUET 10 février 2012 11:06

              Quelques idées de referendum

              - Nationalisation des secteurs du gaz, de l’électricité, de l’eau et des transports

              - Encadrement des loyers et obligation de ralisation de travaux d’économie d’énergie par les propriétaires

              - Séparation des activités bancaires (détail et affaire)

              - Suppression des départements et limitation du nombre de communautés de communes

              - Non cumul des mandats et limitation à deux du nombre de mandats successifs

              - Déchéance de nationalité pour les exilés fiscaux

              etc... Liste non exhaustive


              • gogoRat gogoRat 10 février 2012 14:45

                autres idées de référendum :

                - abolition des privilèges indignes d’une démocratie : un seul et même statut pour tous les travailleurs. ( Pour renforcer l’aura des employés de la Fonction Publique : suppression des garanties d’emploi à vie et du statut de « fonctionnaire » ! )

                 Autres alternatives, pour qu’un référendum sur les obligations faites aux chômeurs ne soit pas une provocation à la guerre civile :  
                 - que l’emploi de tous -« du privé » autant que « du public » - soit garanti à tout le monde par l’Etat !
                 - ou encore : qu’un revenu inconditionnel soit donné par l’Etat à TOUS les citoyens


              • LE CHAT LE CHAT 10 février 2012 11:31

                la droite ultracatholique , ça pèse peanuts dans l’electorat FN de nos jours

                perso je suis pour l’euthanasie , quant au mariage gay , bien que je trouve crétin pour des gens qui veulent affirmer « leur différence » de vouloir à tout prix singer les hétéros alors qu’ils ont le pacs , si il n’y a que ça pour leur faire plaisir , c’est juste un gadget qui m’empêcherait pas de dormir .


                • BlackMatter 10 février 2012 11:53

                  Je ne comprends pas la stratégie de Sarkozy, elle me semble suicidaire.


                  D’abord il essaye de siphonner les voix du FN en stigmatisant les chômeurs et les immigrés.
                  Pour les immigrés, ça peut peut-être marché tant l’intégration est un échec. Sauf que le vrai problème, c’est que les fameux jeunes qui poseraient problème sont français. Pour le reste, en période de crise, on peut comprendre une limitation d’un nombre d’entrée en France. Mais pourquoi un référendum sur le sujet.

                  Deuxième points, alors que le chômage explose, il tente de faire croire que cette augmentation massive serait dû à la fainéantise des demandeurs d’emplois. D’abord il devrait faire attention... Avec le chômage de masse, chaque famille est touchée et l’incompréhension risque d’être grande. Ensuite, pour ceux comme moi qui sont au chômage, je peux vous dire que quand on demande une formation sur tel sujet, parce qu’il y a des offres d’emplois, on nous répond qu’il n’y a pas de crédit. Les sommes qu’il avait déjà promis en 2011 ne sont jamais arrivé. Et le peu d’offre que je reçois de pôle emploi ne corresponde pas à ma qualification.

                  Et puis, il veut s’aligner sur le modèle allemand, c’est à dire paupérisé les personnes déjà en difficulté. Sans doute, si on le laisse faire nous proposera t il les mini-jobs à 400 euros et les jobs à 1 euro de l’heure sans couverture sociale. Situation qui engendre outre-rhin des phénomènes de burn-out et un nombre de suicides important.

                  Mais le plus grave est que cela risque de raviver les tensions entre La France et l’Allemagne.
                  Les électeurs du FN ne veulent pas du modèle allemand. Ils veulent sortir de l’euro et peut être même de l’Europe. C’est contre productif donc.

                  Bien évidemment cette stratégie ne peut fonctionner que si MLP n’obtient pas ses 500 signatures. Mais elle les aura. Ne serait ce que parce que c’est l’intérêt de la gauche et de la démocratie et que donc des consignes seront données en ce sens et en catimini.

                  Tout cela montre la déconnexion complète de NS de la réalité et de l’opinion.

                  Seul point positif, il montre que la droite et la gauche, ça n’est quand même pas pareil.
                  Et ça, c’est bien.

                  • Elisa 10 février 2012 12:18

                    Mais enfin pourquoi qualifiez-vous de « populisme » cet ancrage à l’extrême-droite ?

                    Le mot populisme est de plus en plus employé pour imprimer dans nos cerveaux que les thèses démago fascistes du FN sont inscrites dans l’ADN du peuple.

                    Comme s’il fallait répéter à l’envi que le « populo » est le premier ennemi du peuple, associant le racisme et la peur de l’autre aux « petites gens » comme les désignait de manière empathique Bourdieu.

                    Vous oubliez que l’extrême-droite a toujours fleuri comme le bras armé des nantis face aux classes « dangereuses ».

                    Mais il faut aujourd’hui renverser cette perspective pour nous faire croire que la social-démocratie, alliée du système économique libéral, peut accaparer la légitimité à gauche en mettant dans le même sac les « extrêmes » de droite et de gauche qualifiés en bloc et commodément de populistes.


                    • Taverne Taverne 10 février 2012 12:39

                      Le populisme est l’ennemi du Peuple.


                    • JL JL1 10 février 2012 13:04

                      « La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif ». (Orwell)


                    • Elisa 10 février 2012 15:53

                      @ Taverne

                      Mais qu’appelez-vous alors « populisme » ?
                      En quoi le distinguez-vous de la démagogie ?

                      Je demeure persuadée que le populisme « moderne » né dans les années 1990 est plus un concept polémique propre à stigmatiser les « extrêmes » qu’un outil de compréhension des courants politiques.


                    • Taverne Taverne 10 février 2012 16:15

                      Le populisme, c’est comme le cholestérol : une petite dose ne nuit pas à la démocratie. Mais gare aux abus !


                    • Taverne Taverne 10 février 2012 12:38

                      Sarkozy a bradé la souveraineté de notre pays chez les Américains et chez Angela Merkel (quelle pitoyable mise en scène l’autre soir au journal de France 2 !). Il fait mine de se rattraper par la voie de référendums mal intentionnés pour dire au peuple "vous voyez, vous gardez votre souveraineté. Il n’en est rien dans la réalité : à cause de Sarkozy, ce sont les marchés financiers, l’Allemagne et les Etats-Unis (voire le Qatar et autres émirats) qui décident bien souvent pour la France.


                      • Taverne Taverne 10 février 2012 12:43

                        Pour la question de l’avenir de la France au sein de l’Europe, Sarkozy s’est assis sur le référendum. Et il voudrait nous faire croire aujourd’hui qu’il accorde un grand prix à ce mode d’expression démocratique ? Pour l’Europe, le recours au référendum était pleinement justifié constitutionnellement. Pour les questions qu’il soulève aujourd’hui, il ne se justifie pas et doit être absolument écarté car il est présenté comme le levier d’un candidat à la Présidentielle et non comme un moyen actionné par le président de tous les Français. 


                        • Taverne Taverne 10 février 2012 13:39

                          L’objet de tout référendum est, pour le peuple, de toucher à un enjeu « essentiel à son destin » (Charles De Gaulle), à savoir : réforme de la constitution, intégration européenne, intégration ou séparation du territoire français de territoires, organisation des pouvoirs politiques ou des services publics, grands axes de la politique économique et sociale (voir la constitution de 1958). Ce n’est pas le cas ici. Par « essentiel à son destin », le général De Gaulle marquait bien l’idée d’un Peuple-Nation, c’est-à-dire moins marqué par ses contingences temporelles qu’embrassant autant le présent que le passé et l’avenir de notre nation. Il s’agit de lier le recours au référendum à l’idée de permanence et de durée, sans quoi son usage banalisé donnerait peu de légitimité aux réformes approuvées qui pourraient être défaites en peu de temps par la même voie...

                          La visée du référendum : il doit s’adresser à l’ensemble du peuple français et pas aussi ostensiblement à un électorat donné.

                          La justification du référendum : Il doit être actionné dans l’intérêt général du pays et pas dans l’intérêt d’un candidat. Je me demande dans quelle mesure son recours ne devrait pas être mieux réglementé en période de campagne d’élection nationale.


                          • morice morice 10 février 2012 17:48

                            le référendum est la chose politique qui se manipule le plus... 


                          • lloreen 10 février 2012 13:45

                            J’ai entendu d’une oreille distraite (je me demande encore si je n’ai pas rêvé...) que Sarkozy voulait faire un referendum pour « obliger » les chômeurs à accepter une formation....

                            Je comprends d’autant moins qu’il me semblait que l’instruction était obligatoire.
                            Ah !Et l’éducation nationale, elle sert à quoi ?Elle est mise bien à mal depuis des décennies.

                            Mais je suppose que dans le langage sarkozyste il faut comprendre :obliger tous les chômeurs (quel juteux « marché »..) à s’inscrire chez acadomia .
                            Il faudrait d’ores et déjà vérifier si acadomia (ou d’autres) est déjà introduit en bourse....


                            • lloreen 10 février 2012 13:48

                              taverne
                              « pour la question...assis dessus ».
                              Oui, grâce à l’article antidémocratique 49-3 de la constitution.N’importe quel président (si cet article n’est pas abrogé...) peut en faire autant...


                              • lloreen 10 février 2012 13:55

                                Le cas Sarkozy est typique du désarroi de la classe politique face au réveil tardif mais réel d’une frange de plus en plus importante des citoyens.
                                Ce qui pouvait encore fonctionner il y a dix ans ne fonctionne plus parce qu’il est évident maintenant que les politiques n’ont jamais eu aucune marge de manoeuvre.Le pouvoir étant concentré ailleurs que chez ceux qui paradent sur les écrans ou parlottent à la radio.


                                • eric 10 février 2012 17:30


                                  Qu’est ce qui a changé en 60 ans aux extrêmes ? Pas grand chose. A l’époque c’était l’extrême droite qui était favorable à l’euthanasie, aujourd’hui c’est la gauche. Les premiers en faisait un devoir. Les seconds un droit. C’« est évidemment une illusion d’optique.....

                                  On pourra difficilement demander aux euthanasiés si il l’on été par droit ou par devoir. A ce que l’on sache, il n’est guère de sanctions aujourd’hui contre les suicidés. On parle donc bien du droit ou du devoir pour un individu d’ en tuer un autre.
                                  On est vraiment au cœur de la différence gauche droite. Tous le monde sait que beaucoup d’entre nous finissent déjà plus ou moins aidé... Que ce soit activement ou passivement...C’est transparent dans les statistiques.
                                  Mais a chaque fois, la responsabilité de »l’aidant"est entière, ce qui ne contribue pas peu à une saine réflexion préalable. Il est bon qu’il en soit ainsi. Formaliser les conditions objectives dans lesquelles l’euthanasie doit être appliquée, revient a bureaucratiser la décision.
                                  La droite veut conserver une décision individuelle. Je le tue pour son bien, la mort dans l’âme, sans certitude sur ce que je fait, mais suffisamment sur que c’est justifié dans l’intérêt de l’impétrant pour assumer le risque d’en payer les conséquences. La gauche est dans une logique presse bouton. Dans un contexte de caisse vide, et si les critères objectifs sont remplis, qui nous mettra à l’abri de la nécessité de libérer des lits d’hôpitaux ou de limiter les couts des soins palliatifs, si le responsable peut tout au plus être accusé d’une erreur d’appréciation administrative ?
                                  Préfère-ton dépendre d’un proche avec l’espoir qu’il sera le cas échéant prêt à attendre 6 mois de plus son héritage, ou a-t-on plus confiance dans une administration soucieuse de ses coûts. Pour des questions de vie et de mort,peut on faire plus confiance à des abstractions ( administrations, lois, majorités) qu’on ne connait pas ou à des personnes qu’on peut espérer croire connaître.

                                  Bon, les impôts, la redistribution, etc.... on sait tous qu’il s’agit de savoir si on donne un ou deux point de pib en plus à la fonction publique ou aux autres. Il y a de très bonne raisons dans les deux cas, mais cela ne nous changera pas la vie. Là avec les progrés de la médecine, nous sommes tous concernés. On finira statistiquement en Alzheimer, ce qui n’est pas drole mais permet parfois encore quelques bon moments. Il est question de faire un choix politique : qui aura le droit, ou le devoir, de nous faire une injection quand il estimera le moment venu.
                                  Je crois que cela vaut la peine, de bien y réfléchir, même si l’auteur a l’air de penser que c’est une forme de nazisme....


                                  • morice morice 10 février 2012 17:47

                                    il a commencé comme ça en 2007, j’ai essayé de prévenir...



                                    j’espère bien que cette fois-ci ils sont vaccinés...

                                    il va quand même nous refaire le coup des petits vieux...


                                    Mais cette fois, c’est différent : il y en a un, là, qui dit des choses « vraies », mieux encore que Jean-Marie, et en plus il fait plus jeune. Que les métros tagués, c’est la faute à des jeunes « racailles », que ce qu’« il faudrait c’est »plus de prisons« , que si le pays ne va pas, c’est pas de sa faute mais »celle des autres« , surtout d’ailleurs les »Noirs et les Maghrébins« . Et en plus, il a raison, tenez, il n’y a pas un mois on a vu a la télévision des jeunes saccager une gare, c’est quand même un monde, ça ! Une gare, vous vous rendez compte ?! Et c’était des jeunes, je les ai vus, des »banlieusards« on a dit à la télé ! Qu’avec lui, donc, le lendemain même de son élection les rues vont voir leurs tags disparaître, les vitres poncées et les jeunesparler normalement et arrêter même d’écouter de la musique avec leur bidule blanc, là, dans les oreilles. Que demain, il n’y aura plus de chômage, tout le monde travaillera et sera payé... selon son travail, à savoir un salaire pour vivre à partir de 70 heures par semaine. Bref, la belle vie de nouveau : celle des années 60, des Peugeot 404 fabriquées par des Algériens venus en masse habiter dans des bidonvilles : »A l’époque ils ne les brûlaient pas les voitures, monsieur, ils les fabriquaient" ! Les fameuses Trente Glorieuses, le twist, les yéyés, Claude François... une belle époque, où les jeunes allaient à l’école pour passer leur bac et trouvaient du travail tout de suite, c’est pas comme ces jeunes de maintenant qui ne fichent plus rien, là...

                                    Désolé de vous décevoir, chère madame, mais la peur que vous avez aujourd’hui du futur, que vous ne comprenez pas, vient du fait que vous n’avez pas cherché à comprendre ce qui se passait autour de vous pendant ses quarante dernières années. Les infos, à la télé, ça ne vous dit toujours rien : vous venez, à 65 ans, d’aller pour la première fois vérifier sur un atlas, avec votre petit-fils, où se trouvait la Chine. Il venait de retourner son dinosaure en plastique et voulait savoir ce qu’il y avait de marqué dessus. Le chômage, vous l’avez découvert quand on a fichu à la porte votre mari, qui en est mort deux ans après sans avoir pu prendre une seule journée de retraite. Votre vieux copain de quartier, lui, a vu son usine disparaître du jour au lendemain : le lundi il est allé travailler, comme chaque jour depuis trente ans, et il n’y avait plus rien : l’atelier avait disparu, comme si des Martiens avaient embarqué son hangar en soucoupe volante. Votre petite-fille vient d’abandonner ses études, car elle vient de tenter la Star Ac’ et pense gagner des millions avec ça dans quelques années, ce qui vous désole complètement, bien sûr. Votre beau-fils vient de quitter son foyer avec une fille de la moitié de l’âge de la vôtre, laquelle se retrouve à élever seule trois gamines en bas âge. Vous ne comprenez plus rien... la vie vous fait peur, à vrai dire. L’avenir vous fait peur : alors celui qui vient de vous dire dans votre téléviseur de ne plus avoir peur, là, comme le pape, il vous plaît bien, c’est lui dont on a besoin pour que tout aille mieux du jour au lendemain, c’est une évidence. C’est pourquoi, cette fois-ci, vous y êtes allée, voter. Pour lui, bien entendu. En croyant bien faire pour votre fille, vos petites filles, votre vieux copain chômeur, la France entière...



                                    • morice morice 10 février 2012 17:51
                                      ah, j’en ai trouvé une autre : vous avez regardé sa photo ???

                                      un mec qui est marié depuis 5 ans avec la France et qui pose en jouant avec son alliance, j’y crois pas trop...

                                      • Lolo Le Caid 10 février 2012 18:10

                                        Avec un bilan catastrophique, le rendez-vous fatidique approche pour le président « du pouvoir d’achat » et du « travailler plus pour gagner plus ».

                                        En désespoir de cause, le président le plus détesté de l’Histoire de France accumule les erreurs et les mauvais calculs qui l’entraineront à sa chute.

                                        Sa dernière idée de référendum, à défaut de booster les chômeurs et les inciter à chercher du travail, va certainement les encourager à se rendre massivement aux urnes en avril prochain et voter « tout sauf Sarkozy ». 

                                        C’est le paradoxe d’un président mal conseillé, qui dépensé tant d’énergie pour grappiller quelques voix de Français d’origine arménienne (à travers la très controversée loi sur le génocide arménien) pour aller ensuite ruiner le peu de capital de sympathie qu’il lui reste en se se mettant à dos les millions de chômeurs et de pauvres…


                                          • menou69 menou69 10 février 2012 19:27

                                            Est-ce que Nicolas Sarkozy va inclure dans son référendum, sur les obligations faites aux chômeurs d’accepter le premier emploi proposé après une formation quelque soit le salaire ou le temps de travail (temps partiel par exemple), les députés, qui eux ont actuellement droit à 60 mois de chômage sans obligation de retrouver un emploi durant cette période ?


                                            • arobase 10 février 2012 20:19

                                              lu plus haut :

                                               « l’extrême-droite a toujours fleuri comme le bras armé des nantis face aux classes »dangereuses". 

                                              s’ils étaient du coté du peuple et des plus démunis, ça se saurait depuis longtemps ! le pen a t-il jamais initié ou conduit une grève depuis 40 ans ?
                                              donc si sarkosy met la barre à droiteet court les usines en espérant les voix lepénistes des ouvriers , il se trompe. 
                                               d’ici peu tout les ouvrier de france vont finir par comprendre qu’ils sont les principaux ennemis de la droite qui les méprise et les opprime. fn compris.

                                              les ouvriers seraient-ils favorable à voir leurs derniers droits du travail être bafoués et  pour ça voteraient sarkosy ?

                                              c’est les prendre pour des cons !

                                              cela étant : 

                                              penon un cas de figure fictif : moi, 54 ans , technicien supériueur en électronioque, 30 ans d’expérience, au chômage depuis 2 ans .
                                              je vais voter sarkosy pour qu’on me propose une formation de garçon boucher, puis un emploi à 50 Kms de chez moi chez un boucher qui va me virer au bout de l’essai en disant : pas d’expérience ????
                                              et si je refuse on me sanctionne ?

                                              quel est désormais le salarié français, au chômage ou pas, ou le futur salarié, l’étudiant, qui donnerait quitus à sarkosy et sa clique pour devenir corvéable à merci ? 
                                              .qui , même de droite, va vouloir se faire hara kiri et voter pour ça ?

                                              qui, petit ou grand, peut se dire à l’abri dorénavant ?

                                              même les prof libérales et commerçants sont menacés car ils peuvent un jour devenir salariés. qui sait ?

                                              à moins que les français soient vraiment des veaux, cette fois, sarkosy va finir à 5%, c’est à dire les voix des riches.
                                              .
                                              adios sarko, tu nous en aura fait voir !



                                                • arobase 10 février 2012 20:20

                                                  que deviendraient les dizaines d’années de cotisations chômages payés par les salariés si au bout le bon vouloir du prince peut supprimer les prestation ?


                                                  • arobase 10 février 2012 21:10

                                                     « obligations faites aux chômeurs d’accepter le premier emploi proposé après une formation quelque soit le salaire ou le temps de travail (temps partiel par exemple), »


                                                    on suppose donc que lepen et ses électeurs sont d’accord avec ça puisque sarkosy, en le proposant espère avoir leurs voix !

                                                    qui peut dire que demain il ne sera pas chômeur et dans cette situation ?

                                                    • caramico 12 février 2012 10:09

                                                      Pas un seul commentaire pro-Sarko, je les ai tous lu.
                                                      Allez un peu de courage, il en reste bien un peu, des 52% de 2007 ?

                                                      Où êtes-vous ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès