Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy/Merkel : un contraste saisissant

Sarkozy/Merkel : un contraste saisissant

Le contraste est on ne peut plus saisissant. Le quotidien allemand Bild prend un malin plaisir à le relever. D’un côté, un président français dans une luxueuse villa de la côte Est américaine se quasi invitant à la résidence secondaire de son homologue américain. De l’autre, une chancelière faisant et payant elle-même ses courses dans un supermarché du centre-ville de Berlin. Il serait hasardeux de prédire que le vent est en train de tourner pour Nicolas Sarkozy. Malgré quelques bourrasques, la girouette présidentielle pointe toujours irrésistiblement en direction de l’Elysée.

L’hebdomadaire Courrier international vient pourtant de réaliser une première. Un numéro garantit “Sarko free”. Un tour de force consistant à ne citer à aucun moment le nom du président français. Pour Anthony Bellanger, chef des informations de Courrier international, la rédaction au-delà de l’aspect ludique, souhaitait marquer un geste de rébellion à l’égard de l’omniprésence médiatique du président.

Les “vacances” de Nicolas Sarkozy alimentent ce geste de ras-le-bol révélateur d’une véritable saturation. Peu après son élection Nicolas Sarkozy avait séjourné dans les eaux maltaises sur un yacht de luxe appartenant à l’industriel Vincent Bolloré.

Pour ses vacances estivales, le locataire de l’Elysée a choisi une villa haut de gamme prêtée par de généreux amis à Wolfeboro, aux Etats-Unis. La villa de plus de 2 000 m2, classée grand luxe habituellement louée plus de 22 000 euros la semaine appartient à un ancien dirigeant de Microsoft. Pas tout à fait du genre discret d’autant qu’une vidéo réalisée par une chaîne câblée américaine (NECN) l’an passé, depuis mise en ligne, permet une visite guidée.

Comme l’écrit l’éditorialiste du Figaro, Yves Thréard, “On le sait, le couple Sarkozy a sans doute plus de points communs avec les Kennedy qu’avec les de Gaulle. On l’imagine moins autour d’une partie de crapette à Colombey-les-Deux-Églises qu’en compagnie d’une bande de copains sur un bateau. Question de goût. Son côté people, rock star, peut déranger. Le cultiver comporte des risques.” Risques, le mot est lâché.

“Notre chancelière ne va pas sur des yachts de millionnaires. Elle fait la queue au supermarché et paie avec son argent. C’est une femme simple. Une grande femme”, écrit Franz Josef Wagner, éditorialiste de Bild. En comparaison Nicolas Sarkozy ne serait-il qu’un “petit homme”, un “Latin’ frimeur” ?

En s’attaquant dimanche à deux indociles photographes américains encartés et non des paparazzis comme la presse française l’a négligemment laissé croire, Nicolas Sarkozy a selon Charles Bremner le correspondant du Times de Londres à Paris, perdu “un peu de son aura présidentielle”. Selon le site Rue 89, il semblerait qu’au Sénégal, pays d’un continent habitué aux bouffonneries d’Etat on raille la “politique spectacle” et les journalistes français “pisse-copies”. Une façon directe de pointer la complaisance de la presse française à l’égard de l’hôte de l’Elysée.

Du côté de celle-ci, quelques rares éditorialistes osent quelques critiques, à l’image de Jean-Pierre Bel dans La Nouvelle République du Centre-Ouest : “Hier au bord du lac Winnipesaukee, ce matin à Notre-Dame-de-Paris, demain à Kennebunkport. On ne parle ni de Superman ni de Prue, la magicienne ubiquiste de Charmed, mais du président français qui, à l’évidence, se veut aussi efficace et séducteur que nos deux super-héros yankees réunis. Nicolas Sarkozy s’apprêtait à faire samedi, pour déjeuner, les 82 petits kilomètres qui séparent sa villa de vacances de la résidence familiale des Bush dans le nord-est des États-Unis. Il fera bien le trajet, en effet, mais ce sera finalement via Paris après un détour, ce vendredi, de quelque 11 000 kilomètres et quinze heures d’avion. Le signal est plus clair que jamais. Il frôle même la caricature.”

Modernité affichée d’un côté avec un mode de vie à l’américaine direct, décontracté, ouvert et, dans le même temps, un geste fort à l’égard des traditionalistes catholiques français, à travers une présence aux obsèques de Mgr Lustinger, un prince de l’Eglise, proche de Jean-Paul II, qui aura fait toute sa carrière sur la condamnation de la libération des moeurs de mai 68. Ça ressemble effectivement à de la caricature.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Iceman75 Iceman75 13 août 2007 11:39

    Un aller retour inutile en avion. Beau geste pour l’écologie si chère à notre président. Bientot vera t on un Porsche Cayenne S devant le perron de l’Elysée ? A noter que voici est...allemand. smiley


    • cniko 13 août 2007 12:26

      Voir aussi le 4x4 avec lequel il se déplace durant ses vacances. Très grenelle de l’environnement tout ça !


    • Lars 13 août 2007 12:10

      ne doit-on pas d’ailleurs voir dans l’aller-retour présidentiel une volonté de montrer à la fois sa présence dans l’actualité française, malgré les vacances et l’éloignement, mais surtout un rapprochement stratégique avec l’électorat chrétien ?


      • Iceman75 Iceman75 13 août 2007 12:48

        Evidemment, mais l’efficacité si chère à notre président passe aussi par choisir les moyens de communication les plus efficaces, à choisir ses réunions en fonction de ce qu’elles apportent dans la fonction. Hors là c’est du grand n’importe quoi. 15h de perdues qui auraient pu être mises à profit pour des choses autrement plus importante que racoller les chrétiens et draguer un président moribond politiquement.


      • Antoine Diederick 13 août 2007 22:17

        at Iceman

        « draguer un président moribond politiquement. »

        C’est en d’autres termes qu’un éditorialiste belge s’est exprimé ce matin mais avec la mme idée....Bush c’est déjà du passé...donc supposons une visite protocolaire et amicale, sans plus...

        A moins que le Président français ne soit en train de préparer déjà son futur exil...ou sa reconversion, sait-on jamais smiley


      • Antoine Diederick 13 août 2007 22:09

        faut quand mme bien dire que le Président fançais se comporte un peu comme un nouveau riche. C’est vrai qu’avoir la face en carême tous les jours en prohibant toute forme ostentatoire semble merkelement ennuyeux mais face aux difficultés quotidiennes du plus grand nombre des citoyens, je préfère l’attitude humble et austère autant que l’efficacité de la décison s’y alliant smiley


        • fourreau 14 août 2007 01:07

          Franchement, a quoi derions-nous nous attendre après son élection ? Il arrive que la majorité commette une grave méprise. Cest parti pour 5 ans....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès