Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy n’est plus en grève

Sarkozy n’est plus en grève

Retour aux affaires du président joggeur, qui gérait jusqu’à présent la pénurie de transports en se drapant dans un silence aussi assourdissant qu’inattendu. Devant les maires de France, le chef des chefs a réaffirmé sa volonté de réforme et convoqué Thorez pour demander l’arrêt des hostilités.

Depuis quelques jours, la France vivait une situation exceptionnelle : rien à voir évidemment avec l’absence de métros, de trains, de bus, ni la présence dans les rues de fonctionnaires et autres gaziers banderolés de certitudes caduques, rien à voir avec les gesticulations pré-pubères d’étudiants toujours en manque d’adrénaline et qui se rêvent, c’est de leur âge, derrière quelques barricades avec en main quelques pavés, rien à voir non plus avec les cris d’orfraie de médiocres lycéens, qui ne lisent pas Balzac, mais lui préfèrent Olivier Adam, rien à voir avec ce cirque-là, aussi convenu que les frimas de l’automne ou les faux signes avant coureurs d’un hiver rigoureux et coupant, non, si depuis quelques jours la France vivait une situation exceptionnelle, ce n’était dû qu’au silence savamment entretenu par le locataire de l’Elysée. Depuis plus d’une semaine, Nicolas Sarkozy n’apparaissait plus devant les micros, ni les caméras. Comme s’il avait divorcé de Sarkozy, Nicolas, tsar de tout l’Hexagone, amoureux fou de la petite lucarne et de ses journalistes, envahisseur de toutes les colonnes à la une ou en pages intérieures. Les livres d’histoire retiendront ceci : Nicolas Sarkozy, soudain, mi-novembre 2007, se tut. Jusqu’à hier.

Hier, chacun put reprendre une activité normale. Hier, sur le web ou à la télévision, comme naguère, le président encore très aimé de tous les Français cheminots ou électriciens, professeurs ou chanteurs, le président donc refaisait surface, le tic au bord des lèvres et les mots dans l’ordre, calme et apparemment détendu, pour remettre quelques points sur les i. Le i de gréviste, surtout : « Chacun doit bien comprendre que pour moi dans un tel conflit, je ne veux pas qu’il y ait un vainqueur et un vaincu. Jusqu’au bout je resterai déterminé, la réforme se fera, que nul n’en doute, mais jusqu’au bout je resterai ouvert parce que c’est mon devoir  »(...) "Chacun doit s’interroger sur la poursuite d’une grève qui a déjà coûté si cher aux usagers, qui n’ont pas à être pris en otage d’un conflit qui ne les concerne pas"(...) «  Dans une démocratie apaisée, on dialogue. Dans une démocratie civilisée, on arrête la grève avant de mettre une économie à genoux. Dans une démocratie aboutie, la majorité doit l’emporter sur une minorité très minoritaire, fût-elle violente. » Pour résumer le discours sarkozien : ni vainqueur (sauf lui) ni vaincus (sauf les grévistes), la grève doit s’arrêter, la majorité des Français est contre ce mouvement. Voilà qui devrait, on n’en doute pas une seconde, calmer les esprits. A ceux qui pensaient une seconde que le président trahissait, en son silence, un embarras, il n’est plus guère besoin qu’ils s’illusionnent encore. L’homme de fer est de retour et entend bien libérer le pays. Libérer, oui, tous ces « otages » : "Il y a des millions de Français qui, après une journée de travail, quand il n’y a pas de bus, pas de métro, pas de train, sont exaspérés d’avoir le sentiment justifié d’être pris en otage", et les otages, ça se libère, ça il sait faire, Sarkozy, avec ou sans Cécilia, avec ou sans « preuve de vie ».

"Jusqu’au bout je resterai déterminé. La réforme se fera, que nul n’en doute. Mais jusqu’au bout, je resterai ouvert parce que c’est mon devoir". Sarkozy, qui dit par ailleurs que son gouvernement n’a « jamais cherché l’épreuve de force » (ce qui semble assez vrai) y va de son petit couplet Juppéiste, ici : droit dans ses bottes, droit dans ses réformes. Rien ne le fera changer de cap. Juppé s’y est brûlé, mais il serait étonnant que l’homme de Neuilly connaisse le même destin. D’abord Sarkozy n’est pas Premier ministre, mais président de la République, ensuite la mobilisation n’est pas aussi forte que par le passé (la RATP affichait pour la journée de lundi seulement 18 % de grévistes, mais 90 % chez les agents de conduite ce qui explique l’absence de métro) et enfin Sarkozy a été élu pour faire des réformes, pour faire changer les choses, pour ne pas changer de politique au premier mouvement social venu. Autrement dit, une majorité de ses électeurs le soutiennent sans doute et sans réserve lorsqu’il assure qu’il ne « cédera pas ». Ces électeurs dont la seule crainte, durant le mutisme de la semaine passé, était de voir revenir un président « négociateur » ou déstabilisé, et qui aujourd’hui peuvent être rassurés. Sarkozy n’est pas Juppé, enfin, parce qu’il n’est pas Chirac : il ne lâche pas son Premier ministre, en chute dans les sondages, mais pas si chahuté que cela dans la rue. C’est cela une des plus grande qualité, d’ailleurs, de Sarko : ne pas dénigrer son gouvernement, sauf en catimini (« une bande de nuls ! » l’a-t-on souvent entendu rugir en page 2 du Canard enchaîné), donc ne jamais perdre de vue la route à suivre, celle qu’il s’est fixée. Sarkozy reste en accord avec ses idées, son style, sa pensée. Même après dix jours sans mots, sans images, sans polémique.

Tout cela, bien sûr, est une mauvaise nouvelle pour les grévistes. Les négociations censées s’ouvrir demain précipiteront d’abord et avant tout la fin du mouvement. Sinon, le durcissement viendra sans doute du sommet, avec l’instauration, sait-on jamais, d’un service minimum, de gré ou de force. (Est-ce normal que l’arrêt de travail de moins d’un quart des salariés d’une société empêche celle-ci de fonctionner ?) On ne négocie pas sous la contrainte, un pistolet sur la tempe, tout le monde l’entend. Et Sarkozy ne souffrira pas cette pression. La fin de la grève signe la fin de beaucoup d’espoirs, pour certains, de voir le gouvernement faire machine arrière. Quelques concessions, de ci de là, mineures, seront sans doute consenties, mais rien de plus. Tout cela, bien sûr, est plutôt une bonne nouvelle pour les usagers, qui d’ici un ou deux jours, pourront reprendre une activité normale, travailler sans entrave, librement.

C’est à cela, depuis vingt ans, au moins, depuis que les salariés français ont déserté les syndicats, c’est à cela que sert une grève : mesurer le degré de courage d’un gouvernement, d’une majorité, d’un président. Jauger les dirigeants et leur capacité à faire face, à appliquer leur politique. C’est à cela que sert une grève, et à bercer d’illusions l’extrême gauche, en coma dépassé, qui vit là comme une rémission dans sa triste et longue marche vers la fin. A cela, et comme dirait Jean-Pierre Pernaut, à « emmerder les honnêtes gens, qui travaillent, eux, jusqu’à 65 ans. » A tout cela, à rien d’autre. Mais les plus courtes sont les meilleures : Sarkozy vient de siffler la fin de la récréation sociale.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 21 novembre 2007 09:57

    Il convient ici de rappeler que le président a été élu sur un programme par les citoyens français au suffrage universel.

    Il applique le programme pour lequel il a été élu par les français.

    Nous voyons bien le coté ultra-corporatisme de la grêve des fonctionnaires du mardi 20 novembre,qui ne voulaient entendre ni voir la grêve des étudiants,ni des cheminôts et encore moins les problèmes de pouvoir d’achat des salariés du privé.

    UNIQUEMENT LES FONCTIONNAIRES ET RIEN D’AUTRES !

    Et bien,NON !

    Le président Nicolas Sarkozy doit appliquer son programme et réduire la masse salariale des fonctionnaires en ne remplaçant pas les départs à la retraite et en supprimant d’autres postes,et il doit augmenter la productivité des agents de l’Etat en élargissant les horaires d’ouvertures des services publics du lundi au samedi inclus en mettant une organisation du travail qui existe dans le privé et qui a fait ses preuves.

    Le temps de l’assistanat et des priviléges des fonctionnaires sur le dos de l’ensemble des français et terminé.

    Dans ce pays ,durant les 25 dernières années ,les gens qui postulaient dans l’administration ne l’ont pas fais par conviction mais par « sécurité de l’emploi » et nous voyons bien chaque jour dans les services publics ce que cela donne comme disfonctionnement à notre pays.

    La justice sociale pour tous et merci encore monsieur le président de votre conviction à ne pas céder aux corporatismes exacerbés


    • lionprince lionprince 21 novembre 2007 20:03

      Ne vous inquiétez pas LERMA, un jour viendra où la fonction publique ne sera réduite qu’à son stricte minimum en matière d’effectif. Toutes les personnes âgées qui ont voté pour Sarkozy devront faire 10 km pour se rendre au bureau de poste. Les files d’attentes seront plus longues. Il faudra payer pour le moindre service. Ce jour là tout le monde saura que Sarkozy était bien en rupture avec les autres car on se sera rendu compte qu’il est le plus grand des menteurs !


    • morice morice 21 novembre 2007 10:00

      Monsieur, je ne vous permets pas : « C’est à cela que sert une grève, et à bercer d’illusions l’extrême gauche, en coma dépassé ». Vous insultez la mémoire de ceux qui sont MORTS pur obtenir des conditions de vie meilleure à TOUS. Votre président n’est pas un arbitre de foot, ou alors vous confondez syndicalisme et Fifa 2007.


      • snoopy86 21 novembre 2007 11:16

        @ Momo

        « C’est à cela que sert une grève, et à bercer d’illusions l’extrême gauche, en coma dépassé »

        Curieux votre courroux, car ce que dit l’auteur, c’est à peu de choses prés ce que vous dîtes dans votre article d’aujourd’hui...


      • Le péripate Le péripate 21 novembre 2007 10:10

        Alors, si le roi n’est plus en grève, peut-être que le Ministère Public va enfin, 56 jours après la révélation du délit, mettre en préventive les dirigeants du Medef, le frère du roi compris, afin de les empêcher de faire disparaitre les preuves de leur forfait !

        600 millions.... Nous sommes en tout cas content d’apprendre que cela n’a pas (trop) affecté la compétitivité de nos entreprises.


        • tal 21 novembre 2007 10:29

          @ l’auteur

          Merci pour ce bon article qui une fois de plus,survole notre quotidien.

          Assurément je vous préfère dans le rôle du chroniqueur de l’actualité franco-franchouillarde que dans celui de redoutable procureur général, rôle que vous aviez investi dans un article précédent à propos du procès Y.Colonna. J’en frémis encore !

          «  »...gesticulations pré pubères d’étudiants...". smiley

          C’est mal connaitre la précocité libidinale de notre adorable jeunesse. Croyez-m’en nos étudiants savent ausi gesticuler ailleurs que dans la rue et de manière « post pubère »

          «  » L’homme de fer est de retour...«  » .

          J’ai bien aimé la tournure.

          Mais vu l’admiration marquée par le bonhomme pour l’oncle Sam, j’aurai préféré (the French iron man’s back.) On s’y croirait plus... «  » Sarkozy vient de siffler la fin de la récréation sociale.«  » Qu’il ménage son souffle, car durant les 10 années que -selon les augures- durera son rêgne, il en sifflera encore d’autres... smiley

          Ceci étant dit , le Sujet finira bien par s’éssoufler, rendez vous compte tout ce qui a déja été dit , montré et écrit sur le personnage. Si un quiquenat est ramené à 24 h soit 1440 mn notre président avec ses 6 mois vient seulement de boucler seulement son premier quart d’heure...Patience...patience !!! smiley


          • nessoux 21 novembre 2007 10:47

            Le calcul de fin du commentaire est archifaux smiley c’est con !! 6 mois de Sarko c’est 10 % de 5 ans de mandat ou 10 % de 24 h si ça vous amuse... je vous laisse finir le calcul


          • tal 21 novembre 2007 11:20

            @nessousx

            Grossière erreur de virgule ! smiley Oui milles...milles ...milles xcuses !!! dix pour cents de 1440 font bien 144 mn qui font bien 2 plombes et des poussières. smiley

            On reconnait bien là le matheux smiley

            talec.


          • geko 21 novembre 2007 10:33

            Nous n’avons pas élu un président mais un Dircom qui pilote le bateau à coups de sondages et via les medias. Aujourd’hui paroles gentilles pleines d’équité, un peu comme pendant sa campagne agressif à souhait puis mielleux pour accuser l’adversaire ce dont il est porteur. Il ne dialogue pas, il monologue et manipule l’affect à souhait.

            Ce conflit ne nous regarde pas nous gens du privé ? Habon, nous ne vivons pas dans le même pays, nous ne payons pas d’impôts ? Moi je pense que l’énergie, les transports, la recherche....doivent être maîtrisés par l’Etat parceque trop crucial pour notre avenir !


            • TALL 21 novembre 2007 10:41

              Article people provoc n°245.821

              au suivant ...


              • superesistant superesistant 21 novembre 2007 11:07

                on s’en cogne des unes de Demian.. si on les cherche on les trouve sur google...

                AV n’est pas un support pub pour un gars qui se illoi


              • superesistant superesistant 21 novembre 2007 11:16

                je dois avouer que j’ai voté « article interressant » mais juste pour le style car le Lilian me fait toujours marrer.

                après sur le fond bon voilà çà reste léger et surtout leger dans l’analyse mais c’est pour çà que je m’empresse malgré tout de lire sa prose !

                Les paralèles entre non grévistes et otages sont vraiment bien trouvés, il donne à ce mouvement de contestation une image des plus négative. Fini le temps du rock n roll et de la solidarité maintenant c’est chacun pour sa gueule et moi en preums bien sur ! smiley

                j’ai eu le droit à çà ce matin sur mon lieu de travail ( dans le privé on cultive çà tout le temps ! ) et je me suis dit ben voilà c’est gagné, bientôt ils pourront faire sauter tous les verrous sociaux, car tout un chacun cherchera juste devant sa porte et balayera allègrement les avantages des autres sans se douter quand disant « oui » pour les uns ils s’auto-sodomisent comme des pros du cinéma introspection anale... ( mouai bon c’est mauvais mais j’ai pas mieux pour l’image.. smiley )


              • superesistant superesistant 21 novembre 2007 11:19

                si tout le monde vote non au commentaire de demian, sa pub disparaîtra et sa photo aussi d’ailleurs smiley


              • jlouis jlouis 21 novembre 2007 13:23

                Les grevistes ont leur manière d’être inciviques, Demian West a sa manière aussi... smiley


              • Redj Redj 21 novembre 2007 10:42

                Dites-moi j’espère que c’est du second degré là ?

                Parce que sinon, on va vous envoyer illico en Colombie chez les farcs pour que vous compreniez la définition du mot otage. A moins que vous ne prefereriez Jolo en Indonésie ?

                De toutes façons, tout le monde sera perdant de ces réformes : les cheminots, les fonctionnaires, tous les salariés y compris « Lerma », tout le monde, mais ça, votre petite gêne personnelle de ne pas pouvoir prendre le train vous empêche de le voir.

                Ensuite, citer en conclusion le grand philosophe Jean-Pierre Pernault, là on est vraiment au fond du trou !!

                Mais au fond, Sarko à réussi son pari : monter les français les uns contre les autres, et là on peut lui dire chapeau !


                • caramico 21 novembre 2007 10:56

                  Et toujours aussi courageux, il attends que la grève s’essouffle pour montrer le bout de son nez !

                  Sale mentalité qu’on est en train de distiller en France, illustré par cette réflexion : « Si je suis dans la merde, il faut que mon voisin le soit aussi ».

                  Ca va nous faire avancer, cet état d’esprit qui doit rappeler aux plus vieux d’entre nous de biens mauvais souvenirs.


                  • jako jako 21 novembre 2007 11:05

                    marrant sur la photo le « truc » qui pend derrière fait comme un bonnet d’ane.


                    • bernard29 candidat 007 21 novembre 2007 11:10

                      Sarko parle de tout n’importe où.

                      Il était devant les maires, il aurait du parler de sa réforme des institutions qui doit interdire à un ministre de cumuler une fonction excécutive dans les municipalités, et aux parlementaires de cumuler un autre mandat.

                      C’était l’occasion rêvée, mais il ne faut pas faire trop de vagues. 60% des minsitres vont se présenter aux municipales, et les parlementaires continuent d’assurer leurs privilèges. Même le champion des démocrates ; Bayrou qui veut se présenter à PAU.

                      Donc

                      LETTRE OUVERTE AUX PARLEMENTAIRES

                      Madame, Monsieur le Député, Madame, Monsieur le Sénateur,

                      Les élections municipales approchent et les partis politiques confectionnent actuellement leurs listes de candidats. J’ai l‘honneur de vous proposer de participer à « un Pacte Démocratique des Parlementaires » relatif à l’application immédiate d’une règle démocratique.

                      Vous avez été élus au parlement en mai 2007, sur des programmes qui pour une large part s’appuyaient sur une nécessaire démocratisation de la vie politique en promouvant le passage à une Nouvelle République ; « VIéme République » pour certains , une « République irréprochable » pour d’autres.

                      Dans tous les cas, à l’heure actuelle, la mesure sur la fin du cumul des mandats fait consensus dans les convictions comme dans les programmes. En effet, le « comité Balladur » vient de signifier également à la majorité présidentielle que la revalorisation du parlement est suspendue à l’application de cette règle.

                      Il suffit pour s’en convaincre de rappeler les termes même du rapport qui
                      - 1) dans son introduction rappelle par deux fois que « l’interdiction du cumul des mandats était nécessaire au succès de la réforme institutionnelle ambitieuse » et
                      - 2) dans le corps du dossier que « l’interdiction du cumul des mandats et des fonctions est la SEULE MESURE qui corresponde vraiment aux exigences d’une démocratie parlementaire moderne. ».

                      Vous êtes donc tous concernés.

                      Autant les réformes institutionnelles sont importantes pour démocratiser la vie politique , autant les changements de comportement sont déterminants et primordiaux en la matière. Nous avons assez entendu ce dernier argument de la part de ceux qui placent les postures personnelles comme moteur éventuel d’un changement qui de fait n’arrive jamais. Nous pouvons le regretter. Pourtant, les élections municipales qui se profilent sont l’occasion de mettre en pratique ce changement de comportement civique tant attendu.

                      Nous avons ainsi l’honneur de demander, aux parlementaires candidats aux municipales, de bien vouloir appliquer immédiatement cette mesure pour l’échéance politique du mois de mars 2008, en faisant savoir dès la confection des listes, le mandat qu’ils retiendront à l’issue de l’élection ; soit le mandat de parlementaire, soit le mandat d’un membre de l’exécutif municipal.

                      Il s’agit par cette opération, de préserver les chances d’une revalorisation future du rôle du parlement, mais aussi de favoriser la transparence et la clarté démocratiques pour les futurs candidats aux postes parlementaires que vous quitterez. Vous comprendrez que ces candidats éventuels et les citoyens d’ailleurs doivent avoir le temps de préparer votre remplacement.

                      En comptant sur votre diligence, sur votre conviction républicaine, je vous prie de croire, Madame, Monsieur le parlementaire, en l’expression de mes sentiments les plus démocratiques.

                      Nota bene ; vous pouvez bien sûr répercuter cette demande à votre élu, et aux listes qui se présenteront pour les municipales dans votre commune . Merci de votre attention. http://changerlarepublique.over-blog.com/


                      • La Taverne des Poètes 21 novembre 2007 11:36

                        Bayrou qui veut se présenter à PAU : c’est scandaleuuuuux !


                      • La Taverne des Poètes 21 novembre 2007 12:54

                        Si jamais les électeurs élisent François Bayrou : ce sera honteux ! une menace des plus graves contre notre démocratie ! Citoyens, réveillez-vous et prenez conscience du danger !

                        - quoi ? Sarkozy ?
                        - Mais non voyons : Bayrou pourrait être élu maire de Pau !


                      • keiser keiser 21 novembre 2007 12:49

                        La seule chose qui pourrait faire plier Sarko , ce serait que l’usine Rolex se mette en greve smiley


                        • CAMBRONNE CAMBRONNE 21 novembre 2007 16:21

                          SALUT CALMOS

                          Je ne patage pas ton optimisme sur la disparition des nuisibles .

                          BESANCENOT ne s’est jamais aussi bien porté .En gros si le PC va mal les trotskos vont plutot bien .

                          Ils sont partout , même sur agoravox .

                          Salut et fraternité .


                        • tvargentine.com lerma 21 novembre 2007 14:04

                          Nous voyons bien que la rupture est présente avec tout ces vieux partis (PC,FN,PS,VERT) qui n’ont plus rien à « vendre » car le catalogue était purement démagogique.

                          Les français soutiennent la politique de modernisation du président et la gauche devrait se réformer en proposant un VRAI programme de société au lieu de se livrer à une guerre stérile ou de courrir après l’extreme gauche


                          • lionprince lionprince 21 novembre 2007 20:07

                            Sarkozy s’est fait élire en partie car il a promis d’augenter le pouvoir d’achat. Il a tenu parole car il a augmenter son pouvoir d’achat de 206% ! BRAVO


                          • Mescalina Mescalina 21 novembre 2007 14:04

                            Très bon article, style fluide, toujours un plaisir de vous lire. Les prochaines heures valideront ou invalideront votre « impact Sarkozy », en espérant que vous ayez raison.

                            Les commentaires sur le mot « otage » sont sans intérêts, le rapprochement avec la Colombie un summum de mauvaise foi.

                            Ce mot a une image, plusieurs sens, et n’a pas été inventé pour Mme Bétancourt.

                            A quand une pétition pour le supprimer des recueils de poésie et autres ouvrages ?


                            • JL JL 21 novembre 2007 14:39

                              Désolé, je n’ai pas lu l’article. Trop dérangeant. Je veux dire, la photo.


                              • Rébus Rébus 21 novembre 2007 14:39

                                Et oui, le mètre ne lâchera pas son Premier Ministre comme Chirac l’avait fait avec Juppé.

                                Une raison simple à cela, Fillon n’existe pas, on le voit de temps en temps afficher sa mine maussade et sa mèche impeccable avant de nous balancer quelques mercuriales ou des commentaires sur la faillite d la France.

                                Un peu de Prozac pour le fantôme de Matignon ?

                                Quand à la réapparition de Sarkozy, pour l’instant, c’est un commentaire de fin de banquet...


                                • geko 21 novembre 2007 15:41

                                  Vous voulez dire le Maître ne lachera pas un mètre pour nous la mettre....avec ou sans vaseline that is the question !


                                • chmoll chmoll 21 novembre 2007 18:05

                                  j’viens de gagner un pari,enfin ont est plusieurs

                                  c’était on ne verra pas ni entendre une seule fois le sarko,pendant la grève

                                  pourquoi ? c’est tout bète,il ne sait que percuter dans le verbal, et ensuite il n’a pas la carrure pour des choses lourdes comme ça


                                  • Mescalina Mescalina 21 novembre 2007 23:10

                                    Comme c’est pertinent........... Soyez fier de vous, le demi de kro est mérité !


                                  • keiser keiser 21 novembre 2007 19:38

                                    J’aimerais revenir sur le terme de PRIVILEGE que notre president adoré , utilise sans vergogne .

                                    Les privilege ne doivent pas etre assimilés (à mon sens), avec des droits acquis au fil des negociations propres aux conventions collectives .

                                    Si il fallait faire la chasse aux priviléges réels , le travail serait enôôôrme , je ne vais pas en faire la liste . Il suffit de suivre mon regard .

                                    Cette semantique de notre gouvernement pour stigmatiser « un train qui peut en cacher un autre » est infâme .

                                    A la finale , le resultat ne peut etre qu’ une grosse merde .


                                    • adeline 21 novembre 2007 20:12

                                      Moi j’y verrais bien les ailes du diable des carpates plutot que un bonnet d’ane ( @jako)


                                      • ddacoudre ddacoudre 21 novembre 2007 23:10

                                        Bonjour lilian.

                                        « Chacun doit bien comprendre que pour moi dans un tel conflit, je ne veux pas qu’il y ait un vainqueur et un vaincu. Jusqu’au bout je resterai déterminé, la réforme se fera, que nul n’en doute, mais jusqu’au bout je resterai ouvert parce que c’est mon devoir »(...) « Chacun doit s’interroger sur la poursuite d’une grève qui a déjà coûté si cher aux usagers, qui n’ont pas à être pris en otage d’un conflit qui ne les concerne pas »(...) « Dans une démocratie apaisée, on dialogue. Dans une démocratie civilisée, on arrête la grève avant de mettre une économie à genoux. Dans une démocratie aboutie, la majorité doit l’emporter sur une minorité très minoritaire, fût-elle violente. »

                                        Qu’elle tristesse d’entendre de pareil commentaire dans le discours de notre premier magistrat. Ce discours aurait tout juste sa place dans un stage de communication de premier degré, faut-il donc en déduire que les Français n’en sont que là.

                                        Comment ne pas trouver nul quelqu’un qui vous dit je vous écoute parce que c’est mon devoir, si c’est son devoir je lui donne 2/20.

                                        Quand les pêcheurs font grève ils cessent de pêcher, quand les ouvriers du bâtiments font grève ils cessent de construire, quand les hospitaliers font grève elles cessent les soins de tous ce qui n’est pas un risque pour la vie d’autrui. Dans une grève chacun cesse de remplir son métier. S’il en était autrement la grève n’aurait aucun intérêt, tous les démocrates libéraux savent cela, sauf Mr Sarkozy qui n’en est pas un et ne le sera jamais.

                                        Alors quand les cheminots font grève ils cessent leur métiers qui est celui d’assurer un transport de biens et de personne. Que je sache ils ne sont pas membre des Farcs pour prendre les usagers en otage, mais des français usant d’un droit de grève reconnu par une constitution qui ne limite pas son exercice à une majorité quelconque.

                                        Dans une démocratie avant de retirer un avantage pour résoudre un problème qui ne relève pas de l’état mais des partenaires sociaux qui versent des cotisations contractuellement, on ne fait pas d’un problème privé un objectif politique, et si on le fait l’on instaure d’abord une négociation et l’on fait la démonstration que la mesure est d’utilité publique

                                        Dans les démocraties civilisées l’on ne trompe pas les citoyens sur les objectifs et les buts, l’on ne se dit pas libéral favorable à un capitalisme d’entreprise, ce qui fait perdre de fait l’appellation libéral pour passer sous celui de totalitarisme qui caractérise le capitalisme d’entreprise, ou plus exactement le libéralisme capitalistique, qui n’arien a voir avec la philosophie libérale.

                                        C’est pour cela que les usagers sont incités à manifester, et leurs difficultés sont utilisés pour réduire un droit constitutionnel dans l’esprit de beaucoup de fervent défenseur de l’esprit d’entreprise, ayant gagné la conscience de nombre de citoyens qui aujourd’hui sont prêt à détruire le seul outil qui peut les sortir de la pauvreté qui les guètes, et tel les aveugles de Bruguels ils marchent dans leur ignorance, fier de servir de piédestal à un totalitarisme économiques qui les broiera, tant qu’ils auront une once d’avantage sociaux qui ne soit devenue marchand.

                                        Ceci parce que le salaire Minimum et les organisme de Sécurité Sociale sont traités par les négociateurs de l’OMC (organisation mondiale du commerce) comme des « obstacles techniques au commerce ». Organisme dont nous sommes signataire.

                                        Tout cela est bien triste qu’un jour l’on ait inventé les œillères pour les chevaux, depuis les hommes en portent pour suivre les autoroutes qu’on leurs traces et où toutes autres sorties que celles indiqués, sont interdites.

                                        Cordialement.


                                        • manusan 22 novembre 2007 05:37

                                          Quelque soit l’issue de la grève, les employés de la ligne B et de la SNCF auront gagné quelque chose en catimini. L’hypocrisie de la politique française ne surprend même plus.


                                          • marmitte bouillante 26 novembre 2007 11:25

                                            Sarkozy plus en grève... Certes, mais il s’est vite barré en Chine pour éviter de négocier avec les grèvistes.  smiley Et si la reprise du travail a eu lieu les négociations ne font que commencer, tout reste à faire. smiley

                                            Réformer pour réformer... essayer de grapiller un petit acquis social... je vois rien de bon là.

                                            Il a interêt a ramener du pognon de retour de Chine, sinon il va perdre en crédibilité smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès