Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy : Observatoire des promesses (4/15)

Sarkozy : Observatoire des promesses (4/15)

Nous poursuivons l’examen des 15 engagements pris par le candidat Sarkozy lors de sa campagne électorale de 2007. Engagements publiés dans le document intitulé "Ensemble tout devient possible !".
Aujourd'hui, presque 4 ans après, où en sommes-nous ?
 
Bien sûr, nous n’oublions qu’il reste encore 12 mois d’activité potentielle au gouvernement pour les réaliser.
 
Elu à 53 % des suffrages exprimés, Sarkozy a été propulsé le 6 mai 2007 "Super manager de l’entreprise France". Notre entreprise ! Il est donc devenu, par la force des choses, le premier collaborateur des contribuables que nous sommes tous à divers degrés.
 
A ce titre, Sarkozy doit être évalué en tant que tel, sur ses résultats. Comme tout manager lambda ! Etre jugé sur ses résultats, c'est d'ailleurs ce que veut Sarkozy. Nous ne pouvons que l'en féliciter et ne doutons pas non plus qu'en homme d'honneur il accepte notre jugement et en tirera les conséquences le jour du bilan venu…
 
Promesses déjà examinées : N°1 : "Mettre fin à l’impuissance publique", note obtenue : 3,75 / 20 (voir ici) ; N°2 : "Une démocratie irréprochable", note obtenue : 3,25 / 20 (voir ici) ; N°3 : "Vaincre le chômage", note obtenue : 6 / 20 (voir ici).
 
Aujourd'hui, la promesse N°4 : "Réhabiliter le travail" (p. 7 et 8 de son programme).
 
Les engagements étaient les suivants, in extenso :
 
"Le chômage de masse, la précarité du travail, les 35 heures n’ont pas seulement fragilisé notre société et notre économie. Ils ont dévalorisé le travail. Notre pays est devenu celui qui travaille le moins en Europe. Nous ne pouvons pas continuer sur cette voie. Je veux rappeler que le travail est une condition de la liberté et de la dignité, qu’il est le moteur de la promotion sociale, de la croissance, que tout doit être fait pour donner du travail à ceux qui n’en ont pas, mais également qu’il n’est pas acceptable que certains refusent de travailler alors qu’ils le pourraient. Je veux réhabiliter le travail et, au-delà, le mérite, l’effort, le goût du risque.
 
Je ferai en sorte que les revenus du travail soient toujours supérieurs aux aides sociales et que les titulaires d’un minimum social aient une activité d’intérêt général, afin d’inciter chacun à prendre un emploi plutôt qu’à vivre de l’assistanat.
 
Ceux qui font l’effort de travailler doivent bénéficier d’une vraie protection contre le chômage et contre les aléas de l’économie. Avec les partenaires sociaux, je créerai la sécurité sociale professionnelle. Elle ne supprimera pas le chômage, pas plus que la Sécurité sociale n’a supprimé la maladie. Mais elle permettra à chacun de surmonter au mieux et au plus vite cette difficulté. Une personne licenciée pour des raisons économiques ne perdra pas son contrat de travail : celui-ci sera transféré au service public de l’emploi qui lui garantira 90% de sa rémunération antérieure aussi longtemps que nécessaire, pour suivre une formation qualifiante, trouver un nouvel emploi, essayer un nouveau métier.
 
En revanche, il ne sera plus possible de refuser plus de deux emplois sans justification. Pour les futures embauches, nous créerons un contrat de travail unique, plus souple pour les entreprises pour qu’elles soient incitées à embaucher, plus sécurisant pour les salariés car il sera à durée indéterminée pour tous.
 
Pour garantir l’égalité des chances et permettre à chacun de s’adapter aux évolutions de l’économie, nous créerons un compte individuel d’épargne de formation, afin que chacun puisse, à tout moment de sa carrière, suivre une formation vraiment qualifiante lui permettant de changer de métier, de secteur ou d’atteindre une qualification supérieure. Réhabiliter le travail, c’est aussi ne plus accepter la pénibilité de certains emplois, le stress de certaines situations professionnelles.
 
Enfin, je tiens à vous dire qu’aussi fort que je crois dans l’importance d’une démocratie irréprochable je crois dans l’éthique du capitalisme. Je n’accepte pas, et des milliers d’entrepreneurs avec moi, que le travail salarié et l’esprit d’entreprise soient bafoués par les rémunérations et les privilèges excessifs que s’octroie une toute petite minorité de patrons.
 
Je n’accepte pas qu’au niveau mondial, pour des raisons de pur profit, on joue avec les salariés et avec les usines comme on déplace des pions sur un jeu de société. Je proposerai à nos partenaires de l’Union européenne d’édicter des règles pour que ceux qui veulent investir en Europe soient les bienvenus, mais qu’ils se comportent humainement, en respectant les hommes et les femmes, en respectant le travail, conformément à notre culture qui place l’être humain au sommet de toute chose. Je renforcerai le capitalisme familial".
 
Notre jugement (les mots soulignés sont repris ci-dessous point par point) ?
 
L'inventaire des réalisations de Sarkozy à propos de cette 4ème promesse. Quels sont ses chiffres, les résultats obtenus ?
 
Préambule : depuis 2007, avec Sarkozy comme manager omniscient… le chômage de masse a augmenté de 2 points dans notre pays, mais a diminué de 2 points en Allemagne (voir Eurostat et tableau article du 14 janvier (ici)). Donc, c'est Sarkozy qui a fragilisé notre économie !
 
- les Français travaillent moins ? Faux ! Nous travaillons plus (1 650 h par an) (INSEE) que les Allemands (1 432 h) et que les Hollandais (1 413 h) et non pas moins. Mais, effectivement moins que les Coréens (2 165 h).
 
- les 35 heures fragilisent notre économie  ? Faux ! A moins que ceux qui travaillent moins d'heures par semaine que nous (Eurostat) tels : la Suède, le Danemark, la Finlande, la Belgique, le Luxembourg, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Estonie et la Hongrie aient aussi vu leur économie fragilisée ? Ce qui n'est pas du tout le cas ! La majorité d'entre eux a vu leur PIB croître de plus de 2 % en 2010. Soit très supérieur au nôtre, à 1,5 seulement (ici). Pour rappel, en 2010, le PIB de l'Allemagne a progressé de 3,6 %.
 
- réhabilitation du travail, de l'effort, du risque ? Faux ! C'est le contraire qui s'est produit ! Le nombre de personnes au travail a diminué (Cf. : supra) et la précarité a augmenté. Hausse de la précarité, c'est-à-dire du sous-emploi, de 4,8 % de l'emploi total en 2008 à 5,5 % en 2009 (ici) !
 
- sécurité sociale professionnelle ? Réalisation = aucune !
- contrat de travail unique ? Réalisation = aucune !
- compte individuel d'épargne formation ? Réalisation = aucune… ou presque !
- ne plus accepter la pénibilité de certains emplois, le stress… ? Réalisation = aucune !
- renforçait le capitalisme familial ? Réalisation = aucune !
 
Le diagnostic ?
 
En termes qualitatifs comme quantitatifs, cette 4ème promesse est encore une fois catastrophique, voire même scandaleuse.
 
Promettre ! Promettre ! Promettre ! … un exercice dans lequel notre manager excelle toujours comme en témoigne l'audience faite sur TF1, chaîne privée − comme si France Télévisons n'existait pas −, le 11 février 2011. Comme en témoigne aussi l'affaire Cassez / Mexique, où ayant encore parlé trop vite, il oblige l'ambassadeur du Mexique en France, à nous donner un cours de droit international (à 12 h 30 sur BFM-TV, hier 15 février 2011), ne pouvant pas le faire directement auprès de l'intéressé pour cause de bien séance diplomatique et présidentielle.
 
Au vu de l'inventaire objectif, car chiffré… le constat du travail accompli − ou plutôt non accompli − est accablant !
 
Les résultats de Sarkozy, pour les 4 dernières années, sont tous négatifs. Encore une fois ! Pourtant, crise ou pas, beaucoup de choses auraient pu être dites au pays, car elles ne coûtaient rien :
 
- dire qu'il a échoué sur le chômage, ne coûte rien ! Au contraire, cela serait faire preuve d'humilité, voire d'une certaine grandeur. C'est le boss après tout, et il n'est plus un gosse qui veut avoir raison sur tout, même sur le contraire de l'évidence…
 
- dire que les Français − ses propres compatriotes − travaillent plus que les Allemands et que les Hollandais, ne coûte rien non plus !
 
- dire que les 35 heures n'ont finalement pas obéré notre économie, ne coûte encore rien !
 
- réhabiliter le travail, l'effort, le goût du risque… ne coûte toujours rien !
 
- etc., etc.
 
Bref, être tout simplement positif sur notre pays !
 
Notre notation sur cette promesse de "Réhabiliter le travail " est la suivante : 0 / 20 !
 

Comment mettre une note différente ? C'est toujours pénible de mettre zéro sur une copie. Cela peut nuire à la volonté du noté de vouloir progresser tellement le chemin qui reste à parcourir est important. Mais comment faire autrement quand rien n'est bon et que le noté ne prend même pas la peine de travailler (sur les bons sujets), de réfléchir, de prendre du temps avant de parler et de promettre. Non, son objectif semble plutôt être la spéciosité mêlée à l'instantanéité.

 

Bien sûr, tout manager qui dans le secteur privé aurait obtenu une telle note, aurait été viré ad nutum et avec fracas ! Mais, ce qui nous semble plus grave, c'est que la politique est totalement décrédibilisée avec un tel mépris de la chose promise. Que restera-t-il après le passage de notre manager à la tête de l'entreprise France ? Quelle image de la politique ? Quelle image pour les jeunes en recherche de repères, si plus rien n'a de sens, même pas la parole au sommet de l'Etat ?
 
Alors, au terme de cette courte revue concernant la promesse N°4 " Réhabiliter le travail ", il apparaît sans l'ombre du moindre doute, que Nicolas Sarkozy ne mérite d'ores et déjà absolument pas la confiance que 53 % du corps électoral lui a faite il y a presque 4 ans maintenant ! Pourra-t-il renverser la vapeur durant les 12 prochains mois ?
 
***
Seuls les résultats de ses 11 autres promesses pourront nous contredire. Ses promesses seront considérées par nos soins, l’une après l’autre, tous les mois à venir. Ainsi, fin janvier 2012, début février au plus tard, nous aurons une vision claire, précise et définitive du travail accompli ou pas, par notre collaborateur. Cela devra nous permettre de voir si le candidat élu en 2007 est encore un tant soit peu "nominable" pour la présidentielle de 2012.
 
Notre mission de jugement des promesses faites par un politique est raisonnable. Personne ne doit s’en offusquer. Surtout pas l’intéressé !
 
C’est a priori comme cela qu’une démocratie moderne et participative doit fonctionner. Nous le ferons désormais pour chaque quinquennat.
 
Promesses encore à vérifier :
 
5. Augmenter le pouvoir d’achat ;
6. L’Europe doit protéger ;
7. Répondre à l’urgence du développement durable ;
8. Permettre à tous les Français d’être propriétaires de leur logement ;
9. Transmettre les repères de l’autorité, du respect et du mérite ;
10. Une école qui garantit la réussite de tous les élèves ;
11. Mettre l’enseignement supérieur et la recherche au niveau des meilleurs mondiaux ;
12. Sortir les quartiers difficiles de l’engrenage de la violence et de la relégation ;
13. Maîtriser l’immigration ;
14. De grandes politiques de solidarité, fraternelles et responsables ;
15. Fiers d’être français.
 
A suivre : examen de la promesse N°5, vers le 15 mars 2011. Si vous le voulez bien et…si on nous en laisse la liberté.

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 16 février 2011 10:00

    il a réhabilité le job de président en s’augmentant substantiellement ! smiley

    mais comme c’est juste pour un type , ça joue peanuts pour la moyenne !  smiley


    • Luc le Raz Luc le Raz 16 février 2011 13:31

      0/20 c’est un peu dur ! Tout dépend de l’angle sous lequel on se place. Les promesses électorales ne sont en réalité que des messages publicitaires. Prenons un exemple simple :
      « Grâce à la crème »machin« vous allez maigrir de 10 kg en une nuit ».

      Il faut observer maintenant les résultats du message précédent sous deux aspects :

      1- la réalité. Il ne fera aucun doute que la promesse n’a pas été tenue et que les dix kilos seront toujours là, même après usage total du pot de crème...
      2- le financier. « Patron, grâce à notre dernière pub, les ventes ont décollées de + 15% »

      Il en est de même avec les promesses du candidat $arkozy. Ce n’est pas le résultat des promesses qui compte au final c’est le nombre de consommateurs qui ont acheté le « produit » .
      Donc pour cette partie je lui mettrais à partir des résultats 53/100 soit 10,6/20.

      Pour terminer, si l’on regarde ce qui se passe depuis 2007, à quoi assistons nous ? A une suite de déferlantes publicitaires dont l’unique but est de satisfaire un ou des besoins des citoyens-consommateurs. « Sécurité », « Immigration », « Chasse aux banksters ».... des cadres dans lesquels on colle des exemples réels ou inventés selon les besoin. Pour ceux qui connaissent, utilisation du « framing » à outrance.

      Par contre cette mauvaise série télé-visuelle des « affaires » qu’on nous divulgue au rythme d’une par semaine, ou presque, sont dommageables et mettent en doute l’intégrité, le sérieux et la compétence du « labo ». Ouf ! smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 février 2011 15:25

        Le « compte individuel d’épargne formation » promis existe déjà, c’est tout simplement le DIF... qui n’est pas vraiment appliqué, ni par les entreprises, ni par l’Etat. Et ce n’est pas Sarko qui l’a mis en place, c’est d’avant. Il faudrait donc lui mettre une note négative sur ce coup-ci.


        • Luc le Raz Luc le Raz 16 février 2011 15:55

          $arkozy serait donc aussi un plagiaire ? Quel homme ! Rien ne l’arrête ! Enfin, pour l’instant smiley
          « Dis papa, c’est quand qu’on arrive dans le mur ? »


        • Taverne Taverne 16 février 2011 16:36

          Mais pour relancer la confiance, notre bienaimé président va lancer de nouvelles séries TV. Et d’ailleurs les voici en avant-première !

          Les nouvelles séries télé du PAF

          Et garanties sans pub !

          • Sarkozy, juge et flic
          • Sauveur Giordano Nicolas
          • Plus belle dure la vie avec Sarkozy
          • Avocat et associés
          • Une famille formidable : récit de la vie quotidienne à l’UMP.
          • Sous le soleil, avec Nicolas et Carla mais aussi Michèle
          • Une femme de déshonneur, avec Michèle Alliot-Marie
          • Petit déjeuner compris : une vie de pacha pour un couple en Tunisie
          • Roselyne ange-gardien : la femme au super vaccin.
          • Les saintes chéries : avec Rachida dans le rôle principal
          • Auvergnat cœur fidèle, avec Brice
          • Les chevaliers du ciel : avec Nicolas et Carla mais aussi des journalistes, des conseillers et moult surnuméraires, chacun dans leurs supers avions.
          • Hélène Frédéric et les garçons
          • Les Secrets de la Mer Rouge : les aventures de mon Fred…
          • La Bicyclette Le scooter bleu : l’histoire palpitante de l’ennemi public numéro 1 (le voleur du scooter du fils du président) poursuivi par toute la police du pays.
          • Louis la breloque : récit de remises de décorations en toc aux serviteurs de la France d’Après, de son prince et de sa cour.
          • L’homme du Pic hardi : les aventures d’un président qui ne fait qu’envoyer des pics à tout le monde
          • Julie lève-tôt : pour ceux qui se lèvent tôt
          • L’île (d’Arros) mystérieuse
          • Les globe trotters : avec Bernard Kouchner
          • Sois riche et tais-toi
          • Les Brigades du tigre de Brice
          • Arsène Lupin : ils sont plusieurs…
          • Les cinq dernières minutes : on les attend celles-là !

          • epapel epapel 16 février 2011 16:55

            Comme le savent fort bien Jospin et Chirac, on ne gagne pas une élection sur un bilan mais sur un programme qui contient des promesses.


            • zany 16 février 2011 17:31

              La connerie est universelle,

              elle se fout de la marque du vélo et des partis politique, reprenons notre avenir en main.

              Il ne faut pas suivre les parti conventionnel car il ne propose pas de solutions efficace pour tous les français, je remercie les partisans de mélenchon pour m’avoir ouvert les yeux sur le FN, sans vos critiques j’aurais probablement voté pour eux.

              http://www.u-p-r.fr/

              Faite circuler l’info, et sorter de vos préjugé sur tel o...

              La connerie est universelle,

              elle se fout de la marque du vélo et des partis politique, reprenons notre avenir en main.

              Il ne faut pas suivre les parti conventionnel car il ne propose pas de solutions efficace pour tous les français, je remercie les partisans de mélenchon pour m’avoir ouvert les yeux sur le FN, sans vos critiques j’aurais probablement voté pour eux.

              http://www.u-p-r.fr/

              Faite circuler l’info, et sorter de vos préjugé sur tel ou tel parti politiques, le parti le plus censuré est L’UPR, faisons confiance à la censure !

              • BOBW BOBW 16 février 2011 20:42
                « Répondre à l’urgence du développement durable » : Promesse "foutaise avec ses réponses inexistantes particulièrement avec l’ l’Obsolescence programmée, véritablement dangereuse pour l’avenir de notre pays et de la planète  smiley



                    • JL JL 17 février 2011 09:47

                      Aimé Fay,

                      Clap clap clap !

                      Hum !

                      Je lis : « Bien sûr, tout manager qui dans le secteur privé aurait obtenu une telle note, aurait été viré ad nutum et avec fracas ! ... Que restera-t-il après le passage de notre manager à la tête de l’entreprise France ? »

                      Cette phrase devrait nous interpeller tous ! En effet ! Comment est-ce possible que le titulaire du poste le plus important de « l’entreprise France » soit le seul qui se permette un résultat aussi désastreux, sans être viré illico presto par le conseil d’administration ?

                      Comment ? Il n’y a pas de conseil d’administration ? Vous êtes sûrs ?

                      Mais alors ! Ce nest pas une entreprise !

                      C’est précisément là que le bât blesse, monsieur Fay. La France, contrairement à ce que vous dites, n’est pas une entreprise. C’est un Etat nation dont le président est un cheval de Troie en CDD de 5 ans renouvelable une fois. Sa mission est de casser la République. Charge à lui de tenir jusqu’au bout s’il peut quoi qu’il lui en coûte puisque le deal avec ses « parrains », c’est d’assumer ce que l’on fera passer pour son échec personnel.

                      Et c’est ce à quoi vous vous employez ici.

                      Cette note de zéro convient donc parfaitement à ceux qui l’ont fait élire. Je ne vous demande pas qui l’a fait élire, vous le savez aussi bien que moi, tout comme vous savez aussi qu’il y a deux France : celle du territoire, et la France élargie (*)

                      D’ailleurs, les employeurs ont déjà pris leur décision : le prochain, pour eux, ce sera DSK.

                      (*)

                      La mondialisation libérale est une colonisation polymorphe. C’est le slogan : « prédateurs de tous les pays, unissez vous ». Une Hydre de Lerne holographique. « Par exemple, les pays scandinaves, propres sur eux sont les exportateurs des machines qui détruisent les forêts du monde. L’Allemagne qui respecte son environnement, c’est l’Allemagne qui figure sur la carte. Mais l’Allemagne élargie est celle qui a Siemens, Bayer, et chaque place où l’on utilise un pesticide Bayer, c’est l’Allemagne. De fait, l’Allemagne du territoire est le sanctuaire, la métropole de l’empire « Allemagne élargie ». Et tous ces empires virtuels se recouvrent sans s’annihiler mutuellement. » (Raúl Montenegro est professeur de biologie à l’Université nationale de Cordoba en Argentine, et lauréat 2004 du Right Livelihood Award, ... prix Nobel alternatif)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès