Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy ou l’échec annoncé d’une politique controversée (...)

Sarkozy ou l’échec annoncé d’une politique controversée !

Un bon matin d’été : Nicolas Sarkozy et son fidèle compagnon Brice Hortefeux, ce sont soudain aperçu qu’il y avait de l’insécurité en France. Le dernier flagrant délit de l’échec de la politique sur l’insécurité, c’est Grenoble ! Mais comment cela ? Des voitures qui brûlent ? Des policiers qui se font tirer dessus ? Mais Sarkozy avait promis de passer un bon coup de Karcher ! Et là, tout d’un coup il arrive à Grenoble avec son petit monde, et nous fait un bon tas d’annonces qui ne sentent guère très bon.

Il nous dit alors qu’il faut déchoir de leur nationalité "les étrangers qui porteront ou essayerons de porter atteinte à la vie d’un fonctionnaire de police ou de gendarmerie". Sauf que le dilemme est là : ces personnes ne sont pas des "étrangers", puisqu’ils ont leur papier en bonne uniforme. Vous l’aurez compris, Sarkozy s’en contre fiche de votre sécurité ou de ma sécurité : ce qui l’intéresse, c’est récupérer son électorat du Front National, et rejeter son échec politique sur une partie de la population.

Quant à Brice Hortefeux, c’est l’élève qui a dépassé le maître : il veut élargir la déchéance de la Nationalité Française "aux personnes qui commettent des actes de délinquance grave, aux polygames" etc. Autrement-dit, il vise clairement une partie de la population qui est loin d’habiter les quartiers riches du 16e Arrondissement de Paris. C’est un message envoyé à tous les Français, pour dire que tous les maux de la France sont dû aux "étrangers", tout va mal à cause d’eux... Alors, que c’est justement dû à la politique Sarkozyste qui ne fait que diviser les Français, et les monter les uns contre les autres. C’est tout simplement refuser ses échecs ; les effectifs de la police et de la gendarmerie n’ont fait que baisser, là où justement il faudrait en mettre d’avantage. Aujourd’hui, certains commissariats n’ont plus de budget pour payer leurs factures.

La stigmatisation des "étrangers" ne s’arrête hélas pas là ! Les plus touchés sont les Roms qui ont étaient expulsés en masse. Or, dans leur pays d’origine ils aucun moyen de s’en sortir. 300 euro par adulte et 150 euro par enfant leur ont étaient distribués. Sans compter les billets d’avion qui leur était bien entendu payés. Sauf qu’ils vont revenir, car ils n’ont pas d’avenir dans leur propre pays, et que leur salut reste l’Europe : la problématique est donc Européenne. Et seule une solution Européenne est possible, avec la volonté de les accueillir et de les intégrer dans notre société.

Critiqué par l’Eglise, par l’Onu, par le Commité Européen, par l’opposition, et par son propre camp : Nicolas Sarkozy ne recule pourtant pas ! Il est même applaudit par l’Extrême-Droite, à 80 % ! Les alliés de l’UMP ne l’approuvent pas ; le Parti de Christine Boutin, le Parti Démocrate-Chrétien parle de repture, le Parti Radical, mené par Louis Borlo a pris ses distance, le Nouveau Centre, le parti d’Hervé Morin a taclé la politique menée par Nicolas Sarkozy. Deux anciens ministres (UMP) ont vivement critiqués cette dernière. Un malaise profond est ressenti par la majorité Présidentiel, à tel point que François Fillon a mis en garde contre cette politique, Michel-Alliot-Marie se refuse à tout commentaire... En clair, cette politique est jugée beaucoup trop à droite, sauf par le FN qui applaudit des mains et des pieds.

Un sondage très récent indique que plus de 2 Français sur 3 ne voteraient pas pour Nicolas Sarkozy s’il se présente en 2012, et on est à même pas 2 ans des Présidentiels. Il ne passera donc pas le premier tour. Au-lieu de mettre en avant ce qui unis les Français, la politique de Nicolas Sarkozy ne fait que mettre en avant ce qui les séparent.
 
Toujours s’en prendre aux plus faibles : c’est la méthode à Sarkozy pour cacher son échec politique. Il a fait de la xénophobie, de l’insécurité, et de l’immigration son fond de commerce. Aurait-il oublié qu’il est en charge de la sécurité en France depuis 2002 (ministère de l’intérieur, puis Président en 2007) ? Pourquoi ne pas déchoir de leur nationalité qui les patrons licencie plus de 3.000 personnes et repartent avec un parachute (très) doré ?

Une chose est sûre : le Parti Socialiste a une épingle à tirer du jeu, et ne doit pas la rater, car le Front National n’est guère loin...

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • SEPH 2 septembre 2010 16:32

    La solution pour Sarko prendre Lepen le père ou la fille comme premier ministre, et Besson ministre de la justice et Lefebvre à l’immigration,........

    Les médias français et tous les racistes seront comblés.


    • mariegendron 2 septembre 2010 17:47

      En ce jour bleu blanc rouge (2 septembre 2010), voici les 2 candidates finalistes au second tour de l’élection présidentielle de 2012 = Ségolène Royal et Marine Le Pen. Pas de petits bonhommes dans la cour des grandes ! On leur donne congé ! Et enfin on va voir le siècle des femmes avec Sarah Palin Présidente des USA ! Et Madame Merkel deviendra la première Présidente de l’Europe. Je suis divine ! (un peu d’humour voyons !) Malgré cet humour affiché, je crois en Ségolène Royal.


      • lutopick 3 septembre 2010 11:05

        Bon article. Merci. Mais saperlipopète, le PS n’est pas la solution face à Sarkozy et le libéralisme smiley. La solution c’est le Parti de Gauche. Pour mettre une bonne gauche à Sarkö, votez Front de Gauche. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès