Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy, ou l’humour en temps de crise

Sarkozy, ou l’humour en temps de crise

Le discours de Sarkozy à Genève

Je voudrais revenir sur le discours prononcé par Sarkozy à l’OIT en juillet, qui fait rêver si l’on y croit ou rire si l’on doute de sa sincérité.

Commençons par les extraits :

1/ Vibrant hommage à l’esprit et aux fondateurs de l’Organisation du Travail (OIT) :

"La création de l’OIT ce fut la réaffirmation que l’Homme devait cesser d’être regardé comme un moyen pour être reconnu comme une fin en soi. Opposer le travail comme un moyen d’accomplissement et d’émancipation au travail comme une aliénation et un asservissement, faire de la justice sociale l’une des voies de la paix, voilà ce que fut dès l’origine la vocation de l’OIT"
Premier rictus car on se souvient que le travail du dimanche n’a jamais été une idée de Jaurès ...

2/ Questions rhétoriques généralistes :


"Alors que l’économie mondiale se trouve plongée dans une crise sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale pouvons-nous attendre ? Face à la misère, à la faim, au travail forcé, aux conditions de vie dégradantes qui sont faites à tant de femmes et d’hommes dans le monde, avons-nous le droit d’attendre ? Face au réchauffement climatique et aux menaces qu’il fait peser sur la stabilité du monde et sur la survie d’une partie de l’humanité, avons-nous le temps d’attendre ? Face à l’épuisement des ressources non renouvelables jusqu’à quand devons-nous attendre pour produire différemment, pour vivre autrement, pour développer d’autres énergies ? Face à un capitalisme financier devenu fou à force de n’être soumis à aucune règle et dont on commence à mesurer à quel point il peut être destructeur, est-il bien raisonnable d’attendre encore ? Faut-il attendre que la crise économique, financière, sociale, écologique se transforme en crise politique majeure à l’échelle planétaire pour nous décider enfin à changer au risque qu’il soit trop tard ?"

A ce niveau-là, Sarkozy se place à un niveau messianique. Il propose en 6 questions de résoudre :
  • la crise économique et la remise à plat de ses fondements, jugés mauvais depuis 1945 ...
  • la misère et l’exploitation partout où elles sévissent
  • la question du futur de l’homme et de son environnement
  • la réorientation de la croissance classique vers une "croissance verte"
  • la financiarisation des économies modernes
  • la crise politique issue de la crise économique
Vaste programme ...

3/ Définition du bon capitalisme

"Il y a deux types de mondialisation. Celle qui privilégie la croissance externe, chacun cherchant par tous les moyens à prendre les emplois et les marchés des autres. Celle qui privilégie la croissance interne, c’est-à-dire un modèle de développement dans lequel chacun produisant plus et consommant davantage contribue au développement de tous. La première pousse à l’extrême la logique de la compétitivité à tout prix en recourant à toutes les formes de dumpings, à des politiques commerciales agressives, à l’écrasement du pouvoir d’achat et du niveau de vie. La deuxième s’appuie sur l’augmentation de la productivité, l’élévation du niveau de vie, l’amélioration du bien être. La première est conflictuelle. La deuxième est coopérative. La première oppose le progrès économique et le progrès social. La deuxième au contraire les lie l’un à l’autre."

Il est ironique pour celui qui s’est présenté comme le président du pouvoir d’achat de constater son propre échec.
Du point de vue théorique, son discours ne tient pas non plus la route : opposer productivité et compétitivité est un non-sens. La première est un levier de la seconde. Il oppose aussi consommation et élévation du niveau de vie : mais on sait que par "niveau de vie", il veut dire "pouvoir d’achat".

4/ Remise en cause des fondements socio-économiques du monde moderne

"Quel monde laisserions-nous à nos enfants si nous n’étions même capables de nous mettre d’accord sur la limitation des gaz à effet de serre, sur les paradis fiscaux ou sur des principes aussi fondamentaux que la liberté syndicale, l’interdiction du travail forcé, l’abolition du travail des enfants ou l’élimination des discriminations en matière d’emploi ?"

A la lecture de ce discours prononcé la main sur le cœur, Nicolas Sarkozy n’est plus issu de l’UMP, il n’est plus capitaliste, il n’est plus le président du bouclier fiscal, il est un philosophe de gauche, il est Nicolas Marx, Ché Sarkozy.
Bref, on se demande s’il ne s’agit pas un canular... Espérons que les chômeurs, les exclus, les exploités ont le même sens de l’humour que notre président.

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 15 août 2009 09:50

    Eh oui, Sarkozy est décidément un grand humoriste. A cet égard, sa tirade sur la politique de civilisation lors du discours de janvier 2008 n’était pas mal non plus dans le genre désopilant, connaissant l’individu et sa vision à la fois étriquée et clientéliste du monde.

    Merci à vous de rappeler les grandes envolées de Chouchou à Genève.
     


    • Herb 15 août 2009 10:05

      Il y a deux types de mondialisation.

      Quelle ouverture d’esprit ! DEUX possibilités !


      • Gorg Gorg 15 août 2009 11:27

        Ce type est maître dans l’art de tenir un discours et de faire tout son contraire. Il n’a aucune décence et aucun honneur. C’est un mauvais prestidigitateur et ses tours sont éculés depuis longtemps. On pourrait en rire en se disant que somme toute ce n’est qu’un clown, mais hélas il est le larbin des vrais détenteurs du pouvoir (les groupes financiers et les « grandes familles », ses copains). Il faut dire qu’il y trouve son compte lui et la maffia qui l’entoure. Le bilan de son mandat risque d’être extrêmement lourd et nous en subirons les conséquences pendant longtemps.

         La vision, le charisme, la probité et le sens de la justice ne sont plus les qualités de nos hommes politiques désormais. L’arrivisme, les prébendes et c’est tout.


        • Kalki Kalki 15 août 2009 11:32

          Des paroles, des paroles , des paroles, on attend les actes, le virage n’est meme pas amorcé.


          • monbula 15 août 2009 13:52

            Je m’appelle SARKOSY, je possède aucune stratégie mais je fais de la tactique,
            la tactique, la tactique, la tactique.


            • monbula 15 août 2009 13:57

              Pour Gorg

              En fin de compte, c’est un pantin manipulé, c’est notre Sachavilli.

              Il était déjà pressenti par les milieux de la finance bien avant son intention de se présenter.


              • Gorg Gorg 15 août 2009 15:44

                @ Monbula 

                Par la presse également, n’avez-vous pas remarqué ce putch silencieux organisé par celle-ci lorsqu’en 2007 elle a mis Ségolène sur le devant de la scène. Elle lui a donné l’adversaire qu’il voulait afin de pouvoir faire diversion et ainsi passer sous silence son triste bilan qui à lui seul aurait du l’envoyer dans les cordes. Il n’y a pas eu un débat politique digne de ce nom.


              • Fergus fergus 15 août 2009 16:35

                Curieuse, cette façon de réécrire l’histoire. Car voilà une légende qui a la vie dure sur internet et qui est pourtant de la pure fiction. Car ce ne sont pas les médias qui ont porté Ségolène au sommet, mais les militants socialistes eux-mêmes.

                Et cela a commencé au lendemain de... la défaite de Jospin en 2002 ! A ce moment-là déjà, des sondages ont montré que la majorité des sympathisants socialistes plaçaient nettement Ségolène Royal en tête de leurs préférences pour la prochaine présidentielle, au grand dam des éléphants. Un mouvement qui n’a fait que s’amplifier jusqu’en 2006.

                C’est alors que les médias sont réellement entré dans le jeu, en montant dans le train en marche pour accompagner la vox populi socialiste. On connaît la suite.

                La grande manipulation n’a donc pas eu lieu. Cela dit, il est un reproche bien réel que l’on peut faire aux médias : ils n’ont, au cours de la campagne, fait aucun cadeau à Ségolène en montant en mayonnaise les « bourdes » de la candidate socialiste alors que Sarkozy en a commis tout autant et parfois de plus spectaculaires, vite étouffées dans l’oeuf.


              • Gorg Gorg 15 août 2009 17:13

                Faux, Ségolène a été mise en avant dans la presse et les médias avant le vote des militants socialistes.
                Bien à vous


              • Gorg Gorg 15 août 2009 17:20

                J’ajouterais que les sondages font partie de la manip


              • Gorg Gorg 15 août 2009 17:24

                J’ajouterais encore que lorsque ses bourdes, comme vous dites, l’ont fait baisser dans lesdits sondages, la presse s’est tue afin de ne pas faire capoter l’opération.


              • Fergus fergus 15 août 2009 17:28

                @ Gorg.

                Je me suis mal exprimé : Ségolène était aux nues depuis... 2002 dans les sondages effectués auprès des sympathisants socialistes. Et c’est cette popularité, qui ne s’est pas démentie par la suite, qui a été relayée par les médias dès 2006. Avant le vote des militants socialistes pour désigner leur candidat, certes, mais les jeux étaient d’ores et déjà faits dans les sections, les militants n’entendant pas se couper de leurs électeurs qui avaient clairement, et depuis longtemps, marqué leur préférence pour la candidate. C’est pourquoi je réaffirme que ce ne sont pas les médias qui ont fait Ségolène, mais qu’ils se sont contentés de prendre le train en marche.


              • Fergus fergus 15 août 2009 17:33

                J’applaudis à votre sens du comique, Gorg.

                Lorsque vous affirmez sans rire que les médias ont atténué les bourdes de Ségolène pour ne pas faire capoter l’opération, on nage en pleine fiction.

                Souvenez-vous comme la « bravitude » a été montée en épingle durant des semaines et déclinée à toutes les sauces au détriment de la socialiste, alors qu’à la même période Sarkozy avait à la télévision commis lui aussi un lapsus complètement passé à la trappe en paralant d’« héritation » pour héritage !


              • Fergus fergus 15 août 2009 17:38

                Autre lapsus télévisé sarkozyste passé sous silence à la même époque dans les médias : sa « fatitude » pour fatuité. Un lapsus pourtant très proche de la « bravitude » de Ségolène, mais qui a valu un silence complaisant à l’un et un déferlement de moqueries à l’autre. Cherchez l’erreur ! 


              • Gorg Gorg 15 août 2009 18:00

                @ Fergus

                Pour le premier post : Excusez moi d’insister mais, il me semble, qu’il ne s’agissait pas des sympathisants mais des militants socialistes. C’est pourquoi (mais vous allez peut-être me taxer de paranoïaque) que j’aimerais bien connaître les détenteurs de la carte à 20€. La fiction, je ne crois pas, on en a vu de pire.

                Pour les deux suivants : Vous résumez assez bien la situation, la presse et les médias n’ont fait parlé et parlé que de Royal et Sarkozy. Et le tour était joué.

                Si les socialistes veulent perdre  2012 ils représentent Ségolène et l’affaire est dans le sac pour Nicolas.

                Pour ma part en 2012 si on a encore une finale entre ces deux la, j’irais à la pêche (façon de parler CPNT ne me tente pas). Libérale molle ou libéral dur ça ne me tente pas. Par contre je pense savoir pour qui vous voterez (sans malice).

                On s’est éloigné du sujet de l’article je crois. Tant pis. Le modérateur ne nous en voudra pas.


              • tvargentine.com lerma 15 août 2009 17:58

                Quelques précisions importantes

                Je constate que cet article n’a pas pu être « validé » par le « comité de rédaction »

                Pourquoi ?

                L’auteur écrit « 
                Je voudrais revenir sur le discours prononcé par Sarkozy à l’OIT en juillet »

                En fait c’était en JUIN ! curieusement conception du « journalisme citoyen » !!!!

                http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=cview&press_id=2704&cat_id=7&lang=fr

                Je vous invite à lire ou écouter le discours,car il est vraiment digne d’un Président responsable ,plutot qu’a lire un article de désinformation d’un représentant du TSS
                qui n’a toujours pas accepté le suffrage universel du résultat de l’élection présidentiel

                Oui,Nicolas Sarkozy est Président de la République Française et il fait du très bon boulot
                par rapport à Mr CHIRAC et Mr MITTERAND

                Avant de mettre des photos du CHE ,le connaissez vous ??? avez vous été au moins à Alta Gracia,la derniere demeure du CHE dans la province de Cordoba en Argentine ???????

                Moi oui !

                http://www.tvargentine.com/altagracia.html



                • Gorg Gorg 15 août 2009 18:02

                  Lerma, ton maître ne t’a pas confié quelques bottines à astiquer ..... ???


                • Gabriel Gabriel 17 août 2009 13:39

                  Ce qui me désole Lerma, c’est de voir le degré de mauvaise foi et d’aveuglement que vous avez atteint. Soit vous croyez réellement ce que vous dites, donc vous êtes confit de conneries, soit vous êtes plus intelligent que cela et vous êtes à un très haut niveau de malhonnêteté.


                • SURVEYOR 15 août 2009 22:45

                  Oui c’est sur mort de rire à l’écoute de ses discours, en fait il dénonce exactement sa propre politique, bref l’art de noyer le poisson, expert en la matière le bonhomme, mais le plus triste dans l’histoire est que cela fonctionne, en espérant qu’à trop tirer sur la corde elle rompt........


                  • etiennegabriel 16 août 2009 12:01

                    A force de prendre ses adversaires pour des cons, ses alliés pour des minables et la France pour une forêt à mettre en coupe réglées pour le plus grand profit de ses mandants (les 1000 familles qui reçoivent 350 000 Euro de l’étât au titre du bouclier fiscal), il se révèle un des pires ennemis que la République Française ait eu à affronter.
                    Celà dit, une majorité de Français vote pour lui, ses sbires ou ses comparses.
                    Son pouvoir de nuisance est considérable, mais je suis convaincu que si on revotait aujourd’hui, il serait mieux élu qu’en 2007. Il n’y donc pas de quoi rire.


                    • Samie Samie 16 août 2009 19:03

                      Bonjour,

                       

                      La main qu’il porte sur le cœur a si peu d’envergure qu’elle ne pèse pas lourd sur sa poitrine enflée de ces « fatitudes » dont il fait preuve, répandues à tout va pour le spécialiste du double langage qu’il est, en tenant des discours empruntés à des scribes compétents ou plagiés à d’autres grands hommes ou femmes avant lui. Des sommités, dont il n’atteindra jamais la hauteur, bien qu’il fasse tout pour y arriver, ce qui provoque chez cet homme les colères que nous lui connaissons et son besoin de gesticulations, amoindries certes depuis quelques mois. Ce personnage sorti d’un autre âge, sans doute rock and roller à ses heures ou visiteur de la première, n’a aucun humour … pas même potache, portant à peu de conséquences son sarcasme écrasant envers des êtres différents ou encore manquant de subsistances ? Car cela existe bien en France. Non ce monsieur devenu président, aidé en cela par des maîtres dans l’art de tirer les ficelles, est exécrablement fat et imbu de sa petite personne qu’il se destine à stariser pour l’élever au plus haut en se foutant comme de ses premières chaussettes de ceux qui, dans les basses-cours ne comprennent rien à ses pompeux discours et peinent à vivre au jour le jour.  

                      Je n’ai absolument aucun diplôme, ni matière à rebattre le caquet de certains de ces messieurs-dames nous entraînant dans les bas-fonds qu’eux-mêmes n’osent côtoyer ... mais ce que je sais c’est que jamais ô grand jamais, ce monsieur, président de quelques années, l’erreur étant humaine pour beaucoup de français, ne sera jamais mon président !

                       

                      Bien à vous.

                       

                      Une « vieille » qui n’a pas voté pour lui.

                       

                      Samie Louve.


                      • Samie Samie 16 août 2009 19:10

                        Je suis désolée, je voulais réagir, mais mal m’en a pris ... Mon incompétence ou est-ce sans doute après l’avoir écrit sur Word et rapporté en ce lieu ... mon texte qui se doit d’être présentable est illisible !!!

                        Pardonnez-moi !


                      • Samie Samie 16 août 2009 19:22

                        Bonjour,

                        La main qu’il porte sur le cœur a si peu d’envergure qu’elle ne pèse pas lourd sur sa poitrine enflée de ces « fatitudes » dont il fait preuve et qu’il répand à tout va pour le spécialiste du double langage qu’il est, en tenant des discours empruntés à des scribes compétents ou plagiés à d’autres grands hommes ou femmes avant lui. Des sommités dont il n’atteindra jamais la hauteur, bien qu’il fasse tout pour y arriver, ce qui provoque chez cet homme les colères que nous lui connaissons. Ce personnage sorti d’un autre âge, sans doute rock and roller à ses heures ou visiteur de la première, n’a aucun humour … pas même potache, portant à peu de conséquences son sarcasme écrasant envers des êtres différents ou encore manquant de subsistances, qu’il ose traiter de « pov cons » ? Car cela existe bien en France. Non, ce monsieur devenu président, aidé en cela par des maîtres dans l’art de tirer les ficelles, est exécrablement fat et imbu de sa petite personne qu’il se destine à stariser pour l’élever au plus haut en se foutant comme de ses premières chaussettes de ceux qui, dans les basses-cours ne comprennent rien à ses pompeux discours et peinent à vivre au jour le jour. 
                        Je n’ai absolument aucun diplôme, ni matière à rebattre le caquet de certains de ces messieurs-dames nous entraînant dans les bas-fonds qu’eux-mêmes n’osent côtoyer ... mais ce que je sais c’est que jamais ô grand jamais, ce monsieur, président de quelques années, l’erreur étant humaine pour beaucoup de français, ne sera jamais mon président !

                        Bien à vous.

                        Une « vieille » qui n’a pas voté pour lui.

                        Samie Louve.


                        • Gorg Gorg 16 août 2009 20:01

                          Tout à fait Samie, vous touchez du doit les (im)postures du triste sire lorsque vous parlez de plagia (Jaures, De Gaulle …etc…). D’ailleurs si ceux-ci  l’entendaient  je crois qu’ils se retourneraient dans leurs tombes. Jaurès lui tirerait les oreilles et  Le Grand Charles lui botterait le train.

                        • Gorg Gorg 16 août 2009 21:27

                          Hips mille excuses doigt D.O.I.G.T


                        • Samie Samie 16 août 2009 22:14

                          A Gorg que je remercie ...

                          ... D’ailleurs mon petit DOIGT , vieilli par de nombreux abus, dont celui de l’écru, me dit que ce monsieur sans doigté aucun, entouré de son vassal principal, ou de ses vassaux collatéraux, gauchis pour certains, fera plus d’un malaise ... qu’il soit vagal ou autrement guttural ... ce qui le rendra pâle ... au sens propre du mot, aux yeux de sujets « obsolets » dont il est le reflet !

                          Bien à vous et belle nuit.

                          Samie.


                          • Actus Politikus 17 août 2009 14:00

                            En réponse au commentaire de Lerma  :
                            1/ Merci pour la correction : le discours de Sarkozy a été effectivement prononcé le 15 juillet.

                            Sur le reste. Par quoi commencer ?

                            2/ Sur le « Président responsable » : je me suis pincé.

                            3/ Sur le TSS  : j’ai été étonné. Si tu lisais Actus Politikus, tu saurais que mes attaques sont fondées. Même si je n’approuve pas l’action menée par le président, j’essaie de construire une critique politique.

                            4/ Sur le Che et l’argentine : j’ai ri. Que répondre à cette caricature ?? La comparaison avec le Che était clairement humoristique, à l’image du discours de genève.

                            5/ Sur le suffrage de 2007  : Sarkozy est parfaitement légitime. Ceux qui disent le contraire sont des enragés. Mais cela n’autorise, au contraire cela donne le droit de la critique. D’ailleurs ton maître Sarkozy a construit son parcours politique sur la critique et la rupture, non ?

                            6/ Sur la comparaison avec Chirac/Mitterrand : ton commentaire est bien trop lapidaire. je te prierais de développer.

                            De manière générale, en lisant tes commentaires, tu es une sorte de chien de garde de la sarkozie, qui aboie sans raison dès que son maître est attaqué/menacé/critiqué.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès