Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy ou la rencontre d’un homme, d’un peuple et d’une (...)

Sarkozy ou la rencontre d’un homme, d’un peuple et d’une époque

La victoire de Nicolas Sarkozy est logique. Qu’on l’approuve ou qu’on la déplore. Il incarne l’acceptation du libéralisme mais aussi cet attachement à l’« identité nationale », qui a séduit tant d’électeurs...

L’élection de Nicolas Sarkozy s’est jouée sur deux choses, selon moi :

1) Approuver le libéralisme

Les Français ont fait le choix du libéralisme. Plus de libéralisme. C’est une nouveauté. En 95, Chirac l’avait emporté avec un programme axé sur la "fracture sociale", Balladur et son option plus libérale avaient été rejetés. En 2002, c’est plus l’échec de Jospin que la victoire de Chirac qui a fait l’élection.

Cette fois, le choix a penché nettement en faveur de mesures libérales : réduire le nombre de fonctionnaires, flexibiliser le marché du travail, s’attaquer à la Sécu, etc. La France veut jouer son rôle dans la mondialisation.

Les médias anglo-saxons (et les éditorialistes français qui copient ces derniers) vont jubiler. La France, vilain petit canard, rentre dans le rang. Mais est-il vrai que notre pays a besoin de plus de libéralisme ? Sans oublier que Sarkozy n’est pas un pur libéral. Il est étatiste quand il le faut. Maintenant, son objectif est d’être réélu. Alors...

2) Identité nationale

Le débat sur l’identité nationale a été le "grand moment"de l’élection (mieux vaut en rire). Il a marqué le point de bascule à partir duquel Sarkozy a créé la différence avec Ségolène Royal et François Bayrou. On peut qualifier ce débat de "délire collectif", comme il s’en produit dans les colonies de phoques ou les troupeaux de boeufs. Et chez les peuples civilisés...

En effet, les Français ont adhéré à cette exaltation douteuse de patriotisme flirtant avec le nationalisme. Ils ont approuvé la création d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale, visant à juguler les flux migratoires. Ils ont aussi dit oui à une politique sécuritaire. Les électeurs du Front national se sont reconnus dans ce message, mais ils ne sont pas les seuls.

En apparence il y a une contradiction entre les deux points que je viens d’exposer : approbation du libéralisme et identité nationale. En apparence, seulement. En réalité, la mondialisation, on s’en aperçoit, exacerbe les nationalisme, par réaction. La nation (ou l’identité religieuse) devient un recours, un repère. Sinon, comment expliquer ces montées de nationalismes observées un peu partout en Europe ? Comment expliquer le bushisme, qui comporte aussi une part de patriotisme et de religiosité exacerbés ?

Enfin, j’ajouterai trois remarques pour finir :

- le rôle des médias

Les médias ont fait l’élection. Sans finesse, en martelant les arguments d’un candidat, en démultipliant son image, en dénigrant les autres candidats. Nicolas Sarkozy a bénéficié d’un soutien des grands médias inédit en France. Il serait temps de repenser le rôle de la presse et de l’audiovisuel dans notre pays. Mais, avec Nicolas Sarkozy au pouvoir, on imagine bien que ce ne sera pas possible. Comme le dit son slogan : "Ensemble, tout est pas possible, sauf..." (oui, il fallait le lire jusqu’à la fin)...

Internet n’a pas joué le rôle escompté. Les blogs ont beaucoup chauffé pendant six mois. Mais pour quel résultat ?

- le "religieux"

Le sarkozysme est un culte du chef. Ca aussi c’est nouveau en France. Nous étions restés avec l’idée que les Français sont des rebelles, des râleurs, des indomptables. Nous les découvrons capables d’aduler un personnage qui met en scène son propre pouvoir. Etrange. Inquiétant.

Le général de Gaulle était admiré car c’était un héros de la Résistance. Nicolas Sarkozy est admiré parce qu’il est Nicolas Sarkozy. Troublant. Chacun de ses meetings se transforme en grand-messe où on finit en transe. On l’a comparé à un télé-évangéliste. Certains se sont étonnés qu’il reçoive, il y a quelques mois au ministère de l’Economie, Tom Cruise, l’acteur américain représentant de l’église de scientologie. Enfin, ses discours font lourdement allusion à la religion.

Bref, le sarkozysme est-il une soupe new age facile à digérer ou une thérapie de groupe qui a mal tourné ? Ni l’un ni l’autre à mon avis. C’est tout juste une illusion qui se dissipera dans quelques mois quand ceux qui ont "cru" en Nicolas Sarkozy se retrouveront "cocus"...

- le marketing politique

Nicolas Sarkozy a proposé aux électeurs ce qu’ils souhaitaient entendre. Ségolène Royal, adepte elle aussi du marketing, a suivi la voie de l’antimarketing (vidéo dans le style amateur, affiche bricolée, choix de médias plus ou moins alternatifs, etc.) Marketing ou antimarketing, ça revient au même : c’est le marketing qui a gagné. Et la démocratie dans tout ça ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 7 mai 2007 09:59

    Pas d’accord,en votant SARKOZY j’ai fais le choix de revoir la France à sa vrai place en Europe et non en Afrique ou au Magreb.

    J’ai voulu que l’on soit fière de rappeler à l’école de la République les principes de la France et de sa démocratie.

    J’ai voulu une rupture dans le domaine de la politique d’assistanat du tiers monde qui touche le RMI et des aides sociale et qui passent leurs vacances au Sénégal,en Algérie,en Tunisie ou ailleurs....

    Une rupture avec la suppression des 35h versions Aubry qui bloquait les salaires et toute évolution pour chacun.

    Une rupture dans la bureaucratie administrative pour la création de société et de développement de société.

    Une rupture avec la compassion envers les voyoux à qui ont distribue appartement et aides sociales........ ;

    Une rupture totale afin d’inciter les voyoux à changer de pays et remettre des centaines de milliers de fonctionnaires sur le marché du travail afin qu’ils connaissent la précarisation,la fléxibilité,les difficultés de logements..............

    Une rupture en permettant aux fonctionnaires et aux régimes « spéciaux » de cotiser comme tous le monde 40 ou 42 ans et pas dans 15 ans mais dès le mois prochain !

    Oui,Nicolas SARKOZY doit faire vite et fort


    • Redj Redj 7 mai 2007 10:39

      « Une rupture totale afin d’inciter les voyoux à changer de pays et remettre des centaines de milliers de fonctionnaires sur le marché du travail afin qu’ils connaissent la précarisation,la fléxibilité,les difficultés de logements.............. »

      ==> c’est sûr, avec des arguments comme ceux-là, ça promet un rassemblement des français. Encore une fois, le fonctionnaire qui ne fait qu’obéir aux ordres est pris pour bouc émissaire. Et une fois que des centaines de milliers de fonctionnaires seront précarisé, qu’ils auront rejoints la longue liste des précaires de tous bords, qu’est-ce-qu’on fait ? Un méchoui ? Et dernière info, je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il y a beaucoup de fonctionnaires qui ne touchent même pas le smic et qui ne peuvent pas se loger.

      Votre intervention est caricaturale et démagogique, à l’image de la campagne de notre nouveau président. Pour quelqu’un qui votait socialiste, quel changement !!


    • Internaute Internaute 7 mai 2007 11:11

      L’espoir fait vivre. Quand vous dites « Pas d’accord,en votant SARKOZY j’ai fais le choix de revoir la France à sa vrai place en Europe et non en Afrique ou au Magreb. » est-ce que vous pensez sérieusement ce que vous dites ? En cinq ans, Sarkozy a fait rentrer 1,5 millions d’immigrés soit presque 4 fois la population d’une ville comme Grenoble.

      Moi aussi j’ai voté Sarkozy car avec Ségolène et la bande cosmopolite qui l’entoure ce seraient 6 à 7 millions de plus en 5 ans.

      Cependant je ne me berce pas d’illusions. Entre la peste et le choléra j’ai choisi le choléra, moins dangereux pour la santé.


    • mika222 7 mai 2007 13:06

      Bonjour,

      Vous dites vouloir que les fonctionnaires connaissent la précarité, la flexibilité ... Soyez-en assuré vous serez exhaussé, mais tous connaitrons la précarité et pas seulement les fonctionnaires. Je précise que je ne suis pas fonctionnaire. Lorsque vous ferez parti des précaires, des râleurs, des déçus, de ceux qu’il a berné vous repenserez à cet article édifiant sur les États-Unis, publié par un journal américain en février.

      AFP Published : Saturday February 24, 2007

      Aux États-Unis le fossé entre riches et pauvres s’élargit plus que jamais et le nombre de très pauvres est à son plus haut niveau depuis trois décennies, révèle un rapport paru samedi.

      S’appuyant sur les données les plus récentes, celles du recensement de 2005 le McClatchy Newspapers a constaté qu’il y a près de 16 millions d’américains qui vive dans un état de « grande ou d’extrême pauvreté ». Il s’agit de foyers composés de quatre membres, dont deux enfants, qui disposent de moins de 9903 dollars / an, la moitié du montant où commence la pauvreté.

      Pour les personnes seules, le seuil de pauvreté est fixé à 5080 dollars par an.

      « L’étude de The McClatchy montre que le nombre des très pauvres a cru de 26% entre 2000 et 2005, » relate le journal US.

      « C’est une augmentation supérieure de 56 % à celle de la totalité du nombre de pauvres pendant cette période, » note-t-il.

      Cette vague de pauvreté déferle dans un contexte de croissance économique exceptionnelle.

      « La productivité des travailleurs a énormément augmenté depuis la courte récession en 2001, mais les salaires et l’emploi sont restés à la traine. Pendant ce temps, la part du revenu national tombant dans la poche des entreprises sous la forme de profits a laminé le montant destiné aux salaires et autres revenus du travail, » explique l’étude.

      "Ceci permet d’expliquer en partie pourquoi le revenu médian des foyers constitués d’actifs, après inflation, a chuté ces cinq dernières années.

      « Ce facteurs et d’autres ont contribué a précipité 43% des 37 millions de pauvres que compte la nation dans un état de grande pauvreté — le taux le plus élevé depuis 1975. La part des très pauvres parmi les Américains pauvres s’est accrue lentement mais sans discontinuer au cours de trois dernières décennies, » affirme le rapport.

      L’étude d’une publication américaine de médecine préventive est citée. On y apprend que depuis 2000, le nombre de très pauvres — nettement en-dessous des critères du seuil de pauvreté — s’est développé sur le territoire des USA « davantage que n’importe quel autre catégorie de la population. »

      « C’est l’exact contraire de ce que nous avions prévu à nos débuts, » confie le docteur Steven Woolf du Virginia Commonwealth University, l’un des co-auteurs de l’étude.

      « Nous n’assistons pas au cantonnement de la pauvreté comme une fraction résiduelle de la population. Ce que nous voyons sous nos yeux est un accroissement très préoccupant de la grande pauvreté. »

      Le programmes sociaux des USA sont très limités comparés à ce qui se fait en Europe de l’Ouest et au Canada. La population des États-Unis s’élève à 301 millions de personnes, mais plus de 45 millions de citoyens américains ne possèdent pas de couverture médicale.


    • Fred 7 mai 2007 13:18

      une chose que vous oubliez de preciser dans votre commentaire sur les Etats-Unis est qu’un Americain moyen donne 3% de son salaire a des oeuvres caritatives pour que ces dernieres s’occupent des gens en difficulte. Il est difficile de quantifier l’argent recu par un pauvre de ces associations mais cet argent represente une masse monetaire tres importante. La pauvrete est aussi definie a partir du salaire median qui est beaucoup plus eleve aux US, la vie n’etant pas forcemment plus chere qu’en France. Je en dis pas que tout est rose mais il faut aussi voir plus loin que les stereotypes.


    • mika222 7 mai 2007 13:29

      Je ne sais si vous avez bien lu mon commentaire mais je ne fait que poster un article paru dans un journal américain sur la pauvreté aux États-unis. Ne vous en déplaise je ne suis pas l’auteur de l’article. Respectez au moins ce que les américains reconnaissent eux même, que leur nation comporte de plus en plus de pauvres alors que la croissance est forte. Et que l’écart se creuse entre les personnes pouvant vivre décemment et les très pauvres.


    • Gerald 7 mai 2007 15:53

      Pourquoi le ou les modérateur(s) ne censurent-il(s) pas un commentaire dont chacun sait qu’il est 100% faux et mensonger : Sarko a dit qu’il ne remplacerait pas un fonctionnaire sur deux partant à la retraire. Point barre. Où sont les fonctionnaires envoyés à l’ANPE ?


    • isabel 8 mai 2007 01:04

      Je suis désolée de te le dire mais tu n’as pas suivi les instructions de ton chef élu hier soir.

      Il a demandé le rassemblement et la tolérance.

      Tu as un train de retard car les divisions haineuses c’étaient pendant la campagne.

      Réveille-toi la campagne est terminée, et là tu vas vivre un cauchemar : la france pays de culture et de diversité par ses talents de tout horizon, c’est les lumières et le pays des droits de l’homme, le code noir de Louis XIV, la monarchie absolue la traite négrière, le colonialisme au quatre coin du monde, l’empereur Napoléon, l’esclavage,l’invention du cinéma avec les frères lumière, Vichy et ses collaborateurs, la guerre d’Algérie, la loi de départementalisation dans les dom en 1946, le gaullisme, le mittérandisme, la Chiraquie, le sarkosisme, la lepenisation des esprits, sans oublier ces artistes inoubliables et intemporels ( hugo, baudelaire, camus, aragon, éluard, truffaut, blier, godard, bourdieu, baudrillard, michel serre, audiard, melville, renoir peintre et cinéaste, dumas, le chevalier saint-georges, tahar ben jellou, andré chedid et toi qui dit surtout n’importe quoi pour une identité sans fin


    • Fred 8 mai 2007 11:14

      « Je ne sais si vous avez bien lu mon commentaire mais je ne fait que poster un article paru dans un journal américain sur la pauvreté aux États-unis. Ne vous en déplaise je ne suis pas l’auteur de l’article. Respectez au moins ce que les américains reconnaissent eux même, que leur nation comporte de plus en plus de pauvres alors que la croissance est forte. Et que l’écart se creuse entre les personnes pouvant vivre décemment et les très pauvres. »

      euh...un article americain ne resume pas tout ce que les americains pensent, peut etre meme pas la majorite, attention avec les amalgames. Pour avoir vecu 5 ans aux us et etre marie a une americaine, il y a de fortes differences par rapport a la pauvrete et a la generosite individuelle entre les us et la france.

      Effectivement il y a plus de pauvrete mais les americains sont aussi plus genereux (20 fois plus) et cette generosite n’est jamais prise encompte. Je trouce ca interessant que les francais s’inquietent de la pauvrete en france mais ils ne s’investissent pas personnellement pour aider leurs compatriotes.

      La classe moyenne americaine est aussi plus riche que la classe moyenne francaise.


    • JPL 8 mai 2007 14:37

      A Fred qui écrit que le coût de la vie n’est pas plus cher aux Etats-Unis : vous y habitez ? On ne dirait pas ! Moi oui.

      Si vous allez dans une grande ville (en général côte Est ou côte Ouest) le coût de la vie est plus élevé qu’à Paris (je mets de côté New York qui est lui carrément hors concours).

      De plus, c’est bien de parler du caritatif mais :
      - ne pas oublier que 45 millions d’américains n’ont pas de couverture santé acceptable
      - ne pas oublier que 73 millions n’ont pas une couverture retraite suffisante (scène de la vie courante ici : voir des gens qui ont 75 à 80 ans debouts derrière des caisses dans les équivalents locaux des monoprix, expérience personnelle)
      - ne pas oublier que suite à l’ouragan Andrew en 1992 ont comptait encore en 2005 environ 200 000 personnes vivant en mobil homes : ils n’étaient pas assez assurés. Katrina en a ajouté une pelletée.
      - ne pas oublier les études si vous avez des enfants : au minimum 7 000 dollars de droits de scolarité par an dans une vraie université, si elle est publique et si vous habitez dans l’état de l’université. Sinon à l’autre extrême ça monte jusqu’à 40 000 et plus. Du coup 2/3 des familles se contentent des community college (équivalent IUT).

      Quand on fait un vrai bilan, il est pour le moins hasardeux d’énoncer que l’américain moyen a une situation matérielle bien supérieure au français moyen... au contraire. Pourquoi : parce que la richesse est extraordinairement concentrée sur le décile supérieur.


    • LaEr LaEr 7 mai 2007 10:29

      Voici un exemple de ce qui a fait gagner Sarkozy :

      TF1, la semaine du 2nd tour, émission « Droit de savoir »

      extrait de TF1.fr :

      " Une enquête sur la France qui triche - Faux chômeurs, RMIstes fraudeurs et malades imaginaires : enquête sur la France qui triche«  »

      QUI osera encore dire que la propagande Sarkozienne n’existe pas ?

      Le peuple a été berné, Le peuple a voté, l’histoire dénoncera...


      • isabel 8 mai 2007 01:09

        tout à fait d’accord ! C’était de mauvais goût et vulgaire ce reportage mensonger et outargeux envers les HOMMES. . Là propangande a toujours existé, la démocratie n’est qu’un semblant de liberté ! l’homme est aliéné à sa condition humaine, et c’est un drame cornélien !


      • La Taverne des Poètes 7 mai 2007 10:38

        Voilà quelques-uns, en effet, des ingrédients de la recette Sarkozy. Une pincée de retour de morale et des valeurs traditionnelles pour assaisonner le tout, enrobé de show business. Quelques phrases historiques du grand homme Johnny Halliday à la sortie du restaurant, et cerise sur le gâteau, la divine Mireille Matthieu qui ne pouvait plus se retenir de beugler devant la foule des fanatiques UMP assez consternée et qui ne lui avait adressé aucun rappel. Des sifflets ponctuaient sa dernière chanson et les applaudissements à la fin furent très clairsemés.


        • stephanemot stephanemot 7 mai 2007 11:10

          1) La victoire de Sarkozy est la victoire de la réforme assumée, certainement pas celle du libéralisme. Son programme n’est pas du tout libéral puisqu’il se fonde sur un Etat plus fort et volontaire, plus généreux parce qu’il retrouve les moyens de sa générosité.

          Le RPR-UMP a fait son deuil du libéralisme en 1988, constatant l’échec du système sanctionné par une lourde défaite. Le mouvement a par la suite fait le choix de la réforme.

          Le second échec de 1995-1997 a permis à ce mouvement de faire son deuil du passage en force pour la réforme (à part Dominique de Villepin, qui a perdu le soutien de son propre parti en s’entetant avec le CPE).

          L’UMP est désormais majoritairement un mouvement de centre droit. Les libéraux y sont marginaux et l’immense majorité se retrouve dans un réformisme pragmatique avec une importante dimension sociale, pour le coup assez gaullien.

          2) La France est réconciliée avec la nation parce que les partis républicains ont restauré les valeurs de la nation. Pas en incitant à la haine mais en parlant d’amour. Le Pen a été tué par une quadruple déclaration d’amour (Chirac, Sarkozy, Royal, Bayrou).

          3) D’accord avec vous sur la dimension marketing de l’élection. J’ai vu un culte du chef côté UMP mais un culte de la personnalité côté Royal, avec une ferveur religieuse plus intense, comme en témoigne hier le pourcentage de portraits rue de Solferino et de ballons bleus salle gaveau. Le fanatisme aveugle était présent des deux côtés, essentiellement chez les militants les plus jeunes, moins aptes à regarder leur champion avec un oeil critique. Ségo a clairement gagné chez les jeunes et sur le web, avec d’excellents résultats « grassroot » (cf le score final, la dernière semaine relativement agressive de la candidate).


          • Romain 7 mai 2007 15:53

            La victoire de Sarkozy n’est pas celle du libéralisme ? On aura vraiment tout entendu... J’arrive pas à croire qu’un homme pareil puisse berner les gens à ce point. Quand je vois les journaux anglosaxons comparer Sarko à Thatcher ou dire qu’il « appliquera les reformes liberales dont la France à besoin » excusez moi mais j’ai plus tendance à croire leurs annalyses. Ils savent reconnaitre un libéral quand ils en voyent un, eux. Je sens que beaucoup de monde vont regretter leurs votes assez rapidement. C’est pas faute d’avoir été prévenu et je pleurerai pas sur les sarkozystes qui trinqueront à cause de ces « reformes libérales ».


          • Gerald 7 mai 2007 15:58

            Bravo ! Enfin un pont de vue raisonnable et non une série de racontards du coté des perdants.


          • Eve 8 mai 2007 08:57

            à stephanemot (IP:xxx.x3.137.242) le 7 mai 2007 à 11H10

            1) Pas du tout libéral ? Effectivement puisque ultralibéral, ce que vous appelez « généreux » mais j’avoue avoir un énorme doute.

            2) Vous n’avez pas dû suivre attentivement l’histoire du CPE puisque Mme Pécresse elle-même vantait l’intervention directe de Mr Sarkozy (président de l’UMP) prenant directement « conseil » au MEDEF. Mr de Villepin, encore naïf à son âge, fut le dindon de cette farce puisque Mr Sarkozy face à l’impopularité de cette tentative de passage en force, retournera sa veste ce qui est chez lui une habitude. Il semble que Mr Sarkozy poursuivra ces passages en force (et non de Villepin comme vous le savez à présent) à la lecture d’une interview hier de Mr Fillon.

            Etant Belge et ayant la chance de vivre en Belgique (après un passage de quelques années en France), je vous souhaite bien du courage à vous les Français. La Belgique connaît un fort pourcentage de syndiqués, des conventions collectives par secteur professionnel, des négociations sociales très régulières, une législation sociale claire qu’on ne remanie pas en fonction des lubies d’un seul homme (ou femme), les bi et les tripartites depuis plusieurs décennies, et quelques politiciens véreux comme partout ailleurs mais un Sarkozy pas encore. J’ai d’ailleurs allumé une bougie pour que cela n’arrive pas.

            L’UMP devenu un mouvement de centre droit ? Mais de qui vous moquez-vous ? Pas de moi en tout cas.

            Le gaullisme ? C’est ça la nouveauté de l’UMP ? Avec probablement la même chute sans passer par la case départ du Général qui sauva la France contre « les veaux » eux-mêmes.

            Sarkozy commence fort : en refusant la repentance ce qui ne peut que plaire à son électorat âgé vers qu’il avait déjà fait un appel du pied avec ses propos sur la Shoah. Ou l’absolution avant le grand voyage, donnée par Popa Sarkozy en personne... Dieu rigole.

            2) Rendons à César ce qui lui appartient : Sarkozy ayant ratissé large à l’extrême-droite, il a pu faire rédiger un beau discours au soir de son élection qu’il récitât avec la conviction qu’on lui connaît ; en résumé « aimons-nous les uns les autres ». Fillon s’est déjà chargé du changement de cap. Les Français n’ont plus qu’à espérer que les législatives contre-balancent l’absolutisme.

            3) Vous vous êtes contenté comme beaucoup à ne regarder que ce qui était visible, palpable, en excusant votre poulain. N’ayant rien à gagner dans cette affaire, j’ai regardé, écouté, d’une manière moins passionnée.

            Ce sont les enfants (eux ne votent pas) et les vieux qui sont le plus aisément manipulables. Quant aux jeunes, étudiants ou en recherche d’emploi après un bilan UMP désastreux, ce sont eux qui sont descendus dans la rue pour faire sauter le CPE. Je parie que c’était encore une manoeuvre du PS n’est-ce pas ? Non pas possible : Sarkozy a dit que ce n’était pas une bonne idée de de Villepin...

            Et s’apprête pourtant à resservir le plat.

            J’ai pu constater :
            - La continuelle agressivité de Sarkozy pendant des mois, ah non pardon cela c’est un discours fort, viril ; son langage grossier, ah non ça c’est du français, lequel sera enseigné dans la nouvelle école de la république.
            - Le reproche continuel sur la mollesse de Royal pendant des mois car garder son calme (attribué à sarkozy !) chez une femme c’est évidemment de la mollesse ; pour finir par une « crise de nerf » le 2 mai en réaction au droit opposable, crèches et ensuite scolarisation des enfants handicapés, deux grotesques propositions de Sarkozy devenu président de la république qui pendant plusieurs minutes se ratatina sur son siège, quémandant le regard de PPDA avant de retrouver son style inimitable. Il y a encore un stéréotype bien ancré dans la société : celui qu’une femme se doit d’être une Madonne. Sauf que maintenant Sarkozy est comparé à Thatcher. Oui, et à Berlusconi, viré ; et à Bush, un vieux bientôt à la retraite, réélu malgré son bilan désastreux mondialement reconnu sauf par Sarkozy.


          • yoda yoda 7 mai 2007 11:52

            « La victoire de Nicolas Sarkozy est logique. Qu’on l’approuve ou qu’on la déplore.Il incarne l’acceptation du libéralisme mais aussi cet attachement à l’ »identité nationale«  »

            Je ne pense pas que l’electeur de Sarkozy accepte le libéralisme. Le libéralisme est quelque chose de bien trop abstrait.

            La victoire de Sarkozy est logique car ce dernier a su suscité pleinement les tendances « egotistes » de l’individu. L’amour de soi, de sa patrie, de son mérite. « Je » vaux mieux que les autres, « je » suis lésé par ces fainéants et emmerdé par ces racaille, « je » veux mon petit bonheur et tanpis si il faut marcher sur les autres pour cela etc...

            Il est tellement plus facile d’etre égotiste que solidaire. Avec un discours aussi carré et bien ficelé, il a réussi a drainer un nouvel électorat (populaire) qui pourtant subira de plein fouet sa politique libérale.

            yoda


            • Romain 7 mai 2007 15:56

              « il a réussi a drainer un nouvel électorat (populaire) qui pourtant subira de plein fouet sa politique libérale. »

              C’est degueu mais... J’ai vraiment envie de dire... bien fait.


            • Fred 8 mai 2007 11:16

              car l’electorat de gauche n’est pas egoiste...lol...merci pour ce fou rire.


            • miaou miaou 7 mai 2007 11:59

              La victoire de Sarkozy est surtout la victoire du 3ème âge (voir la répartition des votes en fonction de l’âge), c’est une politique du passé (d’un passé si ancien qu’on la croira nouvelle) qui sera donc appliquée.

              La politique de l’immigration est celle de l’« immigration choisie » :

              * elle s’établira donc selon les desirata des employeurs (d’où salaires tirés vers le bas, qui est la raison d’être de l’immigration depuis Giscard-Chirac)

              * elle privera les pays en voie de développement de gens qualifiés

              * elle s’inscrit dans la promotion du communautarisme et le refus de regarder en face le vrai problème : l’Islam.

              Le fatalisme génétique de Sarkozy s’oppose au libre arbitre promu par le christianisme : son « côté religieux », c’est du pipeau.

              Le contrôle des média classiques est assuré, il manque encore celui d’Internet. Le fichage génétique généralisé est en route (cf : affaire des 2 frères de 8 et 11 ans, menacés de fichage pour le vol de 4 jouets) : initialement prévu pour les crimes (meurtre, crimes sexuels...), il s’est étendu à plus de 100 délits.

              5% de chômage, c’est facile : radiations massives, manipulations statistiques accrues (comme au Royaume-Uni, création d’une catégorie « inapte » au travail, non-comptabilisée, de plusieurs centaines de milliers de personnes). Mais quelque soit la politique pratiquée dans les politiques développées, on arrive toujours, en fait, à peu près à 20 % de précaires (précarisation accrue par la défonctionnarisation).

              Le refus patronal du consensus fera que le modèle scandinave ne sera pas transposable ; résultat : le modèle anglo-saxon dans toute sa laideur (avec à la clef, copinage avec le « has-been » G.W.Bush). Alors même que le modèle néo-libéral se fissure de toute part (mise en cause du FMI, mouvements démocratiques de l’Amérique du Sud vers la gauche, et même début de protectionnisme de la part de la Chine)..

              « Travailler plus pour gagner plus », un slogan illusoire. Dans les faits, « travailler plus » entraînera une baisse du taux horaire. Pour les ménages pauvres, travailler plus entraîne plus de frais et de difficulté (nourrice, transport...). En outre, favoriser les heures supplémentaires empêche la création de l’emploi. Enfin, l’argent éventuellement dégagé profitera essentiellement aux produits chinois, donc peu à la croissance française. ...

              La seule consolation pour les sarkophobes, c’est qu’à chaque recul (social, démocratique...), nous pourrons dire « Nous vous l’avons bien dit. ». C’est tout-à-fait similaire à la façon dont le gouvernement français (sauf l’une ou l’autre personnalité, jugeant la démarche arrogante) avait conseillé aux Américains de ne pas partir en guerre ne Irak, sans être entendus.


              • résistant 7 mai 2007 12:06

                Pour aider N. Sarkozy à former son gouvernement, je lui suggère :
                - ministre de l’identité nationale et des reconduites à la frontière, Marine Le Pen
                - ministre de la morale et des sports, Bernard Tapie
                - secrétaire d’état à la loyauté, Eric Besoon
                - ministre du budget et du patriotisme fiscal, Johnny Hallyday
                - ministre de la culture, Mireille Mathieu

                Vive la France d’après !


                • Gerald 7 mai 2007 16:02

                  Il est certain qu’en URSS des belles années (Staline, Brejnev), c’était beaucoup mieux !


                • isabel 7 mai 2007 16:04

                  hier soir j’ai beaucoup ri. Non pas de la victoire de NS mais de ses invîtés people ridicules. Avec ses chanteurs dignes de bides et chansons, j’apprend que NS n’est pas branché du tout du tout. La rupture c’est Marie-pierre et gilbert carpentier, midi première avec Danièle Gilbert, le Drukcer des années 70 ou 80, l’école des fans de Jean MARTIN5( un conseil politique de sa femme. La délicatesse c’est Bigard, l’élégance miss Dominique. Je vous assure j’en avait les larmes aux yeux... Mes larmes aux yeux de vistoire sont tombés sous les paroles transcendnates et philosophiques de Johnny notre chanteur national et Belge par défaut.

                  Je n’oublierai pas mon identité nationale : si par malheur je l’oublie je chanterai « reviens la nuit », si les bombes pleuvent sur moi je hurlerai que la paix soit sur le monde« , pour un peu de charité » donnez,donnez-moi, Dieu vous le rendra"


                • morice morice 7 mai 2007 13:52

                  Le titre n’est pas exact : rencontre d’un homme, d’un tiroir-caisse et d’un retour vers le passé pétainiste me paraît plus exact.


                  • jako jako 7 mai 2007 16:57

                    tout à fait parce que rencontre du peuple au Fouquets il n’y a que les serveurs/ses idem dans la villa de c clavier...


                  • mélodie 7 mai 2007 18:23

                    j’ai beaucou aimé le clin d’oeil vers oncle Sam, ça a de la classe, merci oncle Sam de venir renflouer nos caisses via MôA. Que devrons nous vous donner en échange ? : l’acceptation au nouvel ordre mondial, nO PROBLEM ! c’est promis on ne parlera plus du 11 septembre via des réseaux subversifs comme Meyssan. Vous aviez besoin d’un nouveau pied en Europe,WELCOME George ! I am your man.Mélodie1


                    • Loïc 7 mai 2007 23:52

                      J’avoue ne pas comprendre, « pourquoi tant de haine ? ». Le mérite de Nostre Nouveau Président a été de proposer des éléments de réponses concrets, fait nouveau en politique. Les autres se sont contenter de grands principes, de charte, d’édifices à plusieurs piliers, etc C’est très joli mais ça fait 30 ans que ça dure avec les résultats qu’on connait... Il temps de se rendre à l’évidence - la mondialisation notre mise en concurrence avec des systèmes déloyaux sur un plan social et des états qui comme la chine raisonnent comme des conseils d’administration de multinationales - le nivelement se fera pour nous, citoyens de pays très riches, par le bas ! C’est un problème de répartition du gâteau que sont les richesses mondiales ! Certains me diront : produire plus afin d’augmenter la taille du gâteau ; très bien mais quid de l’écologie et du développement durable ? Et ce gateau ne sera-t-il pas alors artificiellement gonflé ? Alors maintenant que l’on sait que c’est inéluctable que fait-on pour préserver notre niveau de vie de nanti ? On recolonise OU On se bat sur le plan éconimique avec notre avance, notre intelligence, notre savoir faire ? La majorité de la population française s’est apreçue du danger qui guette son confort de vie et s’est rappelée que tergiverser, ou trouver une 3ème voie (l’exception française !) improbable est luxe et que pour sauvegarder, pour les générations futures, il fallait avoir de temps en temps le courage de l’action. On en débattra après.


                      • ExSam 8 mai 2007 00:19

                        C’est tout juste une illusion qui se dissipera dans quelques mois quand ceux qui ont « cru » en Nicolas Sarkozy se retrouveront « cocus »...

                        Le plus vite sera le mieux. D’une parenthèse lepéniste élue par des vieux, des médias, et des pétés de thunes, il faut se séparer sans douceur et sans retard.

                        Assez d’accord avec la partie médias, mais l’accord profond et subit des français avec le libéralisme me semble tout à fait à ranger au rang de l’opinion, en regard des ravages que tous constatent chaque jour, sur les emplois, ne serait-ce que celà.

                        Mais peut-être le dogme impose-t-il ses limites aussi à un journaliste de Ouest-France. Ce serait, sans doute, très étonnant, mais...

                        Par contre adhésion au matraquage concernant les fonctionnaires, les « assistés », la dette, et autres incivilités, oui. On en revient in fine au rôle des médias...


                        • Eric Mainville Eric Mainville 8 mai 2007 09:44

                          Les Français qui on voté Sarkozy ne sont peut-être pas pour le libéralisme, mais c’est pour ça qu’ils ont voté. Ils ont signé en bas du contrat. Alors, s’ils se sont fait couillonner, c’est leur faute. Et c’est nous qui allons payer les pots cassés.


                        • Eric Mainville Eric Mainville 8 mai 2007 13:12

                          Et si je l’appelle Notre Guide Suprême, ça ira ?


                        • Eric Mainville Eric Mainville 8 mai 2007 14:08

                          Et la liberté d’expression, vous en faites quoi ?  smiley


                        • armand armand 8 mai 2007 14:54

                          Après son discours sur l’identité, le respect, le mérite, l’autorité, j’aurais aimé que M. Sarkozy en appellât à une minute de silence pour les neuf militaires français, morts dans le Sinaï le même jour.

                          J’aurais aimé qu’il s’en fût remercier le Tout-Puissant à Notre-Dame de Paris, plutôt que d’aller dîner chez Fouquet’s.

                          Et en guise de ’retraite’, qu’il se rendît auprès de nos soldats, stationnés au Liban et en Afghanistan partager leur bivouac et leur pain de munitions, plutôt que de se recueillir sur un yacht adjacent à celui d’Abramovitch l’oligarque...

                          Mais je suis resté un indécrottable romantique...


                          • Décryptages Décryptages 8 mai 2007 23:30

                            Une question s’impose 48 heures après l’élection de Nicolas Sarkozy. Qui est anti-démocratique ? Qui refuse le verdict des urnes ? Qui est violent ?

                            François Hollande appelle à utiliser les urnes et non la violence mais, après les étranges propos de la candidate socialiste avant le deuxième tour, il y a comme un mauvais doute qui subsiste.

                            Comme dans ce site par exemple : www.vivreavecsarkozy.com (initiative que même Thierry Crouzet trouve stupide) où l’on peut lire : « Pas sur que la violence soit la meilleure des solutions... »

                            Ah bon, pas sur ? Mais pas sur non plus du contraire ?


                            • Eve 9 mai 2007 09:26

                              à Décryptages (IP:xxx.x23.7.101) le 8 mai 2007 à 23H30

                              Acceptez aussi l’idée que 47% de la population ne se soit pas reconnue en Sarkozy et que, démocratie oblige, cette presque moitié reste attentive.

                              D’autre part : Incluez dans vos décryptages le nombre de sanctions à l’encontre des policiers (cherchez et vous trouverez) qui ne s’en sont pas pris à des bagnoles (ce que je réprouve d’où que cela vienne) mais à des citoyens ayant obtenu la reconnaissance des violences policières. Je ne parle même pas de ceux qui n’ont pas déposé plainte. Mais il me semble que cela ne vous interpelle guère.

                              Quand Mr Sarkozy, démagogue de première catégorie, prend pour exemple un jeune de 17 ans et un adulte pour expliquer que pour la victime cela ne fait aucune différence, faites le décryptage complémentaire : que ce soit un policier ou un quidam, la victime n’en est pas moins une victime.


                            • arturh 9 mai 2007 08:28

                              Cette réaction sera sur tous les innombrables « articles » antisarkozi d’Agoravox :

                              Bienvenue en France, le pays qui, pour la première fois de son histoire, vient d’élire comme Chef de l’Etat un homme dont la famille a fui le communisme.


                              • Eve 9 mai 2007 09:57

                                à arturh (IP:xxx.x68.119.98) le 9 mai 2007 à 08H28

                                C’est innovant comme idée ?

                                Ce n’est pas dans cinq ans que la France élira un Français d’origine africaine...


                              • Adonis Adonis 9 mai 2007 10:14

                                Je suis assez d’accord avec votre analyse. J’ y ajoute que d’après les enquêtes d’opinion, 75 % des gens de plus de 65 ans ont voté Nicolas Sarkozy. Or ils représentent 15 % de l’électorat, ce qui en terme de voix fait une différence de plus ou moins 2.800.000 voix. Or Monsieur Sarkozy a gagné l’élection avec plus ou moins 2.000.000 de voix d’avance sur Madame Royal. Je ne crois pas que la France ait vraiment accepté le néo-libéralisme. Il est tout de même étrange de constater que c’est la France des couches-tôt et des couches-tard qui a fait pencher la balance en défaveur de la France de ceux qui se lèvent tôt !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès