Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy, rupture tranquille ou inquiétante illusion ?

Sarkozy, rupture tranquille ou inquiétante illusion ?

Nicolas Sarkozy s’est cette fois confié sur ce en quoi il croit, ce qu’il souhaite pour la France, pour ses citoyens, sur la base de ce qu’il croit être les attentes des Français. Bref, une sorte de parti pris gaulliste réactualisé pour s’ajuster aux données de l’époque actuelle. Le début de l’émission fut quelque peu laborieux. Il faut dire qu’Arlette Chabot y allait d’une froideur toute professionnelle, essayant de montrer une indépendance rédactionnelle en titillant Sarkozy sur des détails de questions politiciennes qui n’intéressent pas forcément les Français, ni d’ailleurs le président de l’UMP qui se met dans la peau d’un Français moyen pour se faire élire par la moyenne des Français devant exprimer leur suffrages. Sarkozy l’avait déjà évoqué dans une interview donnée à Libération, les questions des journalistes l’agacent.

Venons-en au fond. Sarkozy a placé d’entrée de jeu ses formules prêtes à l’emploi et déjà servies aux quotidiens régionaux du 30 novembre. On ne sait si les hésitations sont liées à l’entrée dans l’arène médiatique, ou si ces formules ont été suggérées à l’intéressé par ses conseillers en communication. De Ségolène Royal, il dit que son ordre juste n’est juste que de l’ordre, lui opposant le mouvement. Puis, il semble se fendre d’une formule mitterrandienne avec la rupture tranquille, autrement dit l’alliance de la force et de la prudence, assez pour faire avancer les Français mais mesurée pour le pas les faire trébucher. On notera une ruse gaullienne si on soupçonne que l’opposition entre le « juste de l’ordre » et le mouvement renvoie, par des miroirs sémantiques cachés, à cette fameuse opposition entre France légale et France légitime. Madame Royal incarne le droit, la légalité, un ordre figé et encadré, opposé à la légitimité d’un pays en mouvement, conquérant, résistant à l’épreuve de la mondialisation, carrément résiliente. Plus tard dans l’émission, un thème gaullien refera surface, lorsque Sarkozy affirme que les Français veulent le changement, le rassemblement et la rupture, mais qu’ils ont besoin aussi de protection. N’est-ce pas là le motif très gaullien employé il y a plus de quarante ans, en pleine croissance, lorsqu’il traçait le portait d’une Française moyenne qui veut la modernité, avoir une machine à laver, mais qui n’en reste pas moins la bonne mère de famille héritant de la tradition française ? Cela dit, le PS sait aussi piocher dans ce diptyque associant le progrès et la protection, avec son idée de parcours professionnel, forcément mouvementé, mais sécurisé.

La principale partie de l’émission a permis à Sarkozy de répondre à des Français types dont la situation ou la profession incarne les principaux thèmes choisis pour être prioritaires aux yeux des citoyens et donc présents dans la tête des politiques. Immigration, pouvoir d’achat, délinquance et éducation ont été mis au centre des délibérations entre un Sarkozy déterminé, habile dans la parole, parfois rusé, rarement subtil ou ironique. Bref, un grand oral qui l’a remis dans la course, après cette sourde bronca médiatique lançant des rumeurs sur des mouvements de fronde au sein de l’UMP, non sans sous-entendre que Sarkozy a tendance à faire peur et à inquiéter les Français. Elle est bien bonne, celle-là. Comme ça la presse nous aurait caché ça, depuis quatre ans ? Il fait peur aux Français, notre animal politique à la tête de l’UMP ? Compte tenu de ce mouvement de terrain émotionnel, Sarkozy, en général nourri de Sun Tse, doué pour l’art de la guerre des images, a dû corriger cette idée en s’efforçant d’insister sur le côté rassurant, sur la protection qu’il garantira avec l’Etat. Changement de cap. Nous ne sommes plus dans le thème de l’autorité de l’Etat, mais dans celui de la maternité étatique, ce qui ne manquera pas de faire sourire les contempteurs de la madone Royal.

La note générale sera bonne. Oui, sauf à être de mauvaise foi, on rendra justice à cet excellent orateur qu’est Nicolas Sarkozy, capable de se sortir des pièges qu’on lui tend, non sans pointer que son élément le moins solide est l’enseignement. Mais Sarkozy n’a pas été ministre de l’Education. On lui reconnaîtra une fermeté et une détermination le mettant à égalité avec Le Pen, la brutalité en moins. Et un à-propos tout aussi développé que celui de François Bayrou. Bref, une synthèse presque parfaite. Madame Royal aura fort à faire avec ce redoutable bretteur. Et le moment de vérité nous sera servi lors de débats qu’on pressent comme disputés si le second tour est bien celui annoncé par les oracles sondeurs. En cas d’un équilibre des forces, ce type de débat pourra faire basculer dans un sens ou dans l’autre le résultat.

Que ces éloges ne nous dispensent pas d’émettre quelques critiques en recadrant cette émission. En premier lieu, on voit ce côté attrape-tout qui sert de principe tacticien, autant au PS qu’à l’UMP. Ils semblerait que l’élection se joue au centre avec un ratissage large, ce qui n’est pas la meilleure des choses pour la démocratie, ni d’ailleurs dans la tendance d’une époque. Karl Rove a bâti la victoire de Bush en appuyant sur une aile conservatrice. Si on veut que la France bouge, il faut la prendre sur une des ailes, gauche ou droite. Par ailleurs, le programme de l’UMP n’a rien d’original et semble fait de bricolages divers pour satisfaire cette tactique électorale de l’attrape-tout. Un UMP qui n’a rien d’une famille tranquille mais est composée de clans et de factions (il faudrait en parler aussi, à voir cette vidéo édifiante d’une jeune responsable de l’UMP disponible aussi en bas de page). Enfin, cette omniprésence des candidats, cette propension à dire comment il faut penser toutes choses dans la République et comment il faut procéder en toute circonstance, relève de l’exploit du surhomme providentiel, non sans que cela ne laisse un goût amer au citoyen, qui se sent pris dans une puissance qui lui ressemble mais le noie dans une série de clichés émis par une seule personne qui pense pour tous et donc pour aucun. Bref, l’illusion est bien orchestrée. On dirait presque que la France est agie par un seul homme qui sait presque tout. Des grands principes fondant une civilisation, pointant les grandes lignes de l’évolution du monde, il ne fut pas question. Au bout du compte, Sarkozy est à la hauteur pour gouverner une province du monde qu’est la France, un peu comme Schwarzy gouverne un Etat du superempire américain. C’est un peu mon intuition.

En conclusion, Sarkozy s’est révélé comme un excellent candidat dans la course à la présidentielle, un guerrier médiatique, mais ce qui importera après 2007 n’a pas été évoqué. Bref, tout ça manque de transparence, les choses importantes semblent être voilées. Ce qui inquiète forcément ceux qui réfléchissent au delà d’une prestation médiatique.


Moyenne des avis sur cet article :  3.1/5   (1007 votes)




Réagissez à l'article

242 réactions à cet article    


  • Marie Pierre (---.---.214.65) 1er décembre 2006 11:15

    Votre conclusion à ce bon texte, « Ce qui inquiète forcément ceux qui réfléchissent plus loin qu’une prestation médiatique » pourrait être optimiste si.... les électeurs n’agissaient pas en consommateurs, guidés par la pub, l’image, un mot saisi dans le discours.

    Mais je crains la machine marketing.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er décembre 2006 11:24

      Marie-Pierre, C’est cela la démocratie contre la télécratie, faire en sorte que les citoyens s’intéressent plus aux réalités et à la politique. La part de ceux qui réagissent aux émotions et images n’en sera que réduite.

      @ aux lecteurs

      Au passage, je précise que ce billet a été rédigé de matin entre 9 et 10 heures (pas comme celui sur Bayrou qui faut écrit pendant l’émission) et donc, on va dire que la nuit à pesée de ses conseils pour juger. J’ai envoyé le billet rapidement pour une parution ce jour, pas eu le temps de relire, mes excuses pour les fautes d’ortographes Excellente initiative de la rédaction qui a mis la vidéo en disponibilité sur l’article édité


    • Marie Pierre (---.---.214.65) 1er décembre 2006 11:35

      Bernard,

      Et si toute allusion à la présidentielle, tout pseudo débat, était supprimé de la télé 1 an avant les élections ? Ou si, comme l’a déjà suggéré Michel Rocard, on arrêtait cette mascarade du suffrage universel pour les présidentielles ? Et tout recentrer sur les Législatives pour une Assemblée réellement représentative (y compris des sièges vides exprimant les bulletins blancs). Je précise bien Assemblée et pas Parlement car le Sénat...


    • Aurélie (---.---.255.244) 1er décembre 2006 18:51

      Félicitations pour cet article ; très bien analysé l’intervention de N Sarkozy. J’ai peur aussi que la rupture tranquille signifie un coup de ripolin dans la cage d’escalier... un peu de changement mais pas trop ! pour ne pas vous effrayer. Hélas, il faudrait un électrochoc dans ce pays pour basculer dans le 21ème... peut-être une révolution lorsque les caisses seront définitivement vides comme cela fut le cas en Argentine ! A moins que les électeurs se mettent à voter en masse pour le pen dès le 1er tour et que nous ayons une guerre civile sur les bras ! Le devoir d’un Sarkozy est de dire la vérité, d’alerter et d’être plus téméraire avec les réformes et ne pas chercher à rassurer pour gagner une élection ! On dirait que le livre vérité de F Fillon n’a pas été lu par Sarko, c’est troublant ! Bref mes questions , 1/ Que fait-on avec les 2 millions de rmistes ? 2/ Travailler plus pour gagner plus et payer plus d’impôts pour nourir, habiller, loger, soigner ceux qui n’ont pas de travail et ceux qui n’en cherchent pas. 3/ va-t-on enfin expulser tous les clandestins et leur famille ? et arrêter de soigner le monde entier dans nos hôpitaux « gratuits » pour les étrangers... mais hors de prix pour nous (Côtisations sociales, Contribution sociale généralisée, CRC, CRDS, mutuelles...) 4/ stopper les subventions d’etat aux entreprises pour qu’elles embauchent et primes à l’emploi pour le travailleur qui accepte d’être sous-payé. 5/ Stopper les versements des allocations familiales, primes de rentrée de scolaire : les familles doivent vivre du revenu de leur travail et non des impôts des autres ! Enfin on n’est pas obligés d’avoir des enfants pour réclamer ensuite à ce que l’Etat les prenne en charge !!! 6/ oui nous sommes trop nombreux en France, la surnatalité est une catastrophe pour notre pays (coûts liés au vieillissement des ex-bébés !) nécessite toujours plus de infrstructures plubliques... Au moyen-âge nous étions 10 fois moins nombreux et nous rayonnions dans le monde entier ! Non à la quantité, oui à la qualité ! Bref, j’ai une approche malthusienne ! ...


    • DB (---.---.169.166) 1er décembre 2006 22:40

      Réaction au commentaire de Aurélie (IP:xxx.x2.255.244) le 1er décembre 2006 à 18H51 Si tout le monde avait les mêmes propos, la France n’en serait pas là ou elle en est en ce moment. Quand les français vont-il comprendre qu’à force de donner à tout le monde de l’argent que nous n’avons pas, l’état (nous) va être un jour en faillite. Les hommes politiques le savent bien. Ils se font élire depuis des années (droite et gauche) en distribuant de l’argent emprunté, qui sera remboursé par les français. Pas de mauvais sang pour eux, ils ont touché leur salaire de député ou de ministre ou autres.


    • (---.---.60.217) 3 décembre 2006 23:24

      100% d’accord avec Aurélie. Bravo pour votre intervention.


    • Briseur d’idoles (---.---.162.190) 3 décembre 2006 23:31

      Ce que dit Aurélie est vraiment pourri, comme si c’était les pauvres qui vidaient les caisses de la France, alors que c’est justement les Financiers et leurs potes. Ce sont eux les parasites de la société.


    • grand (---.---.187.55) 4 décembre 2006 10:48

      entièrement d’accord avec votre coup de gueule , cependant , il faut bien donner du crédit à quelqu’un et sarkozi me paraît être le seul candidat à tenir de vrais propos rationels, efficaces et sincères . Ces politiques sont malgrès tout très handicapés en France car le français est légendairement toujours insatisfait . C’est( un enfant gâté du monde, qui passe le plus clair de son temps à critquer, manifester , dès que quiquonque tente quelque chose . Reconnaissons nos défauts avant donc de voir ceux des autres qui , par passion , amour de leur pays, devoir à la nation , sont prêts à sacrifier leur vie intimes , leur vie de familles , cumuler des centaines d’heures de travails alors que nous manifestons pour ne pas dépasser 35 , etc etc ,ce que peu d’entre nous sommes prêts à faire .


    • (---.---.33.228) 5 décembre 2006 13:56

      Une guerre civile avec le Pen, certainement, avec de forte chance, car il a un passif trop important et les gens aux moindres mesures les discriminant, vont monter en épingle et BOOM, l’anarchie, la peur de l’autre ....

      Mais, vous pensez que le nain est plus serein ? A la différence du premier, ce sera dès 2009 qu’on va ressentir sa politique désastreuse et donc ces dommages collatéraux. Il suffit de constater comment il gère sa famille politique, comme Bush en gros ..... du genre si tu es contre moi, tu n’es pas compatriote .... il a tout verrouillé.

      Pour finir, il est à l’origine des émeutes de 2005, faut pas l’oublier, tout ceux qui pense qu’avec lui la France va se retrouver autour de sa personne est une illusion... il va y avoir une cassure importante, faut absolumment calmer le jeu.

      Les français devront voter pour la personne en qui le plus d’idée rassemble et pas camp contre camp ..... sinon c’est le risque de la fin de la paix civile...


    • Voltaire Voltaire 1er décembre 2006 11:40

      Bonne analyse.

      J’ai manqué le début et la fin de l’émission, mais je partage plusieurs remarques clés :

      - sur la forme, N. Sarkozy est très bon. Simple, direct, avec un sens de la répartie excellent, et une habilité à détourner les questions embarrassantes. Je me suis fait la même remarque que vous : S. Royal ne fait pas le poids.

      - sur le fond, la chose est plus complexe. En dehors de formules toutes faites, et d’un certain nombre d’arguments ou de mesures qu’il était venu vendre, quitte à ne pas répondre aux questions posées si cela ne cadrait pas avec son plan com, on a peu vu de nouveautés.

      Convainquant sur l’immigration et l’intégration, il a été mis plusieurs fois en difficulté sur l’économie et l’emploi (sur ce thème curieusement, Bayrou avait été plus convainquant), et s’est habilement défilé sur les vraies questions de justice.

      Le point fort m’a cependant paru être son ardente conviction dans sa défense d’un modèle que j’appelle « américain » (ce n’est pas péjoratif) de société, basé sur la récompense de l’effort. On peut voir ce modèle avec ses côtés positifs et négatifs, mais c’est sur ce sujet, comme sur celui de l’immigration et de l’intégration, qu’il est le plus convaincant car convaincu. Et c’est tant mieux, car il s’agit bien là d’un modèle de société différent de celui prôné et appliqué jusqu’ici en France, qui mérite donc débat.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er décembre 2006 12:34

        intéressant complémentaire commentaire

        Sur le volet effort et récompense, je ne crois pas que ce soit un modèle de société mais un schème universel qu’on retrouverait en Chine. A la différence près que le patriotisme productif offre une récompense à titre collectif puis à titre individuel, augmentation des niveaux de vie.

        Je crois surtout que ce supposé modèle est un argument contre les socialistes qui, avec les 35 obligatoires, ont offert le flanc pour se faire battre.

        sinon, il faut souligner le côté exercice, juger, oui, comme dans une épreuve scolaire. Le problème, c’est que ce sont les professeurs de la Chabot académie qui choississent les sujets. Mais il faut bien en passer par là.


      • DEALBATA (---.---.166.140) 1er décembre 2006 13:37

        @voltaire

        « Convainquant sur l’immigration et l’intégration, ... »

        C’est pour moi justement un piège, puisqu’il est descendant d’immigré de fraîche date et que cela lui donne une certaine légitimité sur l’aspect répression et intégration qu’il développe. Ça vision de l’immigré est en effet celle qui est connue aux U.S.A. : « Si tu es le meilleur, qu’importe d’où tu viens, la société américaine te donneras les moyens de réussir. » Mais cet état d’esprit venu des pionniers colons qui débarquèrent jadis, pose des problèmes plus profonds quant on applique cette idéologie meltingpot dans nos contrées européenne. Car cette vision a le tort de ne privilégier que le côté pratique ou plutôt économique de l’intégration de l’immigré dans la société et pour le états Unis, on peut le comprendre facilement, c’est un peuple de déracinés, un patchwork multicolore qui n’ayant que peu de culture, a pratiqué une sorte de fuite en avant technologique pour compenser le manque de profondeur et d’affinage culturel. C’est donc une idéologie artificielle et dangereuse puisqu’elle réduit l’immigré à un agent individuel sans aucune autre qualité que sa valeur économique sur le marché dont la réussite de son intégration n’est plus qu’une question de taux de chômage et de besoins économiques alors que d’une manière sournoise, et si les conditions s’y prêtent, cela peut devenir le dissolvant d’une communauté d’homme dont liens endogènes et exogènes sont plus fort qu’on ne le croit.


      • (---.---.215.199) 1er décembre 2006 16:43

        @DEALBATA

        j’approuve votre remarque. Je crains que son sens profond n’échappe à certains...

        N. Sarkosy a dit au cours de l’émission « le problème de l’identité de la France et des français sera la question centrale de cette élection » (de mémoire)

        Cet aspect important de la question lui avait visiblement échappé jusqu’à présent ! C’est bien ce qui me conforte dans l’idée qu’il ne connaît pas la France et les français.

        Il me semble qu’il commence à rectifier le tir car c’est vital pour lui, nul doute qu’il ne cherche à se faire maintenant passer pour un ’souverainiste’ afin de convaincre définitivement à droite chez les (vrais) gaullistes et récupérer des voix chez les partisans de JMLP. Il devra faire le grand écart lui qui prône par ailleurs et par exemple la discrimination positive.

        Il va avoir un mal infini à être crédible sur ce point...

        SARKOSY n’est qu’un arriviste toqué des ’valeurs’ américaines, on pourra dire adieux à notre pays s’il est élu !


      • debase (---.---.215.199) 1er décembre 2006 16:51

        @DEALBATA

        Juste pour dire que j’ai oublié de préciser mon pseudo ’debase’ dans le commentaire ci-dessus


      • grand (---.---.187.55) 4 décembre 2006 11:04

        alors là , ça , c’est vraiment de la réponse, a la « je parle pour rien dire » .Mais quel est donc le problème ? si les états unis manquentr de culture mais qu’ils oient systématiquement avant gardistes de tout et de tous , la belle affaire !! . On est beaux nous avec notre cultures . On en a plein la bouche , et on en est même totalement prisonniers . On avance pas , parcequ’on est englué dans notre passé . Cessons de parler pour rien dire et souffrons de ce qui fait vraiment mal et non pas de conneries qui mènent à rien quelque soit le côté qu’on regarde .


      • (---.---.33.228) 5 décembre 2006 14:05

        D’ailleurs ils le disent eux-même, ils n’ont pas d’Histoire, mais ils font l’Histoire smiley donc faut qu’on se calme avec notre soit-disant culture smiley


      • alex (---.---.150.51) 1er décembre 2006 11:46

        Esperons qu’au débat de Ségolène Royal, les Journalistes aborderons aussi avec elle les thèmes d’actualités et pas uniquement les thèmes qui d’habitude la mettent en valeur sans jamais aborder les questions qui fachent ...de peur de « froisser » sa suceptibilité féminine !


        • Yves (---.---.151.50) 2 décembre 2006 18:22

          Ils ne le feront pas sur son bilan ! mais ils auraient pu le faire sur celui de Nicolas Sarkosy.


        • seb (---.---.12.18) 1er décembre 2006 11:51

          Sincèrement en zappant le triste match du PSG hier soir, je me suis plongé dans le débat /// A VOUS DE JUGER ////. Et bien sincèrement, RIEN DE NEUF tout ce qu’il a dit il l’a déjà dit mais il ne le chiffre pas. J’ai l’impression qu’il essaye de ratisser à gauche à droite au centre en haut en bas partout quoi !!!

          Les invités nous les avons déjà vus (exemple :le patron d’un centre d’appel doit avoir ses entrées à France 2 ou TF1, on le connait tous)

          Bref un monologue CHIANT. Et le pompom dans l’histoire c’est que le théme sur l’EDUCATION NATIONALE soit passée en dernier (sujet que ne maîtrise pas mr SARKOZY...)

          En gros je ne suis pas sûr que SARKOZY se soit refait la cerise avec ce débat

          Exemple : suppression des 35 heures ??? Non on y touche pas mais c’est une énorme erreur !! Si c’est une erreur tu les supprimes !!!

          Sur le CDI universel : protection du salarié si rupture par l’employeur (il a dit des banalités genre indemnités élevés...)

          Sur l’insécurité : les chiffres augmentent mais pour lui non

          Sur les chiffres de l’inflation : « les instruments de calcul sont faux ». Faudrait peut etre lui rappeler qu’il a été ministre de l’économie et que de cet instrument faux il s’en servait pour dire : « tout va bien ». En foutage de gueule LA c’est pas mal


          • genromain (---.---.74.18) 1er décembre 2006 12:44

            Et ailleurs, tu en as vu, du neuf ??


          • seb (---.---.12.18) 1er décembre 2006 14:01

            ben non smiley


          • Robin (---.---.143.206) 1er décembre 2006 14:50

             smileyMaintenant c’est Sarko qui a une longueur de retard !,rien ne sert de partir trop tôt........Voyant qu’il fait peur,méme dans son propre camp (pas trop propre ,du reste !) ,il s’assagit ... ! avec la « rupture tranquille »,mais je crois qu’il n’est plus autant tranquille et serein qu’il y a quelques mois.Sentirait-il qu’il va perdre ? D’abord ,il n’est que candidat à la candidature,les sondages sont mauvais pour lui,et son bilan va se révéler très médiocre,plus un affrontement avec les chiraquiens qui se profile.....décidement de gros nuages à l’horizon lui enlève sa visibilité...un boulevard pour la tornade blanche de Ségoléne........ !


          • DARK VADOR (---.---.216.192) 2 décembre 2006 00:50

            SARKO LE JOUEUR DE PIPO ................................ smiley


          • DARK VADOR (---.---.216.192) 2 décembre 2006 00:57

            JE VAIS MOMIFIER SARKO ET LE PLACER DANS SON JARDIN A NEUILLY....BEEEEEEEEEEUUUUUUUUUUHHHH !!!!!!!!!!!!!! smiley


          • Jade Jade 8 décembre 2006 13:50

            @ seb :
            « Exemple : suppression des 35 heures ? ? ? Non on y touche pas mais c’est une énorme erreur !! Si c’est une erreur tu les supprimes !!! »

            Mais il va les supprimer une fois au pouvoir.. la pour le moment il dit non mais c’est pour pas perdre une partie de l’électorat...


          • mobius (---.---.123.100) 10 décembre 2006 21:49

            « chiant » c’est le terme... pitié, de grace, arretez tout,ouij’irais voter je vous le jure mais arretez de ramper à mes pieds pour obtenir ma voix, j’ai trop honte pour vous ç’a me fait trop mal


          • Frednetick Frednetick 1er décembre 2006 11:57

            Je suis quelque part malheureusement d’accord avec deux points :

            « une habilité à détourner les questions embarrassantes » « quitte à ne pas répondre aux questions posées »

            Cet art de l’esquive peut passer pour de la finesse politique, de la roublardise nécessaire, elle ne m’apparais que comme un certain mépris vis à vis du public auquel il s’adresse et vis à vis de ses interlocuteurs.

            Il a raison contre le magistrat, contre le jeune black créateur d’entreprise, contre Elie Cohen...

            Tout se résume dans sa tournure de phrase fétiche : pourquoi ? je vais vous le dire.

            Il sait, nous non. A ce niveau là de mégalomanie, ça devrait pouvoir répondre à un traitement médical..


            • Albator (---.---.229.236) 1er décembre 2006 11:59

              Ca semble normal qu’un homme politique en sache plus qu’un citoyen de base. C’est comme pour la chirurgie, c’est un travail spécialisé, et le profane, bon, il n’y comprend pas grand chose, donc il faut simplifier à mort, voir caricaturer sans retenu.


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er décembre 2006 12:38

              Pas mégalomane mais mégalopathe,

              Le terme mégalopathe est employé par Sloterdijk pour désigner ces hommes d’envergure qui ont la carrure d’athlète d’Etat, apte à être à la hauteur des enjeux. C’est l’image que n’a pas Royal et que Sarkozy essaie de se donner.

              voir Sloterdijk, « Dans le même bateau » Rivages, p. 61


            • fouadraiden fouadraiden 1er décembre 2006 15:57

              à frednettick,

              entièrement d’accord avec vous.

              Sarko est très très très très fort...faut dire que ceux qui lui portent la contradiction sont tres tres tres tres faibles.

              ce type est une vrai leader, au sens prophétique du terme.


            • Charles André Charles André 1er décembre 2006 16:02

              Tu sais que je ne suis pas un sarko-afficionado. Mais la mégalomanie est la chose la mieux partagée dans le monde politique. Et je crois que je préfère entendre quelqu’un qui prétend être chef me dire qu’il va m’expliquer pourquoi et comment qu’être fier de n’avoir d’idées que celles que je voudrais bien lui proposer...

              En quoi Sarko a-t-il raison contre Elie Cohen ?

              Et puis franchement, Elie Cohen, ya vraiment plus transcendant comme référence. Elie Cohen est aimé des journalistes parce que ses raisonnements économiques sont aussi raz-des-pâquerettes (mais pas faux pour autant, hein !) que ceux des journalistes « économiques ».


            • Frednetick Frednetick 1er décembre 2006 16:43

              1) Je suis bien persuadé qu’un homme politique de haut niveau (pour avoir vu travailler A juppé je peux dire que c’est le cas) est plus « performant » qu’un citoyen de base. Mais entre connaitre bcp et tout il y a une grande différence, c’est celle qui existe entre ceux capable de dire « je ne sais pas tout » et celui qui va vous asséner « pourquoi, je vais vous le dire »...Un peu d’humilité ne serait pas malvenue parfois.

              2) Il a « raison » contre Cohen dans le sens où il trouve le moyen de contester le chiffrage fait par un économiste (médiatique mais qui soit disant passant réidge qd même des rapport pour le CAE). Son chiffrage ne faisait d’ailleurs que reprendre celui de l’institut de l’entreprise rélaisé pour le site débat2007 (il parait que l’IDE n’est pas proche de la LCR..) smiley


            • Cassandre (---.---.112.211) 1er décembre 2006 12:20

              Pas un mot sur le changement climatique : une telle absence de vision à moyen terme est rédhibitoire. A dégager !


              • Marie Pierre (---.---.214.65) 1er décembre 2006 12:23

                Mais cela n’est peut être pas vendeur, donc ignoré des journalistes.


              • (---.---.229.236) 1er décembre 2006 12:27

                Un mot ? Ba on n’y peu rien, c’est la Nature, inutile de se tracasser pour un phénoméne banal.


              • yves (---.---.151.50) 2 décembre 2006 16:47

                Sarkosy, ne symbolise pas le changement : il est la !!!!! ministre des finances puis ministre de l interieur !!! il faudrait qu’il fasse une rupture avec lui meme !!!!! 4ans et demi !! cela ne vous a pas suffit pour vous rendre compte ! ( je n ai jamais vu mr Sarkosy baillonné par qui que ce soit ) il a été de tous les combats et ceci tous les jours de television ( sur tf1 tt du moins )Sarkosy, ne symbolise pas le changement ! Réagir à l’article | Réagir au commentaire | Signaler un abus


              • Thiphaine (---.---.23.120) 3 décembre 2006 01:30

                Concept « MitterandoSarkozien » et eloignement d’un principe de réalité : 1000 policiers pour faire un match de foot, non le loups alpha a les mêmes dents, mais des conseillers en communication qui le font passer pour mere grand ;) je vous conseille ce site : edifiant... et un livre décapant a paraitre.... http://les-loups.hautetfort.com/


              • ccasimor (---.---.23.34) 1er décembre 2006 12:26

                Lors de cette émission, il a également été question par Mr Sarkozy du travail et en particulier des 35H, je cite : « La France ne souffre pas de trop de travail mais de pas assez de travail ». Ce qui me choque vient après : « Le travail émancipe, le travail rend libre » qui est la traduction de « Arbeit macht frei », phrase apposée par les nazis au dessus de l’entrée des camps. Ainsi, soit il s’agit d’une pure coïncidence, soit il s’agit d’une petite phrase polémique de très mauvais goût. Et même s’il s’agit d’une coïncidence, un homme politique regardé par des millions de personne doit peser chaque mot, chaque phrase avant de la dire publiquement.


                • parkway (---.---.18.161) 1er décembre 2006 15:08

                  ccasimor,

                  Chassez le naturel, il revient au galop !

                  il n’a pas pu se contenir !


                • Joë (---.---.159.203) 1er décembre 2006 15:56

                  à ccasimor

                  « Le travail émancipe, le travail rend libre » qui est la traduction de « Arbeit macht frei », phrase apposée par les nazis au dessus de l’entrée des camps.

                  Pas de coïncidence, avec un homme tel que Sarko... ça lui ressemble... (ça correspond également avec son idée qu’il a d’un chômeur : TOUS des fainéants...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès