Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy s’exprime sur les affaires

Sarkozy s’exprime sur les affaires

Le service de communication de l’Elysée a décidé de s’exprimer brièvement sur les multiples encore-petites affaires qui commencent à embourber sérieusement un quinquennat pourtant parti vent arrière

Lien du résumé du communiqué par 20mn : (1)
 
Commentaires 
J’ai conscience que mes réponses n’ont de valeur que celle provenant d’un internaute parmi des millions d’autres, c’est-à-dire pas grand chose. Néanmoins, peut-être arriverai-je à exprimer quelques arguments et interrogations que d’autres, lecteurs ou non, partagent avec moi. La démocratie, c’est aussi l’échange de points de vue. Je vous livre donc ci-dessous mes réponses (en gras) à différents points abordés dans ce communiqué (je citerai 20mn en italiques).
 

Sur Jean Sarkozy

« Ce n’est pas mon fils qui est visé, c’est moi », explique Nicolas Sarkozy sur la polémique autour de son fils, Jean, et de sa candidature à l’EPAD. »

Cela sous-entend que les arguments présentés par ceux qui sont choqués et révulsés par ce népotisme sont incohérents. Pourtant c’est clair, Sarkozy prône inlassablement la réussite au mérite. C’est même sa marque de fabrique. Mais, il se permet de ne pas appliquer cet élément essentiel de son discours pour un de ses fils. Comment gère-t-il cette contradiction ? Une explication possible serait qu’il se sentisse monarque ou une sorte de néo-napoléon pourfendeur des passe-droits quand il s’agit des autres. Une autre serait qu’il considère la France comme une entreprise commerciale dont il compte donner plus tard la "charge" à son fils.

« C’est une élection, il ne s’agit donc pas de népotisme. », détaille le président de la République.

Oui, sauf si l’élection en elle-même fût orientée en sa faveur.

Sur Frédéric Mitterrand

Le président de la République a également réagi à la polémique autour des écrits de son ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. [..] 

« Je ne laisserai donc personne assimiler homosexualité et pédophilie. C’est un retour au Moyen-Age qui fait honte à ceux qui ont employé cet argument. »

Qui assimile homosexualité et pédophilie ? Comme d’habitude le terme adéquat - tourisme sexuel - n’est pas abordé.

Mais répondons à la question : Mitterrand.

En effet il répondît à Naulleau, qui le questionne sur la réalité de ses écrits, que s’il n’avait pas été homosexuel on ne lui aurait pas posé la question de son implication dans le tourisme sexuel ! Ce qui désarçonna Naulleau, qui fût apparemment terrassé par cet argument parmi les pires du « politiquement-correct ».

Ce qu’a fait Mitterrand est un amalgame, et je pense que beaucoup d’homosexuels, pas plus adeptes du tourisme sexuel que moi, ont été peinés de voir qu’il défendait son "péché mignon", le tourisme sexuel, à l’aide de son homosexualité.

Homosexualité dont on se fout royalement d’ailleurs : eut-il participé à cette prostitution illégale avec des filles que cela aurait été encore plus choquant pour moi (bien qu’il n’y ait peut-être pas de raison objective à cela).

« Frédéric Mitterrand n’a jamais fait l’apologie du tourisme sexuel 

Toujours la réponse à une question idiote (à laquelle Aubry s’est d’ailleurs promis de réfléchir ; je me demande si çà avance). Le problème n’est pas une hypothétique apologie du tourisme sexuel, que personne ne prétend qu’il a fait. Personne. Citez-moi des posts pour voir... Le problème est que Mitterrand a présenté son livre comme autobiographique, que tout le monde l’a crû, que des membres de la majorité (MAM, Bertrand) reconnaissent publiquement qu’il y a eu "faute" (morale ? légale ? on ne sait pas trop). C’est presque une rédemption.

Or, les Ministères publics n’ont jamais été utilisés jusqu’à présent comme des cures de rédemption. Auparavant, la République nommait à ces postes des gens qui n’étaient pas toujours les plus compétents mais qui au moins ne traînaient pas une casserole aussi sulfureuse derrière eux. Si on me dit que je suis un fieffé moraliste, je dirai ok et je rappellerais l’évidence : le tourisme sexuel a pour marchandise des adolescents qui n’ont pas le choix. Qui sont souvent quasi esclaves. C’est la réalité. Mais peut-être certains arriveront-ils à démontrer le contraire ? Je suis impatient de voir... Si vous n’y arrivez pas peut-être pouvez-vous alors trouver des références concernant des prostitué(e)s de 40 ans, voire même de 30, qui participeraient à ce commerce où, je cite, "les garçons se tiennent sur la scène très éclairée par petits groupes de quatre ou six" ?

et il l’a même condamné en termes très forts. Il ne faut pas confondre confessions intimes avec prosélytisme. 

Confessions intimes ! Il l’a dit ! Il confirme donc que le contenu de ce roman est certainement, pour une bonne part, autobiographique. On est d’accord sur ce point ! Quand au reste je m’interroge : Sarko a-t-il vraiment lu ce livre ? Ou a-t-il fait semblant pour faire plaisir à Carla ? S’il a bien lu tous les passages a-t-il été choqué par certains ou pas ? Je vous laisse forger vous-même vos propres réponses, probablement cela n’a-t-il que peu d’importance.

Nicolas Sarkozy a estimé que les poursuites de la justice américaine contre le réalisateur Roman Polanski pour viol ne constituaient pas, trente-deux ans après les faits, « une bonne administration de la justice ».

J’eus préféré qu’il se prononça sur les réactions scandalisées de ses ministres Mitterrand et Kouchner. Pourtant d’habitude il ne rechigne pas à houspiller les petites mains. Ah oui mais ceux-là sont peut-être vues comme des cartes maîtresses...

Sur Clearstream

Interrogé sur ses déclarations à l’ouverture du procès Clearstream, lorsqu’il avait parlé de « coupables », mettant à mal la présomption d’innocence, il revient en arrière : « Ce que je voulais, c’est que la vérité éclate. Elle est en train d’éclater. Le mieux à faire est de laisser se dérouler ce procès, de faire confiance à la justice et de s’abstenir de tout commentaire. J’aurais été mieux inspiré de le faire dès le début. », reconnaît-il.

La vérité n’est pas en train d’éclater. Sauf si on lit l’article fort bien argumenté d’Imhotep (2), qui permet d’y comprendre un peu plus que ce qu’en dit la presse en général. En bref, Lahoud mytho on savait déjà ; Rondot n’est pas clair et MAM est étonnamment non-impliquée dans le procès. Tout çà n’est pas extrêmement bien parti, enfin espérons que les juges sauront trouver les tenants et les aboutissants de ce procès.

 

(1) http://www.20minutes.fr/article/355489/France-Nicolas-Sarkozy-Ce-n-est-pas-mon-fils-qui-est-vise-c-est-moi.php

 (2) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/et-clearstream-alors-disparu-63164
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 16 octobre 2009 12:10

    Concernant l’affaire Mitterand on remarque que Sarkozy en est resté à contester l’association pédophile -homosexuel sans même se rendre compte que le problème est celui de la moralité des ministres et de la représentativité de la France. Cela montre bien l’inversion des valeurs qui sont ancrées dans son esprit. Il apporte le soutien présidentiel à la prostitution en Thaïlande ; dont acte.


    • appoline appoline 16 octobre 2009 13:56

      @ Internaute,

      Il ne pouvait aller plus loin dans le débat sans risquer de se mettre en danger et pour cause, il sait très bien quelles sont les faiblesses de ses ministres. Une manière de garder la main mise sur eux, c’est possible. Pour expliquer les tendances de notre nain à s’entourer de personnages glauques, son intérêt sans doute mais celui de la France.


    • wesson wesson 16 octobre 2009 12:36

      Bonjour l’auteur,
      qu’a fait Monsieur Sarkozy pour essayer de reprendre la main ? Rien de plus que d’habitude c’est à dire de Déblatérer en évitant soigneusement de se mettre en danger.

      Déblatérer car il vient donner le change sur le Figaro (autant dire en pays conquis) avec 6 journalistes pour faire croire que qu’il puisse s’agir d’autre chose qu’un nième monologue.

      Et sans se mettre en danger, notamment avec son voyage de péteux à Gandranges, ou en fait personne n’était au courant pas même la valetaille médiatique qui n’ont même pas eu le temps matériel d’être là bas pour immortaliser l’évènement !

      Autrement dit, il ne s’est rien passé du tout.

      Toute ma compassion va à nos amis de la droite qui eux aussi sont en train de se rendre compte que le guignol qu’il ont porté au pouvoir s’est bien foutu de leur gueule ! Nous on était au courant depuis bien plus longtemps que ça !


      • Internaute Internaute 16 octobre 2009 12:47

        Vous êtes sévère pour le Figaro. A chacun ses lectures mais il faut quand même reconnaître que le Figaro (Internet) a publié toute une journée sur sa page d’entrée le « Talk » de Marine Le Pen, une vidéo de 11 minutes où elle a pu dire ce qu’elle avait envie de dire sans qu’on l’interrompe toutes les 10 secondes, ô miracle, pour lui poser une question sur le Maréchal Pétain.


      • Daniel Roux Daniel Roux 16 octobre 2009 13:03

        Exemple caricatural de la mauvaise fois et du cynisme de Sarko.

        « Il s’agit d’une élection. »

        La droite et l’Etat étant majoritaire à l’Epad, il s’agit bien d’une désignation d’autorité. Les élus de droite dépendent directement de Sarko qui décide des investitures, et les fonctionnaires obéissent aux instructions de leur hiérarchie qui obéissent à Sarko.

        Tout le monde le sait, y compris les journalistes des grands médias, qui répètent tant et plus : « C’est une élection, pas une nomination ».

        Avez vous remarqué le léger glissement sémantique sur les responsabilités ?

         « On n’est pas trop de deux pour assumer la responsabilité d’un pays de 65 millions d’habitants ».

        En 2007, Sarko pérorait : « Je suis le seul responsable, moi seul décide. Vous me jugerez en fin de mandat ».
        En 2009, le premier ministre est promu co-responsable.
        En 2011, à l’heure du bilan, le passage des responsabilités du méga-fiasco Sarkozien, risque de ressembler au jeu de la patate chaude.

        Plus que 2 ans à le supporter.


        • furio furio 16 octobre 2009 13:04

          s’il n’y avait que cela à reprocher à Talonetto !! Mais il y a pire. Et notamment les affaires qui ont précédé son élection par 53 % d’électeurs abrutis. Les 300 000 euros empochés lors de l’acquisition de son bien immo sur lîle de la Jatte, et une affaire dont il faudra bien un jour débattre l’achat, la vente de la Salle Pleyel.
          Il y a là deux affaires qui auraient dû mettre la puce à l’oreille à ces 53% de neus neus !
          la jatte c’est s’empiffrer, se goinfrer et profiter du système par l’arnaque.
          L’autre c’est le favoristisme pour son entourage !
          Ce type se prend pour le Roi Soleil, sauf qu’il n’a pas la taille, ni le talent pour régner.
          Nous n’en somes qu’au début, il reste 2 années à supporter ce sinistre hongrois.


          • SURVEYOR 16 octobre 2009 13:19

            De quelle élection nous parles t’ont, celle où un clan sous pression vote, peut être même à main levée ????? La bonne blague, ils font tous dans leur froc, la langue usée à force de lécher à tout va, pauvre démocratie...... 
            Au faite, lorsque vous écoutez un discours de Nicolas 1er, pensez l’exact contraire....... Reprenez tous ses discours et regardez ce qui a était fait et vous saurez.....


            • BA 16 octobre 2009 13:21

              Dans l’hebdomadaire Bakchich, mercredi 7 octobre 2009, page 4, Nicolas Beau écrit :

              «  L’affaire qui hante les nuits de Sarko.

              Bakchich a consulté les cahiers de Gérard-Philippe Menayas, ancien directeur financier de la DCNI (Direction des Constructions Navales Internationales). Nous en publions des extraits. Pour l’instant, le Parquet de Paris fait tout pour que ces éléments extrêmement sensibles soient exclus du périmètre de l’information judiciaire.

              Rédigés jusqu’en mars 2008, ces écrits ne constituent que des «  allégations non vérifiées  », comme le constate une note de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), dont Bakchich a pu prendre connaissance. Reste qu’à l’Elysée, mais aussi chez les socialistes, on suit comme le lait sur le feu l’évolution de ce dossier judiciaire explosif.

              Passionnants à décrypter, les cahiers Menayas comportent de nombreuses initiales  : NS pour Nicolas Sarkozy, JPP pour Jean-Paul Perrier, président de Thales International. Des codes apparaissent également  : BACCHUS pour Jean-Marie Boivin, grand manitou des commissions  ; DD pour Andrew Wang, l’intermédiaire flamboyant qui reçut près d’un demi milliard de dollars pour le contrat des frégates.

              1- Balladur et Guigou mis en cause.

              A propos du contrat des frégates, les cahiers Menayas révèlent que «  l’un des principaux bénéficiaires serait Edouard Balladur. L’autre, Elisabeth Guigou, grâce à un système élaboré de prêts adossés.  »

              Toujours d’après les cahiers Menayas, «  les masses financières dont Andrew Wang assurait la circulation occulte étaient destinées à la France et, pour une part substantielle, à l’Allemagne. Pour notre pays, elles devaient revenir au Parti Socialiste, à des membres du Parti Républicain, et à des balladuriens, via Charles Pasqua.  »

              Notons qu’une des rares traces de rétro-commission retrouvée par le juge suisse Paul Perraudin concernait Etienne Leandri qui, jusqu’à son décès en 1995, fut le grand argentier de Charles Pasqua.

              Ailleurs, Gérard Menayas note  : «  Les rétros JMP / Bravo (nom de code du procès des frégates) ont été rétrocédées à J.Y. Le Drian  », ancien maire de Lorient.

              Enfin, «  JPP (Jean-Paul Perrier) a utilisé la société Lobbying Transasia Developpement, présidée par Jean-Marie Cambacérès.  » Jean-Marie Cambacérès, ancien député socialiste, était un spécialiste de l’Asie.

              2- L’Elysée suit le dossier de près.

              «  Les autorités luxembourgeoises auraient découvert que NS aurait été intéressé à SW2 (le contrat de ventes de frégates à l’Arabie Saoudite) avec le concours de Nicolas Bazire, voire de Jean-Luc Lagardère, dont il a fréquenté les haras  » note Menayas.

              Le nom de Nicolas Bazire, à l’époque directeur de cabinet d’Edouard Balladur, n’apparaît pas par hasard. Un rapport de la DNIF (Division Nationale des Investigations Financières), daté du 5 mars 2007, et versé au dossier des juges Hullin et Desset, revenait sur la création de Heine, une des officines luxembourgeoises créées par la DCNI  : «  Une chronologie fait apparaître que la création de la société Heine, au deuxième semestre 1994, s’est faite après accord de Nicolas Bazire et du ministre Nicolas Sarkozy  », notait le rapport des flics financiers.

              D’après les cahiers Menayas, Nicolas Sarkozy aurait envoyé deux émissaires rencontrer Bacchus (Jean-Marie Boivin), l’homme-clé des commissions des constructions navales. Cette initiative, pouvons-nous préciser à Bakchich, date de l’époque où Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur. L’enquête préliminaire qui devait aboutir à l’ouverture d’une instruction judiciaire était engagée. Il y avait le feu au lac apparemment.

              Par ailleurs, Bacchus aurait reçu plus tard un courrier à l’en-tête de la présidence de la République, de Claude Guéant, bras droit de Sarkozy, «  s’excusant que le numéro 1 n’ait pas le temps de recevoir Bacchus  », mais s’engageant «  sur un RV avec Hervé Morin  », ministre de la Défense.

              3- Un procureur de Paris prudent.

              Dans un courrier interne daté du 22 novembre 2007 et que le site Bakchich Info avait publié, le procureur Jean-Claude Marin avait effectivement averti sa hiérarchie qu’il allait «  circonscrire  » l’enquête aux éléments les moins sensibles…

              «  JC Marin, petit frère, pilote l’instruction, dont il a sérieusement réduit le périmètre. Il y a malgré cela affecté deux magistrats de premier plan. C’est un opportuniste, balladurien reconverti à NS  », note enfin Gérard Menayas.

              Nicolas Beau.


              • Jean Lerroux 16 octobre 2009 13:30

                @ furio

                Pour qui avez-vous votez en 2007, 1er et 2nd tour ?

                PS 1 : à la lecture de votre commentaire merveilleux d’intelligence et d’esprit avec ses « Talonetto », « 53% de neus neus », « sinistre hongrois », il est bien entendu impossible de vous considérer comme un neu neu...
                PS 2 : 2 études (1 américaine et 1 scandinave) ont démontré que les personnes qui se moquaient de la taille des autres étaient généralement des complexés qui avaient une toute petite zigounette.
                Ce n’est pas trop handicapant d’avoir un cure dent dans le calcif ? (Un conseil : demandez à votre copine de vous prendre en bouche après les repas. Ca la dépannera...)
                PS 3 : j’y jouerai un peu plus tard.


                • cathy30 cathy30 16 octobre 2009 14:13

                  Wa, jean leroux piqué au vif par furio, et il a l’humour plutôt rance.
                  Avec votre théorie scandinavo-américaine, une bonne majorité des français ont de petits sexes.


                • Bernie Bernie 16 octobre 2009 16:39

                  Vu que notre omniprésident est absolument complexé par sa taille, vous voulez nous dire qu’il est mal doté ? Mon dieu, je n’ose imaginer que vous pensiez cela. Et si vous jugez que la valeur d’un homme se mesure a la taille de son engin....

                  Continuez la PS3, je crois que c’est mieux pour vous.


                • Ocséna 16 octobre 2009 13:54
                  Starring Jean Sarkozy junior et Jean Sarkozy senior (zaz)
                   
                  **************************
                   
                  Jean Sarkozy : déclarations de soutien
                   
                  La question scientifique encore plus que politique est médicalement la suivante : comment des adultes majeurs non forcés en secret peuvent-ils sortir de pareilles étrangetés sans être illico victimes d’ embolies.
                   
                  La réponse est claire : à l’UMP ils prennent tous de l’aspirine.
                   
                  Oui ! Par la narine !
                   
                   
                  *************
                   
                  Légitimité démocratique
                   
                  Pour toute l’UMP unanime, Jean Sarkozy a incontestablement été adoubé par le sucrage universel.
                   
                   
                  ******************
                   
                  -Oslo :
                   
                  Le Nobel de la paix échoit à Obama.
                   
                  -Paris :
                   
                  L’EPAD échoit ici à Jean.
                   
                  Bon ben, on perd pas tout : les uns ont le Nobel, les autres ont le bonbel.
                   
                   
                  **************
                   

                  • PtitLudo PtitLudo 16 octobre 2009 15:45

                    Ce que je ne comprends pas c’est qu’un long monologue de Sarkozy dans le figaro soit repris à n’en plus finir par tous les médias. Il a choisi de s’exprimer dans le figaro, donc il s’adresse à un lectorat clairement orienté.

                    Pourquoi infliger ça ensuite à n’en plus finir à tout le monde (si je n’achète pas le figaro c’est un choix, je n’ai pas envie que l’on m’en fasse une lecture quand je regarde la télé ou que j’écoute la radio !).


                    • PtitLudo PtitLudo 16 octobre 2009 15:46

                      ou dans d’autres journaux d’ailleurs également (comme 20mn. cité dans l’article).


                      • fhefhe fhefhe 16 octobre 2009 15:55

                        Ses Primes....sur les affaires sont incommensurables..... !!!
                        Sinon comment être le Leader de ...L’

                        U nion
                        M oney
                        P rofit ????

                        Qui peut totaliser les sommes prises dans les caisses VIDES de l’Etat...(Dixit Fillon en Janvier 2008....)

                        Madoff est un petit joueur....sa pyramide....n’a rien à voir avec celle de nôtre Pharaon !!!!



                        • TSS 16 octobre 2009 18:33


                          j’ai bien aimé le « Times » Union pour Mon Papa... !!


                        • Traroth Traroth 16 octobre 2009 17:57

                          Quelqu’un écoute encore la rhétorique creuse de Sarkozy ? Mais ce type ment comme il respire ! Les petits scandales, c’est du bon cinéma pour occuper les foules pendant qu’on démantèle tout ce qu’on peut démanteler en France. Pourquoi passer autant de temps à analyser ses paroles et si peu à analyser ses actes ?

                          La Poste et EDF qui vont bientôt être privatisées, les déficits publics tellement abyssaux qu’on n’en voit plus le fond, la destruction de la Sécurité sociale (la dette est titanesque, et pourtant, dans le plan pour les paysans, on annonce... des baisses de charges ! Mais rien pour remonter les cours du lait. Bref, l’assuré social va subventionner la grande distribution par paysans interposés !), le chômage galopant qu’on a visiblement renoncé à maitriser, la fuite des cerveaux, la fuite des emplois, la fuite des capitaux, la « réforme du capitalisme » qui n’est qu’un mensonge de plus, etc, ad nauseam. Voila les sujets dont il faut parler.

                          Le nabot (et ce n’est pas de sa taille physique que je parle) qui case son rejeton médiocrissime (au moment où ’il devient président de l’EPAD, il redouble sa deuxième année de droit en toute discrétion. Tout un symbole !), c’est pénible et injuste, mais ça lui fait plus de mal que de bien. Personnellement, je m’en tamponne l’oreille avec une babouche. Il aurait voulu briser la carrière politique de son fils qu’il ne s’y serait pas pris autrement. On devrait presque le remercier de désamorcer un autre futur politique cynique et incompétent, clone de lui-même !

                          Aux armes, citoyens !


                          • joelim joelim 16 octobre 2009 18:54

                            Analyser la fausseté de ses paroles est constructif, à mon sens. La bataille qui se joue est celle de l’intelligence contre la bêtise. Déconstruire la formidable toile d’araignée qui recouvre la France, fait partie des réactions nécessaires pour éviter le pire. Ok, un titre et une illustration moins neutres euent peut-être été plus utiles. Quoique, sa posture sur cette photo fait irrésistiblement penser à un Bokassa ou un Omar Bongo, je trouve. 

                            Oui, Jean Sarkozy est trop jeune pour comprendre les aboutissants de cette affaire. Çà va être dur pour lui, pourtant ce n’est pas lui qui scandalise les français bien sûr, il n’est qu’un pion dans la dynastie sarkozienne qui tente de recouvrir la France.

                            Je pense avoir prouvé que l’amalgame dénoncé par Sarkozy fût fait par Mitterrand lu-même, devant Nalleau. Après, çà intéresse ou pas c’est autre chose.

                          • Traroth Traroth 16 octobre 2009 21:17

                            On est d’accord. Ce que je veux dire, c’est que ces petits scandales ne sont que roupie de sansonnet. Le vrai problème que pose Sarkozy est ailleurs. On peut presque considérer ces histoires comme de la poudre aux yeux, du storytelling. C’est d’abord sa politique qu’il faut dénoncer. La France mettra longtemps, trèèèès longtemps à se remettre de Nicolas Sarkozy. En supposant que ça soit possible...


                          • Giscardo 16 octobre 2009 19:34

                            Un article qui ressemble à un devoir d’un pauvre petit collégien qui essaye de faire comme ses copains qui sont contre Sarkozy pour pouvoir entrer dans leur bande, avec un résultat d’une indigence comique tellement c’est idiot.

                            Si « a bataille qui se joue est celle de l’intelligence contre la bêtise », il ne fait aucun doute que Joelim le petit perroquet combat dans le camp de la bêtise.


                            • joelim joelim 16 octobre 2009 19:57

                              J’aime bien, çà répond vachement à mes arguments.


                              « Vachement » est le mot. ^_^

                              Merci de confirmer que ce que je dis n’est pas réfutable.

                            • joelim joelim 16 octobre 2009 23:53

                              Tiens, qu’est-ce que je disais :

                              Ali Bongo, investi vendredi à la présidence du Gabon, a promis de privilégier le mérite


                              A 19h je compare Sarko à Omar Bongo, et je dis dans l’article que le premier est un spécialiste du discours sur la réussite au mérite.

                              Et bing : 3 heures après, l’Express publie un nartic sur le fils Bongo (Ali) qui promet de privilégier le mérite !

                              Explication : Ali a compris que si un Président peut dire çà en France sans donner l’exemple, çà sera d’autant plus facile dans son pays. CQFD.

                              Quant à la comparaison entre Nicolas Sarkozy et le Omar Bongo elle ne tient pas finalement. En effet Ali est le fils aîné de Bongo, pas son 2ème fils ! (joke)

                              Extrait de wikipedia sur Omar Bongo : 
                              Au fil de près de quarante années de pouvoir ininterrompu, Omar Bongo a placé sa famille au cœur de l’État, elle est de fait omniprésente dans le gouvernement gabonais comme dans l’administration, l’économie ou les médias.

                              Aïe. Pourvu que Nicolas ne s’inspire pas trop d’Omar !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès