• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy, un boulet pour l’UMP

Sarkozy, un boulet pour l’UMP

Il est clair désormais que Nicolas Sarkozy a pour objectif de reprendre, d’une manière ou d’une autre, le contrôle de l’UMP afin d’asseoir sa candidature en vue de la présidentielle de 2017. Ce serait, pour son parti, le pire des scénarios. N’en déplaise aux sympathisants de l’UMP nostalgiques du quinquennat passé, l’ex-président de la République deviendrait en effet un terrible boulet pour son camp...

Les récentes déclarations de Brice Hortefeux et Nadine Morano – porte-paroles habituels de Nicolas Sarkozy depuis le vrai-faux « retrait de la vie politique » annoncé au lendemain de la défaite de 2012 – ont exprimé sans ambiguïté le désir viscéral de l’ex-président de revenir aux affaires pour briguer un nouveau mandat élyséen en 2017. Un retour qui pourrait se faire lors du Congrès du parti qui se tiendra durant l’automne, en recourant à la technique du bulldozer. But de l’opération pour Sarkozy : imposer aux militants sa « stature présidentielle » au nez et à la barbe de tous les autres caciques de l’UMP. Principaux visés : messieurs « Ducon » et « Durien », autrement dit Alain Juppé et François Fillon en langage sarkozyste.

Cette stratégie de reconquête à la hussarde ne doit rien au hasard : il en va de la survie politique de l’homme aux 600 millions d’euros de déficit. Et pour cause : son image ne cesse de s’effriter, y compris chez les sympathisants de l’UMP, tandis que celle d’Alain Juppé prend toujours plus de hauteur. Résultat : le maire de Bordeaux vient désormais talonner Sarkozy dans les sondages. Mais il y a pire encore : quoi qu’ils en disent, la plupart des ténors de l’UMP sont en effet d’ores et déjà dans les starting-blocks pour la course au titre de candidat officiel du parti. Et tous, sans exception, sont bien décidés à faire respecter l’organisation de primaires actée par une très large majorité des militants le 30 juin 2013. Or, Sarkozy sait qu’une fois ce processus des primaires lancé, il serait définitivement hors-jeu, sauf à envisager une candidature parallèle suicidaire, tant pour lui que pour les chances de la droite de reconquérir le pouvoir, malgré la déconfiture envisageable du Parti Socialiste.

Précisément, parlons-en de cette probable déconfiture du PS. À l’évidence, elle ne sert pas les intérêts de Sarkozy. Et pour cause : sauf retournement spectaculaire de la conjoncture économique et baisse significative du nombre des chômeurs, le candidat socialiste en 2017, qu’il s’agisse de François Hollande ou de tout autre champion suffisamment téméraire pour relever le défi, devrait être largement distancé au 1er tour de la présidentielle. Distancé, mais surtout éliminé du duel de 2e tour où l’on devrait logiquement retrouver Marine Le Pen face au candidat de l’UMP. Avec une conséquence évidente : le candidat de la droite républicaine devrait être élu sans difficulté président de la République, et cela même si la victoire est acquise de manière nettement plus étriquée qu’en 2002, eu égard au profond ressentiment des électeurs populaires à l’encontre des partis dits « de gouvernement ». Énoncé d’une manière différente et quelque peu triviale, cela revient à dire que même un âne aux couleurs de l’UMP a toutes les chances de gagner la présidentielle de 2017 !

Dans de telles conditions, Sarkozy ne peut, comme il en forme le projet, se présenter comme le seul véritable espoir d’un retour de la droite au pouvoir. Et moins encore comme le seul recours pour enrayer la menace frontiste, n’importe quel clampin estampillé UMP ayant toutes les chances de ravir la mise. Comble de la difficulté pour Sarkozy, les ténors Juppé et Fillon, ainsi que l’armada des quadras aux dents longues sont fondés à croire que leur tour est venu. Avec, à la clé, de solides ambitions que le parcours de Hollande, parti de 3 % dans les sondages en 2011, et la certitude d’une victoire UMP au 2e tour de 2017 attisent comme jamais. Ceux-là feront tout pour barrer la route à Sarkozy et ne pas se laisser imposer un abandon des primaires de la droite qui pourrait ouvrir un boulevard à un retour du battu de 2012, malgré cet échec et sans que le bilan de son quinquennat ait été soldé.

Au-delà des ambitions et des postures actuelles des nombreux « présidentiables » de l’UMP, ce sont les militants de la droite (et peut-être du centre-droit si un accord peut être passé avec l’UDI) qui, par leurs votes, décideront quelle route doit être suivie en vue de l’échéance de 2017. Des militants qui, dès avant le Congrès de l’UMP, devront se poser les bonnes questions, et notamment celles-ci :

Faut-il, dans l’optique de la présidentielle de 2017, repartir avec un Nicolas Sarkozy dont le bilan politique et économique a été médiocre, et de surcroît pollué par des dérives comportementales indignes de la fonction présidentielle, au risque d’alourdir le climat par des réactions virulentes d’opposition, voire de haine d’une partie de la population française ?

Faut-il, au contraire, s’engager résolument dans la voie, décidée en 2013, de primaires à droite qui permettront de faire émerger un candidat au caractère affirmé mais nettement moins clivant, capable de réunir sur son nom une large partie de l’électorat républicain, et cela dans un contexte très favorable à une alternance politique ?

Poser ces questions, c’est y répondre. Comment croire raisonnablement que les militants de l’UMP prendront le risque de redonner les clés de leur parti à l’homme dont le quinquennat a été marqué par une suite d’échecs électoraux et par un bilan socioéconomique ayant largement contribué à la défaite de leur camp lors de la dernière présidentielle ? Comment, de surcroît, ne pas prendre en compte les multiples dossiers judiciaires qui menacent Sarkozy, à commencer par les développements de l’affaire Bygmalion et les révélations corrélatives sur le financement illégal de la campagne de 2012 dont nul ne peut croire que le principal bénéficiaire a tout ignoré comme il cherche à le faire gober aux naïfs ?

Ce n’est pas une, mais plusieurs épées de Damoclès qui tiennent à un fil sur la tête de Sarkozy et peuvent, à tout moment, hypothéquer son avenir, voire le stopper net comme Strauss-Kahn en 2011 pour d’autres raisons. Avec le risque concomitant de laisser le parti désemparé au pire moment alors qu’il a toutes les chances de rafler la mise lors de la présidentielle et des législatives de 2017. Il est clair que Sarkozy est devenu un boulet pour l’UMP.

Un boulet pour l’UMP, mais aussi un boulet pour la France, si Sarkozy est rattrapé par les affaires après avoir réussi à mener à bien son OPA sur le parti. Si tel était le cas, c’est un boulevard qui s’ouvrirait pour Marine Le Pen et le Font National !

  


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

226 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 16 juin 2014 08:29

    Bonjour Fergus,

    Il serait grand temps que le peuple se réveille et arrête de croire que ce genre de type qui n’est rien d’autre qu’un libéral mondialiste convaincu et un carriériste égocentrique fera quelque chose pour les citoyens. Inutile de rappeler ses nombreuses trahisons envers son pays pas plus que les nombreuses casseroles judiciaires qu’il traine. Il faut virer une bonne fois pour toute cette oligarchie d’arrivistes et de menteurs qui soldent la nation à l’oncle Sam. De droite comme de gauche, il faut donner, par nos votes, la parole à ceux qui la rendront au peuple. Peut-être serait-il bon de commencer à écouter sérieusement des (Assilineau, Chouard, Onfray et autres vrais démocrates).


    • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:13

      Bonjour, Gabriel.

      Il serait temps, en effet, que le peuple français cesse de se faire manipuler par des aventuriers de ce genre, dont le profil « carriériste égocentrique », comme vous l’avez souligné fort justement, prend largement le pas sur les intérêts du pays.

      Peut-on espérer que les militants de droite auront la lucidité de tourner définitivement la page du sarkozysme ? Il faut l’espérer pour le pays car seul le chaos peut naître d’un retour de Sarkozy aux affaires. Quoi que l’on pense des idéologies conservatrices, il ne manque pas, à droite et au centre, de personnes capables de gouverner si les électeurs en décident ainsi. C’est vers ces personnes que les militants devront se tourner.


    • Henri Diacono 16 juin 2014 14:18

      Hélas Gabriel, à en croire tous les récents sondages et même le comportement actuel de certaines de ses corporations, le peuple de France, bien endormi aura beaucoup de mal à se réveiller.

      Et si le Ptit’ Napoléon décidait de briguer une fois encore le poste de chef pour éviter les que les casseroles qu’il traine s’effacent devant son immunité retrouvée ? 


    • jmdest62 jmdest62 17 juin 2014 09:07

      bonjour Fergus

      « ...un boulet pour l’UMP... » NON ! un BOULET tout court  smiley

      @+


    • Fergus Fergus 17 juin 2014 10:01

      Bonjour, Jmdest62.

      Oui, un boulet tout court. J’ai simplement voulu montrer qu’il l’est d’ores et déjà, dans un premier temps, pour son propre parti.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juin 2014 15:38

      Bonjour Fergus


      Je ne crois pas qu’on revoit Sarko à l’Élysée. La mode américaine qui nous aura envahis encore plus avec TAFTA fera qu’on cherchera une nouvelle figure, pour avoir le suspense qui fera lever le soufflé démocratique le temps de souffler les chandelles. De toute facon la meme clique restera au pouvoir. Voyez-vous une seule chose que changerait l’UMP a ce que fait presentement le PS ? 

      Il est difficile de voir la politique actuelle autrement que comme un autre « jeu » qui prendra le releve du Mondial suivi une guerre locale bien médiatisée pour divertir les badauds ... Je revois Chirac nous disant que gagner la Coupe du Monde avait été « un des grands moments de l’Histoire de France » . Je pense que vous aves raison : la vie, c’est de regarder la terre se dorer de genêts en Lozère.

      Pour Sarkozy, lui ou un autre, les Argentins disent : « ¡ Que se vayan todos ! »


       Pierre JC



    • lsga lsga 17 juin 2014 15:43

      Une partie des députés UMP viennent de prendre position contre la réforme de la SNCF. C’est un signe. 

       
      Sarkozy va revenir avec un programme plus à gauche que celui de Jean-Luc Mélenchon (ce qui n’est franchement pas difficile, vu que le programme du FdG est plus à droite que le programme du PS des années 80).
       
      C’est la fracture sociale : le retour. Comme les français ont un quotient intellectuel très faible (on l’a vu aux européennes), il est extrêmement probable qu’ils tombent dans le panneau et que Sarkozy soir réélu haut la main.

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:41

      Bonjour, Pierre.

      Merci pour votre commentaire.

      Je crois d’autant moins que l’on verra à nouveau Sarkozy à l’Elysée que les nouveaux développements de l’affaire Bygmalion (cf. Le Monde d’aujourd’hui) nous apprennent que les 44 meetings de campagne de Sarkozy ont tous donné lieu à des fausses factures pour un total de plus de 16 millions d’euros, 4,3 seulement ayant payé les prestations, le reste étant détourné. Qui peut croire que le principal bénéficiaire, un certain Nicolas S. n’ait pas été le donneur d’ordre, même si son nom n’apparaît sur aucun document ?

      En outre, je crois, comme vous, que les puissants lobbies industriels et financiers qui font la pluie et le beau temps dans le ciel de la politique occidentale auront à cœur de chercher un autre valet, moins typé psychopathe et encore à peu près vierge de casseroles judiciaires par trop tintinnabulantes. A suivre...

      Le fait est que retrouver régulièrement la sérénité des paysages de Lozère et la philosophie innée des habitants de ces contrées rudes est toujours un moment de grande joie et l’occasion de recharger les accus avant le retour dans les arènes pas toujours bien odorantes de la vie quotidienne moderne.


    • lsga lsga 17 juin 2014 16:44

      mais Fergus : Plus les politiques sont corrompus et ont d’affaires, plus les français votent pour eux ! C’est statistiques, cela fait 50 ans que c’est comme ça !

       
      Les affaires de Sarkozy augmentent donc CONSIDÉRABLEMENT ses chances d’être réélus. 

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:44

      @ Isga.

      Le retour éventuel de Sarkozy sera beaucoup plus difficile que vous semblez l’imaginer. Et le poids des affaires risque de jouer un rôle prépondérant dans ce scénario. Je ne crois pas que les Français seront assez stupides cette fois-ci pour donner les clés du pouvoir à un aventurier de ce type. Tout dépendra, dans un premier temps, de l’attitude des responsables et des sympathisants de l’UMP.


    • lsga lsga 17 juin 2014 16:48

      oui, les affaires vont jouer un rôle prépondérant : elles vont rendre Sarkozy sympathique aux yeux des français et augmenter considérablement son score.

       
      Wou ou : On est en France ! Plus les politiques ont d’affaires, plus les gens votent pour eux !
       
      À cela, ajouter que Sarkozy aura un programme plus à gauche que celui de Mélenchon, et l’affaire est réglée. 
       
      Enfin sans rire : on vit dans un pays d’abrutis, ce serait bien que vous le preniez en compte un peu... 

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:56

      @ Isga.

      Non, on ne vit pas dans un pays d’« abrutis ». Et si les Français reconduisent des individus douteux dans leurs fonctions, c’est avant tout au plan local parce qu’ils espèrent, plus ou moins consciemment, profiter directement ou pas, des magouilles de ces élus. Rien à voir avec le plan national, même si Chirac a pu être réélu avec de nombreuses casseroles, mais sur des dossiers d’une gravité infiniment moindre que les soupçons gravissimes qui pèsent sur Sarkozy.


    • lsga lsga 17 juin 2014 17:14

      mais si on vit dans un pays d’abrutis... D’ailleurs, la Droite a eu le pouvoir pratiquement tout le temps depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et les militants socialos ont mis la droite à la tête de leur parti. 

       
      Tous les hommes politiques ayant eu des affaires ont été réélu haut la main, avec une augmentation de leur score. 
       
      La seule chose qui pourrait bloquer Sarkozy, c’est une Eva Joly qui aurait le courage de l’envoyer derrière les barreaux avec une peine d’inéligibilité. 

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 juin 2014 19:19

      @ Isga & Fergus


      Il n’y a pas de « pays d’abrutis » mais des régimes abrutissants. Celui que nous avons, mis en place par le 0,0001% est le plu efficace d etous les temps, avec un maximum de controle et un minimum de contraites. Avec la maitrise de l’information/opinion (medias) et de la richesse/corrption (banques) on peut donner a l’individu une liberté quasi totale au quotidien mais AUCUNE quant sa gouvernance. La démocratie que nous avons, helas, est totalemnet discréditée. 

      On pourrait faire mieux et on le fera, mais au prix d’une metamorphose à laquelle la population n’est pas prète. La chenille ne veut pas devenir papillon. Nous avons donc un hiatus a vivre, et le prochain chapitre sera une periode de lutte entre anarchie et fascime. Ce ne sont pas des temps réjouissants.


       PJCA



    • lsga lsga 18 juin 2014 19:34

      tiens, pour une fois, je suis d’accord avec vous JC. 

       
      à ceci prêt qu’une véritable démocratie ne peut-être que directe et mondiale. 

    • Fergus Fergus 18 juin 2014 20:08

      Bonjour, Pierre.

      Je persiste à penser que ce ne sont pas, en eux-mêmes, les systèmes de démocratie représentative des sociétés occidentales qui sont en cause, mais l’apathie des peuples, leur paresse intellectuelle, directement responsables de la reconduction d’élites qui les manipulent. Ce sont les peuples qu’il faut changer en leur faisant prendre conscience de leur complicité avec ces élites corrompues, et celles-ci seront éradiquées.

      Si tel n’est pas le cas, ira-t-on vers « l’anarchie ou le fascisme » ? Pas forcément, car les élites sauront peut-être ne pas pousser le bouchon trop loin, jusqu’à un point de non-retour. Le pire n’est donc pas sûr, mais le risque existe, tant est grande la voracité des puissants de l’ombre. 


    • colere48 colere48 16 juin 2014 08:35

      « messieurs « Ducon » et « Durien », autrement dit Alain Juppé et François Fillon en langage sarkozyste »

      Comment faire confiance à un homme qui s’est « adjoint » un « Durien » pour gérer la France pendant 5 ans ? Quel aveu !!
      Ce type est un voyou avec un langage de voyou smiley


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:18

        Bonjour, Colère48.

        Entièrement d’accord avec vous. Rappelons-nous, à cet égard, que Sarkozy a, depuis sa campagne de 2006-2007 et durant tout son quinquennat, traité de « connards », d’« abrutis » ou d’« enculés » à peu près tout le monde dans le pays : ses collaborateurs, ses ministres, les magistrats, les syndicalistes, les adversaires politiques, les jeunes de banlieue, les chercheurs, les Bretons, et la plupart des corps constitués !

        Je partage totalement votre conclusion.


      • Hermes Hermes 16 juin 2014 12:58

        Et récidiviste !


      • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 16:37

        Comment faire confiance à un homme qui s’est « adjoint » un « Durien » pour gérer la France pendant 5 ans ? Quel aveu !!
        Et comment faire confiance aux « Ducon » et aux « Durien » ayant accepté de lui servir de carpette et de lui cirer les pompes pendant 5 ans, et qui crachent aujourd’hui dans la soupe ???


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:47

        Bonjour, Hermès.

        Multirécidiviste ! Je suggère la peine plancher : 30 ans d’interdiction de vie politique.


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:50

        Bonjour, Abou Antoun.

        Vous avez raison. Le problème est que tous les responsables politiques susceptibles de jouer un rôle de premier plan ont été, à un moment ou un autre le Ducon ou le Durien d’un Chirac, d’un Sarkozy ou d’un Hollande.


      • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 19:05

        Bonsoir Fergus,
        Cela s’applique évidemment à notre Président en exercice qui en tant que secrétaire du Parti a été pendant 11 ans le Durien de tous les éléphants.
        Bref, c’est le principe de Peter appliqué à la politique. Le système est vraiment à bout de souffle.
        Le tirage au sort offre une petite chance de trouver une personne compétente. La ’promotion interne’ n’en offre aucune.


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 19:25

        @ Abou Antoun.

        Le problème vient surtout du fait que ce sont ceux qui ont les dents les plus longues qui s’imposent face à ceux qui sont plus compétents mais n’ont pas un caractère de tueur. Cela existe aussi en Scandinavie mais à un degré moindre. sans doute aurions-nous intérêt à nous inspirer de leur fonctionnement.

        Le tirage au sort me laisse dubitatif.


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 17 juin 2014 10:12


        OUI MAIS UN BOULET FOU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Fergus Fergus 17 juin 2014 10:20

        Bonjour, Tous ensemble.

        Beaucoup partagent votre avis. Je vous invite, à cet égard, à lire (ou relire) ce portrait : Qui suis-je ?



        • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:26

          Bonjour, Zygzornifle.

          Merci pour ce lien. Oui, Sarkozy s’est en effet illustré dans le passé dans une activité peu en rapport avec l’éthique qui devrait foncièrement caractériser un homme d’Etat. Sarkozy a toujours vénéré l’argent, pour lui-même, mais aussi pour les autres s’il en tire (ou espère en tirer) un avantage, comme l’a montré la scandaleuse affaire Tapie.

          Le plus cocasse est qu’il a dit un jour que « les Français ont un problème avec l’argent » sans se rendre compte un instant que ceux qui ont un problème avec l’argent sont ceux qui en veulent toujours plus et sont prêts à tout pour cela.

          Il est vrai que des Français des classes populaires ont eux aussi un vrai problème avec l’argent : en raison des coups portés par les gouvernances libérales, c’est à une paupérisation croissante qu’ils sont confrontés. Et des gens comme Sarkozy, mais aussi Hollande, portent dans ce constat une grande responsabilité.


        • zygzornifle zygzornifle 16 juin 2014 16:29

          Fergus


          Il est vrai que Sarkozy a dit « les Français ont un problème avec l’argent » 
          notre ancien président est un véritable visionnaire car il apparaît que nous avons effectivement un gros problème avec l’argent car pour la plupart des citoyens celui çi se fait de plus en plus rare après le passage du gouvernement ....


        • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 22:20

          Le plus cocasse est qu’il a dit un jour que « les Français ont un problème avec l’argent » sans se rendre compte un instant que ceux qui ont un problème avec l’argent sont ceux qui en veulent toujours plus et sont prêts à tout pour cela.
          Les autres n’ont que des problèmes d’argent.


        • jako jako 16 juin 2014 08:46

          Bonjour Fergus et à tous. Bon ici sur avox ce type est mort et enterré, on attend les juges, mais ils tardent. Marine n’est pas la seule alternative, je remarque que des personnes plutot correctes comme Bruno Lemaire par exemple sont très peu médiatisées, seules les trois (sarko,walls et marine) sont présentées en alternative, il y en a d’autres.


          • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:30

            Bonjour, Jako.

            Vous avez raison sur la médiatisation.

            Le Maire, probablement l’un des plus équilibrés des caciques de la droite et l’un de ceux qui développent la meilleure argumentation en débat, pourrait être un outsider sérieux lors des primaires UMP si celles-ci ont lieu. Et si d’autres ne lui plantent pas un couteau dans le dos, bien dans la manière habituelle du RPR-UMP.


          • wesson wesson 16 juin 2014 12:45

            bonjour jako,


            «  Bon ici sur avox ce type est mort et enterré, on attend les juges, mais ils tardent. »

            Et vous allez pouvoir les attendre longtemps ! Le PS a déjà compris la formidable chance que représenterai pour eux une candidature Sarko en dissident de la droite : c’est la garantie quasi assurée d’un ticket PS-FN pour le second tour. Mais pour que cela soit possible, il faut pas que les affaires arrivent trop vite et n’en viennent à griller définitivement Sarko. 

            Bref, je pense que sur le front judiciaire, l’atmosphère en sera à se hâter lentement. 

          • Fergus Fergus 16 juin 2014 12:59

            Bonjour, Wesson.

            Je pense moi aussi que la justice va se hâter lentement pour traiter les affaires dans lesquelles Sarkozy est impliqué. Encore que les magistrats pourraient accélérer le mouvement et intensifier les investigations si Sarkozy effectuait réellement un retour au 1er plan.

            En revanche, je ne crois pas du tout à une candidature dissidente de sa part, hors UMP. Ce n’aurait de sens pour personne à droite et cela ferait de Sarkozy une cible à abattre par tous les moyens.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 juin 2014 08:57

            Bonjour Fergus,
            je me suis refusé d’écrire un mot sur ce boulet et ne suis pas canon mais allumette...
            ne le soutiendrais que s’il ouvre une pizzéria sur la cote.


            • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:31

              Bonjour, Lisa.

              Si tu fais allusion à la côte picarde, ce n’est pas gagné !


            • Defrance Defrance 16 juin 2014 17:50

               Bonjour Fergus ,
               La cote Picarde est comme le mer en Bretagne, Bleu Marine !
               Il est vrai que le microcosme Parisiens commence à nous chauffer sérieusement ! Je songe d’ailleurs a fonder l’OLP pour retrouver notre statut d’avant Henri IV !


            • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:56

              Bonjour, Defrance.

              J’apprécie beaucoup la côte picarde. Il est évident que je faisais allusion au goût marqué de Sarkozy pour la grande baignoire méditerranéenne, très souvent superbe et idéale pour la baignade, mais pas assez iodée à mon goût et dépourvue de ces marées qui font le charme des côtes de l’ouest et du nord-ouest.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 2014 18:16

              Voui Defrance ,tant que nous les artésiens on garde le Ponthieu ou du moins le Montreuillois ,pas de problème .
              Sinon rendez vous à Crécy !


            • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:36

               Fergus,
               Les marées Picardes dévoilent parfois plus de 500 mètres de sables, un délice pour les amoureux du char à voile !
               Et pour l’Iode, il me semble que ce ne soit pas le hasard qu’un des plus grand centre de thérapie des grands accidentés soit a Berk ?
               
               pour revenir au bleu marine, la Picardie est l’exemple type qui fait la corrélation entre le chômage et le FN ?
               Le FN ne peut disparaitre tant que le chômage de masse existe ? Les pauvres et les chomeurs, souvent pauvres ne croient plus en la gauche qui à en fait pris la place de la droite, poussant celle ci vers l’extrême droite ?
               Pour ce qui me concerne je hais le FN mais je voterai pour eux si le PS ou le cadavre de l’UMP se retrouvent au second tour !
               Ma seule chance de ne pas voter FN serait de retrouver le PG ou Dupont Aignan, ou un non Politique, mais leurs chances, vu la presse aux ordres de la finance sont très très minces ?
               Les Suisses viennent de faire un article sur le mal poli  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires