Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy–Villepin : alliance de circonstance et part du feu, ou (...)

Sarkozy–Villepin : alliance de circonstance et part du feu, ou comment tenter de sauver la droite d’un Waterloo électoral ?

Un spectre hante le paysage politique français : celui qu’incarne le Front national, devenu par phénomène de cristallisation le centre de gravité politique du pays.

Face aux résultats de sondages qui traduisent en réalité un plébiscite et mettent en exergue les divisions et faiblesses de formations partisanes politiquement, économiquement et socialement déphasées et manifestement hors-jeu, l'électorat contraint les caciques politiques à trouver d'une manière urgente des solutions pour retarder leur inéluctable effondrement.

« La politique est un étang où les brochets font courir les carpes. » Talleyrand.

Le temps est à l’orage avec un nouveau coup de tonnerre dans le paysage politique français. Un deuxième sondage est en effet venu confirmer l’excellente santé du Front national. 

Quelle que puisse être la valeur scientifique des consultations effectuées, chacun a désormais parfaitement compris que l’actuel locataire de l'Elysée, jusqu’ici considéré par les ténors de l'UMP comme le "meilleur candidat", est aujourd’hui virtuellement hors-jeu, victime potentielle d’une réédition inversée de l’événement électoral du 21 avril 2002. 

A quatorze mois de l’élection présidentielle de 2012, mettant un terme à ce phénomène de marnage politique qui berçait jusqu’alors le pays, le conglomérat UMPS et ses affidés vient tout simplement d’exploser en plein vol. 

Nul besoin de discours pour se rendre à l’évidence et constater que les « partis de gouvernement », déjà considérablement affaiblis par une succession de scandales politiques et d’inconsistances programmatiques, sont aujourd’hui anéantis, et avec eux leurs dirigeants affichés ou pressentis. 

On ne pourra que s’en réjouir dans la mesure où la perspective de voir encore s’agiter de part et d’autre les ambitions captieuses d’apparatchiks infatués d’eux-mêmes est depuis longtemps devenue pénible. 

On ne peut que se féliciter de cette nouvelle redistribution des rôles subitement venue accélérer un temps politique qui ne pouvait rester plus longtemps en marge des changements majeurs qui travaillent le pays en profondeur tant sur le plan national qu’international. 

Les sismographes nationaux risquent malgré tout de s'affoler car le calendrier qui se dessine promet d’être passionnant : il permettra en effet de mesurer les capacités de résilience d’une majorité et d’une opposition dont la dynamique électorale vient être brisée nette.

Face à un PS piégé dans ses élections primaires et qui s’usait à guetter les velléités messianiques d’un Oncle d’Amérique jouant à l’Imam Caché, l’UMP se trouve pour sa part désormais confrontée à la droitisation d’un discours nouveau, profondément populiste, sur lequel, à l’instar de son collègue socialiste, elle n’a et surtout n'aura plus aucune prise. 

Les élections cantonales et sénatoriales à venir risquent fort de dérégler les petits calculs électoraux. 

Deux portes de sortie existent toutefois, dont on ne sait lequel des deux partis sera le premier à emprunter la sienne, qu’il s’agisse de la montée en puissance de François Hollande, seul véritable présidentiable pour la formation socialiste, ou de celle de Dominique de Villepin, seul à même de sauver la droite de gouvernement d’une débâcle de première grandeur. 

Peut-être faut-il voir là la teneur des échanges que M. de Villepin a eux à deux reprises avec le chef de l’Etat. 

On risquera ici une hypothèse : on ne serait pas en effet outre mesure surpris de voir se produire à très court terme un troisième coup de tonnerre sous la forme d’un ultime remaniement gouvernemental qui verrait alors, à l’issue d’un retournement spectaculaire que rien ne permet d’écarter, le président de la République offrir à M. de Villepin, redevenu Premier ministre ou Maire du Palais – on choisira - le soin de préparer une transition politique afin de tirer avantage des quatorze mois qui restent à courir. 

A nationalisme, nationalisme et demi, le Front National serait ainsi distancé par la mise en place d’une « union sacrée » sur fond de gaullisme restauré, débarrassé de l’hypothèque sarkozyste et relégitimé par un véritable électorat de droite, ennemi de tout aventurisme politique. 

Encore faudrait-il qu’à gauche comme à droite chacun comprenne l’urgence de mettre un terme aux embouteillages de candidatures. La probabilité demeure faible, qui ouvre une autre perspective des plus sérieuses.

C’est qu’en effet un autre cas de figure pourrait bien se produire qui verrait la survenance d’un front républicain, sorte de grande alliance destinée aussi bien à barrer l’aventurisme du FN qu’à remplacer - en leur opposant un programme politique, économique et social très charpenté - les partis de gouvernement usés par trente ans d’incapacité et de promesses fallacieuses.

Ce Front républicain, cette Grande Alliance, seraient le moteur d'un remaniement présidentiel et constitutionnel conduit par des citoyens animés de la volonté de débarrasser la France de ses pesanteurs, décidés à unir leurs efforts et leurs énergies afin de donner au pays tous les moyens nécessaires pour s'inscire dans le XXIè siècle.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    




  • SARKO FAIT SA TOURNEE DE PRIERES ET D EXCUSES....( aux bretNbs...pov...con......viens ici je te casse la gueule...j’en ai rien a foutre des bretons...)

    c’est trop tard le peuple se rappelle..comme les peuples tunisiens egyptiens...libyens qui sont ses amis....ET LEURS ENNEMIS QUI VEND DES ARMES A LEURS DICTATEURS....QUI PREND SON TEMPS POUR LES AIDER (réunion CEE le 11.03...on hallucine) IL N Y AURA PLUS 1 CITOYEN LIBYEN VIVANT  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    tousensemble


    • Alpo47 Alpo47 9 mars 2011 09:42

      Il me parait assez évident que Sarkozy se Nagy Bocsa essaie de se rabibocher avec Galouzeau de Villepin, en vue de récupérer ses 7% d’intentions de vote. C’était surement le calcul de longue date de Villepin et il est en train de le gagner. Aucun doute qu’il va monneyer cher ce ralliement. Bon, l’habituel raout politique, juste nauséabond.

      Mais ...Sarkozy se berce d’illusion s’il fait ce simple calcul, car il me semble que les gens qui donnent, pour l’instant leur attention, à Villepin sont assez viscéralement hostiles à l’actuel président.
      Par conséquent, une bonne partie des voix de Villepin partiraient sur un autre opposant, largement M.Le Pen.

      Coup d’épée dans l’eau donc ...

      Bon, rappelons tout de même qu’il s’agit de figurer au 2e tour contre M.L.Pen, et de bénéficier ainsi d’une réélection quasi automatique.
      Je cauchemarde.

      Remarquons surtout que la montée de MLP favorise finalement la réélection du candidat UMPS.

      Mais comment va t-on en sortir ?


      • Voltaire Voltaire 9 mars 2011 12:30

        Bon commentaire à un bon article.

        L’article souligne plusieurs points importants :

        - Le président de la république a largement échoué dans son projet de 2007. Certes, les circonstances économiques n’ont pas été favorables, mais la succession de décisions profondément injustes, une attitude désinvolte de puissant vis-à-vis des modestes, une éthique contestable, et une incapacité à agir dans une série de domaines clés, ont largement déconsidéré le gouvernement actuel ;

        - l’opposition socialiste n’a pas su incarner une alternative crédible, et demeure minée par des luttes et pratiques internes détestables. Je partage l’avis de l’auteur sur la qualité potentielle de François Hollande, mais il aura fort à faire pour l’emporter, même si j’avais dès l’été dernier indiqué qu’il me semblait être un candidat sérieux en raison de sa connaissance du parti et de ses réseaux.

        - la montée du FN ne doit pas être simplement mise sur le compte des erreurs répétées de communication du gouvernement, même si celles-ci ont mis de l’huile sur le feu. Plusieurs sujets de fond n’ont pas trouvé de réponses au sein des propositions UMP ou PS, il convient de les traiter de façon sérieuse.

        Je ne partage pas en revanche son engouement pour Mr de Villepin : il suffit de se pencher un peu sur l’histoire de son action auprès de J. Chirac, comme secrtaire général de l’Elysée puis comme premier ministre, pour constater qu’il a largement suivi un positionnement traditionnel à l’UMP, même s’il est indéniablement plus talentueux et cultivé que l’actuel président de la république. Comme incarnation du renouveau, on a vu mieux. Je doute fort que Nicoals Sarkozy décide de l’appeler comme premier ministre, même si l’hypothèse d’une refondation profonde du gouvernement actuel, par l’ouverture d’un arc républiquain, est séduisante : elle est simplement trop à l’opposé de la pratique du pouvoir du président actuel, qui ne peut imaginer perdre le contrôle.

        Je partage en revanche l’analyse d’Alpo47 : je doute qu’une part importante des votes qui actuellement se porte sur Villepin iraient à Sarkozy au premier tour. La déception envers ce dernier est trop profonde.
        De la même façon, il est évident que la montée du FN favorise mécaniquement les candidats UMP ou PS, en raison du mécanisme majoritaire de scrutin.

        Reste que les alternatives sont encore faibles : Ecologistes et Démocrates présentent chacun un visage infiniment plus respectable en matière d’éthique de gouvernement et de considération pour le citoyen, mais la victoire du courant Verts chez les écologistes a sérieusement restreint les chances d’accord entre ces courants, malgré la tentaive récente d’ouverture de Yann Werhling du MoDem. Le mouvement écologiste souffre d’une absence de candidat vraiment crédible, et Bayrou de mouvement politique solide.

        Mon hypothèse la plus séduisante est donc celle d’un score suffisamment important de ces partis en 2012, afin d’imposer dans une alliance un fonctionnement et un projet de gouvernement satisfaisant. La pire des chose serait de nouveau une majorité absolue dominée par l’UMP ou le PS, gage de toutes les dérives.
        A droite, le renforcement mécanique des centristes du à l’affaiblissement de Sarkozy, couplé à un bon score de Bayrou, pourrait entrainer une majorité suffisament sociale et responsable en cas de réélection de Sarkozy, qui devrait ainsi en quelque sorte être mis sous tutelle du parlement et de ses alliés centristes.
        A gauche, l’élection de François Hollande pourrait permettre un arc rose-vert-orange de qualité, là aussi freinant les éléments les plus démagogiques du PS, même si, on le voit dans de nombreux conseils régionaux, les alliés Verts sont parfois difficiles à inclure dans une majorité.

        Reste aussi bien sûr la situation idéale, un rassemblement républicain que Bayrou appelle de ses voeux depuis 3 ans, que le délitement actuel et la montée du FN rend plus attractive, mais je pense les tropismes classiques trop puissants pour y parvenir, sauf miracle.

         


      • Bovinus Bovinus 9 mars 2011 12:36

        J’apprécie beaucoup Villepin, mais je pense qu’il perdrait toute toute crédibilité (ainsi que ses 7%) si il s’abaissait à négocier avec Nabot 1er. Quand on prétend représenter la grandeur, la moindre des choses est de ne pas se courber.

        Cela dit, j’ai un peu de mal à cerner le personnage. Par ses origines politiques et ses origines tout court, c’est clairement un conservateur, mais il demeure un mais : c’est peut-être bien le seul capable de se « dépasser » ou de produire un coup d’éclat. De Gaulle aussi était un conservateur, mais ça ne l’empêchait pas d’être visionnaire. Or, la situation actuelle exige un progressiste ambitieux, un réformateur extrêmement audacieux et engagé, voire un authentique révolutionnaire.

        Sinon, pour « en sortir », il reste toujours l’insurrection. Cependant, sans projet politique clair et bien défini, ainsi que des politiques engagés pour le porter, une insurrection est condamnée à n’être finalement qu’une émeute. On a déjà connu ça en 1848. Inutile de refaire les mêmes erreurs.

        Ô désespoir...


      • non667 9 mars 2011 19:47

        Sondage LA MANIPULATION !

        Les sondeurs créent des sondages (questions et résultats ) répondant à une commande des maîtres du N.O.M. dans un but stratégique  élaboré par les experts en coup tordus que sont le mossad et la cia .

         Quel est le coup tordu qui se cache derrière les sondages favorables à marine ?

         A l’évidence tout le monde le sait. le but ultime est de mettre à la présidence de la France un homme à eux dsk . contrairement au fmi ou il peuvent coopter un président entre eux (‘donc dsk sera facilement remplacé ) pour la France il faut passer par les élections , ce qui est un peu plus délicat !

        Sarko à très bien servi le N.O.M. mais il s’est usé à la tache il a fait passé le traité de lisbonne contre la volonté des français on le sacrifiera sur l’autel de la colère des français cela les calmera et au 2° tour face  à marine toujours diabolisée par TOUS les partis ( c’est là la clés de la manipulation ! ) Ils rechigneront moins a voter dsk qui à l’instar du ps est complice de lisbonne !!!.

        Manipulation qui est basée sur 3 énormes mensonges

        -Le mensonge du  racisme :

         c’est aussi gros que de dire que les hommes qui aiment  leurs femmes sont misogynes !!!!!

        -Le mensonge de l’anti-républicanisme :( front républicain au 2 ° tour )

         pour un parti qui depuis sa création (39 ans  ) s’est toujours présenté aux élections et ne les a  jamais contesté !!!!!!

        -Le mensonge de sa fortune  (700 millions d’€ héritage non familial , même pas un milliard comme certains gauchistes l’affirment ) qui le feraient rentrer dans le club des financiers capitalistes du N.O.M.

        c’est aussi gros que de dire que les gagnants du loto sont rentré dans ce club !!!!!!!

         ceux qui croient ou colportent ces bobards sont les idiots utiles ou les complices éclairés des mondialo-capitalistes

         

        autre volet de la manipulation :

        faire croire que les présidentielles sont essentielles pour la gouvernance de la France alors que ce sera  la majorité issue des législatives qui déterminera le gouvernement (cohabitation éventuelle )

        Ceci dans le  but d’empêcher l’élaboration d’une stratégie anti-mondialiste aux législatives.

        Dans ce but aussi ils ont financé/crée des partis leurres ‘’ anti –mondialistes ‘’  à gauche et a droite qui tapent plus sur marine fn avec les mensonges ci-dessus que sur l’umpseemodem !!!!!!!!!!. et qui en récompense de ce  silence et de leurs ralliements auront quelques circonscriptions et strapontins !

        En l’absence de proportionnelle le scrutin magouillitaire  fera une assemblée couleur umps et un gouvernement ps ! et on appelle ça la démocratie !!!


        • TOHT 14 mars 2011 10:03

          Mr Bouchard,
          Pour compléter votre lecture de la situations des partis politiques en 2010, nous assistons à une révolution douce des partis en France. Le PCF se rallie à Mélanchon, le PS continue de se décomposer au travers de primaire à l’Italienne, le FN se cherche une nouvelle image (Marinne LE PEN vs B. Gollnisch) et l’UMP se déchire entre les républicains Gaulistes, les populistes et les centristes ralliés qui ne savent plus qui ils doivent suivre. Et à la grande surprise, un mouvement de facon spontannée se constitue. Ceci sans moyen, de facon curieuse et revendique en l’espace de 6 mois, un peu moins de 20 000 sympathisant. On peut donc dire avec si peu de moyen que la capacité de fédérer de l’ancien premier ministre est une réalité. Ce qui offre une alternative crédible à bon nombre de républiqcain enfermé encore à ce jour dans des stratégies à court termes définis par des publicistes. Alors effectivement, Dominique de Villepin est une alternative crédible il a baiti sa dialectique autoru d’une vision pour la France un choix de société que chacun pourra apprécier en fonction de ses convictions. Mais une premier étape est franchit celle de la reconnaissance, il nous reste donc celle demain de la proposition et d’amener la majorité des citoyens autours de ses idées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès