Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Scandale politico-financier : l’aveu de Jean-Noël Guérini

Scandale politico-financier : l’aveu de Jean-Noël Guérini

Scandale politico-financier dans les Bouches-du-Rhône. Des écoutes téléphoniques accablantes mettent en évidence l'implication du président du Conseil général pour faire pression sur les élus et les fonctionnaires du département et favoriser les affaires de son frère Alexandre. La convocation judiciaire de Jean-Noël Guérini apparaît aujourd'hui incontournable.

Depuis plusieurs années, le département des Bouches-du-Rhône bruisse de rumeurs concernant la gestion des marchés publics, particulièrement dans le secteur du traitement des déchets. Au cœur du système, un certain Alexandre Guérini y fait de fructueuses affaires, aidé en cela par sa qualité de... frère du président du Conseil général, le socialiste Jean-Noël Guérini.

1. Les faits.

Le 2 février 2009, c'est une lettre anonyme particulièrement détaillée adressée au procureur Jacques Dallest qui permet à la Justice d'ouvrir une enquête préliminaire. Soupçonnant des complicités au sein de la police, ce sont les gendarmes qui vont mener les investigations. Alexandre Guérini, « monsieur Frère » pour les intimes, va être longuement mis sur écoute, subir plusieurs perquisitions, et sa comptabilité être passée au crible.

Pour découvrir des ramifications impressionnantes : une myriade de sociétés gigognes ; des comptes bancaires au Luxembourg, en Suisse, au Delaware (Etats-Unis), à Hong-Kong ; un associé suspecté d'avoir partie liée avec des hommes appartenant au grand banditisme, notamment Bernard Barresi, arrêté en juin dernier après dix-huit ans de cavale ; une facilité déconcertante pour obtenir des élus et des fonctionnaires tout ce qu'il désire, sur un simple coup de fil : terrains, logements, autorisations, marchés...

Fin novembre 2010, le juge Charles Duchaine débute les hostilités par la garde à vue et audition d'une vingtaine de personnes. Alexandre Guérini n'en sortira deux jours pour tard que pour être incarcéré à la prison de Luynes, mis en examen pour détournement de fonds publics, recel et blanchiment, abus de biens sociaux, trafic d'influence, corruption active, et détention d'un chargeur d'un pistolet Glock.

Parallèlement, plusieurs hauts fonctionnaires font des aveux, dont Michel Karabadjakian, directeur général adjoint chargé de la propreté à la communauté urbaine de Marseille. Alain Belviso, président communiste de l'agglomération d'Aubagne, est à son tour mis en examen pour détournement de fonds publics, frôlant lui aussi l'incarcération. Le président socialiste de la communauté urbaine de Marseille, Eugène Caselli, est pour sa part mis en garde à vue, puis relâché, interrogé sur l'étrange annulation d'un marché attribué d'abord à l'entreprise ISS avant d'être donné à son concurrent Bronzo.

Entendu en qualité de témoin, le directeur du cabinet de Jean-Noël Guérini, Rémy Bargès, livre quant à lui aux gendarmes cet aveu stupéfiant : en novembre 2009, juste avant une perquisition du Conseil général, les ordinateurs des proches collaborateurs de l'élu socialiste ont été détruits et remplacés. « J'ai paniqué dans la mesure où il y avait un certain nombre d'informations à caractère politique sur ces ordinateurs, et notamment des notes sur les subventions d'associations. » Il ajoute avoir "pris seul cette décision", sans que Jean-Noël Guérini en fût informé. « S'il n'y avait rien de compromettant dans ces ordinateurs, pourquoi les avoir détruits ? » ont demandé les enquêteurs. « Par réflexe de précaution. Pour éviter que des informations soient diffusées. »

Face à ce déferlement, Jean-Noël Guérini dément être au courant des affaires de son frère et adopte une ligne de défense simple : « Lui, c'est lui. Et moi, c'est moi. »

2. Les écoutes.

Une défense qui vole en éclat avant-hier, avec la publication de plusieurs écoutes téléphoniques mettant en évidence la participation active de Jean-Noël Guérini dans les affaires de son frère, et surtout la connaissance de leur illégalité. 

Lundi 27 avril 2009, 11 jours à peine après l'ouverture d'une l'enquête par le juge Charles Duchaine, Jean-Noël appelle Alexandre à 17h15, pour une déclaration qui sonne comme un aveu :

  • JNG : « Tu es censé ne pas le savoir. Moi je suis censé ne pas le savoir (…) il se dit qu'une enquête préliminaire sera ouverte. A mon avis ça doit être pour les décharges, Alex.
  • AG : - Eh, qu'est ce que tu veux que ce soit ?
  • JNG : - Hum, mais de toute façon au bout de trois ans y'a prescription, ils peuvent rien faire.
  • AG : - Si je te dis que j'ai rien à me reprocher je sais de quoi je parle, non ? »

Quelques minutes plus tard, à 17h27, Alexandre Guérini appelle quand même Philippe Rapezzi, le bras droit qu'il s'est choisi pour gérer ses décharges :

  • AG : « Vous... Euh... Regardez... Sur votre bureau, il faut rien laisser traîner, d'accord ?
  • PR : - Ah mais là, je suis en route pour La Ciotat. Merde. Bon, je reviens ce soir. »

Entre le 7 août et le 10 septembre 2009, une autre série d'écoutes fait état de pressions politiques exercées par Jean-Noël Guérini sur Michel Thonon, le maire socialiste de Salon, afin d'obtenir une baisse de la redevance due à la ville par Alexandre, exploitant d'une décharge située sur la commune.

Dans une précédente écoute, c'est encore Jean-Noël Guérini qui sert d'intermédiaire pour Alexandre en vue d'obtenir un terrain de 40 ha sur la commune de Saint Martin de Crau, dirigée par le socialiste Claude Vulpian.

Le 7 mai 2009, c'est au cours d'une conversation avec Henri Proglio, le PDG de Veolia, qu'Alexandre Guérini lui explique comment lui et son frère contrôlent la communauté urbaine de Marseille dirigée par le socialiste Eugène Caselli :

  • AG : « Ouais, ouais, mais je le savais que vous l’aviez vu, parce que Franck Dumontel, qui était son ancien directeur de cabinet, qui est un mec extraordinairement intelligent et très efficace, qui est actuellement le directeur de cabinet de Caselli, que Jean-Noël a mis pour être son directeur de cabinet, en vérité, c’est lui, le patron, heu, c’est Franck, qui est le vrai patron de la communauté urbaine de Marseille, et qui est notre, heu, notre ami intime, quoi… »

Franck Dumontel, époux de la sénatrice socialiste Samia Ghali, ancien directeur de cabinet du président socialiste de la Région PACA Michel Vauzelle, est déjà actuellement mis en examen dans le cadre de l'enquête sur l'attribution frauduleuse par la Région de subventions à des associations fictives dans les quartiers Nord de Marseille.

L'audition par le juge Charles Duchaine de Jean-Noël Guérini apparaît aujourd'hui incontournable.

A quelques semaines d'élections cantonales à la suite desquels le PS devrait sans difficulté conserver le contrôle du département, la rue de Solférino reste muette sur les scandales à répétition qui touchent l'une des plus grosses fédérations socialistes du pays.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jakback jakback 21 février 2011 10:33

    C’est bien connu les socialo-communistes sont honnêtes et désintéressés. De plus Guérini a Marseille ce nom est prédestiné pour la mafia.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE 23 février 2011 10:53

      si dsk et sarko sont pourris et « achetés » par la finance internationale....oui

      ségo et hollande ou surtout mélenchon sont propres...ce que l’on trouve plus a l’ump..sarko ayant interdit l’honneteté...


      tousensemble


    • foufouille foufouille 21 février 2011 16:41

      on dirait une grosse mafia


      • LE CHAT LE CHAT 21 février 2011 17:24

        c’en est une ! ici c’est comme dan le bouquin Gomora !
        les politiciens socialos ( et même les cocos d’Aubagne )sont corrompus jusqu’à le moelle se remplissent les fouilles et ne finissent pas aux Baumettes où ils ont pourtant leur place , les affaires trainant en longueur , les potes franc maçons faisant disparaitre des pièces dans les dossiers qui finissent en vice de procédure !

        je prévois un ras de marée FN dans les Bdr , trop , c’est trop !


      • foufouille foufouille 21 février 2011 17:43

        esperons qu’avec le net et le journal gratuit, les gens cesseront de voter ploutocrates


      • Lavande & Coquelicots Lavande & Coquelicots 21 février 2011 17:49

        Salut Le Chat ! Le risque d’un vote extrême ou d’une très forte abstention est réel, mais il y a aussi des gens honnêtes à gauche, au centre, à droite. Dans les Bouches-du-Rhône, c’est malheureusement le Parti socialiste tout entier qui apparaît embarqué dans ces procédures ; mais il y a quand même quelques types honnêtes parmi eux.

        Et il y a assurément des gens honnêtes au centre gauche, au centre droit, et à droite.

        Avant de voter pour une étiquette, ou pour un bonhomme, regardons déjà quelles sont ses relations et son cursus judiciaire. Et ceux qui veulent renverser le système Guérini peuvent voter en conséquence (pas sûr que le vote FN soit très efficace pour ça).


      • LE CHAT LE CHAT 21 février 2011 17:57

        avec Granié et Bernardini , on est particulièrement gâtés en Ouest Provence ! que des types comme ça ne soient pas inéligibles à vie me révulse profondement !
        aux dernières cantonales à Fos , on avait leurs seconds couteaux respectifs à départager , ça a été sans moi !

        à un de ces jours en live ! smiley


      • foufouille foufouille 21 février 2011 18:37

        « il y a aussi des gens honnêtes à gauche, au centre, à droite »
        et pourquoi, ils restent dans leur parti ploutocrate ?


      • Lutin Lutin 21 février 2011 19:28

        Il y a des gens honnêtes au PS dans les bouches Du Rhône ? Mais que diable sont-ils allés faire dans cette galère ?

        Qu’ils dégagent tous, et vite !!!! Combien de temps les moutons vont-ils se laisser tondre par cette mafia ? Qui a encore l’audace d’amener une seule voix à ces gens-là ?


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE 25 février 2011 10:40

        ce sont 2 maffias...une grosse gouvernant actuellement et une moins grosse moins aux affaires

        d’après le livre de m hirsh...1/3 DES ELUS EST EN « CONFLIT D INTERETS »...EXEMPLE TOUT CHAUD MR GUERINI A MARSEILLES...MAIS A GAUCHE...IL Y EN A BEAUCOUP MOINS CAR ILS SONT MIS DE COTé (5DUMAS..HERVe..°)

        mais a l’ump c’est différent..on trouve des portes serviettes fumeurs de havane..on les vire...coup d’éclat..puis on continue..woerth...mamm...la defense....karachi..tapie..clerastream
        peugeot..compiègne..perol..nongo et SUPER..WHO...MAM...qui est elle..a eu .5 portefeilles dont dans ux moins 2...elle a constitué des dossiers...le président chirac membre du conseil constituionnel...n’a pas le droit de loger dans un appart appartenant a la veuve d’un gros homme d’affaires libanais...il le fait
        mr fillon...provocateur de « cour d »école« fait le mans-paris avec un avion de l’état chaque week-end...ils se sentent infaillibles..ben ali et moubarak aussi se sentaient intouchables
        et dsk y changera t il quelque chose ???il faut d’abord interdire aux avocats d’affaires ou agents immobiliersc d’etre élus » 24 noyés a la faute sur mer...85)


        tout ce qui touche aux affaires ..vente d’armes...immobilier ne doit pas pouvoir se présenter aux elections.. TOUS ENSEMBLE

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès