Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Scrutin de listes : un ou deux tours ?

Scrutin de listes : un ou deux tours ?

Dans quelques semaines, le Parlement débattra de la réforme des collectivités territoriales et, en particulier, du mode de scrutin pour élire les futurs conseillers territoriaux. Éléments de réflexion.

Dans un précédent article dont l’objet était le projet gouvernemental du mode de scrutin des futurs conseillers territoriaux, j’avais émis trois réserves importantes : représentation peu équitable car l’effet du majoritaire à un tour encore plus disproportionné que celui du majoritaire à deux tours, disparition des "indépendants" aux deux grands blocs (MoDem, FN, NPA, etc.), et complexité illisible pour le citoyen.

La disparition des "indépendants" provenait surtout de la proportion à 80% de la composante de scrutin uninominal majoritaire à un tour (dans le projet gouvernemental).

Je voudrais revenir sur le mode de scrutin de listes et évoquer la différence entre un scrutin à un tour et à deux tours. Même s’il y a une prime majoritaire à la liste arrivée en premier (la moitié des sièges pour les municipales, le quart des sièges pour les régionales), le raisonnement reste le même.

Je trouve un avantage, quand il s’agit d’un scrutin de liste, de le faire à un tour et pas deux tours. Tout candidat aux régionales ou aux municipales aura sans doute déjà fait ce type de raisonnement.


Scrutin de listes à un tour

Dans un scrutin de listes à un tour, comme actuellement les élections européennes (ou comme lors des élections législatives du 16 mars 1986), la répartition des sièges se fait dans la proportion des scores des différentes listes.

Pour simplifier les calculs et attribuer à chaque liste un nombre entier de sièges, on a institué un seuil en dessous duquel la liste n’obtient pas de siège (c’est 5%) et on calcule à la plus forte moyenne, c’est-à-dire que le dernier siège "résiduel" est obtenu par la liste qui a le plus fort rapport nombre d’électeurs sur nombre de sièges déjà attribués.


Scrutin de liste à deux tours

Dans un scrutin de listes à deux tours, ça se complique.

Si l’on prend l’exemple d’une circonscription (région ou commune) où une liste obtient dès le premier tour la majorité absolue, la situation revient pratiquement au même que dans le scrutin de liste à un tour. Sauf que dans la répartition des sièges, la liste en tête bénéficie de la prime majoritaire (donc le nombre de sièges est supérieur à celui obtenu strictement proportionnellement). Et les autres listes se partagent le restant des sièges, à la proportionnelle, à condition d’être au-dessus du seuil d’éligibilité (5%).

Si ce cas peut être fréquent lors des élections municipales, il n’a jamais eu lieu lors des élections régionales (avant 2004, les élections régionales étaient à un seul tour).


L’entre deux tours

Dans la majorité des cas, aucune liste n’a obtenu la majorité absolue des voix (avec des conditions aussi de seuil de participation), et un second tour est donc organisé. Pour pouvoir concourir à ce second tour, il est nécessaire que la liste ait obtenu au moins un autre seuil, 10%. Mais les listes ayant obtenu au moins 5% peuvent cependant fusionner avec une autre liste en capacité de se maintenir au second tour.

On voit bien que si le seuil de 10% est élevé, ce qui n’empêchera pas le 21 mars 2010 une douzaine de triangulaires (essentiellement avec le FN, et une avec le MoDem en Bretagne et une avec les Verts en Bretagne), le scrutin n’exclut pas d’office les candidats des listes ayant obtenu entre 5 et 10%. Mais il les oblige à faire alliance avec une autre liste.

Le problème, c’est que parfois, les alliances d’entre deux tours n’ont pas été clarifiées avant le premier tour (comme lors de l’élection présidentielle), si bien que les électeurs d’une liste qui fusionne peuvent se sentir "floués". Cela aurait été le cas du MoDem qui, finalement, n’aura convaincu aucun partenaire à gauche (ou à droite d’ailleurs) pour les rares fusions qu’il aurait été possible de conclure (Centre, Basse-Normandie et Bretagne).

Pour d’autres listes, la situation était claire avant le premier tour.

C’est ce qu’il se passe pour le bloc de gauche : la plupart des listes des Verts et du Front de gauche ont pu fusionner avec les listes du PS. Il suffisait que, dans chaque région, les listes soient au-dessus de 5%.

Les capacités de négociation d’une liste située entre 5 et 10% sont limitées, car elle ne peut plus concourir et dépend donc de la seule bonne volonté de la liste qui l’accueille. Le facteur temps est aussi essentiel puisqu’il y a uniquement deux jours pour négocier, le dépôt des listes pour le second tour devant se faire au plus tard le mardi soir qui suit le premier tour.

Par exemple, la liste du Front de gauche n’a finalement pas fusionné avec la liste socialiste en Picardie, mais ne pourra pas lui nuire car elle ne peut pas se maintenir. Au contraire, la liste écologiste de Guy Hascoët (ancien secrétaire d’État de Lionel Jospin) va se maintenir en Bretagne et fera sans doute du tort à la liste du président sortant Jean-Yves Le Drian.


La répartition des sièges à l’issue du second tour

À l’issue du second tour, la représentation proportionnelle reprend ses comptes pour le nombre de sièges, tout en gardant la prime majoritaire pour la liste arrivée en tête.

L’exemple intéressant était l’élection municipale de Fontainebleau du 18 mars 2001 où, au second tour, trois listes représentaient chacune environ un tiers des suffrages exprimés, avec une vingtaine de voix d’écart. Une liste divers droite a été en tête avec une dizaine de voix d’avance, ce qui lui a apporté une majorité absolue des sièges au conseil municipal (par la suite, la municipalité trop peu préparée, le préfet a convoqué une nouvelle élection après la démission de plus d’un tiers de conseillers municipaux).

Le problème de ce système à deux tours, c’est que les petites listes (qui font entre 5 et 10%) qui sont dans l’impossibilité de s’apparenter (comme le FN, mais aussi le MoDem, au contraire du Front de gauche) ne sont plus représentées au second tour.

Pour les municipales, c’est assez frappant : si une liste ne pense pas dépasser 10%, elle aurait tout intérêt à ce que la liste qui gagnerait soit élue dès le premier tour, car elle pourrait avoir une représentation. Ne pouvant participer de façon indépendante à un éventuel second tour, cette liste n’aurait sinon aucun élu.


L’avantage du scrutin de listes à un seul tour : les petites listes en bénéficient

Par conséquent, l’avantage d’un scrutin de liste à un seul tour est celui-ci : une meilleure représentation des listes minoritaires qui ont un minimum de poids électoral (plus de 5%).

Cette conclusion ne concerne évidemment que le scrutin de listes car concernant le scrutin uninominal majoritaire, n’instituer qu’un seul tour, avec ce paysage éclaté, permettrait l’élection d’un candidat avec très peu de voix, ce qui, en démocratie, dévaloriserait un peu plus le crédit qu’on devrait apporter aux élus locaux.

L’élection d’un député, par exemple, ne peut pas se faire au premier tour même si un candidat obtient plus de 50% des suffrages exprimés si cela représente moins de 25% des inscrits.

Le 14 mars 2010, les deux meilleures listes de la métropole, celle de Martin Malvy en Midi-Pyrénées et celle de Ségolène Royal au Poitou-Charentes, ne font respectivement que 21,2% et 19,5% des inscrits. Les autres ont des scores bien moindres. (Certes, dans un scrutin uninominal, il faudrait analyser la répartition cantons par cantons, avec plus d’aspérités par rapport à la moyenne régionale).


Les deux tours favorisent les grandes listes

Concrètement, si le scrutin de ces actuelles élections régionales n’avaient été qu’à un seul tour (comme avant 2004), auraient été élus plus de conseillers régionaux du Front national et du MoDem et moins de conseillers régionaux du PS, de l’UMP, des Verts et du Front de gauche qu’avec le scrutin actuel qui ne peut avantager que les deux listes arrivées en tête.

Quant aux autres troisièmes listes qui peuvent se maintenir au second tour (Verts en Bretagne, FN en PACA et dans onze autres régions, MoDem en Aquitaine), il n’est pas sûr que la logique majoritaire maintienne au second tour le score aussi élevé qu’elles avaient obtenu au premier tour.

Les scrutins à un tour peuvent donc avoir aussi leur utilité dans la démocratie représentative.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 mars 2010)


Pour aller plus loin :

Bientôt un nouveau scrutin pour les élections régionales.

Les résultats du premier tour des régionales.

Le MoDem en pleines divisions.

Précision sur les modes de scrutin du Ministère de l’Intérieur.





 


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Voris 18 mars 2010 10:05

    Permettez que je rectifie : "une douzaine de triangulaires (essentiellement avec le FN, et une avec le MoDem en Aquitaine (et non en Bretagne) et une avec les Verts en Bretagne)
     


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 18 mars 2010 10:11

      Oui Voris, merci de la correction.
      Effectivement, c’est bien en Aquitaine avec Jean Lassalle.

      Cordialement.


    • Romain Desbois 18 mars 2010 10:22

      Le scrutin à un tour n’est acceptable que si on y joint la proportionnelle intégrale. Sinon c’est la fin du vote par choix et le règne du vote utile.

      Mais vu le désintérêt qu’ont les électeurs aux élections et comment souvent les gens votent (faites le test de demander pourquoi avoir voter ça à quelqu’un, vous serez effaré des réponses), je pense que l’on va vers moins de démocratie de jour en jour.

      Ce scrutin a un tour dans son sac smiley

      PS : N’oublions pas, les élus aux régionales font partie de ceux qui choisiront nos sénateurs, ce n’est pas qu’une élection locale.


      • Bélial Bélial 18 mars 2010 12:40

        1 tour, proportionnelle.

        Toutes les autres formules plus ou moins alambiquées sont une arnaque, et ne sont pas démocratiques.


      • Bélial Bélial 18 mars 2010 22:52

        A 1 seul tour et à la proportionnelle, les 2 partis de l’oligarchie (3 avec le modem) ne peuvent pas prendre tout le pouvoir et restent à leur pourcentage réel d’électeurs. Et les petits partis citoyens ont leur mot à dire, après si les gens ne votent pas pour eux c’est un autre problème, mais déjà le « vote utile » disparaît au profit du vote de convictions.

        Mais on est d’accord sur le fait que comme disait Coluche : « si voter servait à quelque chose, ça serait interdit ». 


      • Kristen Kristen 18 mars 2010 10:45

        Daniel Con Ben Diht parlait sur france inter ce matin des tractations d entre deux tours de déni démocratique...en aquitaine grâce à ce système les verts auront des élus alors qu ils ne pouvaient se maintenir au second tour....
        après étonnez vous des taux d abstention de plus en plus élevée...
         avec un seul tour au moins les électeurs prendront leur responsabilité...et on pourrait espérer que l on parlera des bilans des excécutifs sortants et non l occasion d’instrumentaliser un scrutin à des fins politiciennes....

        en revanche on devrait imaginer un renouvellement de l ’ assemblée nationale à mi mandat - un tiers des députés pour que les électeurs puissent juger ou sanctionner la majorité à qui il ont confié leur suffrage ...ainsi les élections locales retrouverait leur finalité celle de définir un projet local....


        • LE CHAT LE CHAT 18 mars 2010 11:18

          à quelques voix près , la liste alsace d’abord 4.98 % pouvait fusionner avec le FN , ça aurait été une nouveauté ! smiley


          • Romain Desbois 18 mars 2010 11:24

            Comme quoi s’abstenir influe bien sur les pourcentages.

            S’abstenir revient bien à voter pour le gagnant avec le système actuel.


          • curieux curieux 18 mars 2010 12:57

            Pauvre Fillon. C’est le premier ministre(pour ceux qui ne sauraient pas). Voir comment il prépare déjà sa reconversion. Homme-sandwich. Tien ça me fait pleurer.... de rire

            http://www.estrepublicain.fr/fr/france-monde/france/info/2861861-FRANCE-MONDE-Regionales-Sur-le-web-ou-ailleurs-la-parole-se-lache-a-l-UMP-Stupeur-et-tremblements


            • Daniel Roux Daniel Roux 18 mars 2010 13:26

              L’UMP tente par tous les moyens d’assurer son avenir. L’après Sarko sera très dur.

              L’élection à un tour qui voit le premier prendre automatiquement la majorité est une infamie démocratique comme le passage en force lors de la ratification du traité européen en accord avec le PS, d’ailleurs.

              C’est la fin des petits partis et donc un obstacle à l’évolution et au renouveau politique.

              La première chose à faire pour les partenaires du PS pour 2012 est d’inscrire dans le programme commun la modification de la loi électorale car le PS tout seul n’y a pas intérêt.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 18 mars 2010 17:00

                Oui. Personne n’y a intérêt, sauf les vandales de l’UMP.


              • Gemini Gemini 18 mars 2010 14:37

                Au moins les choses sont claires pour les quelques sceptiques qui en doutaient encore. Comme expliqué de façon plus ou moins alambiquée dans l’article, il est clair que le seul scrutin démocratique qui soit, c’est le scrutin proportionnel à un tour. Tout le reste n’est que fumisterie électorale visant à favoriser certains partis (on se demande bien lesquels d’ailleurs …)


                • Havana 18 mars 2010 16:05

                  En l’occurence, le scrutin de liste ne peut être appliqué à l’élection du Conseiller territorial car celui-ci sera rattaché à une circonscription qui sera plus etendue que le canton. Dans cette configuration, seul le scrutin uninominal doit être considéré.
                  Dans ce cadre, n’en déplaise à l’UMP, ce scrutin doit se faire à 2 tours pour respecter nos principes démocratiques.
                  Toujours dans le cadre d’une scrutin uninominal, il faut tenir compte de la parité H/F (ce qui n’est pas le cas dans l’état de la réforme actuelle) soit en réservant la moitié des circos femmes, soit en instaurant un suppléant (binome HF) qui aurait un vrai rôle dans l’exercice de la fonction de conseiller territorial.
                  Personnelement, je suis favorable au scrutin uninominal à deux tours avec rattachement à un territoire. L’élu(e) doit rendre compte à ses électeurs alors que l’élu(e) issu d’un scrutin de liste ne rend compte qu’à sa tête de liste, seul vrai patron.


                  • patroc 18 mars 2010 16:53

                     Un tour, proportionnelle totale, vote blanc comptabilisé (et décompté sur le nombre de siège), abstention au delà de 50% annulant l’élection. Rien de plus simple en démocratie parfaite !.. 


                    • lavalle lavalle 21 mars 2010 18:05

                      Un tour ......et puis s ’ en vont !
                      A la paie .
                      Ils ont tous besoin de nous pour les élires , mais lorsque l ’ on a besoin d ’ eux , ils ne peuvent jamais rien faire .
                      Alors qu ’ ils aillent se faire mettre .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès