Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségo, ça change fort

Ségo, ça change fort

Il y avait eu Sarkozy I et Sarkozy II. Comme je l’ai déjà expliqué la rupture avec lui-même s’est faite le 16 novembre, jour de l’élection de Ségolène Royal à la primaire du PS. De façon assez déconcertante, la communication de l’UMP a flotté pendant une bonne semaine, on a essayé de tranquilliser la rupture (pour finalement la mettre complètement à la poubelle). J’avais dit à l’époque (sur France Inter) que Sarkozy s’était fait « ségoliniser ». On le voyait reprendre les mots fétiches de son adversaire : pacte, respect, confiance, débat... Et ça n’a pas arrêté : dans son grand discours du 14 janvier il parlait de sentiment(s) (7 fois), d’émotion (5 fois), damitié, damour, de sincérité. « Longtemps ce sont des sentiments que j’ai gardés pour moi, comme un trésor caché au fond de mon coeur », disait-il. Il citait Jaurès, Blum... « J’ai changé », affirmait-il (10 fois). Son image avait changé aussi : plus de tics, de gestes agressifs, main tranchante ou index tendu vers le public. Calmé, le Sarko.

Dans le même temps, il fallait reconnaître une grande constance dans le discours et l’image de Ségolène Royal. Comme je l’explique dans une interview au Temps (Suisse) parue ce matin, elle s’est bâti une image de virginité politique qui a manifestement plu à l’opinion. On a beaucoup parlé de ses tailleurs blancs, mais c’est tout une forêt de symboles qu’elle a mis en place dans son image et dans ses mots. Avec un grand soin à éviter les symboles qui peuvent rappeler une gauche dans laquelle de moins en moins de Français se reconnaissent. Jamais à la tribune avec les éléphants, jamais la rose du Parti à côté d’elle (avez-vous vu comme on l’a habilement escamotée entre le discours de François Hollande et le sien à Villepinte ?), et ainsi de suite. Et ses mots étaient soigneusement choisis pour se démarquer du « système » (avez-vous remarqué que le mot socialiste était totalement absent à Villepinte  ?). Elle avait réussi à implanter une image de fraîcheur, de renouveau politique.

Seulement voilà : les éléphants n’étaient pas contents. Et le faisaient savoir. Elle a résisté courageusement la petite gazelle, mais la charge du troupeau a été plus forte que tout. Hier, elle a cédé. Les revoici. Tous ceux que les Français qui avaient été séduits par sa « virginité » n’avaient plus envie de voir sont de retour. Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, Pierre Mauroy... On ressort même Lionel Jospin du placard.

Ça change fort.

Entre-t-on dans la période Ségo II ? Je guette l’image de famille avec tout ce monde rassemblé, quand DSK sera revenu du Canada et Fabius du Darfour. Je guette ses nouveaux mots : saura-t-elle résister à la langue de bois rose ?

Ça n’a pas loupé : « On prend les mêmes et on recommence » a aussitôt déclaré l’UMP. C’est probablement le sentiment d’une bonne partie de ceux qui avait été séduits par Ségo I.

Je me demande si ce 22 février 2007 n’est pas le jour où elle a perdu l’élection.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (111 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Met (---.---.68.26) 23 février 2007 10:54

    Je n’aurai pas dit mieux.

    Pitoyable Ségolène, bergère du troupeau...

    On n’a vraiment vraiment plus rien de changeant de nouveau... Que du vieux, du vieux, du vieux....

    Et là, je rigole de l’argument de ses débats participatifs qui aurait été un énorme leurre...

    J’espère bien que les français vont se rendre compte qu’on les a pris pour des crétins, des gros crétins...

    C’est du rafistolage de bas étage.

    Ségolène a tenu quelques mois devant l’adversité. Bel effort. Elle , présidente ?


    • rogeer (---.---.48.96) 24 février 2007 08:59

      Bravo encore un article tendancieu décidément cette france des analystes politiques de tout poil est toujours égale à elle même prétentieuse, nombriliste et ..sexiste enfin dans le pays ou Jean Marie Le Pen a été présent au deuxième tour il ne faut pas attendre beaucoup d’objectivite.Encore un petit effort et nous serons dans une république bannanière ?


    • Met (---.---.68.26) 23 février 2007 10:56

      Désirs du passé ?


      • sisi (---.---.52.192) 23 février 2007 17:17

        Vive Ségolène qui incarne vraiment un changement radical ... plus juste, plus proche des préoccupations des français .... s’occuper des jeunes, rendre aux jeunes cette place dans la société si importante .... s’occuper aussi des anciens .... sécuriser le travail pour tous (plutôt que sécuriser le MEDEF avec un peu plus de précarité pour les citoyens !!!! c’est là toute la différence du pacte de Ségolène .... aider les jeunes à s’insérer dans la société .. aider les familles à accomplir leur rôle de parents, donner des aides dans ce sens ... parce qu’un jeune au travail, c’est le valoriser, lui donner une place dans la société .... PLUS DE JEUNES au travail .... TOUS LES JEUNES AU TRAVAIL.... c’est aussi des cotisations versées ... c’est en ce sens plus de SECURITE POUR LES ANCIENS .... ce sont des départs en retraite plus juste.

        Ségolène veut reprendre en main la jeunesse ... c’est eux l’espoir même de la nation (voilà un beau pacte .... plûtot que le diviser pour mieux régner de qui vous savez .....).


      • gem gem 23 février 2007 11:50

        Mme Royale était le choix des forces de droite, donc dès le départ une erreur de casting pour le PS. Elle a « perdu l’élection » (comme vous dites : rien n’est sûr en la matière) le jour où elle a été investie.

        Bémol : une erreur de casting, même sur l’actrice principale, n’empêche pas forcément de faire un carton au box office. Elle peut quand même gagner, si les « seconds rôles » et le « scénario » arrive à compenser. Or elle vient justement d’embaucher des acteurs d’un certaine pointure, quoi qu’on en pense par ailleurs, alors que jusqu’à présent elle avait plutôt fait le vide autour d’elle. Quant au scénario, comme il change tout le temps, ça reste un facteur négatif.


        • yvan (---.---.148.16) 23 février 2007 11:56

          Ce qui vient de se passer ne fait que souligner le caractère conservateur de ce qu’on peut appeler le socialisme « Mitterandien » qui se réaffiche malgré son état réel au bord de la décomposition .

          Il se réaffiche ainsi car le danger mortel vient de s’entrevoir : la défaite au premier tour ( au deuxième tour, c’est beaucoup moins grave car on garde une étiquette d’opposant qui permet de conserver toutes les implantations) , mais se faire battre au premier tour, qui plus est, par un homme qui propose des idées nouvelles au service du peuple... !

          Tout homme de gauche devrait, aujourd’hui, souhaiter la fin de ce conservatisme hypocrite dans les plus brefs délais .


          • Jojo2 (---.---.158.64) 23 février 2007 13:11

            Il faut connaitre l’éthologie des éléphants pour comprendre. Le troupeau est mené par la femelle dominante, qui s’occupe de trouver de l’eau, de la bouffe, qui surveille les petits, bref tout un programme. Les grands mâles, plutôt solitaires, vadrouillent à droite et à gauche, en poussant de temps en temps de gros barrissements, de quoi faire comprendre qu’ils sont là et qu’ils peuvent foutre (la merde, aussi...) Les jeunes mâles sont tolérés dans le troupeau tant qu’ils ne sont pas en âge. Quand approche le temps des affinités électives, les grands mâles retournent au troupeau pour essayer d’avoir une faveur.

            C’est comme ça.


            • Jojo2 (---.---.158.64) 23 février 2007 13:16

              L’UMP ça se rapproche plus d’une colonie d’insectes sociaux.

              A mon avis, mais ça mérite une étude.


            • gem gem 23 février 2007 18:30

               smiley smiley smiley


            • minijack minijack 26 février 2007 04:57

              Marrant...

              Selon vous la femelle dominante laisserait-elle quelques espoirs aux vieux mâles ? A mon sens, elle a rassemblé le troupeau qui risquait d’aller à sa perte en se divisant avant le passage du premier gué. Mais c’est bien toujours elle qui le mène, et il passera par SON chemin, celui choisi par ELLE.

              L’éparpillement reviendra plus tard, une fois le danger passé, à l’heure de brouter les jeunes pousses vertes fleurissant sur l’autre rive.

               smiley


            • Rage Rage 23 février 2007 13:14

              Ah merde... j’ai repris le titre du commentaire UMP... « On prend les mêmes et on recommence »

              Faut dire qu’à l’UMP ce n’est pas leur truc du tout de faire de la rupture avec du vieux (ironie) : c’est vrai qu’avec Raffarin, Juppé, Fillon, Devedjian et j’en passe et des pires, ils ont vraiment rien à se reprocher...

              Tu parles, ce sont les mêmes ! Arrimés au pouvoir, encensés par des médias qui leur octroient des louanges alors qu’ils n’ont pas d’honneur ni de sens démocratique.

              C’est du joli l’UMPS : ça prône le changement, la rupture, la révolution mais ça ne SAIT PAS CHANGER à la base. Formés dans les mêmes moules, ils ont perdu le sens de la république démocratique : le pouvoir pour le pouvoir, et 30 ans d’immobilisme.

              Sego - Sarko : ça change...ra pas.


              • Jojo2 (---.---.158.64) 23 février 2007 13:18

                C’est le système mon pôvre. Seul rémède : abolir cette connerie de présidentielle, empêcher les cumuls et injecter une dose de proportionnelle. Mais personne ne le fera.


              • Jacques Adam (---.---.17.107) 23 février 2007 13:19

                Jean Veronis vend la peau de la gazelle...

                Il a tort.

                Royal a prouvé que de toutes les situations difficiles elle se sortait avec un certain brio.

                Je ne peux que reprendre sa phrase : « On me dit à chaque fois que c’est quitte ou double. Et je double »

                Je sens qu’elle va nous épater en matière de sens du cornach


                • Stef (---.---.229.129) 23 février 2007 15:08

                  heu, tu parles de quel jeu la ? du Poker, à mon avis, c’est du bluff


                • astronaume11 (---.---.199.54) 23 février 2007 13:23

                  Que peut on dire de plus, son idée était de nous apporter du nouveau. Elle a essayé d’abord une femme candidate, qui fait des bourdes chose inabituelle (et dire qu’elle a fait l’ENA)... Mais elle est en phase d’échouer car c’est du VIEUX qu’elle apporte avec son passé des années miterrandiennes et jospiniennes.


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 18:10

                    Parler de bourdes, c’est se donner le confort intellectuel de refuser de critiquer les positions de SR, tout à fait défendables (et donc aussi critiquables) ; démonstration :

                    1) sur l’Iran elle a, me semble-t-il, raison : nul ne peut faire confiance à un gouvernement qui menace de détruire un état voisin et se refuse à tout contrôle sérieux sur ses activités nucléaires : il n’ y a pas de différence à faire en ce qui concerne un pouvoir fanatique, entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire. Un tel pouvoir ne peut être partie prenante d’un traité de non-prolifération dont on a de bonnes raisons de penser qu’il est susceptible de ne pas le respecter.

                    2) Sur la Quebec elle a raison de reconnaître un droit à l’autodétermination (valeur de souveraineté et de liberté) aux québécois qui est reconnu par la constitution canadienne (qui est fédéraliste le le rappelle) elle-même ! Elle n’a fait du reste que reprendre la position constante de la diplomatie française depuis De Gaulle. Deux poids deux mesures.

                    3) Sur la Corse elle a raison de dire que beaucoup de français ne seraient pas contre l’indépendance de la Corse si les corses la voulaient et pouvaient se prononcer par référendum et il faudra bien en venir là comme avec l’Algérie et/ou la Nouvelle Calédonie ; C’est du reste la position de Raymond Barre dont on n’a pas dit qu’elle était une bourde : deux poids deux mesures.

                    4) Sut la Liban : On ne peut reprocher à quelqu’un le fait qu’elle ne proteste pas contre une phrase qui ne lui a pas été traduite et de recevoir l’ensemble des parlementaires d’un pays ami de la France.

                    5) Sur Israël : elle a raison de, tout à fois, critiquer ce pays quand il menace les forces de l’ONU et de soutenir Israël dans sa lutte contre le terrorisme islamiste.

                    Je veux bien que l’on ne soit pas d’accord avec ses prises de position mais je voudrais qu’on arrête de dire que se sont des bourdes et que l’on me montre en quoi elles sont fausses ou dangereuses.

                    Il y en assez de confondre la critique, nécessaire en démocratie, avec des sarcasmes méprisants et méprisables (les femmes ne peuvent faire que des bourdes en politique, c’est bien connu depuis la loi salique). La citoyenneté pluraliste est à ce prix.


                  • (---.---.24.207) 23 février 2007 20:32

                    C’est ça des démonstrations philosophiques ???...


                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 20:46

                    Comme tout citoyen, j’ai le droit, comme vous, de développer des analyses politiques dans un journal citoyen et pluraliste. Celle-ci est fondée sur une philosophie du débat démocratique de l’argumentation et du respect des personnes que vous partagez peut-être ou peut-être pas.

                    Votre remarque est affligeante, mais je la mets sur le compte d’une exaspération impuissante à argumenter passagère ; prenez votre temps ; je suis certain que vous pouvez faire mieux.

                    L’anonymat n’excuse pas la paresse intellectuelle et encore moins le mépris.


                  • (---.---.24.207) 23 février 2007 20:54

                    « une philosophie du débat démocratique de l’argumentation »

                    ça veut dire quoi, ce « débat démocratique de l’argumentation » ?

                    gardez vos leçons pour vous ...


                  • ratatouille (---.---.124.203) 24 février 2007 02:57

                    @Sylvain Reboul,

                    Sur l’Iran, notez que les mêmes reproches que vous faites à l’Iran (fanatisme du gouvernement, menaces de destruction, refus du contrôle des installations, non respect du Traîté de Non Prolifération) peuvent être adressés, au même point ou partiellement, à certains pays occidentaux (USA, France...). Deux poids deux mesures ?

                    Les histoires de vilains mollahs nucléaires sont aussi sérieuses que celle de Saddam et ses armes de destruction massive.

                    Cependant, à peu près tous les politiques et journalistes tiennent un discours tout aussi fantaisiste sur le sujet (sauf Chirac dans de très courts moments de lucidité...). Je trouve amusant qu’ils tombent à bras raccourcis sur Ségolène pour de légères nuances dans la fantaisie.


                  • JL (---.---.73.200) 23 février 2007 15:14

                    «  »Chassez le naturel, il revient au galop«  » (Destouches ou Boileau).

                    S. Royal s’était faite un masque(?) de droite. Maivaise pioche. Elle est à nouveau dans le rôle qu’on attend d’elle. Désolé pour les déçus.

                    Sarkozy s’est fait agneau. Encore deux mois à tenir. Tiendra-t-il ? et son propre camp qui n’en peut plus de voir son chef tout promettre, se démettre et se compromettre ?


                    • (---.---.24.207) 23 février 2007 20:51

                      En réalité, cela remonte à l’écrivain latin Horace.

                      Epître I, x, 24.

                      Donc à l’Antiquité.


                    • meridien (---.---.106.159) 23 février 2007 15:54

                      sincèrement es tu réellement inquiet ou feignant de l’être

                      J’opine fort pour la seconde alternative au sujet du ’regroupement’ annoncé ce 22/02 t’inquiètes Madame Royal continuera son agenda ne t’en déplaise ’hypocrite’ que tu es !! que n’aurait-on dit si les ’anciens ne s’étaient pas rapprochés sous sa houlette ;ne t’en déplaise

                      j’attends ta réponse cher jean veronis ; mais sincère celle là ... meridien


                      • Leveque 23 février 2007 17:25

                        Attendons pour voir, elle a quand même recruté les vieux roublards du PS, qui ne manquent pas d’influence, de réseaux, de soutien. Seule elle a fait pas mal de bétise mais ses nouveaux amis ont de l’experience...

                        Le plus désolant dans cette histoire c’est que la droite ressemble 60% de voix en France 30% Sarko +15 % le pen +10% bayrou + 5% de Villiers.

                        Et malgré ça, on risque encore d’avoir la gauche qui passe, on a vraiment la droite la plus bete du monde.

                        A quand la fin de ses divisions ? A quand des accords de gouvernance et des reports de voix enfins utiles ?


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 17:44

                          Votre conclusion est aventureuse : SR a intérêt à rester elle-même et elle le sait et à rassembler le PS et au delà une partie de la dite extrême gauche pour être au second tour : c’est une règle du jeu incontournable.

                          FB vient du reste de lui rendre le service d’obliger les ex-dirigeants de PS à la soutenir pour survivre : en effet je ne donne pas cher (et eux non plus apparemment) de leur avenir politique s’ils répondaient aux avances de FB, sans savoir à quelle sauce il les mangerait. Leur seule chance d’exister, c’est de rester au PS pour préparer éventuellement les législatives et les présidentielles de 2012. Il sont donc contraints par leur propre ambition d’accepter de défendre SR et d’attaquer la droite ainsi que FB.

                          Je doute, dans ces conditions, qu’ils puissent lui imposer un quelconque renoncement à ses propositions et encore plus à sa démarche de démocratie participative, sans se disqualifier avec elle. La position de SR est donc plus forte avec eux que sans eux.

                          Cela suffira-t-il à la faire se maintenir devant FB au premier tour ? je n’en sais rien ; mais ce que je sais, c’est que c’est tout à fait nécessaire d’opérer ce rassemblement sur ses positions, comme le savent tous les ex-dirigeants de PS qu’elle vient de mettre dans sa manche (même E. Besson qui, le sachant, a préféré démissionner) . Et je sais aussi que si FB arrivait au second tour (ce qui est loin d’être joué), avec cette farce d’une politique qui ne serait ni de droite ni de gauche , il devrait s’allier au PS, en position de faiblesse vis-à-vis d’une grande partie de son électorat, pour gagner au deuxième tour et surtout aux législatives qui suivront.

                          Et là SR peut jouer à plein pour le soutenir à ses conditions en vue d’une partie remise (2012) : elle est jeune, courageuse et déterminée ; après tout François Mitterand s’y est pris quatre fois avant de gagner sur Giscard.. Un bon politique pense toujours au coup d’après et à la manière de repartir au combat.

                          Encore une petite leçon de réalisme pour ceux qui pensent que FB a toutes les cartes en main pour gagner maintenant et surtout plus tard sur sa position intenable d’extrême centre


                          • (---.---.37.71) 23 février 2007 17:47

                            SR est prisoniére de son parti, qu’est un ramassi de fonctionnaires gateux...


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 20:49

                            Les insultes débiles ne font de décrédibiliser leurs anonymes auteurs


                          • (---.---.24.207) 23 février 2007 21:01

                            « SR est prisoniére de son parti, qu’est un ramassi de fonctionnaires gateux... »

                            Les fautes d’orthographe aussi déconsidèrent les messages ...

                            prisonnière, qui est, ramassis, gâteux.

                            Par ailleurs ces fonctionnaires ne sont pas gâteux, ils ont au contraire un sens très aigu de ce qui peut servir leur carrière.


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 février 2007 07:33

                            En effet il existe des femmes anti-féministes à propos de la question du pouvoir formel (elles préfèrent le pouvoir informel de séduire les hommes de pouvoir) ; comme quoi les préjugés machistes sont socialement induits chez nombre de femmes elles-mêmes (« le rôle d’une femme n’est pas de faire de la politique », mais de s’occuper de leur foyer et de leur mari ou amant).

                            Il y a même une théorie « féminine » et anti-féministe de la distribution des pouvoirs qu’il serait dangereux de remettre en cause pour l’ordre socio-symbolique et les identifications valorisées et valorisantes qui en sont les conditions.

                            Parler de « mère sévère » (M.Onfray) avec mépris mais accepter tout à fait la fonction de père-sévère (Lacan), de gaffeuse, de légèreté, d’absence d’« axe fort » de son programme -suivez mon regard- (nombre d’interventions sur AV) , des femmes qui ne sont pas faites pour le pouvoir (Seymour), d’autoritarisme (AV) ou au contraire refuser à une femme de réagir politiquement avec des sentiments d’humanité dans l’exercice de sa candidature car alors elle ne peut prétendre à la fonction virile du chef , c’est entretenir la même mythologie de la femme qui doit rester à sa place « naturelle ».

                            Ce sont ces qualificatifs que je considère comme sexistes. Et que des femmes aient aussi de telles réactions parfois , outre du fait d’une jalousie compréhensible, ne fait que confirmer ce que tout le monde sait : la domination s’exerce jamais autant qu’à l’intérieur du dominé par intériorisation identificatoire valorisante à la distribution des rôles qu’elle produit..

                            N’oublions pas une chose : c’est que SR a mis son père en justice pour l’obliger à financer des études qu’il lui refusait parce qu’elle était une femme destinée au mariage et à la famille. Ce qui ne l’empêche pas de cumuler avec bonheur carrière politique et maternité. Pour moi voilà un excellent critère pour juger de la personne. Elle est une femme libre, courageuse et généreuse et sa seule présence à la tête de l’état peut changer le donne symbolique salique.

                            Son féminisme est essentiel à l’évolution de notre société, n’en déplaise aux hommes dominateurs et aux femmes qui trouvent dans la domination politique exercée par les hommes quelques motifs d’en profiter en les séduisant et les nourrissant comme des bébés (comme quoi toute relation de domination est réciproque et que la briser est difficile).


                          • jenesuisrien (---.---.134.168) 26 février 2007 00:23

                            Monsieur,

                            Etre anonyme est-ce une tare ?

                            D’après plusieurs de vos commentaires, n’est bien pensant que celui qui montre sa photo son CV etc........Je ne dis pas que les commentaires des anomymes soient intouchables, simplement que ce n’est pas un ARGUMENT,sur un site comme agoravox,que de renvoyer l’anomymat comme « critique ».

                            Nous n’avons pas tous besoin d’une exposition publique, pour avoir le sentiment d’exister.


                          • Décryptages Philippe Zaouati 23 février 2007 18:19

                            La troisième, quatrième ou cinquième phase (je ne sais plus très bien) de la campagne de Ségolène est lancée sur un pas de pachydermes.

                            Ah ! Elle a du se creuser la tête pour imaginer ça. Y’a même un vieux cacique socialiste, mode 1981, qui disait ce matin, sans rire, que c’était un tour de force.

                            Que nous réserve-t-elle pour la prochaine phase : le retour de François Mitterand ?

                            Esprit es-tu là ....


                            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 20:51

                              Vous ne pouvez pas si bien dire, c’est sa réincarnation ; mais avouez qu’elle quand même plus.... attachante !


                            • Inquiet (---.---.228.42) 23 février 2007 20:26

                              Juste une question : où sont les femmes sur ce fil de commentaires ?

                              Pourquoi je demande celà ?

                              Je suis un homme et je vais essayé de parler en leurs noms. J’aimerais autant que possible qu’elles puissent confirmer / infimer / étayer ce que je vais dire :

                              j’ai l’impression que nous (hommes et très certainement femmes dans un monde d’hommes) ne nous faisons pas à la « vision femme ».

                              J’ai l’impression qu’il existe 2 conceptions :
                              - « verticale » : basée sur le principe de causes à effets, elle établit une suite logique d’événements qui amènent à un résultat souhaité. Son point fort, est la visibilité du processus par la facilité de lecture séquentielle. Son point faible, est la nécessité d’avoir enterriné la décision avant le déclenchement du processus, souvent trop laborieu de revenir en arrière. Cette perception est à mettre au crédit de la conception masculine des choses : revenir sur sa position équivaut à se médire.
                              - « horizontale » : basée sur l’idée qu’il n’existe pas forcément un seul chemin pour aboutir au résultat souhaité elle se veut modeste en l’entame de son/ses processus mais s’affine au fur et à mesure du/des chemins écartés ou re-considérés. Son point faible est son apparente illusion de « tatonnement » (chercher sur google « théorie des jeux » et vous verrez que c’est plus scientifique comme méthode qu’il n’y parrait) et sa difficulté à rendre compte de l’évidence . Son point fort est sa capacité à rebondir face à l’imprévu pour choisir un chemin plus adéquat. Il me semble que celà représente une conception plus féminine des choses : ce sentiment que quelque chose pourrait nous échapper.

                              Maintenant je serais bien incapable, suivant les contextes, d’affirmer qu’une conception est supérieure à une autre. A mon avis elles ont leurs points forts et leurs points faibles et sont en définitives équivalentes, tant on aurait choisit la méthode qui nous conviendrais le mieux.

                              La seule différence, est qu’on a beaucoup moins de littérature concernant la méthode horizontale.

                              Elle est d’autant plus attaquable que sa défense est moins documentée.

                              Ce qui est fait dans ce topic, c’est plus la critique de la méthode que du projet.


                              • JL (---.---.73.200) 24 février 2007 13:17

                                 smiley

                                «  »Quand tu as raison, raisonnes comme un homme, quand tu as tort, raisonnes comme une femme«  ». Propos d’un machiste dont j’ai égaré le nom.

                                Pourquoi les femmes ne diraient-elles pas l’inverse ?

                                «  »Quand tu as raison, raisonnes comme une femme, quand tu as tort, raisonnes comme un homme«  ».

                                Oui, pourquoi ? C’est à elles que je pose la question. smiley


                              • JL2 (---.---.73.200) 24 février 2007 14:39

                                je ne comprends pas ce vote négatif. Mon propos, en droite ligne avec le commentaire précédent n’a, contrairement aux apparences, aucune connotation machiste. Au contraire.

                                Selon moi, il ouvre une perspective inexplorée, basée sur le concept de la symétrie, concept qui a fait ses preuves dans le domaine des sciences fondamentales.


                              • (---.---.24.207) 23 février 2007 20:34

                                « Encore une cuisinière qui s’est fourvoyée. »

                                Frédéric Nietzsche.


                                • (---.---.24.207) 23 février 2007 20:38

                                  Référence : Fragments posthumes, août-septembre 1885, [5].


                                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 février 2007 20:58

                                  Enfin une confirmation avouée de ma thèse : la haine de Ségolène n’est autre que du sexisme macho ; ce que ce pauvre Nietzsche devait à ses difficultés bien connues avec Lou Andréa Salomé, la seule famme qu’il a cru aimée...sans y parvenir..Sa castatrice de soeur en a largement profité...


                                • (---.---.24.207) 23 février 2007 21:10

                                  « Lou Andréa Salomé, la seule famme qu’il a cru aimée... »

                                  femme, aimer

                                  Révisez donc votre orthographe au lieu de prétendre à des jugements de valeur éternelle.


                                • (---.---.24.207) 23 février 2007 21:11

                                  « Sa castatrice de soeur »

                                  castratrice

                                  Reboul, ton cas s’aggrave ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès