Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène, le dindon de la farce

Ségolène, le dindon de la farce

Retour en plan média serré pour l’ex-candidate ratatinée par Sarkozy en mai dernier. Ségolène Royal, très drivée par Dominique Besnehard, revient dans un livre confession sur son échec, son adversaire, son ex-compagnon, ses faux amis et ses croyances. Innocent et drôle, comme d’habitude.

Dans une dizaine de jours, la poitevine enflammée devrait faire Ruquier, On n’est pas couchés, et on attend presque ça avec impatience. De la voir répondre à Zemmour, bien sûr, de l’entendre aussi s’expliquer un peu sur le contenu de son dernier pensum, Ma plus belle histoire, c’est vous, qui sort aujourd’hui. Un ouvrage censé annoncer le vrai grand retour de l’ancienne candidate, déjà pourtant très présente malgré elle pendant la rentrée littéraire, qui s’est muée en curée pour celle que les éléphants socialistes avaient choisi d’ériger en responsable unique et totale de l’échec lamentable de leur parti. Royal sacrifiée avec raison parfois, avec exagération d’autres fois, par des seconds couteaux revanchards ou des vieux chevaux usés qui voyaient là une ultime manière d’exister encore, ou de faire comme si. Royal éreintée, Royal insultée, Royal vilipendée, mais Royal pas morte, assez en forme en tout cas pour entamer quelque action en justice, de ci de là, pour asséner quelque pique, aussi, même si l’exercice ne lui est pas familier, ça se voit. Ca se lit.

Aujourd’hui, donc, les conseillers en communication de la petite dame en blanc, ont décidé que c’était le moment idéal pour réapparaître. La tempête passée, l’ouragan calmé, ils ont choisi cette période d’avant les fêtes de fin d’année, au moment où tout un chacun se rend en librairie pour acheter le cadeau à la mémé ou le beau livre sur les chevaux au pépé, ou le Goncourt à la belle-mère, au moment où le client calcule ses frais pour garder quand même quelque pécule pour les soldes de janvier, Ségolène déboule donc, toutes affaires cessantes, avec un livre au titre déjà raté, Ma plus belle histoire, C’EST VOUS, notez la majuscule, qui accentue grandement le côté nunuche de l’ex-candidate. Faire appel à Barbara, aigle noir, pour annoncer son retour aux affaires, on peut faire mieux. Surtout, il y a cette connotation « show-biz », la plus belle histoire (d’amour) de Barbara étant le public, comme chacun sait. Serait-ce que Ségolène estime que la politique est un spectacle comme un autre ? Que l’électeur n’est qu’un public à conquérir ? Et puis, sa « plus belle histoire », c’est une façon de parler, espère-t-on, s’agissant d’un échec assez retentissant.

Dans cette « plus belle histoire », donc, Ségolène, nous raconte tout, ou presque. Ses ennemis au sein du parti, son équipe de proximité, fidèle et franche, dans laquelle on comptera Chevènement, Dray, Rebsamen et Bernard-Henri Levy, que la dame salue pour sa constance et sa loyauté. Les éléphants, eux, l’ont emmerdée, n’ont eu de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues : la dame parle de « tours pendables » de ces « peu recommandables cerbères ». Rien que ça. Sur l’incompétence, elle répond « oui, mais » : elle déclare avoir été « mieux préparé qu’on ne l’a dit, mais sans doute moins qu’il ne faut ». Un peu plus loin, Royal avoue n’être « ni Jeanne d’Arc, ni la Vierge Marie », on ne demande qu’à la croire. Peut-être un peu Danièle Gilbert, alors, quand elle écrit, à la fin du bouquin « un jour, nous nous retrouverons ». Danièle Gilbert, et un peu aussi Thierry Le Luron, qui avait chanté « nous nous reverrons un jour ou l’autre ».

Mais là où l’ouvrage nous tire plusieurs larmes (de rire), c’est évidemment quand elle raconte son entrevue ratée avec le de Gaulle du MoDem, François Bayrou. Un rendez-vous quasi secret, presque la scène du balcon, avec un Roméo centriste très inquiet qu’on les voie ensemble (« Non, non, ne montez pas, il y a du monde dans la rue »), alors même que la conquise Juliette socialiste note qu’à cette heure-là il n’y a « pas un chat dans cette rue tranquille du 7e arrondissement ». Pas un chat, mais suffisamment de risque pour Bayrou qui décline l’invitation, et c’est là où c’est hilarant sous la plume de Royal « comme un amoureux qui craint la panne ou un adultère risqué ». Un amoureux qui craint la panne. Il n’y avait que Ségolène Royal pour trouver pareille formule. Le nouveau leader du désert Démocrate aurait accepté la proposition de Royal de devenir son Premier ministre en cas de victoire de celle-ci. Mais Bayrou aujourd’hui dément, assurant n’avoir jamais rencontré Royal (ce qui semble vrai) en secret chez lui, et affirmant avoir refusé la proposition Matignon. Royal, elle, est claire, et emploie la même expression, comme c’est étrange, de Cavada, presque mot pour mot, au sujet de Bayrou : « Le cheval a reculé devant l’obstacle » (Cavada avait, lui, déclaré que Bayrou avait « un tempérament qui lui fait refuser l’obstacle de la décision »).

Fabuleuse Mme Royal ! Indispensable Ségolène, qui sait, seule, employer les mots qu’elle pense pour narrer la petite histoire politique du pays ! Bayrou craignait la panne ! Ou un adultère risqué ! C’est-à-dire de tromper... qui ? Sarkozy ? Sa vraie famille politique ? Que d’élégante manière ces choses-là sont écrites... Et c’est ainsi qu’on peut être relativement content, si ce n’est très heureux, d’apprendre que la reine du Poitou, la sainte patronne des agneaux qui voulait raccompagner toutes les femmes flics chez elle le soir, d’apprendre que la meilleure amie du monde de Menucci va encore quelques années au moins nous amuser beaucoup en pensant à 2012.

Et Hollande dans tout cela ? Il n’est pas oublié. Ségolène pleure un peu son absence quand même, l’absence de son épaule surtout, et avoue qu’il a essayé de revenir, mais qu’elle n’a pas voulu. Et ce n’est même pas là de l’indécence, non, juste une autre marque de la pensée Royal, cette naïve et désarmante façon d’apparaître nue, de temps à autre, offerte à toutes les railleries, disponible à tous les mauvais vents. On voit là toute la stratégie des communicants qui l’entourent : la volonté de dresser le portrait d’une autre forme de politique, moins carrée, moins rompue aux codes, moins « énarque » que celle qui triomphe aujourd’hui. Ségolène Royal n’a pas une langue de technicienne, elle n’est pas une professionnelle du débat, il lui arrive de perdre ses nerfs, mais tout cela est calculé, toute cette fragilité apparente est là pour faire « vrai », pour sonner « authentique », pour du même coup trancher radicalement avec l’efficacité froide, un brin inhumaine et totalement pragmatique des gouvernants actuels. Ainsi à une succession de livres « anti-Ségolène » tous très politiques, elle répond par un ouvrage romantique, sinon romanesque, qui est volontairement à côté de la plaque.

Ségolène Royal, et tous ceux qui l’entourent, qui la façonnent, savent qu’elle ne sera jamais un animal politique du calibre de Sarkozy. Là où leur chemin se séparent, c’est que si elle semble persuadée qu’un jour ces animaux malades du pouvoir s’éteindront, et qu’elle prendra naturellement leur place, ceux qui s’occupent de son image, eux, sont évidemment convaincus qu’elle n’arrivera jamais à ses fins, mais qu’elle peut au moins, quelque temps encore, leur rapporter de l’argent. Un dindon, une farce.


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (105 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 4 décembre 2007 09:39

    Voila encore un bouquin de valorisation de la candidature de Soeur Ségolène Royal de la Compassion sociale qui a substitué les idées socialistes par du catholicisme sociale.

    Aucunes reflexions de sa défaite à l’exception de se la jouer « victime » d’être une femme !

    Il serait temps de lui demander de retourner à sa France profonde et de laisser le parti socialiste se reconstruire car la manière dont pour accéder au pouvoir elle était préte à faire alliance avec F BAYROU est vraiment une catastrophe.

    Me ROYAL ,en terme de marketing nous le vend sur le ton de la rigôlade mais soyons sérieux,sa stratégie marketing à détruit l’ensemble de la gauche dabord au 1er tour avec le vote utile et ensuite avec ses discours de techno-bobos qui ne voulaient rien dire.

    Me ROYAL appartient au passé et espérons qu’au sein du PS les candidatures marketing n’existeront plus.

    Il doit y avoir comme en Italie des primaires à gauche pour selectionner le meilleur des candidats pour représenter la gauche.

    Ce choix est le meilleur des choix,afin d’éviter le pire qui en 2002 s’appelait JOSPIN et en 2007 ROYAL


    • MagicBuster 4 décembre 2007 10:55

      A défaut de dindon, on fait un article sur la pintade du poitoux.

      C’est un article de saison ... avec des marrons...


      • JL JL 4 décembre 2007 11:29

        On peut faire l’économie de la lecture de ce texte et aller directement à la fin : «  »Ségolène Royal, et tous ceux qui l’entourent, qui la façonnent, savent qu’elle ne sera jamais un animal politique du calibre de Sarkozy. «  » smiley


        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 4 décembre 2007 12:04

          Tout à fait et j’ajoute heureusement pour nous et la démocratie, car elle offre une alternative intéressante, voire passionnante au Hard-Power de NS . Quant à jouer la victime, le ton et la joyeuse ironie qu’elle déploie, en est le démenti éclatant. Contrairement aux espoirs de Lemma qui aime les éléphants socialistes à la mesure de sa détestation de la gauche, je peux vous informer, de l’intérieur, qu’elle n’a jamais été exclue de l’horizon des adhérents du PS, ni son intention de poursuivre son combat pour le réformer.


        • toubakouta 5 décembre 2007 10:55

          C’est exact d’ailleurs elle l’a dit dès le 6 Mai aux militants « Je vous conduirai vers d’autres victoires... »


        • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 décembre 2007 11:46

          BRAVO LILIAN

          Une fois de plus un excellent article !

          BAYROU craignant la panne , voila une vision de l’histoire amusante .

          Quelle rencontre incroyable que celle de ces deux là , numéro deux et trois de l’élection présidentielle .

          Il y a eu la journée des dupes dans la grande histoire mais celle là vaut bien l’autre !

          Salut et fraternité .


          • kako 5 décembre 2007 00:53

            Personnellement je trouve l’article plutot creux, sans relief ; du déjà lu, déjà entendu ; en gros du réchauffé.


          • Bom 5 décembre 2007 05:01

            Je me joint à Kako pour dire que cet article reflète exactement ce que les médias amis de sarkosy ont fait depuis la campagne : Faire passer une personne avec un cv aussi impressionnant que le sien pour une nunuche.


          • vin100 5 décembre 2007 18:36

            Oh, un peu d’humour et d’auto dérision !

            Le ton de l’article est plaisant, léger.

            Bon ceci dit j’ai l’impression que l’auteur n’a pas voté pour La Madone.

            Salop, encore un sbire de Sarko. Le complot continue. Méfions nous.....
             


          • SALOMON2345 4 décembre 2007 14:00

            Un policier porte une arme, légalement. S’il vient à commettre une « bavure » : faut-il pour autant désarmer tous les policiers ? Est-ce la LOI qui est « meurtrière » ou celui qui manque de discernement dans son application ? Suivant ce parallèle, lorsqu’un doûte naît sur la protection d’un enfant : doit-on mélanger ce qui conduit légitimement à un enquête sans donner quitus aux délires d’un « corbeau », ou la crainte de l’erreur doit-elle figer toute tentative de connaître la vérité ? Le curseur est difficile à placer et je maintiens pour ma part que ce n’est pas le fusil qui est criminel mais le tireur et une LOI est un outil...qu’il ne faut certes pas mettre entre les mains des faibles du bulbe !!!


          • Zalka Zalka 4 décembre 2007 13:51

            Je n’ose imaginer les hurlements des fanatiques sarkozystes si quelqu’un avait fait une telle proposition pour les bouquins de Sarko.


          • claude claude 4 décembre 2007 23:02

            ah mon cher calmos,

            que ferions nous si vous n’existiez pas ? smiley

            j’adore votre mauvaise foi... surtout ne changez pas ! smiley

            personnellement, je n’achèterai pas le livre de ségolène, parce que je ne lis jamais les bouquins écrits par ou sur des politiques : ils sont rarement objectifs, à droite comme à gauche.

            soit on porte l’homme ou la femme politique au pinacle en trouvant merveilleux tout ce qu’ils font, soit c’est la descente en flammes avec des obus de la grosse bertha, car aucune e leurs actions ne trouvent grâce aux yeux de leurs contradicteurs.

            et puis, en plus, ils sont rarement bien écrits smiley

            mais n’empêche, essayez de soigner cette ségolénite allergique qui tourne à la chronicité...vous risqueriez de verser quelques larmes... lol ! smiley


          • snoopy86 4 décembre 2007 23:35

            @ Claude

            Calmos c’est Calmos et c’est mon pote. Non pas qu’il soit incapable de ce défendre, mais que voulez-vous quand une équipe de rugby rendre dans un bistrot et que le N°3 est un peu chaud, ceux qui restent lucides se méfient de ce qui peut arriver...

            Que voulez vous, 40 ans de BTP et 20 ans de rugby...

            Là où beaucoup font du point de croix, lui balance des parpaings...

            Mais parmi les beaux esprits qui hantent Agoravox, combien de ceux qui dissertent de la condition ouvrière peuvent parler comme lui ou Maxim de ce que c’est que travailler avec ses bras et ses mains ?

            Snoopy ( troisième ligne aile des sarkotrolls)

            M.... !!!!

            Bozz est encore en train de tout casser derrière le bar


          • claude claude 5 décembre 2007 01:16

            mon cher calmos,

            je ne regarde plus nos chers politiques, car chacun dans leur camps rabâchent toujours la même rengaine. et à la différence du vin, ils ne se bonifient pas avec le temps. je ne les supporte plus.

            je n’ai jamais été de droite, mais j’ai de l’estime pour des personnes comme le général, chaban, raymond barre, michèle alliot marie...( je n’arrive pas à trouver des noms plus récents) j’aimais bien jacques chirac, malgré toutes les casseroles qu’il peut trainer derrière lui.

            jusqu’à l’avènement de sarko, on entendait des voix différentes s’exprimer à droite comme à gauche... depuis, des 2 côtés, c’est le calme plat. les ump et assimilés, écoutent la voix de leur maître, (même santini ne sort plus ses traits farceurs) et les socialistes ont perdu la leur, quand aux communistes, ils sont dans un état proche du coma.

            bayrou remue encore un peu, le fn est moribond, et l’artiste qui fait le plus d’entrées c’est notre joli postier de la lcr.

            tout est verrouillé, aseptisé, contrôlé...avec sarko qui nous la joue « club méditerranée en rolex » , profitant de ses voyages officiels pour présenter sa maman et fiston au président chinois (des fois que ce dernier ait une fille à marier...)et laissant presque ce dernier aux mains expertes des chinois, pour lui « apprendre la discipline ».

            cela m’étonne que votre bon sens ne vous ai pas alerté et fait rugir contre ce manque de classe absolu. le général doit se retourner dans sa tombe.

            ce président au « franc parler » nous prend vraiment pour des truffes, et malheureusement, ça marche...et certains en redemandent encore : plus ils sont tondus, présurés, plus ils sont heureux...

            ceci dit, prenez bien soin de vous et soignez cette rechute de ségolénite allergique ! smiley smiley


          • claude claude 5 décembre 2007 01:32

            @ snoopy,

            ce que vous dites de calmos est juste : il connait ce que travailler veut dire.

            c’est pourquoi je ne comprends pas comment il peut accepter qu’on lui tonde la laine sur le dos. car la politique fiscale du gouvernement a surtout financé les 5% plus riches de la population, faisant voter le bouclier fiscal et voter les franchises médicales.

            ce ne sont pas les cadres supérieurs qui ont leurs dos bousillés par les lourdes charges, les mains pleines d’arthrose à force de gestes répétitifs ou les poumons dévorés par la silice ou l’amiante... ce ne sont pas eux qui vont souffrir de maladies professionnelles invalidantes, et donc devoir suivre des traitements coûteux... et ce n’est pas chez eux que l’on retrouve les petites retraites.

            sinon, j’aime bien taquiner calmos... smiley qui me le rend bien, tout en restant courtois smiley


          • claude claude 5 décembre 2007 13:32

            bonjour calmos, smiley

             
            je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de feignants dans la société française. il y a beaucoup de gens qui galèrent parce qu’ils sont accidentés de la vie, état dont certains ont du mal à se relever.

            des coups de pieds au cul sont parfois nécessaires, mais je ne peux être d’accord avec un système qui broie les plus faibles et les plus démunis.

            quand aux syndicats, ils sont nécessaires pour s’opposer aux dérives potentielles de certaines entreprises.

            je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut se retrousser les manches, mais que cela soit à notre profit, et non pour enrichir toujours les mêmes personnes, surtout quand elles ne mettent pas les mains dans le cambouis (actionnaires comme les fonds de pensions, banques, spéculateurs boursiers...)

            et qu’ils soient de droite comme de gauche, je n’aime pas ceux qui nous tondent la laine sur le dos !


          • Philou017 Philou017 8 décembre 2007 15:46

            Calmos : "Quand j’avais une revendication a formuler ; j’allais voir celui qui pouvait me satisfaire...sans emmerder personne.

            Entré manoeuvre dans ma boite, j’en suis sorti chef de chantier 40 ans plus tard....j’aurais pu faire mieux ; mais je n’ai jamais marché sur personne et n’ai jamais dis merci à personne"

            J’en connais des égocentriques qui ne jurent que par leur petite vision du monde. Moi, j’ai fait... Moi, je sais.... Limitation de sa vision du monde vue par le prisme du « moije » limité à son petit ego.

            Vous devriez retourner travailler, des syndicalistes , il n’y en plus beaucoup. Vous pourriez servir votre discours réactionnaire aux jeunes qui bossent pour le Smic avec cinq ans après le Bac, à ceux qu’on essore en lâchant : si vous n’êtes pas content , il y en a 50 derrière qui attendent.

            On est plus dans les années 1970, je ne sais pas si vous vous êtes rendu compte du fond de vos certitudes...

            Vous êtes du genre à vous rabattre sur un camp parce les certitudes qu’on vous propose vous arrangent. Pour le reste , les arguments ne vous intéressent pas. Et vous n’en avez pas d’ailleurs. Un bon client pour Sarko et ses discours simplistes.

            Ma réponse est sèche, mais votre discours ne mérite pas autre chose.


          • LE CHAT LE CHAT 4 décembre 2007 13:35

            Je confirme , je n’étais pas dans la rue quand Bayrou n’osa pas emprunter le fameux escalier ! smiley


            • Harald 4 décembre 2007 13:49

              Le dindon... ce serait plutôt Bayrou et elle serait la dinde.


              • misol misol 4 décembre 2007 13:50

                mais de quoi parlez vous ? il n’y a pas d’escalier, et il n’y a pas eu de SR en bas de chez Bayrou : il y a eu simplement des contacts par des proches de SR auprès de Bayrou, et la même chose de la part de proches de NS.. il n’était pas interdit d’essayer tout au moins , mais FB ne « mange pas de ce pain là »...


                • LE CHAT LE CHAT 4 décembre 2007 14:02

                  Plus de problèmes de timidité bientôt au Modem ,au rythme des deffections, les plaisirs vont être solitaires ......

                   smiley


                • anamo 4 décembre 2007 19:37

                  Je reprends en copie mon commentaire sur un article d’hier traitant de ces allées-et-venues supposées.

                  "

                  Avec cet article, on fait « dans le people (voire même pipole) ». Qui couche avec qui... ou aurait voulu coucher, mais ... qui ne voulait pas. Pas très sérieux !

                  L’avantage : ça ne sert par F. Bayrou, ça ne sert pas S. Royal.

                  "


                • CAMBRONNE CAMBRONNE 4 décembre 2007 14:24

                  SALUT LUDOVIC

                  Bonne analyse que je partage .

                  As tu lu le résultat du petit sondage agoravoxien ? Décalé et stupide comme presque toujours . Les humeurs agoravoxiennes n’ont rien de commun avec la vox populi .

                  Pourquoi vouloir créer avec Bayrou un parti de centre gauche alors que le PS existe ? En outre le PS est bien implanté il touche une bonne partie de la population . Le PS n’a qu’un seul impératif se remettre en ordre alors que BAYROU doit construire ex nihilo un parti à sa dévotion pour remporter les prochaines présidentielles .

                  BAYROU n’a aucun avenir et je me tue à le répéter depuis bien avant le premier tour .Les électeurs centristes ne pencheront jamais à gauche , en France le centre est une partie de la droite . Voila pourquoi le Béarnais a tout faux .

                  Salut LUDO et fraternité .


                • Rage Rage 4 décembre 2007 23:33

                  Bonjour,

                  Je trouve cet article gratuit et finallement sans grand intérêt.

                  Que va t’on en tirer ? Une grande séance de « rétropédalage » pour ressasser l’élection et « refaire le match » ?

                  Le livre de S.Royal est sans aucun doute, pour elle, un exutoire : elle peut enfin se venger de son propre camp et exposer sa réalité des choses. C’est aussi un prétexte pour occuper à nouveau l’espace médiatique et réengager la « machine à conquérir ».

                  Le problème, c’est que cette stratégie est suicidaire. D’une part, elle s’expose et expose des futurs « interlocuteurs ». D’autre part elle devient tributaire d’un support figé (le livre) alors que l’occupation du terrain par des discours et des propositions serait non seulement plus efficace, plus audible, mais surtout moins risqué.

                  En prêtant le flanc aux interprétations, elle va courrir à la justification permanente, ouvrant encore la brèche pour charger la mule... pendant que notre « vendeur de centrales nucléaires » continu à faire sombrer le bateau « France » jusqu’à la lie.

                  S.Royal aurait bien mieux fait de s’appuyer sur les sans logis, les sans papiers, les « violences urbaines », le pouvoir d’achat pour rebondir et occuper l’espace pour règler ses comptes et aussi pour CONSTRUIRE une stature plutôt que chercher à faire de la politique de la terre brulée dans l’espoir de tout rebâtir...

                  Enfin, pour le cas Bayrou, il faut se mettre à la place du leader centriste de l’époque entre les 2 tours (séance de trahisons en série) : s’afficher avec Royal, c’était désavouer ses racines historiques, et pire encore, apparâitre pour le traître de son camp.... chose que les Morins and co attendaient pour « truander sous prétexte ».

                  Sur le fond, Bayrou SAIT que l’aile « rationnelle du PS » constitue un allié de poids avec les « démocrates » et les « modérés de droite » (un centre large). Autrefois il ne pouvait pas franchir la tranchée. Maintenant il doit affirmer son indépendance. Demain il pourra dialoguer sur une base saine, et ça, Royal le sait aussi.

                  Bilan des courses : Au boulot « l’alternative », car en France, en 2012, ce sera un champ de ruine intellectuel, individualiste et plus écartelé que jamais qu’il faudra reconstruire et... réguler.


                • snoopy86 4 décembre 2007 23:38

                  @ Rage

                  faudrait surtout pas fâcher ta patronne...

                  tu nous fais du Cadène là ; tu nous avais habitués à mieux...


                • snoopy86 4 décembre 2007 23:42

                  @ Rage

                  J’avais lu trop vite...toutes mes excuses, le commentaire n’est pas lèche-bottes pour deux sous...


                • Rage Rage 5 décembre 2007 11:01

                  Pour l’information, je ne suis pas du type lêcheur de bottes et encore moins assujeti à « dire ce que l’on a envie d’entendre pour faire bien ».

                  J’essaye de proposer des commentaires suffisamment « dotés » pour ne pas verser dans le « Lerma » ou bien la complaisance aveugle. Flammer Royal comme le fait Lilian M me paraît gratuit. De là à dire que son bouquin est une grande idée, c’est loin d’être mon propos.


                • ronchonaire 4 décembre 2007 18:08

                  Vous connaissez sans doute le dicton : une femme ne vous en voudra jamais autant que lorsque vous lui dîtes non.


                • Vincent San Seb Vincent San Seb 4 décembre 2007 15:16

                  Disons que là la subjectivité est à son comble, et meme si je n’aime pas Royal, il est peu interressant de voir ce livre sous cet angle (assez drole quand meme je l’admet) de toute façon pour moi l’ancienne candidate a perdue toute crédibilité a vie, après avoir enfin affirmé a la radio, que le SMIC a 1500 € par moi était une farce, elle a admit elle meme que c’etait impossible... démagogie quand tu nous tiens... si le PS veut rester un grand parti il doit se défaire de ces bases affirmations qui sont semblables a la « terre pour ceux qui la travail »


                  • maxim maxim 4 décembre 2007 15:45

                    allez on approche les Fêtes ,on parle plutôt d’une dinde qui s’est pris des marrons en voulant nous faire tous marrons !


                    • Argo Argo 4 décembre 2007 15:55

                      Une dinde ? Je m’étais laissé dire qu’en général les dindes à Noël sont fourrées...


                    • maxim maxim 4 décembre 2007 16:10

                      et bien justement elle est en manque sur ce registre ,avis aux amateurs .....


                    • brieli67 4 décembre 2007 16:36

                      Prof Reboul ne s’en sortira pas. Il semble aussi vert que l’hilarant néophyte de Greennoble qui moût son « Frain » de prépuce.

                      Faudra bien n’un matin joindre Solfé http://webdoctors-iscpa.blogspot.com Vite vite sur Avox faut d’autres apparatchicken

                      Ma plus belle histoire c’est VOUS c’est une copy d’une cover du Times.

                      Y a pas le « Feu dans la cheminée » on prépare le Congrès.


                      • A. Nonyme Trash Titi 4 décembre 2007 18:22

                        En grève du troll Demian ?


                      • Gilles Gilles 4 décembre 2007 17:01

                        « Ségolène Royal, et tous ceux qui l’entourent, qui la façonnent, savent qu’elle ne sera jamais un animal politique du calibre de Sarkozy. »

                        Moi je vois ça comme un avantage..... le calibre Sarkozy mine la démocratie. Remplacer le débat démocratique par de la communication débile à outrance pour abrutis, ne peut être l’avenir d’un pays.


                        • Icks PEY Icks PEY 4 décembre 2007 17:05

                          Excellent article Lilian : vous y excellez !

                          Icks PEY


                          • oblomov 4 décembre 2007 17:24

                            Les vrais dindons sont bien sur les innocents qui ont voté Sarko, le meilleur ami de Poutine ! Il ne fait que commencer ses inepties ! « La bise est venue... »etc.


                            • maxim maxim 4 décembre 2007 17:43

                              et Bayrou dans tout ça ...

                              maintenant il se retrouve comme un manchot, cul de jatte ,sourd ,muet et aveugle à qui on aurait crevé les pneus du fauteuil roulant .......


                              • maxim maxim 4 décembre 2007 17:47

                                sacré Sylvain Reboul ...

                                dès qu’il s’agit de Ségolène ,il apparait à la fenêtre comme le coucou d’un carillon .....

                                Ségolène ??? tac !!!aussi sec ,l’ami Reboul !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès