Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal : de la « bravitude » à la déconfiture...

Ségolène Royal : de la « bravitude » à la déconfiture...

« C’est le peuple qui m’a faite... je suis la candidate des gens, la candidate de l’insoumission » déclarait Ségolène Royal après la primaire interne organisée par le parti socialiste, le 16 novembre dernier.

Mais le résultat du deuxième tour de l’élection présidentielle avec 46,94% des voix, comme celui du premier tour avec seulement 25,83% des voix, malgré le ralliement des Radicaux de gauche et des Chevènementistes, confirme que le PS peine toujours à reconquérir l’électorat populaire. Le basculement à droite du département du Nord ou de localités comme Martigues ou Istres dans les B D R, traditionnellement à gauche, est à cet égard significatif.

Après avoir puisé dans les sondages des propositions à même de plaire au peuple, Ségolène n’a séduit qu’une « France paisible et semi-rurale » et n’a finalement pas réussi à prouver que sa crédibilité n’était pas seulement celle de son image...

Bertrand Delanoë l’a énoncé comme une lapalissade au soir du deuxième tour mais c’est profondément vrai : “Quand la gauche n’est pas assez claire, on ne la comprend pas”.

Il est en effet étonnant que la candidate du PS n’ait pas su exploiter le bilan d’une droite jugée en fâcheuse posture voici seulement un an, au moment des manifestations anti CPE ! Une droite dont les représentants, peu scrupuleux, ont présenté le contenu de leur programme comme si le président de la République n’était pas de droite depuis 12 ans ou comme si l’UMP avec ses 359 députés n’était pas majoritaire à l’assemblée nationale depuis 5 ans !

Mais si la candidate socialiste est largement responsable du score le plus bas fait par la gauche depuis 1965, lors d’un second tour d’une élection présidentielle, le PS n’est pas exempt de critiques.

Et d’abord, l’organisation de la primaire en vue de la désignation du candidat. Etait-il bien judicieux que les candidats à la candidature débattent et exposent leurs divergences devant les caméras, laissant ainsi des plaies plus ou moins ouvertes pendant la campagne.

Etait-il sain que le PS, en voulant faire du neuf, laisse les seuls adhérents socialistes maîtres du jeu. Quand on connaît la composition socio-économique des adhérents, la prépondérance des fonctionnaires, l’importance des adhérents de fraîche date, à 20 euros, ne connaissant souvent que le contenu des sondages du moment, le choix était pour le moins risqué...

Les commentateurs politiques en ont parlé comme s’il s’agissait d’un scrutin au suffrage universel. Or il n’y a pas de rapport mécanique entre les deux. Le Parti socialiste est une organisation à l’intérieur de laquelle, jusqu’à l’arrivée des nouveaux adhérents par Internet, 40 % des adhérents étaient des élus, et une proportion considérable des employés municipaux, intercommunaux, départementaux ou régionaux.

En fait, pour la majorité des 180 558 adhérents qui ont voté, la première préoccupation n’était pas de refléter les tendances profondes de la société, mais d’assurer la victoire électorale de leur employeur en fonction des instituts de sondage qui avaient pronostiqué une victoire inéluctable de Ségolène Royal. Parmi les nouveaux adhérents se trouvaient aussi des classes supérieures, ­ tendance bobo, reflétant faiblement la réalité sociologique du pays.

Après le vote pour le Oui au TCE en 2005 alors que le Non était majoritaire à gauche, les adhérents socialistes se sont une nouvelle fois trompés en désignant sans doute le candidat le moins compétent des trois prétendants. Les partis de gauche italiens ont été plus prudents en la matière, organisant une consultation beaucoup plus large entre électeurs, qui a débouché sur le choix de Romano Prodi. Et dans la plupart des pays démocratiques, c’est le président ou le 1er secrétaire du parti qui se présente aux plus hautes fonctions, après une désignation en congrès extraordinaire.

La suite, on la connaît, la candidate désignée par le PS s’est cantonnée à ressasser des généralités, mettant à toutes les sauces le mot « ordre juste » tout en invitant les Français à déployer le drapeau tricolore dans leur appartement...

N’oublions pas que Ségolène Royal est, comme Jean-Pierre Raffarin, l’élue de la région Poitou-Charentes, qui n’est certainement pas la région où les problèmes de la société française se posent avec le plus d’acuité.

Les erreurs, les revirements inexpliqués ou la méconnaissance des dossiers n’ont pas manqué :

Les éléphants
Les éléphants sont chassés dans un premier temps par Ségolène puis reviennent par enchantement dans un comité comprenant treize d’entre eux, dont est absent Michel Rocard, puis sont à nouveau critiqués...

Eric Besson
Au-delà de la traîtrise d’Eric Besson qui n’est d’ailleurs pas le seul (Claude Allegre, Roger Hanin et autre Michel Charasse, etc.) , l’ancien secrétaire à l’économie du PS voulait néanmoins chiffrer le programme du PS à la différence de Ségolène Royal qui a donné trop souvent l’impression de ne pas vouloir rentrer dans le contenu des dossiers et surtout pas dans l’aspect budgétaire...

François Bayrou
François Bayrou est qualifié d’homme de droite avant le premier tour puis comme un Premier ministre possible, en concurrence avec Dominique Strauss-Kahn, après le deuxième tour !

La proportionnelle
Le pouvoir doit être partagé et non dans les mains d’un seul parti, a-t-elle répété. Laissons de côté le fait que François Mitterrand s’est parfaitement adapté aux institutions de la Ve République pendant deux septennats... Ségolène n’a jamais précisé la part exacte de proportionnelle contrairement à François Bayrou qui a opté pour 50% de sièges de députés élus au scrutin majoritaire et 50% élus à la proportionnelle dans le cadre de circonscriptions régionales.

La décentralisation
"Je préciserai les responsabilités de chaque structure administrative" a-t-elle encore dit et notamment celles des communes, communautés de communes, départements et régions alors que la véritable modernité consiste à faire disparaître purement et simplement au moins un échelon administratif, en l’occurrence le département. Sur ce point également, François Bayrou est beaucoup plus clair : « Départements et régions doivent être administrés par les mêmes élus, qui délibèreront tantôt dans le cadre départemental, tantôt dans le cadre régional. Dans le cadre départemental, ils décideront, par exemple de solidarité ; dans le cadre régional, de stratégie économique. Mais ce seront les mêmes hommes, la même administration, le même budget, et tous les doublons seront évités ».

Le Smic à 1500 €
Dans le programme du PS, on peut noter que « le SMIC sera porté à 1 500 euros, le plus tôt possible dans la législature ». Mais Ségolène précise début mars à la télévision que ce montant ne sera atteint qu’au bout de cinq ans, le Smic passant ainsi de 1 254 € au 01/07/06 à 1 500 € à la fin de la législature. Or, grâce à l’indexation automatique du Smic au 1er juillet de chaque année, le Smic atteindra de toute façon 1500 € en 2012 et ce quel que soit le candidat élu...

La régularisation des sans-papiers
La proposition de régularisation des sans-papiers a été perçue, à tort ou à raison, comme une régularisation systématique dont ne veulent pas les Français. Ce sentiment s’est même renforcé après la régularisation massive des sans-papiers en Espagne par José Luis Zapatero, venu soutenir Ségolène lors d’un meeting commun. La droite n’a jamais autant cité dans cette campagne la phrase de Michel Rocard : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde »...

Les droits de succession et la baisse d’impôts
Lors du débat télévisé avec Nicolas Sarkozy qui s’est prononcé à nouveau pour une exonération totale des droits de succession et une baisse d’impôts sur le revenu, Ségolène n’a pas vraiment répondu à son interlocuteur et a omis de préciser que la conséquence de ces mesures sera d’augmenter les impôts indirects, par définition injustes, car touchant les riches et les pauvres de la même façon. Supprimer toute imposition du patrimoine et réduire encore le volume de l’impôt sur le revenu sera un véritable bond en arrière dans un pays où 10% des ménages détiennent 46% du patrimoine et où 3% des ménages les plus riches détiennent 36% du patrimoine financier.

La réforme des retraites
Au sujet des retraites, Ségolène a renvoyé, sur ce sujet également, à la discussion avec les partenaires sociaux. Pas un mot sur une éventuelle abrogation de la réforme Fillon 2003, voire celle de Balladur en 1993 qui a changé le mode de calcul du montant de la retraite (prise en compte des 25 meilleures années au lieu des dix meilleures avant 1993, provoquant ainsi une baisse importante des pensions). Seule précision : si la croissance ne suffit pas à résorber le déficit du régime des retraites, une taxe sur les plus-values boursières sera envisagée...

Les handicapés
En ce qui concerne l’accueil des handicapés à l’école et au-delà de ses propos en grande partie inexacts, elle a préféré surtout se lancer dans une dispute surfaite, destinée avant tout à donner l’image d’une femme montrant du caractère et attentive aux problèmes des handicapés. Mais parfois, trop, c’est trop...

etc.

Après Le non à la Constitution européenne le 29 mai 2005, les émeutes ou les manifestations contre le CPE, un projet économique mettant clairement en cause le libre-échange, les délocalisations, le niveau trop faible des salaires, les mesures fiscales en faveur des plus riches aurait pu permettre à la gauche d’aller vers l’électorat populaire et de remporter cette élection.

Mais rien de tel dans le discours de Ségolène. Son féminisme a satisfait d’abord les classes supérieures, qui conçoivent le couple comme l’union de deux individus libres sans enjeu économique réel.

En réalité, qui veut fuir la réalité économique en activant les valeurs sociétales, la sécurité et les questions d’identité, finit toujours par faire le jeu de la droite...

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • patrick patrick 15 mai 2007 15:09

    A l’auteur.

    Je viens de lire votre papier avec grand interêt.

    Je dois dire que votre constat est parfaitement, à mon sens, juste.

    Même si je ne partage pas vos remarques sur les positions de NS, je pense en effet que le flou face à la determination ( approuvée ou non) a fait beaucoup dans la « non-victoire » de Madame Royal.

    je crois que les français, s’ils ont voté pour un programe plutot qu’un autre, ont surtout élu une vision claire et une volonté.

    Le PS se dechire une nouvelle fois . Il n’a pas compris que le monde avait changé et qu’il devait comme tous les autres partis socilalistes europeens faire sa « revolution culturelle » et construire non pas une strategie, pas encore, mais une doctrine, un reflexion, une vision.

    Le PS n’est pas encore arrivé à la Sociale Democratie alors que ses homologues europeens en sont bien au delà !

    Le retard est tel que l’on peut se demander si des personnes qui etaient dejà ministres de mitterrand sont bien placées pour conduire cette évolution.

    Le PS est en panne d’idées, de responsables, de leaders .

    Au soir du 6 mai, il etait interressant de comparer les « personnalités » présentes sur les plateaux de télé. A droite des nouvelles têtes, des femmes, des « minorités visibles » . A gauche DSK, fabius, Lang, Delanoê.... Impressionant et totalement décalé !

    Enfin , il reste 10 ans au PS pour se remettre en cause et oublier sa contemplation nombrilique. d’ici là NS fera son job et Bayrou tondra la laine qui reste sur les depuilles socialistes ;

    Ce ne sont plus des élephants mais des mamouths prisonniers de la dernière glaciation dans la toudra poussée dans l’apres Mitterrand.


    • Jojo2 15 mai 2007 18:04

      Ben pour l’instant avec Sarko, coté nouvelles têtes, on est gâtés..

      Fillon, Borloo, Alliot-Marie, Bachelot, Boutin et je vous le donne Emile, JUPPE, qui a obtenu une remise de peine...

      A quand Séguin ?


    • fouadraiden fouadraiden 15 mai 2007 15:17

      excellent.

      on voit où mène la discrimination positive dont a bénéficié Ségo:tout dans droit dans le mur.

      le pire c’est qu’elle continue à croire qu’elle n’est pas ce qu’elle a toujours été.l’expérience trompe rarement.

      elle devrait ,comme certains autres, rallier la droite ,c’est encore le meilleur service qu’elle puisse rendre aux socialistes.


      • machinchose machinchose 16 mai 2007 10:28

        pour arriver à donner 4 point de « constructif » à calmos faut vraiment que l’UMP soit suractif.

        Nessoux : s’il vous plait ne faites pas semblant de ne pas comprendre.


      • machinchose machinchose 15 mai 2007 15:51

        un article par jour pour dire exactement la même chose ??

        AGORAVOX ?? ALLO ?? IL Y A QUELQU’UN AU COMITÉ DE RÉDACTION ??


        • nessoux 16 mai 2007 09:53

          Oui SVP la rédaction, refusez ces articles qui embêtent msieur machin... non mais alors !


        • machinchose machinchose 15 mai 2007 16:14

          Ces derniers jours nous voyons un retour en force d’ AB bombardé auteur du moment, Voltaire en une, UDF partout sur le site... Thierry Crouzet va bien ? il est prévu pour quand ?

          au milieu quelques articles sarko-compatible.

          Pour montrer que quand même : des critiques anti-sarko (mais bon c’est aussi la ligne UDF)

          et...

          et...

          une grande tendance absente : la gauche.

          rien. ou si peu.

          ah si ! douze articles par jours qui ressemblent à des copier/coller de campagne pour dézinguer la candidate avec des scores tellement UMP-isé que ça fait rire...

          Agoravox... j’attendais beaucoup de la fin de la campagne. Je suis déçu. non pas qu’Agoravox ne devienne pas un média de gauche mais qu’il persiste encore à être le médias essentiel d’une tendance et le médias qu’il faut des autres. Très banalement il se sarkozyse un peu caricaturalement parce qu’il le faut bien (et, après tout pourquoi pas ?) mais le tir sur ambulance, la caricature, le lynchage de la candidate socialiste ne cesse pas, au contraire.

          Les charpentier, Meilland, Cadène, Bonnet Où sont ils ? Sont il en dépressions ? ou bien ne sont ils plus publié ?

          Pourquoi les Lilian M. Ou les ALBERT peuvent faire un article par jour alors que la plupart des rédacteurs semblent attendre des réponses plusieurs jours ?

          Agoravox, ne te brule donc pas les ailes à la politique ou bien annonce la couleur. clairement.


          • machinchose machinchose 15 mai 2007 17:03

            Je n’ai jamais appelé à « virer les autres » ni même à un déferlement d’article « pro-royal » je remarque simplement que le pluralisme n’est pas vraiment de mise sur Agoravox. c’est tout.

            Vous savez calmos, vous devriez écrire des articles plutôt que de rédiger vos petites rangaines pleine d’espaces (vide ?) et de «  !!!!!!!! » (on cherche à combler ?).


          • IP115 15 mai 2007 23:36

            « un article par jour pour dire exactement la même chose ? ? »

            Tu n’as qu’à passer qu’un jour sur 2 ou sur 3 ... quand il y avait 4 à 5 articles anti-sarko par jour ça n’avait pas l’air de te déranger plus que ça ... smiley


          • GéraldCursoux Cursoux Gérald 15 mai 2007 16:22

            La campagne s’est déroulée comme un concours d’entrée aux grandes écoles, les questions étant posées par les citoyens. Celui qui répondait mal à une question importante était éliminé ! C’est ce qu’a fait SR en se planatnt sur le nucléaire, qui produit - tout le monde le sait - 80% de l’électricité en France. Et de plus elle est folle... mais ça c’est une autre question (à suivre).


            • machinchose machinchose 15 mai 2007 16:25

              Elle ne s’est pas trompé sur le fond de ce qu’elle disait... mais bon. elle a fait une erreur mais le chiffre qu’elle avançait on sait d’ou il vient ;.. on cherche encore le 50 % de Sarko... mais c’est un mec c’est pas grave.

              ce même sarkozy qui pensait qu’il y avait dans le salariat français... 50 % de Smic !! belle connaissance du tissus sociologique le bougre...

              quand à la bravitude je me permets d’y opposer la fatitude, l’héritation, perrein... etc.


            • LE CHAT LE CHAT 15 mai 2007 17:06

              les socialistes ont plus qu’à espèrer que Ségolène soit pas un O.M de la politique , deux fois en finale et pas de titre ! smiley

              allez , console toi , s’il reste un député de gauche dans les BDR, ce sera dans la 13eme où je vote . à noter que michel Vaxès fait campagne sous le sigle agir 2007 et sur les 8 pages de son prospectus , je n’ai pas vu une seule fois le mot communiste ! est ce devenu une tare au sarkoland ?


              • Christoff_M Christoff_M 15 mai 2007 22:59

                Il y a eu quelque chose de très flou autour d’elle, et parfois les propos de HOLLANDE étaient un peu limite... D’ailleurs après la défaite, il a même ajouté Ségolène est un leader parmi d’autres...

                Les éléphants n’ont jamais caché leur haine et même leur coté machiste envers à une femme à la tête du PS...

                La différence, c’est que la désignation s’est faite au dernier moment, le groupe n’était pas derrière elle, le concensus non plus, chacun amenait sa version des faits ! moralité un leader tout seul ne suffit pas, il faut un groupe qui le porte et surtout des convictions communes... ce qui était loin d’etre le cas au PS !!


                • moebius 15 mai 2007 23:04

                  Je ne voit pas l’intéret d’un tel papier. Nous savons que Sarkosy a gagné les élections.


                  • Stoïque 15 mai 2007 23:30

                    Le PS et SR ont effectivement fait de multiples erreurs dans cette campagne, mais ils ne sont pas à mon sens les seuls responsables de l’échec.

                    Les médias les plus populaires et principalement la télévision sont gérés par la Droite qui jour après jour, semaine après semaine, mois après mois conditionne les gens par tous les moyens possibles (avis pernicieux, sondages, omissions, critiques stériles, censures, railleries, ect....)

                    Il est par exemple de bon ton de parler d’éléphants chez les socialistes, alors qu’il en existe autant de l’autre côté, et que l’on en voit certains à droite renaitre après des condamnations pénales...sans compter ceux qui, vieux éléphants dans le domaine de la chanson, sont venus chanter à la Concorde (Mathieu, Macias, etc...)... Cette expression d’éléphant uniquement utilisée pour le PS est à mon sens l’un des multiples moyens utilisés pour rabaisser l’image du PS

                    Les instituts de sondage dont beaucoup sont possédés par des gens bien connus à droite (IFOP par la présidente du MEDEF, CSA lié à Bolloré, ect...) ont été aussi un sacré levier d’intoxication pour cette présidentielle, dés le début...

                    Au bout de X années, le conditionnement insidieux finit par faire aimer l’individualisme à la solidarité, par faire admettre l’inaptitude prétendue de certains partis, par amener à la pensée unique du seul futur politique et économique viable par le libéralisme, etc, par faire sortir des fantasmes refoulés et en finalité par faire CHANGER LA MENTALITE des français qui semblent parfois plus voter pour éloigner des démons ou pour assouvir des fantasmes (sécurisation, remise au travail des fainéants, etc...) ou encore par égoïsme, que pour le bien des générations montantes

                    Un candidat n’est jamais seul et même si SR avait des lacunes, elle n’est pas seule au PS et des régions et grandes villes sont très bien gérées par des socialistes qui ne sont donc pas les « retrogrades » que l’on veut trop souvent voir

                    Il y a aussi bien sûr des gens valables et modérés à droite,... et j’espère qu’ils sauront le cas échéant modérer l’excité qu’une majorité de français vient d’élire, à la condition que ces modérés puissent encore avoir leur mot à dire dans le futur... Les élections législatives pourront peut-être aussi changer certaines choses inéluctables, selon les répartitions des votes et si certains électeurs changent de cap... L’avenir nous dira à quelle sauce nous serons marinés...


                    • poglbv 16 mai 2007 03:35

                      A tous ! Vous commencez à devenir fatigants. Le PS doit faire une sérieuse autocritique. Sarko est président. Vous discours fumeux ne font pas avancer la France des citoyens. On a vraiment l’impression que vous n’avez rien à foutre. Amicalement


                    • Christoff_M Christoff_M 16 mai 2007 05:00

                      Je vais être moins gentil le propre des gens de gauche, c’est de ne pas accepter la défaite et de se remettre en cause au bout de trois échec...

                      Excusez moi la théorie des médias qui manipulent les français elle est un peu lourdingue, et Marianne, Libé, le Canard, le Monde, Charlie Hebdo ils me semblent qu’ils sont français !! les français ne sont pas des anes manipulés par les médias !! D’autre part une journaliste sur le plateau de DURAND a eu le mérite de reconnaitre que la majorité des journalistes étaient de gauche ...

                      D ailleurs elle devrait déjà se demander la presse en France, des journaux et des hebdos pourquoi elle perd des lecteurs ; elle est peut être dirigée par un microcosme prétentieux qui ne se rend pas compte que la France est en train de changer dans tous les domaines...


                    • machinchose machinchose 16 mai 2007 09:36

                      dites, déjà le monde vous pouvez l’enlever de votre liste sauf pour les trois derniers jours de la campagne et quand on sait que Raphaelle Bacqué est chef du service politique on imagine le ségolenisme... Si on ajoute Minc... bon...

                      et Libé... waaaaw par rapport à TF1 France 2 M6 RTL Europe 1... Waaaaaw... en effet vive Libé !

                      et marianne est un média profondément Bayrouiste...

                      et si vous lisiez libé... nottament les pages rebonds ces derniers jours ce n’est plus de l’auto-critique c’est du lynchage de candidate...

                      nous faisons de l’autocritique (le ps a été lamentable et la candidate n’a pas été parfaite)

                      mais cela ne nous empêche pas de voir que le pays vit de plus en plus sous un régime de propagande pure (cf. JDD) ou que si les plus de 60 ans avaient voté simplement comme ont voté le reste des français Royal aurait été élue.


                    • machinchose machinchose 16 mai 2007 09:52

                      tenez pour vous christoff, vu de l’étranger (belgique) pendant la campagne :

                      "Le petit Nicolas et ses grands amis Vu de Belgique, les médias français ont tous rallié Nicolas Sarkozy. Par connivence ou par calcul. Les Français ne s’en rendent peut-être plus compte tellement ils ont le nez dedans, mais vue d’ici la manière dont la quasi-totalité des médias s’est rangée en ordre de bataille derrière Sarkozy est proprement sidérante. Ce type peut dire tout et son contraire sans que personne ou presque ne s’en émeuve, de même qu’est notée comme anecdotique l’incroyable posture qui consiste en tant que ministre de l’Intérieur à organiser une élection à laquelle on se présente.

                      De plus, question conneries, Sarkozy se permet tout et effrontément sans que quiconque relève la supercherie : plus c’est gros, mieux ça passe. Un exemple : dans la seule émission de TF1 du 5 février, il assène que la moitié des salariés français gagnent le smic ; vérification faite, ils sont 17 %. Il parle du baril de pétrole qui aurait atteint 90 dollars alors qu’en réalité il n’a jamais dépassé les 78 dollars ; puis, emballé par sa démonstration, il évoque ces temps affreux où l’inflation, en France, était à 24 %. Depuis que les statistiques existent, le pic le plus élevé indique 14 %. Tout faux, donc, et plus grave que la “bravitude” lâchée par Ségolène Royal. Mais peu importe, c’est elle qui est conne. D’ailleurs, une femme, hein...

                      Comment expliquer cet alignement ? Eh bien, c’est une belle histoire d’amitié entamée en 1983, et cultivée et arrosée sans relâche depuis. Patiemment, le déjà futur président de la République s’est fait pote avec ceux qui dirigent les entreprises de presse et les journalistes qui vont avec : Martin Bouygues (TF1), Serge Dassault (Le Figaro, L’Express, L’Expansion et des cadors de la presse régionale), Arnaud Lagardère (Paris-Match, Le Journal du dimanche, etc.), Alain Minc (président du conseil de surveillance du Monde), François Pinault (Le Point) et le milliardaire Bernard Arnault, très présent dans la presse économique. J’en passe. Du beau linge. Tous de droite. Est-ce à dire que tous les journalistes de ces organes de presse roulent sciemment pour Sarkozy ? Evidemment non, mais comment aller à l’encontre de la ligne éditoriale de son patron sans risquer sa tête - comme Alain Genestar (pas vraiment un gauchiste), le boss de Paris-Match, viré pour avoir publié des photos de Cécilia Sarkozy et de son amant ? Et puis, dans le fond, il est plus facile de se glisser dans le courant dominant que de ramer à contre-courant. Puisque les jeux sont faits, nous dit-on, pourquoi passer pour le ringard de service ? Je vous le demande. Tous les journalistes ne sont pas des héros.

                      Cette presse bien-pensante court pourtant un double risque : écœurer les électeurs et une fois de plus leur donner l’impression qu’ils n’ont pas le choix, que l’affaire est pliée. Sans remonter jusqu’à Balladur en 1995 qui allait triompher les doigts dans les narines, c’était cousu, rappelons-nous le référendum de 2005 sur la Constitution européenne. L’immense majorité des médias militaient pour le oui, et c’est tout juste si on ne traitait pas d’inciviques ou de traîtres à la patrie les Français qui trouvaient le gâteau indigeste. Cette année-là, le mépris des élites autoproclamées fut tel qu’elles se trouvèrent fort dépourvues lorsque le non fut venu.

                      Quoi qu’en pensent - et on s’en fout un peu - les Glucksmann, Finkielkraut, Gallo, Hanin et autres retourneurs de veste, Sarkozy traîne dans son sillage agité un bric-à-brac de brutalité, de démagogie et d’arrivisme aux relents berlusconiens. Que la presse béate à sa botte continue à confondre journalisme et stratégie de communication, et elle en dégoûtera les Français. Pas trop tôt, j’espère. Pile poil au deuxième tour. Sans Le Pen.

                      Léon Michaux Le Journal du mard"


                    • Stoïque 16 mai 2007 08:27

                      Je ne pense pas que Marianne, Libé, le Canard, le Monde, Charlie Hebdo, soient spécialement au moins aussi regardés que TF1 par exemple.... Combien de retraités achètent et lisent ces journaux par exemple ? Certainement pas des millions, ni même des dizaines de milliers..... tandis que pour la télé, il suffit d’allumer..

                      La manipulation de la presse n’est pas la seule raison de l’échec de la Gauche bien sûr, mais c’est bien cette manipulation qui fait croire ce qu’elle veut aux peuples : Exemple l’italie pour l’élection première de Berlusconi et les premières années du règne de Bush avec l’empire médiatique de Murdock, concernant l’Irak, ect....

                      Allez voir le site :

                      http://forestent.free.fr/

                      ...et voyez un peu qui en France dirige les ficelles de la Presse, de la TV, des sondages, etc....


                      • machinchose machinchose 16 mai 2007 09:37

                        c’est l’évidence mais ça leur fait mal d’admettre que d’un coté leur candidat a été aidé et porté par les médias face à une candidate qui, sans être parfaite, n’a jamais cessé d’être trainée dans la boue.


                      • machinchose machinchose 16 mai 2007 09:39

                        d’ailleurs je me souviens que quand on disait ça en janvier ils nous disaient « oh c’est vraiment ridicule cette position victimaire » et puis en mars avril voilà que sarkozy a commencé à être une sorte de victime permanente des méchants gauchiste (jusque dans le débat) et on attend encore qu’ils nous disent que cette posture est ridicule...


                      • Lucrezia 16 mai 2007 08:58

                        Le PS aurait mis n’importe quel militant ou militante que le simple fait de représenter les socialiste lui aurait suffit à faire un score équivalent ...Pas de quoi pavoiser !


                        • machinchose machinchose 16 mai 2007 09:40

                          ben voyons, c’est pour ça qu’en 2002 Jospin n’est pas arrivé au second tour.


                        • Scrutinizer 16 mai 2007 23:47

                          Et Arnaud Montebourg qui commence à y croire , tout ça pour faire troisème derrière SarkoII et Bayrou III mais juste devant Marine, tu parles , c’est trop tard pour jouer les Kennedy du nivernais, il ne ramassera que les ruines du PS pour figurer. Mais bon , qui sait, il a peut-être raison d’y croire un petit peu... pour 2017.


                          • jrr 17 mai 2007 01:03

                            ... de la bravitude à la déconfitude...


                            • jrr 17 mai 2007 01:12

                              ... il faudrait surtout que la gauche française se réveille de son imbécillitude.

                              Royal-Hollande démission !

                              Vive Bayrou-DSK ! Vive la sociodémocratie moderne !

                              A bas les énarquiens « plan de carrière socialo » qui comptent leurs € sur le dos des militants ! Le peloton d’exécution pour ce « couple » stupide et ringard !


                            • Julienne 27 mai 2007 06:55

                              Mme Royal est un personnage politique « atypique »,très culottée,n’ayant aucun scrupule,à mon avis.Tous les moyens ont été bons pour se faire élire.Mais,son programme incohérent,n’était pas crédible. Elle a brillé par son incompétence,son amateurisme ;son improvisation,sa versatilité,ses colères « saines ». Les Françàis n’étaient pas dupes de sa supercherie.Le Peuple a tranché,a fait preuve d’une maturité intellectuelle.Mme Royal vise,de nouveau,la conquéte du POUVOIR en 2012.La défaite sera assurée.. !! « L’erreur fatale du PS serait de choisir Ségolène Royal ». Les socialistes seront rayés de la carte politique pendant au moins une dizaine d’années.Les Français sont exaspérés, écoeurés des calculs du PS,dans le but de prendre le POUVOIR,sans se soucier des attentes,des problèmes,des souffrances du peuple(délocalisations,chomage,précarité, explosion des impots locaux,paupérisation du peuple etc..) Avec les socialistes au pouvoir(depuis 1981 avec Mr Miterrand)les Français ont connu une politique laxiste, d’assistanat,de matraquage fiscal.. !!Le peuple commence à déserter le PS,méme Mr Krouchner,un personnage respectable l’a fait.Que Mme Royal analyse les raisons de sa défaite. Oui,le titre :« Ségolène:de la »bravitude à la déconfiture" a bien décrit la situation.Sa défaite a été très bien méritée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès