Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal et les médias

Ségolène Royal et les médias

On entend à peu près tout et n’importe quoi au sujet de Ségolène Royal : elle n’est qu’une image ET elle a le charisme d’une planche à pain ; elle n’a aucune vision ET elle ne communique que sur des valeurs... Et depuis jeudi soir, on entend à la fois que sa victoire s’est faite grâce aux médias, qui l’ont portée aux nues, et que sa victoire s’est faite contre les médias, qui ont tenté de l’abattre.

J’ai donc voulu en avoir le coeur net : les médias ont-ils été pro ou anti-Royal ?

Dans l’impossibilité de retrouver la totalité de sa couverture dans la totalité des médias, j’en viens à ce qu’il y a de plus simple : l’analyse des unes de la presse quotidienne nationale.

Les unes de presse m’intéressent particulièrement parce qu’elles sont beaucoup plus vues que les articles ne sont lus. Je suppose qu’elles participent à marquer l’imaginaire populaire, en tout cas de ceux qui passent devant des kiosques. L’analyse a ses limites (1), mais essayons de nous débrouiller avec ce que nous avons et commençons par le quotidien "de référence", j’ai nommé Le Monde :


LeMonde_4LeMonde_3
LeMonde_6

LeMonde_7LeMonde_1LeMonde_5

LeMondeLeMonde_2

Qu’est-ce qu’on voit ? Huit unes sur la période, donc une grande implication du Monde dans le débat. Quid de leur tonalité ?

- On peut classer deux de ces unes dans la catégorie anti-Royal : "chahutée", ses "difficultés qui redonnent espoir à DSK".

- Deux autres sont favorables à ses adversaires, ce que l’on peut assimiler à de l’antiroyalisme : la une sur Fabius, celle sur DSK qui propose de casser la machine à faire des pauvres.

- Deux sont plus neutres : les "styles et différences" ; le "rapport de forces".

- Deux sont plus favorables à Royal, "sa conception de la politique" (mais qui n’est pas en titre principal) et le "débat qui s’organise autour de (ses) propositions".

Conclusion : Le Monde a fait une campagne plutôt anti-Royal.

Passons au Figaro, qui s’intéresse déjà beaucoup moins à ce qui se passe à gauche :
LeFigaro
LeFigaro_1

Et c’est tout. Le Figaro n’aime pas Royal, mais ne titre pas sur ses concurrents. Appelons ça de l’antiroyalisme.

Maintenant, Libé, qui, sans surprise a fait de la primaire un thème fort :

Liberation_4

Liberation_3Liberation_6Liberation_2Liberation_9

Liberation_5Liberation_8Liberation_7

Liberation

Neuf unes sur la période, une de plus que Le Monde. Une seule me semble clairement pro-Royal : "la pose du peuple" ; et une seule me semble clairement anti-Royal : "DSK : je peux battre Ségolène". Je mettrais les sept autres en "neutres". Libération est donc un acteur impliqué mais relativement neutre.


On a également eu deux unes de La Croix :

LaCroix_2LaCroix

La Croix s’efforce de montrer les trois candidats ensemble (et pas dans le même ordre sur les deux photos) et n’utilise pas les noms des candidats dans ses unes. On peut donc y voir une forme de neutralité (équité) distante (seulement deux unes).


Egalement deux unes pour Aujourd’hui
 :

LeParisienLeParisien_1

On est clairement dans de l’antiroyalisme sur la une de gauche ; on peut considérer que l’autre une est neutre, mais qu’elle tend à dévaloriser la candidature Royal puisque "rien n’est joué" alors qu’elle "fait la course en tête"). Aujourd’hui est dans une hostilité distante.

Enfin, France Soir  :

FranceSoir

Une seule une, très tranchée  : hostilité distante mais affichée.


Sur l’ensemble des vingt-quatre unes de presse quotidienne nationale depuis début octobre, on en a
dix qui sont défavorables à Royal, onze qui sont neutres, trois qui lui sont favorables.

Attention, je ne dis pas qu’ils ont bien fait ou qu’ils ont mal fait. Je constate. Quand je dis qu’une une est "pro-Royal" ou "anti-Royal", il faut surtout comprendre qu’elle va dans le sens des intérêts de l’ex-candidate à la candidature, ou qu’elle va dans le sens contraire.

La Croix et Libé sont les deux seuls quotidiens à rester neutres dans l’ensemble, tous les autres ont plutôt penché dans un sens qui lui était défavorable. Et il n’y pas de clivage "intelligentsia" vs "le vrai peuple", puisque Le Monde, Le Figaro comme Aujourd’hui et France Soir s’inscrivent dans cette logique antiroyaliste. Ce dernier point mériterait néanmoins d’être largement complété avec l’analyse de la presse quotidienne régionale, mais ici je ne trouve que les unes de ces journaux du jour...

En revanche, ce qu’on voit, c’est que Royal a été au coeur de l’information : la une de presse quotidienne nationale est centrée sur elle douze fois, soit une fois sur deux. DSK : cinq fois, Fabius  : une fois.

Je ne l’apprends à personne : la campagne s’est organisée autour d’elle. Il était davantage question de savoir si on était pro ou anti-Royal que de savoir si on était pro-Fabius, pro-Royal ou pro-DSK, dans la presse comme dans les blogs.

Et c’est là qu’à mon sens, les médias ont contribué à la victoire de Royal : ils ont fabriqué le mythe en distillant l’idée qu’elle était incontournable. On le voit bien sur plusieurs unes qui, bien que neutres d’apparence, installent cette idée qu’elle est un phénomène  :

Liberation_1Liberation_3LeMonde_2LaCroixLiberation_9


Etait-il plus important pour Ségolène Royal d’avoir la presse quotidienne nationale avec elle, ou juste d’être à la une de l’actualité ? Je crois qu’on est dans une forme d’illustration de la théorie selon laquelle peu importe le message du moment qu’on a le buzz.

En conclusion, on voit que la "grande" presse ne lui a pas été favorable, mais que cette même grande presse a largement contribué à installer l’idée que l’élection ne se ferait pas sans Ségolène. Dans la foulée de sa sondomanie habituelle.

Un autre exemple de ce type de mécanisme : l’interview de DSK chez Fogiel, il y a quelques semaines. Ceux qui l’ont vue se souviendront que Fogiel n’a posé que des questions sur la place de DSK par rapport à Royal, l’installant de facto en situation d’infériorité (il faut quand même dire que ce n’est pas très malin d’aller chez Fogiel, d’autres en avaient fait l’expérience avant DSK).

J’aurais assez envie d’appeler ça de la persuasion cognitive. Persuasion qui fait que le militant PS a le sentiment d’avoir le choix entre une "grosse" candidate et deux "petits" - alors que Fabius ou DSK auraient été des candidats de poids, à n’en pas douter. Je ne pense pas que les militants aient voté Royal "contre" les médias. Contre les élites, sûrement, mais pas contre les médias.

Au contraire, on peut y voir une vraie forme de renouvellement des médias (et là, je ne parle pas que de la presse quotidienne nationale) qui, après avoir incarné l’establishment (souvenez-vous du référendum...), ont rendu Royal incontournable alors qu’elle semble être la candidate du peuple. Mais non sans une certaine schizophrénie, comme on le voit dans cette petite analyse.


Terminons sur les unes
de cette presse nationale qui n’aime-pas-trop-Ségolène-Royal-tout-en-n’imaginant-pas-d’alternative, au lendemain de la victoire :

lemonde1711LeParisienlefigaro1711

Liberation


(1)
les limites de cette analyse :

- Imedias.biz, qui permet d’accéder en ligne à ces unes, n’offre que deux mois d’archives. Cela ne tombe pas trop mal puisque cela nous ramène au début de la primaire, mais je serais bien allé voir plus loin.

- Les unes proposées ne sont que celles de la presse quotidienne nationale, pas celles des hebdos d’actualité dont j’ai trouvé qu’ils avaient été affreusement pro-Royal à un moment (je n’ai pas fait attention à eux ces derniers temps).

- Les unes ne préjugent pas nécessairement des messages subliminaux des articles. Une une neutre peut cacher un contenu orienté.


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (130 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • blamothe (---.---.250.88) 20 novembre 2006 13:19

    Il n’y a pas de mot : pitoyable tentative Segaullomaniaque. C’est certain, on prefere toujours la forme au fond, surtout quand, de fond, justement, il n’y en a pas !

    Au fait, le CSA, plusieurs fois, denonce la sur-représentation de Madame Ségolene Royal durant les mois d’aout, septembre et octobre.

    N’allons pas nous présensenter le rabattage médiatique comme ayant été défavorable !

    Mensonge. Prise de position d’une médiocrité sans nom...


    • Aeglin (---.---.32.236) 20 novembre 2006 14:20

      Une annalyse parlante. Effectivement, tout dans la campagne interne au PS s’est articule autour de Royale. Elle n’a tout simplement jamais laisse l’initiative a ses adversaires et les medias l’ont bcp aide.

      Meme si DSK ou Fabius ont fait des propositions, ils ont tjs ete oblige de se positionner par rapport a elle, et aussi de se defendre d’attaques soit disant machiste. Elle a joue a la fois la victime contre les elephants et a la fois la ringardisation.Tres bien vu au final.


      • Segosarko (---.---.46.229) 20 novembre 2006 14:34

        Les couves de la presse hebdo (plus lue que la PQR et affichées en ville) ont été nettement « ségomaniaques »... Par exemple, le Nouvel Obs a fait 4 couvertures sur Royal, et autant d’articles (Le Nouvel Obs étant plutôt lu par les sympatisants du PS). En revanche, aucune couve sur DSK ou Fabius, et très peu d’articles.


        • duong (---.---.123.107) 20 novembre 2006 20:51

          Et Paris Match et Gala et Voici ! (ma grand-mère apprécie Royal depuis qu’elle l’a vue dans « Gala »)

          Sinon, exactement la « presse magazine » : il suffisait de lire « Le nouvel Obs » ou « le Point » ou de lire l’intérieur des quotidiens !!

          Et de regarder la quantité de dépêches de presse (si vous faisiez « recherche actualités Google Ségolène » vous en aviez bien plus que pour les autres ... alors même que les autres faisaient des propositions !! C’ets pour ça que plein de gens ont dit que les 2 autres ne faisaient pas de propositions ... parce qu’on n’en parlait pas !! : Ségolène l’a dit « même quand je ne dis rien, ça fait du bruit ».

          Et son conseiller a bien dit que « la surexposition médiatique donne l’apparence de l’action » ... et que de ce fait, ils copiaient Sarkozy (à vrai dire Royal a toujours eu cette stratégie, même quand elle était ministre)

          Noblecourt, Dhombres : des rédacteurs du Monde qui ont toujours été à fond pro-Royal !! Karlin à l’Express.

          En réalité, il y a eu plusieurs phases : au départ le nouvel obs, puis le Monde s’est joint à la propagande pro-Royal (alors que Libé croyait encore au retour de Jospin), puis Libé est devenu pro-Royal alors que les deux autres (en septembre) le nouvel obs et surtout le Monde changeaient un peu de point de vue.

          Quand Libé a titré « DSK je peux la battre » c’était suite au meeting du Zénith où ils avaient été les seuls à ne même pas avoir dit qu’elle acvait été sifflée !

          En ce qui concerne le Monde, est-ce qu’on peut expliquer cette stratégie et ce retournement par une stratégie pro-sarkozique : la faire monter tant qu’elle empêche la montée des autres dont Jospin, puis l’attaquer quand on est sûr qu’elle sera candidate ?

          Je ne sais pas.

          Mais enfin il y a bien eu propagande !


        • duong (---.---.123.107) 20 novembre 2006 20:53

          Et la TV et la presse quotidienne régionale, bien plus lue que la presse nationale !!


        • FARNY 1er août 2007 12:06

          Ben zutalor... peut-être dans ton quartier, mais pour ce qui est du reste de la France, on (18 millions de on) lit la PQR et à fortiori sa couv... sans parler des 65.000 affichettes placées sur les vitrines des magazins chaque jour !!!


        • Cochonouh Cochonouh 20 novembre 2006 16:08

          La mise en page de cet article est un foutoir sans nom. (ce n’est sans doute pas de la faute de l’auteur qui se sert des outils à sa disposition).

          À part ça, un petit copié-collé :

          « Nous allons gravir la montagne jusqu’à la victoire et aujourd’hui c’est un beau jour pour partir au combat, car nous sommes portés par un mouvement populaire généreux et heureux qui sent que nous sommes soutenus par une cause qui est plus grande que nous. »


          • luvyagal (---.---.179.30) 20 novembre 2006 22:33

            pas très constructif ta remarque sur la mise en page... je trouve. sinon, la citation a un style hitlerien qui me surprend... !! smiley


          • caturia (---.---.31.223) 20 novembre 2006 16:20

            `Cet article paraît simpliste et est largement controuvé par les faits. Mme Royale l’a nettement emporté en province. Ainsi le journal Normandie l’écrivait samedi en toute lettres.Il devait expliquer à ses lecteurs que Fabius était certes en tête de son département mais que dans le Nord région à tradition ouvrière s’il en est les 66% de non à l’Europe étaient devenu 61 % de oui à SR avec le soutien de Mauroy. Strauss - Khan est un candidat parisien et environ c’est tout. Ailleurs il est presque toujours inexistant. Quant à la presse parisienne, qui est dite nationale, elle est dans une crise profonde, alors que Ouest France est le plus grand journal de France et se porte bien.


            • candidat007 (---.---.122.128) 20 novembre 2006 17:54

              vraiment n’importe quoi cet article.

              Ségolène serait victime des médias !!!


              • Graindesable (---.---.153.177) 20 novembre 2006 22:49

                C’est vrai qu’il y a qqchose d’écarté dans cet article : le nombre de fois que je vois dans 20 minutes (et d’autre journaux...) le débat était illustré par une unique photo de Ségoléne, le nombre de fois que le débat socialiste était introduit dans les radios par le nom de la prétendante. Les médias ont jusqu’a maintenant choisi leur candidat dans ce débat...


              • Graindesable (---.---.153.177) 20 novembre 2006 22:51

                Et j’oubliais l’essentiel : les sondages tous les trois jours balancés dans toute la sphére médiatique. Ca n’a pas d’influence ?


              • michel (---.---.243.85) 20 novembre 2006 19:26

                Très instructif !

                Globalement les medias ont joué dans la campagne interne la carte du suspense (pour faire vendre) avec DSK comme principal challenger... et il se retrouve à 40 point derrière Ségolène.

                Les adhérents du PS ont entendu les sympathisants et plus largement leurs concitoyens dont la demande explicite était ; donnez-nous une candidature de gauche et qui renouvelle profondément le système politique Français.


                • caturia (---.---.93.197) 20 novembre 2006 21:32

                  L’analyse semble pertinente. Les grands média surtout parisiens ont effectivement joué DSK. Il y a d’ailleurs un curieux décalage entre les sondeurs qui ont finalement bien jugé le mouvement et ces médias qui pour vendre ont surévalué le challenge de DSK. Le vote SR est un vote de gens qui attendent que l’on fasse quelque chose pour eux DSK est un homme compétent comme ministre mais n’a pas tenu un discours à l’ensemble des Français.


                • citoyen (---.---.56.232) 20 novembre 2006 19:45

                  Un article qui est tellement superficiel que ça en devient désespérant.... Faire passer Ségolène Royal pour une victime des médias....

                  Un petit rappel, en 2 mois de campagne, il y a eu 30 sondages IPSOS and Co. nous indiquant que Ségolène était à 65% dans les sondages des sympatisants socialistes et la seule à pouvoir battre Sarko en 2007. Quand on connait le traumatisme des militants socialismes d’avoir été boudé par les sympatisants socialistes en 2002... ça favorisait forcément le vote pour Royal qui a fini avec 60% des voix.... comme par hasard.

                  Chaque sondage a été repris dans les journaux nationaux et plus particulièrement les 20 min et Métro... lus par tous....

                  A vous de voir la manipulation réelle.... smiley


                  • (---.---.192.187) 20 novembre 2006 21:27

                    Si seulement ces fameux (fumeux ?) sondages avaient la moindre once de réalité, on pourrait comprendre... hélas les militants PS se sont fait berner par les mêmes sondages qui donnait un duel Jospin - Chirac au second tour en 2002 (si promis juré craché c’est les sondages qui l’ont dit)... on connais tous les résultat.

                    Par contre on ne connais pas du tout le résultat des sondages actuels... sauf que créditer Le Pen de 11% et Ségo / Sarko de 70% votes est purement et simplement de la science fiction de bas étage. Le premier tour se jouera sur des scores d’un peu plus de 20% (comme en 2002) et il serait véritablement miraculeux que Le Pen fasse moins de 15% (sans doute entre 15 et 20%... et sans doute plus proche de 20 d’ailleurs smiley ). Bref voter dans un sens parce que ça fait plaisir aux instituts de sondage (qui est la présidente d’IPSOS d’ailleurs ? smiley ) c’est le niveau zéro de l’engagement politique... et ça se dit militants !

                    Moi je m’en fou, j’aurai certainement voté pour aucun des trois, mais finallement, avec 60% (et son sexe comme premier moteur du vote), Ségolène à sans douté été bien plus mal désignée que ce qu’on veux bien nous laisser croire.

                    Hum en relisant, je me rend compte que ce post est sans doute très hors sujet... tant pis, repliez le :-P


                  • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 20 novembre 2006 20:25

                    Je pense que votre analyse est (très) partielle car Ségolène Royal a joué sur l’image et c’est la TV - par ailleurs le média ultradominant - qui a été le vecteur prépondérant de la constitution de son identité médiatique.

                    Cdt,


                    • Le péripate Le péripate 20 novembre 2006 21:00

                      On aimerait dire quelque chose... faire avancer le débat. Ségolène victime... C’est sûr, c’est sa posture préférée. Ce sera encore la sienne, si, comme il est prévisible l’abstention de gauche sera forte, Le Pen donc au premier tour, et Ségo absente de ce premier tour, par hasard (quelques milliers de voix ont manqué à Jospin, c’est donc du hasard). Quand les mêmes causes produiront les mêmes effets. Alors, certainement, elle se drapera encore, victime, des méchants qui disent du mal... Mais dire qu’elle a été victime des médias (beaucoup à dire sur la méthodologie employée ici), alors que le coup était remarquablement monté, alors, bravo. Si si, j’insiste . Bravo.


                      • Bourricot Zerth 20 novembre 2006 21:53

                        Gros Lol quant à cet article.

                        La théorie du complot qui revient au grand galop.

                        Comment peut-on prétendre merner une analyse sérieuse en écrivant cet article aussi partiel dans sa lecture de l’actualité.

                        Qu’est ce qu’il ne faut pas lire... Depuis quelques temps, les auteurs d’Agoravox ont vraiment la facheuse habitude de considérer les adhérents socialistes comme des moutons en panurge, du bétail tout simplement qui ne mangerait que ce qu’on lui donne.

                        Désolant d’arriver aussi bas dans le débat.

                        Et vous vous plaignez d’une certaine manière de la surmédiatisation de Ségolène Royal. Pourtant Agoravox n’est pas en reste et présente quotidiennement à lui seul plus d’articles sur la candidate que n’importe quel autre journal quotidien.

                        La différence cependant est que les articles des quotidiens que vous dîtes « analyser »sont d’une qualité bien autre que votre torchon.


                        • Wama (---.---.153.51) 20 novembre 2006 22:28

                          Une question :

                          Est-ce qu’on a le droit de diffuser ces couvs comme cela sur le site d’AgoraVox ?

                           smiley


                          • Josew (---.---.25.142) 20 novembre 2006 22:29

                            Article tendancieux et qui prête à rire :

                            L’auteur est capable de retrouver les Unes du Figaro, mais pas celles de l’Express, du Nouvel Obs ou des magazines people qui sont devenues les nouvelles bibles des votants décérébrés, notamment avec Royal en maillot de bain.

                            Même le CSA s’est plaint à plusieurs reprises de la part trop belle faite à Royal...

                            Certes, le CSA n’est pa sune référence en matière d’objectivité, mais bon s’il est monté au créneau c’est certainement pas pour se décrédibiliser davantage comme il l’a été, puisque sa prise de position publique n’a eu aucun strictement effet dans la réalité.

                            Est-ce que l’auteur a compté les Unes avec josé Bové par exemple, et exst-ce qu’il a regardé si les Unes étaient favorable au candidat potentiel ?

                            A mourir de rire smiley


                            • Josew (---.---.25.142) 20 novembre 2006 22:36

                              PS : dommage aussi que l’auteur n’ait pas pu compter le nombre d’articles parlant de ségo sur Agoravox et le nombre d’articles parlant d’autres candidats sur Agoravox.

                              Car on y aurait vu l’illustration du principe de « l’idiot utile » (ou d’écho en terme plus châtiés), principe largement utilisé dans les techniques de propagande :

                              cette technique très simple veut que des amateurs utiles relaient gratuitement, à la base, les infos lancées à grands frais au sommet de la pyramide propagandiste.

                              Ainsi un simple pet au niveau du Figaro se transforme en coup de tonnerre dans les sphères inférieures d’information utile...


                            • Le Herisson (---.---.121.162) 20 novembre 2006 23:40

                              @ l’auteur.. On ne doit pas vivre sur la même planète. Ségolène Royal a été sur-représentée par rapport à ses concurrents, notamment dans la presse hebdomadaire. Dans l’ensemble des médias, sont image a été survalorisée. Regardez par exemple le dernier JDD avant l’élection au PS (dimanche 12 novembre) : en une, il y a la photo des trois candidats : la photo de DSK et de Fabius représente chacune 1/4 de l’espace, la photo de Royal, la moitié...Dans les écoles de journalisme, on apprend tous un principe archi simple : c’est l’inattendu qui fait vendre. Comme Ségolène Royal était inattendue, bonne cliente des médias (« Elle prend bien la lumière » comme disent les journalistes), un boulevare médiatique s’est ouvert devant elle.


                              • sophie (---.---.114.253) 21 novembre 2006 09:14

                                il aurait fallu analyser les articles, et parler egalement des médias radios et télés ainsi que de toute la presse people . En outre le ton aggressif des titres quand ils concernent Fabius ou DSK, participent à la campagne de victimisation lancée par Royal les mots : battre, chahutés, trois rounds sans KO, casser, difficultés, rapport de force, guerre des trois roses, rosse etc.. sont des mots qui évoquent des combats physiques, un ring de boxe, donc une violence : deux hommes face à une seule femme, l’ambiance est volontairement machiste et en France une femme sur dix est battue


                                • duong (---.---.123.107) 21 novembre 2006 09:43

                                  Autre phénomène : l’article fait une analyse concentrée sur le mois d’octobre voire septembre, où effectiveùment les médias ont cherché à « rééquilibrer » et mettre un peu de suspense, alors que le problème remonte à bien plus loin !!


                                  • éclaireur (---.---.85.227) 21 novembre 2006 10:13

                                    Le rapport de force 60-20/18 au sein du PS était déjà établi avant les vacances face à DSK et Fabius. Ce ne sont donc pas les unes de cet automne qui ont fait Ségolène, que ce soient les quotidiens nationaux, la PQR ou la presse mag. Les médias ont juste relayé l’actualité et ont communiqué en fonction de leurs propres angles. On ne peut pas dire que DSK partait avec un handicap dans ce domaine au vu des relations qu’entretient sa femme avec un certain nombre de journalistes. Ce qui serait trés intéressant, ce serait de découvrir les vrais ressorts de cette ascension aussi rapide qu’inattendue. Et comment elle a réussi à sortir le débat politique de ses bases classiques. Ainsi, on pourrait savoir si le phènomène a des chances d’être durable ou non.


                                    • Le Herisson (---.---.46.229) 21 novembre 2006 11:16

                                      @ éclaireur. Comme je l’ai indiqué dans un article publié ici même, lorsque l’on regarde les courbes de popularité de S. Royal, on constate que le bond dans les médias et les sondages est intervenu lors de son élection au conseil régional, car elle battait alors le premier ministre Raffarin. Elle est devenue à ce moment là l’emblème du raz de marée de gauche aux régionales. Ensuite sa popularité stagne ou baisse et elle fait un nouveau bond lorsqu’elle indique qu’elle pourrait être candidate, en octobre 2005. Or, à la même période, une rafale d’articles et de sondages la placent à un bon niveau et elle augmente encore en novembre, au moment des émeutes des banlieues (alors qu’elle ne s’exprime pas beaucoup sur le sujet). Il est possible que les électeurs et sympatisants du PS y voient alors une « anti sarkozy » qui, en même temps, peut amener la reconciliation sociale. Dans la dernière analyse du site « expression publique.com », c’est l’un des éléments qui ressort le plus comme atout.


                                      • éclaireur (---.---.85.227) 21 novembre 2006 11:45

                                        @ Le Herisson. Au vu de votre analyse, il est clair que les médias ne font que relayer une émergence. Ils font leur boulot quand ils portent à la connaissance des citoyens une popularité qui semble se détacher puisque sans trop d’explications rationnelles. Mais si ségo avait été une bulle sans consistance, elle aurait eclaté depuis longtemps. Des tas de journalistes se sont emparés de son cas. Le célèbre chroniqueur politique Alain DUHAMEL, quant à lui, a fait la preuve de sa grande lucidité, en l’oubliant dans sa liste des prétendants. A l’image de certains éditorialistes, Guy BIREMBAUM a été jusqu’à déclamer sur RTL que la phènomène Ségo devait exploser en plein vol. Le fort ancrage provincial de Ségolène est son meilleur atout, qui la protège des éditorialistes qui voudraient l’amener sur le terrain de la confrontation pour compter le nombre de gouttes de sang sur les murs.Ils n’ont pas de prises sur elle pour le moment.


                                        • Le Hérisson (---.---.46.229) 21 novembre 2006 11:57

                                          @ l’éclaireur. « Relayer une émergence »... Pas tout à fait. Il semble bien qu’en temps de crise, les médias ont un impact certain et qu’il existe une dynamique à trois moteurs : opinion, sondage et média. Les uns et les autres agissant en miroir grossissant. Par exemple, les médias ont joué un rôle certain par rapport à la sécurité en 2002. Personne ne peut le nier. Cela dit, il est évident qu’on peut être observateur de la vie politique et se tromper lourdement !


                                          • éclaireur (---.---.85.227) 21 novembre 2006 12:58

                                            @ Le Herisson. Si la dynamique à 3 moteurs opinion, sondage et média marchait si bien, la candidature de Bernard Kouchner aurait dû sauter aux yeux auprés des militants du PS. D’autant qu’il possèdait en la personne de sa compagne un soutien non négligeable auprés des médias et auprés de son ex-femme une ouverture vers les milieux universitaires. C’est une condition nécessaire mais pas suffisante. Ségo a bien-sûr gagner la région Poitou-Charente, sa notoriété a augmenté, et son image pouvait dès lors s’appuyer sur une assise plus large. les médias ont relayé sa victoire. Mais pourquoi elle plus que les 19 autres présidents de région socialistes. Pourquoi elle plutôt que des personnalités au zenith comme Kouchner justement, chouchoutés par les médias. Son profil rassurant tout simplement, au delà d’être une femme séduisante. C’est une énarque, ce qui coupe court à toutes les critiques qui la font passer pour une incompétente. Pourquoi une énarque serait plus incompétente qu’un avocat en économie ? Elle a élevé 4 enfants. Ce qui prouve son côté maternel. Et surtout, son éducation stricte catho et militaire rassure. Elle se tiendra toujours droite et fera face quelques soient les évènements qui se présenteront à elle. Un profil Gaullien dans lequel se reconnaissent beaucoup électeurs qui cherchent à être rassurés. Chez Sarko, il y a trop de zones d’ombres.


                                              • adam Kesher (---.---.92.49) 22 novembre 2006 05:40

                                                Intéressant de voir qu’une bonne partie de ces commentaires reprend un ou plusieurs des arguments suivants :
                                                - l’article est bassement pro-Royal
                                                - l’analyse est partielle : il manque les news, la PQR, les radios, les journaux TV etc. Il n’y a que deux mois d’analyse
                                                - l’article a pour conclusion que Royal est victime des médias alors que ce sont les médias qui l’ont « faite »

                                                J’invite tous ceux qui ont fait leur l’un de ces trois arguments à relire l’article au calme et à constater qu’il est dit, par exemple :

                                                - « Attention, je ne dis pas qu’ils (les médias) ont bien fait ou qu’ils ont mal fait. Je constate. Quand je dis qu’une une est »pro-Royal« ou »anti-Royal« , il faut surtout comprendre qu’elle va dans le sens des intérêts de l’ex-candidate à la candidature, ou qu’elle va dans le sens contraire. »

                                                - « les médias ont contribué à la victoire de Royal : ils ont fabriqué le mythe en distillant l’idée qu’elle était incontournable. »

                                                - « la »grande« presse ne lui a pas été favorable, mais cette même grande presse a largement contribué à installer l’idée que l’élection ne se ferait pas sans Ségolène. Dans la foulée de sa sondomanie habituelle ».

                                                - « Fabius ou DSK auraient été des candidats de poids, à n’en pas douter »

                                                - « Imedias.biz, qui permet d’accéder en ligne à ces unes, n’offre que deux mois d’archives. Cela ne tombe pas trop mal puisque cela nous ramène au début de la primaire, mais je serais bien allé voir plus loin ».

                                                - « les unes proposées ne sont que celles de la presse quotidienne nationale, pas celles des hebdos d’actualité dont j’ai trouvé qu’ils avaient été affreusement pro-Royal à un moment ».

                                                - « les unes ne préjugent pas nécessairement des messages subliminaux des articles. Une une neutre peut cacher un contenu orienté ».

                                                En fait je défends tout à fait la thèse comme quoi le phénomène Royal est une construction médiatique qui remonte à des mois, mais le but de l’article est de nuancer cette perception en montrant que la PQN, tout en participant à cette construction médiatique (en la mettant systématiquemen au coeur de l’actualité), a eu une attitude beaucoup plus réservée pendant les deux derniers mois.

                                                Mais c’est dur de lire en entier et jusqu’au bout, je sais...

                                                A tous ceux qui y voient une manoeuvre Royaliste : un petit tout sur mon blog vous permettra de vous faire une meilleure idée de mon opinion. Et à vrai dire, après avoir été taxé ici ou ailleurs d’antiségoléniste primaire, je prends ces remarques positivement, ça doit vouloir dire que j’arrive à être à peu près neutre smiley


                                                • Zero Royal (---.---.68.87) 23 novembre 2006 14:59

                                                  Le palmarès de la campagne du PS est sorti sur http://zero-royal.com

                                                  Ségolène Royal sort victorieuse de la campagne avec trois nominations dont le grand prix du jury et le prix d’interprétation féminine. Laurent Fabius remporte l’Urne d’or et le prix de la meilleure musique. Une Urne d’honneur pour Lionel Jospin.


                                                  • republica (---.---.244.245) 27 novembre 2006 01:20

                                                    Tous ces commentaires sont atterrants de banalités, de contre-vérités, de pseudo-analyses inconsistantes, de critiques stériles, voire de propos minables (mais oui). Tout ceci doit rassurer le gouvernement qui prend les Français pour des imbéciles. Mais puisqu’ils ont votre approbation...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès