Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal et sa langue

Ségolène Royal et sa langue

« À chaque forme de vie correspond un jeu de langage, c’est-à-dire une façon d’utiliser le langage dans une certaine perspective et selon certaines règles qui déterminent le sens des mots. » Ludwig Wittgenstein

Mme ségolène Royal ne maîtrise pas la langue française et cela est tout aussi, sinon plus, dérangeant que ses bourdes sur le nombre de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins ou au hasard la proposition d’une loi existant déjà (répression contre les conjoints violents, pour les éloigner du domicile et protéger la victime). On a retenu son fameux « bravitude » en Chine avant son investiture, néologisme ridicule sous couvert de poésie mais elle avait aussi déclaré vouloir lutter contre la société du « précariat » (sic). Elle a récidivé, déclarant par exemple plusieurs fois chez Jean-Pierre Elkabbach, qu’il ne fallait pas « en rabattre sur les services publics », ce qui ne veut strictement rien dire. Lors d’un discours à Grenoble, notons cette première « phrase » (sans véritable construction ni ponctuation appropriée), tout d’abord : « Je veux une France ouverte à tous ces jeunes : ouvrons-leur la porte car aujourd’hui la porte et les fenêtres leur sont fermées. Je veux une France qui ouvre ses bras à tous ses enfants, d’où qu’ils viennent, de quelque quartier ils habitent [sic], quel que soit leur projet et cette France là y’a [re-sic] un immense chemin à parcourir pour que chacun s’y sente bien ».
Puis cette seconde phrase, avec un vocabulaire d’une diversité confondante : « Je vais vous faire une confidence : de qui dépend que les choses ne changent pas [re-re-sic] ? De nous. Mais de qui dépend que les choses changent ? De nous aussi. Alors, avec vous et pour vous, les choses doivent changer, les choses vont changer en 2007 (quatre fois « choses » et quatre fois le verbe « changer » en trois lignes de discours...) »

A 7/7 en 1993 : « Je suis fière de ce que nous avons fait et je suis fière de ce qui reste à faire ». C’est absurde, cette phrase est dépourvue de sens et de toute logique élémentaire.
Il est fort dommageable et inquiétant de ne pas maîtriser la langue nationale quand on brigue un mandat présidentiel.
On pourrait rétorquer que ces fautes sont anodines, purement circonstancielles, mais la répétition révèle une faille profonde. Et une mauvaise maîtrise du langage finit toujours par se traduire par des fautes de raisonnement, de logique. Un simple exemple, lorsqu’elle déclare durant ce fameux meeting de Villepinte :« À bas l’État tout-puissant jacobin et colbertiste ! », avant d’enchaîner sur un dithyrambique éloge de notre devise nationale : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Cette devise provient directement de cet état jacobin précédemment dénoncé. Etat qui doit selon son programme subvenir à tous nos besoins : prêt à 0%, augmentation du SMIC et des minima sociaux, indemnités chômages, (augmentations souvent dérisoires il faut le dire), réquisitions des logements, etc. Une vision bel et bien jacobine de la société française.
Ce meeting, il est vrai, s’est ouvert au son du refrain suivant :" Let’s get a Party in here, let’s get stupid".... accompagné par les applaudissements frénétiques de la foule. Les références culturelles allant de Kerry James, ancien membre du groupe de rap Idéal J, devenu rappeur porteur du message islamiste modéré et social, à Diam’s (sans doute pour répondre à l’élévation spirituelle incarnée par l’analphabète Doc Gynéco soutien de Sarkozy). Deux références plus exigeantes seront invoquées durant ce discours, Braudel et Malraux. Seul problème, le texte qui défilait sur le prompteur affichait : Brodel et Malreaux ! Il semblerait que l’équipe Royal méconnaisse donc lesdites références. Renforcer l’éducation nationale est en effet une nécessité vitale.
Sur ce plan purement linguistique, de respect de la grammaire, de l’orthographe, du vocabulaire et au final du respect de la logique sémantique, tant messieurs Le Pen, Bayrou que Sarkozy, pour ne parler que des candidats du quatuor de tête selon les divers sondages, ne présentent pas cette carence alarmante et pourraient lui donner des leçons de rattrapage.


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (436 votes)




Réagissez à l'article

216 réactions à cet article    


  • Jawz (---.---.9.50) 16 février 2007 13:35

    Ce n’est pas Ségo qui a inventé le terme de bravitude : elle n’a fait que reprendre une traduction particulière de l’expression chinoise. Sans savoir d’où, je la connaissais déjà.


    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 16 février 2007 13:41

      Le terme « bravitude » existait en anglais sur Internet avant que Ségolène l’emploie ; c’est donc si l’on veut un anglicisme, mais en aucun cas un barbarisme.


    • gem gem 16 février 2007 14:53

      @courouve

      que je sache, un angliscime repris tel quel EST un barbarisme. Un barbarisme particulier, mais un barbarisme quand même.

      Cela étant, franchement, c’est le genre de procès que je trouve ridicule. Le seul reproche que je lui fais en l’occurence, c’est de n’avoir pas été capable de remettre cette faute à sa place : celle d’un écart minuscule et sans importance, comme peut en faire n’importe qui à force d’entendre des traductions approximatives lors d’un voyage un peu long. Et d’avoir voulu, au contraire, persister dans l’erreur et défendre mordicus sa création.

      Idem pour les autres écarts de langage.

      Donc -1 pour l’article.


    • nessoux (---.---.25.117) 16 février 2007 17:07

      Ca serait pas tout simplement une couillonade ?

      En Anglais ce qui existe c’est la ’brave attitude’ mais je ne vois pas le rapport avec le dicton asséné sur la muraille de Chine par Ségolène


    • (---.---.7.126) 16 février 2007 17:18

      Tu parles ! smiley


    • Julot (---.---.208.241) 16 février 2007 17:34

      Si vous écoutez bien, juste après bravitude, elle ajoute un rire idiot.

      C’est surtout cela qui m’a amusé. Ce qui m’amuse moins c’est qu’elle nous fasse passer pour des cons à l’étranger.


    • machinchose (---.---.168.64) 16 février 2007 20:11

      julot, comme celui qui insulte le japon quand il est en chine et la russie quand il est aux états-unis occupé à trahir son président ??

      ou comme douste... heu... tout le temps... lisez la presse internationale sur les voyages de Royal... plutôt positive...


    • Un gars en colère (---.---.150.53) 16 février 2007 21:24

      Vous Roussot, vous trouvez que vous parlez bien. Mr le machiste, Sarkozy, votre poulain en fait des bourdes également. Et de plus, c’est un démago de première. Il passe son temps à surfer sur les visions de Le Pen. Qu’il prenne sa carte au Front, au moins il n’aura pas à se dissimuler derrière l’ UMP smiley


    • Gerardhy (---.---.86.79) 16 février 2007 22:56

      Ce n’est pas une bourde occasionnelle qui pose problème, mais leur accumulation.

      Et, personnellement, plus qu’un néologisme idiot, ce qui me convainc de l’incompétence crasse de la dame c’est de réclamer une loi sur la protection des femmes déjà votée, y compris par son parti - surtout lorsqu’on se pose en ... protectrice des droits de la femme !

      Il est vrai qu’elle bat aussi des records d’absence aux séances de l’assemblée nationale, tout s’explique (et jette ce que j’appelle une étrange lumière sur son exigence de jurys populaires pour surveiller les élus - ouaf ! Elle serait déjà pieds et poings liés au pied de la guillotine !).


    • Cony Jaro Cony Jaro 17 février 2007 11:51

      Comme il est facile de reprendre les discours des candidats en campagne pour leur faire dire ce que l’on veut, en bien ou en mal.

      Apprenez donc tout d’abord, que la langue écrite et la langue parlée sont bien distinctes et qu’une erreur de syntaxe pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre. Ensuite, dans un périple de plusieurs mois où les candidats sont harcelés de questions diverses avec des journalistes en attente de commentaires ou de banalités à sortir pour leurs journaux respectifs, il arrive forcément un moment où une langue fourche, ou une pensée est mal retranscrite ou apparait confuse, ...

      C’est donc un procès lamentable que vous faites aujourd’hui à cette candidate. L’heure de la campagne a sonné et les troupes s’organisent pour décrédibiliser l’adversaire. Ferez vous donc un article similaire sur Nicolas Sarkozy, qui semble confondre Giscard et Mitterand ?

      Ce n’est donc pas encore avec des articles de ce genre que le débat va évoluer sur le terrain des idées. Dommage pour le débat démocratique...


    • tardif (---.---.55.142) 17 février 2007 18:18

      Bravitude :

      Il est parfaitement exacte que le terme de bravitude n’est pas une invention de Ségolène Royale et son emploi par la candidate socialiste n’est absolument pas une bourde. Il serait grand temps de dégonfler cette affaire et de cesser ce qui tourne au lynchage.

      Il en effet tout à fait vérifiable, comme l’a indiqué Jack Lang, dès le lendemain de la « petite phrase » de Royal, qu’il s’agit d’un terme de fans de jeux vidéos, et que son emploi par Royal (dont les enfants sont des adolescents passionnés d’informatique) nétait qu’un clin d’oeil humoristique, mal compris par certains et carrément détourné de manière malveillante par d’autres.

      Le wiktionnaire est parfaitement clair : « À noter que le mot bravitude est utilisé depuis 2002 environ dans le jeu Nainwak’s World pour désigner 1° le sentiment d’appartenance à la communauté des nains « braves » et 2° l’attitude des nains « braves ». » (lire ici : http://fr.wiktionary.org/wiki/bravitude)

      Mais vous pouvez aussi vérifier directement sur les forums des adeptes de ce jeu, qui semblent autant s’amuser du clin d’oeil de Royal que de l’ignorance de ceux qui se moquent d’elle (lire ici, par exmple : http://forum.nainwak.com/viewtopic.php?t=5546)

      Précariat :

      Il est parfaitement exacte que le terme de précariat n’est pas une invention de Ségolène Royale et son emploi par la candidate socialiste n’est absolument pas une bourde. Il serait grand temps de dégonfler cette affaire et de cesser ce qui tourne au lynchage.

      Le terme n’est pas joli mais on le trouve dans des titres d’article du journal Le Monde, le 19 avril 2006, par exemple

      (à lire ici : http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=943229)

      Une définition complète du terme est disponible pour les ignorants sur Wikipédia, et vous pouvez aller la lire ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Précariat

      Cessez donc de propager, s’il vous plait, les sornettes malveillantes au sujet de ces prétendues bourdes, et vous ferez oeuvre de salut public dans une campagne éléctorale puante. Merci.


    • tardif (---.---.55.142) 17 février 2007 19:06

      Le wiktionnaire ayant, semble-t-il, été vandalisé depuis la publication de mon commentaire, la page de définition concernant bravitude n’est plus disponible : vous serez donc prié de consulter l’historique de la page, où, bien entendu, elle figure toujours smiley


    • ExSam (---.---.112.210) 18 février 2007 20:21

      Julot

      Tu as raison : mieux vaut passer pour un con à l’intérieur.


    • Alexmic (---.---.183.160) 19 février 2007 13:49

      Les timestamps sur la discussion à propos de la page « bravitude » du Wiktionary datent pour la plus ancienne du 11 janvier 2007... Donc après que la dame en blanc en a fait l’usage. http://fr.wiktionary.org/wiki/Discuter:bravitude http://fr.wiktionary.org/w/index.php?title=Discuter:bravitude&dir=prev&action=history

      Franchement cette page me semble plus être une justification a posteriori de l’usage du terme (pratique que je trouve minable) que la base de connaissance que SR à utilisé pour trouver ce mot.

      Pour reprendre les mots d’un des participants à la construction de ladite page :

      « l’article laisse à penser que le terme n’est pas un néologisme et que segolene royal l’a utilisé en reference a un jeu video que personne ne connait. vous vous moquez de qui ? c’est jack lang qui a fait une recherche sur google et est tombé sur le jeu de merde puis a brodé dessus pour justifier la connitude de segolene royal. c’est ridicule d’essayer de mystifier les lecteurs (en citant le proverbe en chinois et tout...), personne n’est dupe »

      Tout votre message est décribilisé et laisse planer un lourd doute sur votre intégrité intellectuelle.


    • Pelos (---.---.190.166) 2 avril 2007 22:05

      Quel faux cul !!! Trouve une explication a tout et n’importe quoi...


    • Pelos (---.---.190.166) 2 avril 2007 22:07

      .. Je parle bien sur de tardif...


    • seb59 (---.---.180.194) 16 février 2007 13:45

      Enfin un article qui releve que les phrases de segolene ne veulent rien dire.

      J’en etais convaincu, je me demandais s’il n’y avait que moi.

      C’est une evolution du discours d’homme politique.

      D’habitude celui ci est souvant flou, complexe, metaphorique.

      Mais ici, la peur de contrarier quelqu’un dans l’electorat, l’incapacité à prendre une decision et à suivre une direction genere des phrases sans contenus.

      Comme vous le dites, on peut se poser des questions sur la logique de raisonnement et sur la sincerité de l’intervenant.


      • (---.---.115.205) 16 février 2007 14:04

        Plutôt que la peur, la pauvreté de fond et de forme des discours de Mme Royal me font rire aux éclats !

        Impossible de dire pourquoi.

        Pauvres de nous...


      • camelia (---.---.122.157) 16 février 2007 16:27

        Vous vous moquez de qui ? Ou alors vous n’avez pas de jugeotte ?


      • machinchose (---.---.168.64) 16 février 2007 20:18

        ils ne manquent pas de jugeote c’est juste qu’ils ont un peu quelques difficultés à voir la poutre qu’ils ont dans l’oeil tout occupés qu’ils sont à chercher la paille dans l’oeil de ségolène Royal.


      • Un gars en colère (---.---.150.53) 16 février 2007 21:28

        De toute façon, Seb59, je ne suis pas étonné avec ses idées de facho machiste à deux sous. Tu ne peux que cautionner des idées de tordu. Je ne t’ai jamais vu critiquer SARKOZY le facho


      • Un gars en colère (---.---.150.53) 16 février 2007 21:31

        Qu’est ce que SARKOZY me fait me tordre de rire en piquant les voix de Le Pen. smiley


      • Rocla (---.---.248.85) 16 février 2007 21:31

        Pourtant à la télé ils disent « seb c’ est bien » c’ est à cause du numéro ?

        Rocla


      • Nasty Gasty (---.---.182.128) 17 février 2007 04:33

        Attention !! A force de crier que Sarko est un facho et un rasciste , vous aller avoir un probleme .

        Qui choisir au 2e tour entre Lepen et sarkosy ????


      • (---.---.225.144) 17 février 2007 07:54

        Ils se sentirons obligés de voter Le Pen, tellement ils se seront convaincus(en un seul mot) eux-même(avec le trait du gnon creuplafat) que Sarko est un facho xéno...

        Hahaha !

        Trop drole !


      • Chat échaudé (---.---.73.200) 17 février 2007 12:09

        Nasty Gasty : «  »Attention !! A force de crier que Sarko est un facho et un rasciste , vous aller avoir un probleme . Qui choisir au 2e tour entre Lepen et sarkosy ? «  »

        ça va ! on nous a déjà fait le coup ! smiley

        Entre un vieux hâbleur sans majorité aucune pour gouverner, et un individu dangereux à plusieurs titres pour nos valeurs (acceptez ça, même si de toute évidence nous n’avons pas les mêmes), il n’y a pas photo.

        Cette fois-ci les choses sont claires : « AU PREMIER TOUR ON CHOISIT, AU DEUXIEME ON ELIMINE ».

        Entendre répéter à longueur d’antenne que Ségolène Royal sera battue au deuxième tour, c’est très efface pour celui qui s’y voit déjà. Mais c’est là que je dis : Attention.

        En effet mes amis, à quoi bon voter pour Ségolène Royal au premier tour ? Pour qu’elle soit (piteusement) battue ?

        Nous sommes à moitié dans le piège tendu par les médias au service (c’est Bayrou qui l’a dit) de l’un des candidats : faire élire par les militants socialistes sa candidate préférée du PS et la faire battre par son champion au deuxième tour. Ainsi la gauche sera out pour longtemps.

        Mais à ceux là je dis Attention : si le peuple refuse le piège et vote en masse pour les vrais candidats de gauche, alors une véritable opposition pourra s’organiser pour défendre efficacement nos valeurs.

        Le Pen ? Même pas peur ! Votons sans calcul ni crainte ! smiley


      • seb59 (---.---.180.194) 19 février 2007 09:21

        @ Rocla

        C’est aussi ce que pense ta femme ! smiley


      • seb59 (---.---.180.194) 19 février 2007 09:23

        @ le gars pas content.

        Hum... sarkozy c’est pas ma tasse de thé, il est trop liberal, et fait surtout le jeu du capitalisme.

        Mais c’est toujours mieux que ma mere sego, l’« amie riche du peuple ». smiley


      • seb59 (---.---.180.194) 19 février 2007 09:28

        @ Demian West

        Demian is a old gay slut.

        Are you really an artist demian ? I’m still looking for a website about your creations ! smiley


      • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 16 février 2007 13:55

        Je ne pense pas qu’on puisse détacher les fautes grammaticales du renversement de la logique, et quand on massacre la langue de Voltaire c’est qu’on pense à l’envers. Et quand on pense à l’envers, c’est qu’on manque de culture, de référence, de connaissance. Dernier exemple en date, l’affaire du second porte-avions.

        Royal a commis une bourde sur plusieurs plans. Tout d’abord, elle entre dans la rhétorique pétainiste, encore vivace à droite, du Front Popu qui a désarmé la France. Les historiens ont fait justice de cette accusation stupide, puisque c’est précisément l’effort financier considérable de réarmement (la loi des 14 milliards de l’automne 1936) qui a plombé Blum. Mais en reprenant les lieux slogans « gauchistes » sur le beurre plutôt que les canons, et en ne réalisant pas que la manière dont elle a présenté les choses entrait dans un vieux débat pourri, Royal tend les verges pour se faire battre (dans tous les sens du terme).

        Ensuite le raisonnement est stupide : on ne gagne rien en faisant des arbitrages de ce type, et surtout pas financièrement. Il y bien d’autres postes où gratter, comme par exemple ce nouveau palais de justice de Paris qui est un caprice de la municipalité PS que refusent les magistrats et les avocats, et qui va coûter le prix du porte-avions. Derrière cette manière de raisonner se profile l’incapacité à budgéter le programme de la candidate, ce dont s’était aperçu Eric Besson qui s’est tiré.

        Enfin, l’argument de fond est contrefait et ne veut strictement rien dire. Qu’est-ce que la « défense européenne » qu’appelle de ses voeux Ségolène ? Aujourd’hui, c’est l’OTAN et les Américains. Quel est alors le projet de Madame Royal ? Convaincre le Danemark ou le Grand Duché de Varsovie, le petit doigt sur la couture du pantalon devant les généraux du Pentagone, de nous rejoindre ? Il faudrait qu’un conseiller (mais y en-a-t-il au PS ?) lui explique que le défense européenne ne peut passer que par le noyau franco-britannique, que les Anglais attachent une importance capitale à ce porte-avions construit en commun, qu’eux-mêmes sont à couteaux tirés avec les Américains parce que ces derniers sont incapables de mettre au point le nouvel appareil JSF F-35 qui devrait équiper les deux navires de la Royal Navy et dans lequel Londres a investi en pure perte 2 milliards d’euros, etc... Mais pour cela il faudrait qu’elle ait au moins ouvert le Quid de l’année qui lui indique le nombre de sous-marins nucléaires, elle qui n’a même pas le temps de consulter le Robert ou le Larrouse.

        Par sa petite phrase, Royal vient gréver un peu plus ses maigres chances de victoire, mais ses bourdes, sémantiques ou de logique, ne sont que l’expression de l’ignorance d’un parti qui a fait fuir ces dernières années tous ses experts, et qui se trouve incapable de construire une « argumentitude » qui tienne la route. Royal en est réduite à se construire une tunique d’oripeaux en piochant un peu partout, et ses incohérences de langage ne sont que l’expression d’une pensée pauvre elle-même incohérente.


        • (---.---.115.205) 16 février 2007 14:10

          La paroxismation de la pauvitude politiquiste...


        • papouf (---.---.228.201) 16 février 2007 14:33

          Confucius disait ( approximativement ) que lorsque c’était le « bazar » dans les affaires de l’Etat, il était urgent de consulter un dictionnaire afin de retrouver le juste sens des mots, afin de parler clair, compréhensible et constructif.

          Par inverse, je souscris au commentaire de Mr Immarigeon ; la méconnaissance et la maltraitance de la langue dénotent d’autres méconnaissances...


        • camelia (---.---.122.157) 16 février 2007 16:29

          Il est préférable de « discutailler »(et oui, moi aussi, j’invente des mots) du français plutot que de parler des idées.


        • ZEN zen 16 février 2007 16:34

          @Jean-Philippe Immarigeon (IP:xxx.x7.169.29)

          Bonjour,

          Désolé pour cet aparté, mais j’ ai lu hier attentivement votre com concernant l’état actuel de la démocratie US. J’ai trouvé votre intervention lumineuse.Je suis allé faire un tour sur votre blog.Mon impression a été confirmée. Je suis en train de lire votre livre « American Parano » et je ne suis pas déçu. De plus votre écriture est remarquable. Je vous suggère de faire un article pour nous donner votre vision des choses, qui me semble assez inédite, vu l’expérience que vous avez du monde Nord-américain.Bien à vous.

          Pardon à tous pour cette parenthèse.


        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 février 2007 16:59

          « Il faudrait qu’un conseiller (mais y en-a-t-il au PS ?) lui explique que le défense européenne ne peut passer que par le noyau franco-britannique, que les Anglais attachent une importance capitale à ce porte-avions construit en commun, qu’eux-mêmes sont à couteaux tirés avec les Américains parce que ces derniers sont incapables de mettre au point le nouvel appareil JSF F-35 qui devrait équiper les deux navires de la Royal Navy et dans lequel Londres a investi en pure perte 2 milliards d’euros, etc »

          C’est un peu fort de café : Vous ne faites que reproduire sa position en vous l’attribuant à ses dépens !


        • Depi Depi 16 février 2007 17:04

          En quoi reprend-il sa position à travers ses propos ?


        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 16 février 2007 17:20

          Vous voudrez bien m’excuser mais je ne comprends pas le sens de votre remarque.

          Voilà déjà 40 ans que la France cherche à convaincre ses partenaires européens de s’affranchir de la tutelle américaine. Ils nous ont écouté poliment, nous ont même dit que sur le fond nous avions raison, mais d’en reparler plus tard. Changement de tactique en 1995 : nous réintégrons l’OTAN. Comme les Américains refusent de partager les commandements, et tout spécialement naval en Méditerranée, nous arrêtons le processus, et restons le cul entre deux chaises. Mais au nom de l’interopérabilité, nous nous alignons sur toutes les lubies numériques américaines (network centric warfare et autres foutaises dont tout le monde peut constater le succès en Irak) avec en retour d’ascenseur : rien.

          Il s’avère qu’une crise gravissime est en train de se développer entre le Royaume Uni et les Etats-Unis sur la question des portes-avions construits en commun avec la France, et surtout sur le fait que l’avion qui était destiné aux navires britanniques, le JSF F-35 américain en projet, est d’ores et déjà un échec technologique total (même l’US Navy n’en veut plus), et que même bricolé, le Pentagone refuse qu’il soit livré aux Britanniques dans sa « moins mauvaise » version, alors que ces derniers ont investé 2 milliards d’euros et souhaitent participer à sa motorisation. Bien mieux : dans le pharaonique budget du DoD présenté par Bush la semaine dernière, il n’y a pas une ligne budgétaire pour la coopération sur le moteur anglais.

          Résultat des courses : les amiraux britanniques sont à bout de nerfs et disent et font dire (il y en a même un qui l’a écrit) qu’ils vont devoir acheter des Rafales français, l’amiral Nelson dut-il s’en retourner dans son caveau de Westminster.

          Et que fait Madame Royal, lors même que les Britanniques multiplient les signes d’hostilité envers les Etats-Unis sur la question de la défense et sont sur le point de faire un geste déterminant pour l’avenir de l’Europe ? Elle leur claque la porte au nez. Ma question est donc : si nous ne faisons pas l’Europe de la défense avec nos amis britanniques, en les détachant de leur special relationship avec une Amérique qu’ils ne supportent plus, comment procède-t-on ?

          Mais si, comme je crois comprendre dans votre intervention (mais si je me trompe, excusez-moi par avance) j’ai loupé cette partie du discours de Dunkerque de Madame Royal, nous vous serions tous très obligés de nous la communiquer. A défaut je maintiens qu’elle ne connaît pas les sujets qu’elle aborde, et que ses loupés sémantiques sont bien peu de choses au regard de la vacuité de son programme.


        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 16 février 2007 17:25

          Oui, voir ci-dessous.


        • Jean-Philippe Immarigeon Jean-Philippe Immarigeon 16 février 2007 17:27

          A Zen.

          Merci.

          Je l’ai fait ici même dans un article sur le positionnement (ou plutôt l’absence de positionnement, à une exception atlatiste près) des candidats français vis-à-vis de la politique suicidaire US, et plusieurs commentaires dans d’autres articles.

          Mais bon, très égoïstement, tout est sur mon blog ( http://americanparano.blog.fr ) et dans mon livre éponyme, élu meilleur essai politique 2006 par le magazine Lire (jury commun avec RTL et LCI).


        • machinchose (---.---.168.64) 16 février 2007 20:21

          vous aussi vous vous aimez bien. c’est bien c’est important l’ego.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès