Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal fermera-t-elle Fessenheim(2) ?

Ségolène Royal fermera-t-elle Fessenheim(2) ?

Ségolène Royal fermera-t-elle Fessenheim ? : 1er épisode

 

Ségolène Royal fermera-t-elle Fessenheim, 2éme épisode :

Forcément, et elle devait s’y attendre, une nouvelle campagne de dénigrement de Ségolène Royal a immédiatement démarré à la suite de son interview musclée à Paris Match (« Ségolène Royal : "Je suis à ma place. Enfin" ») ! Car bien entendu personne ne lui fera de cadeau et encore moins le lobby nucléaire. Hormis le très consensuel respect octroyé à De Gaulle, en France on le sait, au moins depuis le vote des pleins pouvoirs à Pétain et la honte du régime de Vichy, les élites détestent les femmes et les hommes courageux. Et peut-être encore plus les femmes. Et semble-t-il aujourd’hui, à une époque d’individualisme particulièrement exacerbé, encore plus qu’avant. Leur narcissisme aliéné par l’Histoire politique ne supporte pas l’ombre portée sur le reflet de leur miroir. Et déjà ça cogne dur. Un média n’a pas hésité grâce au titre de son article à véhiculer une rumeur dont il s’attache pourtant à démontrer l’inauthenticité dans le corps de l’article (Ségolène Royal : Une luxueuse demeure suscite la polémique : Pure people). On rameute les sondages : Ségolène Royal : un « handicap » pour François Hollande, selon 59% des Français. Et dans le même temps, la tactique supposée de Royal associant confidences aux journalistes suivies d’un démenti, est raillée sans ménagement : « Ségolène Royal, la ministre qui dit qu’elle n’a pas dit (mais qui l’a dit) » titre L’Express. Et il n’y a pas que les média. Au sein du gouvernement, il ne faudrait surtout pas qu’elle s’imagine pouvoir compter sur une solidarité féminine indéfectible pour lui éviter ce genre d’attaques fielleuses. La ministre de la Culture, aussitôt, ironisait au canon, sans faire dans le détail : « Aurélie Filippetti tacle Ségolène Royal sur Twitter puis dénonce une intrusion sur son compte » ! Pas de cadeau.

Or nous n’en sommes probablement qu’aux préliminaires. Et à ce rythme elle ne pourra manifestement pas continuer à user sans inconvénient majeur de son procédé supposé de discrédit des médias, lequel lui attirera le maximum de sarcasme. Mais déjà dans l’interview lui-même, elle semble annoncer la fin de son utilisation. Elle affirme une détermination à ne pas aller désormais par quatre chemins, laquelle devrait se révéler une redoutable arme de dissuasion. Elle a prévenu : "Ceux qui veulent me museler se trompent. Oui, je parle. C'est ma liberté et je la garderai quoi qu'il arrive. Et si j'ai envie de dire autre chose que ce qui est convenu, je le dirai". Autrement dit pas de demi-mesure.

Mais Ségolène Royal bénéficiera-t-elle des moyens politiques du courage qu’elle affiche, en particulier pour fermer Fessenheim ? Cela dépend d’assez nombreux facteurs.

 

Le premier d’entre eux est sa longévité ministérielle dans le cadre de la mandature de son Ex. Si la centrale devait être arrêtée fin 2016 - début 2017 comme annoncé par Delphine Batho, alors ministre de l’écologie (mais Hollande a toujours dit : « d’ici fin 2016 »), il faudrait à cette date qu’elle soit demeurée ministre. Or, soit il peut y avoir un nouveau gouvernement avant la présidentielle de 2017 et dans lequel elle pourrait ne pas être reconduite, soit Valls pourrait vouloir la virer en raison de comportements jugés par lui intolérables, ce qui ne devrait pas manquer. Et on le sait, depuis bien avant l’affaire des Rroms, sa tolérance est en général assez limitée. Mais de là à obtenir satisfaction auprès de François Hollande, même en mettant sa démission dans la balance, c’est une toute autre histoire. A moins que les résultats du PS aux Européennes soit moins mauvais que prévus, renforçant ainsi très sérieusement son poids politique. Cela ne sera-t-il pas forcément le cas ? On ne peut l’exclure au vu de l’efficacité de la redoutable boite de com’ Havas Worldwide (ex-Euro RSCG qui avait « modelé » la spectaculaire ascension de DSK) dont il bénéfice apparemment. Comparons son score à la primaire PS de la présidentielle 2012, moins de 6%, et sa popularité actuelle : quel saut ! A l’inverse Ségolène Royal faisait 7 % à ces mêmes primaires alors qu’elle était allée au second tour de la présidentielle de 2007…. Quelles peuvent être les raisons au fait que les opinions jouent ainsi au yoyo ? La fragilité politique de Ségolène Royal ou au contraire sa force dépendra donc en partie du résultat des Européennes.

 

D’ici, ou au plus tard, fin 2016, cela veut dire que la fermeture de Fessenheim peut avoir lieu dès demain. Mais il ne faut pas rêver. Si entre le 18 et le 20 avril elle n’a pas saisi l’occasion de l’arrêt concomitant des 2 réacteurs, autrement dit l’arrêt complet de la centrale, c’est donc qu’elle n’a pas l’intention à priori d’agir avant le vote de la loi sur la transition énergétique. A moins qu’elle n’ait manqué d’une réactivité suffisante. Hypothèse qui pourrait trouver sa confirmation ou son infirmation à une échéance pas forcément éloignée, tellement il n’est pas improbable qu’une telle opportunité se représente une nouvelle fois compte tenu du nombre impressionnant d’arrêts que subit cette centrale, en particulier depuis le renforcement du radier des réacteurs (à ce propos on observera la curieuse absence de questionnement des journalistes scientifiques sur le lien éventuel existant entre cet accroissement des incidents et ce renforcement des radiers, dont le directeur de la centrale avait souligné le caractère inédit, une telle intervention sur des réacteurs n’ayant jamais été réalisée auparavant. Il s’agissait d’une toute première mondiale). Néanmoins elle a beau s’être dite favorable en 2011 à la fermeture de la centrale, est-elle pour autant disposée aujourd’hui à prendre à son sujet un quelconque risque politique ? A moins bien sûr d’en tirer un important avantage politique. Mais lequel ? Que son nom soit attaché à l’emblématique fermeture de la centrale de Fessenheim n’en est pas l’un des moindres. Mais, elle, le jugera-t-elle suffisant ? Et puis dans le cas où elle se convaincrait d’être toujours ministre à cette date, ne préfèrera-t-elle pas choisir, par confort, de n’agir que sous le couvert et à l’initiative à son Ex, en lui laissant la complète gestion de sa propre date butoir du 31 décembre 2016 ?

Mais un tel pari serait de toute façon promis à l’échec : la fermeture de la centrale fin 2016 est en effet politiquement quasiment impossible. Si Fessenheim doit fermer, ce sera donc forcément avant.

Cette conviction désormais partagée par de très nombreux observateurs, selon laquelle François Hollande ne pourrait pas fermer Fessenheim en pleine campagne des Présidentielles, relève du complotisme selon Denis Baupin, le vice-Président EELV de l’Assemblée nationale. C’est ce qu’il a déclaré dans une interview à Politis. Une conception du complotisme totalement inédite, et bien inquiétante si elle n’était pas ridicule, et qui n’a fait réagir personne. Il faut reconnaitre que sa notoriété et son pouvoir sont tout à fait relatifs, mais tout de même ! Car tout d’abord il est aussi le compagnon de l’actuelle secrétaire nationale d’EELV, Emmanuelle Cosse, et il est entouré de personnages au sein de la Firme, ce groupe qui dirige en réalité EELV, qui ne sont guère troublés par des limitations à la liberté d’expression. Pour preuve la récente attaque, après celles de Frédérique Lefebvre et de Nadine Morano, contre la liberté sur le net, de Jean-Vincent Placé.

 

Pourquoi la fermeture de Fessenheim semble-t-elle quasi-impossible fin 2016 ? C’est ce que nous aborderons dans le prochain épisode de « Ségolène et Fessenheim ».

 

Patrick Samba

 

Le 11 mars 2011 est la date de déclenchement du processus de dénucléarisation du Japon, lequel fut particulièrement rapide. En un an les 54 réacteurs ont été arrêtés. Et en France toujours pas un seul ! Comme quoi quand une population le veut, même en désaccord avec ses dirigeants politiques et industriels, on le peut.

« FUKUSHIMA » Appel mondial aux imaginaires et aux compétences

Un premier bilan de l’occupation de La Défense

Arnaud, ta 6ème République… et avec nucléaire : non merci !

Avis de menace de réaction en chaine à EELV

Lancez les paris ! Hollande va nous faire un énorme coup politique vendredi à l’occasion de la Conférence environnementale

IL l’a fait !

EELV/nucléaire : Allez, encore un tout p’tit effort !

Congrès d’EELV à Caen : le congrès de la débâcle, ou celui de la renaissance ?

Greenpeace à la centrale de Fessenheim : chapeau bas !

Pas de confiance au Gouvernement en l’absence d’une fermeture immédiate de Fessenheim !


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 22 mai 2014 08:50

    heu...pas tout de suite ça peut attendre..d’après la dame on ne peut pas se passer du nucléaire.. !


    • claude-michel claude-michel 22 mai 2014 09:37

      Pour les bas du front....

      Royal : « Je ne pense pas que nous pourrons sortir du nucléaire »

      LE MONDE | 21.05.2014 à 17h43 • Mis à jour le 21.05.2014 à 17h48 |


      • alinea alinea 22 mai 2014 10:45

        Royale, elle aurait tout intérêt à se démarquer du PS pourrissant !! Comme personne ne lui a fait de cadeau dans cette mafia, elle gagnerait des points à gauche !!
        Fessenheim ? Serait-ce le seul endroit en France où la CGT a le pouvoir ?
        Elles ne savent pas ces «  belles personnes » que c’est quand on est mou, indécis, qu’on tergiverse, que les accidents arrivent ?
        Et nous, qu’est-ce que nous pouvons faire ? on compte les points ???


        • alinea alinea 22 mai 2014 10:46

          ( la trouverais-je « royale » ? smiley )


        • Garance 23 mai 2014 00:33

          Alinéa


          Elle ne peut pas se démarquer du PS : c’est le PS qui a le pognon

          Elle ; elle est pauvre au point de ne pas pouvoir payer son personnel qui a du l’envoyer aux Prud’hommes pour l’être

          Peut-être que si Tontaine Bergé recrache au bassinet......

        • Akerios 22 mai 2014 16:27

          Bah tous ces gens la........ font fortune en faisant de la politique................

          et pour les grosses boites un ou 2 millions d’euros a verser dans un paradis fiscal c’est rien pour des milliards de bénéfices en perspective !

          ...........................

          Si les abus biens de sociaux et la corruption étaient punis des travaux forcés a perpétuité pour contrer leurs nuisances ...........

          ...........................

          Vendre son mandat pour 1 million d’euros....c’est sans risques et au pire si on est pris :

          le sursit ....( vraiment très rare une affaire sur 10 est détectée ! ) ...... et inéligibilité pour au plus 1 an .....l’occasion de prendre des vacances pour un honnête voleur !

          ........................


          • alinea alinea 23 mai 2014 12:23

            Patrick,
            Il m’est impossible de répondre à votre article de ce jour ( nous sommes le 23 !) le contact ne passe pas. Il faudrait savoir si cela vient de chez moi, ou du site !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès