Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal se signale encore à l’attention d’une France en (...)

Ségolène Royal se signale encore à l’attention d’une France en récession

Ségolène Royal a connu de cuisants échecs : Elle a loupé deux fois l’Elysée. Une fois comme Présidente, une autre fois comme première dame. Elle n’est plus députée. Alors que le pays entre officiellement en récession au premier trimestre, elle agite les bras - elle sait si bien le faire – et se pose en sémaphore politique dans la tempête et le bouillonnement gouvernemental. Seule.

« Coucou, je suis (toujours) là. Et question erreur de casting, nul ne peut plus me donner de leçon ! », semble dire à grand renforts de rendez-vous médiatiques, la candidate malheureuse aux présidentielles de 2007 et aux législatives de 2012.

Elle sort un ouvrage intitulé « Cette belle idée de courage » chez Grasset et renoue avec les photographes et les petits papiers dans la presse. Avec les petites phrases aussi. Assassine !

Elle profite de son retour en grâce sous l’égide de Jeanne d’Arc, de Louise Michel ou du jeune navigateur François Gabart, les héros de son opuscule, pour tacler là où ça fait très mal dans l’équipe de son Ex.

Elle juge nécessaire, pour ne pas dire urgent, de « restructurer » Bercy après l’affaire Cahuzac et où Pierre Moscovici ne fait décidément pas le poids. Elle persifle, mais en se voulant docte, pour mettre fin à la « zizanie » entre ministres.

Elle intervient en même temps que Laurent Fabius qui appelle à trouver un « patron » pour le ministère des Finances, clé de voute de la stratégie gouvernementale. Le tout à la veille de l’annonce préchauffée d’une économie française en baisse de 0,2% début 2013 après la même aventure au quatrième trimestre de l’an passé. Le terme redouté et si souvent contourné à Bercy est incontestable : la France est en récession.

C’en est trop ! Et c’est une occasion de bons offices. Les couacs et autres prises de becs entre les ministres occupants Bercy doivent cesser – comme si il n’y avait qu’eux à se mordre à la gorge – car « ce n’est plus supportable, notamment pour tous ceux qui se battent pour créer des activités, des emplois ». Suivez mon regard : notamment en région Poitou-Charente, dirigée d’une main de fer par l’inspirée Ségolène !

Il est vrai que question apaisement des situations conflictuelles, elle s’y connaît un tantinet. Nous passerons sur les péripéties de sa bagarre pour la première circonscription de la Charente – Maritime avec le « dissident » PS Olivier Falorni. Ce dernier avait reçu le convivial soutien de Valérie Trierveiler …

 

AU COUTEAU

 

Passons aussi sur l’élection du Premier secrétaire du PS en 2008 dit du congrès de Reims lors duquel Ségolène Royal se fait coiffée au poteau par Martine Aubry avec 102 voix d’écart au terme d’une bagarre au couteau si emblématique que l’UMP l’a imité récemment avec le brio que l’on sait.

Dans « Cette belle idée de courage », Ségolène comme Clémenceau, vante ceux qui ne renoncent jamais. Et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Selon ce qu’elle qualifie de « légende », l’ancienne sherpa de Mitterrand aurait fait procès à son propre père qui n’aurait pas assumé financièrement les études de son énarque de fille (promotion Voltaire avec Michel Sapin et … François Hollande).

Par ailleurs, peu s’en souviennent, mais elle a été condamnée en 1999 par le tribunal des prud’hommes des Deux Sèvres pour « non respect du code du Travail ». Ségolène était poursuivie par trois anciennes collaboratrices qui lui réclamaient des arriérés de salaires pour la campagne de 1997. Et des fiches de paies et une régularisation auprès des organismes sociaux …

Son expertise en matière de gestion humaine serait sans doute la bienvenue dans un gouvernement à la dérive sur la mer déchaîné du scandale et sous les vents violents de la crise économique.

Elle estime que depuis un an « du temps a été perdu » et qu’il convient désormais « d’accélérer ». C’est du « bon sens » et surtout pas « une critique », assure-t-elle sur France Inter. En son temps, De Gaulle disait avec humour « La France était au bord du gouffre, puis elle a fait un pas en avant » !

Mais elle affirme ne pas vouloir entendre parler d’un éventuel maroquin. « Ma liberté d’expression est précieuse (…) On ne me le proposera pas (NDA : d’entrer au gouvernement) car j’ai fait le choix de me représenter dans ma région en 2015 ».

Quelle tristesse ! La France va donc, une nouvelle fois se couper d’un immense talent.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Cassiopée R 15 mai 2013 14:48

    Raréfaction de l’emploi, même dans les grandes villes 50 personnes pour 1 emploi.

    C’est la dure réalité, avec délocalisation des usines et des services qui provoquent une baisse des impôts donc des services pour les citoyens.

    C’est le drame de cette civilisation.


    • Detoxinfo.fr Detoxinfo.fr 15 mai 2013 17:45

      Le (quart) d’heure de gloire de cette dame fût lors du match télévisé contre Sarko lorsqu’elle l’avait coincé sur son ignorance de la situation des handicapés. Important, certes, mais insuffisant pour proposer de larges solutions de (désirs) d’avenir ...


      • Gabriel Gabriel 15 mai 2013 18:14

        Voilà bien longtemps que personne ne lui avait tapé dessus. À première vue ça manque à certain. À propos, plutôt que de parler de cette dame avec une ironie non dissimulé, avez vous lu son programme ? Je paris que non, évidement comme beaucoup de ceux qui lui crache dessus...


        • Denis Thomas Denis Thomas 15 mai 2013 18:48

          J’aurais bien parié ! Je l’ai lu, décortiqué pour des tas de raisons (dont personnelles en 2007). Vous conviendrez peut-être avec moi, qu’alors, il n’y avait pas de quoi de se pâmer devant une extra ordinaire palette de propositions. Et je doute que les idées développés sur la démocratie participative, pour sympathique qu’elles soient, fussent de nature à faire « bouger les lignes » (j’ai horreur de cette expression).
          Cordialement


          • A l’auteur,
          • Il n’empêche qu’il faut croire que certaines de ses propositions ont bel et bien attiré des soi disant décideurs de droite comme de gauche et que quelques autres - au pouvoir actuellement - se sont bien servi d’elle pour grimper puis la trahir à l’instar des faux jetons, les éléphants du parti au premier rang desquels se trouvait notamment son le père de ses enfants, « notre cher chef d’aujourd’hui ».
          • Et puis vous savez, à mon âge, et donc au bout de mon déjà long trajet, je suis convaincu aujourd’hui que la FEMME, bien supérieure à l’homme dans un tas de domaines, possède notamment en elle, une énergie sans faille. Qualité qu’elle peut mettre au service de son pays, avec fermeté et en dehors des chemins tortueux et vicelards semés par les fils d’Adam. Tout comme elle sait construire une famille, la cellule mère de toute civilisation, époux et père compris.

        • COLLIN 16 mai 2013 11:49

          Cher Henri Diacono,vous écrivez :

           " la FEMME, bien supérieure à l’homme dans un tas de domaines, possède notamment en elle, une énergie sans faille. Qualité qu’elle peut mettre au service de son pays, avec fermeté et en dehors des chemins tortueux et vicelards semés par les fils d’Adam«  smiley

          Je ne vous approuve pas à 100%,vous semblez avoir oublié Margaret Thatcher smiley,ou bien plus près de nous,Engela Merkel smiley....

          Et la liste,si on y prête un peu attention,est longue...Nadine Morano smiley chez nous,ou bien aux Zétazunis,Condolezza Rice smiley ,Sarah Palin  smiley ,etc...

          Comme disait l’oncle Georges, »quand on est con,on est con"....


          • alainminc alainminc 16 mai 2013 12:48

            Si Royal avait eu une dimension de chef d’Etat elle n’aurait jamais accepté la magouille au moment des primaires socialistes. Son rôle mérité aujourd’hui est celui d’une sœur Emmanuelle à l’intérieur d’un parti vermoulu car miné par les termites atlantistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès