Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal, une image d’avance

Ségolène Royal, une image d’avance

Après le sacre de Ségolène Royal, la droite n’a plus le choix. Elle doit désigner Nicolas Sarkozy comme son candidat. Cependant, la candidate socialiste présente un atout que ses plus sérieux rivaux n’ont pas, imparable, quelle que soit la solidité du projet de son adversaire, de sa compétence et de sa stature, surtout en ce début de siècle : c’est une femme. C’est ce qui s’appelle avoir une image d’avance. Rattrapable ?

Avant toute analyse ou tout commentaire, il faut saluer l’importance de l’évènement : jamais une femme n’a été candidate pour le compte d’un grand parti de gouvernement. "L’hypothèse de voir une femme accéder à l’Élysée est donc désormais concrète", écrit Jean-Michel Aphatie sur son blog.

Cette victoire est celle aussi de la modernité. La femme a été pendant longtemps traitée au mieux, comme auxiliaire, au pire comme intrigante, dans le monde politique. Cette victoire est donc la suite logique de l’évolution de la place, du rôle et des droits de la femme au sein de notre société. Cette évolution dépasse largement le cadre de nos frontières. Il suffit de regarder outre-Rhin ou encore outre-Atlantique, où probablement, pour la première fois, une femme sera candidate à la Maison Blanche en 2008. Sans oublier le Libéria qui a élu, cette année, pour la première fois, encore, une femme, Ellen Johnson-Sirleaf’s, à la tête d’un Etat africain ! Comment la France pouvait-elle durablement rester en dehors de cette dynamique irréversible, car dans le sens de l’histoire ?

La désignation tombe à pic aussi, au moment où l’intégrisme religieux reprend du poil de la bête. Or, on sait combien la religion, quelle qu’elle soit, tient la femme pour un être mineur et dont l’épanouissement en dehors du foyer n’est pas essentiel.

Ségolène Royal présente des atouts indéniables pour prétendre au poste. Elle a de l’énergie à revendre, elle est pragmatique, et non idéologue à l’instar des caciques du Parti socialiste. D’où son approche iconoclaste sur nombre de sujets de société. Elle a de la détermination car elle sait camper fermement sur ses positions contre vents et marées. Elle a également du courage, elle a tenu sa candidature en dépit de fortes oppositions, de l’absence de réseau et d’un machisme encore bien ancré dans la classe politique. Elle a aussi montré des capacités de leadership. Par son parcours atypique et sa victoire, non à la Pyrrhus mais au forceps, elle rappelle bien sûr François Mitterrand, quand ce dernier avait fait main basse sur le parti en menant une offensive éclair.

Cependant, comme tout prétendant, elle a des faiblesses : un projet qui manque de cohésion, une vision trouble de la France, une réelle impréparation sur de nombreux dossiers pourtant cruciaux, et une confusion dommageable entre témérité et légèreté. Mais elle a désormais cinq mois pour préparer son programme, en tracer les grandes lignes, le présenter, l’expliquer et se mettre en ordre de bataille. Preuve en est : son premier discours de candidate intronisée.

Ségolène Royal est le plus redoutable des adversaires pour Nicolas Sarkozy, contrairement à ce que pensent ce dernier, et la droite en général. Avec une victoire aussi nette, reflet d’une volonté de renouvellement profond de la part des électeurs, la droite n’a plus le choix. Elle doit désigner Nicolas Sarkozy. Pourquoi ? Il est le seul à bénéficier d’une légitimité aussi large que Ségolène Royal dans son propre camp. Le candidat de la droite a besoin impérativement d’un mandat aussi clair, assis sur un large soutien populaire, pour partir à égalité, et qui ne souffre aucune contestation.

Nicolas Sarkozy, à droite, est le seul à pouvoir à répondre à ce besoin de renouveau. Enfin, il est le seul à partager un parcours identique à celui de Ségolène Royal, autrement dit en dissidence, et un discours en rupture avec la langue de bois et le ronronnement de ces trente dernières années. Autant de qualités recherchées par l’électorat prêt plus que jamais à tourner une page de notre histoire politique. S’opposer à cette candidature naturelle pour la droite, c’est "se tirer une balle dans le pied", n’est-ce pas, Monsieur le Président ?

Par ailleurs, la droite fait le pari d’un affaissement de la candidate socialiste. C’est un faux pari. La droite devra compter sur elle jusqu’au bout. Dernier élément et non des moindres : ils ne pourront pas "cogner" comme à leur habitude. Adversaire féminin oblige ! Un art inédit donc de faire de la politique. Un sacré défi à relever !

Les deux prétendants formulent souvent le même diagnostic sur la situation française. La gauche hurle à la trahison de ses idéaux. La droite crie au plagiat. De la comédie, de surcroît mal placée. Au contraire, il faut s’en féliciter. Enfin, deux candidats qui ne vivent plus dans le déni de réalité qui a conduit à cette situation socio-économique dramatique. Ils se distinguent par les moyens à mettre en œuvre pour améliorer le quotidien de leurs concitoyens.

Cependant, à l’heure des peurs, des inquiétudes, des incertitudes sur l’avenir, exprimées par les Français, Ségolène Royal, dans l’imaginaire collectif, incarne la mère protectrice, un sérieux avantage sur Nicolas Sarkozy qui, par sa fermeté et son autorité, est assimilé au père Fouettard !

Enfin, dans cette "société du spectacle" qui consacre la séduction, le charme, les apparences, la communication comme des valeurs de référence, voire des canons de la réussite, Ségolène Royal présente un argument imparable, qui certainement fera la différence, quelle que soit la solidité du projet de son adversaire, sa compétence et sa stature : elle est une femme.

En ce début de siècle, c’est ce qui s’appelle avoir une image d’avance. Ségolène est devant, et ses homologues masculins courent après.

Je leur souhaite bien du courage...


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (414 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • LE CHAT (---.---.75.49) 20 novembre 2006 13:29

    encore un plaidoyer pour une bipolarisation autour de ces deux démagos ; article sans interêt !


    • Bill Bill 20 novembre 2006 13:35

      Reste à savoir si les deux plairont encore dans quelques mois !!! Sarkozy n’est pas le seul prétendant, je pênse à Dominique de Villepin qui est un très bon orateur (rappelons nous de l’ONU) et qui a une réelle stature, par exemple.

      Bill


      • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 20 novembre 2006 19:57

        Oui, à part le fait que De Villepin fait aujourd’hui 6% dans les sondages, MAM 17% et le méchant Sarko 77% (Infos TF1 d’aujourd’hui) mais bon nous aimons les outsiders !


      • robin (---.---.79.29) 21 novembre 2006 00:19

        loooooooooooool lol lol smiley.................lol !...................................................................... ......................et lol ! smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley)


      • Amar (---.---.117.249) 20 novembre 2006 14:07

        Maintenant c’est Nicolas Sarkozy qui à l’air d’un intrigant en face de Ségolène Royal ! Il n’a pas ce naturel, ce sens du contact que Ségolène partage avec Chirac !


        • Popeux (---.---.100.176) 20 novembre 2006 20:13

          Ce « sens du naturel » ?!!

          Allez donc écouter son intervention du Zenith pour comprendre pourquoi tout le monde à l’UMP l’appelle « nunuche ».

          C’est une oratrice ratée, les militants et les journalistes qui l’approchent sont tous déçus sans exception. Elle est séduisante de loin. Très loin.

          « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire »... n’arrivent pas à la bouche de Ségolène qui ne sait pas ce qu’elle pense.


        • paul (---.---.150.111) 20 novembre 2006 14:17

          il y a plusieurs différences entre les deux prétendants. elle n’a pas pris le contrôle du parti. elle n’occupe pas un ministère clef dans la situation actuelle. le parti s’est rangé derrière elle une fois le choix des électeurs fait. les femmes comprennent ses propos, elles se sentent concernées. il est des sujets féminin qu’un homme même bien informé ne pourrait aborder, et encore plus en politique, surtout en campagne présidentielle. elle connait les situations que vivent les femmes dans la société française et surtout politique.

          lui a théoriquement le parti à sa main, mais pour combien de temps. il a plus d’ennemis que d’amis, surtout dans son camp. chirac, villepin, MAM, et d’autres feront tout ce qui pourra être fait pour le faire chuter afin de se présenter. il a commis trop d’erreurs, de propos blessants, pour arriver au bout de la route. erreur avec bush et la France qui refuse de faire la guerre, erreur maintenant avec l’algérie et les visas. encore une ou deux erreurs de ce type et il retourne à neuilly. et en plus il ne peut pas se retrouver debout sur le même plateau que Ségolène, il est tellement petit. rédibitoire pour un homme avec son ego.


          • Josew (---.---.25.142) 20 novembre 2006 22:05

            Ah bon elle en contrôle pas le parti ?

            Alors que fait donc son compagnon papa de ses enfants à la tête du PS ? Il est en vacances sans doute.

            Certains commentaires sont décidément du niveau de l’article : mal informés et/ou désinformateurs...

            Tout le monde sait bien que ces 2 candidats ont été adoubés par les lobbies et qu’ils bénéficient d’une couverture médiatique exceptionnellement collaborative.

            Personnellement, je penche pour la 2e hypothèse.

            Il faut vraiment être naïf pour penser que Ségo s’est imposée par des moyens nouveaux ou sur le seul fait d’être une femme : si elle n’avait pas eu les soutiens, elle serait aux fraises comme depuis toujours.

            Les lobbies ont au mieux estimé que le pays était mur pour présenter une femme, et au pire que ce choix favoriserait la candidature de Sarkozy, leur chouchou incontesté...


          • robin (---.---.79.29) 21 novembre 2006 00:25

            EXCELLENT ........LOL smiley mais un peu irrévérencieux...bof...euh quoique !! non en fait c’est extrémement objectif !! smiley


          • minijack minijack 21 novembre 2006 03:39

            Bien sûr qu’elle contrôle le PS. En tous cas il est clair qu’elle le contrôle désormais ! Si elle ne le « commandait » pas jusque là, même en bénéficiant de quelques infos privilégiées par son compagnon de route et de vie, elle le « contrôlait » tout de même au sens où un assiégeant contrôle une place assiégée en la surveillant au travers des failles dans la muraille.

            Elle est redoutablement habile et fine stratège. Est-ce l’atavisme chez une fille de militaire ? En tous cas, elle a su investir la position, tout en douceur mais avec quelle maestria, et faire le siège d’un parti qui ne voulait pas se laisser prendre par elle. Je suis sûr qu’elle nous réserve encore quelques surprises.

            Sarko n’a aucune chance ! A mon avis il pourrait n’être même pas au second tour, et on pourrait assister à un nouveau 21 Avril avec JMLP tant les français risquent de préférer l’original à la copie. Mis à part le vent du boulet, il n’y aurait pas beaucoup de chances de voir élire JMLP, et tous les français démocrates seraient fort logiquement amenés à donner la couronne à Ségolène. Compte tenu de la spécificité de son caractère et de ses prises de positions sur le terrain de l’adversaire, elle pourrait tirer les leçons du plébiscite (que n’a pas tirées Chirac avec 82%), et réconcilier les français en gouvernant avec toutes les bonnes mesures d’où qu’elles viennent.

            Utopie ? Pas tant que ça... Un homme ou une femme providentielle, la France n’attend que ça.

            En l’état actuel des forces en présence, c’est sans doute téméraire d’avancer cette hypothèse, mais la seule qui pourrait combattre Segolène à armes égales, c’est MAM. Leur parcours est assez symétrique et MAM pas plus que Ségolène n’appartient pas à la « vieille garde » tout en étant assez bonne représentante d’un chiraco-gaullisme gaulois d’avant l’UMP sarkozo-atlantico-financière.

            Ce serait de plus assez singulier mais ô combien significatif, au pays de la loi salique mais aussi de Jeanne d’Arc, d’assister à un duel de femmes pour la couronne de France. En tous cas, si c’est Sarko qui reste en lice à droite, il est mort d’avance face à notre Royal(e) lorraine. Tout comme les occupants anglo-saxons de 1429. L’enthousiasme populaire est une donnée qu’il ne faut pas sous estimer.

            Certains parallèles de l’histoire troublent la vue au point qu’on ne les voit même plus.

             smiley


          • ZeBob (---.---.67.173) 21 novembre 2006 07:56

            « face à notre Royal(e) lorraine »

            C’est vrai, depuis que je l’ai vue au Grand Jury-RTL-Le Monde, je pense aussi que c’est une quiche : son discours sonne complètement creux, je n’en reviens même pas que les militants PS aient pu la choisir smiley


          • Moi même (---.---.98.102) 21 novembre 2006 11:03

            Depuis le référendum, les militants socialistes ont prouvé qu’ils ne réagissaient qu’en fonction des sondages. Leurs convictions passent bien après.


          • Ploum (---.---.215.86) 20 novembre 2006 15:06

            « La désignation tombe à pic aussi, au moment où l’intégrisme religieux reprend du poil de la bête. »

            Ouais, en attendant Mme Royal au moment « des caricatures » a quand même déclaré « je ne laisserai pas caricaturer Dieu ». En 1989, avec Lang, elle pétitionnait contre l’application stricte de laïcité à l’école (voile) (bon, apparement elle a changé d’avis depuis).

            C’est certes une femme et ça ne plaira pas à certains intégrismes, mais néamoins elle reste traditionaliste et va certainement adopter une position mi-figue mi raisin avec la religion smiley


            • (---.---.162.15) 20 novembre 2006 16:10

              « Enfin, dans cette »société du spectacle« qui consacre la séduction, le charme, les apparences, la communication comme des valeurs de référence, voire des canons de la réussite, Ségolène Royal... ».

              Joli plaidoyer pour ne pas voter pour la dame aux caméras.

              Même si l’auteur emploie un tel argument au 1er degré !... Eh oui, c’est un journaliste, un communicant...

              Sachons nous débarasser de tels artifices.

              Am.


            • caturia (---.---.31.223) 20 novembre 2006 16:29

              Mme Royale en proposant que les enfants fassent leurs devoirs à l’école sous le contröle de professeurs a fait une chose extraordinaire, garantir un avancement de tous les élèves y compris les plus démunis souvent incapables d’être suivis par leurs parents et n’ayant pas la place et le silence nécessaire pour l’étude. Elle aussi parlé d’avancement de l’ Europe « par la preuve. » et non par le bla-bla.

              Il n’y a aucune raison de vouloir avoir en face d’elle M.Sharkozy dangereux personnage qui s’attaque aux jeunes et tient un discours de provocation.Il serait de loin préférable qu’il y ait un candidat de droite normal et non un dangereux provocateur dont la place n’est pas en France.


              • Graindesable (---.---.16.10) 21 novembre 2006 20:16

                A Cari(ca ?)turia Ca ne sait même pas écrire correctement le nom de sa candidate favorite et ça vient la défendre en pratiquant la caricature grossiére. Les « Jeunes » attaqués par le croquemitaine Sarkozy. Décidément, les fans de Cendrillon ne veulent surtout pas quitter leur conte de fée...


              • David972 (---.---.45.197) 20 novembre 2006 17:09

                Voilà un article qui montre claiement la défaite annoncée de Mme Royal en mai 2007 !

                Et oui, car cet article insiste clairement sur un fait : Ségolène Royal est une femme !

                Or, aucune femme comme Ségolène Royal n’a jamais été élue nulle part dans le monde.

                Bachelet au Chili ? Oui ! Mais Bachelet est divorcé et ne vit pas publiquement avec un homme. De plus, Bachelet a une belle corpulence qu’on pourrait qualifié de ’masculine’ avec des cheveux coupés cours notamment et une belle carrure.

                Merkel en Allemagne ? Oui ! Sauf que Merkel est de la même trempe que Bachelet au Chili et a pratiquement les mêmes caractéristiques avec notamment un mari quasi-inexistant même si on sait quelle est mariée.

                Gloria Macapagal-Arroyo aux Philippines ? Certes mais elle a là aussi pratiquement toutes les caractéristiques de Merkel et Bachelet avec un bon physique de barroudeuse presque avec une belle carrure entre autres.

                Quand a celle qui a été élue en Afrique, c’est encore pareil avec des caractéristiques peut-être même renforcées.

                On parle de Hilary Clinton aux Etats-Unis. Sauf que Mme Clinton sait trancher, qu’elle n’est pas mince physiquement entre autres...

                Bref, Ségolène Royal est populaire parce qu’elle est une femme. Mais c’est justement ce qui la mènera à sa perte. En effet, elle est trop femme. Personne ne lui demande d’être un homme. Mais c’est juste que sa carure n’est pas suffisante et qu’elle est trop féminine entre autres.

                Au moment de prendre le bulletin de vote dans les urnes, son statut de femme reviendra implacablement à la figure des Français. Et il y a les gens de la France profonde avec une grande majorité de ’machistes’. Non pas que ces gens n’aiment pas les femmes mais sont des conservateurs sociaux qui auront des réticences à donner les clefs de l’Elysée à une femme. Les sondages ne le ontrent pas car ces gens participent à dire qu’ils la trouvent bien car elle est couragesue de se battre et se surmonter le fait qu’elle soit une femmme. Mais ces gens ne voudront malgré tout pas donner tant de pouvoirs à une femme.

                Ce que je dis là n’a rien de machiste mais je constate juste une réalité. D’ailleurs, je le vois bien dans monentourage, dans les gens que je fréqente pour mon boulot... Je ne prétends pas donner un avis personnel mais juste faire la constatation qu’il y a un profond sentiment ’anti-femme’ dormant dans la France profonde qui s’éveillera sans aucun doute possible au moment du choix final.

                Ajouté à cela le fait que les résultats économiques déterminent pratiquement invariablement le résultat d’une élection, Ségolène Royal n’a guère de chances. Bref, cet article est magnifique car il démontre par a + b = c, probablement sans le vouloir, que Mme Royal ne sera point élue Président de la République française !


                • argotic (---.---.53.141) 21 novembre 2006 01:01

                  Parceque c’est une femme...Pure démagogie ! Non ce n’est pas parceque c’est une femme que les français vont voter pour elle, mais pour ce qu’elle dit. Mais on ne peut parler de ce sujet que si on a lu tout ce qu’elle dit sur tous les sujets...et ça forme un programme un peu plus consistant que le lbéralisme simpliste de Sarkosy !


                • Don JakchiraK (---.---.228.76) 21 novembre 2006 01:28

                  Ah bon, il y a une grosse différence de programme entre Marie-Ségolène et Nicolas......

                  C’est fou ce qu’on apprend chaque jour...


                • Yvance77 (---.---.65.28) 21 novembre 2006 02:00

                  A lire cela, je me demande s’il ne faut pas la carrure d’une Amelie Mauresmo, pour se présneter devant le peuple.

                  A mon avis non, c’est un long chemin qui a commencé au nord et qui vient vers le sud maintenant plus machiste oserais-je.

                  Dans les pays scandisnaves les femmes dans la société civile et politique occupe des hautes fonctions, et même des chefs de gouvernement.

                  La Tatcher elle aussi a creusé le sillon pour d’autres ... même si la Ségolène porte les talons hauts et est plutôt fine des hanches, je ne me fais aucune illusion, que la carapace pour la bataille elle va l’avoir.

                  Ségo n’a rien à voir avec un physique de nageuse de l’ex RDA ou d’un épouvantaul à moineaux ... mais elle s’en sortira trés bien ainsi.


                • fawad 20 novembre 2006 20:20

                  Etant plus a tendance Sarkozyste, je trouve votre article très bien réalisé... Comme quoi. Il est presque domage que l’on mette sans arret cette spécificité de « femme » en avant, comme quoi c’est une révolution, etc... car je pense que c’est en partie ce qui pourrait la faire perdre. Car le peuple peut dire dans des sondages « j’aime bien cette personne », mais en réalité ne voudra pas voter « JUSTE » pour une femme. Il faut-être réaliste, je ne veux pas plus d’un homme que d’une femme au pouvoir, je veux un président, et je pense que tout le monde, en majorité, s’en contre fous également.

                  Maintenant il est évident qu’il n’y a pas que cela qui pourrait la faire échouer, je dirais simplement « programme socialiste applicable obligatoirement, et son programme médiatique applicable obligatoirement » Et vu que les 2 sont en opposition, il va y avoir un problème, et lors des débats, il va y avoir un assasinat sur ce sujet, autant être clair.

                  Bref, pour que les agoravoxiens (majoritairement Bayroutiste je crois) s’acharnent sur le bouton OUI ci-dessous, je place un « Nicolas Sarkozy Président avec le programme économico-sociale qui va bien ». smiley


                  • duong (---.---.123.107) 20 novembre 2006 20:59

                    Son atout essentiel c’est la volonté d’alternance.

                    Mais sinon tous les sondages montrent qu’il y a beaucoup plus de gens qui sont QUASIMENT CERTAINS de voter Sarko au 1er tour que Royal, alors que ceux qui ont l’intention de voter Royal ne sont pas du tout certains.

                    C’est beaucoup plus solide chez Sarko car il est sur le devant de la scène depuis des années et il a eu des coups très durs à affronter, de la révoltye des banlieues au CPE.

                    De plus, un sondage du CEVIPOF (bcp plus sérieux que les sondages classiques, et échantillon beaucoup plus gros : 5647 !) montrait que 27% des Français le considéraient comme « la personnalité politique la plus proche d’eux » contre seulement 17% à madame Royal : http://www.cevipof.msh-paris.fr/bpf/barometre/vague2/BPFV2_R15579_Ensemble.pdf (dernière page)

                    Un autre sondage un jour après le vote des militants socialistes montrait qu’elle était soutenue par les Français : 1. parce qu’elle était une femme 2. parce qu’elle était « contre les éléphants » 3. avec seulement 18% parce qu’elle était « proche des préoccupations des Français »

                    Alors le mythe de la Ségolène populaire car « proche des gens » en prend un coup !! On n’en est pas là !! Une fois en vraie campagne, quand elle ne sera plus la candidate « anti-éléphants », les choses seront beaucoup plus difficiles.

                    Et il n’est pas du tout évident que Royal rassemble toute la gauche au 2e tour, même contre Sarkozy, car franchement la différence avec Sarkozy n’est pas du tout évidente, et certains préfèrent que leur adversaire ne s’affiche pas dans le même camp, et voudront inciter le PS à revenir à ses valeurs de base ! Quand on est vraiment désespéré, Sarko ne fait pas peur. Et quand on regarde vraiment les propositions, franchement elle fait tout aussi peur. Et même encore plus parce qu’elle peut provoquer des conflits sociaux ou internationaux par sa simple maladresse et sa manière de provoquer (par exemple, sur les profs Sarko prévoit d’augmenter le soutien par volontariat rémunéré, madame Royal, elle, ne s’encombre pas de propositions aussi « raisonnables » ! la Grosse Bertha ! Pareil sur l’IRan ... quand on compare avec MErkel c’est le jour et la nuit niveau intelligence diplomatique et subtilité !). JE dis toujorus qu’il faudrait enregistrer les propos de Ségolène Royal avec la voix de Sarko : ça serait une révélation pour beaucoup !

                    Enfin, Sarkozy me semble favori ... seule une candidature de Villepin pourrait vraiment le plomber, mais ce serait un coup bas tellement évident que si ça marchait, c’en serait fini de la carrière de Villepin ! Et puis qui dit que Chevènement et les candidats de la gauche anti-libérale non déclarés dans les sondages ne feraient pas dans ce cas le même score que Villepin ?


                    • Popeux (---.---.100.176) 20 novembre 2006 21:08

                      J’ajouterai à votre intervention que je n’aimerai pas etre à la place de ségo.

                      Elle a mangé son pain blanc, elle se retrouve avec un choix difficile pour les prochains mois.

                      Soit elle se rapproche du PS comme le propose Hollande et le mythe de la blanche collombe au dessus des partis s’effondre. Ou bien elle reste sur son petit nuage et se coupe des cadres socialistes, qui contrairement au militants sont beaucoup plus attachés au « projet » qu’elle égratigne un peu plus de jour en jour.


                    • Graindesable (---.---.153.177) 20 novembre 2006 22:22

                      Oui mais justement si elle arrivait (ce n’est ni un souhait, ni un regret juste une possibilité) à jongler avec ces deux courants, si elle arrivait à faire le synthése, ce serait assez difficile pour N. Sarkozy de la battre. Et puis rappeler vous le François Mitterrand, homme au passé de droite et à la mentalité de droite, se faisant deux fois élire en se présentant comme un homme de gauche. Il y avait chez lui une sorte de contradiction parfaitement acceptable pour les français. Parce qu’il faut bien admettre que les français sont ni clairement de gauche ou clairement de droite et ce petit jeu des cohabitions de ces derniéres années n’a fait que le prouver. En d’autres termes, rien n’est joué. Et les mois qui vont suivre vont être cruciaux.

                      Nèanmoins, on peut aussi se rappeller l’expérience de Sarkozy. Un vieux routier de la politique, proche de Chirac pendant son ascension et proche de Balladur lors de sa cruxifixion. En bref, qqun qui a une expérience dans ce domaine. Est-ce un hasard si on retouve dans le passé de Ségolène une expérience dans le cabinet de F. Mitterrand dans les années 80... C’est pour ça que je me dis qu’on a pas tout vu avec ces deux poids lourds. Et Sarkozy a un léger avantage dans ce domaine, une plus grande expérience du pouvoir et surtout l’occupation de postes clés.

                      Enfin, je ne pense pas que le danger pour Sarkozy viendra de son camp. Ils (chirac, debré, Villepin et autres vieilles canailles...) s’applatiront, je pense, comme les éléphants socialistes se sont platement étalés devant S. Royal. (a se demander si les militants n’ont pas lutôt voté contre...) D’ailleurs, à les entendre se manifester ces derniers temps, on a l’impression d’assister au remake des primaires des socialistes dans le camp de l’Ump cette fois ci.


                    • Popeux (---.---.100.176) 20 novembre 2006 23:15

                      J’ai bien peur que la vrai campagne ne nous echappe. Les grandes manoeuvres ont surement déjà commencé.

                      Chacun avance ses pieces d’artillerie à distance de tir mais attend le bon moment pour faire feu. A l’américaine. A coup de vidéos pirates et de dossiers plus ou moins fumeux et confidentiels.

                      Sego avait commencé à deminer le terrain avec la fausse fuite sur son térroriste d’état de frère. Elle doit savoir que sarko et sa fine équipe ont epluché minutieusement son dossier et attendent le bon moment pour lui jeter les casseroles à la figure.

                      Qu’elle profite du calme jusqu’a janvier pour se reposer un peu. Et trouver un projet pour la France, ça pourra servir on sait jamais...


                    • argotic (---.---.53.141) 21 novembre 2006 01:16

                      Si vous voulez un projet pour la France lisez ce qu’elle a dit sur tous les sujets...il vous faudra un certain temps ! Mais aprés tout, un présidentielle c’est essez important...


                    • Norge [Ici VanGuard Valhall] (---.---.113.30) 20 novembre 2006 21:21

                      Le candidat Royal conduit sa campagne électorale contre le Troll « ALIAS étant assis » le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy(« Det kommer til å være avgjørende i de tøffe kampene mot den andre presidentkandidaten, som trolig blir den sittende innenriksministeren Nicolas Sarkozy »(www.sa.no 20.11.2006).

                      re :« Ségolène Royal est le plus redoutable des adversaires pour Nicolas Sarkozy »(« Ségolène Royal, une image d’avance » par Stephane Rossard Agoravox lundi 20 novembre 2006).


                      • Le péripate Le péripate 20 novembre 2006 22:41

                        Ah oui, voter pour une femme... Margareth Tatcher, Marine Le Pen, Arlette Laguiller, Benazir Butto, et j’en oublie... quelle preuve de modernité... Et si elle était homosexuelle, gauchère, voire myopathe, ce serait si moderne...

                        Le Péripate.


                        • sarkosego (---.---.121.162) 20 novembre 2006 23:32

                          L’un des atouts de ségolène royal est la peur qu’inévitablement engendre Sarkozy... Un autre atout est la division de la droite....Entre sarko et sego, Villepin et Chirac recommenceront 81 : ils voteront et feront voter Ségo car ils pensent qu’elle pourra s’effondrer.


                          • Graindesable (---.---.16.10) 21 novembre 2006 20:46

                            « la peur qu’inévitablement engendre Sarkozy » chez qui ? Chez vous, chez la gauche showbiz, (admirateurs) des « zivas », les gauchistes, une majorité de fonctionnaires quasi inféodée à la gauche sans le moindre esprit critique ou la moindre auto-critique, les gens de droite « tendance gaullistes » (une farce, une formule pour masquer la haine contre une personne.) et tous les gens qui les écoutent aveuglément... Ca fait combien tout ça chez Ipsos ?

                            Je ne suis pas parculiérement fan de Sarkozy mais les questions qu’il pose m’intéressent (la justice dont Outreau n’est que la face visible de l’iceberg, la loi de 1905 et plus largement la question de la religion en France, la question des mineurs et leur impunité, l’immigration et les changement qu’il va falloir accomplir, la discrimination positive dans une France apartheidisée dans certaines régions, le problème du chômage en France par rapport à ses voisins). Des questions qu’on a longtemps évité ou qu’on a fait semblant de traiter et qui nous reviendront à la gueule quel que soit le candidat qui gagnera cette présidentielle. Et j’ai bien peur que ce ne sera pas uniquement par de simples bulletins de vote que les mécontentements se manifesteront...

                            Etrangement, pour d’autres le plus important, c’est le pouvoir d’achat et l’environnement. Mouais, ça me rappelle l’orchestre qui joue encore et encore alors que le Titanic est en train de couler.


                          • argotic (---.---.53.141) 21 novembre 2006 00:35

                            Ce qui est écrit là est un peu léger. Dire par exemple que Ségolène Royal a une vision floue de la France est un peu du matraquage de cerveaux. Si il y a quelqu’un qui a bien vu les problèmes des français c’est elle plus que les autres prétendants ! Si elle voit flou, elle risque alors d’avoir face à elle au 2ème tour un aveugle ! Seul un aveugle peut envoyer les CRS dans les banlieux difficiles. Ou alors un imbécile ou un provocateur et dans tous ces cas nous ne sommes plus dans le domaine de la Politique...


                            • DomR (---.---.72.57) 21 novembre 2006 01:14

                              Bonsoir,

                              L’atout no 1 de Royale serait d’être une femme...

                              La belle affaire, c’est évidemment un raisonnement bien trop court...

                              Derrière la femme, c’est en fait la « nouveauté », cad la perspective d’une autre façon de faire de la politique qui est ressentie. Et tout son discours et sa « méthode » sont basés sur cette ligne... d’où le succès.

                              La bonne question à se poser à son sujet me parait devoir plutôt être : est-elle vraiment ce qu’elle veut paraître ?

                              Sur sa maîtrise du « fond », en ce qui me concerne, j’avoue que j’hésite.

                              Quand j’écoute ses interventions de types préparées, comme sur TF* ce soir, elle est à l’aise et maîtrise parfaitement son sujet et ses interventions. Mais l’on sait tous que les questions sur ces plateaux sont connues à l’avance.

                              En intervention de type « live », je demande à voir.

                              Quant à un débat face à face, comme Bayrou/le Pen l’autre soir (bravo Bayrou, il m’a bien bluffé), j’ai un peu plus de doutes...

                              Quant à son programme : aucun candidat n’a -à ce stade- ni dévoilé, et encore moins arrêté le sien... à six mois des élections, ce serait par ailleurs suicidaire...

                              DomR


                              • ijiste (---.---.236.162) 21 novembre 2006 01:15

                                C’est fou non ? Tous les candidats sont appelés par leur nom (Sarko, Bayrou, DSK) sauf ... Ségo ! Ségo, la femme d’à coté, la copine, la soeur, la collègue ... le seul fait de lui adjoindre un diminutif la rend sympa cette Ségo là. Sourire très bright, faculté pour les mal comprenant d’assimiler ses mots « c’est vous amis citoyens qui déciderez de ce qui est le mieux pour tous », ultra douce et féminissime dans un monde de bêtes politiquement sauvages ... Ouais,ouais.

                                Oukilest votre programme, amie Ségo ? Quid de la politique étrangère, de l’économie ? Saurez-vous vous entourer de vrais experts au risque de vous faire manger toute crue ? Où, comme le dit une rumeur, votre François pousse-t’il votre charisme sur l’avant de la scène pour diriger en coulisses à la façon socialiste ?

                                J’ai bien peur que le grand méchant loup Nico pèse plus lourd dans la raison des citoyens que tout le coeur d’une jolie bergère.

                                Quant à Dominique, j’ai un proverbe : « Premier ministre en novembre, de mai ne doit rien attendre ».


                                • didier (---.---.156.214) 21 novembre 2006 10:35

                                  Depuis quand, dans une démocratie, ce ne sont pas les citoyens qui décident ?


                                • Zam (---.---.197.85) 21 novembre 2006 01:26

                                  Y’en a marre du terrorisme intellectuel pro-femmes qui règne depuis qeulques années !

                                  Voter pour une femme parce qu’elle représent des options pour lesquelles on se bat ou qu’elle inspire confiance, oui ; mais voter pour une femme parce que c’est une femme : on est mal parti !

                                  Bref je veux bien voter pour Vandana Shiva (c’est bien sûr théorique, elle est indienne, et n’est pas dans la politique stricto sensu) mais pour la Ségo, certainement pas !


                                  • David972 (---.---.56.60) 21 novembre 2006 01:34

                                    Que les choses soient bien claires. 2007 n’est pas 1981...

                                    Voici ce qu’on peut lire sur certains sites comme Wikipedia.org... Pour ceux qui douterait de ce site, sachez qu’il ets considéré comme la deuxième encyclopédie gratuite de la planète et la plus sérieuse avec celle qui la devance.

                                    Cette mise au point effectuée, voici ce qu’on peut lire : "Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing est marqué par les conséquences des chocs pétroliers qui brisent la dynamique des Trente glorieuses. Devant la nécessité d’économiser l’énergie, le président instaure en 1975 le changement d’heure pendant les mois d’été, une mesure qui permet d’économiser 0,5% d’électricité en limitant les besoins d’éclairage. Cette période est aussi marquée par l’apparition du chômage de masse, que le gouvernement de Raymond Barre échoue à juguler (1,5 millions de chomeurs à la fin de l’année 1980). En 1977, le président envoie des troupes parachutistes à Kolwezi au Zaire, afin de libérer les occidentaux pris en otage par des rebelles au gouvernement zairois. La fin du septennat est marquée par le « scandale des diamants » que le président Giscard d’Estaing avait reçu en cadeaux lors de visites officielles qu’il avait effectué en République Centrafricaine. La valeur de ces diamants, offerts par Jean Bédel Bokassa, avait été estimée à 1 million de francs par le Canard Enchaîné. Cette affaire et la défense maladroite de Giscard sont considérés comme l’une des causes de sa défaite à l’élection présidentielle de 1981 face à François Mitterrand qui l’avait accablé de surnoms comme le « monsieur chômage » ou « l’homme du passif ». Diverses autres affaires éclaboussèrent le septennant dont l’affaire Jean de Broglie, l’affaire Robert Boulin, l’affaire Fontanet, la libération d’Abou Daoud, l’affaire de Vathaire, l’affaire des avions renifleurs (révélée en 1983).

                                    Voilà les causes de la défaite : le chômage de masse que personne n’a pu alors résorber et tous les scandales. Pourquoi pensez-vous que Mitterand a appelé Giscard Monsieur Chômage si Mitterand ne pensait pas que ce serait décisif ?

                                    Personne ne conteste là le fait que le fait que Chirac ait appelé à voter Mitterand ait fait perdre Giscard. Simplement, je dis qu’il faut arrêter de parler de ça comme si c’était Chirac a lui tout seul qui avait fait perdre Giscard. La défaite de Giscard est due à plueieurs paramètres : d’abord l’augmentation massive du chômage, puis l’incapacité de Giscard a le résorber, ensuite tous les scandales et bien sûr enfin l’appel de Chirac.

                                    Bref, l’appel de Chirac a eu un effet certain mais minime. De plus, en 1974 il n’y avait point encore de RPR... Chirac pouvait donc parler. De plus, en 1995 par exemple, l’accord tacite entre Balladur et Chirac était que Balladur allait à Matignon mais que Chirac serait candidat à l’Elysée en 1995 et qu’il nommerait Balladur à Matignon. Chirac voulait en effet ne pas trop s’exposer et subire une troisième cohabitation. Mais Balladur, QUI NE TENAIT AORS PAS LA DIRECTION DU RPR, a décidé de se présenter seul sans le parti qui avait alors pour candidat légitime Chirac. C’est donc plutôt Balla dur qui était le diviseur...

                                    En 2007, les circonstances seront bien différentes : Chirac ne se représentera point, Villepin est premier ministre et aurait pu faire comme Balladur en 1995 sauf qu’il n’y a plus d’espace politique pour cela avec une gauche forte et aussi parce que Villepin est cuit à cause de Clearstream et du CPE, Alliot-Marie pourrait y aller mais elle ne fera pas le poids, elle n’a aucun réseau, elle n’a pas le parti, sans compter que comme illepin si elle allait, sa carrière politique serait de toute manière terminée après une telle division : le candidat dissident fait un bon score et le candidat UMP officiel et lui sont éliminés au premier tour. Le candidat dissident est alors clairement perçu comme le diviseur et il n’a plus d’avenir. Soit le candidat officiel UMP est au second tour et le candidat dissident fait une très faible score. Le candidat dissident est alors exclu de toute manière.

                                    Si il ny a qu’un candidat UMP sans dissident et que le candidat UMP perd au second tour, le patron d uparti gardera la main car il pourra prétexter que la synthèse l’a emp^eché d’avoir codées franches pour la rupture, il pourra dire que les chiraquiens l’ont fait perdre par leur harcèlement, il pourra faire valoir le fait que Chirac s’y est pris à plusieurs fois...

                                    Bref, lissue est claire : seul Sarkozy sera candidat et ni Chirac ni Villepin ni Alliot-Marie ne le seront ! De plus, il faut maintenant, après tout ce que je vous ai appris par la preuve, arrêter de dire que c’est Chirac qui a fait perdre Giscard. Chirac a participé à la défaite mais il n’ets pas celui qui a fait perdre Giscard !


                                    • (---.---.3.30) 21 novembre 2006 10:36

                                      sauf que sarko n’est pas crédible et on n’en veut pas !


                                    • castille (---.---.114.36) 21 novembre 2006 07:43

                                      Eh oui, c’est difficile d’accepter ceux que l’on a fait taire pendant des millénaires. Cependant le 21 éme sera féminin ou bien il ne sera pas...


                                      • Bip-Bip (---.---.32.59) 21 novembre 2006 09:09

                                        L’auteur de cet article doit certainement être un nouveau adhérant à l’UMP. Pour lui, il n’y a pas de Projet socialiste, il n’y a que l’image d’un Femme « Ségolène Royale » qui devra faire face à un Projet ambitieux qui serait celui de l’UMP. Pour lui, Le PS n’a qu’un seul et unique atout, c’est celui d’avoir élu une femme pour le réprésenter pour l’élection présidentielle. Dites nous pourquoi Alors, S. Royale est considéré comme à droite de la Gauche ? Est-ce par-ce que c’est une femme ou est-ce parce que la politique qu’elle voudrait mettre en place à un sens et que celui-ci s’appui sur un vrai programme ?


                                        • (---.---.138.242) 21 novembre 2006 09:25

                                          Ségolène Royal, une image, certes mais le son est encore très mal reglé...

                                          Peut-être que d’ici janvier, février, les techniciens du PS sauront remedier à tout ces petits soucis techniques.

                                           smiley Nono

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès