Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Services publics, dernière ligne droite avant liquidation…

Services publics, dernière ligne droite avant liquidation…

 Sous l’ère Sarkozy, le gouvernement a conduit un plan de casse sans précédent de la Fonction Publique et des services publics. Plus de 150 000 emplois supprimés en cinq ans dans la Fonction Publique de l’État, Révision Générale des Politiques Publiques, abandon de missions et privatisations, remise en cause du statut, allongement de la durée de la cotisation et de l’âge de départ à la retraite, gel des salaires et recul du pouvoir d’achat des fonctionnaires… les mauvais coups n’ont cessé de pleuvoir. Et, les « merdias » aux ordres de la propagande libérale ont largement contribué à véhiculer une image caricaturale du fonctionnaire.

En 2012, avec l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle majorité élue pour mettre en œuvre le changement, l’espoir était permis, mais dans les faits, nous constatons le prolongement des politiques antérieures au nom de la résorption de la dette publique. Le but recherché n’est pas de rembourser la dette mais bien de privatiser, de plus en plus, de plus en vite, y compris ce qui ne l’a pas encore été, de contrôler ce que nous mangeons et cultivons, et pourquoi pas de taxer l’air que nous respirons, et qu’ils nous laissent gratuitement pour le moment dans leur immense bonté. La dette n’est pas le but mais le prétexte.

En France, comme en Europe, la Fonction Publique constitue un cœur de cibles des politiques libérales. Il s’agit tout bonnement de faire payer aux populations la crise d’un système économique et financier qui profite à une minorité de privilégiés. Ces privilégiés qui envisagent d’en terminer avec les services publics. En ce moment même, des « experts » en libéralisme travaillent à Bercy pour élaborer des scénarios qui visent à démembrer l’essentiel d’entre eux et ne laisser au final dans les mains de l’Etat uniquement les services publics strictement régaliens, tels que l’armée, la sécurité et la justice, qui constituent l’essentiel de l’appareil répressif qu’ils entendent continuer à maîtriser.

Il est grand temps d’exiger de mettre en œuvre la satisfaction des besoins des populations. De replacer l’intérêt général au cœur des politiques publiques et d’agir à tous les niveaux institutionnels pour peser sur les grandes orientations économiques et sociales. Il est grand temps d’exiger une maitrise publique sur tous les services et les entreprises qui dépendent de l’Etat, dont la gestion doit associer la participation des salariés et des usagers afin d’assurer la transparence de leur fonctionnement.

Le service public est notre richesse. Tel est le message que nous devrions tous faire passer à une époque où, selon l’idéologie libérale dominante, les services publics devraient s’effacer au profit du marché roi. Sous couvert de modernisation et de révision générale des politiques publiques, tout devrait disparaître. Il n’est pas difficile de comprendre comment l’empilement de quantité de lois et de réformes plus ou moins médiatisées conduit à terme à la liquidation des services publics. Ces politiques conduisent inexorablement à la privatisation accélérée de l’administration et aux plans sociaux dans la Fonction Publique.

A l’Université, à l’École, dans les hôpitaux et tous les services de soins et de travail social, dans la petite enfance, dans les milieux de l’information, de la recherche et de culture, tout doit être remis en cause au nom du profit. Au nom d’une idéologie de « l’homme économique », le Pouvoir défait et formate notre société aux lois « naturelles » du Marché. Cette idéologie s’est révélée catastrophique dans le milieu même des affaires dont elle est issue et a toujours conduit à des crises et a des guerres !

Le but ultime des politiques néolibérales mises en œuvre est de faire passer ces choix de société par la lessiveuse commerciale. Le but est que ces choix de société ne remettent pas en cause le développement des échanges commerciaux. Donc forcément, tout est fait pour favoriser la rentabilité commerciale et les profits tirés des échanges, par rapport à la valeur qui est donnée aux services publics, à la protection des consommateurs ou celle des salariés. Il y a un renversement de la hiérarchie des valeurs au profit du seul aspect commercial considéré sous l’œil unique du profit !

Robert GIL sur 2ccr

« Lorsque tout sera privatisé, on sera privé de tout » … C. POURBIENTO

Voir aussi : SERVICES PUBLICS … où en est-on ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • P-Troll P-Troll 4 avril 2015 11:00

    « Le but recherché n’est pas de rembourser la dette »


    Surtout pas : on couperait les vivres des créanciers.
    La raison d’être de l’endettement des états envers les banques privées n’est pas l’alimentation en trésorerie des budgets, mais l’enrichissement de ces créanciers.
    Plus ces dettes seront élevées, plus l’enrichissement sera important.
    Peu leur importe de savoir s’ils sont en train de scier eux-mêmes la branche sur laquelle ils sont assis. Leur champ de vision ne dépasse pas le format des tableaux Excel.

    • Donbar 5 avril 2015 09:46

      @P-Troll
       Vrai, mais l’endettement a aussi la fonction de maintenir en survie artificielle un système déliquescent : il entretient les dépenses des ménages et des administrations, faute desquelles tout s’effondrerait.


    • zygzornifle zygzornifle 4 avril 2015 11:12

      la dette c’est comme la carie qu’entretient le dentiste véreux pour garder son client le plus longtemps possible ......


      • zygzornifle zygzornifle 4 avril 2015 11:13

        s’il n’y a plus de dette les employés-ouvriers vont demander les augmentations et du pouvoir d’achat et cela aucun gouvernement de droite comme de gauche ne le tolérera .....


        • Romain Hamel 4 avril 2015 17:03

          @zygzornifle

          C’est pourquoi la dette sert de motif valable au renflouement des banques et à la diminution des dépenses publiques.


        • lsga lsga 4 avril 2015 16:56

          Mais VIVEMENT BORDEL ! VIVEMENT !

          que cette saloperie réactionnaire d’État Providence instauré par Bismarck CRÈVE ENFIN !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 avril 2015 09:55

            @lsga
            En France, le modèle social est dû aux grèves de 36 et au programme du Conseil National de la Résistance.


          • mmbbb 4 avril 2015 20:36

            Je m’etais emporte contre Semperio l’ideolgue de gauche qui osa d’un commentaire meprisant me traita qu’un moins que rien L l’ecole publique a ete sabordee par des salopes de son genre j’eusse aime aller a l’ecole privee l eocle publique un doigt d’honneur


            • devphil30 devphil30 5 avril 2015 08:10

              @mmbbb

              Effectivement cela aurait été utile que tu ailles à l’école ...............

              Tu devrais prendre un calmant avant d’écrire et de réfléchir au sens de ton intervention et surtout de son bienfait au débat sur le sujet ....

              Philippe


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 avril 2015 09:12

              « Les politiques néolibérales mises en œuvre », doivent sûrement tomber du ciel...
              On reconnaît bien l’article d’un européiste de Gauche qui protège tant qu’il peut l’ Union européenne et fait porter la responsabilité sur les gouvernements marionnettes !

              Articles des Traités qui vont en finir avec le modèle social français :

              ** Article 121 du TFUE : la Commission européenne élabore les politiques économiques des 28 pays.
              Les GOPé pour les 28 pays 


              ** Et la feuille de route pour la France :
              - privatisations des biens publics
              - fin de la Sécurité sociale etc

              ** Grâce à l’article 106 du TFUE : démantèlement des services publics

              ** Articles 168 & 169 du TFUE qui soumet la santé aux impératifs de rentabilité des marchés.

              ** Articles 5 et 121 qui vont en finir avec les retraites par répartition.

              C’est le but de l’ UE et de la zone euro : en finir avec les Etats providence !
              On se demande bien comment des gens qui se disent de Gauche peuvent confondre la politique de Tchatcher et l’Internationalisme ??

              • agauchtoute agauchtoute 5 avril 2015 09:30

                 QUAND ils seront 60000 dix fois moins seront ils payé 10 FOIS PLUS avec cumuls ????

                on devait interdire aux avocats d’affaires et gerants immobiliers d’etre élus que devient ce projet ????

                PERDU DANS LES OUBLIETTES DE L’ ASSEMBLEE ?????


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 avril 2015 09:59

                  @Auteur

                  Requête refusée !!!

                  Les Français, malgré l’échec du pendule Gauche-Droite, viennent de redonner ( incroyable !!!) confiance à Sarkozy qu’ils avaient accablé à juste raison de 2007 à 2012 pour sa mauvaise gestion des affaires publiques !!! Et c’est aussi au moment où le peuple Français se trouvé trahi par les Gauchistes qu’il refuse l’alternance, la véritable alternance ! Ainsi donc, le peuple sans mémoire renoue avec l’étroitesse et la petitesse et vous, vous parlez de « services publiques » ???

                  C’est trop tard, le peuple valide la haute trahison et accepte de mettre les idées et le programme du Front National sur le compte de Sarkozy qui lui n’en a plus depuis déjà longtemps  : Et la légitimité vous en faites quoi ?

                  Il reste l’échéance de 2017, et après cela la société française prendra le chemin irréversible, soit le redressement soit la fuite vers la médiocrité !


                  • Donbar 5 avril 2015 09:59

                    Il ne s’agit pas d’’’exiger«  », Robert Gil, (de qui, comment ?) mais d’obtenir, d’imposer, par la prise de pouvoir en vue de la dénonciation des traités et de la mise au pas du capitalisme. Il ne se passera rien en 2017 si la population continue d’espérer tant soit peu du système actuel et si une autre perspective ne lui est pas offerte. Dénoncer les conséquences sociales néfastes, ce à quoi vous vous employez beaucoup, n’est pas inutile, mais il faut agir plus en profondeur sur les esprits.
                    Cordialement.


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 avril 2015 10:36

                      @Donbar (---.---.---.89) 5 avril 09:59

                      La meilleur façon d’agir en profondeur et dans les profondeurs de tous les esprits est de dire qu’il ne faut pas voter pour les mêmes qui ont trahi et qui ont la fierté d’avoir trahi !!!

                      Or le peuple semble valider la haute trahison et accepte imperturbablement le pouvoir du leurre démocratique !


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 avril 2015 11:09

                        @Mohammed MADJOUR
                        Vos avez raison, faut voter pour l’ UPR qui a des solutions autrement plus constructives que de diviser les Français avec l’immigration et de servir la soupe au Pentagone comme le fait le FN.
                        «  Le jour d’après la sortie de l’ UE » .


                      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 5 avril 2015 20:11

                        L’article valide l’immobilisme de Hollande. Si c’est vraiment ce que les gens souhaitent, on n’est pas sorti de l’auberge !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès