• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Seul moyen de contrer Macron : une Union de la Gauche de Progrès

Seul moyen de contrer Macron : une Union de la Gauche de Progrès

En politique, il convient de ne jamais sous-estimer les qualités d’un adversaire, et encore moins sa capacité de mobilisation. Le sondage Odoxa publié le dimanche 26 février montre clairement que Macron bénéficie d’une dynamique, contrairement aux affirmations de nombreux intervenants qui, sur ce site comme sur d’autres, ont tendance à prendre leurs désirs pour des réalités, et un candidat qui monte en puissance pour une « baudruche  ». Or, ce n’est pas de cette manière que l’on peut combattre efficacement un adversaire politique...

JPEG - 136.8 ko
Macron, Hamon et Mélenchon (Photo Europe 1)

Il y a quelques jours, deux habitués d’AgoraVox, soutiens déterminés du candidat de l’UPR, affirmaient n’avoir « jamais rencontré de personnes soutenant Macron ». Je leur avais répondu qu’« ils n’avaient pas bien cherché » car j’en connaissais personnellement deux dans mon propre voisinage, l’un étant un ex-militant de l’UMP résolument opposé à Fillon, et l’autre un électeur socialiste pro-Valls n’ayant pas digéré la victoire de Hamon lors de la primaire du PS.

Depuis ce jour, ce sont plusieurs autres personnes de ma connaissance – mais pas de mes amis politiques – qui ont annoncé leur ralliement à Macron. Rien d’étonnant à cela : les comités En Marche ! sont en train de se multiplier dans la région, et le nombre de leurs adhérents ne cesse d’augmenter comme en témoigne cet article de Ouest-France (lien) qui fait état du comité de ma propre ville de Dinan (déjà une centaine d’adhérents) et mentionne ceux, tout proches, de Broons et de la vallée de l’Arguenon. Il s’agit là de faits facilement vérifiables, et d’un phénomène qui n’est évidemment pas propre à Dinan et ses environs : d’après les échos qui parviennent à mes oreilles, de tels comités voient le jour un peu partout en Bretagne, et cela vaut sans doute également pour de nombreuses autres régions françaises.

À cela vient s’ajouter la tentation du vote utile pro-Macron auquel appelait d’ailleurs dimanche midi Cohn-Bendit dans l’émission « Questions Politiques » de France-Inter, au motif que Hamon ne sera pas en situation de se qualifier pour le 2e tour de la présidentielle. Or, l’ex-député européen écologiste n’est pas le seul à penser ainsi. Il suffit, pour s’en convaincre, de surfer sur le net et sur les réseaux sociaux où l’on peut lire des commentaires comme celui-ci, glané sur le site CentPapiers : « Si ça continue comme ça, je pense que je finirai par voter à contrecœur Macron au 1er tour, par pure stratégie, la stratégie du moins pire, afin d'éviter Fillon et/ou Le Pen. »

Des citoyens qui pensent ainsi et s’apprêtent d’ores et déjà à un vote utile en faveur de Macron, sans doute y en a-t-il de plus en plus. À cet égard, le sondage Odoxa-Dentsu consulting publié dimanche pour le compte de France 2 (lien) marque peut-être un tournant décisif dans la campagne. Les estimations de vote (à ce jour) montrent en effet une évolution spectaculaire avec une Le Pen à 27 % devant un Macron à 25 % et un Fillon, plus que jamais englué dans son marécage nauséabond, à... 19 %. Nul ne sait si cette tendance sera confirmée dans les prochaines enquêtes, mais la dynamique est incontestablement du côté du candidat de En Marche !

Dans de telles conditions, il est plus que jamais illusoire de penser qu’un candidat de gauche puisse accéder au 2e tour de la présidentielle. Seule une alliance entre l’aile gauche du Parti Socialiste, désormais soutenue par EELV, et la France Insoumise peut faire échec à la victoire annoncée d’un candidat de droite. C’est le principe d’une telle alliance, basée sur les très nombreux points de convergence entre les programmes de Hamon et de Mélenchon, que je défendais dans un article publié le mercredi 22 février : Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Une telle alliance ne pourrait évidemment être en aucun cas un ralliement de la France Insoumise au Parti Socialiste, mais le résultat d’une négociation paritaire équitable engagée dans le seul but de servir les intérêts des classes populaires en se donnant les moyens d’une victoire à la présidentielle. Avec à la clé un candidat unique et un « programme commun » renaissant qui, hors étiquettes du PS et de la FI, pourrait voir le jour dans le cadre d’une « Union de la Gauche de Progrès (UGP) ».

Dans le sondage Odoxa, le total des intentions de vote de Hamon (13 %), de Mélenchon (12 %) et de Jadot (2 %) culmine à 27 %. En admettant qu’une telle alliance suscite une inévitable déperdition de voix, ce total n’en permettrait pas moins de concurrencer Macron et de donner une chance réelle d’accession au 2e tour à la gauche de progrès. Dès lors, la question qui se pose est simple : faut-il coaliser toutes les énergies pour mettre en œuvre cette UGP et avoir une chance d’éviter aux classes populaires de nouvelles régressions de leurs droits sociaux ? ou a contrario s’enfermer dans un corpus idéologique, certes respectable, mais appelé à rester lettre morte ?

À chacun de juger, en son âme et conscience.


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

247 réactions à cet article    


  • fred fred 27 février 08:23
    (une chance réelle d’accession au 2e tour à la gauche de progrès)... ?
    Il est gentil Fergus de croire encore que la gauche existe..alors que ce n’est plus qu’un ramassis de perdreaux-véreux qui ne pense qu’à leur carrière plutôt que de s’occuper des Français...Bon à droite c’est la même chose...Conclusion faudrait que le « brave » peuple s’achète enfin quelques neurones pour éviter de confondre leurs chiottes avec les urnes de la raie publique...On peut rêver... !

    • Fergus Fergus 27 février 08:59

      Bonjour, fred

      « Il est gentil Fergus de croire encore que la gauche existe »

      Oui, la gauche existe : celle qui est constituée de millions de Français en demande de justice sociale. Et elle a cette année une opportunité d’accéder au pouvoir, en rupture avec le libéralisme antérieur, sur un projet qui réponde réellement aux attentes des classes populaires.

      A condition, pour les responsables politiques, de mettre les ego en sommeil et de procéder à une synthèse des propositions sur laquelle promouvoir un programme commun sous étiquette neutre.

      Si comme Hamon l’affirme depuis hier soir, toute possibilité d’alliance est désormais définitivement rompue avec Mélenchon, alors ce sont les classes populaires qui en paieront le prix fort car le pouvoir restera dans les mains des tenants de cette droite libérale douce avec les puissants et dure avec les faibles.


    • fred fred 27 février 09:17

      @Fergus....La vraie gauche...c’est Nathalie Arthaud personne d’autre..tous les autres sont des imposteurs !


    • Laulau Laulau 27 février 09:29

      @Fergus
      pour les responsables politiques, de mettre les ego en sommeil

      Je crois que vous vous trompez il ne s’agit pas d’un problème d’ego mais de confiance. Les socialistes sont allés trop loin dans la duplicité et la trahison. Nombre d’insoumis, comme moi, ne voteront plus jamais pour un membre du PS et l’attitude de Hamon, ménageant la chèvre et le chou dans son parti n’est pas là pour nous rassurer. Si Macron gagne, le PS (ou au moins une parti du PS) aura encore réussi son coup, mais au moins nous ne l’auront pas aidé. Notre seule issue est de créer un pole militant solide à gauche ....... le capitalisme est en crise profonde et des dangers bien plus grands que l’élection d’un nouveau président tricheur nous menacent.


    • fred fred 27 février 09:51

      @Laulau...certainement pas, ils sont des enfumeurs de première qui depuis trop longtemps trompent les Français..d’ailleurs la mort de cette gauche est voulue par le peuple... !


    • Laulau Laulau 27 février 10:04

      @fred
      Et la voix du peuple c’est vous ? Enchanté de vous connaitre, il veut quoi le peuple ? Une plongée sous Marine ?


    • Fergus Fergus 27 février 12:40

      @ fred

      « la vraie gauche...c’est Nathalie Arthaud personne d’autre »

       smiley ! Il n’y pas plus sectaire que LO. Essayez donc de débattre avec ses militants...


    • Fergus Fergus 27 février 12:46

      Bonjour, Laulau

      « Les socialistes sont allés trop loin dans la duplicité et la trahison. »

      A cette différence près que l’on est là sur l’aile gauche du PS et sur des idées assez largement en rupture avec la ligne hollando-vallsiste. Comme de très nombreux Français de gauche, je pense qu’il y a un espace ouvert pour une alliance. A condition évidemment de négocier de manière paritaire dans le respect des interlocuteurs et le souci d’être réellement au service des classes populaires si délaissées jusque-là.


    • Patrick Samba Patrick Samba 27 février 15:18

      @Laulau

      il ne s’agit pas seulement d’un problème d’égo.
      Mais puisque nous avons affaire à des humains ambitieux, bien sûr il y a aussi de l’égo, c’est inévitable. Mais pas uniquement de l’égo comme tend à nous en convaincre Fergus.

      Tellement de facteurs rentrent en ligne de compte dans cette difficulté à l’union, seul moyen moyen de voir un candidat de gauche au second tour : l’engagement patient et déterminé de Mélenchon, de son entourage et des militants du PG qu’ils ne peuvent sacrifier du jour au lendemain, l’absence de confiance dans le PS, la duplicité sport national actuel dont on a vu cette semaine à quel point elle était encore à l’œuvre à EELV malgré le tarissement de la firme (mais Duflot est tellement toxique...), le cynisme ambiant, la désespérance qu’il est de bon ton d’afficher comme une distinction honorifique, le rejet jaloux de toute tentative de mobilisation citoyenne quand on n’en est pas à l’origine... etc, etc...

      Mais au fond du fond il nous faut maintenir de l’espoir, et plutôt qu’à une union de la Gauche de Progrès, il serait plus attrayant d’appeler à une Union écosocialiste dont le candidat ou la candidate ne serait ni Hamon, ni Mélenchon mais... Taubira ? Mamère ? Marchandise ?...


    • fred fred 27 février 15:33

      @Fergus...Nous savons depuis longtemps, que vous soutenez la gauche véreuse qui à mis la France dans le trou...LO travaille pour les travailleurs pas pour les nantis dans votre genre qui raconte des mensonges à la Hollande..Vous ne trompez personne !


    • fred fred 27 février 15:35

      @Laulau..Ouvrez les yeux pauvre petit bonhomme de gôche..vous travaillez pour des mafieux... !

      Moi je votre aux USA alors votre prochain président...

    • leypanou 27 février 15:40

      @fred
      Moi je votre aux USA alors votre prochain président...  : moi, je suis le Dalaï Lama.


    • jmdest62 jmdest62 27 février 15:48

      @Fergus
      1) Hamon n’est pas maitre de se candidature ...ce n’est pas lui qui tient les cordons de la bourse à « solférino » .
       Il fait donc ce que le « Bureau directeur » lui autorise de faire.
      2) Si il était sincère et si il n’avait pas pour seule stratégie de récupérer la dépouille de son parti (avec un p’tit coup de pouce de Martine Aubry)...il aurait claqué la porte depuis longtemps.
      Conclusion : le réel dilemme que vous évoquez va se résoudre par le vote des Militants / sympathisants des deux camps pas par des discussions entre Mélenchon et Hamon.
      °
      Vous devriez arrêter d’échafauder vos hypothèses et de nous « bassiner » avec les sondages Odoxa (Gael Sliman) .  smiley
      Ce monsieur est soit en mission commandée soit complètement incompétent...choisissez !
      @+


    • jmdest62 jmdest62 27 février 16:15

      Ce que Kantar nous pondait début février 2017
      MLP à égalité avec Martine Aubry et F. Bayrou......ça laisse rêveur Non ?
      @+


    • Fergus Fergus 27 février 16:47

      Bonjour, Patrick Samba

      Ne vous méprenez pas, lorsque je parle d’égo concernant Mélenchon, je ne le mets pas sur le même plan que Hamon. Je le crois notamment sincère lorsqu’il affirme vouloir se retirer dès lors qu’une 6e république voit le jour. Mais il n’entend pas que cette œuvre puisse être porté par un autre que lui !

      « appeler à une Union écosocialiste dont le candidat ou la candidate ne serait ni Hamon, ni Mélenchon »

      Pourquoi pas ? Ce serait même l’idéal. Encore qu’il serait difficile de trouver un 3e personnage consensuel.

      En réalité, et j’y viendrai dans un prochain article, tous les problèmes de « casting » que nous connaissons ont une seule origine : un système politique présidentiel complètement obsolète !


    • fred fred 27 février 16:54

      @leypanou....Donc un parasite !


    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 27 février 17:58

      @Fergus
      « un projet qui réponde réellement aux attentes des classes populaires »
      Les classes populaires sont majoritaires en France jusqu’à preuve du contraire alors pourquoi cette inquiétude ? Hamon + Mélenchon devraient être majoritaires dans les sondages et ils n’y sont pas. Rappel : 50% des français sont en dessous de 1800/mois.
      Le problème est que les classes populaires ne se reconnaissent pas forcément dans Mélenchon et/ou Hamon. Les classes populaires majoritaires sont aussi au FN, Macron, Dupont Aignan, un bout au LR, etc ...
      Le vrai problème est surement tous les déçus de la politique, les merveilles présentées avant et qui resteront avant, les multitudes d’inégalités jamais réformées dont la première, à titre d’exemple, devrait être celle de réformer les avantages de la classe politique, les multiples scandales politico-financiers aux jugements très légers, etc ...
      Je ne pense pas que la paquet de personnes qui a perdu son emploi sous FH appelle à voter, ni plus que le paquet qui l’a perdu sous NS, et idem à chaque fois que l’on va remonter le temps.
      C’est quoi le projet pour les classes populaires, le chômage ? Projet de plus de chômeurs qui n’est jamais dans les 60 ou 100 propositions mais qui est réel à chaque fois depuis 40 ans.
      Dans un pays, où le ministre des finances était un fraudeur, qui est encore là pour entendre un quelconque programme, fusse t’il très précis, chiffré ou réalisable. Plus que du populisme ou du rêve qui marchent et même Hamon ou Mélenchon en servent.
      C’est devenu illogique enfin plus qu’avant et les premiers responsables sont ceux qui avaient, qui ont encore et qui veulent le pouvoir.
      Il y avait des éléphants, maintenant ce sont des mammouths : l’évolution s’est donc faite à l’envers.



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 février 18:04

      @Fergus


      Cher Fergus....

      J’ai vu au cours des ans à quel point nous partageons des memes valeurs. Comment pouvons nous tellement differer sur le plan des stratégies ? Comment peut on espérer que les Francais choisiront une Gauche veule, velléitaire, incapable d’affronter l’inegalité croissante de la société et aveugle a a corruption qui a discrédité tous ses élites politiques alors... qu’elle peut choisir entre un FN qui au moins propose de nouveaux visages et Macron qui, TRES HABILEMENT, laisse toutes les questions ouvertes ? 

      Pierre JC

    • Norbert 27 février 18:47

      @Fergus

      Cher Fergus avec le cœur je suis avec vous mais.....

      La ligne de Hamon est à droite de ce que fût celle de Mitterrand pour être élu. Et pourtant l’ère mitterrandienne fût celle du bazardage de toutes les principes de gauche. Car au cœur du programme de Mitterrand aussi bien que de celui de Hamon ou même de Mélenchon est inscrite la collaboration de classe. En fonction des circonstances ces programmes peuvent bien ajouter plus ou moins de rouge pour attirer le chaland mais ils restent au service de la classe dirigeante quand celle-ci à épuisé ses autres possibilités de gouvernance « démocratique ». On peut encore continuer pendant 150 ans à alterner la jambe gauche et droite, le sens du mouvement demeure inchangé. A la faveur d’un passage de la droite, la gauche se recharge comme un condensateur et c’est repartit pour un tour.

       La nouvelle époque est celle d’une formidable régression, des nouvelles générations finiront par se réapproprier les traditions révolutionnaires avec lesquelles commence tout véritable changement.


    • Fergus Fergus 27 février 19:12

      Bonsoir, Frédéric Van der Beken

      « Les classes populaires sont majoritaires en France jusqu’à preuve du contraire »

      Mais entre les trahisons des partis dits de gouvernement et le masque social trompeur du FN, elles ne savent plus vers où se tourner et à qui faire confiance. On peut comprendre ce désarroi.

      « réformer les avantages de la classe politique » et éradiquer « les multiples scandales politico-financiers » sont devenu des urgences. Balayer ces exigences d’un revers de main serait dans le contexte actuel une terrible faute, possiblement lourde de conséquences. Encore que la fatalisme soit très grand dans la population.

      D’accord avec vous sur l’image des « mammouths ».


    • Fergus Fergus 27 février 19:18

      Bonsoir, Pierre JC Allard

      « alors... qu’elle peut choisir entre un FN qui au moins propose de nouveaux visages et Macron qui, TRES HABILEMENT, laisse toutes les questions ouvertes ? »

      Les choses semblent désormais claires à gauche. C’est donc vers ce choix que nous irons très probablement en mai.

      Deux solutions qui n’en sont pas car ni l’un ni l’autre ne devrait après les législatives être en situation de gouverner. On en viendra donc de facto à l’émergence d’une coalition qui, très probablement, redonnera vie à des Socialistes ou à des Républicains subclaquants.

      La politique est souvent une farce !


    • Osis Osis 27 février 19:30

       
       
      @Fergus 
       

       
      La gauche est soluble dans le parti socialiste.
      C’est une loi politique élémentaire.

      La seule fonction du PS c’est de tromper les électeurs en prenant l’apparence de la gauche.
      Le PS est historiquement une escroquerie. C’est tres facilement vérifiable.

      Un peu de mémoire svp Monsieur Fergus !
       

       


    • Frédéric Van der Beken Frédéric Van der Beken 27 février 19:50

      @Fergus
      Le FN est déjà à son maxi, son électorat du 1er tour est celui du 2e. Je regrette qu’il fasse de l’audience mais il ne m’inquiète pas pour le 2e tour : il ne passera pas cette fois mais je n’ose écrire jamais.
      Macron n’a pas de parti mais en aura un si il est élu. Tous les députés PS d’aujourd’hui vont lui cirer les pompes, le lendemain de son élection (évidemment je suis en mode politique fiction).
      Que vont ’ils faire ? Rien n’étant pas possible donc le lendemain Macron est devenu ou redevenu un socialiste (après tout Mitterrand n’a jamais eu sa carte PS ...), fréquentable, proche de nos idées, Hamon est un malentendu, Aubry prend sa retraite, etc, etc ...
      Ajoutez une part de centriste de gauche comme de droite, quelques désistements plus ou moins opportunistes de tous bords, il aura sa base mais il lui faut faire un hold up sur un parti si il veut être bien assit.


    • Cadoudal Cadoudal 27 février 20:56

      @Frédéric Van der Beken

      Votez pour l’avenir :

      http://udmf.fr/


    • Paul Leleu 28 février 17:14

      @fred

      votre remarque posée en haut de discussion n’a cependant aucun rapport avec le débat.

      sur le sujet, je pense que Hamon doit se désister... il traine les casseroles du PS et les éléphants en embuscade... il est le dernier venu entre Macron et Mélenchon, et il a une légitimité bien faible... il faut que le PS suive l’exemple du PC, et retire son candidat inutile.

      De toutes façons, les électeurs de Hamon vont possiblement fuir en vote utile vers Macron... et cela démontrerait que le PS n’est pas un partenaire fiable... le problème, c’est Hamon, la défaite c’est le PS... si Hamon est sincère, qu’il donne des gages en faisant tomber les têtes


    • Et hop ! Et hop ! 28 février 20:06

      @Fergus : « Il n’y pas plus sectaire que LO. Essayez donc de débattre avec ses militants... »

      Forcément puisque vous avez tort et que vous n’êtes plus la vraie gauche.


    • Fergus Fergus 28 février 20:32

      Bonsoir, Et hop !

      La France Insoumise n’est plus « la vraie gauche » ? Ah bon ???


    • MahlerRaptor 5 mars 13:55

      @Fergus

      Comme vous le dites « sur des idées » et rien de plus. Hamon est un traite qui a très bien compris avec des promesses comment devenir le candidat de la gauche et se faire élire par les déçus du PS actuel. Déjà que le Front Populaire était au service du Capital alors Hamon... Je me rappelle en 2012 où pleins de monde sur ce site disait que Hollande c’est la gauche, le progrès social, qu’il va faire tomber la finance etc... (typique de la gauche dans l’opposition qui joue sur ça) puis on a vu le résultat, maintenant on a une gauche qui se la joue opposé à la gauche actuelle et qui une fois au pouvoir va faire la même chose et les gens y croient comme ils ont cru à Hollande. On a les mêmes discours pour Hamon que Hollande il y’a 5 ans.

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 mars 16:07

      @MahlerRaptor
      « Déjà que le Front Populaire était au service du Capital »

      Ou vous êtes en mesure de prouver cette affirmation, ou ce n’est qu’une énormité ! ! !



    • MahlerRaptor 5 mars 18:35

      @Jean-Pierre Llabrés

      Oui bien sur, mais déjç pour une petite entrée en la matière, c’est pas parce que individuellement voir même plusieurs bourgeois ne veulent pas de réformes dites « sociales » que celle ci ne sont pas objectivement un moyen de sauver/conserver le capitalisme, se sont même souvent des mesures étatiques mais étatique s’oppose à libéral mais à Capitalisme. Faut pas croire que Capitalisme est synonyme de libéralisme. Ce préambule étant fini voyons plusieurs raisons :

      Déjà Léon Blum lui même est un réformiste, tout dans ses discours sent le réformisme bourgeois, la bourgeoisie de gauche mais bourgeoise tout de même. Lors de son procès de Riom il avoue lui même que le monde patronal l’attendait comme son sauveur. Qu’il avait demandé des crédits à l’assemblée pour préparer la guerre et réarmer le pays(typiquement bourgeois). Quelques citations de ce dernier disponibles dans ce bouquin https://www.amazon.fr/Lhistoire-jugera-L%C3%A9on-Blum/dp/B0000DL9JD « Nous n’avons pas hésité. Nous avons fait respecter le droit de propriété »
      «  Et je pensais surtout que c’était un immense résultat et un immense service rendu que d’avoir ramené ces masses et cette élite à l’amour et au sentiment du devoir envers la Patrie. »
      « Sans nul doute, j’aurais tenté moi-même ce qu’on a appelé l’accord Matignon. Mais je dois à la vérité de dire que l’initiative première est venue du grand patronat. » 

      Le front populaire se voulait un mouvement anti fasciste il a donc remplacé l’opposition socialisme/capitalisme au ridicule combat fascisme/anti fascisme. Il fallait défendre le démocratie(bourgeoise rappelons le). Voila le rôle du front populaire qui a trahi le prolétariat pour le vendre dans les mains de la démocratie et donc de la bourgeoisie au nom de la lutte anti fasciste. Ce qui a été très utile, nouvelle polarisation pour préparer la guerre, et mettre fin à la lutte des classes. Défendre la démocratie contre les ennemis fascistes et nazis. Le 14 juillet 1936 les ouvriers applaudissaient Daladier et les autres ministres bourgeois et chantaient la marseillaise. Blum défendait la république, pas très socialiste cela. Le rôle du front populaire était de désarmer idéologiquement le prolétariat en empêchant une révolution en lui donnant des miettes, sauver l’ordre bourgeois et la république et préparer ce dernier à la guerre. D’ailleurs dès 1938 après que le front populaire fut dégagé du gouvernement on eu droit à des fusillades comme à Clichy ou des interdictions de gréve, le front populaire avait bien fait son travail de Sape, de démobiliser le prolétariat et de renforcer le fascisme en Italie et en Allemagne, une révolution en France aurait bien aidé les autres pays. Le programme du front populaire ce n’était pas la révolution mais mettre fin aux ligues d’extrême droite ou des politiques de grands travaux influencées par Keynes que l’on mit en place en Belgique(puisque la aussi le front populaire existait).

    • vesjem vesjem 5 mars 21:38

      @Fergus
      souviens-toi : « mon ennemi, c’est la finance », prononcé par un politicard digne de confiance comme le sont hamon et mélenchon ; jusqu’où peut-on être cocu ?


    • julius 1ER 6 mars 01:43

      @Fergus


      c’est vrai que LO s’est complètement fossilisé en ne se remettant jamais en question ... c’est d’ailleurs pour çà que ce parti ressemble à une secte ils ont oublié le concept de révolution permanente ou alors ils l’ont très mal intégré !!!!

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 mars 09:14

      @MahlerRaptor

      Je n’ai pas une lecture aussi politicienne que la vôtre de l’action du Front Populaire.

      Un exemple significatif de la pensée Ordo-Libérale a été mis en œuvre en France, en 1936, par les Socialistes du Front Populaire.

      En ces temps, les céréaliculteurs, qui moissonnaient toute leur récolte en juillet-août, ne disposaient pas de capacités de stockage pour conserver leurs produits jusqu’à la récolte de l’année suivante et les vendre au fur et à mesure de la demande tout au long de l’année.

      En conséquence, dès après la moisson, les céréaliculteurs vendaient leur production massivement ce qui provoquait la chute des prix. Les négociants, dotés de capacités de stockage, achetaient donc les récoltes à bas prix puis les stockaient et les vendaient au fur et à mesure de la demande avec de meilleurs prix et de meilleurs profits.

      Profits dont étaient donc privés les céréaliculteurs.

      Le Front Populaire mit en œuvre un programme d’aide au financement de capacités de stockage en faveur des céréaliculteurs, notamment via leurs coopératives. Ainsi, les coopératives collectèrent les céréales mises sur le marché, massivement et en très peu de temps, par les céréaliculteurs afin de les stocker et de les commercialiser au fur et à mesure de la demande en réalisant des profits (égaux à ceux des négociants) qui permirent de reverser des compléments de prix aux céréaliculteurs.

      Les céréaliculteurs virent s’améliorer leur revenu ce qui leur permit d’autofinancer l’amélioration de leur productivité et d’entrer dans le cercle vertueux : accroissement du revenu, autofinancement de productivité et, bis repetita, amélioration de revenu, et cætera...

      Le Front Populaire a donc rectifié, en faveur des céréaliculteurs, un défaut intrinsèque existant dans la structure « naturelle » du marché des céréales.


    • MahlerRaptor 7 mars 00:54

      @Jean-Pierre Llabrés


      Je ne vois en quoi l’aide aux céréaliculteurs prouve que le font populaire était socialiste ni pas au service du capitalisme. Ce que vous me décrivez est un projet tout à fait réformiste. L’importance du politique est primordiale dans l’instauration du socialisme. Le front populaire représente un parti de la gauche bourgeoise tout ce qu’il y’a de plus maternaliste qui a sauvé le capitalisme avec des réformes sociales, quelques miettes par ci par là, une défense de la démocratie bourgeoise en brandissant la « menace fasciste » et en dépolitisant de ce fait la classe ouvrière. Le keynésianisme par exemple demeure un système économique bourgeois.

    • gruni gruni 27 février 08:34

      Bonjour Fergus


      Il y a encore beaucoup d’électeurs indécis, mais à l’heure actuelle avec les éléments que nous avons, il est très possible que la bulle Macron ne se dégonfle pas. Elle pourrait même se transformer en bombe qui va éclater à la figure de la droite fillonesque et de la gauche. En tout cas nous vivons une campagne électorale particulière.

      • baldis30 27 février 08:42

        @gruni

        bonjour

        « campagne électorale particulière. »

        Ah ça pour être une campagne , c’est une campagne ...

        il faut écouter tous les bons esprits ... qui battent la campagne !


      • baldis30 27 février 08:44

        @gruni
        bonjour

        « campagne électorale particulière. »

        Pour être une campagne c’est une campagne !

        A écouter tous les bons esprits qui battent ... la campagne


      • gruni gruni 27 février 08:49

        @baldis30


        Bonjour

        Pour battre la campagne il faut des bottes et ne pas avoir peur de marcher dans la boue.

      • Fergus Fergus 27 février 09:08

        Bonjour, gruni

        « il est très possible que la bulle Macron ne se dégonfle pas. Elle pourrait même se transformer en bombe qui va éclater à la figure de la droite fillonesque et de la gauche »

        C’est très exactement le phénomène qui est en train de se cristalliser, et le sondage Odoxa, comme le sondage Kantar publié dans la soirée d’hier, sont des avertissements à prendre très au sérieux. D’autant plus que, au delà des intentions de vote mesurées, le pourcentage des électeurs certains de leur vote en faveur de Macron a très fortement progressé pour atteindre désormais respectivement 56 et 54 % dans les deux enquêtes tandis qu’il régresse dans l’électorat de Fillon.

        Or, si l’on veut contrer tout à la fois Fillon et Macron, il n’y a pas d’autre alternative qu’une alliance à gauche. Faute de quoi, Hamon et Mélenchon passeront à la trappe de manière peu glorieuse et les Français modestes seront une fois de plus les dupes de cette pathétique comédie politique où tous les tenants de la défaite porteront peu ou prou - on se fiche du partage des responsabilités ! - le poids de l’échec.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès