Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Si les Français boudaient les élections législatives ?

Si les Français boudaient les élections législatives ?

Les dérives du financement public des partis politiques ont entraîné une multitude de candidats, les sondages sont très favorables à la majorité présidentielle, les partis n’ont pas de programmes pour les élections législatives et tentent désespérément de proposer un dérivé, voire un dérivatif de leur programme aux élections présidentielles. Et si les Français étaient déjà las des élections de 2007 et vivaient déjà à l’heure de 2012 ?

La France est en campagne électorale depuis plus de deux ans, il ne serait pas exagéré de dire depuis 2002, où la moitié de la France a estimé ne pas avoir de président mais une espèce « d’ersatz », un aux « lieu et place », car malgré ses 82% le président Chirac n’avait pas convaincu les électeurs qu’il était l’homme qui avait rencontré un pays : son obstination à ne pas vouloir prendre en compte ce score historique a très vite amené les Français a attendre 2007 et à régler ses problèmes dans la rue (lutte contre le CPE).

La mobilisation pour les élections présidentielles a aussi été historique, un taux de participation exceptionnel, une campagne active dans tous les médias, sur Internet, au sein des familles, des entreprises. Les Français ayant développé tant d’énergie voyaient déjà dans les élections législatives un troisième tour des élections présidentielles.

Tout peut les amener à s’interroger sur la nécessité profonde d’aller voter aux élections législatives :

- Le financement public des partis politiques a entraîné une multitude de candidatures : tous les partis politiques ont leurs candidats, à l’exception de l’UMP et de quelques candidats du PSLE. Sinon entre les scissions type UDF-MoDem, les désaccords du PS et des Verts, la nécessité du PCF de réorganiser ses finances, de LO et de la LCR etc. de survivre ; il doit y avoir une moyenne de 13 candidats par circonscription ! Ce grand choix qui devrait faire vivre la démocratie démobilise les électeurs. Les bulletins de vote ne comportant plus que les prénom et nom du candidat, il va falloir « bachoter » pour retenir le nom de son candidat. Il y a un vrai renouvellement des candidats(e)s, or, aux législatives, l’intuitu personae est fort, le fait de n’avoir aucune référence sur la majorité des candidats, de voter l’étiquette pour l’étiquette, ne plaît guère aux électeurs.

A la demande du Premier ministre qui veut des élus du peuple dans son gouvernement (beau tacle à l’égard de Dominique de Villepin), des candidats ministres qui seront d’office remplacés par leurs suppléants, des partis nouveaux, tellement nouveaux, qu’aucun électeur ne les connaît : « le parti d’en rire » !! Des ingrédients pour décourager les plus téméraires des électeurs.

- Les sondages sont très favorables à la majorité présidentielle, jusqu’à 450 députés ! Les Français sont conscients qu’une cohabitation sous Nicolas Sarkozy ne serait guère favorable au pays. Au fait une cohabitation avec qui en Premier ministre ? Ségolène Royal, François Hollande, DSK, Laurent Fabius, Bertrand Delanoé, Jack Lang ?!

La désorganisation du PS est telle qu’il n’y a plus de chef de l’opposition. Les autres partis ne pourront obtenir un groupe parlementaire, certains ne sont là que pour préparer 2012, donc pourquoi se déplacer ?

- Le plus grave encore : les partis politiques traditionnels n’ont pas de programme pour les élections législatives, pas de projets. Débordés par un calendrier trop rapproché des élections présidentielles, les candidats résument leur position en invoquant qu’il faut soutenir l’action du président Sarkosy ou au contraire qu’il faut créer un équilibre au sein de l’Assemblée pour alerter l’opinion et dénoncer les dérives du pouvoir présidentiel.

Dans les spots de la campagne officielle, l’UMP joue la carte du "donnez les moyens de gouverner à votre président" et de manière très surprenante le PS fait un grand discours sur l’école, creuset de la République. Cette analyse est louable mais des réalités mathématiques démontrent que la majorité est majoritaire ! Donc pas de motion de censure, pas de blocage et toujours le 49-3 pour stopper les ardeurs des réticents. Aucun parti n’évoque même la possibilité que Nicolas Sarkozy puisse avoir une majorité relative ; les participants à l’émission de Christine Ockrent de dimanche dernier n’ont même pas avancé cette hypothèse !

Ségolène Royal tente de mobiliser ses électeurs, mais lesquels ? Ceux qui ont voté pour elle car elle représentait à leurs yeux un réel projet, ceux qui ont voté pour elle car ils défendaient la thèse du TSS (Tout sauf Sarkozy), ceux de François Bayrou qui ont espéré faire une ouverture au plus haut sommet de l’Etat, ceux qui ont voté pour elle car elle était la première femme à pouvoir être élue à la magistrature suprême ?

La multitude des candidats, les sondages très favorables au président, des partis inorganisés ou désorganisés, l’absence de programmes cohérents et attractifs y compris au sein de l’UMP : tout cela crée un climat pour une véritable abstention aux élections !


Moyenne des avis sur cet article :  3.46/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Nicolas Nicolas 29 mai 2007 12:09

    « son obstination a ne pas vouloir prendre en compte ce score historique, a très vite amené les Français a attendre 2002 et à régler ses problèmes dans la rue (lutte contre le CPE). »

    Aucun rapport. D’abord quelque étudiants ne sont pas le Peuple, ensuite, c’était quand déja le CPE, hum ?

    Par ailleur un président est élus ou pas, il n’a pas à tenir compte de je ne sais quoi.


    • Jean-Pierre GALLEMAND Jean-Pierre GALLEMAND 29 mai 2007 12:20

      pour la date, il s’agit d’une erreur de plume, il fallait lire 2007 et non 2002, merci de l’avoir rectifiez de vous-même


    • LE CHAT LE CHAT 29 mai 2007 15:38

      chez nous , y’a un type qui se présente ni de droite , ni de gauche , mais d’en bas. à quand des candidats labelisés « la france des nababs » ? smiley


      • Itamessaest 29 mai 2007 21:45

        Pour information, je n’ai pas élu un président pour qu’il ait une cohabitation juste après et beaucoup de français sont comme moi.


        • moebius 29 mai 2007 22:19

          Le quinquénat...Il y a une election de trop, la présidentielle évidemment...suite logique...


          • Oliv’ 31 mai 2007 12:11

            Vous dites : « Les Français sont conscients qu’une cohabitation sous Nicolas Sarkozy ne serait guère favorable au pays ». Ah bon. « les francais », vous voulez dire la majorite des francais ? ou plutot ceux qui ont vote sarko ? Franchement, entre un sarkoleon aux pleins pouvoir et un sarko qui se traine un gvt de gauche j’ai fais mon choix. Y a quelques annees, sous jospin principalement, on glausait sur le fait que les francais aiment les cohabitations (et honnetement, malgre tout ce qu’on peut lui reprocher, le pere jospin a fait au moins aussi bien que les gouvernements qui ont suivis). Maintenant retournement de situation, « les francais » n’aiment plus ca. pfff... les medias n’aiment plus ca, certains politiques n’aiment plus ca. Mais les francais ?? Si on fait reference aux innombrables et vains sondages de satisfaction du nouveau gouvernement (qui n’a rien fait, a part etre mediatiquement present, ca c’est de l’action, vive la star ac’isation de la politique), je pense qu’il faut rester prudent. Quelques reformes bien droitieres et d’un coup la satisfaction du peuple francais va chuter, et l’idee d’une bonne vieille cohabitation permettant de brider l’assoiffe de pouvoir qui nous sert de President reviendra en force. Patience.

            Ceci dit, vu le manque de programme a gauche ( « Sego et les elephants se sont rassembles a tel meeting », ca c’est du programme ! j’en defaille de bonheur a l’idee de voter pour eux), l’abstention risque d’etre forte. Mais les petits partis vont peut etre y gagner des voix ? le vote utile ayant fait la preuve de son inefficacite ( c’est l’experience qui parle) je pense que pas mal de gens vont revenir a un vote de « coeur ».


            • Jean-Pierre GALLEMAND Jean-Pierre GALLEMAND 11 juin 2007 22:42

              Il n’est pas d’usage de se lancer des fleurs mais cet article était prémonitoire. Il n’est pas abusif de dire dès maintenant que le 17 juin la situation va s’aggraver. Le régime présidentiel est bien implanté en France, seules les élections présidentielles passionnent les français car ils ont compris que les calendriers des élections présidentielles et législatives réglés la vie du pays pour cinq ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès