Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Socialistes de gauche, votons Bayrou !

Socialistes de gauche, votons Bayrou !

 

 

 

L’élection de Nicolas Sarkozy ou de Ségolène Royal à la présidence de la République présente un égal danger pour la France d’en bas et pour les socialistes de gauche, qui - pour être une minorité - ne manifestent pas moins leur mauvaise humeur se tenant à l’écart de la campagne de la candidate socialiste.

 

 

Il n’est pas nécessaire de s’étendre longuement sur le danger que représente Nicolas Sarkozy. Les coups ne tarderaient pas contre ce qui reste de l’Etat-Providence, les protections et les assistances sociales de toutes sortes, la laïcité, les services publics, la fonction publique, ceux qui ne travaillent pas, parce qu’il ne trouvent pas de travail, les exclus de la République. Le communautarisme, la discrimination positive [sic], l’atlantisme, les multinationales, les grands groupes financiers et les Français les plus fortunés auraient de beaux jours devant eux. Les références éhontées à Blum et à Jaurès ne dupent personne. Le projet de Nicolas Sarkozy, c’est tout simplement de « tatchériser » la France. Et nous nous retrouverions sans coup férir en slip et en chaussettes.

 

Le danger que représenterait l’élection de Ségolène Royal est moins évident mais tout aussi réel, en tout cas pour les socialistes de gauche :

 

En premier lieu parce qu’elle s’appuie sur une organisation politique en pleine décomposition et en total décalage avec les électeurs qu’elle prétend défendre.

 

Rappelons tout d’abord qu’en 2002 les socialistes ont perdu les élections présidentielles, non pas à cause de la multiplicité des candidatures à gauche, mais parce que le programme non socialiste de Lionel Jospin n’a pas convaincu les électeurs de gauche. Si le programme de Lionel Jospin avait été de nature à fédérer les gauches, nous n’aurions pas connu le séisme du 21 avril 2002. Le plus navrant, c’est que la direction du PS a continué de faire porter aux autres candidats de gauche, à Jean-Pierre Chevènement en particulier, la responsabilité dudit séisme, au moins jusqu’à ce qu’elle récupère ce dernier en échange de quelques sièges supplémentaires aux prochaines élections législatives. Ce qui prouve que les dirigeants socialistes n’ont toujours rien compris ou rien voulu comprendre à la désormais fameuse « leçon de 2002 »

 

Le second coup de semonce ne s’est pas fait attendre très longtemps. Le matraquage (le mot est faible) de la direction du P.S. en faveur du « oui » à l’Europe libérale, a été sévèrement sanctionné par le « non » que les électeurs de gauche ont signifié le 29 mai 2005 à un texte illisible, perçu par eux comme le cheval de Troie du capitalisme mondialisé, par ce « non » à une Europe sans visage, construite pour les marchands, dans le dos des peuples, et sans perspective de politique sociale. Loin d’en tirer les conséquences, la direction du P.S. a choisi de tourner la page comme si de rien n’était, de simuler l’unité retrouvée, à l’instar du dernier Congrès, où la peur de la division et le souci de l’unité de façade l’ont emporté sur le besoin de clarification. Or à ce jour, les comptes ne sont toujours pas soldés.

 

C’est de cette soupe et dans cette soupe intellectuelle qu’advint Ségolène Royal.

 

A ce jour on distingue trois temps dans sa campagne. Premier temps : une campagne en solo, en contournant le parti qui venait de l’investir. Sans doute avait-elle davantage confiance en elle que dans le programme mou et peu mobilisateur du PS. Cette première période était celle du « n’importe quoi » : les jurys citoyens, l’encadrement militaire des primo-délinquants, le nucléaire civil iranien, la Turquie-à-vos-souhaits, la démagogie des débats participatifs etc. C’était en somme sa touche personnelle. Les éléphants sont mis à l’écart et ringardisés malgré leur expérience de l’Etat et, pour Laurent Fabius au moins, malgré ses toutes nouvelles idées de gauche, ils font, pense-t-elle sans doute, un effet repoussoir. Sur le plan politique et économique, cette première phase est nettement « blairiste ». Las ! Le modèle est en phase terminale. Quand on connaît le bilan de Tony Blair en matière d’endettement, de chômage, de services publics et d’inégalités, on frémit ! Devant le peu d’enthousiasme des sondés frémissants, elle réoriente sa campagne.

 

Deuxième moment : le discours de Villepinte (11 février 2007), aux accents très mitterrandiens. Catalogue fourre-tout. Elle promet tant de choses que le sondé frémissant de gauche est pris de vertige et de doute, après quelques jours d’euphorie. Il se souvient peut-être de la campagne de 1981, on lui promettait « la rupture avec le capitalisme » et il a eu la monarchie constitutionnelle... Le déçu du socialisme version 1981 retourne à ses hésitations. Nouveau « trou d’air »

 

Troisième moment : Ségolène Royal entrouvre la porte du placard à éléphants, qui n’ont en commun que leur haine de Ségolène. Oui, mais c’est le sauve-qui-peut ! Alors ils sont venus, ils sont tous là. Le social-démocrate, celui qui tenait un discours de gauche tout nouveau - tout beau, il y a même le général battu qui ne boude plus, au moins sur la photo ! Celle qui ne pardonne pas à Ségolène d’avoir émis des doutes à propos de ses 35 heures et d’autres encore, dont nous tairons le nom, mais que nous sommes heureux de savoir encore en vie. C’est le temps de la farce !

 

Que nous réserve Ségolène dans les quelques semaines qui nous séparent du premier tour ? Quel lapin peut-elle encore sortir de son chapeau ? Aucun. Elle a abattu toutes ses cartes en se plaçant dans l’ordre du marketing plutôt que dans celui du contenu politique, dans la logique du marché plutôt que dans celle de la résistance au libéralisme, dans la stratégie plutôt que dans l’idéologie. Quoiqu’elle fasse désormais, son problème, ce n’est pas son compagnon mais sa crédibilité.

 

Que faire face au naufrage intellectuel du PS et à l’échec de la gauche antilibérale ? Il nous reste la stratégie :

 

1/ S. Royal ne peut pas gagner contre N. Sarkozy au 2e tour. Il lui manquera trop de voix de gauche. Voter S. Royal au 1er tour, c’est offrir la victoire sur un plateau à N. Sarkozy au second !

 

2/ Faisons donc échec à S. Royal en votant F. Bayrou dès le 1er tour, car lui seul peut battre N. Sarkozy au second.

 

3/ Seul l’échec de S. Royal fera imploser le PS et contraindra les socialistes à choisir entre la gauche antilibérale et le social-libéralisme.

 

4/ Elire F. Bayrou, c’est faire pièce à la logique bipolaire de la Ve République qui pervertit le débat politique.

 

Il nous faut du temps pour reconstruire la gauche et clarifier le débat. Nous aurons cinq ans pour y parvenir. D’ici 2012, plutôt que de subir N. Sarkozy, donnons sa chance à F. Bayrou et à une grande coalition de salut public. Après tout, les Français, comme le rappelle François Darras (Marianne n° 515, du 3 au 9 mars 2007), ont beaucoup gagné à « une convergence des forces, venant d’horizons différents, autour d’un vrai projet : celui de 1944, qui permit (...) le redressement du pays ; celui de 1954, autour de Pierre Mendès France, grâce à quoi on put mettre fin à la guerre d’Indochine ; celui de 1960-1962, autour de De Gaulle (...) qui favorisa la conclusion de la paix en Algérie... »

 

Et puis, contrairement aux propos des adversaires de F. Bayrou, ce ne serait pas un retour à la IVe République : sous la Ve, nous disposons d’un exécutif fort qui faisait défaut à la IVe.

 

Donc, pas d’état d’âme : votons F. Bayrou dès le premier tour !

 

 

Yves Guyet (P.S. et P.R.S.)

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (895 votes)




Réagissez à l'article

481 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 9 mars 2007 12:26

    Lol. Bien essayé, mais non. smiley

    Je ne vais pas voter à droite pour faire gagner la gauche. Surtout pour quelqu’un pour qui la droite pourrait voter pour éviter la gauche.

    Si je voulais achever le PS, je voterais extrême gauche.

    Pour éviter Sarkozy, dont personne ne veut, je voterai Royal.


    • PasKal (---.---.201.240) 9 mars 2007 13:01

      Et pendant ce temps....

      http://content.24heures.ch/img/burki1280.jpg

      (Journal suisse 24Heures - vendredi 9 mars 2007)


    • TB (---.---.21.162) 9 mars 2007 13:25

      Et pendant ce temps, les français ont la mémoire courte (et ça ce n’est pas le résultat d’un sondage mais des individus aujourd’hui « contrôlant » la Sorbonne, une de nos intitutions les plus sacrés :

      http://www.voltairenet.org/article2436.html


    • rdu (---.---.38.37) 9 mars 2007 13:38

      Dans ton lien je lis « réputé menbre » pas mal la justice expeditive. Il y en a tel mitterand qui n’était pas réputés mais bien réel et qui défilaient avec une banderole« les métèques dehors ».


    • TB (---.---.21.162) 9 mars 2007 13:58

      Tu as aussi ce lien : http://www.prevensectes.com/opus6.htm

      Bayrou n’y figure pas de façon nominative mais faisait partie de ce gouvernement et a tout fait pour que son grand ami Juppé revienne à la mairie de Bordeaux. Maurice Quenet est depuis 2003 recteur de l’académie de Paris, notamment la Sorbonne. Tu te souviens de ces « recommandations » appuyées par les mensonges de De Robien UDF au moment du non au cpe etc ? moi oui ... Aujourd’hui Gérard-François DUMONT est Membre du Conseil national de l’information statistique, représentant les chercheurs en sciences économiques ou sociales, Enseignant-chercheur à l’université Paris IV, Université Paris-Sorbonne.

      Beaucoup plus long mais très intéressant : Bayrou orthographié Bayroux apparaît en fin d’article : http://www.confidentiel.net/article.php3?id_article=118&artsuite=27

      Bref, toutes ces infos indépendantes et qui se recoupent forment quand même un sacré faisceau de convergence en direction de Bayrou et de l’Opus Dei (congrégation considérée officiellement comme secte en Belgique et pas en France).

      Sans oublier Mme Anne-Marie Idrac (énarque, promo 1974), secrétaire d’État aux transports, fille de l’un des pères fondateurs du Mouvement républicain populaire (MRP), parti catholique, et militante elle-même de leur héritier : le Centre des démocrates sociaux (CDS) ... qui fusionne avec le PSD et devient Force démocrate en 1995, sous l’impulsion de François Bayrou. Elle est élue députée UDF des Yvelines en 1997 et réélue en 2002. Elle est également ancienne conseillère régionale d’Île-de-France(1998-2002) et ancienne secrétaire générale de la Nouvelle Union pour la Démocratie Française (UDF). Le 12 juillet 2006, elle est nommée à la présidence de la SNCF, en remplacement de Louis Gallois, appelé à EADS. Autres postes :
      - Auditrice de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN), en 1986-87 (XXXIXe session).
      - Présidente du Mouvement Européen-France entre 2000 et 2004.
      - Elle est membre du Conseil d’Orientation de l’association En Temps Réel ainsi que du conseil d’administration de l’IFRI (là aussi beaucoup de choses à dire) , de la Fondation Robert Schuman, et administrateur de Dexia.

      C’est un constat : la frange minoritaire, dans l’Hexagone, de cathos pratiquants (euphémisme) appartenant à la haute bourgeoise, Bayrou issu d’un milieu dit modeste s’est depuis rattrapé et j’ai du mal à croire qu’il ne possède « que » 650 000 euros, occupe pratiquement tous les postes-clefs de nos Institutions. Clara Gaymard, l‘épouse d‘Hervé le bien logé et opusdeiste notoire, fille du professeur Lejeune papiste anti-avortement, pour ne citer qu’elle, est conseillère référendaire à la Cours des Comptes, membre du Conseil d’administration du groupe GDF. Dominique Baudis (CDS dans les années 1990 et aujourd‘hui soutenu par Bayrou, pour 2008, selon l‘Express) était le Président du CSA jusqu’en janvier de cette année. De Carolis, catho pratiquant, nommé à la tête de FranceTélévisions par l’entremise de sainte Bernadette C. en 2005. Etc etc

      Alors quand j’entends le Béarnais prétendre vouloir respecter la loi 1905 de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, il me monte une petite colère citoyenne. Il est absolument nécessaire de changer la Constitution en donnant moins de pouvoir au Président de la RF et son 1er ministre au profit d’un peu de démocratie directe en ajout de la Constitution, évitant ainsi qu‘une minorité religieuse ou athée (peu importe) dirige, en coulisse, la nation toute entière.


    • Forest Ent Forest Ent 9 mars 2007 14:05

      Il est trop tard maintenant pour annuler l’énorme publicité faite ici pour Bayrou. Par contre, nous n’allons pas tarder à en voir les effets.

      Bayrou est maintenant un candidat crédible ... de droite, et beaucoup plus acceptable que cet excité de Sarkozy. A qui prendra t il le plus de voix ? Nous allons bientôt le savoir. Il me semble tout à fait possible que son rôle soit finalement de faire élire Royal.


    • Forest Ent Forest Ent 9 mars 2007 17:23

      J’ai un peu de mal à vous suivre là. Quel complot ? Je parlais de « rôle » factuel, pas intentionnel.

      Le meilleur scénario pour la gauche est que Bayrou prenne plus de voix à Sarkozy qu’à Royal. Ca n’a pas valeur de démonstration, ni même de pronostic. C’est juste une éventualité intéressante.

      De toutes façons, il y a 80% des voix exprimées à partager entre les 4 premiers candidats qui peuvent tous revendiquer autour de 20%. La seule chose sûre est que cette élection se jouera au premier tour.


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 9 mars 2007 17:52

      comme Forest ent,

      je ne tombe pas dans le panneau ... il est fort ce papier, au niveau de sa mauvaise foi : pour sauver la gauche votons à droite !

      jusqu’à nouvel ordre c’est le parti socialiste qui a ouvert les voix du changement, du progrè social et de la bonne gouvernance économique....

      je vote à gauche, donc je vote Ségolène Royal la candidate du parti socialiste


    • TB (---.---.21.162) 9 mars 2007 17:56

      Faites pas les malins les replieurs de mon commentaire : "Bush a gagné ses campagnes électorales en gagnant le soutien d’une part des chrétiens évangéliques. Il a de même conquis une part importante de l’électorat catholique en 2004 en remportant plus de 50% de ses suffrages contre un candidat pourtant issu de cette communauté. Il a imprimé cette foi au cœur du travail gouvernemental. Cet aspect fondamental de la personnalité de George W. Bush laisse entrevoir une dimension mystique qui imprègne l’action gouvernementale américaine. Des chrétiens font valoir que les armes et la foi ne sont pas compatibles pour un « born-again christian ». Des événements tels que ceux du 11 septembre et de la catastrophe de la Nouvelle Orléans apparaissent dans cette perspective mystique comme des faits pouvant être analysés sur le plan religieux. L’expression « combattre l’axe du mal », mot d’ordre de politique internationale contre le terrorisme après les événements du 11 septembre, le souligne." Source wikipédia (pratique pour faire un résumé)

      Beaucoup moins nombreux sont les cathos ultraconservateurs en France et pourtant ils dirigent tout autant notre pays. C’est plus feutré et beaucoup plus sournois en France, c’est tout. Vous vomissez majoritairement Bush et avez bien raison mais lorsqu’on vous montre la même réalité dans votre propre pays, documents et preuves à l’appui, vous évoquez la rumeur ou je ne sais quoi. Internet existe avec enfin une info non-censurée et bien étayée que vous ne lisez jamais mais retournez sans cesse, comme des moutons de Panurge, vous nourrir de la propagande radio télévisuelle. Evidemment, tant que ça ne passe pas sur TF1, la 5ème ou Arte (détenue à 45% par France Télévisions De Carolis, à 25% par l’État français !!!, à 15% par Radio France !!! et à 15% par l’INA !!!) ça n’imprime toujours pas dans votre temps de cerveau disponible.


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 9 mars 2007 18:02

      quel propos, aussi engagé, maispouyrquoi agoravox ne l’a-t-il pas publié en tribune libre où il aurait plus sa place ?

      A moins que sans le dire Agoravox est décidé de soutenir ouvertement Bayrou... pourquoi pas d’ailleurs, maisque cela soit dit, clairement et ouvertement pour que chacun sache à quoi s’en tenir.


    • Forest Ent Forest Ent 9 mars 2007 18:13

      Ce n’est peut être pas officiel, mais c’est quand même assez clair. smiley

      Moi, ça ne m’a jamais gêné, car je pense que Bayrou est un atout pour la gauche. Donc j’approuve.

      Moins 24, c’est mon meilleur score. Je vais essayer d’améliorer :

      « je voterai pour Royal et pas pour Bayrou qui est un candidat de droite »

       smiley smiley


    • berlingot (---.---.107.251) 9 mars 2007 18:18

      l suffit de faire voter 50 personnes systématiquement pro-Bayrou pour emporter l’affaire sur Agoraquoi !!!!! La campagne d’intoxication et de propagande orchestrée en faveur de Bayrou tente de masquer la réalité de ce qu’il représente : sa famille politique et son électorat de droite « centriste » et opportuniste, voir Santini, de Robien etc... ! Cela réduit le baratin de Bayrou à ce qu’il est : une tentative de redistribuer les cartes du pouvoir à son profit par une forme « a droite » de marketting politique. Et puis après ? Quels intérêts va-t-il défendre ? Comme d’hab : les puissants, ceux qui possèdent presque tous les leviers du pouvoir, sa base électorale traditionnelle, de notables.


    • JL (---.---.73.200) 9 mars 2007 19:19

      Bon les sondages disent que Bayrou battrait Sarkozy mais que Royal serait battue par ce même NS.

      Dur de faire un choix. De toutes façon si Sarkozy est présent au deuxième tour - hihi, imaginez qu’il n’y soit pas ! - il ne sera pas seul.

      Dans cette hypothèse, et si on fait abstraction des sondages, pourquoi ne pas ’laisser aller’ ?

      Zen ! Au premier tour, on vote pour qui on veut. Et après, on voit !

      On est le peuple souverain, non ? Et tous leurs moyens, on s’en tape !

      C’est comme ça que ça se passait avant. Et on s’en fout, de tous ces gens qui piaffent d’impatience, affolés à l’idée de perdre le pouvoir, ou de leurs frères ennemis à la perspective de le reprendre..


    • Forest Ent Forest Ent 9 mars 2007 21:35

      Waouh ! Moins 33. Je vais battre mes records. Je reconnais qu’il est fort peu constructif, sous un article qui demande aux socialistes de gauche de voter UDF, d’annoncer que l’on va voter PS. smiley

      Et dire que d’aucuns disent que l’ironie se perd ici ! smiley

      Allons, c’était un bon plan, Bayrou. Ca fait 3 candidats de droite contre 1 de gauche. Adieu Sarkozy ! smiley


    • Dedalus Dedalus 9 mars 2007 22:29

      Un homme de gauche vote pour la droite contre l’extrême droite. Un homme de gauche ne vote pas pour la droite contre une droite jumelle. on sait déjà d’ailleurs que ces deux droites gouverneront ensemble avec peu ou prou la même politique selon celle des deux qui aura la tête.

      Un homme de gauche vote à gauche au premier tour. Oui, c’est surtout ça, il vote à gauche.

      Faire de la stratégie sur des sondages de deuxième tour réalisé avant que le premier ne se soit tenu, c’est en réalité simplement avoir l’envie de voter à droite contre la gauche. assumez, messieurs.

      Je ne suis pas inquiet, la gauche sera au second tour. Mais quant à vous, ne pariez pas trop que Bayrou l’emporterait sur Sarkozy.

      Surtout, n’oublions plus jamais que la démocratie est suffisamment une chose importante pour ne pas remettre son bulletin entre les mains des sondeurs. Parlons du fond des programmes, projet de droite contre projet de gauche - ou bien cela vous inquiète de trop, Messieurs les Bayrouistes.

      Et par pitié laissons les sondages se tromper plutôt que de les laisser nous tromper de données corrigées et redressées en marges d’erreur dissimulées et sous-estimées : voir « Comment les sondages nous mentent ? » ( http://www.agoravox.fr/article...) et aussi « proposition pour une présentation honnête des sondages et de leurs résultats » ( http://www.agoravox.fr/article...)

      et aussi http://www.tousmenteurs.fr


    • (---.---.157.25) 9 mars 2007 22:45

      50 % des sondés n’ont pas encore arrêté leur choix.

      Le nombre d’inscrits sur les listes électoral à fortement augmenté dans les banlieues et tout porte à croire qu’il voteront à gauche après l’épisode raika. Croyez vous que les instituts de sondage envoie leur troupes dans les banlieues ?


    • mosca (---.---.159.202) 9 mars 2007 23:21

      L’abstention citoyenne refusant ce systeme pourri, ou plus de la moyenne des français n’est pas representée dans les assemblées ,est en tete contrairement au bourrage de crane des partisants du systeme americains a 2 partis puissants et super protégés.Apres la surprise du non de droite et de gauche, contre la prise en mains par l’UE des moyens de defense des citoyens contre la suprematie des financiers internationaux et bien voila la revolte de ceux qui veulent pouvoir garder un droit sur leur destin.Seul le renversement de ce systeme composé d’apparachiks manipulateurs arrivistes et carrieristes peut nous sortir de cette impasse.Bayrou,sarko,royal... et les partis vassalisés ne pensent qu’au pouvoir et a leurs carrieres de marionnette mais ne changent rien sur le fond .Retrouvons la democratie et refusons la democratie virtuelle pour cela l’abstention citoyenne est la seule voie.


    • kamizole (---.---.78.185) 10 mars 2007 06:28

      très drôle la caricature de Chirac et Bernie (journal suisse 24 heures) je l’ai envoyée à quelques un(e)s de mes correspondant(e)s ! mais pour l’image de la France à l’étranger, c’est une toute autre paire de manche...


    • kamizole (---.---.78.185) 10 mars 2007 06:47

      tout à fait d’accord avec Forest et Pelletier. Je refuse de passer par la voie UDF - à droite depuis toujours ! se souvenir de VGE, sans oublier - surtout Madelin et tous les crypto-fachos - pour fermer la porte à Sarko... Même si je ne suis plus adhérente le PS reste ma famille politique et je soutiens depuis janvier dernier la candidature de Ségolène Royal. En revanche, il me semble bien que derrière la démolition en règle de Ségolène Royal, se profile l’oeuvre de DSK et de ses sbires (cf un appel de DSK dans Le Monde et les explications embarrassées de JM Le Guen lues aux aurores sur le portail d’Orange). On verra bien si DSK va à la soupe... mais pour moi, il sera définitivement mort politiquement... On tire la chasse !


    • kamizole (---.---.78.185) 10 mars 2007 07:04

      réponse à TB... Que Bayrou soit un catholique pratiquant est une chose (c’est bien son droit), qu’il ait tenté en 93-94 de détourner la Loi Falloux pour permettre le financement de certains établissements privés (le Conseil Constitutionnel a d’ailleurs fort opportunément retoqué cette disposition « contraire aux lois de la République »), c’est une chose.

      Mais de grâce, ne faites surtout pas d’amalgames avec des gens comme les Gaymard (liés à l’Opus Dei et particulièrement friands de l’argent public !) et d’autres... Clara Gaymard était née « Lejeune » (un anti-avortement notoire et militant).

      Mais à ma connaissance (Wikipedia) Bayrou était liée dans sa jeunesse à la communauté de Lanza del Vasto (de même que José Bové) qui était humaniste, pacifiste et non violente.

      Rien à voir avec l’Opus Dei, liée à tout ce que la planète connaît de fasciste et rétrograde.

      C’est un peu juste, sur le plan de la démonstration de se limiter, d’une part à la proximité politique ou à l’appartenance à un même parti ou gouvernement et d’autre part à un nom - mal orthographié au demeurant... combien existe-t-il de François Bayroux dans le grand Sud-Ouest ?

      Les amalgames trop faciles ruinent la démonstration : oui François Bayrou reste un homme de droite mais je ne pense pas qu’on puisse le soupçonner d’être un facho-catho-ultra réac. Je ne suis pas journaliste, je ne suis qu’une petite blogueuse mais je vérifie toujours ce que j’avance et mes sources plutôt deux fois qu’une.


    • TB (---.---.21.162) 10 mars 2007 08:59

      Sauf que, dans le lien que je donne qu’apparemment tu n’as pas lu, le nom « Bayroux » est accolé à celui de Douste-Blazy : né en 1953 à Lourdes, entre en politique en mars 1989 en étant élu maire de Lourdes puis député européen de la liste « Centre pour l’Europe » en juin de la même année. Il fait alors partie du Parti populaire européen (parti chrétien-démocrate-conservateur). En décembre 1994, il devient secrétaire général du CDS. Fin novembre 1995, il est élu secrétaire général de Force démocrate, membre du bureau politique de l’UDF (1996-1999) ; vice-président de l’UDF etc ... (Douste-Blazy est le petit-fils d’Antoine Béguère qui fut maire de Lourdes de 1953 à 1960,.Chef d’entreprise en bâtiment, on doit à ce dernier, entre autres, la construction de la Basilique Saint-Pie X en 1958.)

      Je veux simplement dire que dans les trois liens que je donne, issus de trois sources indépendantes les unes des autres ( le réseauVoltaire, le Monde diplomatique, d’anciens agents de la DST et DGSE sur Confidentiel.net ) le personnage Bayrou apparaît sans cesse, en filigrane ou très clairement et de façon récurrente, lorsqu’il est question de l’Opus Dei. Quant j’écris que « ces infos indépendantes et qui se recoupent forment quand même un sacré faisceau de convergence en direction de Bayrou et de l’Opus Dei » je n’invente rien ! Il faut juste prendre le temps de les lire !


    • Forest Ent Forest Ent 11 mars 2007 15:50

      Moins 40 ? Allez, encore un effort. smiley

      Je vote à gauche. smiley


    • yorg (---.---.161.96) 11 mars 2007 21:35

      euh les sondages c’est par téléphone, man... et les sondages c’est selon la méthodes des quotas i.e. ça essaie de déterminer un instantané de l’opinion des Français, incrits ou pas inscrits, qui vont voter pour de vrai ou qui n’iront pas voter, ça veut dire que ça change pas avec les nouveaux inscrits... 3ème point ça explique l’écart entre les sondages et les résultats électoraux puisque le corps des votants lui n’est pas « représentatif » (les gens peu intégrés votent peu et en revanche les militants des extrêmes sont sur représentés aux élections) Cela dit ça ne veut pas dire que les sondages c’est pas sérieux : Connaitre le corps des votants le jour des élections est un problème trop complexe pour être mesuré de manière sérieuse, et les sondage c’est donc juste un outil qui permet de se faire une idée 1/ des mouvements de l’opinion, 2/ du rapport et de la progression des niveaux des candidats. En gros, le nombre de points ça compte pas, ce qui compte c’est si sa monte, ça baisse ou ça oscille, d’une part, et d’autre part, si 2 à 2 des compétiteurs sont à des niveaux comparables ou pas. Il suffit d’y réfléchir avec un peu d’honnêteté intellectuelle pour le comprendre. 4ème point pour défendre les sondages Si les sondages sur LePen sont faux, c’est en grande partie parce que les électeurs mentent de manière intentionelle en vue justement de dénigrer les sondages pour en faire un symbole de ce qu’ils appellent « les dérives du système » et afin de donner un exemple pour permettre la théorisation du complot qui serait selon eux mener à leur encontre. En réalité, les électeurs de LePen sont entre 4,5 et 5M d’électeurs à toutes les élections, c’est une constante (cf wikipédia) mais le problème des sondeurs c’est plutôt d’estimer le nombre des abstentions futures ce qu’il n’arrivent pas à faire avec un % d’erreur suffisament petit pour que ce soit un indicateur pertinant comme je l’ai dit précédemment. Du coup, difficile d’obtenir un pourcentage fiable pour les électeurs du Front National. Si l’on rendait le vote obligatoire et si ’lon comptabilisait les votes blancs, ce % serait constant et tournerait pour la prochaine élection autour de 7 ou 8% (5/40M)


    • Kamizole 12 mars 2007 11:51

      Raisonnement imparable !

      @ Dédalus : mon frère, tu portes mal ton nom : tu raisonnes « droit comme un i »...

      On ne peut pas voter à droite (donc Bayrou) quand on est socialiste (a fortiori « de gauche »... ah ! bon, il en est de droite ?). Je l’ai fait une fois (Chirac contre Le Pen en 2002... élu avec 80 % : « ce vote m’engage » a-t-il eu le culot de mentir... on va vu comme : depuis 5 ans c’est la droite la plus revancharde et la plus dure pour les pauvres depuis 60 ans...

      c’est aussi ridicule que de prêter une sensibilité « de gauche » à Fillon ! Allez raconter cela aux retraités (actuels et futurs) et à tous ceux qui payent plus pour la Sécu pour moins de remboursements (nous tous ! ou peu s’en faut...) mais sans doute le prof retraité est-il plus « bénaise » que moi !

      Fillon "aile gauche de l’UMP... hi ! hi ! où ne va pas se nicher l’imagination de certains journalistes...


    • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2007 18:24

      Moins 45 ? Peut mieux faire.

      Je vote à gauche, pas UDF. smiley

       smiley smiley

       smiley


    • ratatouille (---.---.194.249) 12 mars 2007 19:05

      non, tu votes pas à gauche, tu votes PS  :-P


    • Forest Ent Forest Ent 12 mars 2007 21:32

      « non, tu votes pas à gauche, tu votes PS »

      CA c’est une critique que je comprends ! smiley


    • marc (---.---.65.5) 13 mars 2007 18:49

      Bandes d’idiots tous les medias vous l’on dit, Bayrou n’est pas de gauche.Ne pleurez pas demain car la gauche ne pourra rien pour vous


    • Bérénice (---.---.221.68) 18 mars 2007 21:32

      Ségolène n’est plus de gauche. Elle se cherche, change d’orientation en fonction des sondages et s’entoure d’une équipe qui a 62,5 ans de moyenne d’âget ! Ses seules propositions intéressantes, elle les prend à Bayrou, propostions qui sont sur le site de l’udf depuis septembre 2006, mais à cette époque, personne ne se souciait de Bayrou.

      Pauvre PS que je quitte sans regret. Peut-être qu’en 2012, ils auront eu le temps de se reprendre, mais avant, il est urgent de battre sarkozy et le seul qui peut le faire aujourd’hui, c’est Bayrou.


    • Marianne Marianne 9 mars 2007 12:43

      "Ah, quelle joie cette campagne ! Quel délice la politique ! Surtout quand le succès vous gagne Et que le destin fait la nique A ceux qui d’avance claironnent Leur victoire vite annoncée, Alors que c’est leur glas qui sonne Sous leurs scores encore enfoncés ! Quand ils se servent du sondage Pour dire « bipôlarité » Et que se retourne l’adage En faveur d’une trinité Où le troisième n’est point débile Et se révèle supérieur ! Quand ils clamaient le « vote utile » Obligatoire en leur faveur Et qu’il leur joue un vilain tour Offrant la belle au méprisé Par jeu des scores du second tour Ils seront à lafin baisés !"


      • TB (---.---.21.162) 9 mars 2007 12:58

        Tiens, c’est pour toi, ça va te plaire ça aussi : « Encore faut-il parvenir au second tour... et voilà le petit monsieur (Bayrou) qui, il y a un mois encore, dénonçait le peu de fiabilité des sondages et leur dictature, s’ennorgueillit maintenant du vent sondagier qui le porte. C’est risible. » Dédalus.


      • Fabrice (---.---.193.251) 9 mars 2007 13:11

        Tout le monde à la meme reaction face aux sondages. On y croit quand on monte, on dit que c’est pas fiable quand on descend. Meme Arlette en 2002 s’est vanté d’avoir 10% à un moment donné.

        C’est de bonne guerre. Je ne jugerai personne sur ce point.


      • TB (---.---.21.162) 9 mars 2007 14:50

        C’est peut-être de « bonne guerre » mais s’appuie, et vous le savez très bien, sur une colossale manipulation orchestrée par les médias (les lobby n’ont absolument rien à craindre d’un Bayrou). Toutes les questions sondagières sont orientées vers une continuité absolue du règne de la puissante oligarchie droite gauche et de ses élites corrompues qui détiennent le pouvoir depuis toujours ou presque. Par ailleurs, tout peut être chamboulé, et c’est généralement le cas, à 4 jours d’une élection ou d’un référendum.

        Le présent engouement (à relativiser) pour ce personnage que les français ne connaissent pas encore très bien, tient de la transe, de la béatitude mystique à mille lieux de la réalité. C’est du grand n’importe quoi et que les PS ayant soutenus le OUI au TCE (Ségo comprise) se tournent, quelques uns aujourd’hui, vers le Béarnais, n’a rien de surprenant. Pas de quoi fouetter une mayonnaise.


      • mosca (---.---.159.202) 9 mars 2007 23:42

        Ce personnage que l’on ne connait pas tres bien ? peut etre les tres jeunes et les beaufs !Il a participé a suffisamment de gouvernement avec l’ump/rpr pour que l’on connaisse ses choix ultra-liberal,catho d’avant 1905 ,baisse des retraites avec balladur en douce au mois d’aout en 199..5.Tout son programme est dans la continuité ,assistanats des entreprises sur le dos de l’etat et des systemes sociaux avec le remboursement par la classes moyenne de la dette.Protection de l’UE et des entreprises supranationales dans leurs conquetes mondiales au detriments des Etats et de leurs habitants.Etc...


      • TB (---.---.21.162) 10 mars 2007 10:40

        Oui Mosca. On peut donc en conclure que la majorité des lecteurs et rédacteurs d’Avox, voire les 3/4, ont jusqu’à présent le profil du « jeune beauf ». Leur faire admettre, en plus, un siège de Bayrou à la très select et très sélective Trilatérale (savent-ils au moins ce qu’elle représente ?) jusqu’en 2005 et son appartenance, très probable, à « l’Oeuvre de Dieu » (Opus Dei en latin), c’est pas gagné mais alors pas gagné ... !!! C’est sûr que lire jusqu’au bout les liens que certains citoyens ont la curiosité d’aller chercher et la bonté de rendre public sur Avox ( avec risque omniprésent de censure sur ce « media citoyen » dès qu’on « tape » trop fort sur le Béarnais), exige plus d’efforts que d’écouter sagement TF1, M6, Arte ou FranceInfaux ...


      • Eric (---.---.65.129) 9 mars 2007 12:46

        Je suis assez d’accord avec l’article

        ça m’ennuie un peu d’etre un rat qui déserte le navire, mais bon, la, il faut être lucide..il y a de l’eau partout.. Ségo ne battrai jamais Sarko si elle passe au deuxième tour..

        le PS chavire, il sombre.. pire, je crois qu’il s’est sabordé

        je n’essairai pas de faire croire au gens que c’est le bateau qui peut gagner la compétition, c’est faux


        • Dedal 9 mars 2007 16:48

          Bien dit, et puisque DSK ne veut quitter ses amis (et leur superbe titanic, tout d’or et de caviar construit), je propose Kouchner comme premier ministre.


        • Petruknik (---.---.69.4) 9 mars 2007 17:54

          Bein voyons ! n’en jettez plus la coupe est pleine ! Je vous rappelle à tout hasard que le premier tour n’a pas encore eu lieu..... smiley alors annoncer dès maintenant le résultat du second tour !

          Je vous invite a vous plonger dans le passé et à examiner les sondages concernant Le Pen et Chevènement en 2002 et Balladur et Chirac en 1995.

          Vous constaterez que Balladur était donné gagnant et Le Chi politiquement mort alors que...Balla n’est pas arrivé au second tour et Le Chi a été élu.

          De même Chevênement était considéré comme le troisième homme et a finalement terminé à 5 %, tandis que Le Pen rafflait la mise.

          Ces perpétuelles tentatives d’intoxications des pro-Bayrou sont assez grotesques. Après « J’ai toujours voté à la droite du PS mais je vais voter Bayrou » maintenant on a « J’ai toujours été à la gauche du PS mais je vais voter Bayrou ».

          Vous croyez vraiement que ce type de manipulation peut fonctionner ?


        • Mars (---.---.3.211) 9 mars 2007 18:34

          Arrêtez s’il y a intoxication pro Bayrou, ça n’est que depuis quelques semaines.Auparavant, elle était nettement en faveur des autres, l’intoxication.Il n’y a qu’à compter la publicité subliminale offerte par les couvertures de grands magazines depuis un an...


        • Kicéça (---.---.3.110) 11 mars 2007 03:32

          Pas vous !, pas vous ?

          Révisez vos classiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès